Issuu on Google+

janvier 䉴 01.01

● Le ministère de l’Intérieur déclare que 372 voitures ont été brûlées dans la nuit de la Saint-Sylvestre, contre 397 l’année dernière. En fait, dix jours plus tard, le bilan sera, discrètement, porté à 878 véhicules détériorés.

䉴 02.01

● Encore tolérée le 1er janvier, la cigarette n’a plus droit de cité. Après les entreprises, c’est l’entrée en vigueur de la loi sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics (bars, cafés, restaurants, hôtels, débits de tabac, casinos, cercles de jeux et discothèques). Les débats et les polémiques, plus ou moins fumeux, font rage autour du principe menacé de liberté individuelle, et de la fin de la sociabilité dans les cafés. Les anthropologues vont pouvoir étudier le peuple du trottoir, celui des fumeurs qui y trouvent leur dernière zone de tolérance. ● Le baril de pétrole atteint les 100 dollars. Pétrole apocalypse (2005), l’essai du député Vert Yves Cochet, semble tenir ses paris. Le concept de « peak oil » (pic historique à partir duquel l’exploitation pétrolière entame son déclin inexorable) s’installe dans les débats et les controverses. Conseiller de Nicolas Hulot et polytechnicien, Jean-Marc Jancovici, avec ses analyses pessimistes et sa théorie sur une fiscalité carbone et la taxation, sans tarder, des énergies fossiles, devient la coqueluche des médias.

䉴 08.01

● Nicolas Sarkozy annonce, sans crier gare, et sans que sa propre ministre de la Culture en ait été informée au préalable, sa volonté de supprimer totalement la publicité sur les chaînes publiques, dès 2009. Cet oukase déclenche une vague d’inquiétudes et de protestations, et le 13 février, une grève massive de l’audiovisuel public, sans précédent depuis l’éclatement de l’ORTF au siècle dernier. ● François Nourissier, 80 ans, considéré comme le deus ex machina des prix littéraires, démissionne du jury Goncourt pour des raisons de santé.

䉴 10.01

● La garde des Sceaux, Rachida Dati, durcit son projet de loi sur la rétention de sûreté. La ministre envisage la création de « centres fermés » pour criminels dangereux qui pourraient y être enfermés pour une durée indéterminée à leur sortie de prison. DISPARU

Le chanteur CARLOS, fils de Françoise Dolto, auteur de Big Bisou, à l’âge de 64 ans à Paris.

DISPARU

GEORGES HERSCHER, éditeur, 87 ans, à Paris. À la tête des éditions du Chêne dans les années 1970, on lui doit d’avoir publié les plus grands photographes : Henri Cartier-Bresson, Jacques-Henri Lartigue, Richard Avedon, Brassaï ou Robert Doisneau.

䉴 15.01

11

Janvier


䉴 16.01

● Une première en France : la justice reconnaît le principe d’un préjudice écologique. Total SA, propriétaire du pétrole transporté, poursuivi pour « faute d’imprudence » lors de son « vetting » (inspection des pétroliers), l’armateur Giuseppe Savarese et le gestionnaire Antonio Pollara, épinglés pour « faute caractérisée », sans oublier la société de classification Rina, sont bien considérés comme les auteurs de la catastrophe de la marée noire de l’Erika en 1999. Ils sont condamnés à verser solidairement 192 millions d’euros de dommages-intérêts aux parties civiles. Total a fait appel de cette décision mais verse les dommages et intérêts. Après sept ans d’enquête, un procès marathon de 4 mois d’audience, 230 heures de débats et de témoignages, 7 mois de délibéré, cette décision de justice ouvre une nouvelle ère pour les associations de défense de l’environnement (comme Greenpeace qui faisait partie des plaignants), ou les collectivités gérant des espaces naturels. Ils ont le droit de « demander réparation, non seulement du préjudice matériel et du préjudice moral, directs ou indirects, causés aux intérêts collectifs qu’elles ont pour objet de défendre, mais aussi de celui résultant de l’atteinte portée à l’environnement ». ● Jack Lang est élu président de l’Institut Mémoires de l’Édition contemporaine (Imec) où il succède à Christian Bourgois.

