Issuu on Google+

15/16 02 2014

L’essentiel FRANCE

P.3

L’emploi contre l’exclusion

n La plupart des candi-

dats à la mairie de Paris se sont réunis pour une conférence autour de la grande exclusion à l’appel d’Emmaüs.

INTERNATIONAL

Kerry en tournée asiatique

Expresso quotidien du master de journalisme de l’ institut français de presse - promo 2015

# 09

Les intempéries mettent le Premier ministre en difficulté

David Cameron dans la tempête

P.5

n En visite à Pékin, John Kerry entend consolider la diplomatie américaine dans une région capitale.

eco/conso

La France contre les OGM

P.7

n Retour sur l’opposition de la France à l’autorisation de la culture du maïs transgénique par la Commission européenne.

Culture P.8

Le cinéma choisit son décor

n Au Salon du tour-

nage, les «repéreurs» choisissent les lieux que du quotidien que vous retrouverez dans vos films et séries.

sports

Sotchi J+7

P.9

n Sept jours après l’ou-

verture des Jeux d’hiver, Expresso revient sur les performances des Français lors de cette première semaine olympique aux températures estivales.

Le Premier ministre britannique, David Cameron, au sommet du G20. (Crédit: Getty Images).

n Une nouvelle tempête venue de l’At- té, il demande l’aide de l’Europe. Un

lantique menace de frapper la Grande Bretagne. Le Premier ministre David Cameron est accusé de n’avoir pas pris la mesure des évènements. En difficul-

paradoxe au moment où il a promis aux Britanniques d’organiser un référendum sur le maintien du Royaume Uni dans l’Union européenne.


FRANCE POLITIQUE Le Conseil constitutionnel valide une loi qui ne s’appliquera qu’en 2017

Cumul des mandats, réforme bâclée

L

e Conseil constitutionnel a statué : le non-cumul des mandats est acté. François Hollande peut se féliciter d’avoir tenu son 48ème engagement de campagne. Les parlementaires français ne pourront plus siéger à la représentation nationale, tout en occupant un fauteuil exécutif dans leurs fiefs locaux. Mais la disposition n’entrera pas en vigueur avant 2017. Pour les députés européens, la disposition ne prendra effet qu’en 2019. Ce qui laisse une marge confortable aux candidats déclarés aux municipales de mars, ainsi qu’aux européennes de mai. Grâce à cette échéance lointaine, les élus les plus hostiles à la mesure peuvent se permettre de ne pas faire de choix hâtif. De fait, parmi les 577 députés en place à l’Assemblée nationale, 244 seront présents sur les listes municipales au moment du scrutin de mars. Selon un rapport sénatorial, 60% des actuels parlementaires cumulent leur mandat avec une fonction exécutive locale. En 2012, la proportion atteignait les 80%. Des chiffres qui tranchent avec la moyenne européenne : 20% à la même époque.

Une réforme inaboutie Le non-cumul des mandats est un symbole. Une loi passée sous la pression de l’opinion publique, à un moment de dé-

La loi sur le cumul des mandats doit s’accompagner d’une réelle refonte démocratique (Crédit: Deligne)

fiance envers les responsables politiques. En février 2013, 96% des Français se disaient logiquement opposés au cumul illimité des mandats, selon un sondage BVA. Mais une tranche non négligeable d’entre eux (40%) était favorable à ce que leurs élus puissent cumuler deux mandats. De manière assez claire, 40% des électeurs souhaitaient que leur maire puisse les représenter au Parlement. L’opinion reste ambivalente et les effets de la réforme apparaissent incertains. La nouvelle loi pourrait favoriser la

généralisation de carrières politiques entièrement régionales, de même que l’avènement de députés totalement hors-sol. Même si tout parlementaire pourra continuer à être conseiller municipal, départemental ou régional, il ne sera plus possible d’être élu localement. La fracture et le manque de représentativité des régions au Parlement en seraient accentués. Selon le même sondage, seulement 32% des Français savent que les élus qui cumulent plusieurs mandats ont des revenus plafonnés. Si chaque fonction est occupée par un élu différent,

les rémunérations coûteront plus cher à l’Etat que le système actuel. D’où la question : qui paiera ? Enfin, le vote de cette loi sans une réelle refonte du travail parlementaire est préoccupant. Aujourd’hui, le Parlement est décrié car il produit trop de lois et néglige le travail de contrôle législatif sur le gouvernement. La principale lacune de la réforme du cumul des mandats est de n’avoir engagé aucune réflexion sur la question. Mais il reste trois ans avant sa mise en place. o Robin Braquet

NECROLOGIE Le sénateur-maire, inspirateur de MM. Chirac et Hollande, est mort à 82 ans

René Teulade tire sa révérence n « Je perds un ami ». C’est ainsi que le président de la République a réagi au décès de René Teulade, 82 ans, élu de Corrèze. Le sénateur-maire d’Argentat est mort des suites d’un accident vasculaire cérébral, jeudi 13 février. L’homme qui fut le suppléant de François Hollande à l’Assemblée l’a toujours encouragé et guidé. C’est lui qui lui a appris à serrer des mains sur les marchés de Brive et de Tulle. Lui qui l’a convaincu de rester en Corrèze et de continuer en politique, à l’époque où François Hollande avait perdu son siège de député en 1993. « Tu sais François, il vaut mieux que tu restes en Corrèze parce que c’est le fief du président Chirac à l’époque », racontait René Teulade. « ‘D’accord, mais tu viens avec moi’. Je n’ai

04 - EXpresso - Samedi-dimanche 15/16 FEVRIER

René Teulade (Crédit : AFP)

pas pu refuser ». C’est ainsi que l’ancien principal de collège, viscéralement attaché à sa région a accepté de devenir le joker du futur président. François Hollande admirait ce vieux roublard de la politique, de 30 ans son aîné, qui se référait sans arrêt au Père Queuille, l’homme du département que Jacques

