Page 1

MAGAZINE DE NANTES & SA RÉGION - SAISON 4 - N°16 - OCT/NOV 2013 - GRATUIT


2

n째 16 oct-nov 2013


UNIVERCINÉ 2013/14

FESTIVAL DU CINEMA ALLEMAND FESTIVALS DE CINEMA ALLEMAND, BRITANNIQUE ET ITALIEN / WWW.UNIVERCINE-NANTES.ORG

n° 16 oct-nov 2013

3

© PHOTO : YULIA POPKOVA

DU 6 AU 12 NOVEMBRE 2013 CINEMA LE KATORZA, NANTES


SOMMAIRE 06 - QUARTIERS LIBRES

08 - PORTRAIT CONTINENTAL

10 - À L’ASSO !

12 - ÉPOPÉE CRÉATIVE

ATELIERS BALADES IDÉES

JEAN-PHILIPPE DOUIS

LA QPN

SHIFUMI

13 - PONT DES CRÉATEURS

14 - EN VOGUE

20 - DOSSIER DU CAPITAINE

ACTU CRÉATIVE

ELODIE RAMA

16 - BEAU LIEU

26 - CLICHÉS

LA MAISON DES ARTS

MON BEL ÉTÉ !

DANSE !

27 - BONNES ADRESSES

30 - DANS LE VENT

32 - PORTRAIT ÎLIEN

34 - ÎLE DE NANTES

À DÉCOUVRIR

APPELLE MOI PAPA

VINCENT LERAY

ACTU DE L’ÎLE

36 - EN TERRE DE LOIRE

38 - D’ÎLE EN ÎLE

40 - NANTAIS D’AILLEURS

42 - ESCALES

KERHINET

LA RÉUNION ÉTOILÉE

MARIEKE ZEEGERS

OCTOBRE-NOVEMBRE

4

n° 16 oct-nov 2013


ÉDITO Grain de folie par Gina Di Orio - rédactrice en chef

Les pieds sous le sable chaud, nous pensions déjà à vous et à notre grande rentrée. Nous pouvons encore compter notre âge sur les doigts d’une seule main, trois ans, mais pour nous le nombre d’années n’est rien. Petit dans l’immense cour de Nantes, notre cahier n’a plus aucune page blanche. Tout l’été nous l’avons griffonné pour vous offrir une quatrième saison ardente de cultures et de créativité. Hors des sujets battus, nous nous attèlerons donc à vous offrir des pépites de l’actualité couplées à ce quelque chose qui nous va si bien et qui vous plait tant : de la fantaisie pardi ! Idîle a décidé de mener son combat contre la morosité parce que quitte à sortir le parapluie autant qu’il soit à pois ou à rayures, en forme de banane... « ou de patate ! », nous propose vivement Michel, prêt à bondir de sa chaise. Oui, bon, vous l’aurez compris, derrière une couverture glacée se cache un coeur en ébullition paré à toutes les rencontres du troisième et quatrième type. Décodeur allumé, antenne connectée, nous sommes parés. « Allo, c’est bon on peut lancer la saison ? » Sans plus attendre, sous une pluie de confettis, on se colle la moustache façon Dali pour des papiers qui pétillent sur notre site web tout neuf et des pages qui se gorgent de nouvelles rubriques « Dans le vent » et à la rencontre de « Nantais d’Ailleurs ». Indépendant, c’est notre ton pour un magazine qui se picore ou se dévore à toute heure. De la folie ? Allez, on vous l’accorde, juste un petit grain, merci.

RETROUVEZ-NOUS SUR : WWW.IDILENANTES.COM IDILE IDILENANTES IDILE_MAGAZINE

OURS Le magazine Idîle est un bimestriel gratuit édité par Idîle Edito, agence de design éditorial SARL au capital de 5000 €, 10 rue Conan Mériadec, 44200 Nantes - contact@idilenantes.com Directeur : Damien Gillet, damien@idilenantes.com Rédactrice en chef : Gina Di Orio , gina@idilenantes.com Secrétaires de rédaction : Marylise Deveaux & Michel Di Orio Pub : damien@idilenantes.com Rédacteurs : Gina Di Orio, Damien Gillet, Julie Laurent COUVERTURE Photographe : Michael Meniane Modèle : Charlotte Sferruza Stylisme : Gina Di Orio Magazine imprimé par , rue de l’Oseraie - BP 31595 - 35515 Cesson-Sévigné. Dépôt légal à parution. ISSN 2112-1834 ©Tous droits de reproduction réservés.

n° 16 oct-nov 2013

5


QUARTIERS LIBRES

ROMAN PHOTO DANSEZ ! Vous n’avez jamais dansé ? Passez à l’acte, présentez-vous à l’audition pour intégrer l’équipe de Roman Photo ! Vivez l’aventure chorégraphique en tant que danseur début octobre ou comme spectateurs en décembre. Dans le cadre de Constellation, un cycle en mouvement proposé par le TU et le Lieu Unique, réactivant le dispositif de Flip Book, mais avec des interprètes amateurs. STAGE-AUDITION - 5 & 6/10 AU PIANOCK’TAIL www.tunantes.fr

À LIEU UNIQUE VISITE UNIQUE ! Une visite guidée par Jean-Louis Kerouanton, maître de conférences et vice-président de l’Université de Nantes. Depuis son premier inventaire patrimonial réalisé sur l’ancienne usine LU en 1989, J-L. Kerouanton est un habitué du lieu, il vous dévoilera ainsi tous les secrets de cette ancienne usine à biscuit. 23/11 AU LIEU UNIQUE - 1H30 - 3€- sur réservation www.lelieuunique.com

- LE CABARET DES SAVOIRS, CYCLE DE CONFÉRENCES, EXPLORE LE CORPS EN MOUVEMENT ET SA MISE EN SCÈNE EN PEINTURE -

21/10 À 20H30 À LIGÉRIA - GRATUIT

rue de la loire, ste luce sur loire

6

n° 16 oct-nov 2013


LE 16MM INITIATION & PRATIQUE Si vous avez déjà quelques bases en développement Super 8, initiez-vous au 16mm, format d’une pellicule cinématographique lancé par Kodak en 1923, dans le laboratoire de l’association Mire : prise de vue, développement négatif, tour d’horizon des différentes méthodes de tirage, projection... ATELIER - 26/10 & 27/10 À MIRE - 20€ ADHÉSION + 30 € 2 JOURS REPAS www.mire-exp.org

ATELIER MUSICALE POUR BÉBÉS 6 MOIS-2 ANS Des ateliers pour habituer les enfants et les parents à jouer ensemble, à partager l’exploration des sons, à s’amuser, à croiser leurs émissions sonores et créer de la musique pour le plaisir. On expérimente, on mêle les sonorités dans cet atelier qui permet une progression dans la production des sons au fur et à mesure du développement et de la coordination de l’enfant. ATELIER - MERCREDIS 10H-11H DU 9/10 AU 11/6/2014 - TREMPOLINO www.trempo.com

n° 16 oct-nov 2013

7


PORTRAIT CONTINENTAL

JEAN-PHILIPPE DOUIS DESIGNER DE LUNETTES DE CHEZ NOUS

NANTES POURRAIT Y VOIR BIEN PLUS CLAIR AVEC SA PROPRE MARQUE DE LUNETTES « NAONED » CRÉÉE PAR JEAN-PHILIPPE DOUIS. Par Gina Di Orio - Photo : Michael Meniane

H

eureux celui qui porte des lunettes ! A t-on envie de clamer lorsque dans une vitrine, quartier Talensac, des binocles attisent notre regard, comme des friandises. L’auteur de ce marché ? Jean-Philippe Douis, opticien et designer nantais. Une trentaine de modèles cohabitent sur les étagères : des papillons, des ovales, des ronds, des formes pilote, rouge, rose, noir, bleu, monochrome ou bicolore...L’acétate de cellulose brossée ou polie se décline en une série singulière, quasi unisexe, la première collection de la marque Naoned - comprenez Nantes en Breton. Voilà près de quatre années que Jean-Philippe la prépare dans son atelier. « Il n’y a pas d’école pour apprendre à dessiner des lunettes...» nous lance t-il. Dessins après dessins, la silhouette de ses lunettes s’est précisée en des formes minimalistes aux angles francs. Inspiré par ce qu’il voit et constamment en proie à une irrépressible envie de scruter les lunettes de la dame de la table d’à côté, Jean-Philippe se nourrit d’images et de formes pour une collection qu’il qualifie de « rétro-future ». « J’ai la chance d’avoir comme métier ma passion » ajoute le designer qui se plaît aussi à dire qu’avec des bouts de ficelles, on fait des merveilles. Car selon lui, l’inspiration peut venir à tout moment. « Sur un malentendu