DISPARU

PIERRE LAMBERT, de son vrai nom Pierre Boussel, dirigeant du Parti des Travailleurs, 87 ans, à Paris. Composante du mouvement trotskyste, férocement anti-stalinien, il a formé des générations de jeunes révolutionnaires, à l’instar d’un certain Lionel Jospin. Durant la guerre d’Algérie, Lambert soutenait le MNA de Messali Hadj, plutôt que le FLN. En 1988, sa candidature à la présidentielle lui aura permis de recueillir 0,38 % des suffrages. Sa mémoire est saluée, entre autres, dans le n° 529 de La Raison, le mensuel de la libre-pensée, sous la plume de Marc Blondel, ancien responsable de Force Ouvrière.

䉴 18.01

● La philosophe Chantal Delsol fait son entrée à l’Académie des sciences morales et politiques à l’Institut de France.

DISPARU

FRÉDÉRIC DE TOWARNICKI, essayiste, 87 ans, à Paris. Né en Autriche, arrivé en France à l’âge de 5 ans, il rencontre en 1945 le philosophe qui décide de sa carrière, Martin Heidegger, dont il contribuera à introduire la pensée en France.

䉴 23.01

● Jacques Attali remet au président de la République et au Premier ministre, le rapport de la Commission pour la libération de la croissance (www.liberationdelacroissance.fr). Ce think tank éphémère est calqué sur un précédent de 1960, celui du « Rapport du comité pour la suppression des obstacles à l’expansion », de Jacques Rueff et Louis Armand. Huit « ambitions » structurent le rapport 2008, dont celle, en tête, de « préparer la jeunesse à l’économie du savoir et de la prise de risque », ou encore de « participer pleinement à la croissance mondiale et devenir le champion de la nouvelle croissance ». Le rapport propose des pistes volontaristes telles que la création de 10 grands pôles d’enseignement supérieur, d’une agence pour les TPE/PME, ou bien, à l’instar des villes nouvelles, l’aménagement d’Ecopolis (villes écolos de 10 000 habitants) sur le territoire, tout en réduisant dès 2008, la part des dépenses publiques. Certaines idées suscitent tout de suite des remous : la suppression des départements ou de la carte scolaire, ou l’éradication des niches fiscales et des tribunaux de commerce. La dérégle-

CHRONOLOGIE

12


FOCUS

Barnum humanitaire

La justice française a prononcé une peine de substitution de huit ans de prison à l’encontre des six membres de l’Arche de Zoé. Le tribunal de Créteil a ainsi commué la peine tchadienne, en décembre 2007, de huit ans de travaux forcés pour tentative d’enlèvement. Les condamnés – Eric Breteau, Emilie Lelouch, Alain Péligat, Philippe van Winkelberg, Dominique Aubry et Nadia Merimi – avaient tenté de sortir cent trois enfants du pays, prétextant qu’il s’agissait d’« orphelins du Darfour ». Finalement, ces « apprentis humanitaires » ont bénéficié, le 31 mars dernier, de la grâce présidentielle tchadienne et d’une libération immédiate. Au-delà de la rocambolesque aventure d’une association plus que douteuse et des démêlés judiciaires qui en ont découlé, cette affaire a ouvert des débats à la fois sur les limites de l’action humanitaire et sur la réalité du génocide au Darfour. Interrogé sur cette affaire, l’ancien président de Médecins sans frontières, Rony Brauman, estime que de tels débordements ont été rendus possibles grâce à « la surenchère qui port(ait) sur l’intensité de la violence et sur la nature même » de la crise dans ce pays. « Il y a eu dramatisation d’une situation déjà extrêmement sérieuse. Différentes personnalités se sont attachées à mobiliser le genre humain, pour en faire le premier génocide du XXIe siècle. Des gens comme Bernard Kouchner, Bernard-Henri Lévy ou les membres du collectif Darfour n’ont, en outre, cessé de dire que quasiment rien n’était fait pour ces populations. Or, il y avait indiscutablement le dispositif humanitaire le plus important et le plus massif que l’on n’ait jamais vu. » Rony Brauman trouve « frappant cette obsession de débusquer des génocides » et regrette qu’elle « absolutise la situation, dépasse les complexités d’une guerre – avec ses compromis et ses enjeux – pour sortir du terrain de la politique et se mettre sur celui de la morale ». Ce côté rédempteur lui semble assez dangereux, car les professionnels de l’humanitaire n’ont « pas vocation à remodeler les sociétés, à fournir une sorte d’exemple moral ». Au contraire, pour ce qui est de la médecine en tout cas, « l’humanitaire est une forme de secours ponctuel, qui a du sens dans un contexte de crise majeure et d’événements graves, mais qui ne peut pas être un modèle d’organisation sociale ». Les dérives de l’Arche de Zoé symbolisent, selon lui, une certaine conception victimaire du monde « qui voit les gens comme des ayants droit, des organismes affaiblis qu’il faut nourrir, redresser et cela sans aucune médiation ». Se référant à la philosophe Hannah Arendt, l’essayiste et professeur à Sciences Po y voit même un risque de totalitarisme. « L’urgence de la souffrance impose alors l’urgence du remède et la victime, en tant que concept, brise toute vision pluraliste du monde : ce qui importe est de mettre fin à la souffrance. De la pitié éprouvée pour la victime à la terreur exercée pour remédier à cette souffrance, il n’y a qu’un pas, que le totalitarisme a franchi. Il faut prendre ses distances et considérer que des êtres plongés dans la détresse ne sont pas que cela. Ils sont aussi des êtres pensants. » ❂ L.U.

