Page 11

Leçon 3: Des solides systèmes d’information facilitent une bonne planification

Les données sur la Surveillance de Base des Gardes forestiers (RBM) ont été utilisés pour établir le lien entre les menaces de conservation du parc et les moyens de subsistance des gens vivant autour du parc, et donc de donner une connaissance de base pour les projets de conservation communautaire. Un tel lien entre les données de surveillance du parc et la planification du programme de conservation communautaire est une excellente pratique. Le PIGC est vraiment assez unique dans cette habilité à établir de façon confidentielle des liens de conservation et moyens de subsistance et ainsi concevoir des projets qui sont de nature gagnant-gagnant. C’est l’échec pour identifier véritablement les interventions gagnant-gagnant qui a contribué aux résultats décevants pour la conservation communautaire ailleurs. Nous recommandons certainement que le PICG continue à explorer le potentiel pour intégrer des données socio-économiques faciles à collecter et de considérer comment cela pourrait renforcer la conception et le suivi des entreprises communautaires. Pour les praticiens de la conservation, sans une implication étendue dans la collecte de données socio-économiques, il serait possible d’explorer une collaboration et partenariat qui pourrait enrichir la disponibilité de l’information de base sur laquelle les interventions communautaires sont planifiées.

Leçon 4: Le besoin d’un partenariat transversal et transectoriel

La conservation communautaire bénéficie des liens provenant d’autres activités. Des politiques particulières (le TBNRM, le partage des revenus) et les institutions (ANICO, HUGO) peuvent aider à former des ponts entre les différentes échelles, pour partager les ressources comme l’information. La conservation communautaire a aussi bénéficié de l’implication des autres acteurs particulièrement les partenaires du secteur privé. Le nouveau modèle du PICG de gestion et de finance des Entreprises communautaires est innovatrice et montre une promesse à ce stade. Nous recommandons la poursuite de cette approche, idéalement avec un abandon de la dépendance de l’aide étrangère.

Leçon 5: un partenariat réel demande de nouvelles façons de travailler avec les communautés

Comme le PICG s’engage pour un partenariat plus étroit avec les communautés, les ONG de développement, et le secteur privé, il y a des avantages à tirer en allant vers des partenariats a égalité où les intérêts et agendas sont partagés, les motivations et les structures alignées et des prises de décisions collectives.

Dans la région de Virunga-Bwindi, il y a peu d’opportunités pour la cogestion des ressources à l’intérieur des parcs transfrontaliers. Le PIGC a créé des opportunités en dehors des frontières de parcs transfrontaliers, permettant une expérimentation avec le changement de l’utilisation de propriété associé au transfert de pouvoir. Ce sont des développements passionnants et nous recommandons plus de créativité allant avec plus d’autonomie et de pouvoir pour les communautés.

Leçon 6: Les interventions doivent être durables et flexibles

Le faible niveau de compétences et d’organisation des communautés locales signifie que le soutien de longue durée sera nécessaire dans plusieurs cas. Tandis que les modèles innovants du PIGC de travailler avec les partenaires très capables du secteur privé semblent offrir plus d’opportunités pour

Ci-dessus: Augustin Akantambira, un sculpteur du village Kabaga près du Parc National Impénétrable Bwindi, en Ouganda. Photo par A. B. Masozera/PICG. Ci-dessous: Les membres de la Communauté de Nyange qui accueillent les visiteurs à la Marche communautaire SACOLA. Photo par Jamie Kemsey/PICG.

3

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you