Page 1

1

Les Ateliers du développement durable

17 et 18 octobre 2007

4e édition des Ateliers du développement durable Développement durable et changement climatique : les enjeux de la lutte contre l’effet de serre et les solutions d’adaptation

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


2

Les Ateliers du développement durable

Sommaire Atelier 1.1 ENERGIE / Les programmes « Bois – énergie » au service du développement durable .............................................................................................................................................. 6 En bref ................................................................................................................................................ 6 Résumés des interventions ................................................................................................................ 6 Perspectives ....................................................................................................................................... 8

Atelier 1.2 ENERGIE / L’application du « Bilan carbone® » de l’ADEME ...................................... 9 En bref ................................................................................................................................................ 9 Résumés des interventions ................................................................................................................ 9 Perspectives ..................................................................................................................................... 12

Atelier 1.3 ENERGIE / La construction durable appliquée au parc de logement existant ......... 13 En bref .............................................................................................................................................. 13 Résumés des interventions .............................................................................................................. 13 Perspectives ..................................................................................................................................... 14

Atelier 1.4 ENERGIE / Les Certificats d’économie d’énergie : approches techniques et stratégiques .................................................................................................................................... 15 En bref .............................................................................................................................................. 15 Résumés des interventions .............................................................................................................. 15 Perspectives ..................................................................................................................................... 18

Atelier 2.1 BIODIVERSITE / Adaptation des espèces au changement climatique...................... 19 En bref .............................................................................................................................................. 19 Résumés des interventions .............................................................................................................. 19 Perspectives ..................................................................................................................................... 21

Atelier 2.2 RISQUES / Adaptation au phénomène caniculaire dans les milieux urbains........... 22 En bref .............................................................................................................................................. 22 Résumés des interventions .............................................................................................................. 22 Perspectives ..................................................................................................................................... 25

Atelier 2.4 RISQUES / Sécheresse, incendies, mouvements de terrain…Quels impacts du dérèglement climatique pour quelles solutions et adaptions ? ............................................. 26 En bref .............................................................................................................................................. 26 Résumés des interventions .............................................................................................................. 26 Perspectives ..................................................................................................................................... 28

Atelier 3.3 POLITIQUES ECONOMIQUES / Impact du changement climatique sur l’activité touristique en France ...................................................................................................... 29 En bref .............................................................................................................................................. 29 Résumés des interventions .............................................................................................................. 29 Perspectives ..................................................................................................................................... 31

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


3

Les Ateliers du développement durable

Atelier 3.4 POLITIQUES ECONOMIQUES / Transferts de technologies les plus innovantes et Solidarité Nord/Sud................................................................................................. 32 En bref .............................................................................................................................................. 32 Résumés des interventions .............................................................................................................. 32 Perspectives ..................................................................................................................................... 34

Atelier 4.1 DECHETS / Gestion des déchets et valorisation énergétique ................................... 35 En bref .............................................................................................................................................. 35 Résumés des interventions .............................................................................................................. 35 Perspectives ..................................................................................................................................... 38

Atelier 5.1 EAU / Optimisation de la ressource et adaptation au changement climatique ........ 39 En bref .............................................................................................................................................. 39 Résumés des interventions .............................................................................................................. 39 Perspectives ..................................................................................................................................... 40

Atelier 5.2 EAU / Distribution, production d’eau potable et énergies renouvelables................. 41 En bref .............................................................................................................................................. 41 Résumés des interventions .............................................................................................................. 41 Perspectives ..................................................................................................................................... 43

Atelier 5.3 TRANSPORTS / Réinventer et repenser les déplacements : PDU et mobilité douce............................................................................................................................................... 44 En bref .............................................................................................................................................. 44 Résumés des interventions .............................................................................................................. 44 Perspectives ..................................................................................................................................... 46

Atelier 5.4 DEPLACEMENT / Ville dense, ville durable : optimisation de l’organisation des déplacements........................................................................................................................... 47 En bref .............................................................................................................................................. 47 Résumés des interventions .............................................................................................................. 47 Perspectives ..................................................................................................................................... 49

Atelier 6.1 EDUCATION / Agenda 21 scolaires ............................................................................. 50 En Bref .............................................................................................................................................. 50 Résumés des interventions .............................................................................................................. 50 Perspectives ..................................................................................................................................... 51

Atelier 6.2 EDUCATION / Quels partenariats entre communauté éducative et institutions pour réussir le pari de l’éducation au développement durable ?................................................ 53 En bref .............................................................................................................................................. 53 Résumés des interventions .............................................................................................................. 53 Perspectives ..................................................................................................................................... 55

Atelier 6.4 ECO-QUARTIER / Construction durable et éco-quartier ............................................ 56 En bref .............................................................................................................................................. 56 Perspectives ..................................................................................................................................... 57

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


4

Les Ateliers du développement durable

Atelier 7.1 HABITAT / Impact de l’énergie sur les charges locatives .......................................... 58 En bref .............................................................................................................................................. 58 Résumés des interventions .............................................................................................................. 58 Perspectives ..................................................................................................................................... 60

Atelier 7.2 HABITAT / L’utilisation de nouveaux matériaux dans la construction...................... 61 En bref .............................................................................................................................................. 61 Résumés des interventions .............................................................................................................. 61 Perspectives ..................................................................................................................................... 63

Atelier 7.3 HABITAT / Prise en compte des enjeux climatiques dans la construction et la rénovation du logement social ...................................................................................................... 64 En bref .............................................................................................................................................. 64 Résumés des interventions .............................................................................................................. 64 Perspectives ..................................................................................................................................... 66

7.4 HABITAT / Prise en compte du défi énergétique dans les PLH et outils de planification .................................................................................................................................... 67 En bref .............................................................................................................................................. 67 Résumés des interventions .............................................................................................................. 67 Perspectives ..................................................................................................................................... 68

Atelier 8.1 COMMANDE PUBLIQUE RESPONSABLE / Prise en compte des enjeux climatiques dans les investissements publics............................................................................. 69 En Bref .............................................................................................................................................. 69 Résumés des interventions .............................................................................................................. 69 Perspectives ..................................................................................................................................... 70

Atelier 8.2 COMMANDE PUBLIQUE RESPONSABLE / L’éco conditionnalité des aides publiques ........................................................................................................................................ 71 En bref .............................................................................................................................................. 71 Résumés des interventions .............................................................................................................. 71 Perspectives ..................................................................................................................................... 73

Atelier 8.3 COMMANDE PUBLIQUE RESPONSABLE / Les critères de développement durable dans les achats ................................................................................................................. 74 En bref .............................................................................................................................................. 74 Résumés des interventions .............................................................................................................. 74 Perspectives ..................................................................................................................................... 75

Atelier 8.4 COMMANDE PUBLIQUE RESPONSABLE / La clause sociale dans les marchés publics ............................................................................................................................. 76 En bref .............................................................................................................................................. 76 Résumés des interventions .............................................................................................................. 76 Perspectives ..................................................................................................................................... 77

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


5

Les Ateliers du développement durable

Atelier 9.1 POLITIQUES TERRITORIALES / L’Agenda 21 comme programme d’action du territoire face au changement climatique ..................................................................................... 79 En bref .............................................................................................................................................. 79 Résumés des interventions .............................................................................................................. 79 Perspectives ..................................................................................................................................... 81

Atelier 9.2 POLITIQUES TERRITORIALES / Le conseil en énergie partagée .............................. 82 Résumés des interventions .............................................................................................................. 82

Atelier 9.3 POLITIQUES TERRITORIALES / L’enjeu climatique dans les contractualisations et les fonds structurels (CPER, FEDER, FSE) ............................................. 84 En bref .............................................................................................................................................. 84 Résumés des interventions .............................................................................................................. 84 Perspectives ..................................................................................................................................... 85

Atelier 10.3 PERSONNES AGEES / Réchauffement climatique et accompagnement des personnes âgées dépendantes...................................................................................................... 87 En bref .............................................................................................................................................. 87 Résumés des interventions .............................................................................................................. 87

Plénière 2 / Quels outils territoriaux pour la gestion du changement climatique ...................... 90 L’Agenda 21 de Poitiers.................................................................................................................... 90 L’Agenda 21 de la Gironde ............................................................................................................... 90 Le Plan climat de Nantes.................................................................................................................. 91 Le Plan climat d’Aquitaine ................................................................................................................ 91 L’importance de l’échelle territoriale ................................................................................................. 92

Plénière 3 / Impacts et opportunités économiques consécutifs au changement climatique........................................................................................................................................ 93 Saisir les opportunités des écotechnologies .................................................................................... 93 Favoriser une économie circulaire.................................................................................................... 93 Mutualiser les expériences ............................................................................................................... 94 La comptabilité au service du développement durable .................................................................... 94 Les coûts du réchauffement climatique et leur localisation .............................................................. 95

Clôture............................................................................................................................................. 96 SIGLES ............................................................................................................................................ 97

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


6

Les Ateliers du développement durable

Atelier 1.1 ENERGIE / Les programmes « Bois – énergie » au service du développement durable

Animation : Philippe LAVILLE, Président, Centre régional Eco-énergétique d’Aquitaine

En bref La filière bois-énergie se présente comme une réponse prometteuse pour un développement durable. Au niveau environnemental, cette énergie renouvelable contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) tout en favorisant la gestion durable des forêts et en valorisant les déchets connexes de l’agroforesterie. Au niveau économique, le combustible, 2 à 3 fois moins cher que les sources d’énergie fossiles, permet de s’affranchir des fluctuations du prix du baril de pétrole. La création de filières bois-énergie permet aussi de développer une activité économique locale dans certains territoires. Enfin, au niveau social, le bois-énergie répond à l’attente sociétale et représente un potentiel de création d’emplois énorme.

Résumés des interventions Organiser son approvisionnement bois-énergie avec l’Office national des forêts (ONF) Ambroise GRAFFIN, Chargé de mission bois-énergie, ONF L’ONF accompagne le développement de la filière bois-énergie par des prestations de conseil et d’expertise, de maîtrise d’œuvre, de fourniture de plaquettes et de gestion du stockage. La mise en place d’un projet de chaufferie nécessite une réflexion sur l’approvisionnement en bois : après l’identification précise des besoins, une étude de faisabilité compare les différentes solutions de chauffage (dont le bois) et détermine le besoin en bois. Si ce dernier est inférieur à 5 000 tonnes par an, un simple contact avec l’ONF suffira, mais si le besoin est supérieur, une étude d’approvisionnement devra être menée. Suite à cette étude, commencent les phases de demande de subventions et de lancement des travaux. Au total, 18 à 36 mois sont nécessaires pour l’opérationnalité d’une chaufferie bois. Bois énergie : les enjeux de la structuration d’une filière Jean-Luc GLEYZE, Président de la commission développement durable, conseil général de la Gironde L’apparition de projets de chaufferies bois et d’initiatives pour leur approvisionnement en bois nécessite une coordination entre l’offre et la demande et une structuration de la filière bois-énergie en Gironde. Ainsi, la création de petites plateformes locales d’approvisionnement en bois permettrait d’éviter les émissions de GES lors du transport et d’impulser un développement économique local. Le Département de la Gironde doit jouer un rôle moteur dans sa politique de financement public et un rôle d’exemplarité en agissant au sein même de ses bâtiments. Cependant, seule une étude approfondie (actuellement en cours) permettra de proposer des scénarios d’évolution pour une filière pérenne et organisée.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


7

Les Ateliers du développement durable

La biomasse au cœur de l’efficacité énergétique et environnementale Christophe GILLES, Directeur du développement, Elyo Suez Midi Océan Elyo mise sur le développement de l’utilisation énergétique de la biomasse, son activité alliant efficacité énergétique et environnementale. Au niveau économique, le coût du bois est inférieur à celui du gaz ou du fioul ; au niveau social, les estimations montrent que pour 5 000 tonnes de bois utilisées, 4 emplois sont créés ou maintenus et les bénéfices environnementaux sont majeurs. Elyo accompagne ses clients dans la mise en place de projets de chauffage mais aussi dans la production d’électricité à base de biomasse notamment auprès des industriels papetiers qui peuvent revendre ensuite l’énergie produite.