13

Janvier


mentation de professions comme les pharmaciens et les chauffeurs de taxi suscite une forte levée de boucliers socioprofessionnels. Selon le bilan de la commission Attali, 228 propositions, sur les 316 proposées à Nicolas Sarkozy, ont été appliquées en 2008, dont 138 « dans un esprit fidèle au rapport », comme la très polémique « laisser le libre choix au salarié de poursuivre une activité après 65 ans ». De leur côté, la Forge, cercle de réflexion en ligne des parlementaires Noël Mamère et Benoît Hamon, propose une contre-expertise du rapport Attali (http://la-forge.info).

䉴 24.01

● La Société Générale se résout à révéler une fraude massive au sein de la 3e banque française, fraude ayant occasionné la perte de 4,9 milliards d’euros, la plus importante de l’histoire de la finance. Le courtier, responsable de la spéculation frauduleuse, Jérôme Kerviel, est mis en examen le 28. Cette perte, ajoutée à la crise des subprimes (crédits immobiliers américains), a fait perdre 7 milliards d’euros à l’organisme bancaire qui essuie les premières broncas politiques de l’année sur une « régulation » nécessaire du capitalisme fou.

䉴 27.01

● 220 000 visiteurs enregistrés au 35e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, sous les auspices du dessinateur Muñoz. Le jury décerne son grand prix au tandem Dupuy & Berbérian, auteurs de la série bobo « Monsieur Jean ». C’est un auteur australien, Shaun Tan, qui se voit décerner le prix du meilleur album pour son magnifique Là où vont nos pères (Dargaud). Le cru 2008 renoue avec un succès populaire, le retour d’éditeurs comme Fluide Glacial, la présence du mythologique Panini et la présence remarquée d’éditeur (Xiao Pan) et d’auteurs (Ji di, Pocket Chocolate) chinois.

䉴 31.01 L’actrice Sandrine Bonnaire, qui pour la circonstance est devenue réalisatrice, voit son premier film documentaire sur sa sœur autiste, Je m’appelle Sabine, sortir en salles.

CHRONOLOGIE

14


février 䉴 01.02

● Le succès de l’exposition « L’Enfer de la Bibliothèque. Eros au secret », qu’organise la Bibliothèque nationale de France, est tel, qu’il est décidé de prolonger la manifestation jusqu’au 22 mars. En effet, plus de 800 visiteurs par jour, en moyenne, viennent découvrir ces livres « contraires aux bonnes mœurs » , comme les ouvrages rares du rayon Curiosa, des estampes japonaises, mais aussi des films érotiques au temps du muet, ou encore des photographies pornographiques.

