Page 30

Des étoiles dans les yeux (../suite) cement ses pupilles. La fumée s’immisçait dans son corps nébuleux. La fumée. La fumée... Un profil se détachait de l’ombre. Elle avait cru remarquer cette silhouette, plus tôt, alors qu’elle déambulait encore dans les alentours de son appartement. Elle chassa cette image. Cette étoile ne pouvait tout de même pas la mettre en danger. Front plissé, sourcils froncés, regard illuminé. Comment s’éteint donc une étoile? La silhouette s’avançait tranquillement, se mouvant dans l’obscurité devenue l’ennemie. Marie se sentait irrépressiblement attirée vers cette forme humaine indéfinie et dont les contours se perdaient dans le noir d’encre, parsemé de points lumineux. Elle se sentait rétrécir sous le regard de cet homme. Ou bien de cette femme. Qui sait. Voilà qu’elle se trouvait tout près, pouvant presque la toucher du bout de ses doigts encore gelés par sa promenade nocturne. Puis, une voix. Rauque. Dure comme l’acier. Si tu n’arrêtes pas maintenant je te tue salope.

reusement sur sa nuque et la tira jusque dans le stationnement maintenant morbide. L’homme cherchait dans ses livres, les papiers de son sac à dos. Ses paumes détruisant tout se qu’elles touchaient violemment. Brusquement, la main meurtrière se referma sur quelque chose, au même instant se dessinait un rictus sur le visage terne de l’individu. Le dossier. Les indices, les pistes, les détails de l’enquête sur l’explosion de la navette. Il tenait le fil conducteur de l’affaire entre ses doigts. Et le voilà qui courait à grandes enjambées dans la nuit qui l’enveloppait jusqu’à le faire disparaître. Haletante, Marie restait à genoux, reprenant difficilement son souffle. Si cet homme ne l’avait pas tuée, ses parents allaient s’en charger. Deux détectives de renom perdant leur dossier aux mains d’un potentiel suspect. Voilà qui leur conférerait une grande crédibilité pour la suite des événements. La moindre des choses serait de résoudre l’énigme de l’étoile. Une fois pour toutes.

Onde de glace dans les veines, vertige. Comment? Qui êtes-vous? L’homme Son regard se perdait vers les cieux. Elle ne souffla mot mais il restait là. Immo- se repassait la scène en boucle. Saintbile sous son manteau. Denis, les rues, le Vieux-Port, le planétarium, la fumée. La fumée. Ce gaz... Et Une main immense s’abattit doulou- l’illumination! Mais oui! c’était si simple,

27

Profile for Suzanne Roy

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Profile for idmuse
Advertisement