Le développement de la filière bois - énergie Obstacles

Recommandations

Environnementaux -

L’important volume occupé par les plaquettes (problèmes de manutention et de stockage)

des projets à vocation industrielle et des petites

-

La difficulté de séchage

plateformes de production locale pour répondre

-

La difficulté d’obtention de plaquettes à

à la diversité des besoins et limiter le coût et

granulométrie homogène

les émissions de GES liées à

-

L’émission de GES lors du transport si la ressource n’est pas locale

-

-

Structurer la filière avec un compromis entre

l’approvisionnement en bois -

Assurer un développement harmonieux avec

L’appauvrissement des sols en cas de

les autres filières (fabrication de papier, bois

surexploitation et de mauvaise gestion des

d’œuvre…)

forêts ou des cultures dédiées à la

-

croissance rapide

Faire des études approfondies au préalable pour vérifier la rentabilité de la filière boisénergie afin qu’elle soit organisée et pérenne

Economiques -

-

Globaliser les besoins de plusieurs particuliers

La diversité des demandes (des petites

(logements sociaux) et mettre en place des

chaudières des particuliers aux grosses

réseaux de chaleur

chaufferies des collectivités) -

La compétition avec les autres filières bois

-

Le coût global des projets bois-énergie

-

Développer le nombre de fabricants d’équipements en France pour faire baisser les coûts

supérieur au coût des projets basés sur de

-

Former les installateurs d’équipements

l’énergie fossile

-

Maintenir les subventions pour faire face au

-

Le coût du transport si la ressource n’est pas

-

Le coût élevé des équipements (les

locale

surcoût -

Favoriser la recherche

chaudières sont fabriquées à l’étranger) Sociaux -

La ressource volumineuse non adaptée aux particuliers ou aux zones densément peuplées

-

La production d’énergie en compétition avec

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


8

Les Ateliers du développement durable

la production alimentaire dans le cas de cultures dédiées

Perspectives La biomasse forestière suscite un intérêt croissant pour de nouveaux usages énergétiques. Ainsi, le gisement potentiel de bois non exploité représenterait en France 20 millions de tonnes soit 5 millions de tonnes équivalent pétrole. Toutefois, cette énergie renouvelable qui devient compétitive, subit encore des coûts importants pour ses équipements et doit par conséquent encore être soutenue. Par ailleurs, les deux finalités différentes de la filière, la production d’électricité ou la production de chaleur, devront s’articuler.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


9

Les Ateliers du développement durable

Atelier 1.2 ENERGIE / L’application du « Bilan carbone® » de l’ADEME

Animation : Laurent THIBAUD, Délégué régional, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) Aquitaine

En bref La maîtrise des émissions de Gaz à effet de serre (GES) et l’anticipation de la raréfaction des énergies fossiles revêtent une importance stratégique pour les entreprises comme pour les collectivités. L’heure est à la prise de décisions : comment mettre en place des plans d’actions à l’échelle d’une entreprise, d’une administration et d’un territoire, pour contribuer à la réduction des émissions de GES ? Le « Bilan Carbone® », outil de diagnostic élaboré par l’ADEME, permet d'analyser et de quantifier l'ensemble des émissions de GES qui résultent d'une activité puis de définir et de hiérarchiser des actions. Pour les collectivités territoriales, ce bilan peut conduire à des interventions sur les bâtiments et les équipements communaux, sur les achats publics et les déplacements des agents, sur la part des énergies renouvelables dans l'approvisionnement énergétique de la commune ou du territoire…

Résumés des interventions La démarche « Bilan Carbone » pour les collectivités Laurent THIBAUD, Délégué régional, ADEME Aquitaine La méthode Bilan Carbone® est un outil d’estimation des émissions directes et indirectes de GES

1

engendrées par des activités industrielles commerciales ou tertiaires. Un tableur « prêt à l'emploi » calcule les émissions de chaque activité et évalue le potentiel de diverses actions de réduction des émissions de GES. Un utilitaire « analyse économique » permet d’exploiter les résultats du tableur principal en simulant la dépendance d’une activité aux énergies fossiles et l’impact économique potentiel d’une taxe sur les GES. Grâce à une méthode spécifique comportant deux volets « patrimoine & 2

3

services » et « territoire », les collectivités peuvent connaître leur pression globale sur le climat, les 4

marges de manœuvre à court et long terme pour la diminuer et leur vulnérabilité au carbone . Le Bilan Carbone® Collectivités et Territoire conduit donc les collectivités à s’engager vers des démarches exemplaires dans leur fonctionnement et à intégrer le changement climatique dans leur rôle d'aménageur du territoire.

1

Les GES pris en compte sont ceux du protocole de Kyoto : le méthane, le dioxyde de carbone, le protoxyde d’azote… Le volet « patrimoine et service » comprend les bâtiments administratifs, les activités des agents, les approvisionnements de la collectivité et l'ensemble de ses domaines de compétences 3 Le volet « territoire » concerne l’ensemble des émissions du territoire de la collectivité 4 Son exposition au risque d'un renchérissement de l'utilisation de combustibles fossiles. 2

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


10

Les Ateliers du développement durable

Bilan carbone et Plan Climat de Champagne : du diagnostic au passage à l’acte Arnaud DESCÔTES, Responsable Environnement, Comité interprofessionnel du vin de champagne (CIVC) Motivée par la consolidation économique du secteur du champagne5, par l’éthique écologique réclamée par le consommateur et par un sentiment de solidarité avec les générations futures, la filière champenoise a décidé de réduire de 25% ses émissions de GES en 10 ans. Dans cet objectif, le CIVC a établi, dès 2003, le bilan carbone des activités viticoles et œnologiques champenoises qui révèle des possibilités d’amélioration importantes notamment dans le domaine des emballages et du transport. Pour déterminer un plan d’actions concrètes (dit « plan climat champagne »), le CICV a formé des groupes de travail chargés de trouver des solutions adaptées aux domaines suivants : le fret et les emballages à l’expédition, le transport de personnes, la gestion des achats, l’efficacité énergétique et l’éco-conception des bâtiments, l’efficacité énergétique des process œnologiques, la réduction du contenu en carbone des bouteilles, la valorisation biomasse vignoble, le machinisme agricole (puissance, travaux couplés, biocarburants), la lutte antigel, la communication et la réduction des émissions de NO2 due à la fertilisation.

Le Bilan Carbone de la Ville de Marmande Olivier PAPIN, Bureau d'études ECIC Après l’élaboration d’un Agenda 21 en 2003, les élus de la Ville de Marmande ont décidé, par la voie du conseil municipal, de poursuivre leur engagement dans le développement durable en mai 2005, par la réalisation d’un bilan carbone. Avec l’appui d’un bureau d’études (ECIC), la présentation de la méthode a permis dans un premier temps d’impliquer les employés et les partenaires. Ensuite, l’analyse a révélé que les émissions du patrimoine et des services6 sont majoritairement dues au chauffage des bâtiments et aux transports (en particulier ceux des agents municipaux). Les émissions du territoire7 sont, quant à elles, liées aux dépenses énergétiques et aux transports. Par ailleurs, l’étude démontre que les habitants en sont les principaux responsables loin devant les activités industrielles. Le bilan carbone permet donc de mieux connaître la collectivité et d’appréhender la transversalité de son fonctionnement. Outil de communication, il est utilisé pour sensibiliser tous les acteurs de la collectivité à la lutte contre le changement climatique. Outil opérationnel, le bilan carbone sert à élaborer un plan d’actions (directes et indirectes8) pour limiter les émissions de GES et à évaluer les efforts réalisés. La nécessaire action des collectivités locales : contribution à une économie sans empreinte écologique Hervé GARCIA, Directeur Développement, Direction Internationale Produit, UNILOG9

5

Périmètre de l’analyse : 33 000 ha, 5 000 opérateurs, 325 millions de bouteilles, 10 000 salariés, 4 milliards d’euros de CA Environ 700 tonnes équivalent carbone par an 7 De l’ordre de 31 000 tonnes équivalent carbone par an 8 Directes : actions sur son patrimoine propre ; indirectes : actions à mener en concertation avec les acteurs du territoire 6

9

UNILOG, Groupe LogicaCMG, offre des services dans le conseil en management, l’intégration de systèmes, l’outsourcing et la formation

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


11

Les Ateliers du développement durable

La maîtrise de la comptabilité carbone est un enjeu stratégique majeur pour les collectivités territoriales. En première ligne pour la mise en œuvre du développement durable, ces dernières ont la responsabilité de gérer la « chaîne carbone » de leur territoire, quantifier les émissions de GES pour lancer une dynamique territoriale de réduction. La maîtrise du coût de la composante carbone engage les collectivités dans une gestion citoyenne au sein même de leurs activités mais aussi celles de leurs administrés (citoyens ou entreprises). Concrètement, la volonté politique d’établir le bilan carbone et d’évaluer les projets d’aménagement urbains en tenant compte de la composante carbone, permet d’établir une feuille de route pour un territoire durable. La comptabilité carbone est donc un outil de pilotage - permettant de gérer une transition « vers une économie sans carbone » - en interaction forte avec le tissu économique et les citoyens.

Etablir un plan d’actions à l’aide du Bilan Carbone® dans une collectivité Obstacles

Recommandations

- Lancer la collectivité dans la démarche de

- Favoriser l’appropriation des enjeux du Bilan

comptabilisation du carbone sans portage

Carbone® par toutes les parties prenantes

politique - Désigner une personne au sein de la collectivité, - Se décharger totalement de l’élaboration du

interface avec le prestataire, chargée de suivre le

bilan carbone sur un cabinet d’études

bilan Carbone et de renforcer la transversalité des informations au sein des différents services et faciliter la collecte des données.