䉴 02.02

● La veille est sorti en librairie, le féroce et satirique Chronique du règne de Nicolas Ier (Grasset), de l’académicien Goncourt Patrick Rambaud, qui va s’avérer être l’un des succès de l’année. Nicolas Sarkozy, président de la République, jugé par l’opinion trop « bling-bling » et qui subit de mauvais sondages de mois en mois, épouse, en troisièmes noces, et à l’Élysée même, la chanteuse et ancienne top-model italienne Carla Bruni Tedeschi. « La première dame de France » atypique sortira son CD Comme si de rien n’était, au succès commercial mitigé. Elle n’échappera pas à l’œil de lynx de Patrick Rambaud.

䉴 04.02

● La Constitution, par 560 voix contre 181, est révisée par le Parlement réuni en Congrès à Versailles. C’est un préalable à la ratification du traité européen de Lisbonne, qui est votée le 8, et moins de deux ans après le « non » français au référendum. ● Le Syndicat de la Librairie française, la Fédération française syndicale de la Librairie et la CFDT parviennent à un accord sur la nouvelle grille salariale de la librairie, dont les minima sont maintenant au-dessus du Smic. Le premier échelon salarial d’un libraire est désormais fixé à 1 310 euros brut.

䉴 05.02

● L’historien de la littérature Antoine Compagnon, le critique de théâtre Gilles Costaz et le directeur de la Bibliothèque publique d’information (BPI) Thierry Grognet, prennent respectivement la présidence des commissions « Littérature classique et critique littéraire », « Théâtre » et « Diffusion » du CNL (Centre national du livre).

䉴 06.02

● Bernard Tapie, ancien président de l’Olympique de Marseille a perdu en deuxième instance le procès en diffamation qu’il avait intenté à Jean-Jacques Eydelie, ancien joueur du club pour son témoignage Je ne joue plus, et son éditeur l’Archipel. ● Mediapart contre Media participations : le futur journal d’information en ligne, et par abonnement payant, d’Edwy Plenel, ancien directeur des rédactions du Groupe Le Monde, qui démarre le 16 mars, et le groupe d’édition de Vincent Montagne (Dargaud, Dupuis, Le Lombard, Fleurus, Mango…) qui l’avait assigné pour « contrefaçon de marque » parviennent à un gentlemen’s agreement. Les deux entités délimitent précisément leur domaine d’intervention, et les conditions d’utilisation de leur nom respectif.

15

Février


䉴 08.02

● Fin d’une ère esthétique : Polaroid annonce la fin de la fabrication de ses films.

䉴 09.02

● La culture du maïs transgénique de l’Américain Monsanto, est interdite sur le territoire français, en application du « principe de précaution ». En mars, le documentaire diffusé sur Arte, ainsi que le livre d’enquêtes, Le Monde selon Monsanto (La Découverte), par la journaliste Marie-Hélène Robin, marquent l’opinion française, particulièrement réceptive à la question des OGM.

䉴 11.02 DISPARU

BORIS SCHREIBER, écrivain, 84 ans, à l’hôpital américain de Neuilly. Il fut lauréat du Prix Renaudot en 1996 pour Un silence d’environ une demi-heure (Le Cherche midi).

DISPARU

HENRI SALVADOR, chanteur, 90 ans, à Paris, deux mois après avoir fait ses adieux à la scène.

䉴 13.02

䉴 17.02

● Le Journal officiel publie la réforme de la carte des tribunaux français. Elle prévoit la suppression de 23 des 181 tribunaux de grande instance (TGI), de 178 des 473 tribunaux d’instance, ainsi que 55 des 239 tribunaux de commerce.

䉴 18.02

DISPARU

ALAIN ROBBE-GRILLET, écrivain et cinéaste, 85 ans, à Paris. L’ancien ingénieur agronome était considéré comme le chef de file du « nouveau roman ». Il avait été élu à l’Académie française en 2004, mais n’avait toujours pas été reçu. Outre Les Gommes (1953), Le Voyeur (1955) et La Jalousie (1957), cet écrivain très apprécié par l’université de New York (NYU) où il enseigna pendant plus de vingt ans, laisse également une œuvre de cinéaste marquée par l’érotisme. Il avait écrit en 1961 pour Alain Resnais le scénario et les dialogues de L’Année dernière à Marienbad.