Chirac vénérait. Orphelin à 12 ans, militant syndical dès la première heure, René Teulade présidera la puissante Mutualité française dès 1974. Il deviendra ensuite ministre des Affaires sociales dans le gouvernement Bérégovoy. « Je me souviens très bien. C’était le 2 mars 1992, vers 18 heures. François Mitterrand m’a appelé en m’expliquant qu’il avait besoin de moi. J’avais déjà refusé plusieurs fois mais comme je quittais la Mutualité, j’ai accepté ». René Teulade en parlait avec une fierté et une émotion non dissimulées. Mais l’aventure ne dure qu’un an et il retourne à sa mairie d’Argentat. Eternel élu de l’opposition au Conseil général de Corrèze, le maire d’Argentat s’était juré de le présider un jour mais il

s’éclipse de nouveau et cède sa place à François Hollande. Victoire douce-amère pour l’homme à l’accent chaleureux et la posture tranquille. Il est nommé vice-président et soutient François Hollande sans jamais faillir. Procès inachevé Avant de quitter la vie politique, il avait décidé de laver son honneur. Condamné pour abus de confiance, dans le cadre de l’enquête sur des avantages perçus lors de ses activités à la tête de la Mutuelle retraite de la fonction publique (MRFP), il avait fait appel quelques mois plus tard. Le jugement devait être rendu le 11 avril prochain. Le sénateur-maire n’en connaîtra jamais la décision. o Déborah Coeffier


FRANCE SOCIETE Gattaz et Gallois affichent leur soutien à Emmaüs

En bref

L’entreprise contre l’exclusion

Ecolo et militaires ensemble pour la SaintValentin

n L’exclusion s’immisce dans le débat des municipales à Paris. Vendredi, ils étaient tous là, ou presque. Anne Hidalgo (PS), Charles Beigbeder (DVD), Christophe Najdovski (EELV) et Danielle Simonnet (PG), ont répondu à l’invitation d’Emmaüs Défi et du Samu social au Bric-à-brac dans le 19e arrondissement. Manquait à l’appel Nathalie Kosciusko-Morizet qui a regretté dans un communiqué que « ce qui devait être un moment d’écoute et de partage devienne un instant de communication d’une candidate ». Dans les rues de la capitale, quinze mille personnes sont sans domicile fixe. La question n’est pas nouvelle à Paris puisque Jacques Chirac avait soutenu la création du Samu social en 1993.

Les patrons pour la coopération Ce qui est nouveau, c’est la volonté affichée de mettre l’emploi et l’entreprise au cœur de la lutte contre l’exclusion. Pierre Gattaz, président du MEDEF, et Louis Gallois se sont également exprimés, plaçant cette rencontre sous le signe de la coopération entre les associations et les entreprises. « L’idée est de casser les frontières entre les acteurs de la grande exclusion, mais aussi entre les spécialistes euxmêmes. Trop souvent, les personnes sont comme des boules de flipper entre les différents

n Le jour de la Saint-Valentin, écologistes et militaires de haut rang se sont assis à la même table pour une rencontre inédite sur l’Europe et la Défense. Connus pour leurs positions pacifiques et anti-militaristes, les Verts ont pourtant répondu présents à l’invitation de la sénatrice écologiste de Paris Leila Aïchi pour débattre aux côtés de grands officiers à l’occasion de la publication du « Livre vert de la défense ».

Intempéries Cinq départements du Nord-Ouest sont placés en vigilance orange « Vent et Vagues-submersion » par Météo France du vendredi 14 février au matin jusqu’au samedi 15 février 10h. Les rafales de vent pourraient dépasser les 120km/h par endroits, notamment dans l’intérieur des terres sur le Finistère, les Côtes d’Armor, l’ouest du Morbihan et la Manche.

n

P. Gattaz et L. Gallois au bric à brac d’Emmaüs (Crédit : M.B.)

dispositifs existants », a expliqué Charles-Edouard Vincent, le fondateur d’Emmaüs Défi. Et Pierre Gattaz d’embrayer sur cette idée une fois monté sur la petite estrade, « le MEDEF est parfaitement en phase avec l’idée de la simplification de toutes les aides existantes ». Deuxième point d’accord : l’importance des entreprises dans la lutte contre l’exclusion. Succès des « premières heures » Pour lutter contre le phénomène, celui que tout le monde appelle « Charlie » a mis en

place le dispositif « premières heures » en partenariat avec l’association Aurore. Lancée depuis 2009, cette initiative permet de proposer du travail à des SDF de façon progressive, quelques heures au départ, pour un retour vers un contrat traditionnel. Louis Gallois, ancien PDG d’EADS a affirmé souhaiter que « les entreprises s’associent à ce type de projet afin que les personnes s’écartent progressivement d’une situation d’exclusion ». o Matthieu Bidan

Moins de français sur les pistes n Seuls les deux tiers des

vacanciers français partant à la montage ont prévu d’aller dans une station de ski, ce qui est moins que l’an dernier, selon un sondage IfopAllianz Global Assistance. Par ailleurs, sur les 22% de Français qui comptent partir pendant les vacances scolaires d’hiver, la moitié a opté pour la montagne.

DEFENSE Un nouveau chef d’état-major pour la France

Pierre de Villiers à la tête des armées n Le nouveau chef d’état-ma-

jor des armées françaises porte un nom connu. Pierre de Villiers est le frère de Philippe, fondateur du parti d’inspiration souverainiste Mouvement Pour la France (MPF). Il est aussi le fils du général Jacques de Villiers, incarcéré après la guerre d’Algérie pour son implication dans les activités de l’OAS mais aussi maire de Boulogne de 1947 à 1983, élu de la droite modérée. Un catholique traditionnel Sa nomination par un président de la République venu des rangs de la gauche peut surprendre. Ce général de 57 ans est l’incarnation de la droite ca-

Pierre de Villiers prend ses fonctions le 15 février (Crédit: EMA)

tholique la plus traditionnelle. Mais selon les spécialistes de la défense, Pierre de Villiers

Affaire Lambert

était l’homme qu’il fallait pour succéder à l’amiral Edouard Guillaud, atteint par la limite d’âge. Il apparaît comme un « choix de compétence » : il occupait le poste de major général des armées depuis mars 2010, numéro deux dans la hiérarchie militaire. A ce titre, il était très impliqué dans les opérations militaires en cours et était surtout l’un des responsables de la mise en œuvre des grandes réformes de la défense. C’était sans doute la personnalité la plus à même de faire admettre aux armées les réductions d’effectif (près de 34 000 postes) prévues d’ici 2019. o Marine Zambrano

n Le Conseil d’Etat a finalement choisi de reporter sa décision à une date ultérieure sur le sort de Vincent Lambert, tétraplégique de 38ans en état végétatif chronique depuis cinq ans. Il demande une nouvelle expertise médicale qui aura six semaines pour se prononcer.