- Manquer de temps et de compétences pour

- Recourir à un expert externe (liste des

élaborer un bilan carbone

prestataires disponible à l’ADEME)

- Reporter sur la communauté de communes, le

- Le bilan carbone incite la collectivité à regarder

volet « territorial » du bilan carbone d’une

au-delà de son domaine de compétences et à

commune

identifier les problèmes même si elle ne possède pas de leviers directs d’action

- Etablir un chiffrage trop précis des émissions

- Estimer les principaux postes émetteurs de

carbone de chaque activité ou de chaque

carbone afin de dégager des actions de réductions

flux (coût prohibitif de cette démarche titanesque)

tangibles

- Réserver le bilan carbone à un « club d’initiés »

- Communiquer à toutes les étapes du projet : démarrage, réalisation, actions à engager

- Se borner à une quantification des émissions de

- Réaliser des actions concrètes et valoriser les

GES

efforts effectués (exemplarité)

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


12

Les Ateliers du développement durable

Perspectives Le bilan carbone présente l’intérêt de faire prendre conscience à la collectivité de son impact et de ses possibilités d'action directes et indirectes face au réchauffement climatique. Cette démarche peut se prolonger par des stratégies de développement local tenant compte de la vulnérabilité du territoire en termes d'accès aux énergies fossiles. Le bilan carbone peut donc s'inscrire dans d'autres démarches environnementales ou de développement durable. Cette démarche est également un moyen de sensibiliser les élus, les agents, les acteurs économiques et surtout les habitants. La communication est un élément décisif pour la réussite de la démarche.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


13

Les Ateliers du développement durable

Atelier 1.3 ENERGIE / La construction durable appliquée au parc de logement existant

Animation : Pierre-Luc LANGLET, Architecte, Vice président du Club de l’amélioration de l’habitat

En bref Suite au protocole de Kyoto, la France doit d’ici 2050 diviser par quatre ses émissions de CO2. Pour atteindre cet objectif, l’action politique actuelle vise l’amélioration de l’efficacité énergétique des logements, en particulier des bâtiments neufs. Cependant, la France ne pourra pas tenir ses engagements en ne se limitant qu’aux nouvelles constructions et doit impérativement améliorer le parc de logements existants. Les enjeux du développement durable dans la construction sont multiples, allant de l’économie d’énergie à l’amélioration globale des conditions sanitaires, sociales et économiques. La dynamisation de ce secteur implique un travail de normalisation nationale en cohérence avec les normes européennes et internationales. Par ailleurs, l’observation attentive du marché permettrait de mieux comprendre la demande afin de susciter une offre pertinente, pour le moment quasi-inexistante…

Résumés des interventions Normalisation et développement durable : quels outils normatifs pour l’avenir et à quel horizon ? David HAMADON, Responsable développement du programme construction, AFNOR Malgré son retard dans le domaine de la construction durable, la France pilote les travaux de normalisation internationale. Dans un contexte politique favorable, au niveau international, européen, national ou même régional, la stratégie française de normalisation repose sur la mise en place de mesures alliant contraintes environnementales, économiques et sociales. Les normes intègrent ainsi l’analyse du cycle de vie des matériaux utilisés, l’efficacité énergétique des bâtiments, les prévisions en terme de durabilité, la qualité environnementale à l’intérieur des bâtiments ainsi que les critères d’accessibilité.

Institut français pour la Performance Energétique des Bâtiments : la CCI au service des acteurs professionnels Jean-Daniel CAILLET, Membre élu de la CCI de Bordeaux Par son choix de l’énergie nucléaire, non émettrice de GES, la France n’a pas été contrainte de faire des efforts en matière d’économie d’énergie, notamment dans le domaine du bâtiment. Les résultats obtenus par certains pays voisins (Allemagne, Autriche, Suisse…) dans la construction durable sont aujourd’hui

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


14

Les Ateliers du développement durable

remarquables en comparaison avec la France. Outre le manque de lisibilité politique dans ce domaine, la France se heurte à des difficultés : les produits et les matériaux sont moins disponibles que dans les pays voisins et la formation des professionnels du bâtiment est insuffisante. Pour résoudre ces problèmes, la mise en place de groupes de travail associant un maximum d’acteurs dans ce domaine permet d’accroître la conscience collective de l’urgence de la situation et d’amorcer les actions pour l’efficacité énergétique des bâtiments.

La normalisation des bâtiments Obstacles Pertes énergétiques, mauvaise qualité acoustique et mauvaise qualité de l’air intérieur

Recommandations Mesurer l’efficacité énergétique et adapter les matériaux de construction et les équipements (climatisation, pompes à chaleur…) Prendre en compte l’impact environnemental des

Matériaux utilisés parfois polluants

matériaux et produits Développer les analyses de leur cycle de vie

Accès parfois limité aux personnes âgées ou

Intégrer des critères d’accessibilité aux bâtiments

handicapées

(également à l’intérieur)

Temps de vie réduit des bâtiments

Analyser la durabilité des ouvrages et des potentialités de réutilisation ou réhabilitation

La mise en place d’un marché de la construction durable Obstacles Manque de lisibilité sur le sujet

Recommandations S’inspirer des pays étrangers performants dans ce domaine Développer les études financières précises sur ces

Temps de retour sur investissement longs

investissements Intégrer les secteurs bancaires et financiers dans les débats Mettre à disposition plus de matériaux et de

Manque de professionnels du bâtiment ayant la connaissance dans ce domaine

produits Favoriser la demande pour motiver l’adaptation des professionnels Former des experts en bâtiments durables

Perspectives La rénovation des bâtiments existants permettrait la création de 80 000 à 100 000 emplois non délocalisables. De plus, la faible dépense énergétique des foyers augmenterait substantiellement le pouvoir d’achat. La construction durable représente une réelle opportunité pour l’avenir dont le développement réside dans la volonté de l’Etat.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


15

Les Ateliers du développement durable

Atelier 1.4 ENERGIE / Les Certificats d’économie d’énergie : approches techniques et stratégiques

Animation : Steeve BENESTY, Président Directeur Général de l’Office d’expertises énergétiques (OFEE)

En bref La France est actuellement confrontée à des enjeux énergétiques et environnementaux importants : maîtriser sa consommation d’énergie, sécuriser ses approvisionnements face à des ressources fossiles limitées et de plus en plus chères, et réduire ses émissions des gaz à effet de serre (GES) dans le cadre du protocole de Kyoto. Afin d'atteindre ces objectifs, une politique er

d'encouragement et d'incitation aux économies a été déployée. Depuis le 1 juillet 2006 a été mis en place le dispositif des certificats d'économies d'énergie (CEE).

Résumés des interventions Les Certificats d’économie d’énergie : pourquoi et comment ? Rodolphe BOCQUET, Directeur du Développement durable et solidaire, Conseil régional d’Aquitaine Le principe des CEE repose sur l’obligation de réaliser des économies d'énergie, obligation imposée par les pouvoirs publics aux fournisseurs d'énergie suivant leurs parts de marché (électricité, gaz, chaleur, er

froid et fioul domestique). L’objectif national d’économie pour la période du 1 juillet 2006 au 30 juin 2009 a été fixé à 54 TWh10. Si les fournisseurs d’énergie ne l’atteignent pas, ils devront s’acquitter d’une pénalité de 2 centimes d’euros par kWh non économisé Les économies d’énergie sont validées par l’attribution des CEE via la DRIRE sur la base de forfaits en kWh. Des séries d’actions standards ont été définies pour faciliter la validation dans des domaines variés : le bâtiment, les équipements, la formation et la sensibilisation. Par ailleurs, les collectivités (les éligibles) peuvent bénéficier du dispositif à condition de dépasser un seuil de 1 GWh d’économie et ainsi, vendre leurs CEE aux fournisseurs d’énergie (les obligés).

Bilan de la première année de mise en œuvre à Gaz de Bordeaux Gérard MAZEAU, Responsable du pôle Etude, Gaz de Bordeaux Gaz de Bordeaux doit réaliser 71 GWh Cumac11 d’économie d’énergie par an dans le cadre du dispositif des CEE, sous peine de payer une pénalité de 1,4 million d’euros. Ainsi, Gaz de Bordeaux a mis en 10

TWh = térawatts-heure, GWh = Gigawatts-heure, KWh = Kilowatts-heure Les CEE sont comptabilisés en kWh Cumac d'énergie finale économisée. L'abréviation Cumac provient de la contraction de «cumulé » et « actualisés » car le kWh est ramené à la durée de vie du produit et actualisé au marché. 11

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


16

Les Ateliers du développement durable

place des actions auprès des industriels, des collectivités, des gestionnaires de patrimoine et plus particulièrement auprès des particuliers qui représentent 70 % de ses ventes. Deux offres spécifiques « Conforti’z » et « Séréni’z » leur sont proposées pour réaliser des économies en matière de chauffage. Aujourd’hui, l’objectif de 71 GWh Cumac est atteint avec 60 % des actions financées dans l’habitat individuel, 20 % dans l’habitat collectif et 20 % chez les collectivités et les industriels.

Les certificats d’économie d’énergie, quelles places dans la politique énergétique ? Le cas de la ville de Bordeaux Jean-Michel DURAN, Cellule énergie, Ville de Bordeaux La Ville de Bordeaux utilise le dispositif des CEE pour atteindre les objectifs fixés par le protocole de Kyoto. Ainsi, la première étape consiste à évaluer les gisements des économies et les actions ouvrant droit aux certificats, par des diagnostics énergétiques réalisés avec l’ADEME ou les différents prestataires de la Ville de Bordeaux. La collectivité choisit ensuite l’outil de financement entre deux types de contrats. Le contrat interne de Public Internal Contracting (PICO) a pour vocation de créer une cellule de gestion de l’énergie au sein de la collectivité qui validera une ligne budgétaire au titre de la loi LOLF12 ou par la création d’un fonds « Revolving »13 et le contrat externe implique un partenariat public privé PPP). La Ville de Bordeaux a ainsi signé deux conventions avec EDF et GDF pour un programme de travaux précis permettant le rachat des CEE obtenus par les deux fournisseurs. La Direction logistique se charge de centraliser les certificats au sein des différents services de la Ville de Bordeaux.

L’exemple des territoires Rhône-Alpins Laurent CHANUSSOT, chargé de mission, Rhônalpénergie-Environnement L’Agence régionale de l’énergie de Rhône-Alpes (Rhônalpénergie-Environnement) anime le dispositif des CEE auprès des collectivités. Ainsi, elle a mis en place plusieurs groupes de travail notamment avec les bailleurs sociaux et élaboré un dossier simplifié pour la DRIRE, elle intervient pour informer et soutenir les collectivités dans leurs démarches avec les obligés. En particulier, l’Agence régionale a accompagné le Syndicat intercommunal de gestion des énergies de la région lyonnaise (SIGERLy) qui a signé un protocole d’accord en faveur de l’efficacité énergétique avec EDF. Les 56 communes adhérentes au syndicat peuvent ainsi disposer d’une aide financière de l’EDF qui récupère les dossiers des CEE dans le cadre d’une convention tripartite en application du protocole d’accord. Rhônalpénergie-Environnement accompagne également La Métropole de Grenoble et l’Office public d'aménagement et de construction (OPAC) de l’Isère dans l’amélioration des logements gérés par ce bailleur social.

