Page 16

Crime et enquête (../suite) - Je me demandais, c’est tout. - Ah. Je m’éloignai ,et perdu dans ses pensées, il ne me rappela pas. Heureusement, il n’avait pas fait trop de difficultés pour me donner des réponses.

idées stupides. - Ce n’est pas stupide. Et puis, qu’est ce que tu fais? - J’en ai marre de toi, et si tu veux tout savoir, je m’en vais aussitôt que j’aurai terminé mes bagages. C’est fini nous deux et n’espère pas me revoir de sitôt. Je te quitte. C’est clair? Et n’essaie même pas de m’appeler ou de me contacter. Je ne t’aime plus.

Sans que je le sache, Laurette devait soutenir son mari qui faisait probablement une dépression, ce qui expliquait pourquoi il prenait des antidépresseurs. J’aurais voulu dire quelque chose pour Elle n’en parlait jamais. m’opposer mais je n’avais plus rien à dire devant sa cruauté. On aurait dit Laurent Courtemanche avait sans dou- tous les stéréotypes de rupture du cinéte besoin d’une psychothérapie. À 85 ma américain rassemblés dans un seul dollars de l’heure et de trois à quatre film. Sauf qu’on était loin d’être dans séances par semaine, la facture s’éle- un film et que l’héroïne aurait trouvé un vait rapidement et j’aurais été assez truc à répliquer. Mais c’était juste moi surprise que le maigre salaire que Lau- et je n’étais pas une héroïne. rette ramenait à la maison eût suffi à payer ces traitements. J’ai remis mes souliers de course et je suis repartie. Je rentrai chez moi à la course. Maxime était là, dans notre chambre, avec un Tandis que je courais, des pensées se air affairé à je ne sais quoi. mirent à affluer dans ma tête. Robert, Caroline et Laurette étaient tous les - Tu es encore allée courir? Je parie que trois suspects. Ils avaient tous des alibis, tu ne te soucies même pas de te trou- même s’ils étaient plus ou moins fiaver un autre emploi. bles. S’ils étaient tous véridiques, Robert - Arrête, je t’ai déjà dit que j’allais récu- n’aurait pas pu sortir de chez lui pour pérer l’ancien. voler l’argent sans que sa mère ne le - Tu l’as perdu, Marie, alors oublie tes sache. Caroline, elle, avait passé la nuit

13

Profile for Suzanne Roy

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Récits policiers  

Récits policiers écrits dans le cadre du cours de Mythes littéraires Professeure : Brigitte Deslauriers Session : Automne 2009

Profile for idmuse
Advertisement