Page 1

CATALIST

Burundi • RD Congo • Rwanda

Catalyser l’Intensification Agricole Accélérée pour la Stabilité Sociale et Environnementale

un projet de la région des grands lacs de l’afrique centrale

Synthèse : RD Congo Rapport pour la période 2006–2011


RAPPORT SYNTHESE POUR LA PERIODE 2006-2011 PAYS : RD CONGO

Condensé des Activités du Projet CATALIST à l’Est de la République Démocratique du Congo

By

P.O. Box 2040, Muscle Shoals Alabama 35662 USA | www.ifdc.org

Goma, RDC | June 2011


Table de Matières Sigles et Acronymes ...........................................................................................................................................1 Préface ................................................................................................................................................................3 Introduction ........................................................................................................................................................5 Objectifs du projet....................................................................................................................................5 Zone d’intervention ..................................................................................................................................5 Stratégies d’intervention ..........................................................................................................................7 Résultats obtenus ................................................................................................................................................9 1.

2.

3.

4.

5.

6.

7.

Déclenchement de l’intensification agricole....................................................................................9 1.1

Ceux qui continuent à scander que les sols du Kivu sont riches ont-ils raison ? ................10

1.2

Illustration de quelques résultats .........................................................................................11

Mecanisation intermediaire agricole ..............................................................................................16 2.1

Introduction de la mécanisation intermédiaire agricole au Kivu ........................................16

2.2

L’agroforesterie (avec approche Haute Intensité de Main d’Oeuvre (HIMO)....................17

Développement des marchés..........................................................................................................18 3.1

Marché des intrants agricoles..............................................................................................18

3.2

Marchés des produits agricoles – Approche CASE ............................................................20

Accès au financement ....................................................................................................................24 4.1

Plan d’affaires et gestion de prêts et subventions ...............................................................24

4.2

Warrantage ..........................................................................................................................24

4.3

Le programme de petites subventions ou « Small Grant »..................................................25

Renforcement des capacités ...........................................................................................................27 5.1

Formation des formateurs ...................................................................................................27

5.2

Formation des bénéficiaires finaux de 2008 à 2011............................................................29

5.3

Matériel de formation..........................................................................................................30

Plaidoyer pour l’amélioration de l’environnement à l’intensification ...........................................30 6.1

Pour l’adoption du code agricole en RDC ..........................................................................31

6.2

Pour la réduction des inégalités de genre entre l’homme et la femme................................32

6.3

Pour la réduction des taxes à l’importation des intrants agricoles de qualité......................34

Partenariat pour l’externalisation des résultats ..............................................................................36

Conclusion........................................................................................................................................................39 Perspectives............................................................................................................................................39


Sigles et Acronymes ACODRI ..................... Action Communautaire pour le Developpement Rural Integre ADI Kivu..................... Association pour le Développement intégré au Kivu ADPA.......................... Association pour le Développement des Paysans Agriculteurs ADVS.......................... L’Association de Développement des Vivres et Semences AJAC........................... L’Association des Journalistes Agricoles du Congo APAV.......................... Association des Producteurs Agricoles de Vuhimba BECA .......................... Biosciences eastern and central Africa BRALIMA .................. Brasseries, Limonaderies et Malteries CAN ............................ nitrate de chaux CARG ......................... Conseil Agricole Rural de Gestion CATALIST ................. Catalyser l’Intensification Agricole pour la Stabilité Sociale et Environnementale CDC Kiringye ............. Centre de Développement Communautaire de Kiringye CDI.............................. Centre de développement intégré CdV ............................. Chaîne de Valeur CEPAC........................ Communauté des Eglises Pentecôtes en Afrique Centrale CEPGL ........................ Communauté Économique des Pays des Grand Lacs CERA .......................... les cercles de réflexion et d’action CIALCA...................... Consortium for improving agriculture based livelihoods in Central Africa COMESA .................... Common Market for Eastern and Southern Africa COOCENKI ................ Cooperative Centrale du Nord-Kivu COOSOPRODA ......... Coopérative de Solidarité pour la Production des Denrées Agricoles CRONGD SK.............. Conseil Régional des Organisations Non Gouvernementales de Développement - Sud Kivu DAP............................. diammonium phosphate DFID ........................... Department for International Development (UK) EA ............................... l’efficacité agronomique EAC............................. East African Community EAFF........................... Eastern Africa Farmers Federation FAGOP ....................... Foire Agricole de Goma pour la Paix FAO............................. Food and Agriculture Organization of the United Nations FEC ............................. Fédération des Entreprises du Congo FECOPS ...................... La Fédération des Coopératives pour la Promotion Sociale FOPAC........................ Fédérations des Organisations des Producteurs Agricoles. GAP............................. Le Groupe Agropastoral du Kivu GART.......................... Golden Valley Agricultural Research Trust GIFS ............................ Gestion Intégrée de la Fertilité des Sols Ha ................................ hectare HIMO .......................... Haute intensité de main d’œuvre ICCO ........................... L’Organisation Inter-églises de Coopération au Développement IFDC ........................... International Fertilizer Development Center IMF ............................. Institution de Micro Finance INERA ........................ Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles Kg................................ kilogramme LOFEPACO ................ Ligue des organisations paysannes des femmes du Congo MECRECO ................. Mutuelle d'Epargne et de Crédit du Congo ONG ............................ Organization non-gouvernmentale 1


OPIAD ........................ Organisation Paysanne pour l'Intensification Agricole et le Développement P4P .............................. Purchase for Progress PADA.......................... Paysans en Action pour le Développement Agricole PAM ............................ Programme Alimentaire Mondial PEA ............................. Pôles d'Entreprises Agricoles PPU ............................. Placement Profond d’Urée RAMA......................... La radio communautaire Radio Maendeleo RsF .............................. Rusizi sans Frontières RVC ............................ Rapport valeur : coût SAF ............................. Synergie Action contre la Faim SARCAF ..................... Service d'Accompangement et de Renforcement des Capacites d'Autopromotion de la Femme SAUPROV .................. Solidarité pour l'Autopromotion de Vulnérables SNV............................. Netherland-based Development Organization SOPADI ...................... Solidarite Paysanne Pour Le Developpement Integral SYDIP ......................... Syndicat de Defense des Interêts Paysans TSP.............................. Superphosphate triple TVA ............................ Taxe sur Valeur Ajoutée UCB ............................ L’Université Catholique de Bukavu UEA ............................ L’Université Evangélique en Afrique UEFA .......................... L’Union pour l’Emancipation des Femmes Autochtones UNIGOM .................... L’Université de Goma VECO.......................... Vredeseilanden Country Office WUR ........................... Wageningen University and Research Center ZNFU .......................... Zambian National Farmers’ Union

2


Préface Au démarrage de CATALIST, en 2006, le mot engrais était une injure en RDC! La majorité de la population congolaise était convaincue que les sols étaient naturellement fertiles et que l’engrais serait nuisible à l’homme et au le sol ; intensifier était hors de question ! Néanmoins, au Kivu, les rendements des cultures comme le maïs, le riz et la pomme de terre n’étaient que respectivement 1, 1,5 et 5 t/ha/saison en moyenne, où le climat permet facilement d’obtenir cinq fois plus. La densité démographique élevée et la superficie restreinte pour faire vivre la famille faisaient que le producteur moyen congolais était constamment confronté à la difficulté de nourrir sa famille et d’avoir un petit surplus à vendre pour subvenir aux besoins de scolarisation, de soins de santé et d’habillement pour ses enfants. Ainsi, joindre une rébellion quelconque pour le bien-être de la famille était attractif. En même temps, il était et il est encore question de dégradation de la situation alimentaire nationale. Les informations disponibles d’une façon diffuse suggèrent qu’il y a 5 ans, la RDC importait déjà un million de tonnes de vivres par an ; actuellement il semble que les deux millions de tonnes par an sont dépassés ! La RDC est appelée le pays ayant la sécurité alimentaire la plus médiocre du monde ; 70% des 70 millions de sa population ne connaît pas la sécurité alimentaire. Entre temps, les prix de vivres ne font que grimper sur le marché mondial. Un processus parallèle, mais encore plus furtif, est celui de la dégradation des ressources naturelles. La jachère étant devenue impossible à cause du manque de terres, les pertes d’éléments nutritifs du sol dépassent fortement les apports à travers du fumier ; le bilan d’éléments nutritifs du sol est devenu un des plus négatifs du monde. Ceci fait diminuer le couvert végétal, celui des cultures aussi bien que celui de la végétation naturelle, diminuant ainsi également la protection du sol. L’érosion s’aggrave et cause un bilan des éléments nutritifs encore plus négatif ; un cercle vicieux descendante qui mine l’avenir de l’agriculture, la ressource principale de la population. La population rurale est ainsi tentée de « consommer » toute l’espace, y compris les réserves naturelles. Ces dernières sont non seulement uniques dans le monde entier, un vrai héritage mondial, elles sont aussi une ressource de revenus potentielle d’une importance difficile à surestimer. Aujourd’hui, dans les deux Provinces du Kivu, le mot engrais n’est plus une injure ! Des petits producteurs jusqu’aux Gouverneurs, on réalise de plus en plus l’intérêt d’intensifier l’agriculture et l’élevage à travers l’utilisation judicieuse des intrants externes. Les organisations des producteurs et ONGs proches du milieu rural se sont inspirées de CATALIST et ont été appuyées par le projet. Ainsi un engouement qui va en augmentant a été créé chez les producteurs. Ils ont réalisé que la terre peut donner 3 fois sinon 5 fois plus. Ils ont observés des rendements de riz irrigué dépassant 10 t/ha/saison. Le champion à Kyatenga a produit 9 t/ha de riz pluvial. Il y en a qui ont produit 6 t/ha de maïs, plus de 20 t/ha de pomme de terre, etc. Les producteurs ont réalisé que l’agriculture est un métier qui peut mener à des revenus importants ! Il y a des petits producteurs qui ont pu acheter de la terre, des vaches, des chèvres ou des tôles ... Ils arrivent à payer les frais scolaires, médicaux, de mariage, etc. Des anciens combattants et rebelles reçoivent bien plus d’argent à travers l’agriculture que par leurs activités du passé. En effet, les producteurs et leurs organisations joignent CATALIST pour assurer qu’ils peuvent adopter la technologie de la Gestion Intégrée de la Fertilité de Sol - GIFS; qu’ils peuvent orienter leurs activités agricoles vers le marché au lieu de se contenter de juste nourrir leurs familles. Leur enthousiasme est tel que les résultats des efforts dans le domaine du développement des marchés d’intrants et des produits s’en trouve retardé comparativement à ceux de la promotion de la GIFS. Il y a néanmoins un accroissement considérable dans l’importation des engrais et des semences améliorées. En outre, le nombre des grands producteurs qui 3


joignent le processus d’intensification croît rapidement, et parmi eux il y en a qui s’intéressent également au développement du marché des intrants. Les autorités réalisent l’importance de renforcer le processus d’intensification. Déjà pendant deux années consécutives, il y a eu une décision du Gouvernement de supprimer les taxes d’importation des intrants agricoles. Elles sont conscientes que les producteurs de l’Est ont démontré que les importations de vivres peuvent être remplacées par une production nationale, toute en diminuant le bilan négatif des devises, en créant de l’emploi, et en renforçant l’entreprenariat et l’économie nationale. Le processus a été stimulé par un programme de mécanisation. En augmentant la productivité agricole, jusqu’à produire 5 fois plus par hectare que la moyenne actuelle, la course pour la terre peut être contrôlée, la sécurité foncière assurée, le problème des réfugiés résolu, la tension entre éleveurs et agriculteurs supprimée et la nature protégée de façon durable. CATALIST a facilité les activités de ceux qui sont aptes à jouer des rôles clés en réalisant les conditions nécessaires pour que l’intensification devienne une réalité générale. Convaincu que le développement agricole se fait à travers le triangle fertile de la collaboration entre les producteurs, les commerçants et entrepreneurs, et les services publics et ceci d’une façon équilibrée, FOPAC et LOFEPACO ont été appuyés et renforcés, la collaboration entre ces organisations des petits producteurs et productrices avec les producteurs membres de la FEC facilitée, les importateurs et distributeurs d’intrants guidés, et le développement des chaînes de valeur promu. Des représentants des services publics ont participé dans des formations et voyages d’études. Il y a eu et il y a également une contribution aux conditions physiques de l’intensification. Il s’agit de l’amélioration de l’infrastructure routière et le reboisement. La dernière activité continue sans relâche grâce au projet jumeau de CATALIST, un projet de production d’énergie durable à travers le bois (SEW). Un de ses investissements concerne l’agroforesterie, une agroforesterie qui cherche à appuyer l’intensification par son influence positive sur l’efficacité et la rentabilité des engrais. Il s’agit d’une nouveauté qui combine l’intensification avec la production du bois, où auparavant les arbres et les cultures étaient en compétition.

