Page 1

BSM GHN IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

Bulletin de Santé Mondiale — Global Health Newsletter

Volume 6 Numéro 3 Février 2013

1


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Shape the health of our planet

Claudel P-Desrosiers Présidente IFMSA-Québec

Altagracia M. de Leon Coordinator Global Health Equity

2

PreRM on Global Health Equity and Health Systems: “You are the future and a future in your hands is one that has the potential to improve lives for everybody.” As Professor Sir Michael Marmot, chairman of the WHO Commission on Social Determinants of Health puts it: “Action on social determinants of health and health equity means putting social justice at the heart of social action.” A few weeks ago marked the last day of the pre-Regional Meeting of the Americas 2013 on “Global Health Equity and Health Systems”; and we can only say that everything went beyond our personal expectations. On the menu of the workshop, we had trainings, dynamics, interactive lectures, videos, group presentations and small working groups on social determinants of health systems, health systems from America, advocacy, global health challenges and new approaches. We also had the opportunity to visit a national public hospital in Santa Tecla and this was an eye-opening experience. Health systems as identified by the WHO Commission on Social Determinants of Health are one of the crucial determinants of health within countries. There is no single set of best practices that can be

put forward as a model for improved performance, as health systems are highly contextspecific. But health systems that function well have certain shared characteristics. During the visit at the hospital, most of us were shocked and impressed at once: shocked because it was far from the reality we are used to; and impressed because Salvadorian health professionals were doing so much with so little. The reality is straightforward. For example, the lack of material is a constant burden on the health professionals, specially interns, as they must, in their daily practice, ventilate manually their patients because they don’t have enough machines to do it. The world as we know has never possessed such a sophisticated arsenal of interventions and tech-


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

Chile even an adopted latino: Sweden. This might be one of our favorite activities of this preRM, as we saw young medical students sharing their passion and knowledge on their respective national health systems. It helped us sharpen our vision on our healthcare systems, and we developed a critical eye on what is done already and what could be done better. One striking example of what we were lucky enough to learn ab o u t was th e C os ta Rican health care system which since its creation in the late 1940s, Costa Rica's Social Security System, known as the Caja, has become the country's most-respected public institution, providing universal health-care coverage and some of the best health-care services in Latin America. What’s more the World Health Organization frequently places Costa Rica in the top country rankings in the world for long life expectancy. Add that Costa Rica tops the Happy Planet index and has embraced sustainabilDuring one of the three work- ity in its national policies: it shop days we had the chance produces 99% of its energy of having a Comparative from renewable sources, has Health Systems session. From reversed deforestation in the north to south, Quebec, Peru, country, and has committed to Mexico, El Salvador, Costa becoming carbon neutral by Rica, Colombia, Argentina and 2021. nologies for curing disease and prolonging life. Yet the gaps in health outcomes continue to widen. Much of the ill health, disease, premature death, and suffering we see on such a large scale is needless, as effective and affordable interventions are available for prevention and treatment. The power of existing interventions is not matched by the power of health systems to deliver them to those in greatest need, in a comprehensive way, and on an adequate scale. Which makes even harder the achievement of national and international goals without greater and more effective investment in health systems and services.

You are the future and a future in your hands is one that has the potential to improve lives for everybody.

Dans ce numéro Shape the health of our planet Claudel P-Desrosiers

2

Avancer à pas de tortue Laurent Darveau

5

Family Mistinissi Vanessa Kustec

6

INcommunity L’équipe d’INcommunity

8

Idle no more & Health Equity Benjamin Langer

14

Un sourire pour la fin Julie Hébert

16

Concours d’articles SCOI Participants 2012

18

Wellness Break Laura Patakfalvi

26

Le Colloque de santé mondiale Tanya Girard

28

Des nouvelles d’IFMSA-Québec Conseil exécutif 2012-2013

30

3


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Over the course of those days, we shared knowledge, we shared inspiration, we shared hope. Slowly, step by step, with trainings on advocacy and public speaking skills along the way, we were able to individually and with a collective approach turn our “wish list” of ideas and concerns about how we might do things differently, and better, on our wards, and in our hospitals and communities into potentially generalised realities whilst creating positive health and social change. A few more sessions on what can medical students do and how can we tackle the global health challenges of today were also on the menu to tool participants up with

4

concrete ideas on what can be done locally, nationally and internationally and turn them into global health equity advocates.

We shared knowledge, we shared inspiration, we shared hope. We must say: our stay in sunny Salvador was close to perfect. We met amazing and extremely generous people, who made us feel so welcome in this beautiful country of Central America. We feel extremely blessed to have been able to share those extraordinary preRM days with a group of dynamic, ener-

getic and enthusiastic people convinced that we can close the gap in our generation, young physicians committed to work for “a world where social justice is taken seriously.” It is definitely more than encouraging to put IFMSA mission “to offer future physicians a comprehensive introduction to global health issues” in action. It is indeed through IFMSA meetings and other opportunities that medical students develop cultural understanding, and positively influence the transnational inequalities that shape the health of our planet. Altagracia Mares de Leon Claudel P-Desrosiers Workshop Co-coordinators


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

Avancer à pas de tortues ... Vendredi, journée de départ du RM, nous sommes allés en matinée relâcher des bébés tortues à la mer. On s’est tous mis en ligne, à environ 10 mètres de l’eau, et on a libéré en même temps notre bébé tortue respectif. Les tortues ont tranquillement couru pour se jeter à l’eau et c’était cute.

Lors de notre conflit étudiant au printemps dernier, on a souvent entendu l’idée que la jeunesse gauchiste qui sortait dans les rues tendrait tranquillement vers la droite en vieillissant… Oui, non, peut-être? Malheureusement, ce semble historiquement être souvent le cas.

Je comparerai le parcours de nos rêves à celui de ces tortues. L’excitation qui vient avec la Jeunesse, le désir de changer les Choses, la Vie et le Monde nous fait courir vite et maladroitement sur la plage. C’est lisse, plat et facile. On ferme les yeux, rempli d’espoir et on se jette à l’eau.

Nous revenons du RM avec l’excitation habituelle de la jeunesse socialement impliquée. Suite à nos sessions, à nos discussions et au partage de nos idées et projets avec des gens venant d’un peu partout, nous revenons convaincus de l’universalité de nos rêves de changements. Ceux-ci sont maintenant intensément vivants et présents en nous. Mais encore, qui, parmi nous, gardera cette émotion puissante et la transmettra sur son campus?

Toutes les tortues se rendent à la mer. Et ensuite? Vous savez combien des 100 bébés tortues que nous avons libérés survivront en mer? Une seule. Sans jamais vouloir remettre en question la sincérité et l’honnêteté des sentiments qui habitent les jeunes, qui, parmi nous, gardera au long de son parcours ses rêves de jeunesse? Car il n’y a plus un seul endroit De la chair de solitude qui ne soit meurtri Même les mots que j’invente Ont leur petite aigrette de chair bleuie - Ce monde sans issue, Gaston Miron

Une chose est sûre, c’est que tous ces rêves meurent au moment où on se sent seul. Le RM les rend vivants et le présent défi est maintenant de s’associer aux gens qui se soucient des mêmes enjeux que soi et de les garder en vie en les partageant sur le campus à travers des activités.

Laurent Darveau Délégué d’IFMSA-Québec Rencontre régionale des Amériques 2013

Sommes-nous voués, malgré nous, à suivre le chemin de la désillusion en vieillissant? Y a-t-il une instance plus forte que nous qui gangrène subtilement notre chair de solitude, jusqu’à nous rendre passifs face aux enjeux qui nous révoltaient dans notre vingtaine?

5


Bulletin de SantĂŠ Mondiale - Global Health Newsletter

Family Medicine in Mistissini

Vanessa Kustec 3rd year McGill University

6

Many of us have had the opportunity to learn about the Aboriginal people; the long-lasting effect of the residential schools, the multitude of psychosocial issues, and the impact of these on health. However, it is a whole different thing to spend time in these communities and to actually talk with the people; to feel despair for their suffering and to take pride in their accomplishments. As a third-year clerk, I was fortunate enough to have this experience. I went up to Mistissini for 4 weeks with another med student for family medicine. The first thing that struck me on arrival was how big the town actually was. They had a grocery store, a big fitness centre with a hockey arena, a video store, a sports store, two gas stations, and many houses sprawled out over a huge area of land. The second thing was the dogs. There were dogs everywhere, of all types, going from house to house and running around the streets with each other, like kids calling on each other to come out and play. With the fresh air, the greenery all around and a lake nearby, it seemed like a wonderful place to spend the last few weeks of summer. We settled in to an apartment across the street from the clinic and got to work.

