Page 1

TRAVAUX PUBLICS Maçonner des moellons http://idropproject.com

Le Pitch

Les outils nécessaires [1] Les différentes natures de pierres [2] Le vocabulaire architectural de base [3] Les liants traditionnels [4]

Les notions nécessaires et indispensables pour aborder la taille et le montage de moellons dans le cadre de travaux de chantiers VRD.

La coloration des mortiers [5] La confection des mortiers [6] Le montage du mur [7] Les joints et finitions [7]

http://www.idropproject.com


[ 1 ] Les outils nécessaires _____

(1.4) La boucharde.

(1.1) le cordeau.

Vient affiner la taille après le dégrossi au poinçon.

Sert à matérialiser les alignements horizontaux des ouvrages.

(1.2) le fil à plomb.

(1.5) Le marteau de maçon.

Sert à matérialiser et vérifier les alignements verticaux des ouvrages.

Sert à calibrer et à mettre en place le moellon.

(1.3) le têtu et la chasse. (1.5) L'équerre de maçon. Servent à effectuer la taille du moellon Sert à reporter les angles droits avant la taille et à vérifier les angles de l'ouvrage.

Têtu

(1.6) Le crayon à tracer. Chasse Sert à inscrire sur la pierre avant la taille. Il est fait d'un bois coloré.

(1.3) Le poinçon/ Burin. Sert à ajuster la taille du moellon et à creuser les joints.

(1.7) Le mètre enrouleur. Sert à reporter/vérifier les mesures de l’ouvrage.

http://www.idropproject.com


(1.7) L'éponge de maçon.

(1.12) La truelle ronde.

Sert à réaliser la finition des joints et à nettoyer les outils.

Sert à la mise en œuvre du lit de pose.

.

(1.8) La brosse métallique.

(1.13) La truelle façon Reims. Sert à la maçonner.

Sert à nettoyer les pierres, à préparer le moellon avant la confection des joints et à réaliser la finition.

(1.14) Le serre joint. Sert à maintenir en place des coffrages.

(1.9) Les fers à joints. Servent à réaliser la finition et au besoin le marquage des joints.

(1.15) Le sceau. Sert à doser les constituants des mortiers. 1 seau = 10 litres.

(1.10) La taloche. Sert à la mise en œuvre du mortier de pose des moellons, à la mise en œuvre du mortier des joints et à la réalisation d'enduits.

(1.16) L'auge. Sert à réaliser et transporter les mortiers en petite quantité.

(1.17) La gâche. (1.11) La truelle "langue de chat".

Sert à maintenir propre la surface du chantier.

Sert à confectionner les joints.

http://www.idropproject.com


(1.18) La bétonnière. Sert à réaliser mécaniquement bétons et mortiers en grande quantité.

- Permet de réaliser des pièces de dimensions moyennes.

(2.3) Le grès.

[ 2 ] Les différentes natures de pierres à tailler _______________ (2.1) Le granit.

Roche d’origine sédimentaire. Au grain plus gros que le calcaire.

[ 3 ] Le vocabulaire architectural de base. ____________________

- Roche d’origine volcanique. - Grande résistance à la compression. - Grande durabilité dans le temps. - Très utilisé pour le pièce demaçonneries soumises à usures ou à contraintes particulières (linteaux, angles, seuils, marches, etc…) - Possibilité de tailler des pièces de grande dimension.

(2.2) Le calcaire.

[ 4 ] Les liants traditionnels _____ (4.1) La chaux.

- Roche d’origine sédimentaire. - Friable et facile à travailler . - Sensible à la pollution atmosphérique.

http://www.idropproject.com


- Produit dérivé du calcaire.

Roussard), il est possible de faire varier la couleur des mortiers de jointoiement.

- Durcit au contact de l’eau.

(5.2) Les Oxydes. - Non étanche, elle permet aux ouvrages anciens de respirer et de réguler leur taux d’humidité. - Elle a une résistance mécanique inférieure à celle du ciment. - Entre dans la composition du mortier de chaux et du mortier bâtard.

(4.2) Le ciment.