Procès Arche de zoé n Le président de L’Arche de Zoé Eric Breteau et sa compagne Emilie Lelouch ont été condamnés vendredi 14 février en appel à deux ans de prison avec sursis. En 2007, ils avaient tenté d’exfiltrer du Tchad 103 enfants présentés comme des orphelins du Darfour.

samedi-dimanche 15/16 FEVRIER- Expresso - 05


international GRANDE-BRETAGNE Le pays est victime d’inondations depuis des semaines

Le gouvernement patauge

D

es intempéries sans précédent s’abattent depuis quelques semaines sur toute la Grande Bretagne. David Cameron, le Premier ministre anglais, compte sur une aide financière de Bruxelles. « Nous cherchons de l’aide de la part de l’Union européenne », a-t-il déclaré jeudi, avant d’ajouter : « L’argent que je cherche à obtenir pour les agriculteurs vient du budget de l’UE ». Si le Royaume Uni fait aujourd’hui partie intégrante de l’Europe politique, M. Cameron a promis à ses concitoyens l’organisation d’un référendum d’ici 2017 en vue d’une éventuelle sortie de l’Union. La situation frise l’ironie. Non content de faire la quête auprès des instances continentales, le locataire du 10 Downing Street a également prié d’autres Etats de venir au chevet du Royaume Uni : « Là où les pays étrangers peuvent le plus aider, c’est au niveau de l’expertise. Avoir des spécialistes néerlandais pour pomper l’eau et organiser des systèmes de protection contre les inondations a été très utile », a-t-il fait remarquer.

David Cameron sur Guildford Street à Londres, le 11 février (Crédit REUTERS/Steve Parsons)

rés sur le fait que nous ferons tout ce qu’il faut pour les aider pendant cette période difficile », avait-il déclaré à la chaîne de télévision ITV1. Face à la colère des habitants, David Cameron n’a donc pas eu d’autre choix que de se lancer depuis

mardi dans une croisade contre les éléments. Annulant coup sur coup un conseil des ministres et une visite au Proche-Orient, le chef du gouvernement a finalement chaussé ses bottes. Mais cela n’a pas empêché les vives critiques de fuser Outre-

Un bilan déjà lourd

David Cameron, prophète en son pays ? Devant les accusations d’inactions proférées depuis plusieurs semaines à l’encontre de son gouvernement, le Premier ministre britannique a décidé de s’occuper personnellement du dossier des inondations. «Les gens ont besoin d’être rassu-

6000 habitations ont déjà été inondées ces deux derniers mois. Les nappes phréatiques étant saturées, le retour complet à la normale est prévu pour le mois de mai. La situation devrait empirer durant quelques semaines encore, puisqu’une tempête venant de l’Atlantique devrait traverser le territoire d’ouest en est et déverser l’équivalent d’un mois de pluie.

Manche, notamment dans les médias. The Independent s’interroge par exemple sur le temps qu’a mis le gouvernement pour solliciter l’aide du Fonds de solidarité de l’UE. « Pourquoi ce délai ? Peutêtre parce que le ministère des Finances désapprouvait le coût, sachant qu’une part de la donation serait déduite des sommes rendues à l’Angleterre par l’UE l’année prochaine », peut-on lire dans le journal. Une gronde qui devrait amplifier ces prochains jours, puisque les perspectives d’évolution de la situation sont loin d’être réjouissantes. o Gaspard Augendre

RUSSIE En déclarant son soutien à al-Sissi, le président russe provoque les Etats-Unis

Le Moyen-Orient, nouvelle cible de Poutine

n Vladimir Poutine est à

l’offensive. Après la Syrie, l’Egypte. Le président russe veut placer ses pions sur le globe comme à l’époque de la guerre froide. En visite à Moscou, le candidat à l’élection présidentielle égyptienne Abdel Fattah al-Sissi, a rencontré jeudi 13 janvier Vladimir Poutine, qui lui a souhaité en son nom « et au nom du peuple russe de réussir ». Mieux : le quotidien économique russe Vedomosti a rapporté hier que la Russie était sur le point de vendre pour plus de 3 milliards de dollars d’armements à l’Egypte. De

quoi faire de cette première approche vers l’allié traditionnel des Etats-Unis un véritable succès. Un « nouveau départ » raté En signant, en 1979, un traité de paix avec Israël, l’Egypte avait quitté le camp du bloc communiste pour rejoindre celui de la sphère occidentale. Depuis 1985, Washington fournit un soutien au Caire de 1,3 milliard de dollars, l’aidant ainsi à assumer 80% de ses dépenses militaires. Mais depuis la destitution en juillet 2013 du président islamiste Mohamed Morsi, le «

04 - EXpresso - Samedi-dimanche 15/16 FEVRIER

nouveau départ » promis par le président américain Barack Obama lors de sa visite en Egypte en 2009, n’a pas eu lieu En opérant un putsch contre les Frères musulmans, l’armée égyptienne a provoqué les foudres des EtatsUnis. En octobre 2013, une partie non dévoilée de l’aide militaire a été suspendue. Avantage pour les Russes « Ce n’est pas une punition », a tenté de rassurer le chef du département d’Etat américain, John Kerry. Une occasion en or pour Vladimir Poutine, déterminé à ramener son

pays sur le devant de la scène internationale depuis la dislocation de l’Union soviétique. Grâce à son soutien indéfectible au président syrien Bachar Al-Assad, le président russe a réussi à poser un premier pas au MoyenOrient, principale zone d’action des Etats-Unis délaissée aujourd’hui. Pour l’analyste russe Fiodor Loukaniov, « Les Américains n’ont aujourd’hui plus personne sur qui miser en Egypte. Le moment est devenu avantageux pour la Russie ». o Yoann Giammetta


international DIPLOMATIE Le président chinois, Xi Jinping, reçoit John Kerry

Les îles Senkaku troublent les relations sino-américaines

J

ohn Kerry pose ses valises à Pékin pour deux jours. De retour pour la quatrième fois en un an sur le continent asiatique, le secrétaire d’Etat américain est arrivé avec des objectifs précis: clarifier le différent diplomatique entre Tokyo et Pékin au sujet de l’océan Pacifique et obtenir un soutien de la Chine face au problème du nucléaire coréen. Les revendications territoriales de l’Etat chinois en Asie inquiètent à la fois Washington et Tokyo. La création unitalérale en novembre dernier d’une «zone d’identification de la défense aérienne» (ADIZ) par Pékin en mer de Chine orientale a causé de vives tensions. Cette zone de défense aérienne englobe les îles Senkaku. Ces îles, appelées Diaoyu par l’administration chinoise, sont revendiquées par le Japon. La situation s’est encore détériorée après la visite du Premier ministre japonais Shinzo Abe le 26 décembre au sanctuaire Yasukuni, à Tokyo. Pour la Chine, ce lieu symbolise l’agression et l’occupation militaire nippones avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Depuis, les deux voisins et rivaux n’ont rien fait pour désamorcer la tension.Reçu à Séoul jeudi 13 février, M. Kerry s’est

clairement positionné en soutenant le Japon, son allié de longue date dans la région. Il a rappelé que “les îles Senkaku relèvent du traité de sécurité prévoyant l’intervention des Etats-Unis en cas d’attaques d’un pays tiers.” Washington cherche à calmer le jeu en adoptant une position de “gendarme”.

