Page 66

Une écharpe rouge... (../suite) table, mais elle se rend compte qu’elle l’a complètement gaspillé lorsqu’elle est tombée au café Apostrophe. Elle refait son chignon au moins trois fois et observe le nouveau dossier qui a été déposé sur son bureau avant qu’elle n’arrive. Elle fixe le sigle de la Metropolitan Police imprimé au centre de la pochette et elle se dit : « Bloody hell, un autre cas qui sera résolu avant le mien ! » Elle ouvre le dossier et commence à lire la tragique histoire du London Eye. Incapable d’y croire, elle relit le cas deux fois. « C’est le même assassin », dit-elle, en pensant aux foulards et à la feuille de Moleskine. À demain… Cette phrase lui rappelle le tragique incident du meurtre de ses parents 4 ans plus tôt…

*** Un vélo, un chien, un autobus à deux étages, un homme lisant le London Fog assis sur un banc de l’autre côté de la rue… Voilà ce qu’Anita s’amuse à photographier en attendant Liz Hill. Elle est assise sur la terrasse de l’Apostrophe, au même endroit où elle était tombée deux heures plus tôt. Elle se lève ensuite et retourne voir Thomas pour commander un nouveau white tea, voyant que la femme n’arrive pas : - Un autre white tea, s’il te plaît Thomas, lui dit-elle. - What ? Qu’est-il arrivé à celui de ce matin ? lui répond-il avec un accent plus anglais qu’irlandais. - Disons qu’il s’est éparpillé lorsque je suis tombée. - C’est donc à cause de toi que j’ai dû ramasser tout ce dégât ! - Je suis désolée, dit-elle un peu gênée.

…Elle avait retrouvé ses parents étranglés enlacés sur le divan dans leur maison sur Inverness Terrace, un foulard rouge au cou de chacun pour cacher les marques d’étranglement et une feuille de cahier Moleskine à côté des corps sans vie. Sur celle-ci, il était écrit : Elle retourne à sa table et s’interroge sur « à demain ». l’accent étrange du commis. Elle trouve que, pour un Irlandais venu à Londres C’était la première fois que le meurtrier pour faire ses études en médecine, il a frappait à nouveau et cela lui donne la vite perdu son accent d’origine auquel chair de poule. Son mandat est d’inter- il l’avait jusque-là habituée. roger Liz Hill, la sœur d’Edward Hill, une des victimes du London Eye. Quelques minutes plus tard, Liz Hill arrive.

61

Profile for Suzanne Roy

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Profile for idmuse
Advertisement