4


Introduction Avec une population égale ou supérieure à 300 habitants au km2, la région des Grands Lacs de l’Afrique Centrale est caractérisée – entre autres – par la densité démographique la plus élevée d’Afrique subsaharienne. L’utilisation des engrais minéraux y est la plus basse du monde, avec le bilan des éléments nutritifs le plus négatif du monde. Ces facteurs défavorables menacent l’avenir de l’agriculture ; principal moyen de subsistance de la population. Ils provoquent ainsi une pression des humains sur les ressources disponibles, ce qui est susceptible de déclencher les conflits sociaux. Ainsi, déclencher l’intensification agricole dans une logique de gestion durable de la fertilité du sol s’avère la seule solution pour nourrir la population toujours croissante et vivant sur un substrat dégradé. C’est l’objet du projet CATALIST qui signifie, Catalyser l’intensification Agricole Accélérée pour la Stabilité Sociale et Environnementale. Ce projet régional de 5 ans (Octobre 2006 – Septembre 2011) est financé par le Gouvernement des Pays-Bas et mis en œuvre par IFDC, un Centre international pour la fertilité de sols et le développement agricole, dont le siège se trouve à Alabama aux États-Unis.

Objectifs du projet La vision du projet est de contribuer à la paix et à la création d’un environnement favorable à la stabilité sociale et environnementale à travers l’intensification agricole. Pour y arriver, trois objectifs spécifiques sont visés : déclencher l’intensification agricole – promouvoir des chaînes de valeur agricoles rentables et contribuer à l’amélioration de conditions socio-économiques et politiques plus incitatives.

Zone d’intervention CATALIST œuvre dans la région des Grands Lacs d’Afrique Centrale. Son siège régional est situé à Kigali au Rwanda. En plus du Rwanda, le projet est également actif au Burundi et à l’Est de la République Démocratique du Congo où ses bureaux nationaux sont établis. Pour la RDC, le projet s’intéresse à l’amélioration de la politique agricole. Au Sud Kivu, le projet intervient au sein de quatre territoires à savoir Kabare, Walungu, Kalehe, Uvira, ainsi que dans la ville de Bukavu Au Nord Kivu, le projet intervient dans les six territoires de Beni, Lubero, Masisi, Rutshuru, Nyiragongo et Walikale en plus de la ville de Goma.

5


Figure 1. Carte de l’Est de la RDC

6


Stratégies d’intervention Comme le nom l’indique, le projet CATALIST se veut « catalyseur » et non pas « acteur ». L’objectif est de faire faire plutôt que d’agir soi-même : cette stratégie déclenche plus d’appropriation pour une logique à long terme. L’intervention est basée sur cinq stratégies :

1.

L’intensification agricole par la promotion de la Gestion Intégrée de la Fertilité des Sols (GIFS)

Au travers de journées champêtres tenues autour des champs de démonstration et des tests participatifs tenus par les producteurs, le projet vulgarise l’intensification agricole, basée sur la Gestion Intégrée de la Fertilité des Sols (GIFS). Cette dernière est une combinaison judicieuse des fertilisants, des amendements organiques et minéraux ainsi que du recyclage des résidus de récolte. La GIFS fait également appel à la protection et conservation des sols, à l’utilisation des semences de qualité, à la lutte intégrée contre les ravageurs, au respect du calendrier agricole et aux bonnes techniques culturales. Ainsi, à travers la GIFS sont améliorées la productivité des cultures, la fertilité des sols et la qualité de l’environnement. Au fur et à mesure que les producteurs sont convaincus de l’effet de la GIFS, ils adoptent et permettent aux autres producteurs environnants d’apprendre les nouvelles technologies et servent ainsi de noyau de rayonnement dans la zone.

2.

Le développement des marchés d’intrants & extrants agricoles par l’approche CASE (Competitive Agriculture Systems & Enterprises)

L’application de la GIFS déclenche en même temps l’augmentation de la production agricole et la demande des intrants agricoles. Ces deux marchés (des intrants & extrants agricoles) doivent répondre favorablement à la demande, pour soutenir cette intensification. En utilisant l’approche CASE (Systèmes et Entreprises Agricoles Compétitifs), le projet CATALIST appuie les acteurs (producteurs, vendeurs d’intrants, commerçants des produits agricoles, transformateurs, etc.) à mieux vendre leurs produits et à s’approvisionner en intrants. Ceci passe par l’implication des services d’appui (autorités locales, institutions financières, recherche, agences de régulation, etc.) qui rendent l’environnement des affaires plus favorables et offrent des produits et services aux acteurs, qui font chacun son travail. Cette collaboration des acteurs entre eux avec les services d’appui, constitue un Pôle d’Entreprises Agricoles ou PEA. Dans un esprit gagnant-gagnant, les petits/grands exploitants agricoles, les entrepreneurs locaux, les banquiers, et autres acteurs apprennent à travailler en synergie pour innover et lever les contraintes qui bloquent leurs affaires. Ils œuvrent pour rendre leurs chaînes de valeur les plus rentables et les plus compétitives possibles. La logique du PEA permet d’améliorer la qualité et la quantité de la production, de mieux répartir des revenus et diminuer des coûts de transaction.

7


3.

Amélioration de l’environnement socio-économique et politique nationale et régionale

Pour assurer que l’agriculture puisse devenir compétitive tant sur les marchés nationaux que régionaux, CATALIST plaide pour l’amélioration de l’environnement institutionnel par la mise en place des conditions, règles et lois qui favorisent l’émergence de l’agriculture comme secteur compétitif et générateur de revenus.

4.

Amélioration du support physique pour l’agriculture

En vue de permettre aux producteurs d’accéder aux marchés, la réhabilitation des routes surtout celles des zones à haut potentiel agricole est une nécessité qui permet également de réduire les coûts des transactions. Ainsi, l’ONG régionale Helpage a été sous traitée par l’IFDC pour réhabiliter les infrastructures routières en recourant aux travaux de haute intensité de la main d’œuvre(HIMO), une approche qui permet aux fermiers de non seulement accéder aux marchés mais qui permet également la création des emplois non agricoles, qui contribue à l’accroissement des revenus pour les vulnérables (veuves, orphelins, déplacés et démobilisés). L’approche HIMO est également utilisée par Helpage dans le micro reboisement et agroforesterie lors de la création et de l’entretien des pépinières et lors de l’aménagement des bassins versants.

5.

Renforcement des capacités

Se voulant «catalyseur », le projet CATALIST table sur le renforcement des capacités des acteurs, pour acquérir des compétences leur permettant de jouer chacun son rôle. C’est ainsi que le projet forme d’abord des formateurs, qui iront former les acteurs à leur tour. Les domaines prioritaires pour la formation des formateurs sont le commerce d’intrants agricoles, la GIFS, le développement des PEA, la facilitation et l’accès au crédit, ainsi que l’amélioration des systèmes de stockage et de transformation agricole. La formation des formateurs s’inscrit également dans l’approche de CATALIST d’externalisation des objectifs et résultats du projet, en vue d’atteindre un grand nombre des bénéficiaires qui adoptent la GIFS et qui concourent à l’accès aux marchés.

De plus, CATALIST cherche à à résoudre les questions suivantes : 6.

Amélioration de l’environnement socio-économique, politique nationale et régionale

Pour assurer que l’agriculture puisse devenir compétitive tant sur les marchés nationaux que régionaux, CATALIST plaide pour l’amélioration de l’environnement institutionnel par la mise en place des conditions, règles et lois qui favorise l’émergence de l’agriculture comme secteur compétitif et générateur de revenus.

7.

Partenariat pour l’externalisation

En tant que projet « facilitateur », CATALIST collabore avec des organisations de producteurs, le secteur privé, le secteur public, les services de recherche et de vulgarisation, les institutions régionales, les projets agricoles et les institutions financières. Ainsi, CATALIST collabore étroitement avec : •

Helpage pour des activités relatives au volet routes rurales et agro foresterie ; 8


Les organisations paysannes et ONG locales (LOFEPACO, COOCENKI, ACODRI, SARCAF, ADI Kivu, APAV, SYDIP, PADA, FECOPS, FOPAC, CDI, UEFA, CDC Kiringye, SOPADI, BECA, SAUPROV, CRONGD Sud Kivu, ADVS, COOSOPRODA, etc.) pour le développement des PEA ;

Les sociétés de commerce d’intrants agricoles (ADVS, LOBICO, …) ;

Les institutions de recherche et universités (INERA, UEA, UCB, UNIGOM, …) ;

Les industries de transformation (BRALIMA/ Heineken, les maïseries, ...) ;

Les institutions publiques comme le Ministère de l’agriculture à Kinshasa, les Ministères provinciaux de l’agriculture au Sud et au Nord-Kivu ;

Les médias comme la radio communautaire RAMA (Radio Maendeleo) ;

Les collaborateurs régionaux comme DFID, EAC, COMESA, EAFF, Crop Life, CEPGL, Agriterra, ICCO, SNV, WUR, Oxfam Solidarité, Oxfam Novib, CIALCA, VI-life et les autres projets de l’IFDC dans la région.

Résultats obtenus 1.

Déclenchement de l’intensification agricole

En 2007 quand les activités de CATALIST débutent au Kivu, l’engrais est quasi inconnu. Peu avant 2007, VECO a facilité des essais sur les engrais dans un contexte d’une forte résistance et les menaces sont plus que farouches. Jusqu’en 2007, personne ne veut entendre parler de l’intensification avec engrais. L’engrais est la pire de choses qui existent au monde, il tue les sols, il cause des cancers aux humains et un champ qui a reçu l’engrais ne peut plus produire sans engrais. Tel est le message véhiculé dans tous les milieux politiques, académiques tels que les universités agricoles, le cadre religieux, dans le privé, et même parmi les paysans. En plus de ces messages, des expatriés à la tête des Organisations Internationales dans l’humanitaire font passer en avant les conséquences négatives que l’Occident a connu dans l’utilisation des engrais et ne parlent pas de l’avantage de la technologie GIFS dans le processus d’intensification. Tout le monde, du milieu académique comme du milieu paysan, fait croire que les terres congolaises sont les meilleures du monde sur le plan fertilité et que l’introduction des engrais minéraux dans ses systèmes de productions est une autre manière d’assujettir la RDC. Il faut cependant montrer que les premiers tests de Septembre 2007 par CATALIST au Sud Kivu en territoire de Walungu (Ikoma) ont démontré que les sols congolais ne sont pas tels que la majorité des acteurs le croient.

9


A un mois de semis, les plants sous la GIFS ont atteint plus ou moins un mètre alors que ceux sur la parcelle paysanne (avec seulement la matière organique) n’ont même pas 10 cm.

1.1

Ceux qui continuent à scander que les sols du Kivu sont riches ont-ils raison ?

