Page 39

Et ça sonne à la porte. Qui s’ouvre aussitôt. Ils ont la clé. « Papa ? Alec ? » Le pauvre se tait. Tant bien que mal, il sort de sa chambre, d’une démarche chaloupée. Les deux ont l’air encore plus méchant qu’avant. Ils lui sourient, ce qui le rend très en colère.

front. Le bruit d’une carcasse molle qui touche le sol et quatre mains qui, dans un mouvement qu’on croirait répété, se portent à deux bouches horrifiées. Deux revolvers qui résonnent en s’échouant sur le carrelage. Puis du sang. Comme une grande mare en expansion, d’un rouge profond, ultime.

Alec descend quelques marches et se « Merde, Amélie. Mais merde, merde ! dirige vers la cuisine. Son beau-frère et Qu’est-ce qu’on a foutu ! Merde, papa sa belle-sœur le suivent. va nous tuer ! Oh, merde ! - Ta gueule, Hans. » « Petit frère ? Comment tu vas ? Tu fai- Automatisme. Geste huilé à force de sais quoi de bon, là-haut, hum ? » pratique. Légitime défense ? Non. ErLe concerné bouillonne. Amélie. Hans. reur. Grave erreur. Et la haine. On croirait qu’elle allait « On retourne au poste. Ne touche à suinter de chacun de ses pores, se tuer rien. Passe-moi ton téléphone et dépar terre, s’étendre, tout envahir. Tout marre la voiture. » envahir. Hans, Amélie, et un éclat ar- Ils laissent la maison telle quelle, baigenté. gnée dans un silence coupable, avec « Ne touche pas à ça, Alec, qu’est-ce le sang brûlant qui s’écoule encore de que tu fais ? la tête de leur beau-frère. - Je t’aime pas toi. Amélie compose le numéro de la de- Alec… meure qu’elle vient de quitter. Boîte - Je t’aime pas. vocale. Tonalité. - Mais que… « Papa, Alec ? Hans et moi ne pourrons - JE T’AIME PAS ! » finalement pas venir. Beaucoup de boulot au poste. Ciao. » Et le couteau à steak, propulsé dans un mouvement maladroit au bout d’un *** bras décidé, et le visage un peu absent, Jean-Sébastien Dorion, ce jour-là, quitaffreusement tordu, laid, tellement laid, ta les forces de l’ordre qu’il avait joinles yeux plissés de colère, tout le corps tes par ennui. Il en revint à ses bonnes tendu… vieilles habitudes. Parce que la créaUne détonation. Deux. tion d’ecstasy, c’est loin d’être palpiEt deux trous rouges. Là, au milieu du tant, mais au moins ça rapporte.

36

Profile for Suzanne Roy

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Profile for idmuse
Advertisement