䉴 19.02

● Jean-Robert Pitte, candidat malheureux pour un autre mandat à la présidence de La Sorbonne, géographe et essayiste, est nommé membre de la commission « politique numérique » du CNL. Objectif : donner un avis sur les demandes d’aide aux projets français de contribution à une future Bibliothèque numérique européenne (BNUE). ● L’incroyable succès de Millenium du Suédois Stieg Larsson intrigue la presse française. Publiée dans 19 pays, vendue à 2 millions d’exemplaires en Suède, cette trilogie de romans noirs politiques, éditée en France par Actes Sud, figure depuis plus de dixneuf semaines dans les dix meilleures ventes de classement Livres Hebdo/Ipsos. Le premier tome, Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, s’apprête à être adapté au cinéma et sortira en Scandinavie au printemps 2009.

CHRONOLOGIE

16


䉴 20.02

● Premières projections de Bienvenue chez les Ch’tis dans le Nord-Pas-de-Calais, de Dany Boon, avec Kad Merad. Le démarrage est fulgurant et annonce le succès amplificateur de l’exploitation nationale en salles, à partir du 27 février. Plus de vingt millions d’entrées vont en faire le phénomène cinématographique mais aussi de culture et de société de l’année, dont les explications sur le succès n’ont pas fini d’être épuisées. On envisage même d’adopter, dès 2009, dans le dictionnaire, le mot « biloute » (petit gars ou petite bite), expression récurrente du film.

䉴 22.02

● Le César du meilleur film français de l’année 2007 consacre La Graine et le Mulet d’Abdellatif Kechiche. Remarqué également, La Môme, d’Olivier Dahan, qui récolte quatre Césars techniques, et celui de la meilleure actrice, attribuée à Marion Cotillard, pour son rôle très incarné d’Edith Piaf, et qui se verra décerner un tonitruant Oscar.

䉴 23.02

● Comme tous les autres chefs d’État français, Nicolas Sarkozy avait accepté en 2007, mais avec une délectation appuyée, le titre de chanoine d’honneur de la basilique romaine de Saint-Jean-de-Latran. De l’attribution de ce titre honorifique, il en avait conçu une séquence de communication spectaculaire, en se déplaçant à Rome, le 20 décembre, pour le recevoir et tenir son discours sur la « laïcité positive ». Le chanoine républicain envoie ses vœux à quatre diacres – dont deux Français – ordonnés dans cette basilique. Ces vœux à l’occasion de la cérémonie sont prononcés par l’abbé Laguérie, qui est le chef de file des traditionalistes dont font partie ces nouveaux diacres. ● Le 26 février, Libération consacre sa une à la laïcité en danger, et s’associe à l’appel « Sauvegardons la laïcité de la République », lancé par la Ligue de l’enseignement qui revendique le recueil de 100 000 signatures.

䉴 28.02

● « Je me suis racontée une vie, une autre vie. Je demande pardon. » Scandale littéraire : Misha Defonseca avoue au journaliste du Soir, Marc Metdepenningen, que son histoire autobiographique, Survivre avec les loups, était entièrement le fruit de son imagination. Le quotidien belge s’apprêtait à publier son enquête alors que la réalisatrice Véra Belmont venait d’adapter au cinéma, cette histoire romanesque d’une enfant juive, rescapée de la Shoah, parcourant des centaines de kilomètres dans la neige, accompagnée et protégée par des loups. Depuis sa sortie en France le 16 janvier, six millions de personnes ont vu ce film. L’auteur s’appelle en réalité, Monique de Wael, sa judéité était fictive et depuis l’enfance, souffrait que son père soit considéré comme un traître, après que les Allemands l’ont arrêté et torturé.