Dans un tel environnement, il n’y a évidemment aucune boutique d’intrants où l’engrais est facilement accessible lorsque CATALIST entre en scène. Le projet commence d’abord par organiser les tests participatifs avec les organisations paysannes tels que (LOFEPACO et COOCENKI) et autres ONG d’appui (ACODRI, ADI Kivu et SARCAF) qui acceptent de participer au processus et dont les membres adhèrent rapidement et avec enthousiasme aux nouvelles technologies promues par le projet. C’est l’Organisation Paysanne COOCENKI qui a pris le risque pour la deuxième fois d’importer 6.900 kg d’engrais catégories confondues (NPK 17-17-17, Urée, KCl, DAP, chaux, CAN). C’est grâce à ces engrais qu’en septembre 2007, les premiers essais sous forme de 300 champs de démonstration sont installés dans les six sites de Lubero, Beni, Masisi, Walungu, Kabare et Uvira, après une formation des agronomes du projet et des organisations partenaires. Ce sont les céréales (Maïs et Riz) qui sont concernés par ces premiers tests. Les producteurs participent effectivement aux premiers essais et l’enthousiasme augmente, les producteurs disent proclament le message « il y a de l’espoir ». Certains producteurs témoignent déjà que ceux qui leur demandent de ne pas utiliser l’engrais n’ont pas totalement raison. La saison suivante, le nombre de champs augmente et atteint 800, sans compter le nombre d’adoptants qui prennent les risques en osant utiliser l’engrais sur leurs champs. 10


Plusieurs petits producteurs enthousiastes mais locataires ne peuvent pas utiliser les engrais sur les terres qui ne leur appartiennent pas vu que leurs maîtres croient toujours à la destruction de ce patrimoine. Peu à peu, les acteurs locaux sont persuadés par les résultats, les rendements de riz va de 2 t/ha à 6 et 8 tonnes pour le riz pluvial et atteint 10 tonnes en irrigué. Celui de la pomme de terre monte de 7 t/ha à 20 t/ha et plus. Le haricot de 0,8 t/ha à 1,8 t/ha et le meilleur à 2,5 t/ha. Concernant le maïs, la première fois, la production du maïs atteint 6 tonnes à l’ha à Kabare-Walungu. La menace diminue aussi progressivement et le nombre des adoptants augmente partout même chez les grands producteurs. Certains grands producteurs commencent à donner leurs terres en exploitation sous condition qu’elles soient intensifiées. Grâce aux activités tels que les ateliers de réflexion, ateliers de formation, visite autour des champs tests, voyages d’étude en faveur des universités, des centres de recherche, des services spécialisés de l’Etat, la FEC, le gouvernement, les médias, les paysans, les animateurs d’ONG, la croyance change et tout le monde est peu à peu acquis à l’intensification. A l’instar des producteurs partenaires d’un projet de la FAO dans la Plaine de la Ruzizi, certains producteurs n’acceptent même plus de faire un témoin à côté du test car pour eux, c’est la perte de toute une saison. En termes de tests et démonstrations, plus ou moins 5.000 champs ont été installés sur le riz, le maïs, le blé, le haricot, l’arachide, le soja, et environ 100.000 producteurs provenant de plusieurs organisations des producteurs ont participé à cette activité à Walungu, Kabare, Uvira, Masisi, Rutshuru, Beni, Lubero, Nyiragongo, etc. Les écoles agronomiques et églises ont également pris part à ces activités. Les adoptions s’enregistrent chaque saison et le chiffre des adoptants augmente de jour en jour. Aujourd’hui le nombre est d’environ 36.500 producteurs. Plusieurs organisations de producteurs participent au processus.

1.2

Illustration de quelques résultats

Le riz Table 1. La culture du riz irrigué dans la plaine de la Ruzizi. Formule NPK (80-30-30) 2007-2008 Rendements moyens (Kg/Ha)

Témoin 2107

Traitement 7774

2008-2009 Témoin 2110

Traitement 8609

2009-2010 Témoin 2045

Traitement 9027

EA

70,8

81,2

87,2

RVC

8,4

7,6

7,9

Les résultats montrent qu’en appliquant les engrais sur le riz irrigué dans la plaine de la Ruzizi avec une bonne gestion de la matière organique, les rendements peuvent tripler ou quadrupler. Par ailleurs, le tableau montre comment l’efficacité agronomique s’améliore saison après saison. L’avantage du prix à la première saison a cependant influencé significativement son rapport valeur : coût (RVC). En général, le RVC est bon pour couvrir les charges liées à l’utilisation des engrais. En d’autres termes, si on investit 1 dollar pour acheter de l’engrais, on peut gagner plus de 7 dollars, sans tenir compte des autres charges.

11


Table 2. La culture du riz dans la plaine de Kyatenga. Formule NPK (80-30-30) et (64-45-00) Saison A 2011 S.A 2008 (kg)

S.A 2009 (kg)

S.A 2010(kg)

S.A 2011(kg)

Témoin Traitement Témoin Traitement Témoin Traitement Témoin Traitement Rendements moyens riz paddy (Kg/Ha) EA

2000

RVC

5183

2830

4472

2800

6876

2950

7250

39,7

20,5

50,9

53,7

4,2

2,8

4,4

5,3

Malgré la sécheresse, l’utilisation de la GIFS (engrais avec matière organique et bonnes pratiques culturales) double les rendements du riz paddy dans la plaine de Kyiatenga. Les résultats ici montre une évolution positive du RVC mais, il faut noter pour la saison A 2009 une absence de pluie de 3 semaines qui a affecté significativement le riz à Kyatenga. Les producteurs étant au début de la GIFS, leurs champs n’ont pas résisté. Cependant, on peut noter quelques producteurs qui ont bien utilisé les techniques de GIFS et qui n’ont pas été affectés au même degré que les autres. Un RVC de plus de 3 est acceptable mais pourrait être amélioré.

Le haricot Table 3. La culture de haricot dans le sud Kivu NPK (18-46-00) 2007-2008 Rendements moyens (Kg/Ha)

Témoin Traitement 188 532

2008-2009 Témoin 211

2009-2010

Traitement Témoin Traitement 839 246 1141

EA

7,5

13,6

19,5

RVC

2,4

6,2

8,9

Les rendements augmentent mais encore faiblement. La GIFS n’est pas encore maitrisée. Les résultats de ce tableau montre comment l’EA s’améliore mais il faut admettre qu’on est encore loin du potentiel. Avec le GIFS, le rendement va encore s’améliorer et les bénéfices peuvent être considérables lorsqu’on considère le RVC.

Le maïs Table 4. La culture de maïs dans le Grand Nord Evolution du rendement pour la culture du maïs dans le Grand Nord. Formule NPK (88,5-42,5-42,5) 2007-2008 Rendements moyens (Kg/Ha)

2008-2009

2009-2010

Témoin

Traitement

Témoin

Traitement

Témoin

Traitement

870

2426

705

3134

1332

5218

EA

17,6

27,4

43,9

RVC

1,2

1,5

1,9

Les rendements de maîs dans le Grand Nord ont augmenté au fur et à mesure, ce qui témoigne d’une maitrise progressive de la GIFS par les producteurs. L’efficatité agronomique s’améliore bien pour dire que le sol 12


s’améliore aussi mais le prix de maïs affecte négativement le RVC. L’utilisation des semences hybride pourra encore augmenter l’EA et le RVC. Des stratégies commerciales doivent être conjugués avec les efforts d’intensification agricole.

La pomme de terre Table 5. La culture de pomme de terre à Lubero Evolution du rendement. Formule NPK (74-51-51) 2007-2008 Témoin Traitement Rendements moyens (Kg/Ha) EA RVC

4500

14320 195 3,1

2008-2009 Témoin 7300

2009-2010

Traitement Témoin Traitement 19400 163 5,6

8100

23500 208 7,3

Les résultats de 3 saisons montrent comment les rendements ont presque triplé avec l’utilisation des engrais dans le cadre de GIFS. Parallèlement l’EA a aussi augmenté ce qui témoigne de la maitrise de la gestion de la fertilité des sols par les producteurs concernés. La culture de la pomme de terre à Lubero est rentable. En effet, avec un RVC de 7.3 obtenu en 2010, ceci signifie que pour 1 dollar investi dans l’achat des engrais, le producteur peut gagner jusqu’à 7 dollars si on ne compte pas les autres charges. Toutefois, on n’a pas encore atteint le potentiel. Si d’autres conditions (semences, sanitaires) sont favorables, l’efficacité agronomique peut encore s’améliorer. L’enthousiasme des producteurs contamine progressivement d’autres partenaires qui comprennent la nécessité d’intensifier au Kivu et commencent à construire des programmes sur la GIFS. FAO, ICCO Hollande, Oxfam Novib, Christian Aid et beaucoup d’autres intègrent maintenant la GIFS dans leurs mécanismes de solution aux problèmes d’insécurité alimentaire. Les démobilisés et/ou ex combattants trouvent de l’emploi à partir de l’agriculture intensive. Ils produisent et vendent comme il faut, au point de s’acheter parcelle et bétail, etc. Ils commencent à regretter tout le temps passé dans la brousse et sont maintenant à faire la paix en vue de s’occuper paisiblement à l’agriculture.

13


Lukogo Shambale, un démobilisé Congolais retourne à l’agriculture et change complètement sa vie grâce à des techniques agricoles modernes/améliorées

Lukogo Shambale avait 12 ans lorsqu’il a quitté le champ familial de Luberizi pour devenir un soldat Mai Mai. « Ma famille possédait des vaches mais lorsque les rebelles armés sont venus dans notre zone, ils ont tout pillé et tué mon oncle. Nous avons réalisé que nous n’allions nulle part », explique-t-il. Il n’a vu d’autre choix que de devenir soldat pour sa propre survie. La vie militaire était difficile et dangereuse et il ressentait le besoin pressant de retourner à la vie civile. « Un Mai Mai agit tel que dicté par son supérieur. On dort peu, on mange peu et on court toujours le risque d’être tué », se rappelle-t-il. Il a commencé à chercher une porte de sortie après la mort de deux de ses meilleurs amis sur le champ de bataille. Lorsqu’un programme de démobilisation débuta en 2007, Lukogo a remis son arme contre du matériel agricole et a essayé de retourner à sa vie d’antan. La première année où il a cultivé sur un champ loué était pleine de déceptions. Malgré un suivi attentif de son maïs, la récolte n’était que de 100 à 150 kg. « L’argent était rare, la vie était une lutte perpétuelle pour moi, ma femme et mes enfants ». Je ne possédais ni poules, ni chèvres, ni champ, explique Lukogo. Déterminé à mieux pourvoir aux besoins de sa famille, il s’est renseigné auprès de COOSOPRODA, une coopérative d’agriculteurs de sa région. Un membre de COOSOPRODA a invité Lukogo à une session de formation sur l’amélioration de rendements des cultures organisée par CATALIST. Malgré que Lukogo n’ait jamais entendu parler d’engrais auparavant, il est aujourd’hui convaincu que cette connaissance a complètement changé sa vie. Il a été introduit aux techniques de la Gestion Intégrée de la Fertilité du Sol (GIFS) à travers cette formation. Des techniques combinant des quantités adéquates d’engrais organiques et inorganiques pour enrichir le sol. Impatient de 14


pratiquer ce qu’il a appris, Lukogo a contracté un crédit d’un boucher voisin et a dépensé 32$ pour acheter des semences et engrais, et il a apprêté son champ pour la plantation. La GIFS a donné les résultats promis par les formateurs. A la première récolte, il a obtenu un record de 600 kg de maïs. Le prix au marché du maïs était élevé cette année là et il a fait un profit de 180$, le plus gros profit de sa vie à ce jour. Il a facilement remboursé la dette en plus de s’acheter un champ, deux chèvres et trois poules. Il lui est même resté 60$ à investir dans la saison suivante. « Ceci m’a procuré beaucoup de joie et m’a permis de me lancer dans différents projet. J’ai utilisé le montant restant dans la location de 30 ares de terre », dit-il en se rappelant de sa maison d’enfance. La deuxième récolte fut également un succès malgré le peu de profit dû à la baisse du prix au marché. Il s’est procuré une vache, un bien prestigieux dans sa communauté. Lukogo est convaincu qu’offrir un gagne-pain durable aux démobilisés est vital au maintien de la paix et de la sécurité dans la région. En tant que témoin direct de la violence due au conflit dans le Sud Kivu, ainsi que des effets de la GIFS et des opportunités offertes par une vie de paix, il explique « Les autres démobilisés ont vu mes accomplissements et demandent à se joindre à nous pour pouvoir bénéficier des mêmes succès ». Aujourd’hui, la COOSOPRODA travaille avec des facilitateurs de l’IFDC afin de développer le warrantage dans la région. « Après CATALIST, nous voulons continuer de gagner notre pain quotidien », explique Lukogo. « Maintenant nous savons que c’est possible d’augmenter la production. Mais à la récolte, lorsque nous essayons tous de vendre la récolte, le marché est inondé. Nous avons donc besoin d’un système de stockage crédible afin de pouvoir faire de meilleurs bénéfices », dit-t-il en souriant. « Et le warrantage pourvoit cette opportunité de bénéfices plus élevés.

15


2.

Mecanisation intermediaire agricole

L’agriculture mécanisée conventionnelle et l’agriculture de conservation : à la recherche du développement agricole, le gouvernement congolais veut promouvoir la grande mécanisation sur tout le territoire national en utilisant les CARG comme cadre de diffusion et de pérennisation. Certains acteurs et partenaires locaux voient en ça le début d’un processus d’intensification agricole. Ce programme a été lancé la saison culturale de septembre 2009 par une première distribution des tracteurs aux attributaires privés et organisations des producteurs. C’est la forme de mécanisation traditionnelle qui est promue par le gouvernement et plusieurs tracteurs sont distribués dans les sites CATALIST.

