Page 52

Les amours rivales (../suite) elle avait du mal à respirer et déglutissait avec difficulté. Un poids oppressait sa cage thoracique. Il était impératif d’agir avant qu’il ne soit trop tard, et l’incapacité à se servir de ses talents pour résoudre l’énigme la tracassait au plus haut point. Elle consulta même des livres sur la graphologie aux archives du journal, pour essayer de tracer un portrait de l’auteur anonyme, ce qui l’angoissa encore plus. Durant la soirée, le garçon l’appela de manière répétitive, ce qui la dérangea beaucoup, car elle n’était pas en état d’entendre les lamentations d’un homme qui avait cessé de prendre ses calmants. Elle finit par ne plus répondre au téléphone et, captivée par ses recherches, passa une nuit blanche au travail sans s’en rendre compte. La jeune femme avait du mal à se concentrer et, vers 2 ou 3 heures du matin, elle se mit à trembler. *** Je tuerai s’il faut pour qu’elle puisse se souvenir pour qu’on ne fasse qu’un je la maudit je la hais je vais arracher sa peau avec un scalpel et manger les morceaux un par un pour qu’ils fassent enfin partie de moi et qu’elle arrête de s’échapper enfin et jarracherai tous

47

ses cheveux qui me rendent fous quils sont tellement beaux et elle elle se foUUt de moi elle est toutes et une en même temps je laveuxJE la vEUX. 16 novembre, 20** : 9h00 am Quelle horreur. Je n’en peux plus. Qu’est-ce qui va arriver ? Ça approche, je n’ai rien trouvé, comment estce possible ? Je n’arrive plus à réfléchir, les faits, les graphiques, la psychologie du personnage se mélangent et se brouillent dans ma tête, je ne discerne plus rien. Qu’est-ce qui se passe ? J’ai peur qu’elle se fasse tuer sans que je n’aie rien trouvé. La raison ne peut faillir aux mains de l’illogisme et de l’indécence, il DOIT y avoir une solution. Quelque chose est étrange, mais je ne sais pas quoi. Je suis sur le point de mettre le doigt dessus, je le sens ! *** Sans plus tenir en place, elle était allée chercher à 9h00 pile la lettre qui les jours précédents avait atterri à la réception du courrier à la même heure. Après l’avoir lue, son souffle s’était considérablement accéléré, ainsi que les battements de son cœur. Au bord de la panique, elle tenta de s’asseoir

Profile for Suzanne Roy

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Profile for idmuse
Advertisement