8

n° 16 oct-nov 2013

on peut créer des choses fabuleuses », c’est parfois un trait ou un dessin juste « comme ça » qui deviennent les bases de nouvelles lunettes. Une chose est sûre, la forme et l’émotion priment. Dans cet esprit de passion et d’exclusivité, Jean-Philippe souhaite développer des séries limitées et pourquoi pas des modèles uniques : « Je préfère que les gens changent moins souvent de lunettes et qu’elles soient uniques pour eux. Nous ne sommes pas dans du consommable ». En examinant certaines d’entre elles, nous pouvons lire sur leurs branches : « montures manufacturées à Nantes - France ». En plus d’y apporter un

IL N’Y A PAS D’ÉCOLE POUR APPRENDRE À DESSINER DES LUNETTES soin esthétique particulier, le designer travaille donc local pour des lunettes « de chez nous ». D’ailleurs, l’inspiration bretonne ne s’arrête pas au nom de sa marque « Naoned » : chaque paire de lunettes arbore un nom de la même origine. Ainsi, Sant Brieg, Gwened, Loktudi se partagent la vedette ; « Avant de m’attaquer aux noms de ruisseaux et aux prénoms bretons, je m’en tiens pour le moment aux villes bretonnes » précise Jean-Philippe amusé. Et si la jeune marque se fabrique ici, Naoned s’exporte déjà en Allemagne, en Suisse, en Corée, aux Etats-Unis et bientôt en Espagne. Voilà donc un designer qui voit loin, très loin • WWW.NAONEDEYEWEAR.COM / WWW.OPTICIENLUNETTES.ETC.NET


n째 16 oct-nov 2013

9


10

n째 16 oct-nov 2013


À L’ASSO !

LA QUINZAINE PHOTOGRAPHIQUE NANTAISE

LA RÉALITÉ COMME SUJET D’EXPOSITION

IL Y A 17 ANS, UN GROUPE DE PASSIONNÉS AMATEURS DE PHOTOGRAPHIES SE LANCE DANS L’ORGANISATION D’EXPOSITIONS POUR MONTRER LA RICHESSE DE CET ART À NANTES. Par Gina Di Orio - Photo : ©Nathalie Mohadjer - Zwei Bier für Hait

A

vec une programmation propre et des salles et galleries partenaires, la Quinzaine Photographique Nantaise ou QPN est naturellement devenue mensuelle pour faire durer encore plus le plaisir d’exposer. Depuis sa création, il y a 17 ans, la QPN s’ancre, de plus en plus, dans le réel en proposant chaque année l’exposition d’oeuvres de photographes internationaux qui explorent, par leur art, des sujets de fonds et des problématiques actuelles. Montrer le réel sans se soucier d’une plastique particulière, c’est cela la QPN. Hervé Marchand, directeur de l’association nous confirme : « La photographie ce n’est pas fait pour être beau. Même si tous les photographes que l’on présente ont leur propre esthétique. Il n’y a pas de mise en scène, le message est

MONTRER LA RÉALITÉ TELLE QU’ELLE EST, PARFOIS INCROYABLE(...) Sans jeux intellectuels. au-delà ...». La thématique de cette année répond à cette volonté : le « biotope » ou l’étude de l’organisation du vivant sur un territoire. La veine documentaire se confirme. Le photographe s’attarde sur ce que l’on ne voit pas ou ne voit plus pour montrer la réalité telle qu’elle est, parfois incroyable : l’autoroute A14 sous un pré urbain, les anciennes mines de charbon de l’Allemagne de l’Est, des habitats nomades à Calais, la zone interdite de Tchernobyl...Sans jeux intellectuels, l’image parle d’elle même. C’est le retour à la nature, la quête d’un idéal, l’idée d’organisation de l’Homme que nous offre cette édition. Finalement, c’est toute la complexité de la nature humaine qui guide la QPN depuis quelques années pour offrir un autre point de vue, le cliché d’un monde que l’on cesse parfois de regarder.

LA QPN SE DÉROULE CETTE ANNÉE DU 15 SEPTEMBRE AU 15 OCTOBRE 2013

Tout le programme sur www.qpn.asso.fr

n° 16 oct-nov 2013

11


ÉPOPÉE CRÉATIVE

SHIFUMI

POUR LES PETITS ET GRANDS ENFANTS Estelle est au 25, elle fait un coussin, Charlotte est au 27, elle fait un bas de porte. Par Julie Laurent

H

iver 2008, Chantenay, rue de Pimodan, promenade où fourmille la créativité et chante l’amitié. Fraichement débarquée de Bordeaux, Charlotte Halary, alors en congé parental, rencontre Estelle Lefort, sa voisine attendant un enfant. De fil en aiguille, les deux voisines se lient d’amitié et mettent leur énergie débordante au service de la fabrication d’objets de décoration. Encouragées par une première vente dans leur jardin, Estelle et Charlotte décident de lancer leur propre marque de décoration pour enfants et adultes : Shifumi. Des coussins aux couleurs douces au bas de portes, en passant par des serviettes pour enfants, les deux voisines ne s’arrêtent plus. Pendant que la première coud, la seconde s’occupe de la comptabilité, et vice-versa. Complémentaires, les deux créatrices n’ont de cesse de rechercher de nouvelles méthodes et motifs qui correspondent autant à l’univers féminin que masculin… « Il existe très peu de décoration pour les petits garçons, nous tentons de rééquilibrer la tendance », nous expliquent-elles. Aujourd’hui, elles reviennent ravies de leur premier Salon Maison et Objets, avec du travail en perspective. « Que du bonheur ! » s’enchantent-elles •

12

n° 16 oct-nov 2013

WWW.SHIFUMI-CREATION.FR


PONT DES CRÉATEURS

LES ZAPP’ HÉROS NIAK ORIGINAL

ACÉTATE & GRAPHIQUE LES PINGOUINS

Comprenez « les apprentis héros » ! Une série de polos et t-shirts inspirés de l’univers des Comics, des supers héros, le tout parodié. Wow ! Boom !

Bleu, rouge et violet, la nouvelle collection mêle acétate, chaine dorée et quelques pièces de laiton. Le tout pour un rendu très graphique !

www.niakoriginal.fr

www.lespingouins.com

n° 16 oct-nov 2013

13


EN VOGUE

ELODIE RAMA

STRANGE ISLAND APRÈS DES COLLABORATIONS AVEC HOCUS POCUS, le jazz Blue Apple Quartet ET Le producteur londonien Natural Self sur l’album “My Heart Beats like a Drum”, ELODIE RAMA OSE LE SOLO. Par Damien Gillet

P

remier album, première expérience solo, ça fait quoi ?

E.R. : C’est un challenge, parce qu’après avoir été sur scène avec Hocus Pocus face à un public déjà conquis je me confronte seule à mon propre public. Je suis autonome mais pas totalement seule, je suis bien entourée et conseillée. Par exemple, mon arrangeur, David Darricarrère,

14

n° 16 oct-nov 2013

qui a son label Do You Like et son projet DTwice, m’accompagne dans tous mes questionnements. ShenRoc au beatbox et aux machines, Julien Vinçonneau à la guitare et Antoine Saint-Jean à la batterie et aux percussions, je ne suis pas seule sur scène !

TES INFLUENCES POUR CET OPUS ?

E.R. : C’est entre la soul, le jazz, la musique


world et l’électro. Lorsque je parle de musique world, je pense aux Caraïbes, mes origines, avec notamment le Bele une musique issue de tambours et à la fois une danse.

rêve d’un ailleurs plus grand, plus beau. Comme un réfugié qui rêve son exil. Et il y aussi beaucoup d’amour dans mes chansons...

Tu es nantaise d’origine martiniquaise, ce mÉtissage t’inspire donc musicalement ?

E.R. : Je trouve d’abord que le français est plus propice pour parler d’amour. « Presqu’il», par exemple, est un parallèle entre une histoire d’amour manquée et un voyage vers une île que l’on ne peut pas atteindre. C’était presque lui. Tandis que « Clair Obscur » est un clin d’œil à mon passé de plasticienne. Une technique picturale qui me décrit aussi assez bien en tant que femme « obscure », entre deux, un peu comme un soleil de nuit. La chanson raconte une rencontre au clair de lune.

E.R. : Mon nom « Rama » signifie branche, l’arbre est un symbole fort pour moi. Dans ma démarche, mes racines et mon histoire sont très importantes. La Martinique, terre de mon père, est le point de départ de tout cet album avec la première chanson que j’ai composée, « Strange Island », qui est un véritable hommage à l’île de mes ancêtres.

Strange island, c’est donc la chanson source ?

E.R. : L’idée de l’île étrange pose tout l’univers de l’album qui est à la fois mélangé, unique et mystérieux. J’ai écrit cette chanson en revenant de Martinique. C’était la première fois que j’y allais, 26 ans après ma naissance. J’ai fantasmé cette île et je n’ai pas été déçue. J’ai eu l’impression d’être dans une dimension parallèle avec le climat, les couleurs, les animaux et d’être en connexion avec toute mon histoire. Une sensation vraiment étrange ! Strange Island raconte cette marche lente à la découverte de chaque parcelle de mon île.