2.1

Introduction de la mécanisation intermédiaire agricole au Kivu

En vue de promouvoir et de faciliter l’intensification agricole au Kivu, CATALIST s’intéresse à d’autres technologies. C’est ainsi que le projet s’interroge sur quand et où promouvoir la mécanisation en tenant compte du type d’agriculture, du type de sol, du type de culture. Cette interrogation a des aspects sociaux et économiques liés à l’emploi. C’est essentiellement à cette question que l’appui de CATALIST en matière de mécanisation veut répondre en fin qu’il contribue à l’amélioration de la stabilité sociale en renforçant les efforts de promouvoir l’intensification agricole au Kivu. En février 2010, CATALIST organise une rencontre de concertation sur la mécanisation intermédiaire. En plus de la mécanisation dite « traditionnelle », l’alternative du système zéro- labour, ou mieux agriculture de conservation, a été discutée. Des représentants des organisations paysannes et ONG et, des privés pour lesquels CATALIST propose un rôle dans la promotion de la mécanisation, ainsi qu’un représentant du CARG y prennent part. Les objectifs de cette rencontre sont : 1. de donner des informations sur le zéro labour ; 2. de montrer aux participants que la mécanisation peut devenir un facteur important dans l’intensification ; et 3. de réfléchir sur quel type de mécanisation intermédiaire à promouvoir où et quand. Les formes agriculture mécanisée conventionnelle et agriculture de conservation connaissent trois sources d’énergie dont l’homme, le bétail et le carburant (motoculteurs et tracteurs). Plusieurs idées sont nourries au cours de la concertation, par rapport à l’idée de certains qui pensent que la mécanisation constituerait un frein à la création d’emploi, l’échange a montré que le contraire est aussi vrai. L’atelier crée un enthousiasme particulier chez les partenaires/ participants qui après échange sur la technique, sont favorables de participer dans les tests en vue de l’introduction de la mécanisation dans des zones ciblées dont plaines de Ruzizi et de Kyatenga, Bulambo et Kansiga). Les premiers tests démarrent en novembre 2010 sur la plaine de Ruzizi et ensuite dans les sites dans le Grand Nord en février-mars 2011.

16


Un appui aux ateliers mécaniques (GAB à Butembo et CDC Kiringye au Sud Kivu) / formation sur l’assemblage et maintenance de certains matériels. L’atelier GAB a aussi été capacité sur la reproduction de certains matériels en faveur des entrepreneurs locaux désireux d’en avoir. Du matériel a été distribué à l’introduction pour la promotion notamment : motoculteurs Thaïlandais (4 pièces au Kivu) accompagnés des charrettes, du matériels de labour minimum (Magoye ripper et accessoires), les autres matériels de culture attelée pour le travail du sol, le semis, sarclage et le transport (charrues à soc, herse à dents, barre niveleuse, charrue légère et moyenne, sarcleuse, butteur, semoir et charrette). Pour raison d’analyse comparative, une étude financée par CATALIST est en cours depuis décembre 2010. Elle regarde le côté économique, et ceci pour l’énergie humaine, traction animale, les motoculteurs et la traction mécanique.

2.2

L’agroforesterie (avec approche Haute Intensité de Main d’Oeuvre (HIMO)

Pour renforcer la GIFS, le volet agroforesterie a été utilisé par le sous contractant Helpage avec deux principaux objectifs : l’un comme outil de lutte contre l’érosion (protection et conservation des sols) et l’autre comme composante intégrante de la fertilité des sols (en conservant le sol, l’agroforesterie joue un rôle capital dans le renforcement de l’efficacité des intrants). Sur 16 bassins versants (Kabare, Walungu, Masisi, Beni, Kyatenga, Rutshuru, Lubero), en tout, 978 ha ont été aménagés sous agroforesterie et 183 ha sous micro boisement. L’agroforesterie en intégration aux cultures avec attention particulière sur les sites d’intensification (intégration aux cultures intensifiées) et le micro boisement sur les sites impropres à l’agriculture. Particulièrement, les travaux ont consisté à la plantation et/ou intégration des arbustes et arbres et, au creusage des fossés la où les caractéristiques du sol pouvaient le permettre (spécifiquement au Sud Kivu). 17


3.

Développement des marchés

3.1

Marché des intrants agricoles

En 2006 quand le projet CATALIST a démarré, les producteurs, les autorités, les humanitaires, étaient tous hostiles aux engrais : le refrain commun était « le pays est grand et nos sols sont riches ». Ils pensaient que les engrais détruisent le sol et un bon nombre voulait sauver l’agriculture congolaise par la promotion des produits bio. Et bien que la RDC soit signataire de la convention d’Abuja, les engrais étaient toujours taxés. Dans un environnement si défavorable à l’intensification agricole et avec si peu de connaissances sur les engrais, la stratégie du projet CATALIST a été dès le départ de faire croître en même temps l’offre et la demande du marché d’intrants, spécialement des fertilisants minéraux. Les interventions du projet se sont basées sur ces deux objectifs: •

Augmentation de la demande : o

Amélioration des connaissances des producteurs agricoles sur les engrais et leur utilisation, au travers de nombreux champs de démonstration et tests participatifs (2.800 champs de démo & 2.200 tests participatifs depuis 2006) ;

o

Appui aux campagnes de sensibilisation sur l’intensification agricole organisées par les universités agronomiques (Université Catholique de Bukavu, Université Evangélique en Afrique, Université de Goma, Université de Grands Lacs/ extension de Rutshuru et plusieurs instituts agronomiques). Des émissions radio ont été produites sur les généralités sur la GIFS, le warrantage, la chaîne de valeur riz, le reboisement, les généralités sur l’approche CASE, la GIFS en milieu scolaire et universitaire, l’implication des IMF dans la mise en œuvre du warrantage au Sud Kivu, le fondement de CASE. Environ 80 spots publicitaires ont été produits et diffusés sur plusieurs radios communautaires au Kivu.

• Augmentation de l’offre : o

Depuis 2006, le projet CATALIST a intéressé le secteur privé à s’investir dans la commercialisation d’intrants. Il a par ailleurs renforcé le réseau de distribution ; de l’importation à la distribution (particulièrement des fertilisants).

Table 6. Importation des engrais (cas des 3 importateurs)/ avril 2011 Importateurs

Quantité d’engrais (en tonnes) 2006

2007

2008

2009

2010

2011

COOCENKI ADVS-GAP

3 00

13 00

24 00

51 00

63 30

11,3 60

KALENGEHYA

00

00

00

00

2 ,5

3,2

Ets OLIVE

00

00

00

00

10

00

o

Localement, le projet a formé 4 formateurs des vendeurs d’intrants. A leur tour, ces derniers ont identifié et formé 260 détaillants d’intrants, dont 70% ont ouvert des boutiques/kiosques d’intrants, où sont actuellement vendus 100 tonnes de fertilisants chaque année. Il faut avoir en tête qu’à côté des quantités officielles, plusieurs producteurs préfèrent payer leurs intrants du côté de la frontière en vue de gagner sur le prix même 0,1$US/ Kg.

18


Etude de Cas : ADVS

Le directeur général (M. Herman Mutabataba) de L’Association de Développement des Vivres et Semences (ADVS) est l’un des 4 formateurs de vendeurs d’intrants. Il a formé, entre août 2009-février 2010, 49 vendeurs d’intrants répartis dans les sites de Birava, Mudaka, Miti, Kavumu, Katana, Kabamba dans les territoires de Kabale et Walungu de la province du Sud Kivu. Ces derniers ont été formés sur la connaissance et l’utilisation d’intrants avec insistance sur les engrais et les pesticides puis en notions de gestions des stocks, marketing, plan d’affaires et documents de base des boutiques d’intrants. Un total de 14 thèmes ont été développés au bénéfice des détaillants et des producteurs bénéficiaires de cette formation ont installés chacun chez lui un champ de démonstration avec utilisation d’engrais. L’ADVS s’est depuis spécialisée dans l’importation et distribution d’engrais autour des villes de Bukavu et Uvira ; où elle vient récemment d’importer 90 tonnes (sept 10 – avril 11).

19


o

D’un autre côté, un effort a été fait pour intéresser des coopératives agricoles et les importateurs privés tels que la FEC, ADVS, COOCENKI, Groupe Olive à importer les engrais. Le projet a accompagné les premières importations par des appuis conseils et des subventions. Depuis 2006, un total de 271 tonnes d’engrais ont été importées au Kivu.

o

Par ailleurs, des importateurs du Sud Kivu ont été mis en contact avec les fournisseurs d’engrais de l’Afrique de l’Est (Tanzanie, Uganda et Kenya). Ces derniers sont favorables à une livraison par le port d’Uvira au Sud et la frontière de Kasindi au Nord. Les contacts continuent pour concrétiser cette volonté.

o

Parallèlement, au travers les 12 Pôles d’Entreprises Agricoles (PEA) promus, les producteurs agricoles du Sud Kivu sont mis en contact avec des vendeurs d’intrants d’Uvira, Kabare, Walungu, Bukavu (la Pharmacie LOBIKO, ADVS, GAP et FECOPS, etc.). Ceux du « Grand Nord Kivu » sont mis en contact avec les vendeurs d’intrants de Lubero, Beni, Butembo (COOCENKI), et ceux de Masisi et Rutshuru mis en contact avec les vendeurs d’intrants de Goma et Rutchuru (COOCENKI, Mumbere et ACODRI). Au travers les 12 PEA promus, 43 kiosques/boutiques d’intrants ont été ouvertes dans le territoire d’Uvira, 27 à Lubero-Béni, 6 à Walungu, 3 à Kabare, 1 à Rutshuru et 2 à Masisi.

o

En vue d’améliorer les conditions de travail des vendeurs d’intrants, des efforts de plaidoyer ont permis la suppression des taxes à l’importation des engrais, conformément à la déclaration d’Abuja de 2006 qui recommande aux Etats membres de l’Union Africaine d’éliminer les taxes et les tarifs sur les engrais et les matières premières pour leur fabrication. Depuis 2008, les engrais ont bénéficié d’une exonération temporaire à deux reprises (une année reconduite).

Malgré cette évolution positive, l’offre ne parvient pas à suivre la demande qui augmente plus vite. Plusieurs producteurs n’ont donc pas accès aux intrants. Il faut noter cependant que les distributions gratuites faites par certains humanitaires inhibent la mise en place d’un vrai marché d’intrants, en décourageant les efforts de création de boutiques des privés et en provoquent un esprit attentiste des producteurs. Ainsi, il reste beaucoup à faire pour garantir l’accès facile (proximité et prix) des producteurs aux engrais minéraux. Par ailleurs et ce malgré l’exonération « sur papier », les importateurs rencontrent toujours des difficultés de faire entrer les engrais et les frais de transaction « informels » sont toujours trop élevés. Enfin, il faut noter que la nécessité à promouvoir l’accès aux autres intrants agricoles ; des semences, des produits phytosanitaires et zootechniques de qualité et du matériel agricole. Ces autres composantes n’ont pas reçu suffisamment d’attention, à cause de l’immensité des contraintes liés aux engrais ; plus limitatifs.