12 13

Loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001 Le service dédié à l'énergie se finance grâce aux économies qu'il fait réaliser dans les autres services de l'administration.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


17

Les Ateliers du développement durable

Le développement des Certificats d’économie d’énergie chez les fournisseurs d’énergie (les obligés) Obstacles -

Le recouvrement du dispositif des certificats

Recommandations -

avec les politiques publiques actuelles de subvention

Rendre compatible les CEE avec les politiques publiques de financement

-

Mettre en place des dossiers simplifiés dans

-

La complexité des dossiers à remettre à la

-

L’objectif à long terme des collectivités est

d’énergie auprès des particuliers (sources

incompatible avec l’objectif à court terme

diffuses) qui ne disposent pas de modes de

(2009) des obligés

financements appropriées pour les économies

La déviation de l’objectif initial des CEE : les

d’énergie

DRIRE

-

les DRIRE -

Développer les actions des fournisseurs

CEE touchent tous les domaines alors qu’ils devaient se concentrer sur les sources d’énergie diffuses des particuliers

Le développement des Certificats d’économie d’énergie dans les collectivités (les éligibles) Obstacles -

-

Le recouvrement du dispositif des certificats

Recommandations -

avec les politiques publiques actuelles de

dispositifs de subventions publiques et des

subvention

financements privés offerts par les CEE

La lourdeur administrative et la complexité

-

Sensibiliser et informer les collectivités

des dossiers à remettre à la DRIRE

-

Inciter les collectivités à faire des diagnostics

La difficulté de mettre en place une

de potentiel au préalable pour identifier les

organisation chargée des certificats à cause

investissements rentables et les gisements de

du nombre important de services concernés -

CEE

(domaine transversal)

-

Définir des outils de financement

La difficulté d’atteindre le seuil de 1 GWh

-

Définir les relations avec les « obligés » par

pour les collectivités -

-

Le manque d’intérêt des obligés pour le

des conventions -

centraliser les CEE et se doter d’outils de suivi

déjà atteint leurs objectifs

des programmes et des actions

L’objectif à long terme des collectivités est (2009) des obligés

-

Faire des opérations groupées à plusieurs

-

Mettre en place des dossiers simplifiés dans

collectivités pour atteindre le seuil de 1 GWh

L’obligation de réaliser des actions standards pour vendre aux obligés

-

Mettre en place une organisation précise pour

rachat des CEE des collectivités car ils ont

incompatible avec l’objectif à court terme -

Etre vigilant par rapport à la cohabitation des

La logique de marché des CEE qui risquent

les DRIRE -

Créer un fonds régional ou national des CEE pour garantir leur vente par les collectivités

de se vendre au moindre coût

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


18

Les Ateliers du développement durable

Perspectives Plus d’un an après le lancement du dispositif des CEE, le bilan est encourageant. Les CEE ont permis d’initier de nombreuses opérations d’économies d’énergie chez les fournisseurs, les collectivités et les particuliers. Bien qu’ils ne soient pas encore très répandus, les perspectives de développement sont intéressantes. L’augmentation probable des objectifs fixés par la France aux fournisseurs d’énergie après 2009 permettra de monter les prix d’achat auprès des collectivités, et de développer le marché. Le dispositif ayant été également mis en place par les autres pays européens, la question d’une harmonisation européenne est soulevée.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


19

Les Ateliers du développement durable

Atelier 2.1 BIODIVERSITE / Adaptation des espèces au changement climatique

Animation : Bernard FAVRE, Direction, Cap Sciences

En bref La biodiversité est particulièrement menacée par le changement climatique. L’évolution des conditions environnementales (température, pluviométrie, hygrométrie…) entraîne l’apparition ou la disparition d’espèces vivantes, des évolutions génétiques et une nouvelle répartition géographique. Les scientifiques tentent de modéliser les tendances de cette évolution mais la rigidité des modèles théoriques se heurte à la multiplicité des paramètres et à leur variation constante. La stratégie actuelle repose sur l’observation de la répartition des espèces animales et végétales afin de mieux comprendre leurs évolutions, les anticiper pour préconiser le cas échéant la conservation ou l’implantation d’espèces.

Résumés des interventions Biodiversité et changement climatique : mais que fait la science ? Laurent LAPCHIN, Directeur scientifique adjoint environnement et écosystèmes A l’inverse des protocoles habituels, l’étude du changement climatique repose sur des systèmes multivariés et en déséquilibre : les phénomènes sont donc difficilement prévisibles. Néanmoins, plusieurs tendances se dégagent. Le changement climatique entraîne une modification de l’occupation des sols qui agit à son tour sur le climat. Par ailleurs, il menace la biodiversité à plus ou moins long terme en déplaçant les populations et en agissant sur les mécanismes de l’évolution génétique au sein des communautés et des espèces.

Le rôle des milieux forestiers face aux changements climatiques Martin PERRIER, Chargé de mission carbone et biodiversité, ONF En bonne santé, les forêts captent le CO2 de l’atmosphère mais elles en émettent lors des déforestations : leur rôle dans le cycle du carbone et donc dans l’évolution du climat, est crucial. A l’inverse, les variations du climat (température et pluviométrie) entraînent une modification importante de l’aire de répartition des essences forestières et de la productivité. Le choix des essences, notamment en limite de répartition, est un élément essentiel de l’optimisation de la production sylvicole.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


20

Les Ateliers du développement durable

Le vivant et le changement climatique : une évaluation Laurent COUSY, LPO Aquitaine L’augmentation globale des températures a déjà provoqué la migration de nombreuses espèces animales vers le nord. L’évolution des milieux (niveau des mers, fonte des glaces, végétation…) a un impact sur plus de la moitié des espèces animales en améliorant leurs conditions de vie, ou au contraire, défavorisant leur écosystème.

Le conservatoire botanique Sud-Atlantique Christian GAUBERT, Président de la commission patrimoine départemental, Conseil général de la Gironde Le développement d’espèces invasives est une cause majeure de la perte de biodiversité. Certaines espèces sont en effet totalement remplacées par d’autres. Dans le sud-ouest de la France, les milieux les plus touchés sont les zones humides et les sites en altitude. La compréhension de ces évolutions et la mise en place de plans de conservation des espèces constituent aujourd’hui un enjeu majeur.

Prévoir et anticiper l’évolution des espèces Constats Evolutions génétiques des espèces Gains et pertes en matière de diversité des espèces

Recommandations Conduire des programmes d’études des génomes Mettre en place des plans de conservation (banques de gènes et jardins botaniques) et des réseaux de réserves

Nouvelle répartition géographique des espèces

Modéliser, élaborer des scénarii prédictifs et des

(migrations)

outils de suivi des évolutions

Certains milieux et espèces plus ou moins

Développer le suivi des espèces indicatrices des

touchés par ces évolutions

changements climatiques

La forêt, un outil pour atténuer ces évolutions Constats La forêt captatrice de carbone Sols « abîmés » par l’exploitation agricole Augmentation des risques de catastrophes naturelles La forêt émettrice de carbone La forêt ressource propre

Recommandations Augmenter les surfaces boisées (puits de carbone) Boiser pour protéger les champs captants14 et pour limiter l’érosion Limiter la déforestation et la dégradation des forêts Produire plus de bois-énergie et de bois matériaux (centrales déchets ligneux, réseaux de chaleur…)

14

On appelle champs captants une zone englobant un ensemble d’ouvrages de captages prélevant l’eau souterraine d’une même nappe phréatique, destinée à la consommation.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


21

Les Ateliers du développement durable

Perspectives Les espèces évoluent continuellement, mais cette évolution est désormais accélérée avec le changement climatique provoqué par l’homme. L’observation et la modélisation de ces évolutions de la faune et de la flore, permettent une meilleure anticipation des événements climatiques. Dans ce contexte, la forêt constitue un outil d’intervention intéressant dans la régulation du cycle du carbone et donc du changement climatique.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


22

Les Ateliers du développement durable

Atelier 2.2 RISQUES / Adaptation au phénomène caniculaire dans les milieux urbains En bref Les scientifiques prédisent des étés très chauds et de nouveaux phénomènes caniculaires. En ville, ces épisodes exposent la population à un inconfort non négligeable, voire à un risque sanitaire comme l’a démontré 2003. Les décideurs cherchent depuis à anticiper ces risques en aménageant leurs villes mais l’incertitude scientifique ne les y aide pas. Des recherches sont en cours, sur le comportement d’un îlot de chaleur, sur la pertinence des données de stations météo rurales, sur les bons choix d’urbanisme à opérer… et fourniront de précieuses données aux donneurs d’ordre.

Résumés des interventions Définition des îlots de chaleur en milieu urbain Philippe LONCHAMPT, Responsable du service environnement, Mairie de Grenoble Afin d’anticiper de nouveaux phénomènes caniculaires et d’assurer un confort d’été minimum, la Ville de Grenoble a mené une étude comparative de températures urbaines et rurales. S’appuyant sur les données existantes de la station du Versoud (à 15 km de Grenoble en campagne) et sur 8 points de mesures en ville, l’étude a révélé que les températures chutent nettement moins la nuit en milieu urbain, notamment dans les quartiers très « minéralisés ». La ville ne bénéficie donc pas de répit nocturne. Dans cette ville-cuvette, aux pieds de trois massifs montagneux et dont la densité d’espaces verts est de 15 m² par habitant (au lieu de 30 m² en moyenne en France), l’urbanisme et l’architecture ont leur rôle à jouer pour influencer l’îlot de chaleur : couleur des bâtiments, isolation des toitures, place et composition des espaces verts… Ainsi, l’étude fournira des données météorologiques fiables aux promoteurs et aboutira à des prescriptions techniques qui seront intégrées au guide de la qualité environnementale dans l’Architecture et l’Urbanisme.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


23

Les Ateliers du développement durable

Des points de mesures dans différents quartiers de Grenoble

La modification de l’îlot de chaleur urbain comme moyen d’adaptation aux canicules Morgane COLOMBERT, Doctorante, CSTB Pour modifier l’îlot de chaleur urbain (ICU), il faut d’abord comprendre comment il se forme. La modélisation urbaine, grâce au schéma de Ville TEB15, est utile pour étudier (en les faisant varier) les paramètres qui entrent en jeu dans le climat urbain à l’échelle d’un quartier (apports anthropiques, végétation, perturbations radiatives ou thermiques) et à l’échelle de l’agglomération (bilan hydrique, écoulement d’air…). L’influence de l’albédo16 des toits, de la fraction bâtie et du trafic automobile sont sans conteste. Les interprétations de cette modélisation sont toutefois à nuancer puisque les données sont celles de l’air ou du matériau au-dessus des toits (pas forcément le ressenti de l’habitant) et sont moyennées. D’autres recherches doivent préciser ces conclusions.