LE clip a t-il été tourné en martinique ?

E.R. : Pour l’anecdote, le clip de Strange Island a été tourné près de Rennes dans une ancienne carrière avec un plan d’eau bleu turquoise, de la pierre rouge, entourée de pins. Le tout à zéro degré en plein décembre. Oui c’était tout aussi étrange.

Et comment parles-tu d’amour ?

LE MORCEAU LE PLUS JAZZ du disque ?

E.R. : Certainement « Winter Blue », une chanson d’amour et de déception, cette fois-ci en anglais. Elle a été ré-arrangée par David Darricarrère avec des clins d’œil hommages à Nina Simone et Ella Fitzgerald.

Et DES REMIX ?

E.R. : Il y a cinq titres et trois remix. J’avais une idée bien précise de ce que je voulais faire pour mes chansons mais pour les remix, j’ai donné carte blanche à DTwice (David Darricarère), 20syl (Hocus Pocus) et Le Parasite qui, pour sa part, propose un remix abstract hip hop de Winter Blue. J’aime beaucoup ! •

STRANGE ISLAND SORTIE LE 14 OCTOBRE

QU’AVAIS-TU ENVIE D’ABORDER DANS TES CHANSONS ?

E.R. : Il y a toujours une notion de voyages, d’île, de rencontres dans ce que j’écris, car pour moi c’est tout ça le métissage, bien plus que la couleur de la peau. Se métisser peut simplement signifier un dialogue avec une culture ou quelqu’un à l’autre bout du monde. « City of Hope » aborde la question du départ, du voyage, de celui qui

n° 16 oct-nov 2013

15


BEAU LIEU

16

n째 16 oct-nov 2013


©Deuxpointdeux

LA MAISON DES ARTS

BRILLANTE DEHORS, VIVANTE DEDANS

Q

ue se cache t-il sous cette coque dorée ? Au coeur du quartier Bellevue de Saint-Herblain, une forme géométrique ajourée, presque pixellisée accroche le regard de nombreux automobilistes. Sur ses pattes de verre, elle vit là depuis 2010. Imaginée par l’agence d’architecture Tetrarc, la Maison des Arts porte le projet d’une culture accessible à tous transmise et conjuguée aux enjeux éducatifs, citoyens et sociaux. Ici, la musique, les arts visuels, numériques et plastiques se croisent, s’apprennent et se diffusent. Pas moins de 900 élèves musiciens y sont inscrits. Le hall lumineux se pare de verre, des fauteuils colorés délimitent des petits espaces de pause et un bar ouvre son comptoir certains jours de représentations. Juste à l’entrée, une annexe de la bibliothèque municipale a pris ses quartiers. Ici les sons sont décuplés, comme dans une cathédrale. Rires d’enfant, discussions de professeurs la mélodie des voix résonne. Un flux de personnes se croise chaque jour sur ce premier niveau dédié au stockage d’instruments,

LE PROJET ATYPIQUE DE LA VILLE DE SAINT-HERBLAIN EN UNE MAISON OÙ TOUS LES ARTS SE MÊLENT DANS UNE ARCHITECTURE LUDIQUE ET SONORE signée tetrarc. Par Gina Di Orio - Photos : ©Ville de Saint-Herblain, ©Deuxpointdeux ©Stephane Chalmeau

n° 16 oct-nov 2013

17


©Stéphane Chalmeau

pas moins de 400, et à la diffusion grâce à une galerie d’exposition et un auditorium conçu comme un nid où des panneaux acoustiques rouges forment un tout éclaté. Pièce maîtresse de ce hall, l’escalier qui s’étire comme un bâton de guimauve nous séduit. Il est fait de rotin partiellement coloré, la même essence qui tapisse les murs de la salle de musique des harpistes dans une forme de vortex. Au premier étage, les salles de cours se succèdent accostées à l’espace bureaux des 70 enseignants. À ce niveau, le coin détente est un patio à ciel ouvert. Les murs qui forment le centre de la Maison sont rouges comme un coeur irrigué. Le vaisseau doré à la géométrie découpée s’avère plus organique en son sein ; une architecture singulière où tous les regards se croisent. Faire ensemble, jouer ensemble, écouter ensemble, voir ensemble pour vivre ensemble. La Maison des Arts s’est révélée •

18

n° 16 oct-nov 2013

©Stéphane Chalmeau

L’ESCALIER QUI S’ÉTIRE COMME UN BÂTON DE GUIMAUVE NOUS SÉDUIT.


RENDRE US SURP O -V Z E S LAIS NTIQUE ! IRE-ATLA O L A L R A P

ohlala-bl

n° 16 oct-nov 2013

19

1202053 - Crédit photo : © LAD 44/ H. BRUNNER - Édition : Loire-Atlantique développement - Septembre 2013

og.fr


DANSE

4 VISIONS ORIGINALES DE L’ART DE LE DANSER TOUT UN DÉPARTEMENT PREND PAS « VOUS RIGOLEZ J’ESPÈRE ? JE NE VAIS TOUT DE MÊME PAS ALLER VOIR DES TUTUS SUR POINTES OU DE LA DANSE CONTEMPORAINE À N’EN RIEN COMPRENDRE ! ». ÇA C’ÉTAIT AVANT. CAR VOILÀ MAINTENANT 8 ANS QUE L’ASSOCIATION MUSIQUE ET DANSE, SOUS L’ÉGIDE DU CONSEIL GÉNÉRAL DE LOIRE-ATLANTIQUE, NOUS REND LA DANSE PLUS FACILE. QUAND LES COMPAGNIES DE DANSE ET LE PUBLIC SE RENCONTRENT, CELA DONNE LA BIENNALE TRANSCENDANSE ET BIEN PLUS ENCORE...ALORS ON DANSE ? Par Gina Di Orio

20

n° 16 oct-nov 2013


DOSSIER DU CAPITAINE

a danse est l’art de tous les clichés », nous disent ceux qui la défendent. Avec pour armes, la richesse des compagnies de danse de Loire-Atlantique, l’association Musique & Danse fait rimer culture avec danse. Son plus bel outil ? La biennale de danse Transcendanse qui fête cette année sa quatrième édition. Pour créer cet événement qui s’étend sur plus d’un mois - du 5 novembre au 12 décembre -, il a d’abord fallu convaincre les salles culturelles et leurs programmateurs du bien fondé de proposer de la danse. Ceux qui ne voulaient pas forcément l’entendre sont aujourd’hui demandeurs ; Oui, la danse a son public ! Et plus que cet engouement pour le spectacle et la découverte de la danse sous ses différentes esthétiques - il n’y a pas que le tutu et la danse contemporaine - la biennale est devenue le tremplin des compagnies locales. Prétexte à créer pour les artistes, Transcendanse oblige les scènes nationales et rurales de Loire-Atlantique à participer à la diffusion de la danse. En effet, à quoi bon créer si rien n’est transmis ? De plus, pour mixer et pimenter la création, Transcendanse se teinte d’une thématique géographique : après la Suisse, c’est l’Afrique du Sud qui est mise à l’honneur. La biennale mixe ainsi compagnies locales et sud-africaines pour des spectacles mais également des échanges, des rencontres inter-artistes. Il fait toujours bon de voir ce qui se fait ailleurs. C’est tout l’enjeu de la création qui s’active, un élan dans lequel les barrières tombent et les clichés ravalés. Pour tous les publics et tous les âges focus sur des compagnies, des salles, des initiatives où la danse a toutes ses chances. >>

n° 16 oct-nov 2013

21


DAVID ROLLAND UNE SPONTANÉITÉ GUIDÉE

DANCING BOX LA CIE ECART FAIT DANSER LE BREIL La Compagnie Ecart a la joyeuse habitude de tout décaler et de vouloir amener le grand public à la danse. Investie dans le quartier du Breil, la compagnie propose aux habitants de tous âges depuis septembre 2012 le projet « Dancing Box » . « On est parti du film La Fièvre du Samedi Soir qui traite de thèmes toujours très actuels comme de l’apparence, de l’image de soi et de celle qu’on renvoie » confie Juliette Pedard,de la Compagnie Ecart. Le but ? Aborder la danse par des préoccupations de société bien concrètes. Ainsi, depuis plus d’un an, une boîte rouge de 8m2, « la box » circule de manifestations en manifestations pour recueillir des images, des mots, des témoignages sur la thématique de l’image de soi et de la danse. En parallèle, des ateliers flash mob avec une reprise collective de la scène de la boîte de nuit de la Fièvre du samedi soir ont été organisés, tandis que des plus jeunes ont participé à des ateliers chorégraphiques ou encore un court-métrage s’inspirant d’une scène du film fétiche. « Dancing Box » a réussi à réunir un public de quartier intergénérationnel, de 8 à 85 ans grâce à des actions qui se couronneront par une représentation finale. Vidéos, flashmob, défilés chorégraphiés, spectacles...la danse se partagera sur la piste avec le public dans une ambiance entre bal et boîte de nuit. dancing box, 23 nov - 20h - salle festive nantes erdre - www.cieecart.fr