3.2

Marchés des produits agricoles – Approche CASE

Nul ne peut promouvoir l’intensification agricole à l’absence d’un marché rémunérateur des produits agricoles. Pour ce, les produits locaux doivent être compétitifs (bonne qualité, prix abordable), faute de quoi les consommateurs ne les achèterons pas. Ce sont pourtant ces derniers qui « financent » toute la chaîne. Pour y arriver, il faut le développement des entreprises locales compétitives. Pour les soutenir et renforcer les liens gagnant – gagnant entre eux, le projet CATALIST utilise l’approche Competitive Agricultural Systems and Enterprises (CASE). Cette approche est une façon d’amener les entreprises et les systèmes agricole à être plus compétitives sur un marché donnée. La réflexion part d’un groupe d’acteurs suffisamment proches et qui visent « ensemble » un marché rémunérateur donné. L’appui externe, appelé « facilitation », aide le groupe à convaincre chaque acteur à jouer chacun le plus efficacement possible son rôle pour augmenter le professionnalisme et la compétitivité 20


de la chaîne. Les acteurs directs de la chaîne y associent souvent d’autres influents et service d’appui, créant ainsi un « pôle » ou « cluster » qui réunit, outre les acteurs, les services de vulgarisation, les banques, la recherche, les cadres institutionnels. Le projet CATALIST appuie ainsi les acteurs locaux (producteurs et leurs associations/coopératives, vendeurs d’intrants, commerçants des produits agricoles, transformateurs, etc.) à accéder au marché. Dans ce cadre, CATALIST a accompagné 12 PEA sur le haricot, le maïs, la pomme de terre, le blé et le riz. Près de 100.000 acteurs locaux y ont participé, pour la plupart des producteurs regroupés dans des associations (95%). o

Plusieurs quantités de riz, maïs et haricot ont été vendues de façon organisée notamment à travers les livraisons de COOCENKI au PAM et les livraisons d’ADPA à la BRALIMA/ Bukavu.

o

CATALIST a travaillé pour la promotion de la vente groupée des récoltes de haricot et maïs au Nord Kivu et à travers COOCENKI, environ 15.000 ont bénéficié des achats locaux du PAM.

o

Depuis 2007, la CONCENKI est fournisseur du PAM et la confiance gagnée lui a valu cinq marchés de 1170 tonnes d’haricot, 1084 tonnes de farine de maïs et 450 tonnes de grains de maïs répartis sur cinq ans.

Table 7. Evolution de la fourniture de maïs et de haricot par COOCENKI depuis 2007 (en tonnes) 2007

2008

2009

2010

2011

Haricot

Farine Maïs

Haricot

Farine Maïs

Haricot

Farine Maïs

Haricot

Maïs grains

Haricot

Farine Maïs

335

150

302

500

150

100

00

450

383

334

o

Grâce à l’opération de warrantage, la COOSOPRODA a fait bénéficié 120 producteurs de l’augmentation du prix leur permettant de gagner 12.000$ US sur 60 tonnes de riz entreposé quelques mois seulement ;

Au Sud et au Nord Kivu, les CDV maïs ont été connectées à des maïseries (COOCENKI, Ets Bon marché, B-Israël, …). En effet, les producteurs de maïs de Kalunguta connectés à la maïserie COOCENKi, ceux de Masisi-Rutshuru connectés à l’Ets Bon marché et ceux de Kabare-Walungu à B-Israël.

21


Etude de Cas : Facilitation de la riziculture dans la Plaine de la Ruzizi

Un champ de riz dans la Plaine de la Ruzizi

Facilitation organisée et coordonnée Douze structures (CDC Kiringye, 8ème CEPAC, UCB, UEA, ADVS, COOSOPRODA, OPIAD, ADPA, ADI Kivu, Ets Rubota, MECRECO et FOPAC). - ont travaillé ensemble sous la coordination de CRONGD SK. L’objectif étaient de déclencher l’intensification agricoles par 15.000 riziculteurs de la plaine et leurs faciliter à livrer 2.400 tonnes annuelles de riz local au principal consommateur du riz du Sud Kivu qu’est la Heineken/Bralima.

Résultats satisfaisants au bout d’une année de facilitation Rien qu’une année après le début du contrat de facilitation établi entre le Projet CATALIST et CRONGD, et malgré de multiples défis, la Bralima utilise uniquement le riz local (cinq contrats totalisant 2.650 tonnes pour 2011) livré par cinq acteurs locaux dont une coopérative paysanne ; ADPA qui à elle seule a un contrat de 350 tonnes. A côté de ce marché rémunérateur du riz blanc, les engrais sont maintenant disponibles dans la plaine à 1 $/kg (prix au producteur). Ils sont vendus au travers cinq boutiques d’intrants toutes gérées par des 22


organisations paysannes (trois pour COOSOPRODA, une pour OPIAD et ADPA respectivement). Malgré les difficultés d’importation, ces « semi-grossistes naissants » sont approvisionnés par un importateur « en devenir » (ADVS), dont l’expérience et la volonté ont permis déjà de commander 90 tonnes d’engrais au cours des neuf derniers mois. La vente d’intrants en paquets d’un kilo récemment introduite à travers le système de « micros packs » y est très appréciée par les producteurs. Les engrais ne sont plus la « bête noir » des producteurs et autres acteurs de la plaine. Du côté conduite des champs, l’implication de 15 animateurs paysans a permis de constater que des paysans professionnels peuvent s’avérer de meilleurs vulgarisateurs de la GIFS que les agronomes « classiques ». En effet, ils ont installé 75 champs de démonstration et animent les journées champêtres. Près de 200 producteurs participent à chaque journée champêtre et, selon les estimations, près de 40% des 15.000 riziculteurs de la plaine Ruzizi ont déjà adopté la GIFS. Au moment où les premiers champs sont récoltés, les meilleurs producteurs atteignent déjà 5 à 8 tonnes de riz paddy à l’hectare.

Coordination dans la Plaine de la Ruzizi A côté de cette adoption, la collaboration avec les universités locales (UEA et UCB), a permis parallèlement de s’occuper de deux des contraintes majeures ; l’accès à la semence de qualité et la lutte contre les maladies qui ravagent les deux variétés en vogue ; SIPI et IRON ; ce qui a fort intéressé la Bralima. L’intérêt de cette collaboration est d’autant plus important que les universités utilisent les étudiants des domaines agricoles, qui sont mis en contact direct avec des contraintes des spéculations agricoles locales. Aujourd’hui, les principales maladies et sept variétés à cycle court (moins de cinq mois du cycle végétatif) ont été déjà identifiées. Un début de la coordination des interventions et des intervenants sur la plaine de Ruzizi est un succès des initiatives de CATALIST. Deux réunions de concertation y ont été organisées. La démarche est partie de l’arrivée de l’ONG ICCO et d’un projet de la FAO qui voulaient faire installer des champs de démonstration sur les engrais dans la même contrée avec les mêmes organisations de base. FAO propose aux producteurs d’utiliser 1 ha de témoin mais, ces derniers connaissant déjà l’effet des engrais considèrent que ça serait leur faire perdre toute une saison. Localement, le projet « Ruzizi sans Frontière » est bien accueilli par les acteurs qui voient en lui une action qui devra aider à mener des actions conjointes avec les voisins impliqués dans la production de riz. Il pourrait contribuer à résoudre des difficultés liées à l’importation des intrants et de l’accès au marché des produits agricoles.

23


4.

Accès au financement

L’accès au financement (principalement le crédit) reste une contrainte majeure au développement du secteur agricole, toujours perçu comme étant à hauts risques. Ainsi le projet s’est basé sur l’approche chaîne de valeur pour tenter de lever au maximum possible les contraintes liées à l’accès au financement. Plusieurs outils furent utilisés par le projet dans la tentative d’atteindre les objectifs ainsi visés qui s’articulaient principalement par l’accroissement du nombre de bénéficiaires de financement dans les chaines de valeur facilitées.

4.1

Plan d’affaires et gestion de prêts et subventions

L’approche chaîne de valeur implique naturellement l’aspect financement par la logique de la chaîne de valeur, lui-même comprenant plusieurs aspects comme voies d’accès. Ainsi, avec l’inventaire des contraintes liées au financement, il fut organisé une formation sur l’élaboration des plans d’affaires en faveur des acteurs des chaînes de valeur encadrées par le projet, ceci étant considéré comme parmi les contraintes majeures auxquelles font face les acteurs dans le secteur agricole pour accéder au financement. Parallèlement, la gestion des crédits et des subventions fut aussi abordée comme étant un outil nécessaire en amont de l’approche financement qui ne devrait pas se limiter seulement à l’obtention du prêt mais aussi à sa bonne gestion pour garantir la durabilité de la relation avec son institution financière. Cette formation organisée à Goma du 12 au 16 Octobre 2009 a regroupé 44 participants venant des deux provinces de couverture du projet dont les représentants de toutes les organisations facilitatrices de chaînes de valeur du projet. A l’issue de la formation, les participants ont acquis les connaissances techniques sur l’élaboration des plans d’affaires comme outil indispensable à l’accès au financement ainsi qu’à celles de la gestion de prêts et des subventions.

4.2

Warrantage

En 2009, CATALIST a entrepris de promouvoir le warrantage au Kivu, un système promu par IFDC en Afrique de l’Ouest depuis déjà plus d’une décennie. Le warrantage est une opération de crédit à court terme dont la garantie est le stock des vivres, ce qui permet de résoudre certains des problèmes directement causés par le système de crédit usurier. Le système permet aux paysans de stocker leur récolte jusqu’à l’augmentation des prix, améliorant ainsi leurs revenus. Les produits conservés servent de garantie pour l’obtention d’un crédit auprès d’une banque ou d’une institution de micro-finance (IMF). Suivant la logique de l’approche financement des chaînes de valeur, IFDC a développé et promu le warrantage à travers des formations et sensibilisations auprès des acteurs susceptibles, ayant manifesté l’intérêt dans ce produit. Ainsi, une première formation sur les techniques de warrantage fut organisée à Uvira en Mai 2009 en faveur de 28 représentants des organisations partenaires du projet dont quelques représentants des institutions financières participantes. Suite à ces campagnes de sensibilisation, quelques initiatives de warrantage ont vu le jour au Nord tout comme au Sud Kivu. Ce système fut amorcé à Kyatenga avec LOFEPACO en collaboration avec sa branche financière la CECAFEP, au grand nord du Nord-Kivu. Ayant été à sa phase d’introduction, il n’a pas donné des résultats satisfaisants en fin 2009 suite aux moyens financiers très limités de la microfinance pour une capacité de

24


seulement $6,500. Une deuxième initiative est en processus sur terrain avec l’entrée en jeu de la CODEFI qui vise également les grands producteurs et dont l’impact pourra être visible avec la récolté de Juin cette année. Au Sud Kivu, les producteurs de la Coopérative de Solidarité pour la Production des Denrées Agricoles (COOSOPRODA) à Luberizi ont entreposé dans leur dépôt plus de 60 tonnes de riz paddy au cours de la saison agricole. Ils ont attendu que les prix sur le marché soient stables avant de vendre. La pratique s’est avérée très utile car le dépôt de Luberizi ainsi que les cases de certains paysans avaient un stock de riz paddy (Mupunga) pour le semis, à une époque généralement caractérisée par la disette et la faim chez la plupart des ménages du monde rural. Le prix du riz décortiqué normalement vendu à 0,5$ au kilo à la récolte s’élevait à 0,7$ au moment du semis, ce qui a permis aux membres de COOSOPRODA de faire un bénéfice de 12.000$ en une saison. Pour améliorer la situation du marché qui restait incertain et ne garantissant pas la survie du système de warrantage, la Bralima-Bukavu a promis de signer un contrat de livraison avec les organisations paysannes pour leur permettre de bénéficier des crédits dans les IMF de leurs régions. Avant l’intervention de CATALIST dans le Sud-Kivu, 100 kg de paddy coûtaient 38 $ en période de récolte et le riz décortiqué revenait à 40 $. Durant la carence, le décortiqué coûte 90$. Pour valoriser la production locale avant que le riz de l’Uganda inonde le marché congolais le système de warrantage a commencé à fonctionner. Avec le warrantage, les producteurs ont pu avoir un meilleur bénéfice et le crédit agricole a fonctionné car les paysans ont pu intervenir sur leurs besoins en attendant que le marché de vente des produits agricole soit favorable. A la vente, la micro finance se fait rembourser à la source. Avec le warrantage, les paysans connaissent des problèmes de facilitation. Ils ne savent pas toujours ce qu’il faut faire de leurs produits. Longtemps délaissés ils ne savent plus expliquer ni s’impliquer dans de nouvelles approches ni faire une comptabilité de leur production.

4.3

Le programme de petites subventions ou « Small Grant »

En 2009, onze des organisations partenaires du projet au Kivu ont bénéficié de l’appui du projet d’une valeur totale d’environ 94 000 USD par le biais de petites subventions qui étaient accordées soit pour la production soit pour l’approvisionnement en intrants de qualité ou le reconditionnement des engrais en petits paquets de 1 à 10 Kg. Grace à ces appuis : •

ADVS a réhabilité son magasin d’intrants opérationnel en pleine ville de Bukavu et à partir d’où les détaillants des territoires environnants (Kabare, Walungu) s’approvisionnent. Maintenant, il répond aux normes de vente et sa capacité de stockage est acceptable. Ses capacités d’importations sont passées de 30 à 60 tonnes/ saison en livrant aux petits producteurs dans des sacs de micro packs.