John Kerry et son homologue chinois, Wang Yi (Crédit AFP)

Déclarations « constructives » La Corée du Nord est l’autre sujet de discussion entre les Etats-Unis et la Chine. La diplomatie américaine compte sur le soutien ferme de Pékin pour faire plier Kim Jong-Un, le chef d’Etat nord-coréen, sur la question nucléaire. Il y a tout juste un an, en dépit des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, la Corée du Nord a procédé à son troisième essai nucléaire. Pour cette cette première journée de voyage officiel, John Kerry s’est félicité des déclarations “constructives, et positives” du président chinois Xi Jinping. La tournée asiatique du chef de la diplomatie américain doit se poursuivre en Indonésie puis à Abou Dhabi. En revanche John Kerry ne s’arrêtera pas au Japon, Barack Obama ayant prévu de se rendre en avril à Tokyo. o Evelyne Louzingou

SOUDAN DU SUD Pas de cessez-le-feu

En bref

n Malgré la poursuite des négo-

Une statue d’Apollon à Gaza

Un ministre allemand sur la sellette

n Une statue de 2500 ans du

n Le conservateur Hans-

Les négociations continuent ciations en Ethiopie entre les partisans du président Kiir et son principal opposant Riek Machar, le Soudan du Sud est toujours plongé dans la guerre civile. L’International Crisis Group parle de 10 000 morts depuis décembre. Les deux protagonistes du conflit sont d’anciens militaires. Salvaa Kiir fait partie des Dinka, la principale ethnie du pays. En juillet, il a renvoyé de son poste son vice-président Riek Machar, issu de l’ethnie minoritaire Nuer. Au delà du conflit inter-ethnique Mais, l’affrontement n’est pas seulement inter-ethnique. Les sympathisants de Machar ne sont pas tous Nuers et les Dinkas sont eux-mêmes divisés : les tensions

se cristallisent sur l’accaparement des ressources pétrolières et de l’aide alimentaire. Le fragile équilibre du pays a définitivement été rompu dans la nuit du 15 décembre. Evoquant une tentative de coup d’Etat, le président Kiir a ordonné de désarmer les gardes présidentiels Nuers. Dénonçant un « nettoyage ethnique », Riek Machar fuit alors la capitale, Juba.Un cessez-le-feu a bien été signé entre les deux camps, le 23 janvier, mais il n’a pas été respecté. Le gouvernement a accusé les rebelles d’avoir transgressé l’accord, quand les rebelles ont invoqué une agression de la part de l’armée gouvernementale. On compte déjà près de 900 000 déplacés. o A.N

dieu grec Apollon, découverte en Cisjordanie, fait tourner les têtes à Gaza. Le mouvement islamiste du Hamas assure garantir la préservation de cette antiquité qui pourrait lui apporter de précieux bénéfices. La statue, d’1m70, a été trouvée par un pêcheur en août dernier parmi les rochers. Le ministère de l’Intérieur est chargé de l’enquête pour déterminer d’où vient l’Apollon. Toutefois, parce que le Hamas est considéré comme une « organisation terroriste » par l’Union Européenne, la statue ne devrait pas être exposée au Louvre ou au British Museum.

Peter Friedrich, ministre de l’Agriculture, pourrait bien perdre son poste pour avoir enfreint son devoir de réserve.Il a reconnu avoir indiqué en octobre au président du parti social-démocrate que le nom d’un député SPD figurait sur une liste de suspects dans le cadre d’une affaire sensible : un réseau de pédopornographie. Sebastien Edathy, le député mis en cause, est soupçonné d’avoir commandé par internet auprès d’une firme canadienne des vidéos et photos de jeunes dénudés. Friedrich a déclaré qu’il démissionnerait si le parquet ouvrait une enquête contre lui.

samedi-dimanche 15/16 fevrier- Expresso - 05


ECO/CONSO ECONOMIE La conjoncture économique internationale s’améliore

Timide retour de la croissance

L

es chiffres dévoilés vendredi 14 février confirment le retour de la croissance en Europe. D’après l’Insee, le taux de croissance annuel de l’économie française doit être revu à la hausse après un dernier trimestre 2013 en nette progression. Il s’élèverait désormais à 0,3%, au dessus des estimations du ministère de l’Economie et de la plupart des analystes. Cette légère embellie permet à François Hollande d’évoquer un regain d’activité. Sitôt ces résultats publiés, la Bourse de Paris est repartie à la hausse, le président de la République saluant pour sa part « la confiance retrouvée par les acteurs économiques de notre pays » selon les propos rapportés par la porte-parole du gouvernement Mme Vallaud-Belkacem. Interrogé par France 2, Pierre Moscovici, ministre de l’Economie, a quant à lui déclarer vouloir « aller plus loin pour avoir des créations d’emplois, pour faire reculer le chômage ». Le meilleur reste à venir Pour 2014, le gouvernement attend officiellement un taux de croissance de 0,9%, mais M. Moscovici n’exclut pas un meilleur résultat au regard des dernières estimations. D’autres voix se sont élevées au sein de la majorité pour saluer ce léger mieux. Le porte-parole du groupe PS à l’assemblée, Thierry Mandon,

