Page 1

Trimestriel

Numéro 3 Mars 2010

Revitalisation du cœur de Tournai et restauration de la cathédrale Notre-Dame : votre journal de chantier

Les premières façades s’apprêtent à dévoiler leur nouveau visage. Le quartier de la Croix du Centre mise sur cette vaste opération de rénovation pour renforcer son aura commerciale, touristique et immobilière.

I

l faut savoir souffrir pour être encore plus belle et séduisante. Aussi ancestral que la cité des Cinq Clochers, le dicton est plus que jamais d’actualité aux quatre coins du cœur de ville où les premiers travaux de revitalisation n’ont pas attendu le retour du printemps pour bourgeonner ça et là.

LE FUTUR PIÉTONNIER AURA DU CACHET

Avant celles de la cathédrale, ce sont les façades du Piétonnier qui, pour l’heure, monopolisent toutes les attentions. Autour de la Croix du Centre, l’opération de rénovation urbaine n’a pas loupé le bon wagon et parmi la quarantaine d’immeubles à embellir, un bouquet de cinq premières devantures commerciales enveloppées par d’imposants échafaudages arborera prochainement son nouveau cachet architectural à l’entrée de la rue Gallait. En quête d’une plus-value économique, touristique et immobilière, ce quartier cher aux Tournaisiens et qui vient de franchir le cap de la trentaine entend bien devenir un passage stratégique entre le carrefour du Dôme (dépose – minute) et le futur Office du Tourisme. Une fois rénovées et uniformisées, les façades du Piétonnier s’aligneront de façon cohérente et homogène sur cet axe incontournable menant vers la place PaulÉmile Janson. Les revêtements au sol joueront également la carte de l’uniformité et de la sobriété avec des tons communiant avec ceux de la cathédrale, le tout agrémenté d’une scénographie lumineuse. Pour optimiser les retombées de ce lifting tant attendu, un schéma de développement commercial est à l’étude pour faire de Tournai une ville attractive et compétitive, n’ayant rien à envier à ses voisines courtraisienne, montoise et lilloise. Un rang qu’elle veut aussi tenir dans le secteur hôtelier avec l’ouverture d’un hôtel de standing à deux pas de la cathédrale.

Nouveau look pour les façades du piétonnier

pp 2-3

Voiries : des détails qui n’en sont pas

p4

Les dessous de l’hôtel Dexia

p5

Ancien-contemporain : un débat sans fin

p.6

Tailleur de pierre : une profession sur mesure

p.7

p.8

En images : travaux en cours


➜ Un nouveau look

pour les façades du Piétonnier Une quarantaine d’immeubles autour de la Croix du Centre vont s’offrir un séduisant lifting architectural, commercial et immobilier.

L

propriétaires ne financeront que 10% des travaux via une convention avec la Ville. Une charte d’embellissement a été établie afin de privilégier la cohérence. Même objectif en matière de mise en lumière du quartier.

’embellissement des perspectives urbaines contribuera grandement à La valorisation des bâtiments spécifiques la revitalisation en cours du cœur de à ce quartier en quête d’une haute valeur ville. Parmi celles-ci figurent les façades ajoutée a d’ores et déjà du centre piétonnier qui, dans démarré à l’entrée de la L’enjeu est de le futur, s’imposera comme un zone piétonne (rue Gallait) leur redonner un passage stratégique entre le avec un premier lot de cinq carrefour du Dôme (déposemaximum de façades voilées par d’impominute) et le futur Office du verticalité et d’unité. sants échafaudages. Tourisme (hôtel Dexia). En charge de cette phase initiale étalée sur Au total, une quarantaine de façades comcinq mois, l’entreprise Laurent a sondé les merciales non classées situées autour de façades à traiter et s’apprête à finaliser la Croix du Centre vont bénéficier de ce le chantier. lifting architectural imaginé par l’agence « L’enjeu est de leur redonner un maxiNicolas Michelin (ANMA). L’opération mum de verticalité et d’unité. À l’heure est d’autant plus intéressante que les