15 16

Town energy balance L'albédo est le rapport de l'énergie solaire réfléchie par une surface sur l'énergie solaire incidente.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


24

Les Ateliers du développement durable

Schéma de Ville TEB modélisant les flux de chaleur dans les rues canyons

Anticiper l’adaptation des villes au changement climatique : leçon de la canicule de 2003 et rôle de l’incertitude sur le climat futur Stéphane HALLEGATTE, Chercheur, CIRED / Météo France Le climat urbain concrétise l’incertitude générale pesant sur le futur climatique : à l’échelle d’une ville, il est particulièrement difficile d’anticiper correctement les risques. Que Paris ait le climat de Bordeaux (scénario optimiste) ou celui de Madrid (scénario pessimiste), n’implique pas du tout les mêmes anticipations. Pour prévenir les risques, les donneurs d’ordres doivent opter pour les options les plus prudentes : ne pas urbaniser une zone, surdimensionner un ouvrage « au cas où ». L’enjeu de la prévention des risques climatiques en ville n’est pas de trouver la solution optimale pour un certain climat mais la solution la plus adaptée à tous les cas.

Modèle du CNRM

Modèle de Hadley

Situation des villes en fonction de leur climat en 2080

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


25

Les Ateliers du développement durable

Enjeu : Décider aujourd’hui d’un aménagement adéquat demain Obstacles

Recommandations

Un manque de données

Poursuivre les études scientifiques

- Stations météo actuelles plutôt

- Implanter des points de mesures en ville, comme à

situées en domaine rural (écarts de

Grenoble, à la fois dans des ambiances grises (minéralisées)

5°C pour les minimales de journée par

et vertes (végétalisées)

rapport aux mesures en ville)

- Fournir des informations fiables aux promoteurs

- Méconnaissance de l’impact des

- Poursuivre les recherches de modélisations à différentes

espaces verts selon leur nature

échelles (rues, quartiers, villes)

(pelouses, bois, parcs…)

- Trancher sur le rôle de METEO France entre la fourniture de

- manque de données sur l’influence

données scientifiques ou la conduite d’études

de la présence de l’eau en ville au-delà de 50 m (fleuve…)

Choisir les bonnes options de construction

- Incertitude scientifique sur les

- Favoriser les couleurs claires

scénarios locaux

- Renforcer l’isolation des toitures - Privilégier un fonctionnement peu consommateur en énergie

Des difficultés augmentées en ville

- Changer les normes de construction

- Dispersion des polluants

- Eviter la généralisation de la climatisation

- Augmentation des écarts de température

Aménager l’espace public

- Augmentation des niveaux d’ozone

- Trouver les bons équilibres : par exemple, augmenter les espaces verts (baisser la densité de population) implique

Une communication peu évidente

probablement l’augmentation des transports…

- Difficulté à communiquer sur les

- Prendre en compte les vents (déplacement de l’îlot de

données : une augmentation de 2 °C

chaleur à partir de 3 m/s) et autres données climatiques et

est moins parlante qu’une carte qui

géographiques

place les villes en fonction de leur

- Etablir des scénarios et choisir l’option la plus pertinente

climat futur

- Intégrer les prescriptions aux guides existants comme le Guide de la qualité environnementale dans l’Architecture et l’urbanisme à Grenoble - Surdimensionner les ouvrages « au cas où » mais cette solution n’encourage pas au changement

Perspectives S’adapter au phénomène caniculaire dans les villes, c’est choisir en totale incertitude. Le « tout climatisation » n’est à coup sûr pas la solution, car celle-ci aggrave l’augmentation de l’effet de serre et ne fait que renforcer la probabilité d’épisodes caniculaires. Les adaptations se feront donc par petites touches : choix des matériaux de voirie, du bâti, adoption de bons comportements…

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


26

Les Ateliers du développement durable

Atelier 2.4 RISQUES / Sécheresse, incendies, mouvements de terrain…Quels impacts du dérèglement climatique pour quelles solutions et adaptions ? En bref Depuis les dix dernières années, le changement climatique annoncé se fait effectivement de plus en plus ressentir. Ce dérèglement entraîne des modifications de la physiologie du sol, en profondeur et en surface, créant de nouveaux risques. L’homme doit adapter ses activités pour minimiser leurs impacts et ne pas aviver les dangers déjà présents. Dans cet objectif, différents professionnels et organismes travaillent pour la prévention et la prédiction de ces risques.

Résumés des interventions Sécheresse, retrait et gonflement d’argile : approche géotechnique Fabrice ROJAT, Ingénieur géotechnicien, CETE du Sud-ouest, Laboratoire des ponts et chaussées de Toulouse La géotechnique étudie les différentes phases du sol et leur comportement. Elle apporte les outils et la méthode nécessaires pour lutter contre les risques naturels, dans le contexte du changement climatique. A partir de données de terrain et d’analyses en laboratoire, le géotechnicien détermine les paramètres, crée des modèles mécaniques permettant d’étudier les phénomènes du sol tel le retrait et le gonflement des argiles. Travaillant à plusieurs échelles, microscopique (constituants du sol), macroscopique (propriétés du sol), locales (photos aériennes, cartes géographiques, référencement des désordres et zones à risques), il croise les observations avec les plans de prévention existants (sécheresses, inondations) et les enjeux de développement. Le scientifique définit ainsi différents aléas possibles et leurs niveaux de risque correspondants (forts, moyens, nuls).

Evolution climatique et nouveaux risques Jean HERVIER, Ingénieur sécurité, Communauté d’agglomération de Poitiers Depuis 1960, l’observation des données de pluviométrie et de température permet à la Communauté d’agglomération de Poitiers de suivre l’évolution du changement climatique. Le travail qu’elle mène consiste à étudier l’évolution des risques associés au changement climatique : modifications du sol, sécheresses, disparitions d’espèces animales et végétales, pollutions des nappes phréatiques et inondations à répétition sont des facteurs inter-reliés pouvant entraîner de graves conséquences sur l’environnement et les activités humaines (fragilisation des réseaux urbains, effondrements de cavités). La Communauté d’agglomération élabore donc des plans de sauvegarde et tente d’impliquer la population dans la prévention optimale des risques de catastrophes. Le signalement d’éboulements de falaises, de tassements différentiels de fondations de maison, de déformations de la voirie constitue la

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


27

Les Ateliers du développement durable

part de travail que peut fournir la population grâce à laquelle, la Communauté peut remettre à jour les plans existants de prévention de risques.

Enjeux : identifier les risques et les prévenir Pluviométrie et température Observations

Risques - Les canicules deviendront plus fréquentes et présenteront des

- Les températures et la fréquence des sécheresses sont en hausse - L’évaporation de la couche superficielle du sol est plus importante - La pluviométrie et la fréquence des pluies orageuses augmentent - Le retrait et le gonflement des argiles sont favorisés par l’alternance de fortes pluies et de sécheresses

risques pour la santé - L’irrigation en agriculture sera plus importante, augmentant la consommation en eau et diminuant le niveau des nappes phréatiques - Les inondations seront plus fréquentes en ville et en campagne du fait du ruissellement important. Le lessivage des sols entraînera des risques d’érosion et de pollution. Les glissements de terrain seront importants. Ces phénomènes de mouvement de terrains présentent des risques pour les habitations et les infrastructures - La disparition des bosquets de propriétaires engendrera une baisse de la retenue en eau du sol et donc des risques supplémentaires d’inondations - Le stress hydrique augmente le risque de pathologies végétales entraînant ainsi la coupe d’arbres et la disparition d’espèces animales et végétales Végétation et espèces animales - La disparition d’espèces animales prédatrices favorisera la

- Les mondes animal et végétal

multiplication d’insectes nuisibles en agriculture et en foresterie

sont menacés par les modifications de leur habitat

- La multiplication des nuisibles augmentera l’utilisation de produits

(agrandissement des zones

phytosanitaires

urbaines, changement climatique)

- La baisse de l’infiltration des eaux créera des inondations

- L’utilisation de produits phytosanitaires fait diminuer les populations de vers de terre, bloquant ainsi l’aération du sol et l’infiltration de l’eau

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


28

Les Ateliers du développement durable

Activités humaines - Le labour des terres agricoles favorise le ruissellement

- Le ruissellement entraîne des montées

des eaux par rapport à l’infiltration

subites des cours d’eaux et augmente ainsi le

- L’augmentation des engins lourds agricoles sculpte le

risque d’inondation en campagne et en milieu

sol et crée des ornières. Les ruisseaux ainsi créés

urbain

empêchent la pénétration des eaux - Le remplacement des ruisseaux naturels dans les campagnes par des canaux, l’imperméabilisation des surfaces urbaines favorisent le ruissellement - La disparition des haies en campagnes favorise les bourrasques de vent et empêche la retenue d’eau du sol Recommandations

Poursuivre les recherches scientifiques La mécanique des phénomènes naturels doit être étudiée pour prévenir et prévoir leur arrivée. Les scientifiques travaillent sur des essais en laboratoire pour caractériser les différents critères de déclenchement. Un travail collectif des différents acteurs de recherche (sol, climat) permettrait la création de modèles efficaces de prévision des catastrophes. Aménager le territoire Les plans de prévention des risques (PPR) doivent être généralisés et régulièrement mis à jour afin de prévenir tout changement des risques. L’aménagement des espaces urbains doit être effectué en tenant compte des risques d’inondations. Des espaces verts plus importants diminueraient le risque d’inondation en ville. Informer L’implication de la population dans l’observation de changements des milieux naturels permettrait un meilleur suivi des scientifiques et ainsi une meilleure prévention. L’instauration de plans de sauvegarde et un dialogue avec la population diminueraient les dégâts en cas de catastrophes.

Perspectives Actuellement, des essais de laboratoire simples, pertinents et à faible coût sont en cours de recherche pour caractériser les sols potentiellement à risque. La progression de la compréhension des phénomènes naturels améliore constamment les expertises pour classer ou non des évènements en catastrophe naturelle et engager des processus d’indemnisation justes.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


29

Les Ateliers du développement durable

Atelier 3.3 POLITIQUES ECONOMIQUES / Impact du changement climatique sur l’activité touristique en France

Animation : Jean-Paul CERON, Chercheur, Directeur adjoint du CRIDEAU

En bref Le changement climatique annoncé aura – et a déjà dans certaines régions – un impact très important sur les activités touristiques. La modification du trait de côte sur le littoral ou la diminution de l’enneigement sont autant de facteurs qui perturbent les activités économiques liées au tourisme. Les acteurs territoriaux et économiques doivent donc se préparer à ces bouleversements en marche et doivent, parallèlement, envisager des solutions alternatives moins polluantes pour contribuer au ralentissement des effets du changement climatique.

Résumés des interventions Les enjeux qui lient tourisme et changement climatique Jean-Paul CERON, Chercheur, Directeur adjoint du CRIDEAU Le changement climatique à l’œuvre créera de nouvelles opportunités touristiques toutefois relativement faibles face aux risques qu’il représente. Les différents acteurs du tourisme devront s’adapter, même si la durée de vie de leurs investissements ne témoigne pas encore de leur anticipation. Les prévisions sur l’avenir des comportements touristiques sont difficiles à réaliser : les revenus que consacrent les particuliers au tourisme sont détournés vers d’autres dépenses pour s’adapter au changement climatique, mais globalement, la demande touristique (fluctuant selon les époques) diminuera. A l’inverse, le tourisme impacte à son tour le changement climatique : le transport représente 75 % des émissions de CO2 liées au tourisme et le tourisme global représente environ 5 % des émissions totales de CO2. Pour tenter de diviser par 3 à l’horizon 2050 les émissions de GES liées au tourisme, il faudra par exemple réduire fortement les déplacements en avion. Pour cela, l’Europe doit développer son réseau de TGV.