A young girl was brought in to the clinic by her foster mom, who was concerned about a sore throat and fever. I went in to evaluate her, smiled, asked the girl how she was feeling. She did not reply; she did not look at me. Her foster mom told me the story and expressed her concerns as I examined the child; she opened her mouth so I could look at her throat, lay down so I could palpate her stomach. She was cooperative, but never spoke to me, never smiled. It was a simple enough case, most likely a strep throat, but I could not get over how silent the girl had been, how abnormal it seemed to me. I saw many kids, either as patients or accompanying a parent, and it wasn't long before I realized that the happy, smiling kids who bounced into the examining rooms and wanted to touch everything were actually the rarity. In fact, talkative Cree people in general were a rarity.

One afternoon, I saw a pregnant woman coming in for a prenatal check-up. As I asked the standard questions for this type of visit, I got


IFMSA-QuĂŠbec | www.ifmsa.qc.ca the sense that things were not going well for her at home. Before long, she was telling me about how her husband had come home drunk and beaten her in front of their kids. She sat in a rocking chair and rocked, expressionless, saying how she was worried for her children and had no family here to support her. It was horrifying to me, but also not that unusual in this place. The number of stories I heard about drug and alcohol abuse, domestic violence, infidelity, and fighting in the streets was staggering. The amount of self-harm was not far behind. I still remember one afternoon when a bunch of people were standing outside the clinic door, pointing. I asked my staff what was going on. She replied, "Didn't you know? There is someone up on the tower who wants to jump. Some of the nurses went to try and get her down. You can see her from here." Sure enough, when I joined the people outside the clinic, I could see this person, just a small dark spot high up on the tower, waiting to jump. I went back inside, and before long, I heard that they had managed to convince her to come down, that she was coming to the clinic. When an older woman with a younger girl finally walked in, escorted by police, I was confused and worried. When I asked by staff, my fears were confirmed; it was the younger girl who had been trying to jump. She was 14. And it wasn't the first time she had tried something like this. It was devastating. Mistissini is a hard place, and the Cree have a hard life. The amount of obesity, diabetes, cardiac problems, kidney failure, and mental health issues are unbelievable. My friend and I went to the gym regularly and were definitely using it more than the town's inhabitants. The grocery store was full of good

fruits and vegetables, but that is not what people bought. There is a big issue of overcrowding, but even the existing houses, including our apartment and the new clinic center, are full of mold. And there is so much inter-generational trauma that everyone is truly a victim. However, there is a bright side. I did see some happy bouncy kids whose parents would actually drive them one hour away to Chibougamau to go to a better school and get a good education. I met women who had gotten out of abusive relationships so that they could make a better life for themselves and their kids. The pregnant lady I saw was thinking of doing just that. I met men who had given up substances of abuse so that they could be there for their family. There were still some people at the gym, trying to be healthier; the young kids were extremely enthusiastic about playing ice hockey and were encouraged to do so. And there were many dedicated nurses and physicians trying to make a change, support these people, encourage them and help them in their need. There is hardship in Mistissini, but there is also hope. For me, it was a very fulfilling and eyeopening experience. I was part of a wonderful team and I learned a lot, not only about medicine but about the struggles and difficulties of life that play into our health. I gained a better understanding of the Aboriginal people and learned how important it is to treat the whole person, not just the disease. I hope that I was able to help make a difference in some way and that some day I will get the opportunity to go back.

7


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Présentation du projet INcommunity Incommunity – Immersions en communautés négligées est un programme d’apprentissage qui permet aux étudiants en médecine d’aller à la rencontre des populations vulnérables du Québec. Quatre stages de 4 semaines dans autant d’univers sont offerts : santé des migrants, santé urbaine, santé autochtone et santé des contrevenants. Le programme comprend de la formation, des lectures dirigées et un suivi tout au long du stage. Voici 4 témoignages de stagiaires de l’été 2012. 2012. Visitez notre site internet pour vous inscrire aux stages à l’été 2013 avant le 16 mars prochain : www.incommunity.ifmsa.qc.ca !

Rosa Lannes Étudiante de 2e année Université de Montréal

SANTÉ DES MIGRANTS

citoyens Canadiens d’origines variées, demandeurs d’asile.

Pourquoi je voulais faire ce stage : Je viens moi-même d’une famille multiculturelle et les enjeux entourant l’immigration, en particulier les demandeurs d’asile, m’intéressent.

Ce qui m’a le plus déstabilisée : J’ai passé un après-midi à la clinique des travailleuses sociales de PRAIDA. J’y ai rencontré des gens qui n’auront assurément aucune chance d’obtenir le statut de réfugié qui leur permettrait de rester au Canada, mais qui vivaient des choses très difficiles. J’y ai aussi vu un patient en plein épisode psychotique, ce qui n’était jamais arrivé avant et qui a donc aussi déstabilisé tous les intervenants qui étaient là. Je me demande encore ce qui est arrivé à cette personne.

Lieux d’immersion : CLSC de Parc-Extension (clinique sans rendez-vous, nutrition-jeunesse et santé mentale jeunesse); PRAIDA (service de soins de santé et d’aide sociale pour les demandeurs d’asile); La Maisonnée (organisme qui vient en aide aux nouveaux immigrants); la Maison Bleue de Côte-des-Neiges. Horaire type : De 9 à 17 h, du lundi au vendredi. Clientèle type rencontrée : Nouveaux résidents permanents,

8

Une rencontre que je n’oublierai jamais : C’est difficile d’en choisir une seule! Il y a le bébé dont j’ai pris soin à la Maison Bleue pendant que sa mère, qui vivait des problèmes de violence


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

conjugale, se reposait. Il y a aussi un homme qui m’a exprimé sa frustration à la distribution alimentaire de La Maisonnée et qui m’a demandé pourquoi il était si difficile d’avoir accès à un médecin de famille au Québec alors que ce n’était pas le cas dans son pays d’origine. Et puis une jeune femme immigrante, seule au Québec avec son mari, sa jeune fille et son nouveau-né que j’ai visité à domicile avec une infirmière de la Maison Bleue. Elle nous a raconté la discrimination qu’elle avait vécue lorsqu’elle avait eu une crise d’épilepsie : la directrice de l’école de sa fille avait présumé que les convulsions avaient été causées par la prise de drogues.

Ce stage m'a ouvert les yeux sur les problématiques des populations négligées et changera définitivement ma pratique future.

Participante 2012

SANTÉ AUTOCHTONE Pourquoi je voulais faire ce stage : Bien qu’ayant passé déjà cinq ans au Québec, je n’avais rencontré qu’un seul autochtone avant de faire ce stage, soit Dr Stanley Vollant. J’ai réalisé qu’il ne fallait pas aller très loin pour aider à changer le monde, car le « tiers monde » est beaucoup plus proche de nous que je ne l’aurais imaginé. Le terme “tiers monde” pourrait sembler abusif, mais comparativement aux avantages auxquels nous avons droit, c’est le cas de le dire en ce qui concerne la réserve de Pessamit!

Lena Wognin Étudiante de 2e année Université de Montréal

Lieux d’immersion : Le stage comporte deux sections. D’abord, deux semaines à Montréal auprès d’organismes comme le Native Women’s Shelter, le Centre d’Amitié autochtone de Montréal et le Projet Autochtone du Québec, un refuge pour itinérants autochtones. Ensuite, deux semaines en communauté Innue, soit à Pessamit ou Natashquan. Les activités se déroulaient au dispensaire de santé des communautés. Nous vivions dans une famille d’accueil de Pessamit.