Un ambitieux schéma de développement commercial Un schéma de développement commercial est actuellement en gestation pour accompagner et optimiser l’ambitieux chantier de rénovation du quartier Cathédral. Dans le cadre de ses activités de développement économique et touristique, l’Agence intercommunale Ideta a confié cette vaste étude économique à une société privée (Augeo), ayant une excellente connaissance des tissus commerciaux en Belgique et à l’étranger. La mission étalée sur quatre mois vise à positionner la cité des Cinq Clochers par rapport aux pôles urbains environ-

nants (Courtrai, Mons et Lille), sur base d’une stratégie performante pour les commerces du centre-ville. Sa mise en œuvre passe par un diagnostic préalable de l’offre existante et du potentiel inexploité en vue de mener les actions à même de fidéliser la clientèle actuelle et d’accroître la zone de chalandise. Les conditions d’accueil de nouvelles enseignes et leur diversification font également partie de la réflexion en cours, de même que la dynamique commerciale (animations) et la politique immobilière.

2 - Tournai Cœur cathédral : votre journal de chantier

actuelle, le rez-de-chaussée et les autres niveaux sont coupés par des expressions architecturales radicalement différentes », commente le staff architectural. Les briques de façades néo-classiques vont ainsi s’effacer pour faire place à des enduits qui oscilleront entre les tons blanc, crème et gris (voir l’effet sur la place Saint-Pierre). Quant aux façades reproduisant le style Louis XIV, celles-ci seront badigeonnées à l’aide d’une peinture rouge ou crème préservant l’esprit de la brique. « Une fois rénovés, ces alignements de façades auront beaucoup plus de cachet et formeront un ensemble esthétiquement cohérent et homogène. Il en résultera une bien meilleure fluidité qui créera un appel vers la place Paul-Émile Janson ». Grâce à la suppression des volets, les vitrines resteront éclairées le soir. De quoi renforcer l’attractivité et la convivialité des lieux. Les accès aux étages seront, en outre, maintenus et favorisés afin de dynamiser le marché immobilier.


du L’actualitén direct e r e ti n cha c’est sur www.tournaicoeurcathedral.eu

Le projet d’un hôtel de standing se dessine En septembre 2009, les autorités tournaisiennes lançaient un appel à intérêts dans le cadre du projet d’hôtel de standing sur le site de l’hôtel des anciens prêtres (place de l’Évêché), mis en vente par le CPAS, et du bâtiment annexe (place Paul-Émile Janson), cédé par la Ville et qu’occupaient jadis les archives de l’état ainsi que le centre de lecture publique.

propositions devant une commission mixte chargée de sélectionner le candidatpromoteur répondant le mieux aux critères requis. À une large majorité, ses membres ont plébiscité la société NCG qui, avec l’aval du Collège, s’est vue accorder une période d’exclusivité de 5 mois pour affiner la faisabilité financière de son projet et conforter son choix d’un promoteur hôtelier, investisseur et exploitant.

À l’instar des autres prétendants, celui avec lequel la Ville négocie actuellement, a mis en exergue le caractère exceptionnel du site et la pertinence d’ouvrir à cet emplacement un complexe hôtelier de standing en osmose architecturale avec la cathédrale toute proche, confortant par ailleurs l’étude économique menée par l’intercommunale Ideta.

Gaëtane Carlier (La Tabatière)

Margaret Herbaut (boulangerie)

« C’est une opportunité qu’il fallait saisir car cette rénovation va offrir une plus-value indéniable au bâtiment. Sur papier, le projet paraît très séduisant et j’espère que le résultat sera à la hauteur de nos attentes. Nous sommes conscients que ces travaux vont générer quelques désagréments et qu’il faudra prendre son mal en patience avant d’apprécier nos nouvelles façades. Moi qui suis installée dans le Piétonnier depuis 25 ans, je dois avouer que le quartier de la Croix du Centre a besoin d’être rajeuni. Cette opération de rénovation ne peut que redynamiser l’activité commerciale ».