17

Février


FOCUS

J’irai pleurer sur vos tombes J’irai cracher sur vos tombes est un livre maudit de Boris Vian. Écrit sous le pseudonyme de Vernon Sullivan et publié, en 1946, par les éditions du Scorpion, il est tombé sous le coup de la censure en 1949, pour atteinte aux bonnes mœurs. Violent, sexuel et cru, le roman raconte les aventures et la vengeance de Lee Anderson, un Noir à la peu blanche, quittant sa ville natale du sud des États-Unis, parce que son frère a été lynché pour avoir aimé une Blanche. Le 23 juin 1959, Boris Vian doit assister à la première de J’irai cracher sur vos tombes, adapté au cinéma. L’écrivain pataphysicien avait lui-même écrit le scénario, avec Jacques Dopagne. Mais semble-t-il, les producteurs ont pris quelque liberté avec le texte et les intentions. Pour l’auteur, il s’agit là d’un film catastrophique, qu’il a déjà dénoncé par avance, souhaitant faire enlever son nom au générique. Quelques minutes après que la projection a commencé, Boris Vian s’écroule dans son fauteuil, victime d’une crise cardiaque qui l’emporte. Près de 50 ans plus tard, la 3e chambre civile du tribunal de grande instance de Paris condamne les sociétés Vega Productions et Opening à verser 50 000 euros de dommages et intérêts aux héritiers de Boris Vian pour avoir édité en DVD et sans leur accord le film J’irai cracher sur vos tombes. Le tribunal a jugé que les sociétés de production avaient « commis des actes de contrefaçon portants atteinte aux droits patrimoniaux » des ayants droit de l’écrivain, rappelant que « tout acte d’exploitation d’une œuvre de collaboration exige le consentement de tous ses coauteurs ou, après le décès de ceux-ci, de leurs ayants droit ». Depuis 1981, les héritiers n’ont accordé aucune autorisation de ce type. En 2009, on célébrera le cinquantenaire de la disparition de Boris Vian, petit génie multiforme. ❂ E.L.

CHRONOLOGIE

18


mars

䉴 07.03

● Dans une tribune du Monde, le médiologue Régis Debray raconte qu’il vient d’apprendre qu’une commission mise en place par l’Elysée et présidée par Marc Levy, PaulLoup Sulitzer et Michel-Edouard Leclerc aura pour objectifs de « réformer la lecture et moderniser le livre ». C’est un canular, en même temps qu’un texte qui s’émeut de quelques tendances contemporaines.

䉴 10.03

● Facebook lance sa version française.

䉴 11.03

DISPARU

ADAM RAYSKI, historien, 94 ans, à Paris. Cofondateur en 1943 du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), il a écrit plusieurs livres sur l’histoire de la résistance juive en France dont Le choix des Juifs sous Vichy (1992). L’article nécrologique dans Le Monde signé par l’historien Gérard Courtois, ancien co-auteur du disparu mais dont les liens s’étaient distendus, suscite une vive réaction du fils d’Adam Rayski, Benoît Rayski qui demande, en vain, un droit de réponse. Gérard Courtois maintient ses propos, et même les durcit dans un nouveau texte diffusé sur le site du Meilleur des mondes, en qualifiant notamment Adam Rayski de « stalinien fanatique ». On ne meurt que deux fois.

DISPARU

LAZARE PONTICELLI, dernier des 8,5 millions de «poilus » français de la Grande Guerre, 110 ans, alors que l’on arrive dans le 90e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale 1914-1918.

䉴 12.03

䉴 13.03

● Le groupe NTM annonce son retour.

䉴 14.03

● L’ouverture du 28e Salon du livre, à Paris, durant six jours, augure une manifestation littéraire en petite forme. Il y sera observé une baisse de fréquentation de l’ordre de 8 %, soit 165 000 visiteurs enregistrés, selon le Syndicat national de l’édition (SNE). Ce qui n’empêche pas la romancière Anna Gavalda de se lancer dans un marathon de huit heures de dédicaces, selon Livres Hebdo. Le pays invité du cru 2008 est Israël, ce qui engendre certaines tensions et désaffections, notamment de la part d’éditeurs du Maghreb et même, une alerte d’attentat qui conduit à l’évacuation du public, durant une heure, le dimanche. Par ailleurs, une

19

Mars


vigoureuse campagne d’appel au boycottage a été menée, depuis Jérusalem, par Omar Barghouti, réclamant la mise au ban d’Israël au Salon du livre de Turin en mai, et par ricochet, à Paris. Néanmoins, le Pavillon d’honneur rencontre un vrai engouement. L’un des temps forts du Salon a été la rencontre avec trois stars principales de la littérature israélienne contemporaine, par ailleurs réunies dans le mouvement « La paix maintenant » : David Grossman, Avraham B. Yehoshua et Amos Oz.