22

n° 16 oct-nov 2013

Singulier. C’est l’adjectif qui pourrait qualifier le processus de création et la manière de convoquer le regard du public de la Compagnie David Rolland. Le chorégraphe fait danser les spectateurs dans « Les lecteurs », une forme de chorégraphie collective qui invite à se référer aux indications contenues dans un carnet distribué. Lorsqu’il ne remue pas les foules, David Rolland convie des groupes de non-danseurs à évoluer sur scène après une courte répétition de six heures, dans la création « Êtes-vous donc ? ». Et,quand il s’agit de danseurs professionnels, comme pour « L’Étranger au Paradis », le processus de création n’est pas moins surprenant : à chaque représentation, douze danseurs différents sont choisis. (à découvrir dans nos escales p.42). Ce qui met à jour l’humanité dans la danse avec des danseurs qui ne sont pas dans la mémoire d’un geste qu’ils maîtrisent par coeur mais qui dansent et se déplacent quasi sur le qui vive. « Amener le mouvement dansé sous une forme de spontanéité guidée sans faire appel à la mémoire ni à l’improvisation. » Voilà donc le leitmotiv de David Rolland. www.davidrolland.com


3 SALLES 3 VISIONS DE LA DANSE

TU-NANTES

ONYX

LE QUATRAIN

Avec une programmation qui fait la part belle aux artistes contemporains et actuels, le TU-Nantes propose une danse aventureuse, défricheuse et généreuse. Temps fort chorégraphique de la saison en février, Flash Danse #3 dévoile avec pas moins de dix propositions, des ateliers participatifs, des rencontres, des vidéos, etc., un état de la danse du moment, résolument en prise avec l’air du temps. Au TU, la danse est avant tout une expérience du monde qui s’écrit avec le corps.

La salle signe une saison de toutes les danses. Scène conventionnée danse, ONYX veut être le reflet de la danse contemporaine en balayant tous les genres proposés : hip-hop, baroque, flamenco, ballets, pièces du répertoire, pour présenter au public un panel des créations actuelles. De plus, ONYX soutient les créations de spectacles chorégraphiques par la mise à disposition du plateau pour le travail des compagnies et en misant sur la diffusion de spectacles en création.

Une programmation en grand écart car elle permet à chacun, que l’on soit enfants, amateurs, ou neophytes, de découvrir la richesse du monde chorégraphique.Cette année, les chorégraphes viennent de notre région mais aussi de France, de Norvège, d’Irlande et d’Afrique du sud. Le Quatrain présente une programmation qui mise sur la découverte et qui joue la carte de la curiosité dans un esprit en toute simplicité et plein de convivialité.

CCNN HANDICAP & DANSE POUR TOUS La danse repousse les limites ! C’est ce que nous prouve le Centre Chorégraphique National de Nantes au travers de créations que les chorégraphes Claude Brumachon et Benjamin Larmarche travaillent avec des éléves en situation

de handicap au collège de la Durantière ou au CHU de Nantes. « La danse nous permet de nous réapproprier notre corps, de mieux le connaître.» Comme expression universelle, la danse a donc tenu son pari. www.ccnn-brumachonlamarche.com

n° 16 oct-nov 2013

23


PRATIQUE AMATEURE QUELLES OUVERTURES ?

©Bastien Capela

SEPT CENT QUATRE VING TROIS

L’ART DE TRANSMETTRE

Inauguré en octobre 2012, le Sept Cent Quatre Vingt Trois est un lieu ouvert aux danseurs et aux curieux. Porté par la Compagnie 29x27, il accueille des danseurs en résidences, pas moins de 22 compagnies par an qui dédient un temps au public sous la forme d’une répétition ou d’un échange. Les danseurs professionnels ont même la possibilité de partager leurs échauffements. Plus qu’une école le 783 met en lien la pédagogie et l’acte de création avec des cours, ateliers et stages menés pour tous les publics par des chorégraphes-artistes qui transmettent leurs recherches de créations. Le 783 ne laisse pas la parole du corps aux seuls danseurs en invitant à la réflexion et à la pratique d’autres artistes pour ouvrir le champ des possibles. www.783-nantes.com

24

n° 16 oct-nov 2013

Il y aurait une pratique souterraine de la danse avec environ 450 écoles de danse dans tout le département et pas moins de 30 000 pratiquants amateurs. Et lorsqu’il s’agit de montrer ce que l’on fait toute l’année dans ces structures, il existe les galas de fin d’année, mais est-ce vraiment tout ? Parce que les amateurs ont eux aussi envie d’un bout de scène, les Rencontres Chorégraphiques Amateurs en Loire-Atlantique ont été créées. Ces dernières permettent à des compagnies amateurs de présenter , chaque année, une pièce sur scène face à un public. Des Rencontres Artistiques sont également organisées, elles consistent, pour une école ou une compagnie amateure, à accueillir un artiste pour bénéficier d’un temps de pratique inédit avec lui puis d’assister à son spectacle quelques jours après. Les amateurs bénéficient donc de clés pour s’ouvrir, se diffuser et partager leur art dans des circuits professionnels.


n째 16 oct-nov 2013

25


CLICHÉS

MON BEL ÉTÉ

CONCOURS PHOTOS #16 PAR NOS LECTEURS

-1- ©Damien Robic -2- © Aurélien Douchin -3- ©Anthony Gautier -4- ©Jean Marie Dutry

1

2

26

3

n° 16 oct-nov 2013

4


CARNET DES

BONNES ADRESSES

n째 16 oct-nov 2013

27


Petites annonces & Découverte de créateurs de mode THE SOCIAL DRESSING Thesocialdressing.com ou comment s’habiller différemment à Nantes ? Une armoire qui craque sous le poids de vêtements non portés ? Un besoin de s’habiller autrement que votre voisin ? Une envie d’aller à la rencontre de vos alter-égos nantais ? Né il y a un an, the social dressing propose aux nantais de découvrir des créateurs de mode locaux dotés d’un talent et d’une originalité sans pareil, et de vendre ou acheter des vêtements d’occasion de qualité pour femme, femme enceinte, homme et enfant.Avant tout une histoire de rencontres, le site regroupe aujourd’hui plus de 1500 membres, un millier de vêtements disponibles et une trentaine de créateurs à découvrir...Alors, à qui le tour ? www.thesocialdressing.com

ALEPH - ENVIE D’ÉCRIRE ? PASSEZ À L’ACTE ! Le centre de formation Aleph-Écriture accompagne depuis bientôt 30 ans toute personne désireuse d’explorer plus avant sa palette d’auteur dans l’écriture de création ou dans les écrits professionnels. Nous vous proposons un large éventail d’activités, en présentiel et par e-mail : de la découverte aux cycles de création, des stages ou encore l’accompagnement dans vos chantiers d’écriture. Portes Ouvertes et atelier d’écriture gratuit (sur inscription) entrée libre le 27/09 de 17h à 20h au Café Madame Blå 8 rue Armand Brossard Nantes . Atelier d’écriture régulier 1ère année (ouverture le 6/10) et 2e année (ouverture le 12/10). WE de découverte 30/11 et 1/12. Ouvrir un chantier, participants avancés, ouverture le 24/11 Infos : 02 41 87 75 68 - www.aleph-ecriture.fr - info@alpeh-ecriture.fr

28

n° 16 oct-nov 2013


ATELIER DU COTEAU

DEUX FILLES EN FIL

Nouveau à Nantes! Une méthode active et ludique pour apprendre l’anglais en s’amusant à travers les arts pour faciliter la communication. Un programme hebdomadaire, des stages pendant les vacances scolaires, deux soirées par mois pour toute génération! Muse Circle ouvre son centre linguistique et artistique à l’Atelier du Coteau, après 20 ans d’expérience aux États-Unis. Quartier Procé Canclaux. www.latelierducoteau.com

À la fois contemporaine et élégante, la marque Deux filles en fil surprend par son concept unique : des sacs « Made in France » qui allient la noblesse du cuir à l’originalité ; un design épuré qui met en avant la qualité de la matière. La marque a aussi une gamme textile faite d’accessoires polyvalents, réversibles et ajustables tels que des mitaines et sac-col-manchon. En vente chez Mel de Margo 24 rue Armand Brossard à Nantes - www.deuxfillesenfil.fr

UN WEEK-END DÉTENTE DANS LE MORBIHAN L’ORÉE DU GOLFE - CHAMBRES D’HÔTES L’Orée du Golfe vous accueille au coeur du Golfe du Morbihan, entre verdure et champs, à quelques encablures du bleu profond de l’océan. Goûtez à la campagne et à la mer en même temps avec un réveil au cuicui des oiseaux, des journées bercées par les flots et des nuits sous le ciel étoilé. Confort, calme et volupté, tels sont les maîtres mots. Dans cette maison de famille, tout l’étage vous est réservé, divisé en deux chambres, chacune équipée d’un espace salle de bains et wc pour une totale indépendance lors de votre séjour. Le jardin contemplé par votre fenêtre sera le lieu propice aux petits déjeuners lorsque les beaux jours pointent le bout de leur nez.… www.loreedugolfe.fr - loreedugolfe@gmail.com

n° 16 oct-nov 2013

29


DANS LE VENT

APPELLE MOI PAPA C’EST IMPERTINENT TOUT ÇA !