« Ce lifting ne peut qu’embellir l’ensemble du quartier et lui insuffler un renouveau. Actuellement, quand une surface commerciale ferme, celle-ci demeure souvent inoccupée ou bien se reconvertit en logement. L’opération sera d’autant plus bénéfique pour nous que la majorité des travaux est financée par les autorités publiques. C’est un paramètre qui a pesé au moment d’accepter le projet. En tant que propriétaire, le remplacement des châssis d’origine mais aussi des vitrines par du double vitrage acoustique n’est pas à négliger. C’est sûr que ça va faire de la poussière mais c’est un mauvais moment à passer ».

Jean-Michel Van de Cauter (manager centre-ville)

Dans le cadre de cette procédure, trois investisseurs potentiels ont détaillé leurs

« Financièrement d’abord, les commerçants ont bien compris tout l’intérêt d’une telle opération car seuls 10% des travaux sont à leur charge. Même si certains d’entre –eux ont pu à un moment être craintifs et interrogatifs, tous ont fini par adhérer à ce projet ambitieux. L’effet boule de neige a parfaitement fonctionné. Les exploitants ont compris que ce quartier allait devenir plus qu’un passage piétonnier mais aussi une des portes d’entrée principales du cœur de ville avec les retombées positives que cela implique sur le plan commercial et touristique. La ville a choisi de restaurer les façades par petits tronçons afin de réduire au maximum les nuisances. Durant toute la période du chantier, les magasins restent accessibles à la clientèle, c’est important de le dire ».

Rue Gallait

Rue

des P

uits l ’Eau

Tournai Cœur cathédral : votre journal de chantier - 3


des détails qui n’en sont pas ➜ Voiries : Quai des Salines : c’est bien parti Malgré les intempéries hivernales, les travaux de rénovation du quai des Salines ont démarré sur les chapeaux de roue. Depuis la mi-janvier, les opérateurs concernés par les impétrants (eau, gaz, électricité, téléphone, télédistribution) sont à pied d’œuvre pour finaliser les raccordements nécessaires sur le

tronçon compris entre la rue du Cygne et la rue Sainte-Croix vers le Pont des Trous. « Les ouvriers de la société Galère ont entrepris les sous-fondations et finalisent le réseau d’égouttage, avant d’enchaîner avec la pose des revêtements de sol », indique Benjamin Schlit, responsable du chantier pour l’agence ANMA. Le choix des matériaux déclinés sur deux niveaux est désormais bien arrêté. « Le Ravel bénéficiera

d’un revêtement en pierre bleue identique à celui qui habille déjà le quai Notre-Dame. Pour la voirie, nous avons opté pour des pavés en porphyre. Quant aux trottoirs, ils seront pavés de grès dans la continuité, là encore, du quai Notre-Dame ». Un platelage en bois privilégiant les déplacements pédestres en bordure de l’Escaut offrira un contraste harmonieux avec les parties minérales. À noter qu’un écran végétal masquera les voitures au regard des promeneurs.

Les rues du cœur de ville : un espace partagé par tous les usagers La façon de se déplacer va radicalement changer dans le futur cœur de ville. Quel que soit le moyen de locomotion, la vitesse sera limitée à 20 km/h, en principe, aux abords de la cathédrale. Ce périmètre verra l’instauration d’une zone de rencontre, qui décloisonnera radicalement la mobilité.

« Le schéma de circulation actuel avec des voiries et trottoirs bien distincts va s’effacer au profit d’un espace partagé par l’ensemble des usagers, à l’exception bien sûr du Piétonnier », commente Jean-Baptiste Briqueler (ANMA). Concrètement, il s’agira d’un espace apaisé et convivial où les automobilistes seront tenus de rouler au pas afin que les piétons et les

cyclistes puissent se mouvoir et déambuler en toute sécurité. Pour l’agence ANMA, ce concept assez novateur correspond à ce que doit être un quartier historique au 21e siècle. « De par la différenciation des matériaux au sol, le fait de se trouver dans un centre protégé et classé par l’Unesco apparaîtra comme une évidence ».