9


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter Horaire type : À Montréal, Les activités au Native Women Shelter se déroulaient à différents moments de la journée entre 9 h et 16 h selon les jours. Par contre, plusieurs activités avaient lieu en soirée: la patrouille de rue et le Cultural Night du Centre d’Amitié autochtone, de 16 h à 20 h et le refuge Projet Autochtone du Québec de 19 h à 22 h. En communauté, le suivi avec les médecins et les infirmières au dispensaire de Pessamit ou les visites à domicile avaient lieu de 8h30 à 16 h. Il y avait aussi plusieurs activités culturelles organisées le soir et la fin de semaine, comme la participation à une tente de sudation, une expédition de pêche, des repas traditionnels, etc. Clientèle type rencontrée : À Montréal, les autochtones rencontrés sont pour la plupart en situation d’itinérance. En communauté, le dispensaire dessert toute la communauté de Pessamit. La clientèle est donc assez variée. Les patients se présentaient pour différentes raisons : suivi de diabète, soins de plaie, chirurgies mineures, etc. Ce qui m’a le plus destabilise : Je dirais que ce qui m’a

10

un peu déstabilisée à Pessamit, c’est l’impression de désorganisation. L’horaire n’était pas nécessairement fixé d’avance, les activités étaient organisées au fur et à mesure. Nous avons quand même pu bénéficier de l’expertise de Dr Vollant et de certains autres médecins! Quant à la partie urbaine du stage, le plus déstabilisant a été de côtoyer des alcooliques et utilisateurs de drogue. C’était essentiellement mon premier contact avec une telle clientèle et le principal défi fut l’approche à adopter. Un évènement que je n’oublierai jamais : J’ai participé à une tente de sudation à Pessamit. Dans la tradition des Innus, il s’agirait d’un concept incontournable du processus de guérison. Cette dernière représente un

lieu de grande énergie où se fait un rituel de soins et de purification du corps, des é m o t i o n s e t d u mental. J’imagine que pour être si prisée par les anciens, la tente de sudation a dû faire ses preuves dans la tradition innue. Issue d’une société africaine, je suis très bien placée pour comprendre la valeur des traitements traditionnels. Contrairement à la médecine moderne, ces traitements ne sont pas basés sur des essais expérimentaux randomisés prouvant leur efficacité; celle-ci est basée sur la foi; la foi dans le surnaturel, la foi en la tradition, la foi en la sagesse et en la force des anciens à qui ont été transmis des trésors inestimables. Mais où se trouve la vérité? Je laisse la réponse à la discrétion de chacun.


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca SANTÉ DES CONTREVENANTS Pourquoi je voulais faire ce stage : Je voulais découvrir la population carcérale. Les problématiques de la criminalité, de la toxicomanie et de la santé mentale m’ont toujours beaucoup intéressée , mais je n’avais jamais encore eu la chance de les explorer «de l’intérieur». La formule du stage INcommunity m’a attirée parce qu’elle était flexible tout en étant basé sur une bonne organisation et un bon encadrement. Lieux d’immersion : Établissement de détention Rivières-desPrairies (établissement provincial pour hommes); Maison Tanguay (établissement provincial pour femmes); Cité des Prairies (centre pour jeunes contrevenants); Centre de jour l’Espadrille (organisme pour la réinsertion sociale des détenus en libération conditionnelle); Relais méthadone (clinique au centre-ville qui fait de la substitution de narcotiques); Parallèle avec un médecin de famille spécialisé en toxicomanie. Horaire type : De 8 à 16 h, du lundi au vendredi. Clientèle type rencontrée : Ce stage m’a permis de découvrir le lien inextricable entre la criminalité, la toxicomanie et la santé mentale. Les détenus et patients que j’ai rencontrés présentaient pour la plupart une dépendance aux drogues, à l’alcool ou aux

médicaments. Souvent, la consommation devenait pour eux une sorte d’auto-médication et elle les a conduit tout droit en prison. J’ai également rencontré beaucoup de détenus qui présentaient des psychopathologies, soit de déficience intellectuelle, de trouble oppositionnel, d’agressivité ou de troubles de personnalité variés. En somme, il s’agit de personnes intenses et authentiques, qui ont parfois eu des parcours de vie difficiles.

Alexandra S. Arbour Étudiante de 2e année Université de Montréal

Ce qui m’a le plus déstabilisée : J’ai eu l’impression que le système carcéral actuel ne suffit pas à la tâche. En effet, rares sont ceux qui ne feront qu’un seul séjour en prison dans leur vie … Le système ne réussit pas à les réhabiliter complètement, car selon moi, il ne se bat pas seulement contre le crime. Ses vrais ennemis sont la toxicomanie, la pauvreté, le mauvais accès aux soins de santé, l’insuffisance de suivis en santé mentale et les drames humains vécus par tous ceux pour qui vivent les inégalités sociales au quotidien. Il n’a jamais été aussi clair pour moi que la criminalité est une conséquence des inégalités sociales et que le meilleur moyen de s’y attaquer est de faire de la prévention.

Ce stage m'a juste donné encore plus le goût de m'orienter vers ce type de pratique plus tard. Participante 2012

11


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Une rencontre que je n’oublierai jamais : J’ai fait la connaissance d’un détenu transsexuel qui était en attente pour son opération de changement de sexe. Discuter avec cette personne de ses problèmes de toxicomanie et de son quotidien en prison parmi les autres détenus a été une des rencontres les plus marquantes de

SANTÉ URBAINE Pourquoi je voulais faire ce stage : J’ai toujours cru qu’un des rôles principaux du médecin est de défendre les intérêts et les droits de ceux qui ne peuvent le faire pour eux-mêmes, les plus démunis, les marginalisés, les exclus. Cependant, afin de pouvoir jouer ce rôle adéquatement, il lui faut passer outre leurs différences ainsi que les préjugés et l es fa us s es cr oya n ces véhiculées à leur sujet par les médias et la société. Lieux d’immersion : Le stage avait lieu dans plusieur s organismes et établissements de santé du centre-ville qui accueillent des personnes appartenant aux populations urbaines vulnérables : le site d’échange de seringues CACTUS, le projet Itinérance du Centre DollardCormier, la clinique Toxico-ID du CHUM, la clinique des toxicoma-

12

nies du CHUM, la clinique RelaisM éthad one, le CLSC d es Faubourgs, la clinique L’Actuel, la clinique du Quartier Latin et la clinique communautaire de Pointe -Saint-Charles. Horaire type : La journée commençait vers 9 h et se terminait vers 16 h. Il m'est cependant arrivé à quelques reprises de rester une ou deux heures de plus en soirée auprès des médecins ou des intervenants. Une fois par semaine, je passais la soirée (de 18 h à minuit) au site fixe de CACTUS, qui n'ouvre ses portes qu'à 16 h. Clientèle type rencontrée : Quand on parle de populations vulnérables "urbaines", on entend surtout les personnes itinérantes ou toxicomanes, les travailleurs du sexe, mais également les personnes vivant sous ou autour du seuil de pauvreté, souvent dans un contexte de ressources limitées, en milieu urbain. Ce qui m’a le plus déstabilisé : Le remaniement des priorités que sont forcées de faire les personnes itinérantes et toxicomanes, particulièrement en ce qui a trait à leur santé. Devoir continuellement trouver le prochain endroit où dormir, le prochain repas ou la prochaine dose de drogue afin d'éviter les symptômes de sevrage, tend à placer les problèmes

François Venne Étudiant de 2e année Université de Montréal


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

de santé au second plan. Une infection de peau, une plaie, une douleur thoracique ou articulaire sont ainsi tolérées et deviennent « normales », alors qu'elles ont souvent des conséquences graves pour le bien-être et la qualité de vie. Une rencontre que je n’oublierai jamais : La troupe de l'atelier théâtre de PLAISIRS, avec qui j'avais la chance de passer mes vendredis après-midi. L'atelier combinait des comédiens en herbe, tous anciens toxicomanes, avec deux ou trois comédiens professionnels, pour monter une pièce de théâtre absurde, qui fut présentée devant public. Malgré leur inexpérience, il était touchant de voir la passion et le plaisir que tous mettaient chaque semaine à réciter leur texte et à perfectionner leur jeu.

Une partie de l’équipe d’INcommunity au Gala Forces Avenir 2012. Le projet était finaliste dans la catégorie “Avenir Santé”. Bravo !

13


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Idle no more and health equity

Benjamin Langer Global Health Programm Canadian Federation Of Medical Students

Forgetting is also a natural - indeed, biological - process. Time heals all wounds, including those which, never drained properly, are waiting to burst open again, to the ‘surprise’ of those who have forgotten. Paul Farmer

14

The last two months have seen the rise of a massive grassroots movement in Canada called Idle No More, which has mobilized thousands of aboriginal and nonaboriginal people toward a d ivers e arr ay of actions , from teach-ins and round dance flash mobs to blockades of highways and railroads. Sparked by changes in the federal government’s omnibus budget to laws regarding land and water, as well as to the Indian Act, Idle No More has ignited broader discussions about the situation of First Nations, Metis, and Inuit people in Canada, and what future relationships between aboriginal people and the Canadian government should look like. This blog isn’t the place to provide a comprehensive analysis of these issues, but as a starting point for discussion the deep history of colonialism, racism, oppression, and the attempted erasure of aboriginal culture through residential schools need to be addressed. As suggested by the introductory quote from Paul Farmer, the past is always with us, and informs our present immensely. How do we as medical students make sense of and engage with these discussions? Health can offer a window into social and political issues otherwise obfuscated by rhetoric,

ideology, and politics, and the truth of inequity can often be read most clearly in the bodies of those who suffer from poverty and marginalization. The simplest and perhaps starkest way to present health disparities between aboriginal and non-aboriginal people in Canada is through bare epidemiological data. Across broad health categories, aboriginal people suffer far worse health outcomes than non-aboriginal people. For instance, rates of heart disease are 1.5 times higher, diabetes rates are 3-5 times higher, and tuberculosis rates up to 10 times higher in aboriginal than in non-aboriginal populations. In some aboriginal communities, the diabetes prevalence rate can reach upwards of 25%. In mental health categories similar numbers show up, with suicide rates for aboriginal youth being 4-5 times higher than for non-aboriginal youth. It is no wonder that in 2002 the Canadian Senate’s Standing Committee on Social Affairs, Science, and Technology called aboriginal health “a national disgrace”. These bare health statistics, however, need to be placed into context for their full significance to be apparent. Often as medical students we are trained to centre on the individual patient in front of us, and even if we do try to see