䉴 17.03

● Sur fond d’abstention record (35 %), la gauche remporte les élections municipales et cantonales, avec des victoires à Toulouse, Strasbourg, Caen, Reims, Metz, Amiens ou Blois. Elle gagne huit conseils généraux, la droite deux.

䉴 18.03

● Le gouvernement de François Fillon procède à un remaniement, avec six nouveaux secrétaires d’État. Douze ministres voient leurs attributions modifiées ou élargies. Aux parlementaires de sa majorité, le Premier ministre affirme que la droite a pourtant gagné « la bataille des idées ». (Lire La fabrique des idées • « Think tanks. La guerre des cerveaux se met en ordre de bataille », p. 215)

䉴 21.03

● Le roi est nu (Laffont), le pamphlet du directeur de la rédaction de Libération, Laurent Joffrin, entre dans le classement des meilleures ventes des essais. C’est une réponse directe du journaliste à Nicolas Sarkozy qui l’avait vivement critiqué pour une question jugée déplacée à l’occasion de la conférence de presse présidentielle du 8 janvier. Laurent Joffrin lui avait demandé s’il n’avait pas le sentiment d’exercer une « monarchie présidentielle ». « Un homme cultivé comme vous, dire une aussi grosse bêtise », s’était énervé le président durant un monologue de longues minutes.

䉴 25.03

● P-DG de la Fnac depuis 2003, Denis Olivennes annonce qu’il quitte ses fonctions pour rejoindre avant l’été, Le Nouvel Observateur en tant que directeur général délégué. Il deviendra directeur de la publication et président du directoire du grand newsmagazine de gauche français. Un souhait de Claude Perdriel, 82 ans, propriétaire de l’hebdomadaire et son actuel P-DG, qui prépare sa succession en douceur.

䉴 27.03

● Le Club des 13 publie son rapport sur le financement du cinéma. ● Une première historique : La Poste verse un dividende de 14,1 millions d’euros à son actionnaire, l’État.

䉴 30.03

● Le Français Jean Nouvel lauréat du prix Pritzker, le plus prestigieux de l’architecture mondiale. Il a dessiné et conçu le Musée du quai Branly, la Fondation Cartier et l’Institut du Monde Arabe à Paris.

CHRONOLOGIE

20


FOCUS

L’euthanasie en question et en actes Ce mois de mars, l’annonce du suicide de la Française Chantal Sébire télescope celle de l’écrivain flamand Hugo Claus. La première, Chantal Sébire, 52 ans, parce qu’atteinte d’une tumeur incurable qui la défigure après avoir en vain sollicité auprès de la justice et du président de la République, le droit à l’euthanasie, puis fortement médiatisé son cas, est retrouvée morte à son domicile près de Dijon. L’enquête conclut à un suicide aux barbituriques. Décédé à Anvers, Hugo Claus suscite l’émotion et la réflexion également. Romancier, cinéaste, dramaturge, auteur d’une centaine d’ouvrages dont Le Chagrin des Belges, truculente empoignade de la médiocrité réactionnaire, et de la collaboration avec les nazis, il n’est pas qu’une haute figure de l’intelligentsia belge, et l’un des derniers témoins du mouvement Cobra. Alors qu’il n’était encore qu’au premier stade de la maladie d’Alzheimer, l‘écrivain de 78 ans, souvent cité comme prix Nobel de littérature possible, a choisi de mourir par euthanasie et demandé à ce qu’on l’assiste comme il est prévu en Belgique, Depuis la mort de Vincent Humbert en 2003 et le combat de sa mère en faveur d’une légalisation de l’euthanasie, le débat éthique ne cesse de rebondir en France. Cette année encore, un livre L’autodélivrance assistée et l’euthanasie d’exception milite pour l’euthanasie : il a été écrit par le neuropsychiatre et anthropologue, Jean Guilhot, soutenu par la députée UMP, des hautes Alpes, Henriette Martinez. Par ailleurs, cette élue est membre de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). ❂ E.L.

21

Mars


Premier trimestre 2008