Pierre Moscovici et Najat Vallaud-Belkacem préfèrent rester prudents (Crédit : AFP)

a évoqué un résultat qui « démontre que les performances économiques de la France restent très proches de celles de nos voisins ». Le reste de l’Europe fait mieux Cette reprise française s’inscrit en effet dans un mouvement européen. Sur la fin de l’année, c’est bien l’ensemble du continent qui a connu une légère accélération. Selon Eurostat, l’organisme statistique officiel de l’Union européenne, le PIB de la zone euro

a progressé de 0,3% d’octobre à décembre, après une hausse de 0,1% sur le trimestre précédent. Cependant, la situation reste préoccupante pour la France, qui ne parvient pas à suivre le rythme imposé par Berlin et Londres. L’Allemagne, tirée par ses exportations, a pu élever les prévisions de croissance en 2014 à 1,8%. Un risque de déflation En Grande-Bretagne, la Banque d’Angleterre table désormais

sur un taux de croissance de 3,4% cette année. L’Hexagone est à la traîne. Autre motif d’inquiétude : le chômage au sein de la zone euro reste au dessus des 10%. Enfin, selon Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international, un risque grandissant de déflation, synonyme de baisse des prix et de l’activité, guetterait la France et ses voisins européens. La reprise ne serait dès lors qu’un feu de paille. o Grégoire Belhoste

S’endetter pour se relancer, la méthode niponne

n Le gouvernement japonais

s’apprête à dégainer une rallonge budgétaire de 40 milliards d’euros d’ici le mois de juin. Il veut ainsi soutenir une économie qui risque le ralentissement dans les prochains mois suite à l’augmentation de la taxe à la consommation de 5 à 8% prévue le 1er avril prochain. Le Japon, qui subit une déflation sans fin depuis quinze ans, souffre d’une dette publique colossale qui atteint 250% de son PIB. Pour comparaison, celle de la France environne les 93% du PIB. Les limites de la dépréciation du yen Il y a plus d’un an, le Premier ministre japonais Shinzo Abe lançait une série de réformes 06 - EXPRESSO - SAMEDI-DIMANCHE 15/16 FÉVRIER

baptisées « Abenomics ». Il s’agissait de relancer l’économie de l’Archipel en assouplissant la politique monétaire et en soutenant l’activité à l’intérieur du pays. Le Yen a ainsi connu une forte dépréciation (26% face à l’euro), qui a bénéficié aux entreprises exportatrices, mais pas aux importations dont le montant a augmenté de 15%. L’arrêt du nucléaire a fait gonfler la facture énergétique et les prix de tous les produits de grande consommation. La décision très keynésienne de l’Etat japonais consiste à augmenter les dépenses publiques lorsque la demande privée baisse. Le Japon veut atténuer « le choc du 1er avril » et anticiper la chute de la demande intérieure. En

effet, la consommation constitue 50% du PIB japonais. Si elle venait à dégringoler, la situation économique du pays deviendrait critique.

L’inquiétude des Japonais L’Etat a demandé vendredi 14 février que 70% de l’enveloppe de 40 milliards soient dépensés avant la fin du mois de juin, et 90% d’ici septembre : le troisième volet des « Abeconomics », celui des reformes structurelles, est en passe d’être déclenché. Les 40 milliards financeront la reconstruction des régions ravagées par le tsunami de mars 2011, prépareront les infrastructures pour les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo, et aideront l’embauche des jeunes, des femmes

Shinzo Abe (AFP)

et des handicapés. Cependant, le peuple s’inquiète de ne pas encore constater les effets des réformes amorcées par Shinzo Abe. Mais le chômage tend à baisser : il ne dépasse pas les 3,7% au Japon.

o Pierre Adrian


ECO/CONSO AGRICULTURE Retour sur un imbroglio européen

UE : la comédie des OGM

B

La culture du maïs transgénique TC1507 a été autorisée par la Commission (crédit : AFP)

ruxelles, 11 février 2014. La France vient de perdre la première manche de la bataille visant à interdire l’accès des sols européens aux OGM. Avec 19 autres pays de l’Union, elle a pourtant dit non à l’autorisation de l’introduction du maïs transgénique de la firme américaine Pioneer, le poétique TC1507. Manque de chance, c’est à la majorité qualifiée que les Etats de l’Union devaient rejeter la demande du géant américain. Sur les 260 voix nécessaires, les protestataires pourtant majoritaires n’en ont réuni que 210. Grands seigneurs, les commissaires européens ont laissé les Etats membres libres d’interdire ou d’autoriser les cultures d’OGM sur leur territoire. Motion de censure Cette disproportion n’a pas manqué de faire réagir. Du côté du Parlement européen, les Verts menacent de lancer une motion

de censure contre la Commission. A Paris, une proposition de loi du sénateur PS Alain Fauconnier doit être adoptée en urgence avec le soutien du gouvernement. Le but ? Interdire la culture de tout maïs transgénique le plus rapidement possible « compte tenu de l’urgence liée à l’approche de la période des semis de maïs et du risque important mettant en péril de façon manifeste l’environnement ». Si tout se passe comme prévu, la procédure sera bouclée le 10 avril. Contradiction française Mais cet apparent branle-basle-combat ne masque que difficilement les contradictions des politiques européennes sur les OGM. En effet la France, traditionnellement hostile à ces produits, importe d’énormes quantités de soja transgénique d’Amérique du sud pour nourrir ses animaux d’élevage. De plus, la proposition de loi Fauconnier défendue par le

ministre de l’agriculture a pour but d’interdire la culture du TC1507, mais également celle du MON810, une variété de maïs vendue par Mosanto. Or, la culture de cette catégorie de semences avait déjà fait l’objet d’une suspension avant d’être annulée en 2011 par le Conseil d’Etat, ce dernier estimant que le risque sanitaire n’était pas avéré. C’est là que le bât blesse. En effet, dans sa décision du 11 février, la Commission européenne a autorisé les Etats à suspendre la culture des OGM pour les motifs qu’ils entendent. Mais les textes européens ne prévoient une telle interdiction qu’en cas de dangers prouvés scientifiquement. En interdisant la culture du maïs transgénique pour des motifs éthiques ou d’ordre public, la loi française se placera donc en infraction vis-à-vis des règles internationales. Le dernier acte de la farce n’est pas encore joué. o Simon Fontvieille