UNE BANDE D’AMIS ILLUSTRATEURS POUR LE MEILLEUR ET POUR LE PIRE QUI NOUS FONT LE PLAISIR D’INAUGURER CETTE NOUVELLE RUBRIQUE. NOUS VOUS LES AVIONS PRÉSENTÉS IL Y A 3 ANS. QUE SONT-ILS DEVENUS ? Par Damien Gillet

T

om Douriaux, Kévin Chabot, Marie Drancourt, Lucie Drouet et Jo Rousseleau, le compte est bon. Le club des cinq reste le même. Et en effet, pourquoi changer puisque tout leur réussit ainsi ? La dernière fois que nous les avions rencontrés ils vivaient tous ensemble dans une grande maison, depuis ils partagent un atelier. Fini la collocation personnelle, place aux locaux professionnels. En plein Rezé, les Papas, comme on aime les appeler, ont investi une ancienne usine textile qu’ils ont transformée en pépinière créative. C’est ici que tous leurs projets prennent vie à présent. D’association, Appelle Moi Papa est devenue une Société

30

n° 16 oct-nov 2013

WWW.APPELLEMOIPAPA.FR


Coopérative et Participative (SCOP), un grand pas pour eux qui confirme leur talent. Très ancré dans le milieu culturel, le collectif essaime ses créations en remportant la conception de programmes de salles et autres supports de communication. Vous les avez peut-être même sûrement aperçus à Stereolux, là où pendant toute une saison ils ont proposé des affiches sérigraphiées des artistes programmés. Ateliers, expositions, projets en communication... Mais comment fait-on pour se démarquer réellement à cinq mains sur le marché de l’illustration, il y a bien un petit quelque chose qui fait la différence ? « Pas mal de gens reconnaissent nos affiches et nos différentes créations, nous avons apparemment une patte. » Des visuels un brin provocateurs et bien dosés en impertinence, c’est peut être ça la patte à 25 doigts des papas. Et à eux d’ajouter : « Il est clair qu’on ne fait pas du web ni de la 3D. Nos influences majeures restent le papier et la sérigraphie avec six couleurs grand maximum dans nos créations, la plupart du temps. » Sans oublier leur recherche esthétique, « C’est important pour nous de faire de belles images qui parlent d’ellesmêmes ». Une ligne graphique qui rencontre un franc succès puisque les Papas travaillent à présent sur des projets qui dépassent les frontières de notre région. Alors que leur souhaiter sinon bon vent ! •

n° 16 oct-nov 2013

31


32

n째 16 oct-nov 2013


PORTRAIT ÎLIEN

VINCENT LERAY DES ÉTOILES PLEIN LES YEUX

D’UN ÊTRE ORGANIQUE, CE PHOTOGRAPHE A RÉUSSI À EXTRAIRE UNE FORME ARTISTIQUE. C’EST L’HISTOIRE D’un HOMMe, AMOUREUX DE la mer, qui s’est laissé piquER par la passion des oursins. Par Gina Di Orio - Photo : Michael Méniane

M

ais que sont ces mystérieux objets photographiés ? Une collection d’art tribal, un peigne maya ou un masque polynésien ? Plus étrange encore, aussi différents qu’ils soient, ils portent tous une marque similaire, une sorte d’étoile à cinq branches. Vincent Leray, ne nous laisse pas plus longtemps dans l’ombre de nos doutes. Le photographe nous éclaire : « ce sont des squelettes d’oursins ! ». L’histoire de ces photographies, qui s’exposent dans son atelier, au Karting, et dans des galeries, commence au milieu des années 90. Alors qu’il se promenait sur le littoral atlantique, Vincent découvre un objet non identifié, intriguant, portant un motif étoilé. Les questions affluent, Vincent se renseigne, il a entre les mains un oursin grisard, très

sa démarche ? constituer une collection photographique (...) de la structure calcaire des oursins. clair et calcaire réduit à sa forme squelettique. Dans ses recherches, il constate que tous les oursins portent cette même étoile sur leur squelette, comme sculptée par la main de l’Homme. La diversité de la famille des échinidés - plus de 900 espèces dans toutes les mers du globe - et à la fois la constance de ce motif étoilé inspire alors au photographe le projet Zoomorphie. Sa démarche ? Constituer une collection photographique, à la fois encyclopédique et artistique, de la structure calcaire des oursins. L’empreinte étoilée devient alors sa signature visuelle. Du réel organique vers une fiction artistique, c’est ainsi que Vincent détermine son projet. Une curieuse collection qui se pare de poésie pour des étoiles plein les yeux •

PROJET ZOOMORPHIE WWW.VINCENT-LERAY.COM

n° 16 oct-nov 2013

33


ÎLE DE NANTES

LES CONTES DE L’ÎLE DE NANTES FONT LEUR GRANDE SORTIE

LES PREMIERS CONTES DE L’ÎLE ONT ANIMÉ L’ÉTÉ VIA DES AIRES DE LECTURES ARCHITECTURALES. L’AVENTURE SE POURSUIT PAR L’ÉDITION D’UN RECUEIL DES CINQ HISTOIRES. Par Damien Gillet

R

edonner son pouvoir d’imagination à l’île, tel a été le projet de « Aires de Contes » mené par l’association Territoires Inventés. Ainsi, les cinq premiers contes de l’île de Nantes ont été créés puis matérialisés dans l’espace, en aire, où on pouvait les découvrir, les lire, les écouter. Maintenant que l’été se termine, les aires éphémères laissent place à un précieux carnet. Les contes de l’île de Nantes peuvent ainsi continuer à propager leurs récits, des histoires qui se basent sur le réel pour créer un imaginaire. Ces contes urbains donnent une autre explication à tout ce que l’on peut voir sur l’île de Nantes : on apprend que les immeubles côté Est arborent la couleur des rêves des humains, la Loire est messagère, les rails sur les quais permettent de voyager dans le temps, l’air était la seule liaison île de Nantes-Continent avec la Grue Jaune fabrique de parapluies, des géants vivent dans le hangar à bananes...L’île nous délivre pour la première fois toute sa magie •

34

n° 16 oct-nov 2013

les contes de l’île de nantes - 4 euros - lieux de vente : la hab galerie, librairie des machines, librairie lieu unique, librairie coiffard, office de tourisme, librairie du château www.airesdecontes.fr


LA NIZANERIE UN KIOSQUE POUR LE QUARTIER De jeunes habitants du quartier, rue Paul Nizan, architectes du collectif Fil, ont décidé de construire un endroit partagé, collectif, et vivant ! Le chantier est ouvert depuis avril 2013 et tout le monde peut y participer en venant aider ou déposer objets et matériaux. La Nizanerie est un espace de rencontres pour le quartier, une sorte de QG pour réconcilier les habitants avec l’espace public en changement. Un potager, un barbecue, une aire de jeu ? Les idées se bousculent pour un petit coin de rue agréable. www.lanizanerie.com

LE THÉÂTRE 100 NOMS NOUVEAU AU HANGAR À BANANES Entre restaurants, bars et galerie d’exposition, le Théâtre 100 noms a trouvé sa place. Inauguré le 5 septembre, le nouveau théâtre nantais porte une programmation éclectique et divertissante. Conçu comme un théâtre à l’italienne, il plonge le spectateur dans un cadre richement décoré : sièges en velours rouge, ornements dorés, balcons surplombant la scène et rideaux imposants. Une ambiance feutrée de 200 places où les rires éclatent déjà. www.theatre100noms.com

GARE SNCF SUD > MACHINES DE L’ÎLE - 14 MIN LE CHRONOBUS C5 A DÉBARQUÉ SUR L’ÎLE DE NANTES

n° 16 oct-nov 2013

35


EN TERRE DE LOIRE

VILLAGE DE KERHINET

AU TEMPS DES CHAUMIÈRES

DOUCEUR DE VIVRE ET TRADITION SE REJOIGNENT DANS LE PARC RÉGIONAL DE LA BRIÈRE, PLUS GRAND GISEMENT DE CHAUMIÈRES EN FRANCE. Par Damien Gillet