D’origine métallique (cuivre, fer, zinc etc…) les oxydes mélangés au mortier en faible quantité (quelques grammes) permettent d’en faire varier la couleur. Leur dosage doit être précis. Pour obtenir une teinte constante au fil des gâchés, il est conseillé d’utiliser des sacs prés dosés.

[ 6 ] La confection des mortiers _ (6.1) Les bétons de fondation. - Produit obtenu par cuisson d’un mélange de chaux, de silice et d’argile. - Capable de durcir sous l’eau et à l’air. - Prise plus rapide que la chaux. - Résistance mécanique très élevée. - Entre dans la composition de nombreux mortiers et bétons. - Conditionné en sacs de 25 kg. - Sont réalisés à profondeur hors gel (70cm). - Mis en œuvre sur une épaisseur de 25cm.

[ 5 ] La coloration des mortiers __ (5.1) Les sables.

- Comprennent des fers sur la fibre inférieure de la semelle pour résister à la traction.

(6.2) Le dosage des bétons.

- En utilisant en quantité variable des sables lavés naturellement colorés (Sables de

http://www.idropproject.com


(6.3) Le mortier de pose.

[ 7 ] Le montage du mur ________ (7.1) Le travail du moellon.

Ajouter dans l’ordre : • • •

le sable. le mélange chaux/ciment près dosé. l’eau.

De façon à obtenir un mélange « sec » non coulant. Ce mortier peut servir au bourrage des joints en profondeur.

Le choix : Choisir la face de parement en cohérence avec l’existant en terme de couleur, dimension, forme. Le sens de pose : En respect du fruit existant. Partie saillante du parement vers le haut. La taille/ajustement : Maintenir l’harmonie de l’existant. A partir du choix de la face de parement, ajuster la taille du reste du moellon. Réutiliser les éclats en bourrage. Eviter le "coup de sabre".

(7.2) Le "fruit". (6.4) Le mortier de jointoiement. - Ajouter dans l’ordre : • • •

le sable. le mélange chaux/ciment près dosé. l’eau.

De façon à obtenir un mélange à texture plastique qui se travaillera en 2 étapes : (Bourrage + resserrage du joint) En augmentant la quantité de ciment, vous améliorerez sa résistante.

C’est l’écart par rapport à l’aplomb du mur entre le pied et la tête.

(7.3) Le montage traditionnel.

Avec davantage de chaux, il sera plus facile à travailler.

http://www.idropproject.com


Dans un montage traditionnel de moellons, il s'agit de : - Respecter les alignements horizontaux. - Respecter les dimensions de pierres sur une même ligne. - Commencer au pied du mur par disposer les moellon les plus gros, et réduire la taille au fur et à mesure de l'élévation.

Appliquer le traitement de finition selon le choix esthétique. - Joints Lissés. (Eponge) - Joints Grattés. (Truelle/brosse métallique) - Joints Brossés. (Brosse poils) - Beurrés. (Excédent de mortier) - Tirés au fer. ( Fer à joint sur joints beurrés)

(7.4) Les phases du montage.

Confectionner le lit de pose en mortier sec de 2,5 à 3 cm d’épaisseur. Mettre en place grosso-modo sans tasser. Tirer le mortier en allant jusqu’au ras du parement pour permettre le refoulement ultérieur du joint. Poser le moellon choisi et ajusté en fonction de l’esthétique souhaitée, en utilisant un cordeau pour respecter l’alignement du nu. (Partie saillante en haut). Caler le moellon au marteau à maçonner. Refouler le joint inférieur à la langue de chat ou à la main. Reproduire le mode opératoire au rang supérieur. Le soir de la pose, passage de la brosse métallique pour ôter les résidus de pose et nettoyer la pierre avant la confection des joints.

(7.5) La confection des joints. Bourrage des joints en mortier à texture plastique à l’aide de la truelle langue de chat et de la taloche (support du mortier). Attendre que le mortier commence à prendre.

Vous souhaitez contribuer à l'amélioration de ce dossier, contactez l'équipe iDrop Project via le site :

Resserrer le joint à la truelle pour contrer le retrait apparaissant à la prise, et lié à la plasticité du mortier.

http://www.idropproject.com

http://www.idropproject.com

maçonner des moellons  

les notions de base pour monter un miur en moellons

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you