EDUCATION Plus de 5 millions d’euros de déficit

Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, une université cotée mais endettée n Vendredi 14 février l’université Versailles-Saint-Quentin (UVSQ) votait son budget dans un climat de grande tension. Sommée de trouver des économies, la direction devait absolument équilibrer les comptes sous menace de fermeture. L’UVSQ est une jeune université avec des taux de réussite remarquables. Elle a été créée il y a vingt ans mais accuse plus de 5 millions de déficit. L’université n’a pas obtenu

des dotations en personnel et en fonctionnement suffisantes. Depuis son passage à l’autonomie en 2010 (Loi Pécresse), la masse salariale de l’UVSQ a explosé, tout comme l’offre de formation et du nombre d’étudiants. Mais sans moyens supplémentaires. Cessation de paiement Malgré l’annonce de François Hollande le 30 janvier d’attribuer trois milliards aux uni-

versités, plusieurs d’entre-elles sont au bord de la faillite. Depuis des mois les échanges entre le président de l’université JeanLuc Vayssière et sa ministre de tutelle Geneviève Fioraso sont tendus. Au terme de négociations serrées avec le gouvernement, l’université devrait bénéficier d’une avance remboursable d’environ 5 millions d’euros pour combler le déficit. o Brice Laemle

en bref Le « mode avion » enfin autorisé en vol n L’interdiction d’utiliser son smartphone ou sa tablette lors des phases de décollage et d’atterrissage sera bientôt du passé. La compagnie Air France a annoncé vendredi 14 février qu’elle autorisait désormais ses passagers à utiliser leurs appareils électroniques personnels durant toutes les phases de vol. Elle applique ainsi une directive de l’Agence européenne de sécurité aérienne (AESA), publiée le 9 décembre dernier, autorisant ces appareils portables lorsque leur « mode avion » est activé. Il n’est donc pas question d’utiliser le Bluetooth ou le wi-fi. S’occuper des mails et téléphoner, cela n’est pas encore pour aujourd’hui.

908

C’est en millions le nombre d’entrées au cinéma dans les pays de l’UE selon les données de l’Observatoire européen de l’Audiovisuel. Ce résultat a été publié à l’occasion du festival international du film qui se tient à Berlin. La France est le pays d’Europe où on va le plus au cinéma. Avec 192,8 millions d’entrées l’année dernière (et malgré une baisse de 5,3 % de la fréquentation), l’Hexagone dépasse largement la GrandeBretagne (165,5 millions d’entrées) et l’Allemagne (129,7 millions). Depuis le début du XXIè siècle, c’est la deuxième plus mauvaise performance, après 2005 (901 millions d’entrées). Le repli est important en Espagne et au Portugal.

Les smartphones dépassent les portables n Les smartphones ont repré-

senté 53,6% des ventes de téléphones portables en 2013, soit 967,8 millions de mobiles sur les 1,8 milliards vendus dans le monde. C’est la première fois qu’ils dépassent les téléphones mobiles classiques. Ces chiffres, révélés par le cabinet Gartner, soulignent également la mainmise de Google sur ce marché. Le géant est en effet présent sur près de 80% des smartphones vendus à travers son logiciel Android. Du côté des constructeurs, c’est Samsung qui arrive en tête avant son concurrent Apple.

SAMEDI-DIMANCHE 15/16 février- Expresso - 07


Culture interview Au salon du tournage tous les lieux s’achètent

Les coulisses du grand écran

L

ouer une station de métro, habiter un château de la Loire, privatiser un TGV, tout est possible pour les repéreurs. Ils sont chargés par les réalisateurs de dénicher les lieux qui donneront corps aux long-métrages. Sur le Salon du tournage, jeudi 13 et vendredi 14 février à la Cité de la mode et du design, ils étaient nombreux à arpenter les allées. Le cas de la Maison Blanche est atypique. Rien à voir avec le lieu de résidence du président américain, il s’agit de l’ancien hôpital psychiatrique de Neuilly-sur-Marne. 45 hectares uniquement consacrés aux caméras. Pour Yves Tregouët, maire adjoint, le lieu est bien occupé : « Avec 140 jours de tournage par an plus la préparation, le site ne se dégrade pas, explique t-il. Les bâtiments, comme le château, sont chauffés, repeint srégulièrement ». Et les frais sont pour les sociétés de tournage : la journée se facture entre 150 et 1 500 euros en fonction du lieu et du format. Le site participe à la vie de la commune : « les habitants s’identifient aux

film, c’est d’abord de l’action. Alors au salon les transports sont à l’honneur. Plus d’un film sur trois en France dispose d’une séquence du réseau SNCF. Gares, trains, quais... 15 000 euros pour Bir-Hakeim

A la station Gambetta (crédit: Jean-François Mauboussin)

films et au site » selon le maire adjoint. Une centaine d’entres eux a déjà fait de la figuration. Lorsque les films tournés - 24

SCIENCE Le carton des applis confidentielles

Le paradoxe de l’anonymat n La protection de la vie pri-

vée pourrait bien être la tendance de l’année 2014. Plusieurs nouvelles applications pour mobiles offrent à leurs utilisateurs une plus grande maîtrise de leurs informations sur Internet et rencontrent un franc succès. Snapchat est une application pour smartphone qui permet d’envoyer des photos et vidéos à durée de vie limitée. Une fois que votre ami reçoit la photo, elle s’autodétruit au bout de quelques secondes. Sexting Si d’aventure le destinaire fait une capture d’écran de votre photo, vous en serez averti et ne lui enverrez plus rien à l’avenir. Très utilisé pour le sexting, l’outil est symptomatique d’une demande de droit à l’oubli des internautes. Cette application ne permet cependant pas l’anonymat total. Pour envoyer une photographie à un utilisateur vous devez au préalable lui demander son nom.

08 - Expresso - samedi-dimanche 15/16 Février

jours sur l’affaire Ilan Halimi ou un film sur la traque de Guy Georges - sortiront en salles certains se verront à l’écran. Un

Thomas Bruneteau, permanent au pôle Cinéma et Tournages, explique que « plus de 3 000 sites sont proposés avec une grille de prix ». Les gares de Paris sont plus chères qu’en province. Mais comme il le rappelle « tout est négociable »… La RATP dispose aussi d’une personne responsable des tournages. Karine Lehongre-Richard est la « Madame Cinéma » du réseau. 60 tournages par an filment de l’abribus à la station complète avec wagons de métro et chauffeur du réseau. Mais il ne faut pas gêner le trafic alors le tournage se fera de nuit entre 1h30 et 4h30 ou en heures creuses entre 10h et 15h. Tarif de la station Bir-Hakeim de nuit avec vue sur la Tour Eiffel ? A partir de 15 000 euros. De manière générale, tout est filmable, mais rien n’est gratuit… o Flavian Charuel

en bref La World Press photo de l'année

De leur côté, Whisper et Secret permettent à l’utilisateur de partager des photographies ou même ses pensées les plus intimes sur la place publique, sans nom ou pseudonyme. Cet anonymat, plebiscité, a pour but de favoriser la sincérité et l’échange entre les internautes. Ces applications ont récemment été saluées par Christopher Poole sur son blog. Surnommé m00t, Poole est le fondateur du plus célèbre des forums anonymes: 4chan. Paradoxe A l’inverse, les internautes partagent ouvertement leur localisation, la musique qu’ils écoutent en temps réel ou des photographies de leur vie quotidienne avec des applications telles Tinder (rencontres), Lastfm (pour la musique) et Instagram par exemple. Ainsi, ce que recherchent les utilisateurs c’est surtout contrôler ce qu’ils montrent ou non au public. o Florian Reynaud

n Cette photographie de John Stanmeyer a été élue World Press Photo 2014. Elle montre des migrants africains essayant de capter du réseau téléphonique au clair de lune.