E

n pleine Brière, un curieux village s’élève : bienvenue à Kerhinet. Nous sommes bien en Loire-Atlantique, mais ce nom en « ker » trahit l’influence bretonne sur ces terres ; « ker » signifie hameau. Ici les toits sont tous coiffés de chaume, un patrimoine sauvegardé dès 1973 lorsque le Parc naturel régional de Brière achète ces chaumières qui étaient alors en ruines. Le village ne comptait plus que deux habitants alors qu’une quinzaine de familles vivaient là en 1875. Jusqu’au début du XXe siècle, le toit des maisons étaient faits de chaume et abritaient une famille de cinq à six personnes. Les jeunes couples construisaient leur maison accolée à celle de leurs parents. Bien plus pratique. Une balade dans le village nous rappelle que la vie s’organisait autour des « communs » : un lavoir, deux fours proches des mares et un puits sont encore visibles. Idéalement conçues, les chaumières ne comportaient le plus souvent que deux portes et fenêtres pour mieux conserver la chaleur mais aussi s’épargner l’augmentation de la taxe sur les ouvertures, impôt

36

n° 16 oct-nov 2013


de l’époque. Une pièce unique servait à la fois de cuisine, de chambre et éventuellement d’espace pour le filage ou le tissage. Cette architecture sommaire mais chaleureuse devenue patrimoine était en fait un symbole de la misère paysanne. Alors que tout est fait à présent dans le sens des restaurations, lorsque le chaume put être abandonné au profit de l’ardoise, il le fût ! C’est notamment le développement des chantiers de Saint-Nazaire qui permit aux familles de changer de conditions. Avant l’époque des chantiers, la plupart des habitants vivait du travail de la terre. Chaque famille possédait d’ailleurs plusieurs types de terrains : des bois, des prairies pour la pâture, des terres labourables pour le froment, le seigle, les choux... À l’arrière des chaumières, on cultivait son potager. Il reste d’ailleurs des vergers de pommiers. Disparues en grand nombre, 46 variétés ont été replantées dès 1979. Cidre oblige ! C’était la boisson fétiche du villageois, un clin d’oeil de plus à la Bretagne. Lorsqu’elles ne buvaient pas de pommes fermentées, les familles de Kerhinet allaient couper la tourbe dans le marais, à la fin du mois d’août. Les mottes servaient au chauffage de chaque maison. Aujourd’hui, à Saint-Lyphard, Mayun, la Chapelle-des-Marais, l’île de Fédrun et Saint-Joachim, la chaumière charme toujours. Il y en a même qui « trichent » et recouvrent leur maison neuve de chaume. Tout le Parc de la Brière compte environ 3000 constructions couvertes de chaume : le plus grand gisement de chaumières en France • DÉCOUVREZ TOUTES LES BALADES ET DÉCOUVERTES PROPOSÉES DANS LA BELLE RÉGION DE LA BRIÈRE SUR WWW.OHLALOIREATLANTIQUE.COM

n° 16 oct-nov 2013

37


D’ÎLE EN ÎLE

LA RÉUNION ÉTOILÉE DE LUC PERROT

L’ÎLE DE LA RÉUNION SE RÉVÈLE AUTREMENT SOUS L’OEIL ET L’OBJECTIF AVERTIS DU PHOTOGRAPHE LUC PERROT : C’EST TOUTE LA MAGIE D’UN CIEL QUI SE DÉVOILE. Par Damien Gillet - Photo : ©Luc Perrot

A

u coeur de l’Océan Indien tout au sud de notre planète, l’île de la Réunion s’élève. Le département français connu pour son volcan super actif, le Piton de la Fournaise, ses plages de sable noir et blond et sa houle déferlante n’avait pas encore révélé tous ses joyaux. C’est chose faite grâce à Luc Perrot, photographe d’origine morbihannaise qui partage depuis quelques années les merveilles de son ciel d’adoption. Après une escapade de deux années sur l’île, il revient s’installer définitivement en 1999. Il s’évade dans ses sentiers escarpés, essentiellement la nuit, à l’affût d’un mouvement, d’une lumière. Sa pratique demande préparation, car les images captées ne sont pas le fruit du hasard, mais souvent d’une longue attente. Des logiciels spécialisés lui permettent de connaître à l’avance l’évolution du ciel et l’emplacement des planètes. Luc Perrot mêle donc données scientifiques et art de la photographie pour des instantanés uniques. Les paysages et la beauté du ciel de l’île sont immortalisés de façon enchanteresse • WWW.LUCPERROT.FR

38

n° 16 oct-nov 2013

DE PLUS PRÈS 9 472 km de nantes 14h40 de vol - 1 escale heure locale : gmt +4h sup : 2 512 km2 gps : 21°10s 55°30e océan indien


encart MCF 12 NOV.pdf

14/11/12

11:46:53

A D A R L O I R E - A T L A N T I Q U E « L ’ A C C O M PA G N E M E N T A U Q U O T I D I E N »

VO

CE

O TRE C

N

Le service occasionnel le mieux adapté à vos besoins

SÉRÉNITÉ

02 40 16 91 30 aidedomicile@adar44.com www.adar44.com N° VERT

0800 44 11 44

APPEL GRATUIT DEPUIS UN POSTE FIXE

L’ADAR, c’est : • une association départementale à but non lucratif qui a 40 ans d’expérience

En votre absence, nous assurons un passage quotidien à votre domicile

RÉCEPTION Nous vous aidons à accueillir famille et amis pour quelques jours

BOUT’CHOU Nous assurons la garde de vos enfants à votre domicile*

www.scopic.fr / © photos : Valéry Joncheray, ADAR 44, Shutterstock

T

ÉCLAT Nous apportons un vent de fraîcheur à votre logement

AN

4A0 NS

I

FI

RE NOT E

S

UIS

E

C’

FORFAITS « ADAR QUIÉTUDE »

UL BÉNÉF

DEP

C

SE

Services aux personnes à domicile (NF 311) www.marque-nf.com

• 2 000 professionnels formés et qualifiés à votre service • plus de 21 000 personnes qui nous font déjà confiance

* Trajets pour la crèche, l’école, les activités - développement et éveil préparation et aide à la prise des repas - aide aux devoirs - etc.

Association 1901 - Agrément n° SAP301222436 - Autorisation de fonctionner par arrêté du Conseil général de Loire-Atlantique du 12/05/05.

n° 16 oct-nov 2013

39


NANTAIS D’AILLEURS

MARIEKE ZEEGERS

WELKOM IN NEDERLAND Tartines, fêtes, vélo et historiettes, MARIEKE ZEEGERS, CHEF DE PROJET CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE AU QUARTIER DE LA CRÉATION À nantes NOUS FAIT VOYAGER EN HOLLANDE, SON PAYS D’ORIGINE. Par Gina Di Orio

S

ur la table une pile d’albums photos posée : « Un album par enfant par an », c’était le deal de la famille Zeegers. Née à Enschende(1) - nul besoin de vouloir le prononcer - à l’est des Pays Bas, Marieke foule les terres hollandaises jusqu’à l’âge de 15 ans. Et avant de dérouler le fil de son enfance par les photos, ce sont nos papilles qu’elle titille : « En Hollande, le matin et le midi c’est tartine ! »...et à toutes les sauces. Il y a aussi les petits pains roulés que l’on fait griller au barbecue(2) farcis au fromage ou aux sucreries De Ruÿter(3), une institution. En grêlons, en flocons ou en graines, de chocolat,

40

n° 16 oct-nov 2013

d’anis ou de fruit la marque hollandaise, De Ruÿter, s’invite au quotidien sur les biscottes. Ses graines d’anis enrobées de sucre coloré remplacent nos traditionnelles dragées. Mais trêve de gourmandise, place aux albums, dont les pages brûlent d’impatience de nous révéler ô combien la fête est importante en Hollande(4) ! À la naissance, les jardins sont décorés mettant en scène une belle et parfois gigantesque cigogne ; À Pâques, c’est un défilé branche à la main garnie de gâteaux secs, tandis qu’à la Saint-Nicolas, le 5 décembre, c’est toute une tradition qui veut que l’on s’offre les cadeaux ce jour-ci. Noël est bien moins important, c’est sur les genoux de Saint-


1

4

3

5

6

2

EN HOLLANDE, LE MATIN ET LE MIDI, C’EST TARTINE ! Nicolas que l’on s’assoit : « As-tu été sage ? ». Et lorsque devant la maison, une poupée à taille humaine habillée s’exhibe, c’est que l’on fête les 60 ans de la personne qui habite là. Pourquoi à 60 ans ? « Aucune idée ». Entre autres mystères hollandais, nous levons le voile sur le vélo : la petite reine est-elle bien Reine de Hollande ? « Le vélo c’est très important ! ». C’est une fierté

d’avoir son premier vélo d’adulte lorsque l’on pédale depuis l’âge de six ans. Et malgré des dents cassées, les photos attestent de la joie à deux roues(5). « Mais le vélo n’est pas le seul grand classique, il y a aussi Jip en Janneke(6)». Marieke nous présente alors la référence de la littérature jeunesse néerlandaise, une série d’histoires dont la première collection fut éditée en 1952 et qui reste indémodable. Les yeux de Marieke brillent en nous livrant ce qui sera la dernière histoire de son époque hollandaise, des souvenirs de couchers avec Jip le petit garçon, Janneke la fillette, Takkie le chien et Siepie le chat •

n° 16 oct-nov 2013

41


ESCALES

L’ÉTRANGER AU PARADIS DAVID ROLLAND CHORÉGRAPHIES

UNIQUE EN SON GENRE, CETTE PIÈCE CHORÉGRAPHIQUE CONVIE 12 DANSEURS DIFFÉRENTS POUR CHACUNE DE SES REPRÉSENTATIONS. UNE CRÉATION SIGNÉE DAVID ROLLAND CHORÉGRAPHIES.

