Page 8

PORTRAIT CONTINENTAL

CALEPINO

L’AUTHENTIQUE CARNET

NÉS À NANTES ET ENTIÈREMENT FABRIQUÉS EN FRANCE VOILÀ DES CARNETS À CROQUER. Par Gina Di Orio - Photo : Michael Meniane

A

moureux du papier, des belles images et du design, Fabrice Richard a créé au croisement de ses passions, Calepino, sa marque de carnets. Aux pages lignées, quadrillées ou blanches, les carnets se déclinent en deux formats, petits ou grands, et sont produits ici en France. Faits en carton et papier recyclés et imprimés avec des encres végétales, les carnets aux bords arrondis ont été imaginés avec finesse pour remettre au goût du jour le petit calepin d’antan. Les finitions sont exécutées avec soin ; la reliure cousue ou piquée, et le travail d’impression typographique effectué sur les grands formats ravissent les ‘‘papiphiles’’. Fabrice se souvient des tiroirs pleins de carnets que son père menuisier conservait et qui contenaient les précieuses côtes de tout un métier. Ravivant ce souvenir d’enfance, l’idée a vite germé. Noter, gribouiller, écrire, dessiner tout le monde a un jour besoin d’un carnet. Et, c’est avec humour que Fabrice aborde l’historique de son inspiration : « Certains croient encore que Calepino est une entreprise ancestrale, depuis 1850. Mais ni Hemingway, ni Picasso, ni Van Gogh n’ont jamais utilisé mes carnets. » confie t-il en souriant. Calepino fête à peine ses trois ans, et qu’importe l’âge, l’authenticité des carnets font appel à l’intemporel. Fabrice ne succombe pas

8

n° 18 hiver 2014

aux tendances, il préfère l’épure en choisissant de produire un objet précieusement graphique que l’on a envie de conserver. Ouvert aux collaborations artistiques, il travaille sur des séries très limitées de carnets qui remportent un franc succès. Certains y griffonnent leurs notes tandis que d’autres les encadrent. L’objet pratique élevé

DE NOUVELLES HISTOIRES SE CRÉENT SUR LES PAGES DE CES CARNETS. à l’état d’oeuvre d’art ? Fabrice ne l’aurait jamais cru. Le succès de la marque se mesure à présent à l’échelle internationale, puisque les carnets sont vendus dans plus de 50 pays. Et, comme un signe de fierté et gage de qualité, chaque couverture arbore le nom de notre ville ‘‘Nantes’’. Veut-il dire que les jolies choses se fabriquent aussi ici ? Quoi qu’il en soit, Calepino a su remettre en lumière les métiers d’art de l’imprimerie et de la typographie au service d’une création contemporaine avec un vrai cachet. Les carnets Calepino ont été faits pour créer de nouvelles histoires entre les mains de ceux pour qui le papier reste le support préféré de leurs pensées • www.calepino.fr

idîle magazine numéro 18 - hiver 2014  

Magazine nantais du territoire, des cultures et de la créativité. #idile #magazine #gratuit #nantes #presse #media #local #france #culture #...