Star Wars à Saint-Denis n Dark Vador, R2D2, Yoda : tous les personnages emblématiques et près de 200 objets inédits de la saga “Star Wars” seront exposés à partir de samedi 15 février à la Cité du Cinéma, à Saint-Denis près de Paris. L’exposition présentée en première européenne réunit jusqu’au 30 juin 2014 des pièces originales issues des collections de George Lucas, créateur de la légendaire saga de “La Guerre des Etoiles”. Prix : entre 17 et 22 euros.


sport JEUX OLYMPIQUES Une première semaine en demi-teinte pour les Français

Sept jours à Sotchi

V

oilà sept jours que les XXIIe Jeux Olympiques d’hiver ont ouvert leurs portes en Russie. Après une cérémonie d’ouverture suivie par plus de trois milliards de personnes dans le monde vendredi 7 février, l’audience ne faiblit pas. Les Américains sont particulièrement friands de cette olympiade hivernale. Outre-Atlantique, la chaîne NBC a connu en une semaine, une audience cumulée supérieure à 100 millions de téléspectateurs. Il faut croire que le monde entier s’intéresse aux sports originaux qu’on ne voit qu’une fois tous les quatre ans. Half-pipe, short track, luge biplace ou encore skeleton sont autant de curiosités visibles sur les pentes de la station balnéaire russe.

olympique. Coline Mattel et Jean-Guillaume Beatrix sont les deux autres médaillés français. Ils ont terminé tous les deux sur la troisième marche du podium dans leur discipline respective (saut à ski et biathlon). o Alexis Guilleux

Quand te reverrai-je, étoile des neiges ?

Les Français entre réussite et désillusions

Jason Lamy-Chappuis a sombré mercredi lors de la seconde épreuve de combiné nordique. Champion olympique en titre de la discipline, il a terminé à la 35e place, à plus de deux minutes des premiers concurrents. Vendredi 14 février, Alexis Pinturault a lui aussi connu la désillusion. A seulement 22 ans, le skieur savoyard, est passé à côté du slalom du super combiné. Il était une des meilleures chances françaises de médaille. Côté tricolore,

La Française Coline Mattel a décroché le bronze dans l’épreuve de saut à ski (crédit: AFP - John MacDougall)

seul Martin Fourcade tient son rang. En moins d’une semaine, le jeune biathlète est devenu double champion olympique de sa discipline, avec une victoire mardi en poursuite (12,5 kilo-

mètres) et une seconde jeudi en individuelle 20 kilomètres. Aligné dans trois épreuves la semaine prochaine, Martin Fourcade tentera de poursuivre sa ruée vers l’or et son rêve

RUGBY Les Françaises victorieuses à la conquête du public

Le XV féminin attire de plus en plus n Le 1er février les Bleues s’imposaient 18-6 face à l’Angleterre au Stade des Alpes de Grenoble. Le samedi suivant, elles battaient l’Italie 29-0 à Blagnac. Deux victoires écrasantes qui en disent long sur le niveau du XV tricolore. Car si l’équipe de rugby française ne craignait pas trop les Italiennes, elle redoutait les Anglaises, vicechampionnes du monde en titre, qui leur avaient infligé une lourde défaite (20-40) lors de la tournée d’automne le 9 novembre dernier. Le match de la notoriété

Autre victoire pour les Françaises, le fameux Crunch au féminin, duel France-Angleterre, retransmis en direct sur France 24, a été suivie par 673 000 téléspectateurs. L’audience reste bien

en-deçà de celle des hommes qui rassemblaient plus de 6 millions de personnes sur France 2. Mais les chiffres sont encourageants pour Nathalie Janvier, chef de la délégation tricolore, qui confiait à 20 Minutes après la rencontre : « Lors du précédent match télévisé, nous n’avions fait que 380 000 téléspectateurs ». Mieux, contre l’Italie, elles ont joué à guichets fermés. Une possible explication : la hausse du nombre de licenciées depuis une dizaine d’années. Elles étaient près de 4 000 à pratiquer ce sport au début des années 2000, elles sont désormais 12 000. A croire que les clichés de ce sport très physique commencent à tomber. Et la visibilité pour les Françaises, n’est pas qu’une histoire

d’ego. Aucune d’entre elles ne vit du rugby. « Il est arrivé que certaines joueuses refusent d’être sélectionnées car elles n’avaient pas pu se libérer de leur travail », raconte Nathalie Janvier. Ce gain de visibilité est d’autant plus encourageant que le prochain mondial aura lieu en France du 1er au 17 août. L’occasion de faire valoir le rugby féminin dans l’Hexagone et de casser les stéréotypes qui lui sont accolés. Quatrième de l’édition de 2010, la qualité de jeu qu’elles proposent depuis le début du Tournoi des VI Nations est très prometteur. Prochain rendez-vous pour les Bleues, le samedi 23 février contre le Paysde-Galles à Port-Talbot. o Angèle Guicharnaud

La véritable star de ces jeux, c’est bien la neige. A Sotchi, le traditionnel manteau blanc, nécessaire à la bonne tenue des épreuves des Jeux olympiques, fond sous la montée du mercure. Quand le soleil est au zénith, le thermomètre dépasse les dix degrés sur les pistes, qui peinent alors à rester enneigées. Et le gel matinal ne suffit pas à maintenir la neige compacte. « C’est la neige que l’on retrouve en France au mois de mai » a déclaré Etienne Gouy, le patron du combiné nordique français. Le problème se pose surtout pour les épreuves de glisse, comme le ski de fond. Les athlètes déplorent une neige « fuyante » qui s’enfonce à leur passage. Rien de bien étonnant quand on sait que Sotchi est située à la même latitude que Nice. En ce mois de février, un air de Côte-d’Azur flotte sur la Russie

en bref A Sotchi ce week-end n Martin Fourcade tentera

de décrocher une troisième médaille dimanche. Il prendra le départ d’une nouvelle épreuve de biathlon. Pour les amateurs de glisse, la compétition de bobsleigh s’ouvre dimanche. Ce sera l’occasion de revoir l’équipe nationale de Jamaïque qui n’a plus participé aux Jeux d’hiver depuis ceux de Salt Lake City en 2002. Trace la glace man !