Des revêtements en harmonie avec la cathédrale Différents paramètres ont dicté le choix des revêtements de sol promis au quartier Cathédral. « Nous avons d’abord voulu privilégier une couleur qui se rapproche le plus de celle de la cathédrale Notre-Dame », commente JeanBaptiste Briqueler. « Les pierres seront d’une grande adhérence et donc très peu glissantes

quelles que soient les conditions climatiques », précise l’architecte–urbaniste parisien chargé de superviser cet ambitieux chantier de revitalisation au sein de l’agence Nicolas Michelin (ANMA). S’il est déjà possible à ce stade de définir techniquement la texture du matériau, un appel d’offres européen a été lancé afin d’obtenir les services du fabricant qui sera à même de fournir le type de revêtement recherché. Objectif : obtenir un matériau durable et une technique de pose qui le sera tout autant. Dans le cadre de ces travaux, l’agence ANMA a également étudié les différentes possibilités de calepinage, c’est-à-dire les techniques et le

4 - Tournai Cœur cathédral : votre journal de chantier

dessin d’assemblage des pavés et des matériaux. « Il s’agira d’un calepinage sur mesure, spécifique à la cité des Cinq Clochers et que l’on ne retrouvera donc nulle part ailleurs. Celui-ci se caractérisera par une graduation de la taille des pavés. Les plus gros se situeront au centre de la voirie balisée par le fil d’or et rétréciront de plus en plus à l’approche des façades. L’idée est d’améliorer les perspectives en créant une sensation d’élargissement des façades ». À part une légère pente pour l’évacuation des eaux, le projet fait abstraction des bordures en se déclinant sur un seul niveau.


➜ Les dessous de l’ Hôtel Dexia Fermé durant le chantier qui le destine à accueillir le futur Office de tourisme, l’hôtel Dexia, place Paul-Émile Janson, recèle de belles découvertes. Pour vous, nous avons poussé les portes et immortalisé les lieux.

Un jardin d’hiver sous la verrière L’arrière du bâtiment en cours de transformation va devenir un espace vert, rappelant celui qui délassait les visiteurs franchissant les portes de l’hôtel Dexia. À l’entrée de celui-ci, sous une imposante verrière qui sera remplacée par un jeu de miroirs réfléchissant la Vieille Dame, se trouvait un jardin d’hiver où poussaient toutes sortes de plantes tropicales dont des palmiers. Les différentes fonctions du défunt hôtel s’articulaient autour de cet espace central se caractérisant par son environnement végétal et exotique.

La salle Lacasse et ses peintures abstraites

Les toiles de Joseph Lacasse (1894 – 1975) ont provisoirement quitté l’ancien l’hôtel Dexia pour rejoindre le musée des Beaux-Arts. Cellesci étaient exposées dans la salle de réunion et de réception portant le nom du célèbre peintre abstrait tournaisien. Avant d’être rachetées par la Ville en même temps que le bâtiment qui accueillera l’Office du Tourisme, ces œuvres monumentales baptisées la Foi, le Défi,

du L’actualitén direct e r e ti n cha c’est sur www.tournaicoeurcathedral.eu

la Vérité, l’Europe ou encore le Pianiste, ont d’abord appartenu à la banque Paribas. La direction du groupe avait commandé à l’artiste la réalisation des six tableaux qui furent peints sur place en 1973 comme éléments décoratifs de cette pièce située à gauche du porche d’entrée. Les toiles retrouveront leur place dans le nouvel Office du Tourisme.

Un hôtel huppé au début du 20e siècle

Une cave voûtée de style roman Avant d’accueillir des activités bancaires durant la seconde moitié du 20e siècle, cette ancienne maison de maître, construite en 1914 par l’architecte Jules Wilbaux, fut un prestigieux établissement hôtelier. Réservé à une clientèle huppée, le grand hôtel de la cathédrale était surmonté d’une marquise en fer et verre. L’immeuble qui arborait sur sa façade une enseigne lumineuse du plus bel effet fut réquisitionné en 1940 par les Allemands qui y installèrent leur Kommandantur.