Le tourisme de montagne face au changement climatique : quelles stratégies pour réduire des émissions et s’adapter aux impacts ? Nathalie ROUSSET, Doctorante LEPII-EPE, Université Pierre Mendès France de Grenoble et Béatrice JANIAUD, Conseillère régionale, Conseil régional des Hautes-Alpes Le phénomène de réchauffement climatique est déjà accentué en montagne et les températures pourraient augmenter de 2°C à 6°C d’ici 2100. En effet, le trafic de marchandises et de voyageurs a largement augmenté et les stations de ski construites dans les années 1980 utilisent beaucoup

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


30

Les Ateliers du développement durable

d’énergie. Les Alpes disposent pourtant d’un grand potentiel (en techniques et en ressources) pour développer les énergies renouvelables. Les évolutions attendues vont rapidement changer le milieu montagnard et particulièrement le tourisme d’hiver : un réchauffement de 2°C repoussera les limites d’enneigement à 300m d’altitude. Ainsi, les stations de haute montagne profiteront probablement du manque à gagner des stations de plus basse altitude. Cette perte de clientèle et les difficultés financières des stations de moyenne et basse altitude créeront une pression croissante sur la haute montagne. Il faut donc développer des alternatives au ski : la neige de culture (neige artificielle) est aujourd’hui l’option la plus envisagée par les professionnels. Or, les canons à neige représentent une pollution visuelle et sonore, une consommation énergétique très élevée, et ne sont en aucun cas une solution à long terme. Par conséquent, les activités doivent se diversifier en fonction des attentes nouvelles pour faire valoir toute l’année un patrimoine culturel, artisanal et naturel important. Le conseil général de l’Isère a ainsi mis en place des contrats de développement et de diversification pour réorienter les ambitions de 11 stations contraintes de programmer l’arrêt total de leur activité neige.

Vers un Agenda 21 du tourisme en Gironde Philippe DORTHE, Président de la Commission chargée du Développement Touristique, Conseil général de la Gironde Dans le cadre de l’Agenda 21, la Gironde, dont le tourisme représente une grande part de l’économie, souhaite mettre en place une charte de développement durable pour travailler sur la biodiversité et les activités touristiques. Les plages, très bien préservées grâce à des plans de sauvegarde des paysages naturels, sont le pôle essentiel de l’activité touristique. Par ailleurs, de nouveaux plans permettraient d’envisager de nouvelles formes d’accès aux littoraux (navette, vélo) pour limiter l’accès en voiture : 15 % des touristes viennent déjà à vélo sur le littoral, mais la qualité et la quantité des pistes cyclables déjà utilisées doivent encore être développées. La Gironde a pour volonté de travailler avec des groupes de travail et de discussion, et avec une commission partenaire de l’université pour favoriser la recherche et le développement de nouvelles techniques.

Enjeux 1 : Anticiper les changements et s’y adapter Obstacles

Recommandations - Il est nécessaire d’entamer au plus vite la reconversion de certaines zones d’activités

- Difficultés à prévoir l’ampleur des modifications

touristiques, en proposant de nouvelles activités

climatiques et donc à s’y adapter

innovantes, pour remplacer celles qui sont amenées à disparaître (comme le ski dans les stations de basse altitude)

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


31

Les Ateliers du développement durable

Perspectives Les perspectives de réchauffement climatique sont relativement alarmistes pour le domaine du tourisme. C’est pourquoi certaines régions doivent enclencher au plus vite une mutation pour que leur future vie économique reste assurée. Cependant, ces mutations doivent elles-mêmes engendrer un impact écologique limité.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


32

Les Ateliers du développement durable

Atelier 3.4 POLITIQUES ECONOMIQUES / Transferts de technologies les plus innovantes et Solidarité Nord/Sud

Animation : Guy F. REINAUD, Directeur, Pro Natura International17

En bref Les innovations techniques ou sociales sont non seulement une clé du développement des pays émergents mais aussi une opportunité pour eux de constituer dès aujourd’hui une économie « efficace en carbone ». A condition de bien partir des besoins locaux, le transfert de technologies du Nord vers le Sud est un moyen éprouvé pour que se répandent ces innovations.

Résumés des interventions La coopération décentralisée : la performance des technologies modernes accélère la formation des acteurs des pays du Sud Jean GUERARD, Vice-président, Conseil Régional d’Aquitaine Les projets réalistes de coopération décentralisée s’appuient d’abord sur une bonne connaissance du terrain et des acteurs économiques concernés. Le transfert de technologies modernes, en complément de la formation des cadres territoriaux aux outils de haute technologie, permet ensuite d’améliorer la performance des filières économiques locales existantes. Ainsi, en Haïti - où les fonds internationaux ne sont pas totalement consommés - la Région Aquitaine a promu la plantation de forêts industrielles et a transféré le savoir-faire français en matière d’exploitation de ces forêts et de production de charbon de bois. Dorénavant plus performante sur le critère des rejets de carbone, la filière locale se maintient grâce à ce projet.

La normalisation, acteur de la solidarité Nord-Sud et la coopération technique internationale d'AFNOR Jean-Michel REMY, responsable développement normalisation "Cycle de l'eau", AFNOR L’AFNOR développe une coopération technique décentralisée visant à améliorer la gouvernance des services de l’eau et de l’assainissement dans des collectivités africaines en les impliquant directement dans l’élaboration de nouvelles normes ISO18 dans le domaine de l’eau : la mise en œuvre de ces normes dans les pays émergents sera de toute évidence plus efficace s’ils y sont associés. 17

www.pronatura.org. La méthodologie consiste à réunir les 17 pays participants, à analyser de manière conjointe des normes, à obtenir une vision concertée des objectifs à atteindre et à définir des plans d’actions prioritaires. Après la sélection des sites de tests, l’AFNOR recherche des collectivités françaises pouvant participer en appui (loi Houdin). Les tests pilotes seront réalisés dans la période 2008-2010. En 2010, le retour d’expérience permettra de créer les nouvelles normes ISO 18

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


33

Les Ateliers du développement durable

Dans ce projet, les soutiens financiers ne sont pas difficiles à obtenir, la formation technique n’est pas non plus un obstacle, en revanche les difficultés résident dans l’identification des interlocuteurs institutionnels localement.

L’innovation technique et sociale comme condition préalable au développement Alain GUINEBAULT, Délégué Général, Association GERES Pour l’Association GERES, une utilisation pertinente des ressources énergétiques est un moteur puissant du développement des pays du Sud. L’association développe donc des solutions qui améliorent de manière pérenne la qualité de vie des habitants dans les pays du Sud sans dégrader l’environnement. Par exemple, pour lutter contre la déforestation au Cambodge, l’association promeut depuis 10 ans la technique du « foyer amélioré ». Il s’agit d’un foyer fonctionnant au bois mais avec un rendement énergétique bien supérieur (économie de 25% de la ressource). Un plus grand saut technologique (économie de 50% de biomasse) nécessiterait un investissement nettement plus lourd pour les familles (50 dollars au lieu des 5 dollars pour le foyer amélioré), ainsi qu’un outil de micro-financement19, etc. Autant d’obstacles à la réussite du transfert de cette technologie. A vouloir maximiser l’innovation, on peut en venir à des solutions pas toujours adaptées aux besoins des populations, ce que l’association tente d’éviter.

Enjeu : la solidarité par le transfert de technologies Obstacles - L’innovation en elle-même n’est valable que si elle est adaptée aux besoins réels de l’économie locale - La recherche fondée sur l’organisation des pays du Nord et des « publications20 » est inadaptée

Recommandations - La coopération internationale doit tenir compte des aspirations sur le terrain - L’innovation dans les économies locales est pragmatique (solutions améliorant le quotidien)

- Le transfert de technologie nécessite la formation des cadres territoriaux et la formation professionnelle technique des utilisateurs, avec le risque que les stagiaires de la formation

- Ne pas « délocaliser » toute la formation en France

demeurent en France - Comment pérenniser les acquis du transfert de technologies ? - Quel financement pour les projets ?

- Les femmes, une fois formées, assurent le suivi en transmettant ce qu’elles ont appris (à leurs enfants…) - Les financements sont plutôt faciles à obtenir pour certains pays, et plus difficiles dans certaines

19

La microfinance désigne les dispositifs permettant d’offrir de très petits crédits à des familles très pauvres pour les aider à conduire des activités productives ou génératrices de revenus, leur permettant ainsi de développer leurs très petites entreprises 20 En référence aux publications scientifiques.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


34

Les Ateliers du développement durable

régions très pauvres. L’association GERES propose aux particuliers, entreprises et collectivités du Nord le mécanisme de compensation volontaire des émissions de CO2 pour financer ses projets. La coopération décentralisée, les fonds internationaux, les crédits MDP21 du protocole de Kyoto et le crédit carbone sont d’autres outils actionnés selon le pays concerné.

Perspectives Le transfert de technologies répondant à un besoin économique concret sera assuré grâce à la principale mission des associations : la formation sur le terrain. La formation technique des utilisateurs et des cadres de la fonction territoriale est le catalyseur de la prise de conscience des enjeux environnementaux.

21

Le Mécanisme de développement propre (MDP) repose sur la réalisation de projets qui permettent à des pays industrialisés d'investir dans des activités qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre dans des pays en développement.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


35

Les Ateliers du développement durable

Atelier 4.1 DECHETS / Gestion des déchets et valorisation énergétique

Animation : Maxime MOULINIER, Conseiller communautaire, Communauté urbaine de Bordeaux

En bref L’incinération des déchets permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de produire de l’énergie. A l’heure du Grenelle de l’environnement, il faut espérer que l’incinération des déchets ait toute sa place dans un schéma multi-filières de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation d’énergie. Mais la promotion de l’incinération se heurte à des craintes répandues sur les risques sanitaires.

Résumés des interventions Le traitement des déchets de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) Maxime MOULINIER, Vice-président de la commission des déchets de la Communauté urbaine de Bordeaux Quels sont les exemples notables de traitement des déchets dans la Communauté urbaine de Bordeaux ? Située sur le territoire de la CUB, l’usine de Cenon permet, grâce à la valorisation énergétique, de chauffer les immeubles à la périphérie de la ville. A Bègles, c’est un centre de tri couplé à une usine d’incinération qui parvient à s’autoalimenter en électricité et à vendre le surplus d’électricité à EDF. Les produits issus du compostage des déchets verts, eux, sont revendus au monde viticole, aux maïsiculteurs, aux maraîchers et aux communes. Au total, 21 centres de recyclage valorisent différents matériaux apportés par les habitants. Par ailleurs, trois déchetteries professionnelles devraient fournir sous peu - grâce à la communication de la chambre des métiers de la Gironde - une filière d'élimination spécifique pour les déchets d'activité des professionnels.

