Page 76

Lettre sanglante (../suite) vert que son père avait des maîtresses. Si Gérard Lalardrie était bien le meurtrier des trois premières femmes, Guy pouvait continuer à tuer pour le plaisir. Jean-François allait devoir parler à son ami. Et puis il y avait peut-être un autre carnet, qui sait…

« - Bon, qu’est-ce qui se passe ? réagit Guy. Il y a un problème ? - Connaissais- tu les noms des maîtresses de mon père ? - Non. Bien sûr que non. Mais un jour, j’ai surpris une dispute entre ta mère et ton père. Ta mère, défigurée par la rage et les larmes, hurlait : « Je te tuerai, toi et tes putes ! ». - J’ai découvert, dans l’établi de mon père, des carnets où figurent les noms des trois femmes assassinées il y a 10 ans, ainsi que ceux des victimes de cette semaine. - Mais…Mais…attends ! Il y avait une petite croix rouge devant leur nom. Elles ont été faites sur place, à la maison de la Butte aux Cailles… mais alors ?!! »

La réparation effectuée, il rapporta le rabot chez sa mère et entreprit de fouiller l’établi. Après quelques minutes, là, glissé dans un interstice près d’un pied postérieur, un reflet jaune, un autre carnet. Fébrile, il l’ouvrit et trouva une liste de noms avec des appréciations de la main de son père; « très soumise, entreprenante, bon coup, … » Et, tout à coup, en milieu de page : Catherine Moreau « super coup », et Marine Rous- La vérité se fit jour en même temps pour sel « passive mais soumise », une petite les deux amis. Violette Lalardrie. Elle croix rouge devant chacune d’elle. mettait ses menaces à exécution.

« - Nom de Dieu ! Qu’est-ce que c’est Tel un diable sortant de sa boîte, Jeff que cette histoire ? Quelqu’un conti- arriva chez sa mère. nue d’assassiner les anciennes maîtresses de mon père ! » « - Maman, je sais tout. C’est toi l’assassin, n’est-ce pas ? Tu tues les anciennes Il quitta la maison en trombe, roula à maîtresses de papa, c’est ça ? » tombeau ouvert jusqu’à la Rapée et ouvrit brutalement la porte du bureau Violette hoqueta et s’effondra dans le du médecin-chef. fauteuil, la tête baissée durant de longues secondes. Et brutalement, le visa-

71

Profile for Suzanne Roy

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Profile for idmuse
Advertisement