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

them within the broader context of their family, their community, their culture, and their environment, we are often limited by the very nature of the clinical encounter to thinking about interventions only in terms of the direct treatment of their illness with medication, medical procedures, or lifestyle modification. If we’re lucky, before our patients disappear into the night we can try to effectively provide education about preventive measures and modifiable behaviors like smoking cessation and healthy eating. Of course, as part of our curricula, we often encounter the concept of the social determinants of health, and are exposed to the idea that factors like socioeconomic status, food security, supportive communities, and healthy environments play a major role in the health of our patients, but most often these concepts are presented in graph form, impersonally, and divorced from the lived experiences of people struggling with poverty, broken communities, toxic environments, racism, and food insecurity. In one class in my first year of medical school, the title of a lecture slide on which was shown a graph correlating income to health outcomes was the cynical phrase “Don’t Be Poor”. Tasteless as the tongue-in-cheek joke may have been, it pointed to an even more insidious assumption: poverty is fundamentally an individual characteristic, and not a social and political phenomenon. Nowhere do we really touch upon political economy or history, and discuss how it is that poverty comes to be in a world of plenty, and what sorts of fundamental decisions are made that lead to such inequity in our societies. At the CFMS Annual General Meeting this spring, we had the honor to receive a lecture from the president of the IPAC about the struggles that aboriginal Canadians face in trying to

secure health and well-being for themselves and their families. Two main thoughts from that lecture stuck with me, and relate to going beyond simply quantifying social determinants of health. One was the concept of intergenerational trauma – the idea that the suffering of the past, if not addressed and healed, can carry forward into future generations and contribute significantly to poor overall health outcomes. The other came from research conducted into youth suicide in First Nations communities in British Columbia, which seemed to demonstrate that in looking at suicide rates between communities, a very important explanatory factor in explaining the variation was a category termed “cultural continuity”, a community measure of how connected people were to their personal and communal sense of identity, language, and culture. It in a way is a measure of how strongly communities feel they have selfdetermination and control over both their past and their future. Looking at aboriginal health issues through these two lenses, that of intergenerational trauma and cultural continuity, we can begin to see where Idle No More and health inequity meet, and where our role might be as future health professionals. I would highly encourage medical students across the country to engage with Idle No More in their own locale. Develop relationships with grassroots leaders within aboriginal communities where you live, attend teach-ins and other educational events, and listen very carefully. «As future leaders, we can insist on being the generation that reverses the tide in the cycle of trauma and suffering, and works alongside aboriginal Canadians to restore dignity to their lives and communities, after so much has been taken away.

15


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Un sourire pour la fin

Julie Hébert Étudiante de 3e année Université McGill

« Bonjour, je m’appelle Julie. Je suis l’une des étudiantes de l’équipe médicale. Comment allez-vous? Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous? » C’est ce que je répète tour à tour à mes patients lors de mes premières visites. Au début, lorsqu’on m’assignait un patient affecté d’un mauvais pronostic, je me sentais indiscrète de les aborder sur leur humeur. Peut-on jamais aller bien avec un pronostic palliatif? Et de toute façon, pourrais-je vraiment aider de façon importante ces patients? J’ai longtemps cru que les soins palliatifs étaient synonyme de larmes, de douleur et de désespoir. Je craignais mes premiers contacts, appréhendant cet inconfort face à une peine sans issue. Depuis le temps où j’avais ces idées préconçues, de nombreuses rencontres sont venues remédier aux carences de mes connaissances dans le domaine. J’y vois maintenant l’aspect humain et la dignité du patient comme priorités des soins. Je comprends maintenant que les médecins qui se consacrent aux soins en fin de vie occupent une place essentielle dans notre ère de rapidité, de manque de temps et d’efficacité. Je comprends maintenant que oui, je pourrai aider ces patients de manière importante.

16

Certains patients sont de ceux que l’on n’oublie pas. J’ai rencontré Mme B. dès mes premiers jours en médecine interne. Une vieille dame, gentille, vantant ses activités et montrant les photos de ses petits-enfants, comme l’on imagine facilement nos grandsmamans. Malheureusement, une chute interrompit le cours de son quotidien et le diagnostic de cancer métastatique s’abattit sur elle à son admission. Tous les matins, en allant la voir, je me sentais m’attendrir, me rappelant humblement qu’il existe toujours des maladies devant lesquelles la science se sent impuissante. Je croisais souvent des membres de la famille de ma patiente, quelques-uns présents tous les jours. Peu avant mon départ de l’étage, la fille de Mme B. est venue me voir. « Merci pour tout, merci d’avoir pris le temps. » Le temps de donner des nouvelles quotidiennes, le temps de répondre aux questions, le temps de les écouter et de les rassurer. Je compris alors que l’entourage entier devait être pris en considération, car ils sont aussi affectés par la condition du patient, redoutant la souffrance de l’être aimé lors de ses derniers moments. Contrôler la douleur est primordial, mais au-delà des symptômes physiques, l’aide qui peut être apportée par les soins palliatifs présente un éventail


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca beaucoup plus étendu. Au début de notre formation clinique, on nous apprend à détecter une anémie, à traiter une pneumonie, à prévenir une infection, mais certains enseignements ne trouveront, quant à eux, jamais place sur un tableau noir: l’écoute du patient au chevet, l’annonce d’une mauvaise nouvelle, le réconfort en fin de vie.

Contrôler la douleur est primordial, mais au-delà des symptômes physiques, l’aide qui peut être apportée par les soins palliatifs présente un éventail beaucoup plus étendu. Plutôt que de favoriser la voie de l’obstination thérapeutique malgré le statut incurable d’une maladie, les soins palliatifs visent à privilégier la qualité de vie du patient et à soutenir son autonomie face aux choix de son traitement. Cet affranchissement de la médecine technologique et de performance permet de revisiter la relation médecin-patient et d’employer une approche plus globale, en intégrant les aspects psychologiques, sociaux et spirituels de la personne.

Être en phase palliative, ce n’est pas avoir déjà perdu la vie. « La mort n’est pas la plus grande perte. C’est ce qui meurt en nous au cours de notre vie qui l’est. » C’est un temps précieux qu’il faut mettre à profit pour partir sans regret.

« Être médecin est un privilège. » Cette vérité m’a été répétée de nombreuses fois et je n’ose prétendre déjà en saisir la pleine portée. Le moteur de ma motivation à étudier la médecine a toujours été de faire une différence dans la vie des gens, choisissant la santé comme domaine de par son impact considérable. Vouloir trouver des traitements et des cures aux maladies est admirable, mais tout ne se quantifie pas en termes de résultats de laboratoire ou d’imagerie médicale. Le but du travail des professionnels œuvrant dans le milieu des soins palliatifs est noble : le bien-être du patient en fin de vie est la fin en soi. J’espère un jour pouvoir être de ceux qui font une différence réelle dans la vie de ces patients, en veillant à ce qu’ils partent dans le minimum de souffrance. Toute mort est la première, écrivait Jacques Attali, dans La vie éternelle.

Les soins palliatifs forment un maillon important du système médical, de par cette vision entière des patients atteints d’une maladie grave ou en phase terminale. Ce n’est pas d’abandonner le patient, c’est d’accepter la limite de la science. La santé physique fait place au respect de la dignité du patient comme pivot dans l’établissement du plan de traitement. C’est de laisser le rôle conventionnel du professionnel de la santé qui traite et guérit de côté et d’assumer celui d’accompagnateur dans ce chemin difficile, mais riche.

17


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Concours d’articles SCOI Les articles suivants ont été jugés par un panel de 5 juges. Les critères d’évaluation étaient: qualité de la rédaction, qualité de la mise en page et du graphisme, originalité, et rigueur du sujet et prise en compte des aspects macro et micro dans l'analyse. L'article gagnant sera annoncé prochainement et ses auteurs recevront une somme de 200$.