25


COOCENKI est parvenue à réduire les coûts de transaction en jouant sur l’économie d’échelle en ramenant le prix du kg d’engrais autour de 1$ dans toutes les cantines qu’elle accompagne à Lubero et Beni. Les engrais ont été reconditionnés en micro packs de 5 kg et 10 kg pour adapter les ventes à la bourse des producteurs et favoriser les adoptions à partir de petites quantités.

7200 producteurs membres des associations accompagnées par ACODRI peuvent s’approvisionner en intrants agricoles (engrais) à partir de quatre magasins (à Kilolirwe, Burungu, Kitchanga, Nyanzale). Sur 15,4 tonnes d’engrais fournis dans les quatre cantines 13,25 tonnes ont été vendues.

LOFEPACO a construit un bâtiment pour la fabrication et le stockage des concentrés pour bétail.

SOPADI a rendu disponibles à partir de la production locale environ 7500 kg de semences de riz sur la plaine de Ruzizi.

FECOPS a ouvert deux kiosques opérationnels en territoire de Walungu.

BECA a rendu opérationnel un centre de production des intrants pour bétail et pour l’agriculture.

CDC Kiringye (CARITAS Uvira) a entrepris un programme de maintien variétal des semences du riz et maïs dans la plaine de Ruzizi.

COOSOPRODA a reçu un appui dans la promotion de la traction bovine à Luberizi.

SAUPROV a été appuyée dans la constitution des stocks communautaires des semences à Beni et Watalinga dans le Nord Kivu.

Chez APAV, le small grant a permis à d’organiser des rencontres de facilitation de la chaîne de valeur riz en rotation avec le haricot depuis 2009. La culture s’organisait au Graben (Irungu rift 26


valley). Les producteurs, les vendeurs d’intrants, les transporteurs, les transformateurs, les détaillants et les commerçants, les IMF caisses paysannes, les consommateurs sont impliqués. Les concertations ont été organisées entre tous les acteurs de la chaîne de valeur. Pour le riz, la faible production a été identifiée comme goulot d’étranglement et la décision d’attaquer le premier maillon qui est le producteur a été prise parce que « s’il n’ya pas de production, il n’ya rien à vendre ». D’où l’installation des champs de démonstration de 10m x 25m, afin de donner du travail au grand nombre de producteurs. L’expérience dans le small grant et le système de facilitation ont permis de constater que la RDC est le plus grand importateur des denrées alimentaires, c’est pourquoi IFDC y travaille sur le riz et le maïs. Pour booster la production et le marché, le système de small grant et facilitation d’accès au crédit a été mis en place. Comme dans la mobilisation des acteurs, IFDC bute toujours contre la difficulté d’accès au financement, l’approche small grant et facilitation d’accès au crédit ont été expérimentées. Son évaluation a montré que le fonctionnement de ces pratiques a été médiocre, car il aurait fallu donner ces grants aux spécialistes des finances (les IMF et les banques). Le warrantage est intéressant pourvu que la pratique ne soit pas appliquée par tout le monde. Il faut veiller sur le calendrier agricole.

5.

Renforcement des capacités

CATALIST n’organise pas directement des formations à la base. Il s’intéresse plutôt à la formation des formateurs. C’est par après, que les formateurs ainsi formés, vont organiser à leur tour des formations à la base. IFDC CATALIST peut alors fournir soit le matériel de formation et les conseils uniquement (cas des institutions ayant leurs propres fonds = externalisation) soit donner en plus des financements pour ces formations (cas des institutions partenaires dans le processus de facilitation des chaînes de valeur ou la formation des agro-dealers). Les résultats des formations sont présents en différenciant les deux niveaux de formations : formation des formateurs et formations à la base.

5.1

Formation des formateurs

Dès le début, IFDC CATALIST a organisé, d’une manière participative, une étude d’analyse des besoins en formation. Cette étude menée en 2008, a permis de connaitre les attentes des partenaires en matière de renforcement des capacités pour leur permettre d’atteindre les objectifs du projet. Sur base des résultats obtenus, un plan pluriannuel a été élaboré avec possibilité d’ajustement chaque semestre afin de tenir compte des changements du contexte. Quatre domaines de priorités furent ainsi identifiés à savoir : (a) l’intensification agricole ; (b) le développement des chaînes de valeur agricoles ; (c) le développement du marché des intrants agricoles (d) la gestion des associations. Les formations des formateurs sont organisées soit au niveau régional pour des thèmes d’intérêt commun pour les 3 pays ou alors au niveau national selon les spécificités de chaque pays. Les formations concernent aussi bien des représentants des organisations partenaires que le personnel d’IFDC.

27


Table 8. Les formations des formateurs organisées Thèmes de formation

Domaines

Intensification Agricole

Profil des participants

Nombre de formations / Participants 2008

2009

2010

N 0

P 0

N P N 4 32 5

P 89

GIFS (Gestion Intégrée de la Fertilité des Sols)

Agronomes, vulgarisateurs

Utilisation du Kit pour l’Analyse du Sol Technologies PPU (Placement Profond d’Urée) et Maintenance des Machines

Personnel d’IFDC et Institutions de recherche Agronomes et Mécaniciens des organisations partenaires et d’IFDC

0

0

0

0

1

2

0

0

2 16

0

0

Petite Mécanisation et Labour Zéro

Agronomes, Mécaniciens, Chauffeurs des organisations partenaires

0

0

0

0

3

11

Facilitateurs des PEAs (Pôles d’Entreprises Agricoles), les Coachs, les BDS (Business Development Services)

2 12 3

4

6

12

Développement Facilitation des Chaînes de des Chaînes de Valeur, Gestion du processus de Valeur coaching, Analyse des marchés, Plan d’affaires, Techniques de Négociation

0 Facilitateurs des PEAs, les Coachs, les BDS, personnel des Banques & IMF, Coopératives et organisations des producteurs

0

0

0

1

10

Développement Connaissance des intrants Commerçants, coopératives et 2 du Marché des agricoles, Marketing des intrants personnel des organisations des Intrants et gestion des affaires producteurs

6

4

4

1

4

Renforcement des organisations

0

0

0

0

0

Techniques de Warrantage, Gestion du Crédit et des Subventions

Gestion des organisations, Agronomes et Conseillers des Leadership, Développement des organisations partenaires organisations

Total N= Nombre de Formations

0

4 18 13 56 17 128 P= Nombre de Participants

La formation des formateurs a connu un intérêt croissant des partenaires depuis 2008 jusqu’en 2010. Le nombre de formations a augmenté en même temps que le nombre de participants.

28


Figure 2. Evolution des formations des formateurs

Le domaine qui a été privilégié est celui de l’intensification agricole. Pendant les trois dernières années (2008 -2010) IFDC CATALIST peut compter sur un réseau de 103 formateurs sur le GIFS distribués comme suit : 25 personnes issus de la FAO et autres partenaires, 26 agronomes des partenaires de ICCO, 32 agronomes issus des chaînes de valeur, 20 leaders paysans dans le domaine de l’Agroforesterie. En matière de développement des marchés, la formation s’est concentrée sur les 12 facilitateurs dont les 3 meilleurs sont devenus des coachs dans l’agro-business. Par rapport au warrantage et la gestion des crédits, 10 participants issus des organisations partenaires et des institutions de financement ont suivi une formation. Plusieurs sessions de formation des formateurs des agro-dealers ont eu lieu en faveur de 8 participants dont seulement 4 ont obtenu un certificat de compétence. Ces 4 formateurs ont pu former 258 agro-dealers en 2009 -2010.

5.2

Formation des bénéficiaires finaux de 2008 à 2011

Table 9. Participants aux formations par domaines et par an Domaines

Participants 2008

2009

20101

20112

Intensification Agricoles (Champs Ecoles) Autres (Agro-dealers, gestion des associations, gestion du crédit, techniques de warrantage…)

293

3780

14574

27660

23

258

754

-

TOTAL

316

4038

15328

27660

Ces formations sont organisées par les organisations partenaires en utilisant les formateurs déjà formés par IFDC CATALIST. Comme pour la formation des formateurs, le grand nombre de bénéficiaires des formations sont des producteurs qui apprennent les techniques d’intensification agricole à travers principalement des journées champêtres. La deuxième catégorie des bénéficiaires est formée des hommes

d’affaires principalement des agro-dealers qui ont suivi un programme de plusieurs jours sur la connaissance et le marketing des intrants ainsi que la gestion des affaires.

1 2

Avril à Septembre 2010 Septembre 2010 à Mars 2011

29


Figure 3. Evolution des participants aux formations

5.3

Matériel de formation

Pour rendre les formations plus efficaces, IFDC CATALIST a confectionné du matériel de formation et de vulgarisation par ce qu’on ne pouvait pas en trouver dans la région. En tout 63.000 fiches de vulgarisation en swahili ont été imprimées et distribuées aux producteurs pour les cultures suivantes : riz, maïs, pomme de terre, haricot. Des fiches techniques destinées aux agronomes et les vulgarisateurs ont été aussi diffusées sur la GIFS, chaque fois un jeu de 9 fiches qui traitent de 9 thèmes différents. En tout 4.500 fiches en swahili et 5.400 en français ont été distribuées.

6.

Plaidoyer pour l’amélioration de l’environnement à l’intensification

L’intensification agricole du Kivu, bien plus qu’ailleurs dans la sous-région, se heurte à des « contraintes traditionnelles » profondes, les différences liées au genre et le manque de sécurités foncières. Le problème est encore agrandi par la croyance qu’il y a beaucoup d’espaces et que la terre congolaise est fertile. La nécessité d’une intensification n’est pas comprise et acceptée par les décideurs et la population non agricole. Heureusement, les producteurs agricoles comprennent que la production est limitée par la pauvreté du sol. Ils réalisent que cette pauvreté, l’épuisement progressif du sol et le manque de sécurité foncière les limitent dans leur efforts de cultiver et de vivre. A ces contraintes, s’ajoutent d’autres notamment, les coûts de transaction élevés à l’importation qui affectent l’accès aux intrants par les producteurs. C’est dans le souci de contribuer à l’amélioration des conditions pour l’intensification que , CATALIST a appuyé des activités de plaidoyer pour l’avènement des politiques nationales et régionales plus favorables et nécessaires pour encourager l’investissement dans l’agriculture et, diminuer les contraintes qui freinent le développement agricole.

30


6.1

Pour l’adoption du code agricole en RDC

Le code détermine, conformément aux articles 47 et 123 point 14 de la constitution, les principes fondamentaux relatifs au secteur agricole. Le régime foncier traditionnel qui ne garantie pas la sécurité aux petits producteurs agricoles pourtant représentant plus de 90% de la masse productrice, est un instrument qui entrave sérieusement le développement agricole en RDC. Cette situation vient s’aggraver au Kivu suite à son relief fortement accidenté et de sa densité forte que CATALIST a dû y concentrer une attention particulière. Les réalités du foncier traditionnel sont : •

L’espace diminue et la demande augmente en même temps (achat de terre par des riches; croissance démographique petits producteurs) ;

La redevance augmente mais capacité de payer diminue (production médiocre) ;

Des contrats d’utilisation plus courts (une saison culturale, un année maximum) ;

Des cultures pérennes: redevance supérieure ou simplement interdites.

Les conséquences : •

La sécurité foncière est trop insuffisante pour inciter les vassaux à investir dans la terre ;

L’intensification risque de se limiter aux engrais (pas rentable et durable suite à l’absence de la GIFS)

Certaines catégories d’acteurs dont les grands fermiers, les églises, les plantations industrielles, les chefs coutumiers, etc. peuvent jouir du plein droit sur leurs terres alors que, les petits producteurs utilisent la terre sous le plein contrôle de ces premiers. Pour ce faire, CATALIST a appuyé (pour améliorer le code agricole, pour supprimer la limite superficie agriculture familiale, montrer que l’agriculture familiale sur une terre privée présente les mêmes bénéfices que l’agriculture industrielle, faire adopter le code amélioré) et organise plusieurs activités notamment : •

L’analyse des problèmes du régime foncier au Nord et Sud Kivu en mettant un accent sur les besoins d’investissements requis par l’intensification agricole et l’intérêt inconditionné d’assurer que la sécurité dans l’utilisation de la terre existe pour tout le moment. Cette occasion a permis aux acteurs du secteur agricole, y compris le ministère, les ONG, les OP de réfléchir sur les coûts et avantages associés aux investissements dans l’intensification, plus particulièrement chez les petits producteurs.