Valorisation énergétique et effet de serre Hubert de CHEFDEBIEN, Directeur des relations institutionnelles, Groupe CNIM L’incinération des déchets permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et de produire de l’énergie. Les économies d’émissions sont cependant difficiles à quantifier car les calculs doivent prendre en compte trois paramètres : - les émissions de CO2 d’origine biomasse ne sont pas comptabilisées dans le total des émissions, puisque ce type de CO2 entre dans le cycle court du carbone ; selon une étude de l’ADEME, seuls 43 % des émissions de carbone liées aux déchets ménagers sont d’origine fossile, et sont donc comptabilisées

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


36

Les Ateliers du développement durable

- valoriser l’énergie des déchets évite de consommer du carbone fossile et donc d’accroître l’effet de serre ; la France est d’ailleurs la mieux placée au sein de l’Union européenne sur le critère des économies d’énergie réalisées à partir des déchets renouvelables - la combustion produit du CO2 et non du CH4 (méthane), lequel a un pouvoir de réchauffement global supérieur (rapport molaire de 8,3). Ainsi, l’incinération des déchets offre un fort potentiel de réduction des émissions de GES, qu’il faut développer, même si seules 3,5 % des émissions en 2005 provenaient des déchets (selon le site de l’EPA).

Valorisation des déchets et énergie renouvelable Patrick BOISSEAU, Directeur technique, Groupe TIRU L’incinération des déchets n’apparaît pas de façon évidente lorsque l’on évoque la thématique des énergies renouvelables. Pourtant la directive européenne 2001/77/CE22 du 27 septembre 2001 inclut la fraction biodégradable des déchets dans la définition de biomasse, considérée comme source d’énergie renouvelable. La partie biodégradable des déchets, selon la direction générale de l’énergie et des matières premières, s’élèverait à 50 %. Les chiffres du ministère de l’Economie et des Finances entre 1970 et 2005 révèlent la place de e

l’incinération des déchets dans l’ensemble des énergies renouvelables en France : 2 position pour la production d’électricité (après l’hydraulique) et pour l’énergie thermique (après le chauffage au bois). Globalement, l’incinération des déchets ménagers représente 5,9 % de toute l’énergie renouvelable en France (soit 2 millions d’habitants alimentés en électricité en 2004). L’incinération des déchets est cependant confrontée au phénomène Nimby (Not In My BackYard). A cause de cette difficulté à lancer de nouveaux projets d’incinération, les tonnages incinérés et la production énergétique stagnent. Cette tendance va à l’encontre de l’objectif ambitieux de l’Etat français de couvrir, à l’horizon 2010, 10 % de nos besoins énergétiques grâce aux énergies renouvelables.

La valorisation énergétique des déchets de l’agglomération parisienne Thomas VACHEY, SYCTOM Le SYCTOM (syndicat intercommunal de traitement des déchets ménagers de l’agglomération parisienne) a pour mission le traitement et la valorisation des déchets ménagers issus des communes et des syndicats adhérents, c’est-à-dire de 2,5 millions de tonnes de déchets par an. Il agit selon trois axes prioritaires : - la prévention des déchets - le développement du tri et du recyclage - la diversification des moyens de traitement selon les types de déchets. En 2005, deux des 2,7 millions de tonnes étaient valorisées, 350 000 recyclées et 350 000 envoyées à des centres d’enfouissement technique. La Ville de Paris étant très énergivore, elle exige une 22

Traduite en droit français par la loi n° 2005-781 du 13 juillet 2005

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


37

Les Ateliers du développement durable

valorisation optimale des déchets. Grâce à la cogénération, l’incinération des déchets de 6 familles permet d’assurer les besoins en chauffage et en eau chaude d’une famille. Les 3 usines d’incinération (Saint-Ouen, Issy-les-Moulineaux, Ivry) ont une capacité de valorisation énergétique globale de 1,9 million de tonnes par an. Il convient également de mentionner les capacités de tri des collectes sélectives. Les résultats des travaux du GIEC imposent de prendre en compte la problématique du dérèglement climatique dans notre gestion quotidienne. Le SYCTOM agit donc sur les énergies, les transports, les déchets, le foncier, et participe aux études prospectives. En matière d’énergie, le défi est d’utiliser la biomasse et l’énergie disponible localement (déchets) comme énergie primaire (eau chaude et électricité) grâce à l’incinération et à la méthanisation. Cette ambition demande à la fois une synergie avec les moyens de production des réseaux de chauffage urbain et le développement de ces réseaux. S’agissant des transports, sur le territoire du SYCTOM, les bennes de collecte d’ordures ménagères parcourent en moyenne seulement 5 kilomètres avant le point de traitement. En matière de déchets, il s’agit de mettre en place une politique de prévention et une optimisation des modes de traitement selon les types de déchets : tri, incinération ou méthanisation ? A propos du foncier, le SYCTOM privilégie les bâtiments économes en énergie. Enfin, le SYCTOM participe aux études prospectives et noue des partenariats avec les villes pour la diffusion des bonnes pratiques.

Enjeu 1 : Communication et développement de l’incinération Obstacles

Recommandations

Les habitants, inquiets des risques sanitaires liés aux dioxines portées par les fumées, s’opposent à l’installation d’usines d’incinération

Diffuser les études réalisées et les données existantes afin de démystifier les peurs

Les pouvoirs publics doivent porter un message Les opérateurs de l’incinération des déchets

ferme de soutien de l’incinération et favoriser les

n’ont pas de réelle légitimité pour communiquer

rencontres (Grenelle de l’environnement par

aux yeux du public

exemple), qui sont aussi l’occasion de diffuser l’information et de lever certaines réticences

Enjeu 2 : Fixation des prix Questions

Recommandations - C’est un prix « politique » qui permet d’attirer les

Comment fixer le prix de vente du Kilowattheure thermique dans les réseaux de chaleur, alors que le combustible est gratuit ?

clients (par rapport au gaz). Il évolue ensuite en fonction d’un panel d’énergies. - Le combustible n’est pas totalement gratuit : les déchets doivent être transportés et l’incinération nécessite des infrastructures

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


38

Les Ateliers du développement durable

Perspectives Partie prenante de la production d’énergie renouvelable et de la réduction d’émissions gaz à effet de serre, l’incinération des déchets doit être davantage expliquée et prise en compte dans les objectifs de l’Etat. Elle s’articule avec d’autres modes de traitement des déchets (tri, méthanisation) et elle participe à la lutte contre le dérèglement climatique. L’incinération doit être intégrée pleinement à une politique ambitieuse de développement des énergies durables et des réseaux de chaleur.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


39

Les Ateliers du développement durable

Atelier 5.1 EAU / Optimisation de la ressource et adaptation au changement climatique

Animation : Vincent HAMMEL, Délégué régional, Agence de l’eau Adour Garonne

En bref La ressource en eau sur la planète est fixe. Rapportée au nombre d’habitants, l’eau potable (1 % de la ressource totale) devrait être largement suffisante malgré le réchauffement climatique mais sa répartition inégale et les différences de comportements, liées aux modes de vie, accentueront les disparités entre les territoires pour l’accès des populations à l’eau potable. Par ailleurs, les périodes de sécheresse devraient s’allonger. L’optimisation de la ressource passe par la gestion intelligente de l’eau potable et par l’utilisation de ressources de substitution (eau salée, eau traitée et eau de pluie). Cette démarche globale nécessite une sensibilisation accrue des responsables politiques et des citoyens.

Résumés des interventions Optimisation de la ressource et nouveaux usages de l’eau Marie-Christine HUAU, Déléguée au développement, Direction des Collectivités Publiques, VEOLIA Eau La France n’est pas en état de stress hydrique mais son territoire abrite des disparités liées à la concentration urbaine ou à l’irrigation des cultures. Les régions naturellement irriguées peuvent être victimes de pénuries d’eau si un déséquilibre s’installe entre l’offre et la demande. Ce constat implique une véritable gestion des flux pour une optimisation de la ressource en eau. Les actions à mener touchent à la fois l’économie de la ressource en eau potable et la recherche de ressources alternatives, offertes par les nouvelles avancées technologiques et scientifiques.

Les diagnostics d’économie d’eau sur les réseaux et bâtiments publics : mesures d’économies et de gestion concertée de la ressource Vincent LIMINIANA, Président de la commission Aménagement équipement des communes, Conseil général de la Gironde Suite à la validation du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) Nappes profondes de 3

Gironde en 2003, le territoire s’est fixé l’objectif de réaliser 30 millions de m d’économie d’eau : la moitié grâce aux ressources de substitution et l’autre moitié grâce aux économies d’eau. Ainsi, un diagnostic des réseaux de distribution est réalisé afin de diminuer les pertes actuelles qui représentent un quart de la consommation. Par ailleurs, un plan d’actions concernant la consommation publique préconise

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


40

Les Ateliers du développement durable

l’utilisation de ressources de substitution pour l’arrosage, l’installation de matériels hydroéconomes dans les sanitaires, etc. Cette démarche globale doit s’accompagner de la sensibilisation des responsables et des usagers.

Optimisation du réseau d’eau potable Constats

Recommandations Limiter les fuites d’eau (prise en compte des enjeux

Taux de perte importants dans les réseaux

financiers liés aux investissements) Mettre en place des compteurs individuels et des équipements autonomes (contrôles) Installer des compteurs individuels avec une prise

Gaspillage domestique

en compte des besoins différenciés selon les foyers Installer des matériels hydroéconomes

Gaspillage pour l’arrosage des jardins

Modifier les techniques d’arrosage : éviter

(horticulteurs, aménagements fleuris dans les

l’aspersion, préconiser l’arrosage de nuit plutôt que

villes…)

de jour et l’arrosage au goutte à goutte

Utilisation des ressources alternatives Constats

Recommandations Développer la technique de désalinisation et

Stress hydrique sur les zones côtières de plus en

l’optimiser afin qu’elle soit moins énergivore.

plus peuplées

Réutiliser le sel, déchet issu du process de désalinisation Utiliser l’eau pluviale Sensibiliser les urbanistes et paysagistes pour qu’ils intègrent la récupération d’eau de pluie dans

Pluies concentrées dans le temps et importantes

leurs conceptions Prendre en compte les aléas temporels et en volumes de la ressource Prendre en compte le risque sanitaire

Réseau d’assainissement performant

Réutiliser les eaux usées pour l’arrosage voire pour les usages sanitaires

Perspectives Les préconisations pour une meilleure gestion de la ressource en eau sont nombreuses mais doivent être toujours pensées dans un contexte global de développement durable et dans le respect de l’équilibre socio-économique. Cela passe par une véritable analyse de la ressource en eau et par la mise en place de programmes globaux tels que les SAGE.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


41

Les Ateliers du développement durable

Atelier 5.2 EAU / Distribution, production d’eau potable et énergies renouvelables En bref Face

au

réchauffement

climatique,

le

recours

aux

énergies

renouvelables

apparaît

incontournable pour limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES). L’eau contribue à cet objectif grâce à la production d’énergie hydraulique et à la technique novatrice (encore peu répandue) de micro-turbinage. Par ailleurs, les changements climatiques diminueront l’offre quantitative en eau alors que l’augmentation de la population risque d’accentuer la demande. Les nouvelles technologies pourraient offrir des perspectives intéressantes pour économiser cette ressource en eau.