Formation médicale au Bénin Contrairement au processus médical que nous connaissons au Québec, la formation béninoise présente quelques différences qui seront vues ci-dessous. Comme nous, l’école débute avec 6 ans de primaire, suivis de 7 ans de secondaire, qui se complètent avec l’examen du baccalauréat. Le doctorat en médecine comporte sept années universitaires à la fin desquelles le médecin recevra son titre de généraliste. Si désiré, celui-ci peut faire une spécialité qui implique en moyenne 4 ans de formation supplémentaire. La spécialité la plus longue est la chirurgie esthétique (plastique) qui nécessite 7 ans suivant le doctorat. Comme il est possible de le constater, la formation médicale béninoise est encore plus interminable que la version québécoise. Les trois premières années du doctorat consistent surtout en des cours magistraux, nommés « soins infirmiers » ainsi que des stages d’observation en milieu clinique. À partir de la quatrième année, les étudiants

18

sont constamment immergés dans le milieu clinique, l’équivalent de notre externat. La sixième année, comme la résidence au Québec, est nommée « l’internat ». Pour finir, la dernière année en est une de thèse et d’apprentissage thérapeutique. Toutes ces années sont parsemées de cours d’éthique des soins et de déontologie. Le cursus médical est couronné par le serment d’Hippocrate. Les lieux possibles de formation médicale sont la Faculté de médecine de Parakou, au nord du Bénin, et l’école de médecine de Cotonou, la capitale économique du pays, au sud. Les deux sont des écoles publiques. Il y a des programmes de médecine privés, mais ils ne sont pas reconnus par le gouvernement, donc il n’est pas possible de pratiquer en sortant. Les critères d’admission sont grandement différents des nôtres. Le premier est la note au « concours », un examen écrit basé surtout sur la biologie, mais aussi sur le français, la physique, etc. Celui-ci est passé après l’examen du baccalauréat, dont la note compte aussi pour l’admissibilité au doctorat en médecine. Le dernier critère est l’âge :


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

plus l’on est jeune, plus l’on a de chances d’être admis. Malgré ces critères standards, il existe encore beaucoup de corruption en Afrique. Il est commun de payer ou de séduire les professeurs et les dirigeants du programme médical pour être admis en médecine. Selon certains, le fait que plus de femmes que d’hommes soient admises en médecine serait grâce à leur pouvoir de séduction, alors que les hommes doivent compter sur leur savoir. Aussi, les enfants de médecins sont largement favorisés durant ce processus. Ensuite, les 100 meilleurs sont choisis et répartis entre l’école de médecine de Cotonou (30 places) et la faculté de médecine de Parakou (70 places). Il y a donc environ 100 médecins formés par année au Bénin. Quant à l’admission à la spécialité, elle consiste en un test écrit portant sur des notions de la spécialité en question. S’il est échoué, il est impossible d’entrer à la spécialité. Pour ce qui est des frais, il en coûte environ 1 700 000 CFA année (l’équivalent de 3400$ CAN) pour les frais de scolarité et le matériel scolaire. Bien sûr, il faut ajouter à cela les frais de logement, nourriture et transport. Étant donné l’économie précaire du pays, cela représente une somme considérable. C’est pourquoi ce programme, quoiqu’il ne soit pas le plus dispendieux, n’est pas accessible à tous. Somme toute, quoique l’admission en médecine soit très corrompue, que la formation médicale béninoise soit plus longue et que tous doivent passer par la médecine générale avant la spécialité, les médecins béninois excellent dans la clinique malgré le manque flagrant de technologies médicales.

LE VAUDOU : BÉNÉFIQUE OU NÉFASTE POUR LA MÉDECINE ? Par Geneviève Cadieux, Michèle Lecours, Audrey Lavoie-Cossette & Carolane Lessard Bien que la religion et les croyances religieuses soient en déclin dans les sociétés occidentales, la réalité est bien différente au Bénin, petit pays de l’Ouest de l’Afrique. En effet, nous avons constaté, lors de notre stage en santé internationale dans un centre hospitalier départemental à Abomey, que la religion a une place importante dans la vie des gens. Peu importe la religion pratiquée par les gens du pays, le vaudou est toujours présent et vient teinter leur manière de penser et d’agir. Nous nous sommes intéressées à la place occupée par le vaudou dans la pratique médicale. Dans un premier temps, nous tenterons de vous donner un aperçu de ce que nous avons appris sur le vaudou. Dans un deuxième temps, nous vous présenterons à quel point le vaudou influence la pensée des patients. Finalement, nous vous expliquerons comment cette croyance affecte la pratique des médecins. En premier lieu, voici les connaissances que nous avons acquises sur la pratique du vaudou. Il s’agit tout d’abord d’une manière de penser qui module les actions et les croyances. L’élément essentiel de cette croyance repose sur le fait que les maîtres vaudous, communément appelés sorciers, peuvent transmettre le bien ou le mal aux personnes concernées par l’entremise du téléphone, d’objets ou même de la pensée. L’identité des maîtres vaudous est secrète, si bien que personne n’est capable d’identifier

19


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Concours d’articles SCOI (suite) clairement un sorcier. La majeure partie de la population croit au vaudou et il y a dans chaque famille une histoire d’un proche victime du vaudou. Par exemple, dans l’une de nos familles d’accueil, les membres de celle-ci étaient convaincus que la mère était devenue malade suite à un appel téléphonique nocturne qui avait été effectué par un maître vaudou dans le but qu’elle développe une maladie. De plus, les habitants nous ont affirmé que malgré le fait que nous ne partagions pas leurs croyances, nous pouvions quand même en être témoins si nous étions attentifs. En second lieu, la population en générale tend à accorder plus d’importance à la croyance vaudou qu’aux pratiques médicales lorsque des problèmes de santé se présentent. En effet, certains vont utiliser des rituels vaudous ou des produits homéopathiques pour soigner des conditions sérieuses alors qu’il y aurait nécessité de consulter un médecin. Cette manière de faire a pour effet d’engendrer parfois des pathologies encore plus graves. De plus, à cause des croyances vaudou, certaines personnes tardent à consulter un médecin parce qu’ils rejettent les explications de celui-ci. S’ils se décident à consulter, plusieurs vont ignorer les recommandations médicales, ce qui détériore encore plus la condition de santé de certains patients. Par exemple, nous avons vu en consultation une jeune fille qui présentait initialement une condition traitable, mais qui souffrait d’une insuffisance rénale sévère causée par la prise inadéquate de préparations artisanales. Les parents ont finalement décidé de retirer leur fille contre ordonnance médicale parce qu’ils ne croyaient pas aux explications du médecin,

20

puisqu’ils affirmaient que leur fille n’était pas malade et que la médecine ne pouvait rien faire pour sa condition. Ils ont finalement choisi de continuer de la traiter à domicile grâce au vaudou. Bref, même si les diagnostics sont confirmés par les tests de laboratoire, il n’en demeure pas moins que certains patients rejettent les traitements médicaux aux dépends des pratiques du vaudou. En troisième lieu, la mentalité concernant le vaudou s’applique également aux médecins et aux professionnels de la santé. En effet, ceux-ci croient aux pratiques médicales et acceptent la physiopathologie des conditions médicales mais le vaudou occupe une place importante dans l’élaboration du diagnostic différentiel. Par exemple, lors d’une discussion avec un obstétricien, celui-ci nous a affirmé que les trois plus grandes causes de mortalité infantile sont le paludisme, la diarrhée et la sorcellerie. De plus, en discutant avec le même médecin, celui-ci nous a entretenu sur les différents moyens de se protéger de la sorcellerie : soit d’aller à l’église, avoir recours à la scarification, pratiquer des cérémonies lors de la naissance, faire des sacrifices, exécuter des rituels de protection pour la maison, etc. Il est intéressant de savoir qu’il est impossible d’échapper au vaudou peu importe notre localisation dans le monde, car un sorcier peut voyager en une fraction de seconde n’importe


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

où pour réapparaître sous forme humaine et venir atteindre les gens. En somme, aux yeux des médecins, le vaudou peut être une explication à certaines conditions médicales. Pour conclure, comme nous venons de vous le démontrer, le vaudou occupe une grande place dans la société béninoise que ce soit dans la population générale ou dans un contexte hospitalier. Il est important de souligner que le vaudou comporte des facettes positives mais que certains aspects négatifs de cette croyance, en particulier en ce qui à trait à la pratique médicale, nuit fortement au bienêtre de la population, car certaines pathologies pourraient être traitées si les gens n’accordaient pas une aussi grande importance au vaudou.