L

a chorégraphie est réglée au millimètre près. Les interprètes éphémères n’ont que quelques heures pour la répéter puis la jouer sur scène pour la première et dernière fois. Ne pas perdre la spontanéité du geste, ne pas offrir au public du « par coeur », c’est ce que souhaite le chorégraphe David Rolland. Sur des toiles de 100 m2 aux motifs géométriques et colorés, les danseurs évoluent au gré de différentes séquences. À chaque acte son tapis fait de trajets entrelacés, de carrés ou cercles imbriqués. Comme un tétris ou un kaléidoscope hypnotique, les danseurs voyagent en des mouvements parfois innatendus. Chaque danseur suit sa partition guidé par des indications temporelles et spatiales délivrées individuellement par des oreillettes.Pour ce spectacle, David Rolland invite la chorégraphe Béatrice Massin, spécialiste de la danse baroque, et la plasticienne et poète sonore Anne de Sterk à créer chacune une séquence et faire ainsi dialoguer leurs écritures •

42

n° 16 oct-nov 2013

DANS LE CADRE DE LA BIENNALE DE DANSE TRANSCENDANSE 22 NOVEMBRE - 20H30 À ONYX - ST-HERBLAIN www.onyx-culturel.org


n째 16 oct-nov 2013

43


ESCALES

L’ART TRIBAL

DE PAPOUASIE NOUVELLE GUINÉE ET DU VANUATU

UN VOYAGE DANS LE PACIFIQUE SUD, AU COEUR DES ÎLES TRÈS LOINTAINES via une exposition d’objets collectés par un couple de passionnés.

C

es îles nous évoquent l’aventure, les explorations de James Cook et de Bougainville. Tribus sauvages, cannibales, totem et corps peints, tout un patrimoine d’expression artistique. Les pièces collectées dans ces régions sont à présent exposées dans les plus grands musées. Depuis 12 ans, Amélie et David Godreuil collectent des objets d’art océanien sur le terrain et font revivre l’art tribal dont la flamme ne s’est jamais éteinte, selon eux. Le château de la Gobinière présente alors une partie de leur collection pour faire découvrir au grand public toute l’étonnante richesse de Papouasie Nouvelle Guinée et du Vanuatu. Des parties du monde qui ont su préserver leurs traditions et où l’influence occidentale est restée limitée notamment dans les régions les plus isolées. Des rites, des cérémonies, des pratiques culturelles et des objets perdurent encore aujourd’hui sur ces centaines d’îles, ces vallées aux conditions de vies rudes et difficiles d’accès. Découvrez toute une culture grâce aux objets forgés par des hommes et des femmes aux traditions profondément ancrées. Les pièces rares et anciennes côtoient des plus récentes à la découverte des traditions mélanésiennes •

44

n° 16 oct-nov 2013

DU 23/10 AU 8/12 AU CHÂTEAU DE LA GOBINIÈRE 37 avenue de la ferrière 44700 orvault lundi au vendredi : 8h30-12h30 /13h30-17h30 dimanche :15h-18h ENTRÉE LIBRE


TRANSCENDANSE Avec 17 compagnies présentes et 41 représentations, Transcendanse vous offre 6 semaines pour découvrir ou redécouvrir la création chorégraphique contemporaine. Elle propose pour cette édition un coup de projecteur sur l’Afrique du Sud. Cinq compagnies du pays seront ainsi mises à l’honneur, dans le cadre de la Saison sudafricaine en France en 2013. La danse prend ses quartiers dans tout le département dans 15 lieux de diffusion ! BIENNALE - 5/11 AU 12/12 EN LOIRE-ATLANTIQUE www.transcendanse.loire-atlantique.fr

CHANSONS POUR LES PETITES OREILLES Entre jeux de mots virevoltants, mélodies surprenantes et voix caressante, Elise Caron embarque les « petites oreilles » dans des histoires pleines de malice. Elle y raconte les aventures d’un dragon vert ou d’une Princesse Grenouille sur des airs de piano, de flûte et de scie musicale. Sur scène, accompagnée de ses deux musiciens, elle parvient à mélanger modernité, art lyrique et comptines, le tout dans un souffle de bonne humeur ! CHANSON - 6/11 À L’ESPACE DIDEROT À REZÉ www.larcareze.fr


©laurent aït benala

ESCALES

46

NYA

EL RUN-RUN DEL NYIGO-NYIGO

En arabe, Nya signifie « faire confiance à la vie ». Un titre qui donne le ton de cette pièce créée pour 9 danseurs hip-hop algériens, membres du Ballet Contemporain d’Alger initié par le chorégraphe Abou Lagraa. Nya interroge ainsi les identités entremêlées, jette un pont entre les cultures et permet un voyage entre les deux rives de la Méditerranée. Une chorégraphie où l’énergie acrobatique du hip-hop pousse les corps à des prouesses extrêmes, à des envolées martiales spectaculaires.

L’ensemble catalan CaboSanRoque a imaginé un dialogue entre quatre compositeurs (Pascal Comelade, Pierre Bastien, Carles Santos et Joan Saura) et une étrange machine musicale dont les pièces détachées proviennent d’une ancienne usine LU des faubourgs de Barcelone. Ce spectacle est un exercice de style ludique et poétique qui transforme la machine musicale en orchestre à part entière.

DANSE - 8/10 À 20H30 À ONYX www.onyx-culturel.org

MUSIQUE - 9/10 À 20H30 AU LIEU UNIQUE www.lelieuunique.com

URS KARPATZ

LE SINGE NU

Cet orchestre slavohongro-roumain nous enchante avec son florilège virtuose de polyphonies ensorcelantes, des « Laki ghili » graves et émouvants aux « Maki ghili » tourbillonnants. Fidèles au grand creuset traditionnel tzigane qui s’étend de l’Europe Centrale au Nord de l’Inde via les Balkans, les ours des Carpates réalisent des prouesses instrumentales avec leurs violons, cymbalum, accordéon, clarinette, contrebasse et percussions autour de chants polyphoniques.

L’Homme ne descend pas seulement du singe, il en est un. C’est ce qu’affirme Desmond Morris, éthologue britannique, dans son livre paru en 1967. À travers une suite de situations tirées de cet essai scientifique, trois individus évoluent dans un environnement contemporain dont l’espace n’a de cesse de se déconstruire et de se reconstruire. Entre moments ordinaires et extraordinaires, voici une proposition théâtrale surprenante qui interroge avec humour notre singularité humaine.

CONCERT - 10/10 À 20H30 À L’ODYSSÉE www.orvault.fr

THÉÂTRE - 14 AU 18/10 AU TU www.tunantes.fr

n° 16 oct-nov 2013


SIMONE ET LUCIEN KROLL

SOPHIA CHARAÏ

Inspirés par le philosophe allemand Peter Sloterdijk, Simone et Lucien Kroll militent depuis les années soixante-dix pour l’architecture « homéopathique ». Cette exposition rétrospective est imaginée par Patrick Bouchain autour de ces architectes, urbanistes et paysagistes avec plus de cinquante ans d’activités de l’atelier exposé, un jardin vivrier, face au Lieu Unique et des rencontres et conférences hebdomadaires qui réactiveront la pensée si particulière des Kroll.

Au milieu d’étoffes colorées et chatoyantes, la chanteuse remue ses souvenirs d’enfance. La pétillante marocaine chante un blues du bled et cultive une bohème glamour et généreuse. Mêlant avec sensualité les musiques d’Orient et d’Occident, son oeuvre se situe à la croisée des chemins. Citoyenne du monde, elle interprète des textes en arabe, en espagnol et en français auréolés de sa voix chaude et envoûtante. Chanteuse de jazz, Sophia Charaï mêle ses influences pour un tonique voyage.