En juillet 2009, CATALIST a soutenu la participation des OP du Sud et Nord Kivu (COOCENKI, LOFEPACO, ACODRI, SARCAF, FOPAC, …) à la FAGOP (Foire Agricole de Goma pour la Paix). Cette participation leur a permis de faire la promotion de leurs produits et activités. Ils ont profité de l’événement pour remettre un mémorandum au gouvernement congolais représenté à l’occasion par son ministère national de l’agriculture sur le vote d’un code agricole favorable à tout le monde.

En collaboration avec les églises catholiques et protestantes au Sud Kivu, CATALIST a appuyé du 17 au 18 septembre de la même année à Bukavu un atelier sur « le régime foncier traditionnel comme contrainte à l’intensification agricole ». Un résultat principal est la mise en place d’un comité qui assurera en complément d’autres actions en cours, un plaidoyer pour l’avènement d’une sécurité foncière en RDC. 31


Le 05 septembre 2011, CATALIST a participé à un atelier organisé à Goma en faveur des chefs coutumiers et d’autres autorités locales. La présentation de CATALIST à l’occasion démontre aux acteurs locaux le rôle du régime foncier pour le développement agricole.

En collaboration avec VECO, CATALIST a soutenu un atelier à Kinshasa (octobre-novembre 2010) en faveur des OP issues des provinces potentiellement agricoles en RDC avec comme résultat clé, la mise en place d’un comité national pour le plaidoyer agricole. Cet atelier intervient dans une période où le processus de vote pour le code agricole semble bloqué et les différents contacts ont permis de relancer les discussions autour de ce dernier.

Dans le cadre du vote d’un code agricole en RDC, CATALIST a continué à appuyer les travaux du comité national de plaidoyer au Congo en finançant les voyages et séjours à Kinshasa. Un processus qui a commencé depuis 2008 et qui vient d’aboutir seulement ce mardi 10 mai par le vote d’une dernière version du code agricole en RDC. Les producteurs, les OP ainsi que le ministère de l’agriculture se félicitent pour cette première étape franchie dans l’histoire du secteur agricole en RDC.

6.2

Pour la réduction des inégalités de genre entre l’homme et la femme

Au Kivu, il existe encore sur toute la zone couverte par CATALIST des inégalités de genre se traduisant en contraintes qui handicapent la production agricole et le développement des chaînes de valeur agricoles. Une étude faite par CATALIST en janvier-mars 2010 avec comme objectif principal d’identifier et d’analyser les inégalités liées au genre qui affectent les objectifs du projet CATALIST et sur lesquelles ce dernier peut avoir une action efficace a constaté que : « Les hommes se servent de leurs femmes pour le transport de leur production du champ vers la maison. » « Les hommes peuvent transporter leurs produits sur des vélos et aller vendre à des prix intéressants. Mais nous, nous ne le pouvons pas. » (déclaration d’une productrice, SYDIP, Lubero) » Le résultat de l’étude ont montré qu’au Kivu, les contraintes sont principalement concentrées autour de l’accès et du contrôle de la terre, de l’accès aux intrants, à la main d’œuvre et aux formations de même que du contrôle sur les revenus. L’accès à l’éducation y est aussi très inégal, tout comme l’est l’accès au marché. L’étude a observé clairement que l’accès aux organes dans les organisations mixtes demeure inégal et discriminatoire pour les femmes. Pourtant, des déclarations de ce type sortent des bouches des hommes et femmes : « La présence d’une femme dans le comité de gestion met les autres femmes en confiance et entraîne une meilleure participation. » (Producteur, Lubero) « La femme qui est au comité de gestion rapporte les points traités dans les réunions de comité aux autres femmes. » (Productrice, Béni). Pour pouvoir atteindre ses objectifs, le projet CATALIST a commencé à contribuer à l’atténuation par les formations sur la GIFS dont les productrices ont bénéficié et qui ont eu pour conséquence un meilleur rendement et une amélioration de la situation économique et sociale. Rapidement les femmes réalisent des 32


scores jamais vus, les rendements du riz paddy augmentent à Kyatenga de 2 tonnes à 6, 8 et 9 tonnes et, le revenu de la femme s’en suit. Les femmes s’achètent de champs, des motos et les maris partis vers d’autres territoires à la recherche des boulots apprennent que leur village a changé. Les maris décident de rentrer pour rester à côté de leurs femmes qui peuvent les nourrir sans difficultés et l’histoire des « engrais sauvent nos mariages » s’inscrit dans le processus d’intensification à Kyatenga.

Contribution à la formation des femmes leaders chez LOFEPACO : La Ligue des Organisations des Femmes Paysannes du Congo (LOFEPACO), organise de formations des femmes leaders en vue d’obtenir un renforcement des capacités de la femme paysanne et, elle en assure le suivi à travers les cercles de réflexion et d’action « CERA » en sigle. La LOFEPACO composée de 12 organisations regroupant environ 20.000 producteurs, représente, défend et promeut les intérêts des femmes agricultrices. Une façon de renforcer les capacités des femmes est ce processus de formation qui dure 7 mois après quoi, les femmes leaders se rencontrent au sein des « CERA » où elles sont libres de discuter de leurs expériences et d’échanger les informations. Le CERA est né des idées inspirées par les femmes leaders formées qui s’étaient retrouvées en session préparatoire de la Journée Internationale de la femme rurale du 15 octobre 2005 avec thème « Femmes rurales, leaders de demain ». Ce processus avait toujours été pris en charge par AGRITERRA qui par suite de difficultés financières de 2010, a sollicité l’appui de CATALIST pour assurer la formation pendant 3 mois en faveur de 20 femmes leaders et le suivi de CERA. LOFEPACO participe au projet CATALIST depuis 2007 comme opérateur de proximité, l’opportunité a permis aux membres de pratiquer une agriculture intensive en appliquant la GIFS. Les femmes témoignent « avant, on cultivait sans engrais un hectare pour produire de quoi nourrir une famille restreinte. Aujourd’hui, les femmes produisent les mêmes quantités en cultivant seulement 1/5èmed’hectare ». Pour ces femmes, la situation d’avant était que : « Dans notre culture, la femme n’est pas respectée quand bien même elle a une bonne idée. Elle est ignorée parce qu’elle ne contribue pas économiquement au revenu de la famille ». Deux saisons d’intensification par les femmes après, les femmes témoignent que les hommes ont changé envers les femmes membres de LOFEPACO en leur accordant le respect qu’elles méritent pour les revenus sans précédents générés par leurs activités agricoles. Faisant suite aux acquis de la journée mondiale de la femme rurale du 15 octobre 2007 placée sous le thème « les femmes agissent et produisent », les recommandations suivantes sont formulées par les membres de LOFEPACO : •

Chaque femme paysanne doit dépasser ou sortir de l’état d’attentisme et entreprendre une activité économiquement rentable.

Elle doit avoir ses propres champs et produire plus, pour contribuer à lutter contre la faim dans le monde et contre la pauvreté dans son ménage.

C’est pour implémenter ces recommandations que la LOFAPACO a pris la résolution de doter la ligue d’un champ pour servir de modèle aux autres femmes rurales. Elles ont rapidement acquis un terrain de 7 ha à partir de leurs cotisations. Le centre est situé près de Bunyuka à 18 km à l’Est de la ville de Butembo. Dans la vision initiale, ce champ est un lieu où les femmes des associations membres viendront puiser les techniques culturales et d’élevage. C’est la « Station Mandimba » qui sert de champ école.

33


Une discussion animée à la « Station Mandimba » L’appui de CATALIST cherche à faire de ce centre une exploitation intensive modèle. La station de Mandimba doit servir de ferme école pour les femmes leaders tout en initiant des projets économiquement rentables pouvant permettre un autofinancement des activités menées sur place. A côté de l’appui financier à ce centre, CATALIST a aidé à : •

Développer un plan pour l’utilisation de la terre basée sur une agriculture intensive amenant à un revenu annuel le plus élevé possible, permettant à LOFEPACO de financer une partie de ses activités de formation.

Promouvoir, introduire l’intensification et valider l’intensification agricole au Kivu.

Grâce aux appuis de VECO, Vétérinaire sans Frontières/Belgique et CATALIST, quelques activités sont déjà en place notamment l’élevage des chèvres, des poules, des cobayes et lapins. Aussi, une unité de transformation de fruits en jus et en vin est opérationnelle sur place. La première session de formation GIFS vient d’être organisée en ce mois d’avril 2011.

6.3

Pour la réduction des taxes à l’importation des intrants agricoles de qualité

En collaboration avec FOPAC, CRONGD, les universités UEA et UCB et les inspections provinciales de l’agriculture (Sud et Nord Kivu), la suppression des taxes sur l’importation des intrants agricoles a été d’abord pour une année et l’évaluation de la contribution de cette mesure, a permis de la renouveler pour une autre année. Les acteurs agricoles locaux notamment les petits producteurs plaident pour la suppression totale et permanente de la taxe à l’importation des intrants et plus spécifiquement les engrais.

34


6.3.1

Transformation de l’aide d’urgence en aide au développement •

12 0ctobre 2010 à Kinshasa, sous le haut patronage de l’ambassade des Pays Bas à Kinshasa et en collaboration avec FOPAC, CRONGD, CATALIST a organisé une conférence sur le thème «Transformation de l’aide d’urgence en appui au développement » De la manière dont l’aide d’urgence est organisée en RDC aujourd’hui, elle mine le développement des marchés intrants et produits agricoles L’objectif était d’intéresser des acteurs nationaux et leurs bailleurs de transformer leurs interventions dans l’Est de la RDC en actions de développement.

C’est le Ministre d’Agriculture qui a voulu ouvrir la conférence et son Ministère participe activement dans les échanges et débats. Il y avait des représentants des organisations de producteurs, des parlementaires des deux chambres, des représentants du secteur privé et des bailleurs. Il se peut que les discours dans le monde aux alentours de l’aide d’urgence aient fait évoluer les idées déjà suffisamment dans la direction proposée par CATALIST, pour encore provoquer des discussions. Oui, l’aide d’urgence doit éviter des distributions gratuites, doit être faite d’une telle façon que le développement ne sera pas heurté mais sera plutôt préparée. Le débat se concentrait sur l’approche pour faire développer l’agriculture congolaise, à l’Est et ailleurs. Une opinion commune se développait au cours de la conférence : l’intensification agricole sur la base des intrants externes en cherchant une production compétitive est la voie à suivre. La bonne présence de la presse garantira un écho fort dans le pays. •

Campagne médiatique placé sous le titre « La sécurité alimentaire congolaise est-elle nécessaire et possible ? Vers un Congo prospère » L’enthousiasme et le feedback aux messages diffusés par les médias participant à la conférence du 12 octobre, motivent CATALIST et ses partenaires d’organiser une fois de plus à Kinshasa en juin 2011 (28-29), un événement Campagne médiatique pour continuer à faire bouger les choses en RDC.

Sous forme d’un petit Abuja pour la RDC, CATALIST cherche à changer l’attitude et les opinions générales par rapport à l’intensification agricole en RDC, comme cela a été progressivement fait au Kivu au cours des 5 années du projet. Afin de créer les conditions nécessaires qui mèneront à l’application de la loi portant principes fondamentaux relatifs au secteur agricole de la RDC et au vrai changement, CATALIST ainsi que ses partenaires croient à l’événement du 28-29 juin à Kinshasa. Ce changement doit être tel que l’environnement politique et socioéconomique devienne incitatif pour que les producteurs investissent dans leur terre, et les entrepreneurs dans le développement des marchés d’intrants et des produits, ainsi que dans les entreprises de transformation.

