Page 73

continuaient jusqu’au pubis.

chercher un rabot dans l’ancien établi de son père, à la maison familiale, pour réparer une fenêtre de son appartement qui ne fermait plus. Depuis des années, sa mère y vivait seule. Il avait toujours entretenu de bons rapports avec elle.

« - Incision en Y, murmura le docteur Rosen. Jeff, la personne qui a fait ça s’y connaît en médecine légale. - Tiens-moi au courant des nouveaux éléments. Je vais aller au poste voir si des meurtres semblables ont déjà été commis. » Il déposa l’épais dossier dans un tiroir de son bureau et s’en alla. Jean-François salua son ami et quitta les lieux. Il n’était que six heures du Sa mère habitait le quartier de la Butte matin. Jeff gara la Ford dans la rue Cli- aux Cailles, dans le 13ème arrondissegnancourt, juste en face du commissa- ment. C’était une vieille maison paririat central. sienne aux poutres apparentes, à la cave voûtée et avec du crépi sur les Il s’installa à son bureau, se fit un café murs. Jeff arriva dix minutes plus tard noir et entreprit une cyber recherche et sa mère, une femme de soixanted’homicides similaires. Deux heures plus cinq ans au visage sévère, toujours vêtard, l’inspecteur avait fait des décou- tue d’un tailleur strict et de chaussures vertes très intéressantes. Dix ans aupa- Charles Jourdan, vint lui ouvrir le porravant, trois femmes, dans la trentaine, tail. avaient été retrouvées à leurs domiciles, une balle de calibre 22 dans la « - Bonjour maman. » dit-il en l’embrastête et une incision en Y sur le corps. Le sant sur la joue. meurtrier n’avait jamais été retrouvé. - Je suis contente de te voir. Tu devrais Mais, ce qui étonna Jeff, encore plus, passer plus souvent. Je me sens vraic’est que c’était son père, le docteur ment seule dans cette maison, chuGérard Lalardrie, qui avait pratiqué les chota-t-elle en l’enlaçant. autopsies. Il restèrent assis longtemps à discuter Il ne s’était jamais entendu avec son de tout et de rien, en buvant un thé. père, ce dernier n’étant jamais à la maison, trop obsédé par son travail. Il « - Alors, quand est-ce que tu me préétait décédé à l’âge de cinquante- sentes ta fiancée ? cinq ans d’un infarctus. - Maman. Tu sais très bien que je vis seul, soupira-t-il. Le mariage, ce n’est Jeff se souvint alors qu’il devait aller pas pour moi. Je ne veux pas que ça

68

Profile for Suzanne Roy

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Profile for idmuse
Advertisement