La valeur patrimoniale de cette élégante bâtisse réside également dans sa partie souterraine. On y découvre une cave voûtée supportée par des colonnes représentatives du style roman du 12e siècle et de l’époque de la crypte de l’hôpital Notre-Dame dont les premières traces remontent à 1125. Il pourrait s’agir des vestiges de cet hôpital, voire de la maison de chanoine

(13e siècle) à l’emplacement de laquelle fut érigé le bâtiment actuel. Rappelant la crypte de l’hôtel de ville, ce sous-sol chargé d’histoire accueillera un centre d’interprétation des cathédrales dès que l’Office du Tourisme investira le site.

Tournai Cœur cathédral : votre journal de chantier - 5


➜ Ancien – contemporain : un débat sans fin !

Le musée Reine Sophie à Madrid

L

es rapports délicats entre l’architecture contemporaine et le patrimoine ne datent pas d’aujourd’hui. Aussi loin que l’on remonte dans le temps, on peut penser que le débat opposant l’ancien au moderne a toujours existé et déchaîné les passions. Rien ne prouve d’ailleurs que les huit merveilles du monde n’aient soulevé aucune levée de boucliers d’ordre esthétique, à l’époque où ces projets pharaoniques et novateurs sortirent de terre. C’est dire combien la tâche des architectes d’hier et d’aujourd’hui, pris en tenaille entre les différentes sensibilités, s’apparente souvent à un parcours du combattant. Leur mission est pourtant d’utiliser les matériaux et technologies propres à leur époque en les associant le plus harmonieusement possible aux constructions du passé. Voici quelques exemples de sites historiques protégés ayant intégré des aménagements résolument contemporains, voire futuristes.

Aménagé dans les bâtiments d’un ancien hôpital, en plein cœur de Madrid, le musée d’art moderne Reine Sofia où est exposé Guernica, le plus célèbre tableau de Picasso, s’impose comme un modèle d’architecture urbaine contemporaine. Fin des années 80, l’architecte anglais Ian Ritchie a proposé de construire trois tours extérieures en verre, adossées à la façade principale et destinées à la circulation des visiteurs. Leur design crée une harmonieuse structure vitrée reposant sur un treillis métallique. Celle-ci abrite les ascenseurs desservant l’intérieur du musée et les différentes salles d’exposition. Ces parties nouvelles se détachent du reste, propulsant l’édifice dans le 21e siècle.

Le vitrail abstrait de la cathédrale de Cologne

Le Kruisherenhotel à Maastricht Situés en plein cœur de Maastricht, à deux pas du centre historique, l’église et le couvent de l’ordre des Croisiers ont fait l’objet d’une audacieuse reconversion. Depuis 2005, ce superbe monastère gothique datant du MoyenÂge (1438) abrite un hôtel de 60 chambres thématiques alliant luxe et ultra modernité.

Résolument design, la décoration intérieure et extérieure du Kruisherenhotel (★★★★★) porte la griffe de l’architecte mondialement connu Henk Vos. La clientèle dort avec la vue sur les vitraux et les authentiques peintures murales et de plafond, tandis que le petit-déjeuner est servi dans la nef. Transparence, espace et confort caractérisent ce complexe hôtelier encastré dans l’église et donc démontable afin de permettre aux pouvoirs publics, le cas échéant, de récupérer ce monument classé.

Le Carré d’Art à Nîmes Chargé de la réhabilitation de la place de la Maison Carrée à Nîmes (Gard), Norman Foster s’est approprié l’architecture antique des lieux pour concevoir un pendant contemporain à ce temple romain datant du 1er siècle après J-C. Constitué de verre, de béton et d’acier, le Carré d’Art abrite depuis 1993 le musée d’Art contemporain et la bibliothèque municipale classée de Nîmes. Minimaliste et transparent, ce pôle culturel fait face au monument historique bâti sous le règne de l’empereur Auguste : 2000 ans séparent cet édifice de celui imaginé par Foster. Cet architecte britannique a été choisi

pour édifier une des cinq tours du projet de reconstruction du site Ground Zéro du World Trade Center à New-York.