6.3.2

Collaboration petits et grands producteurs pour la promotion de l’intensification au Kivu

Etant convaincu qu’il faut un développement agricole rapide, une augmentation considérable des revenus des producteurs, pour assurer la stabilité sociale et que les investissements élevés sont nécessaires pour ce développement et ceci dans trois domaines : le développement du marché d’intrants, le développement du marché de produits agricoles, les entreprises de transformation y compris, et l’amélioration de la terre ; et que les petits producteurs ont suffisamment de difficultés de se prendre en charge pour l’amélioration de leur terre, il ne faut pas s’attendre à trop d’investissements de leur côté dans les deux autres domaines. Pour stimuler l’implication des grands producteurs et des membres de la FEC dans le processus, CATALIST a entrepris plusieurs activités notamment :

35


Voyage au Katanga du 25-27 juin 2010 : il n’est plus à démontrer que des privés entrepreneurs détiennent de moyens financiers qui bien orientés, peuvent servir bien au développement de l’agriculture au Kivu en contribuant au développement des marchés des intrants, des produits agricoles et d’autres activités de transformation, …Pour permettre aux acteurs du Kivu de s’inspirer des actions début de l’intensification) au Katanga, une délégation de 11 personnes y a fait le déplacement. Membre du gouvernement provincial, des distributeurs d’intrants au Kivu, la FEC, l’assemblée provinciale, la notabilité et des grands producteurs ont pris part à ce voyage. Ce voyage a permis aux participants de comprendre la nécessité d’intensifier sur leurs exploitations et de la collaboration régional pour développer le marché des intrants au Kivu. Les actions qui s’en ont suivi sont le démarrage à partir de septembre 2010 des premiers essais d’engrais sur les champs.

Voyage en Zambie : du 16 au 23 mars 2011, de représentants de la FEC, représentants des OP (LOFEPACO et FOPAC), un conseiller agricole du gouverneur du Nord Kivu et staff ont pris part à ce voyage. En RDC deux groupes de producteurs existent. Les grands producteurs sont membres de la FEC et les petits producteurs membres des OP qui se considèrent en tant que rivaux au lieu de se considérer comme partenaires. D’où la mission en Zambie, avec pour objectif de permettre aux participants de s’inspirer du modèle Zambien où une seule union des deux groupes fonctionne à l’avantage des deux parties et voir comment adapter ce modèle au contexte de la RDC. Les participants en ont profité aussi pour faire connaître les potentialités et les bénéfices de l’agriculture de conservation et son zéro- (ou minimum) labour. Ils ont donc visité respectivement ZNFU (Zambian National Farmers’ Union) et GART (Golden Valley Agricultural Research Trust)

Au retour, tous les participants sont enthousiastes et décidés à agir pour contribuer au changement de l’agriculture en RDC.

7.

Partenariat pour l’externalisation des résultats

Démarré dans un contexte d’hostilité totale vis-à-vis des engrais, au Kivu, CATALIST a investi toute l’énergie possible en vue de collaborer avec le maximum des acteurs du secteur agricole. Cette collaboration fructueuse peut se prévaloir et se féliciter du changement radical des mentalités observé aujourd’hui au Kivu. Dans tous les milieux aujourd’hui, les acteurs locaux peuvent discuter de l’intensification, peuvent parler de l’engrais dans l’agriculture chose, qui était difficile d’il y a 4 ans. •

CATALIST a collaboré avec deux universités au Kivu, à savoir l’Université Catholique de Bukavu (UCB) et l’Université Evangélique en Afrique (UEA), dans l’organisation de campagnes « sensibilisation sur l’intensification agricole possible au Kivu » au sein des huit universités. Cette campagne de sensibilisation a été clôturée par une conférence débat à la salle Concordia le 12 juin 2010 à Bukavu, laquelle conférence, a permis au personnel de CATALIST d’apporter lumière à plusieurs questions que se posaient les étudiants des facultés confondues sur les engrais et l’intensification. Le partenariat CATALIST avec ces deux universités s’inscrit dans la recherche d’influencer le cursus académique en sensibilisant un très grand nombre d’acteurs actuels et futurs sur la nécessité de l’intensification agricole, en essayant de comprendre les raisons de la résistance à l’intensification qui vient des milieux universitaires, en contribuant à une meilleure compréhension des engrais et de leur utilisation dans le chef des étudiants et des 36


enseignants particulièrement des facultés agronomiques. Plus de 1800 étudiants et enseignants ont participé à cette activité. Le plus grand résultat de cette activité est qu’actuellement au Kivu dans plusieurs universités et écoles agronomiques, le fonds pour le cours de fertilisation a complètement changé. Des professeurs ont réparti à des étudiants des sujets des mémoires de fin d’étude sur les essais d’engrais.

Étudiants UNIGOM observant la croissance des cultures de maïs. •

En partenariat avec le ministère provincial de l’agriculture au Sud Kivu et le Groupe Agropastoral du Kivu (GAP), CATALIST a organisé un atelier sur le marché d’intrants à Bukavu le 04 juin 2010. Plantations, grands producteurs, universités, producteurs, privés et églises ont participé avec comme premier résultat, l’importation de 30 tonnes d’engrais par l’Association des Distributeurs des Vivres et Semences (ADVS) et GAP. Les grands producteurs ont adopté l’approche intensification agricole.

En collaboration avec le ministère provincial de l’agriculture au Nord Kivu et le CARG (Conseil Agricole Rural de Gestion), CATALIST a facilité les ateliers sur les filières rentables autour des tracteurs que le gouvernement central de la RDC a attribués à des prestataires de services locaux. Le résultat a été l’identification des filières rentables en vue de rentabiliser les tracteurs attribués.

En partenariat avec les médias Radio Maendeleo au Sud Kivu, la branche communication de FOPAC au Nord Kivu et le département de communication du ministère national de l’agriculture, CATALIST a organisé deux ateliers de formations des journalistes agricoles 37


respectivement à Goma en avril 2010 et à Bukavu et en juin 2010. Une participation de plus de 40 journalistes des radios et télévisions publiques et communautaires et, 20 animateurs et/ ou paysans producteurs a permis un échange sur les approches CATALIST (GIFS et CdV), sur comment récolter et diffuser une information agricole rurale, … Des résultats comme la diffusion de spots et magasine sur la GIFS et CdV dans plusieurs radio au Kivu, l’initiative de mettre en place une association des journalistes agricoles (qui s’intéressent au secteur agricole) sont à mettre à l’actif de cette collaboration. La naissance de l’Association des Journalistes Agricoles du Congo (AJAC) devenue une organisation nationale (siège à Kinshasa) est une émanation indirecte de ces 2 ateliers. En effet, à l’issue de l’Atelier de Goma, Jean-Baptiste Musabyimana, Chargé de la Communication à la FOPAC a assisté à un congrès international de journalistes agricoles tenu en Belgique où il a rencontré Jean-Baptiste Lubamba, Directeur de La Voix du Paysan Congolais. Au retour de ce congrès international, en Décembre 2010 Lubamba et Musabyimana ont organisé une rencontre d’une vingtaine de journalistes agricoles qui veulent donner une voix aux producteurs dans les medias et c’est ainsi qu’est née l’AJAC. Les journalistes membres publient à différentes fréquences des informations agricoles. •

En partenariat avec les Universités (UEA et UCB), un test des variétés hâtives (cycle normal) a été possible dans le cadre de la super facilitation du riz sur la plaine de Ruzizi. Des variétés (2 variétés de 3,5 mois et 5 de 4 mois) sont maintenant en observation pour être diffusées en vue de permettre deux saisons de riz sur cette plaine. Les variétés utilisées jusqu’ici étaient de 6-7 mois avec des normes difficultés de faire deux saisons de riz par an.

CATALIST a collaboré avec beaucoup d’ONG internationales et régionales (ICCO Hollande, Oxfam Novib, Christian Aid, Louvain Coopération au développement, HDW, CIALCA, VECO, BRALIMA Heineken et agences des Nations Unies (FAO) dans la formation de leurs agronomes qui acceptent d’utiliser la GIFS aujourd’hui. Plusieurs de ces partenaires fondent à présent leurs programmes de sécurité alimentaire sur l’intensification. FAO, Christian Aid, ICCO Hollande exécutent déjà des programmes de sécurité alimentaire avec approche d’intervention la GIFS.

En partenariat avec la CEPGL, CATALIST participe au programme Ruzizi sans Frontière ou RsF. L’initiative RsF est née de la conviction que la plaine à elle seule possède le potentiel de produire les quantités nécessaires pour satisfaire le marché rural et urbain de la plaine, avec ses 3,5 millions d’habitants dont 2.2 millions de citadins et 1.3 millions de rurau et les autres demandeurs de céréales dans la zone. Il s’agit notamment de trois brasseries qui importent annuellement près de 10.000 tonnes de céréales (le riz pour la Bralima, le sorgho pour la Brarudi et le maïs pour la Bralirwa). A cela s’ajoute le programme Purchase for Progress (P4P) du Programme Alimentaire Mondial (PAM), ainsi que d’autres organisations humanitaires qui achètent des vivres locaux pour distribution dans les zones post conflictuelles. •

En partenariat avec AGRITERRA, VECO et la FOPAC, CATALIST a appuyé l’organisation de la journée pomme de terre du 10 au 14 mai 2010 à Butembo laquelle, a réuni les représentants des acteurs impliqués dans la promotion de cette culture en RDC, Rwanda et Burundi. CATALIST a pris en charge la participation de 16 personnes (Congolaises, Rwandaises et Burundaises) issues des OP, des centres de Recherches et des services spécialisés de l’Etas.

38


Conclusion CATALIST a été un succès au Kivu. Les résultats par les producteurs ont rayonné partout et à tous les niveaux dans la zone du projet mais, il faut l’étendre. Tous nos partenaires sont enthousiastes à utiliser la GIFS comme technologie qui contribue efficacement à la sécurité alimentaire au Kivu. FAO, ICCO, Christian Aid, HDW utilisent déjà la GIFS et beaucoup d’autres sont entrain de construire leurs programmes basés sur la GIFS. Plusieurs partenaires reconsidèrent leurs approches en termes de recherche de la sécurité alimentaire. Ils ont compris que l’intensification de l’agriculture et de l’élevage aidera à trouver des solutions à plusieurs problèmes. Ceux-ci concernent cultivateurs-éleveurs, parcs-terres agricoles, réfugiés-populations locales. C’est en cette nécessité que la suite de CATALIST doit veiller à l’adoption de la GIFS par plus de producteurs et au renforcement des chaînes de valeur rentables.

Perspectives Les perspectives pour l’avenir peuvent être : •

Renforcer l’appui à la création d’un centre de formation agricole pour les femmes paysannes (avec un objectifs de réduire les inégalités de genre) et contribuer ainsi à la création de conditions favorables au développement de l’agriculture de la RDC ;

Diffusion de l’approche intensification pour une agriculture durable et rentable qui devra créer de l’emploi agricole à grande échelle et ainsi, occuper les jeunes et les ménages pauvres ;

Collaboration effective avec la BRALIMA/ Heineken dans l’intensification de la plaine de Ruzizi et créer l’emploi dans cette zone comme condition nécessaire à la paix ;

L’intégration agriculture-élevage au sein de la plaine de Ruzizi qui créera la convivialité entre les éleveurs et agriculteurs de cette plaine ;

Collaborer avec la sucrerie de Kiliba qui exploite 3.000 ha de canne à sucre en vue d’accélérer l’intensification de la plaine (l’intensification créera l’emploi et les richesses dans la plaine et c’est une condition pour la paix) ;

Renforcer l’adoption de la GIFS (Gestion Intégrée de la Fertilité des sols) pour régler le problème d’irrigation dans la plaine de Ruzizi et contribuer à la réhabilitation des infrastructures d’irrigation dans cette partie à haut potentiel agricole ;

Renforcement des capacités des animateurs d’ONG, des services étatiques, continuer à influencer le cursus académique dans les instituts agronomiques en vue d’une intensification agricole à grande échelle et raisonnée ;

Développement d’un marché d’intrants agricoles en RDC pour renforcer les activités d’intensification en réduisant les coûts de production et, l’agriculture congolaise deviendra compétitive sur le marché local et régional.

39


CATALIST La présente brochure est une publication de CATALIST, un projet exécuté par l’IFDC. | www.ifdc-catalist.org | ifdcrwanda@ifdc.org Appui financier de la Direction Générale de la Coopération Internationale des Pays Bas (DGIS).

SIEGE DU PROJET

BUREAU DU BURUNDI

BUREAU DE LA RDC

HELPAGE CRGL

IFDC Rwanda Kimihurura II, n°730 - District de Gasabo B.P. Box 6758, Kigali 4Téléphone: +250 255 10 42 11

IFDC Burundi 3 - Bweru Street Rohero II P. O. Box 1995, Bujumbura Téléphone: +257 22 25 78 75 +257 22 27 35 66

IFDC Congo Q. Himbi, Goma Téléphone: +243 813 134 697

Helpage Regional Headquarters B.P. 6682 - Ville de Kigali Rwanda Telephone: +250 (0)25 25 34 87 +250 (0)25 25 34 88

DRC Overview  

DRC Overview

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you