Rwand’Aventure Par Maxime Leroux-Lapierre, Sydnée Burges, Gina Kalaf & Amélie-Ann Pellerin-Leblanc. Après avoir préparé ce stage médical à saveur culturelle par 3 formations pré-départ avec IFMSA-Québec, nous nous sommes envolés, tant bien anxieux qu’heureux, vers le Rwanda. Nous sommes atterris à Kigali et sommes ensuite allés à Butaré, la deuxième plus grande ville du Rwanda, afin de s’installer pour débuter notre stage le lendemain. Lors de notre première journée, une certaine expression nous a surpris quelques peu. En fait, plusieurs Rwandais nous pointaient du doigt en s’écriant : ‘’musungu, musungu’’, qui signifie ‘’blanc/étranger’’ en kenyarwanda, l’expression choc culturel a alors pris tout son sens !

En effet, la première semaine à Butaré a été plus difficile pour certains alors que d’autres qui avaient déjà voyagé ont eu beaucoup plus de facilité à s’adapter aux changements! Le choc culturel s’est atténué pour certains lorsque le personnel médical nous a réellement intégrés dans la dynamique hospitalière, en nous impliquant dans des soins de plaies du département de chirurgie, par exemple. Nous avons donc fait des plâtres et des pansements de tout genre et ce, avec le peu de matériel dont l’hôpital disposait. C’est ici que l’expression ‘’sens de la débrouillardise’’ devient réalité ! Voici comment se déroulait une journée typique : lever à 6h00 et pour déjeuner de la bouillie (genre de gruau fait avec plusieurs sortes de farine auquel on ajoute BEAUCOUP de sucre!) ou le traditionnel déjeuner occidental (pain au beurre de peanut et bananes!) et ensuite direction vers l’hôpital de district Kabutaré. Nous assistions ensuite au staff meeting à 7h15 où les cas spéciaux de la nuit étaient discutés. Ensuite, nous allions soit en chirurgie aider à faire les soins de plaies ou soit dans l’un des 4 autres départements

21


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Concours d’article SCOI (suite) (pédiatrie, médecine interne, chirurgie et gyn -obstétrique) pour faire la tournée des patients avec un docteur. Nous sommes aussi allés à quelques reprises dans un centre de santé (un mini hôpital de village qui réfère les cas les plus graves à l’hôpital de district, qui lui réfère les cas les plus graves aux hôpitaux universitaires). Suite à cela, nous quittions l’hôpital vers 13h00 et allions dîner au Gracia, un buffet typiquement rwandais. Nous y mangions des bananes cuites, des patates, du riz, des haricots et des feuilles de manioc , ainsi que de la chèvre ou même du bœuf et du poulet pour ceux qui avaient des dents assez pointues pour les mastiquer ! Ensuite, nous avions notre après-midi et soirée libre. À deux reprises, nous en avons profité pour aller dans une école primaire/ secondaire pour faire des ateliers de sensibilisation sur le lavage des mains ! Nous passions aussi la plupart de notre temps libre avec Daniel, Arbam et Orest, nos trois amis rwandais desquels nous étions les plus proches. Après deux semaines passées à l’hôtel, Daniel (un rwandais travaillant à l’hôpital) nous a invités à venir habiter chez lui. Quel bonheur ! Que ce soit le fait d’aller cueillir les avocats dans son avocatier pour se faire d’excellentes guacamoles ou de leur préparer des crêpes avec du sirop d’érable,

22

ou encore de goûter aux délicieux plats préparés par Emmanuel, leur home-boy, c’était un échange culturel incroyable ! De plus, nous avions toujours nos fins de semaine libres, durant lesquelles nous en avons profité pour visiter les 4 coins du Rwanda : safari, visite d’une île de chauve-souris, randonnée dans la jungle, et sortie dans un club rwandais étaient au rendez-vous. Une de nos sorties coup de cœur a été la fois où nous sommes allés « clubber » avec nos amis rwandais : ils deviennent de vrais petits fous sur un plancher de danse ! Bref, le Rwanda a été pour la plupart d’entre nous une ouverture sur la santé mondiale! Nous pouvons nous compter extrêmement privilégiés d’avoir eu la chance de vivre une telle expérience qui nous a tous profondément marqués, et même changés !

Turikumwe !


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

UN MOIS SUR L’AMAZONE Par Renaud Boivin-Gagnon et Bastian BertuliesEsposito La vue plongeante à partir de l’aéronef était fort impressionnante avec tous ces cours d’eau à la fois bruns et magistraux au travers des arbres massifs et denses. Au milieu de toute cette nature sauvage reposait tranquillement, du moins, vue de haut, la grouillante ville d’Iquitos, quelque part dans le nord du Pérou, presque entièrement isolée de la côte. Les cinq étudiants en médecine qui observaient avec fascination ce paysage ne se doutaient pas que ces quelques dernières minutes dans l’avion qui les amenaient de Lima seraient aussi les dernières qu’ils passeraient dans un environnement où l’on respire de l’air frais. L’aventure commença dès l’atterrissage de l’avion sur la piste sablonneuse de l’aéroport d’Iquitos alors que les portes s’ouvrirent pour laisser l’air humide, lourd et très chaud envahir les poumons de nos voyageurs qui n’attendaient rien de moins d’une destination aussi exotique que cette ville qu’ils allaient considérer comme leur maison pour les semaines à venir. Mais qu’allaient-ils faire dans un lieu aussi incongru? Ces étudiants allaient se lancer dans une joyeuse aventure d’observation à l’hôpital Cesar Garayar García, communément appelé Hospital Apoyo Iquitos. Quatre semaines remplies de rebondissements leur donneraient la possibilité d’observer une multitude de cas, mais aussi la chance de constater comment fonctionne ce milieu hospitalier ainsi que les interactions entre les divers acteurs de celui-ci.

Vous avez dit lepto quoi ? Dès les premiers jours, les étudiants furent mis au fait que des inondations massives au cours des derniers mois avaient détruit une importante partie du réseau routier déjà éclectique et reposant sur des bases peu solides. Qui plus est, ces inondations avaient favorisé la propagation de la leptospirose au sein de la communauté. La leptospirose est causée par un petit spirochète qui est généralement transmis aux humains via l’eau contaminée et par de l’urine d’animaux, surtout les chiens et les rats. Ces conditions étaient éminemment favorables pour ce microorganisme puisqu’on trouvait dans la ville une grande quantité de flaques d’eau plus ou moins importantes près desquelles les enfants jouaient et les piétons passaient, parfois avec des petites plaies ouvertes appétissantes pour les microorganismes. La ville d’Iquitos est l’un des endroits dans le monde où l’on observe le plus de cas de cette maladie. Vous, lecteurs, pouvez bien vous imaginer les répercussions d’une exposition aussi intensive à Leptospira dans les ailes de pédiatrie et de médecine interne. C’est donc dans ces circonstances qu’un des étudiants du groupe, lors de sa semaine en médecine interne, eut la chance de côtoyer un

23


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

patient dans la vingtaine, fiévreux et assez mal en point. Il présentait depuis quelques jours des myalgies et des céphalées, et sa famille avait réussi à le convaincre de venir à l’hôpital. La grande fierté des habitants de la région, mais surtout leur manque d’éducation et de sensibilisation, rendent cette situation très courante à Iquitos : les patients admis à l’hôpital sont rarement des cas légers. Puisque la leptospirose peut affecter le poumon, une radiographie du thorax a été effectuée chez ce patient. Le résultat fut peu concluant, entre autres en raison de la mauvaise qualité du film, situation courante à cet hôpital, où les examens radiologiques sont souvent réalisés avec des ressources humaines et matérielles limitées. Lors de la tournée magistrale du matin suivant, après un examen physique de mise, le médecin dicta la suite du plan de traitement à l’interne, qui s’affaira à communiquer le tout avec une des infirmières et le pharmacien, tous présents dans la chambre du patient. Inutile de dire que cette horde d’au moins six membres encombrait fortement les lieux et l’atmosphère suffocante de la pièce, certainement pas climatisée, des fenêtres encapsulant la chaleur, avait de quoi empirer la situation de toute personne souffrant d’une quelconque affection. Bien entendu, le patient ne fut en aucun cas mis au courant de ce qui allait se passer avec lui au cours des prochains jours, ce qui a bien sûr choqué l’étudiant québécois. Un autre aspect de ce travail d’équipe qui a marqué l’étudiant fut le fait que le médecin n’adressait que rarement la parole aux infirmières et au pharmacien, si ce n’était que pour les sermonner ou pour placer une blague pour détendre l’atmosphère, phénomène bien