EXPOSITION - 25/9 AU 1/12 AU LIEU UNIQUE www.lelieuunique.com

MUSIQUE - 18/10 À 20H30 À CAPELLIA www.capellia.fr

UN DOUX RENIEMENT

SINUÉ

Christophe Pellet invite l’unique spectateur à suivre le cheminement des pensées d’un jeune homme, Paul Fradontal. Il vient de perdre une amie chère et se rend à son enterrement. Le temps d’un voyage en train, des images lui reviennent en mémoire. Le spectateur est placé au coeur de la pensée du personnage. Équipé d’un casque audio, il devient Paul Fradontal et se voit projeté dans un univers sonore où il entend, parle et agit à la place du héros. Une expérience personnelle, troublante.

Dans un univers féérique et magique, cinq acrobatesdanseurs, quatre hommes et une femme, cinq énergies, à la fois contraires et complémentaires, vont dévoiler, ensemble ou séparément, les différentes facettes d’un même personnage. De rêveries légères en envolées spectaculaires, Sinué plonge au coeur de cette dualité de l’enfance : l’envie forte d’avancer et de grandir et la crainte qui l’accompagne et la réfrène. Un conte poétique, gai et joyeux pour petits et grands.

THÉÂTRE IMMERSIF - 28 AU 31/10 AU PIANOCKTAIL www.pianocktail-bouguenais.fr

CIRQUE - 15-16/10 AU THÉÂTRE, SAINT-NAZAIRE www.letheatre-saintnazaire.fr

n° 16 oct-nov 2013

47


Vincent Callebaut

ESCALES

LES UTOPIALES

À la découverte du patrimoine de l’île de Nantes, le festival L’île était une fois vous propose sa 16e édition. Au programme promenades à la découverte du patrimoine industriel de l’île, un défilé où la mode se réinvente à l’heure de l’économie responsable, un apéritif gourmand et des spectacles de théâtre, de musique dans une ambiance chaleureuse. De belles rencontres et des échanges en perspective !

la 14e édition des Utopiales abordera le thème « Autre(s) monde(s) ». La science-fiction se tourne vers les possibilités du futur le plus proche, autant techniques que sociétales, et les autres mondes qu’il recèle. Quels sont ces autres mondes possibles, quelles sont ces réalités en émergence ? Une question qui ouvre des perspectives quasi-infinies : utopies vertes, aventures lointaines, citoyens du futur et le printemps des sciences.

12-13/10 MAISON DE QUARTIER DE L’ÎLE DE NANTES rue conan mériadec, 44200 île de nantes

FESTIVAL - 30/10 AU 4/11 À LA CITÉ www.utopiales.org

MIDI MINUIT POÉSIE

ISABEAU ET LES CHERCHEURS D’OR

Une vingtaine d’auteurs et artistes interrogent, par le mode de la lecture à voix sous toutes ses formes, la création poétique actuelle dans toute sa diversité et notamment lorsqu’elle se situe aux confluents des arts. Cette 13e édition fait la part belle aux jeunes auteurs et se teinte également des couleurs sud-africaines avec l’invitation d’une voix majeure : Antjie Krog, blanche de langue afrikaans. Des poèmes, engagés dans la vie de son pays, saisissent et nous retiennent par leur énergie.

Ces chercheurs d’or et leur belle à la voix magnétique conduisent la chanson traditionnelle québécoise des Appalaches vers d’autres horizons. Empruntant des sentiers bluegrass ou country au swing western des plus entraînants, ces aventuriers nous transportent hors du temps. Au son d’un banjo, d’une mandoline des années 50, une guitare des années 20, un violon, une contrebasse, une batterie jouée aux balais, leur musique festive et ludique se pare d’un éclat inégalé.

FESTIVAL- 10 AU 12/10 DANS NANTES ET DIVERS LIEUX www.midiminuitpoesie.com

MUSIQUE - 7/11 À 21H www.labouchedair.com

© Dylan Stewart Page

L’ÎLE ÉTAIT UNE FOIS

48

n° 16 oct-nov 2013


AZIMUT

FESTIVAL DES 3 CONTINENTS

Aurélien Bory revient avec un nouveau spectacle, conçu avec le Groupe acrobatique de Tanger qu’il a fondé en 2003 avec Sanae El Kamouni. Azimut vient du mot arabe « as-samt » qui signifie chemin, direction. Azimuté en argot veut dire fou. Les acrobates de Tanger disent la fragilité de leur existence, ainsi que leur inébranlable volonté de pratiquer leur art ancestral en le confrontant au monde qui les entoure.

Ode aux cinémas d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine avec l’exploration des cinémas chinois de 1920 à 1950, du cinéma en Afrique du Sud sur fond de fête puisque le cinéma indien a tout juste 100 ans. Pour cet anniversaire, une soirée spéciale, le 20/11 est organisé avec la projection de Drupad (de Mani Kaul) en présence de l’éminent musicien : Wassifudin Dagar. Tandis que le Brésil nous livrera ses dernières productions. Clap !

THÉÂTRE - 9 AU 13/10 AU GRAND T www.legrandt.fr

FESTIVAL - 19 AU 26/11 À NANTES, LE POULIGUEN ET ST NAZAIRE www.3continents.com

RENCONTRES LITTÉRAIRES BELGES

FESTIVAL - 21 AU 24/11 AU GRAND T www.legrandt.fr

UNIVERCINÉ 2013/14

FESTIVAL DU CINEMA ALLEMAND

DU 6 AU 12 NOVEMBRE 2013 CINEMA LE KATORZA, FESTIVAL - 6 AU 12/11 AU KATORZA NANTES www.allemand.univercine-nantes.org

FESTIVALS DE CINEMA ALLEMAND, BRITANNIQUE ET ITALIEN / WWW.UNIVERCINE-NANTES.ORG

n° 16 oct-nov 2013

© PHOTO : YULIA POPKOVA

Direction la Belgique francophone avec  : Benoît Peeters et Jean-Marie Apostolidès, tous deux grands spécialistes de l’œuvre d’Hergé, Jean-Pierre Verheggen, Noël Godin, André Stas, trois virtuoses du jeu de mots et de l’humour à la belge, Nadine Monfils et Jean-Baptiste Baronian pour le polar, William Cliff, poète-voyageur… Au programme quatre jours de débats, de discussions, de lectures à voix haute, de représentations ,de projections de films consacrés aux écritures belges d’expression française.

49


© yohanne lamoule

ESCALES

50

SAVOIR ENFIN QUI NOUS BUVONS

FEMI KUTI

Sébastien Barrier sillonne la Loire-Atlantique pour nous parler de vignes et de vins. Mais pas n’importe quels vins. Vivants, parfois un peu sauvages, les vins qu’on dit « naturels » sont réalisés sans recours à la chimie par des vignerons moins soucieux des appellations que des surprises que leur réserve leur terroir. À la fois spectacle et rendez-vous de dégustation, Savoir enfin qui nous buvons nous invite à découvrir sept vignerons installés en vallée de la Loire.

Fils et successeur de Fela Kuti, inventeur de l’afrobeat, saxophoniste comme son père, il perpétue brillamment la tradition familiale et délivre un message d’unité et de libération de l’Afrique. Il ne s’est pourtant jamais contenté d’être le fils du roi. Depuis les années 90, il est devenu un artiste à part entière, au style singulier et nuancé entre révolte et sensualité.

THÉÂTRE - 4/10 6/12 12/6 À 19H AU GRAND T www.legrandt.fr

MUSIQUE - 22/11 À 20H30 À CAPELLIA www.capellia.fr

EXIT / EXIST

FESTIVAL SOY

Il est question de mémoire, d’histoire et d’identité. Gregory Maqoma réinvestit ici l’une des grandes figures de l’ethnie Xhosa (le Chef Maqoma, l’un de ses ancêtres) qui, au XIXe siècle, s’est opposé aux armées de colonisation britanniques afin de défendre l’existence de son peuple. Accompagné d’un quartet de chanteuses qui entrelacent gospel, RnB et chants zoulous, le danseur donne corps à un spectacle métissé comme un voyage au sein de l’histoire d’un pays et d’un homme.

L’association Yamoy’ invite les Nantais à un parcours multisonore dans des lieux musicalement identifiés et d’autres espaces plus discrets. Cinq jours de concerts où le patrimoine architectural local se trouve investi par des performances artistiques internationales. Diffusion de musiques indépendantes hors des circuits commerciaux balisés, concerts et créations inédites d’artistes locaux, nationaux, internationaux, le festival défend l’alternative musicale.

DANSE - 26-27/11 À 20H AU GRAND T www.legrandt.fr

FESTIVAL - 30/10 AU 3/11 À NANTES www.festivalsoy.org

n° 16 oct-nov 2013


n째 16 oct-nov 2013

51


52

n째 16 oct-nov 2013

Magazine idîle n°16 oct-nov 2013  

Magazine nantais du territoire, des cultures et de la créativité. Un voyage à Nantes et ailleurs.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you