Ligue des Champions n Les huitièmes de finale de la Ligue des Champions commencent mardi soir. Le PSG entre en lice contre le Bayer Leverkusen mardi soir. Au même moment, Manchester City recevra le FC Barcelone.

Samedi-Dimanche 15/16 février- Expresso - 09


15/16 02 2014

EXPRESSO

# 09

PORTRAIT Razzy Hammadi, député PS, candidat aux municipales

L’homme pressé de Montreuil

I

l enfile une doudoune sur son costume sombre et s’empare d’une liasse de tracts. Pas une minute à perdre, Razzy Hammadi est en campagne. A 35 ans, le député PS de SeineSaint-Denis, brigue la mairie de Montreuil, où « beaucoup font de la politique en considérant que tous les coups sont permis ». Dominique Voynet, qui a jeté l’éponge, laisse un boulevard à l’ancien maire communiste Jean-Pierre Brard. Au milieu, Razzy Hammadi a tout à prouver s’il veut se défaire de son étiquette de parachuté. Elu député en juin 2012, après s’être présenté sans succès à la mairie d’Orly (Val de Marne) en 2008, il assure avoir « été vraiment interpellé » par celles et ceux qui sont venus le voir à sa permanence électorale. Une permanence que Razzy Hammadi a installée au premier étage d’un immeuble discret, à Montreuil. Et c’est d’un pas vif qu’il la quitte ce jeudi, pour s’engouffrer dans une voiture, direction la rue Marceau, à la rencontre des habitants.

des dernières élections législatives. Alors à l’Assemblée Nationale, il met les bouchées doubles pour se faire un nom. Assidu au sein de la Commission des Affaires économiques, il a été rapporteur du projet de loi sur la consommation porté par Benoît Hamon, un proche. Les deux hommes sont issus du même courant, le Nouveau Parti socialiste. « Cages d’escalier »

Du terrain, encore du terrain.

« Ce qui m’intéresse c’est la culture du faire », insiste-t-il en épelant chaque lettre. Son engagement fut d’abord associatif, dans sa ville natale de Toulon. Avant de prendre un tour « partisan » lorsque le Front National remporte la ville

Razzy Hammadi lors du lancement de sa campagne pour l’élection municipale de Montreuil, le 19 décembre 2013. (Crédit: MAXPPP)

en 1995. « J’ai adhéré au PS parce que je n’étais pas communiste et qu’à Toulon, les écologistes étaient focalisés sur les

problèmes de radioactivité dans la rade », explique-t-il. A Montreuil, certains estiment qu’il a bénéficié de la vague rose lors

Au PS, ils ont fait leurs armes à la même école, le Mouvement des Jeunes Socialistes, dont Razzy Hammadi prend la tête en 2005. Lorsque Dominique de Villepin présente son projet de Contrat Premier Embauche, il est l’un des initiateurs de la contestation. « C’est une manière de faire de la politique qui me plait, avec de la combativité et une organisation qui prend ce qu’il y a de meilleur dans les nouveaux modes de communication », se souvient-il. Soutenu par Claude Bartolone, très influent en Seine-Saint-Denis, celui qui se veut « aussi à l’aise dans les débats d’experts que dans les cages d’escalier » pourrait devenir l’un des plus jeunes maire d’une ville de plus de 100 000 habitants. Arrivé rue Marceau, le chauffeur le presse : « On va y aller Razzy ». Pas de répit pour Hammadi. o Pierre Mérin

EXPRESSO CRITIQUE

Les Inconnus, un drôle de retour n Un plantage en règle leur

était promis par les critiques. Et pourtant, le trio des Inconnus semble avoir agréablement surpris à l’occasion de la sortie de leur deuxième volet des Trois Frères. Loin des « On touche le fond » de 20 Minutes ou du « Au-delà de la déception », signé le JDD, nous sommes beaucoup plus modérés. Malgré une certaine appréhension d’avantfilm, on se surprend à sourire dès les premières minutes, lorsqu’apparaît le visage plein de malice de Pascal Légitimus en gigolo inavoué. Le deuxième volet des Trois Frères reprend 10 - EXPRESSO - SAMEDI-DIMANCHE 15/16 FÉVRIER

la trame du premier, aux risques de la redite et d’un manque d’originalité. Pascal, Didier et Bernard Latour doivent se réunir pour une histoire de succession. Mais, progressivement, les péripéties s’enchaînent et rien ne se passe comme prévu. Rencontres avec le notaire, belle-famille guindée de Didier, relations pères-enfants, scènes de défonce non-désirées... tous les bons ingrédients, qui avaient fait le succès du film dans les années 1990, sont réutilisés avec efficacité. Et l’effet est au rendez-vous : les fous rires se succèdent. Tous ces clins

ESPRESSO QUOTIDIEN

d’oeil sont d’ailleurs parfaitement maîtrisés. Les acteurs ont déjoué avec brio tous les risques de « réchauffés ». Les allusions au premier volet et aux différents sketches sont légères et mesurées. Et heureusement. Car plus les années passaient, plus le mythe qui se créait autour du film risquait de desservir les trois acteurs. Les Inconnus ont en fait réalisé une sorte de version actualisée des Trois Frères. Sans réelle innovation humoristique, ils ont néanmoins réussi leur retour risqué.

o Maxime Lebufnoir

Institut Français de Presse, Paris II 92 rue d’Assas 75 006 Paris Quotidien école M1. Février 2014. Directeur de la publication : JeanBaptiste Legavre. Sous la direction de Françoise Fressoz, rédactrice en chef et Fabien Rocha, éditeur en chef. Chefs de service : Marine Zambrano (France), Evelyne Louzingou (International), Brice Laemle (Eco/conso), Angèle Guicharnaud (Culture/sport). Chef d’édition : Marine Haag.


09 Expresso 2014