24

rare. C’était donc aux internes de coordonner tout le travail une fois la tournée magistrale finie. Ce train humain passait donc quotidiennement dans la chambre du patient, dont l’état ne s’améliorait que très peu et dont la douleur articulaire ainsi que la nausée persistaient encore. Heureusement pour le patient, après encore quelques jours d’hospitalisation et de soins de soutien qui ont permis une amélioration de son état, il a pu rentrer chez lui sans trop de problèmes. Vous aurez sans doute constaté que ce patient n’a pas reçu de traitement spécifique. C’est simplement parce que l’infection cause des symptômes auto-limitants dans la majeure partie des cas. Certaines présentations plus virulentes peuvent causer la mort au cours de la première semaine après l’apparition des symptômes. Même s’il y avait eu une option thérapeutique intéressante, il y a une forte probabilité que le patient et sa famille n’auraient pu se permettre de payer pour cette dernière. En effet, ce ne sont pas tous les Péruviens qui possèdent une assurance médicale. De plus, les régimes d’assurance varient énormément et ne couvrent pas tous les types de traitement. La fièvre dengue Au cours d’une journée comme une autre dans l’aile de médecine interne, deux étudiants virent un patient dans la trentaine arrivé à l’hôpital au cours de la fin de semaine pour une fièvre sévère et un rash semblable à la rougeole. Il se plaignait aussi de céphalées importantes, d’arthralgie et d’une importante douleur musculaire au mollet. C’était un tableau ressemblant franchement à la leptospirose susmentionnée. Or, le médecin parlait


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

plutôt de fièvre dengue. Étonnés, les étudiants questionnèrent le médecin pour savoir comment il avait posé son diagnostic. Leurs trois premières semaines à Iquitos avaient appris aux étudiants qu’on avait rarement le luxe de pouvoir faire passer une batterie de tests aux patients dans cet hôpital et il y aurait alors forcément un signe particulier. Le médecin leur expliqua que la leptospirose se présentait normalement en deux phases entrecoupées d’une période asymptomatique, ce qui n’était pas le cas de ce patient. De plus, il mentionna que la myalgie plus importante au mollet était plus typique de la fièvre dengue, un diagnostic tout à fait basé sur la clinique. Il mentionna aussi que le quartier dans lequel habitait le patient l’avait aidé à poser son diagnostic. En effet, les habitants des zones urbaines infestées de moustiques sont beaucoup plus touchés par ce virus. Un moustique piquant une personne infectée devient infecté à son tour et pourra transmettre le virus dans 8 à 10 jours, soit le temps que le virus migre dans ses glandes salivaires. L’espèce de moustique responsable de la transmission vit près des étendues d’eau stagnantes et est diurne, ce qui rend les filets à moustiques pour dormir un moyen de prévention très peu efficace. Il est donc peu étonnant de voir autant de patients infectés dans une ville comme Iquitos où les inondations avaient laissé bon nombre de flaques d’eau où baignaient les déchets domestiques des maisons adjacentes. Encore une fois, tout comme pour la leptospirose, le traitement en fut un de soutien. On préconisa un bon maintien de l’hydratation et des électrolytes. Puis, on libéra le patient pour qu’il poursuive sa guérison à domicile en mentionnant que la fièvre dengue n’évoluait

que très rarement vers hémorragique et un choc.

une

dengue

Il faudrait sortir l’artillerie lourde Dans les ultimes jours de l’expérience péruvienne, deux collègues du programme SCOI dans le département de maladies infectieuses sont tombés sur un cas bien particulier : un patient, sous garde armée (pour une raison qui mystifie encore à ce jour les voyageurs), atteint du virus d’immunodéficience humaine (VIH) et de tuberculose de souche multi-résistante aux antibiotiques. C’était un patient peu conventionnel, entouré de peluches, inoffensif selon toute apparence, quasiment passif lors des tournées magistrales matinales et très affaibli par la maladie. Amaigri, la peau sur les os, la voix étouffée, il ne tousse que très rarement, mais les radiographies indiquaient clairement, selon le médecin, des lésions causées par la tuberculose. Pendant une semaine, il fut hospitalisé et une thérapie, pas sa première, selon le médecin, fut tentée pour freiner la progression de l’infection. Si le cas en soi était intéressant par sa nouveauté pour les étudiants, le plus intriguant pour eux fut le manque de mesures de protection qui étaient employées par le personnel médical. Ainsi, la majorité des membres de l’équipe soignante entraient dans la chambre, que le patient partageait avec une autre patiente dans la même situation que lui, sans masque (ou avec un masque réutilisé en maintes occasions). Malgré quelques cas d’internes infectés au cours des dernières années, le personnel ne portait pas trop d’attention au fait que les expectorations des patients tuberculeux sont généralement très infectieuses. De plus, les médicaments ne sont

25


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

pas rendus aisément disponibles aux patients et, par ce mécanisme, une majorité de sidéens péruviens n’ont pas accès à la trithérapie. Le cas qu’ils attendaient tous Pour terminer leur dernière semaine à Iquitos, les étudiants virent enfin leur premier cas de malaria, maladie contre laquelle ils luttaient quotidiennement depuis 5 semaines en ingérant des pilules au goût douteux en prophylaxie et en dormant sous un confortable filet à moustique. Le patient était arrivé à l’hôpital au matin avec des céphalées et une arthralgie diffuse. Il mentionnait aussi avoir été fiévreux, mais, à son arrivée à l’hôpital, sa température était de retour à la normale. En le questionnant, le médecin apprit que cela faisait une dizaine de jours qu’il présentait des épisodes semblables de fièvre intermittente. Ces symptômes indiquèrent au médecin que le patient souffrait de malaria. Il expliqua ensuite aux étudiants qu’il y avait deux types de malaria au Pérou : vivax et falciforme. Le premier, bénin selon lui, se traitait avec des antibiotiques à la maison et se résolvait rapidement. Le deuxième, plus mortel, mais aussi plus rare en Amérique du Sud, pouvait causer une encéphalopathie et de l’insuffisance rénale. Pour confirmer le diagnostic de malaria, il demanda un échantillon de sang pour examen microscopique qui était un des rares tests facilement accessibles. Au microscope, on observerait probablement les érythrocytes déformés par l’infection des parasites. Ces parasites sont aussi transmis par les moustiques. Ces moustiques nocturne ont par contre une préférence pour les régions rurales, d’où, encore une fois, l‘importance de savoir où vit le patient. L’utilisation de filet à moustique est donc bel et bien efficace tout comme celle de chassemoustique. Les étudiants se rappelèrent que

26

c’étaient d’ailleurs des mesures populationnelles sur lesquelles la « Posta Medica Morena Cocha » (équivalent péruvien des CLSC québécois) travaillait beaucoup. Les étudiants avaient eu la chance de suivre l’équipe de terrain quelques semaines auparavant dans leur collecte d’échantillon d’eau domestique à la recherche de larves de moustiques, de distribution d’insecticide et de sensibilisation. Ces étudiants en médecine qui ont passé l’été au Pérou, nous en faisions partie. Par ce petit article qui se veut en fait une chronique, nous voulions partager notre expérience de ce qu’était la médecine au Pérou. Médecine qui se différencie de celle du Québec au niveau des maladies à traiter. Mais médecine qui se différencie surtout au niveau organisationnel et culturel : relation patient-médecin, ressources professionnelles et matérielles limitées, accès aux soins limité par les moyens financiers, définition très différente de ce qu’est l’interdisciplinarité. C’est donc sans la moindre prétention que nous vous avons livré ces anecdotes tout en essayant d’imprégner notre texte de l’essence même d’Iquitos. Références LONGO, Dan L., et al. Harrison’s Principles of Internal Medicine. 18e édition, McGraw-Hill, 2012, 4012 pages Chapitres consultés : 171, 189, 210 Plusieurs pages consultées sur UpToDate

Le comité SCOI d'IFMSA-Québec prépare des stages d’immersion dans des milieux cliniques à ressources limitées à l’étranger pour les étudiants du Québec : République dominicaine, Panama, Pérou, Bénin, Rwanda, Chine. Visitez IFMSA en ligne pour plus d’informations!


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

Wellness break : Sleep deprivation The lack of sleep plays a large role in every medical student's life, especially in clerkship. Sujay Kansagra in her book Everything I learned in Medical School expressed this view: “One of my fellow students was standing at the foot of a patient’s bed while the entire medical team was in the room talking with the patient. This six -foot-four guy fell asleep and landed directly on the patient! Luckily, there were no injuries, except perhaps to the student’s grade (and pride). I quickly learned that sleep cannot be

cheated; it always gets its just due, one way or another.” Here are some sleep tips to avoid the above scenario and improve your sleep habits: Try to squeeze exercise into

your schedule.