6 - Tournai Cœur cathédral : votre journal de chantier

En 2007, le peintre allemand Gerhard Richter a osé le pari d’intégrer un immense vitrail contemporain dans ce joyau gothique qu’est la cathédrale de Cologne. Le célèbre plasticien d’outre-Rhin a mis quatre ans pour concevoir ce vitrail abstrait de 113 m2 dont les couleurs représentent un damier pixellisé. Celui-ci procure un effet lumineux saisissant lorsque le soleil fait miroiter les 11.263 carreaux qui le composent sur le grand transept gauche. Bien avant Richter, d’autres artistes de renom (Chagall, Matisse, etc.) ont façonné des vitraux résolument modernes au cœur de prestigieux édifices religieux moyenâgeux. À l’instar de ceux de la collégiale de Nivelles qui sont en partie l’œuvre de notre défunte compatriote Marthe Wéry.


du L’actualitén direct e r e ti n cha c’est sur www.tournaicoeurcathedral.eu

➜ Tailleur de pierre :

une profession sur mesure !

Grégory Deleu aiguise ses ciseaux en vue d’attaquer la restauration des façades de la cathédrale

A

près les maîtres couvreurs, c’est au tour des tailleurs de pierre de prendre le relais et d’offrir aux façades de la nef romane une cure de jouvence.

d’ailleurs. Sur sa carte de visite figurent le beffroi de Tournai, l’église Saint-Quentin, le théâtre royal de la ville de Mons, son beffroi et sa collégiale, sans oublier la chapelle royale de Laeken et le mausolée d’Houtaing (Ath).

Originaire de Mouscron, Grégory Deleu, 33 ans, fait partie de ces précieux corps de métier tant Avant d’attaquer les façades de Notre-Dame, prisés à ce stade du chantier de la cathédrale Grégory s’est déjà rendu au chevet de l’édifice et de son immense enveloppe en réparant voici quelques mois minérale. Dans les ateliers de Sur sa carte de visite des parements au niveau des l’entreprise Monument Hainaut figure déjà le beffroi toitures ainsi que des pierres de (Vandekerckhove), il a acquis une corniche. Notre artisan tailleur de Tournai expérience aussi solide que le s’attend à devoir remplacer un matériau qu’il façonne avec dextérité. « Durant volume astronomique de pierre bleue. mon apprentissage, je réalisais à distance « On enlève la zone désagrégée sur 20 cm de des pièces pour des bâtiments historiques, profondeur pour lui substituer un bloc retaillé avec pour seul repère les indications des à l’identique. L’exécution s’effectue toujours dessinateurs ». selon la même technique. À savoir à la main Laissant aux sculpteurs le soin de restaurer les parties ornementales, Grégory s’est spécialisé dans la remise à neuf des principaux éléments architecturaux formant l’ossature d’un bâtiment classé : murs, voûtes, piliers, colonnes, frontons, balustrades, etc.

Ce n’est pas la première fois qu’il redonne du lustre à des joyaux du patrimoine d’ici et

avec pour seul outillage un ciseau en carbone et un maillet ».

Gare toutefois aux éclats ! Bien que protégé par des lunettes spéciales, ce n’est pas la première fois que Grégory se voit contraint de consulter un ophtalmologue. Hé oui, les risques du métier !

Le chantier vivant se réveille Après une petite interruption hivernale liée au démontage du gigantesque parapluie ayant protégé les maîtres-couvreurs pour la durée des travaux de couverture, les visites du chantier de restauration de la cathédrale reprendront de plus belle d’ici avril et le retour du printemps (vacances de Pâques). Redessiné en fonction de l’évolution des travaux, le parcours permettra de continuer à prendre

Des charpentes uniques en Europe

de la hauteur le long des façades tout en explorant les fouilles à l’intérieur de l’édifice. Les guides se feront un plaisir de vous faire vivre cette expérience unique au départ de l’Office du Tourisme.