Avoid caffeine after 2 p.m. Try

to avoid late-night eating and alcohol, but don't go to bed hungry, either.

Don't use electronics — lap-

tops, tablets, smart phones, etc. — late at night.

Try to have a regular sleep

schedule (I know almost impossible if you are on night shifts, but do try!) Try to avoid naps, and if you

do nap, nap before 3 p.m. and for no more than 20 minutes.

 Set your alarm clock — but

for the evening, at a reasonable bedtime. Do not press snooze on your alarm clock! Set your clock at the time you need to wake up.

Laura Patakfalvi

Le SCOGH vous invite au Global Health and Innovation Conference. Cet évènement réunira plus de 300 conférenciers qui aborderont des thèmes très variés, tous reliés à la santé mondiale. Il y en aura définitivement pour tous les goûts! Cette conférence est reconnue internationalement comme la « world's leading global health conference » et réunit des leaders des politiques de santé, des agents de changements et des participants de tous les domaines de la santé mondiale, du développement international et de l'entrepreneurship social. Quand ? 13 et 14 avril 2013. | Où ? YALE University, New Haven, USA. Questions ? nogh@ifmsa.qc.ca | Inscrivez-vous sur facebook en cliquant ici !

27


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Colloque de Santé Mondiale 2013 24 mars 2012. C’était la fin de la 4e édition du Colloque de santé mondiale (CSM). Plus d’une centaine d’étudiants souriants, ébahis, sortaient du pavillon Jean-Coutu après avoir écouté avec attention la conférence de fermeture donnée par l’ancien directeur de la santé publique de Montréal, Dr Richard Lessard. Ils ont pu enfin comprendre l’influence de la structure de notre société sur les inégalités sociales… Ce qui m’a marquée le plus l’an dernier est le sentiment d’ambition et d’initiative qui semblait omniprésent lors de la fermeture du Colloque. J’étais moi-même bouleversée par toutes les connaissances que je venais d’acquérir en si peu de temps, connaissances qui m’ont d’ailleurs permis d’apprécier une nouvelle vision, plus globale, de la santé. Effectivement, en écoutant des conférences inspirantes données par Dr François Reeves, Dr Alain Vadeboncoeur et plus encore, il m’était dorénavant impossible de percevoir la santé autrement qu’intrinsèquement multifactorielle. Le respect de l’environnement, ainsi que des différentes cultures et mentalités, ont acquis, grâce à cette fin de semaine, une importance nouvelle à mes yeux. Par ailleurs, la 5e édition du CSM apporte quelques nouveautés à l’événement. En effet, ce dernier sera plus interfacultaire que jamais, regroupant des étudiants en médecine, mais aussi en bioéthique, en droit, en kinésiologie, en médecine dentaire, en orthophonie, etc. De plus, des projets de recherche sur la santé mondiale seront présentés par des étudiants en bioéthique de l’Université de Montréal. Le

28

but de cette nouveauté est de favoriser les opportunités de réseautage entre étudiants. Pour une modique somme de 20 $, vous pourrez assister à des conférences données par Amir Khadir, Dre Marie-France Raynault, ainsi que de nombreux autres conférenciers qui sauront vous épater par leur expérience et charisme. De plus, le dîner et les collations seront offerts lors de ces deux journées! En définitive, le Colloque de santé mondiale est un événement à ne pas manquer. Je n’ai aucun doute qu’il saura vous épater, vous inspirer et surtout vous faire réfléchir. Au nom du comité organisateur du CSM 2013, je vous invite à vous inscrire dès le 25 février, afin de vivre une expérience qui, possiblement, vous transformera. Petit rappel : Le CSM 2013 aura lieu les 6-7 avril prochains au Pavillon Jean-Coutu de l’Université de Montréal – On vous y attend! Tanya Girard Coordonnatrice du CSM 2013 csm@ifmsa.qc.ca


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

MonWHO is an annual 3-day conference in Montreal where engaged individuals interested in public health gather to tackle a global issue.

Our theme this year, “Corruption in the Healthcare System,” covers a pervasive global health issue that affects all countries regardless of economic status.

MonWHO, affiliated with the Quebec Chapter of the International Federation of Medical Students (IFMSA-Quebec – listed under Projects), is an annual conference ran by students for students to raise awareness on global health issues, acting as a national platform for students around the world by allowing them to play proactive roles in global health policy. And every year, the charter our delegates create is sent directly off to the real World Health Organization.

MonWHO is aimed at providing students a forum for debate and information on some of the world’s most critical global health issues – regardless of what corner of the world you live in. And our delegates are at the very heart of MonWHO, and everything we do. To register : http://www.monwho.org/ monwho-2013-registration/ Questions ? info@monwho.org

29


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Nouvelles d’IFMSA-Québec Le 26 janvier dernier, les membres du Conseil général de la Fédération médicale étudiante du Québec (FMEQ) ont voté à l'unanimité la position suivante : Attendu la protection des droits universels de l’homme; Attendu la promotion de la santé et du bienêtre; Attendu les bénéfices socio-économiques pour la société canadienne; Du 9 au 15 mars 2013 se tiendra l’Assemblée générale de mars d’IFMSA à Baltimore aux États-Unis. La délégation d’IFMSA-Québec sera composée de Claudel P-Desrosiers (chef de délégation), Maxime LerouxLa Pierre, Arielle Elkrief, Alexandra Trottier, Maude Guo Marquis, Renée Samson-Hébert, David Alexandre Galiano, Charles Marois, Rose-Marie-Joncas, Matthieu Hains, ainsi que Madeleine Plaisance (déléguée aux affaires pédagogiques de la FMEQ). Pour suivre les aventures de la délégation: http://mm2013.ifmsa.qc.ca

IFMSA-Québec a tenu sa fête de Noël le 19 janvier 2013, ce qui a également permis à l’équipe de souligner le mi-mandat tout en ayant beaucoup de plaisir et de nombreux fous rires. Merci à Renée Samson-Hébert, secrétaire générale d’IFMSA-Québec, de nous avoir accueillis chez elle à Québec!

30

Que la Fédération médicale étudiante du Québec (FMEQ) se positionne contre les coupures du Programme fédéral de santé intérimaire rentrés en vigueur en juin 2012 ; Que la FMEQ se positionne en faveur d’amender ou d’annuler les changements proposés au Programme fédéral de santé intérimaire. Note. Pour en savoir plus sur le sujet, voir “Cuts to Refugee Health Care” de Lucy Manchester, paru dans le BSM en novembre 2012 (Vol. 6, Numéro 2).


IFMSA-Québec | www.ifmsa.qc.ca

Des 8 au 10 février dernier, IFMSA-Québec a tenu une formation de type “Training New Trainers”, reconnue internationalement par IFMSA. Une vingtaine de participants ont développé leurs capacités communications et de leadership, tout en ayant énormément de plaisir. Un merci spécial à Juan Carlos Trejo Fernandez venu directement d’Espagne pour l’évènement et à Arielle Elkrief, d’avoir guidé le comité organisateur.

Cette année, le Congrès de Printemps prendra place les 4 et 5 mai prochain à Sherbrooke. Un avis d’élections sera lancé sur nos listes de diffusion vers la mi -mars. Si un poste sur le Conseil Exécutif, sur l’équipe nationale ou sur l’équipe de support vous intéresse, écriveznous à info@ifmsa.qc.ca !

31


Bulletin de Santé Mondiale - Global Health Newsletter

Équipe éditoriale / Editorial Team Laura Patakfalvi & Claudel P-Desrosiers

Nos partenaires / Our partners

Auteurs / Authors Claudel Pétrin-Desrosiers Altagracia Mares de Leon Laurent Darveau Vanessa Kustec Tanya Girard François Venne Rosa Lannes Alexandra S. Arbour Lena Wognin Benjamin Langer Julie Hébert Participants SCOI 2012

* Merci à Jacques Desrosiers pour la correction.

Photo de couverture / Frontpage picture : Délégation du Québec au RM2013 en Janvier (De gauche à droite) Camille Pelletier-Vernooy, Joel Martin, Peter Maliha, Émilie Blais, Alissar Jaber, Claudel P-Desrosiers, Nina Nguyen, Laurent Darveau et Susan M. Ge

Consultez notre site internet! Visit our website for more!

www.ifmsa.qc.ca

32

BSM - Février 2013 // GHN - February 2013  

Le Bulletin de Santé mondiale est la publication officielle d'IFMSA-Québec. Publié plusieurs fois par année, le Bulletin traite de divers su...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you