Les nouvelles toitures en plomb de la cathédrale ont monopolisé à juste titre tous les regards ces derniers mois. Ce qu’il y a dessous mérite autant le détour. La Vieille Dame se distingue par un ensemble de charpentes qui n’a plus aucun secret pour Laurent Deléhouzée. « Les plus remarquables se situent au niveau du transept et datent du 12e siècle. Une flèche de charpente comme celle de la tour romane est unique en Europe », souligne l’éminent archéologue. « Les charpentes en bois du chœur gothique (13e siècle) sont également bien conservées et présentent un système de marquage parmi les plus anciens que l’on connaisse. Par contre, celles de la nef et de ses annexes ont été brûlées en 1940 avant d’être refaites en béton. Leur intérêt architectural est donc moindre ».

Poursuivez la découverte sur www.tournaicoeurcathedral.eu

Infos et réservations au 069/22.20.45.

Tournai Cœur cathédral : votre journal de chantier - 7


➜ EN IMAGES : travaux en cours

➜ Les travaux de creusement du parking souterrain sous la rue Perdue sont imminents. Parallèlement, le Conseil communal de Tournai a voté à l’unanimité une concession de travaux publics pour le futur parking qui sera aménagé sous le parc communal et la place Reine Astrid.

➜ Déconstruction. Le mot s’applique à merveille au chantier qui a débuté dans l’ancien hôtel Dexia : de la cave aux greniers, seule l’enveloppe persiste.

➜ Vestige de l’utilisation bancaire des lieux, la lourde porte du coffre-fort de l’hôtel Dexia n’aura pas résisté longtemps aux assauts des ouvriers chargés de démanteler l’immeuble.

➜ La faculté d’adaptation de la nature est sans limite. Sur l’échafaudage qui enserre la cathédrale Notre-Dame, un volatile a ainsi confectionné son nid grâce à des brindilles, mais également des colliers de serrage en PVC chapardés aux ouvriers !

➜ Depuis la mi-janvier, les bulldozers et les marteaux-piqueurs sont en action au quai des Salines. La première phase du chantier (raccordements, égouttages, sous-fondations) s’achève déjà dans la partie comprise entre la rue du Cygne, la rue Sainte-Croix et le Pont des Trous.

Éditeur Responsable IDETA – Nicolas Plouvier 11, rue Saint-Jacques - 7500 Tournai

Coordination Patricia Opsomer, Céline Thomas, Christophe Lison, Alexandre Valée

Pour la valorisation du quartier cathédral

 : auteur de projet

Pour la restauration de la cathédrale Vincent Brunelle, architecte en chef des monuments historiques : auteur de projet

Pouvoir subsidiant

Pouvoir subsidiant et maîtrise d’oeuvre

Pouvoir subsidiant

Propriétaire et maîtrise d’ouvrage

Maîtrise d’ouvrage

Évêché, Chapitre et Archives de la cathédrale

Rédaction Bruno Deheneffe

Illustrations B. Deheneffe, B. Evrard, E. Van Sloun Follea – Gautier / Languedoc Roussillon, R. Vink, Atelier 2F

Impression CPrinti - Tournai

Tirage 10.000 exemplaires

Édition Mars 2010 - Trimestriel

Contacts et informations www.tournaicoeurcathedral.eu

Accompagnement du maître d’ouvrage et coordination Gestionnaire des visites touristiques Animation et développement commerciaux

8 - Tournai Cœur cathédral : votre journal de chantier

Coordination et intégration du projet cathédrale au projet de ville Avec le soutien de l’Union européenne, de la Région wallonne, du Commissariat Général au Tourisme, de la Province de Hainaut, de la Ville de Tournai et de l’agence de développement intercommunale IDETA. Le Fonds Européen de Développement Régional et la Région wallonne investissent dans votre avenir.

GRATUIT - Ne pas jeter sur la voie publique

Les partenaires du projet investissent

Gazette de chantier-3  

Revitalisation du coeur de Tournai et restauration de la cathédrale Notre-Dame : votre journal de chantier

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you