Résumés des interventions L’approvisionnement en énergie renouvelable Gérard GARDIEN, Directeur du développement, Dalkia Atlantique En 2006, la consommation énergétique finale représentait 161,7 millions de TEP23 avec une contribution de 9,9 % des énergies renouvelables et 17 % de l’énergie nucléaire. Les différents scénarios prédisant l’approvisionnement énergétique futur concordent : la part des énergies renouvelables augmentera pour atteindre 32 % à 34 % en 2020. Toutefois, pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de CO2 fixés par la Commission européenne, cette stratégie doit être accompagnée d’une politique d’économie d’énergies.

Les enjeux de la Ville de Gap Jean-Pierre MARTIN, Maire-adjoint, Ville de Gap La Ville de Gap (40 000 habitants) applique depuis 1999 les principes d’une charte de l’environnement qui s’articule autour de 3 axes : la préservation et la valorisation de son capital nature, le développement durable et une bonne gouvernance. La Ville s’est particulièrement engagée dans la maîtrise des consommations d’énergie et le développement des énergies renouvelables. La mise en place d’une microcentrale hydroélectrique s’inscrit dans le cadre de cette politique.

23

Tonnes équivalent pétrole.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


42

Les Ateliers du développement durable

La production d’énergie par microturbinage à Gap Gérard DELIA, Directeur d’agence Alpes du Sud, Veolia Eau Veolia accompagne la Ville de Gap dans la mise en place d’une microcentrale de production d’électricité sur son réseau d’eau potable. L’énergie hydraulique sera produite au niveau de l’usine de traitement d’eau potable par une turbine activée par la chute de l’eau non potabilisée arrivant d’un lac d’alimentation situé à 300 mètres en hauteur. L’électricité vendue à EDF rapporterait 136 400 € par an à la Ville de Gap tout en évitant l’émission de 960 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

La radio-relève au service du développement durable Michel DUCOMMUN, Responsable de développement, Veolia Eau Veolia développe des compteurs d’eau individuels de radio-relève pour les collectivités qui souhaitent maîtriser leurs propres consommations en eau et celles des particuliers. Chaque compteur, alimenté par des panneaux photovoltaïques, est équipé d’un émetteur radio qui transmet automatiquement les index de consommation d’eau en utilisant une technologie avancée couplant la radio et Internet.

Les enjeux des microcentrales hydrauliques - Réduire les émissions de GES - Contribuer à l’atteinte de l’objectif de 10 % d’énergies renouvelables en 2010 Obstacles

Avantages

- Nécessité de réunir des conditions

- Utilisation double de l’eau : eau potable + source

topographiques particulières - Coût élevé du changement des canalisations - Difficulté d’obtention des autorisations

d’énergie - Vente de l’électricité produite à EDF - Non soumission à autorisation préfectorale

administratives (DASS)

- Absence d’émissions de GES Recommandations

- Faciliter les autorisations administratives - Développer et faire connaître cette technologie encore trop peu répandue en France

Les enjeux de la radio-relève solaire - Economiser la ressource quantitative en eau - Economiser de l’argent - Respecter la loi SRU (compteurs individuels obligatoires à partir de janvier 2008) - Sensibiliser les consommateurs et modifier leur comportement Obstacles

Avantages

- Risque de piratage du réseau

- Détection des fuites d’eau et système d’alarme

- Peu de demandes des collectivités

- Consultation des consommations sur Internet et

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


43

Les Ateliers du développement durable

- Trop d’informations tue l’information : nécessité

suivi continu des consommations heure par heure

d’analyser les données pour les rendre

- Economie de 20 % des consommations d’eau

compréhensibles par le consommateur

- Optimisation de la relève (plus rapide, régulière, pas de problème d’accès…) - Consommations facturées = consommations réelles Recommandations

- Déployer plus largement la radio-relève en France - Développer des outils similaires sur l’analyse qualitative de l’eau (température, pH, concentration en chlore…) - Etendre le système au gaz, à l’électricité… - Développer les afficheurs LCD pour les personnes qui n’ont pas accès à Internet - Développer les réseaux de relève fixe (sans déplacement d’un opérateur) plutôt que les réseaux piétons

Perspectives L’hydroélectricité est d’ores et déjà très largement utilisée, et elle est la source la moins onéreuse pour produire de l’électricité dans de nombreuses régions du monde. Son potentiel de développement est considérable, en particulier celui des microcentrales hydrauliques qui apparaissent comme une technologie énergétique prometteuse. Cependant, pour réussir le défi planétaire de la lutte contre les effets du réchauffement, les efforts devront aussi être concentrés sur les économies d’eau et d’énergie.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


44

Les Ateliers du développement durable

Atelier 5.3 TRANSPORTS / Réinventer et repenser les déplacements : PDU et mobilité douce

Animation : Jean-Pierre THIBAULT, Directeur régional, DIREN Aquitaine

En bref La

mise en place de stratégies de transports urbains en cohérence avec le développement

durable répond à une nécessité forte de limiter l’étalement des agglomérations pour préserver les paysages ruraux en périphérie. Cette préservation passe nécessairement par l’amélioration du cadre de vie urbain avec un air plus sain, moins de nuisances sonores et des déplacements facilités. Les Plans de Déplacement Urbains (PDU) visent à mettre en cohérence moyens et objectifs dans une stratégie de mobilité durable intégrant les besoins individuels des particuliers. Des initiatives plus ciblées peuvent également être menées au niveau des entreprises (PDE) ou des écoles (pédibus ou cyclobus) en concertation avec les différents acteurs et opérateurs locaux. Favoriser les modes combinatoires avec une tarification intégrée en parallèle d’initiatives privées est également une politique d’amélioration menée par certaines agglomérations.

Résumés des interventions Penser la mobilité durable Marie-Pierre GAIFFAS, Directrice adjointe Direction des déplacements urbains, Communauté urbaine de Bordeaux Un Plan de Déplacements Urbains a été adopté en 2000 avec pour objectif d’inciter au développement de pistes cyclables et à la mise en place de nouveaux services à la mobilité (Plans de Déplacement Entreprise (PDE), espaces de livraison de proximité, centres d’auto-partage, covoiturage…). Ce PDU peut encore être amélioré en raisonnant à l’échelle de l’individu : prise en compte des modes et motifs de déplacement, de temps de parcours, de confort et de sécurité. Toujours dans cette optique, le PDU valorise le développement de sources et lieux d’information sur les modes de déplacement disponibles (Internet, entreprises, commerces…) pour optimiser la construction multimodale.

Le rôle de l’individu et de l’entreprise dans les pratiques de mobilité alternatives Monique SIRVEN, Conseillère technique, ARPE Midi-Pyrénées Des stratégies, sortes de micro-PDU encadrées par l’ARPE, sont menées pour l’accompagnement des enfants à l’école (à pieds ou à vélo) ou pour les trajets domicile-travail par le biais des PDE. Ces mises en œuvres suivent une méthodologie précise allant d’une analyse de la situation à la mise en place d’un

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


45

Les Ateliers du développement durable

plan d’action en passant par la concertation entre tous les acteurs concernés par la démarche (entreprises, employés, enseignants, parents d’élèves, collectivités, compagnies de transport, associations…) et leur mobilisation sur des projets communs.

Nouveaux services à la mobilité avec véhicules électriques ou hybrides électriques Jean-Marie GRELIER, Directeur du service Mobilité et transports, Communauté d’agglomération de La Rochelle Dans le prolongement d’expérimentations menées depuis quelques années, la politique en place vise à améliorer les transports urbains dans trois domaines : le transport de marchandises en ville, les véhicules en temps partagé et la desserte en minibus de parkings-relais, dans un objectif de gestion mutualisée par le biais notamment d’une tarification intégrée.

Enjeu 1 : Optimiser les déplacements motorisés Obstacles - Prépondérance de la voiture dans les déplacements domicile-travail et d’accompagnement - 1,2 personnes en moyenne par véhicule - Coût croissant de l’utilisation de la voiture - Gaz d’échappements, nuisances sonores - Risques d’accidents Services de livraison en milieu urbain non optimisés

Recommandations - Promotion des transports en commun - Auto-partage et covoiturage - PDE - Parking-relais puis vélos gratuits - Tarification intégrée des différents modes de déplacement Plateformes de distribution de proximité - Pôles de compétitivité Mobilité et transports

Innovations technologiques pour un transport

avancés

motorisé économe en énergie et moins polluant

- Utilisation de véhicules électriques et hybrides électriques pour les transports en commun

Enjeu 2 : Favoriser les déplacements à mobilité douce Obstacles

Recommandations - Mise en place de mesures de mobilité douce

Distances parcourues parfois réduites

(ramassage scolaire à pieds ou à vélo) - Adaptation des entreprises pour l’accueil des cyclistes (parcs à vélo, douches…)

Pistes cyclables peu développées

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

Objectifs imposés d’aménagement de pistes cyclables

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


46

Les Ateliers du développement durable

Perspectives Outre ses avantages en terme d’économies énergétiques, financières… et d’environnement, la mise en place d’un système de transports en lien avec le développement durable permet de créer des liens sociaux par les échanges et la mutualisation des moyens dans des objectifs communs. Les territoires urbains sont en perpétuelle évolution et il est indispensable aujourd’hui de mieux penser la notion d’aire urbaine en travaillant à toutes les échelles (territoires, secteurs, quartiers) et d’intégrer la dynamique spatiale dans les PDU.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


47

Les Ateliers du développement durable

Atelier 5.4 DEPLACEMENT / Ville dense, ville durable : optimisation de l’organisation des déplacements

Animation : Maurice GOZE, Professeur de géographie, Université de Bordeaux 3

En bref Toutes les grandes villes françaises sont aujourd'hui confrontées au phénomène de l'étalement et de la fragmentation urbaine (centres commerciaux et ZAC en périphérie, multiplication des centres de loisirs, déplacements des « rurbains » vers la campagne…). L’étalement des villes freine les démarches durables car il complexifie l’organisation des déplacements, et notamment la mise en place de transports en commun. Les collectivités doivent donc entreprendre une gestion intégrée des transports et de l’aménagement du territoire.

Résumés des interventions Introduction Maurice GOZE, Professeur de géographie, Université de Bordeaux 3 La France a pris position pour réduire l’étalement urbain et densifier les villes, en articulant davantage urbanisme et déplacement. La ville dense est-elle pour autant économe ? Ce n’est pas évident, car faire des mesures globales dans ce domaine reste difficile.

Politiques de transports et d’aménagement dans les territoires périurbains Mariane THEBERT, Chargée de recherche et Christophe GUERRINHA, Doctorant, Laboratoire Ville Mobilité Transports En zone périurbaine, la question des transports se pose en termes de projets de territoire. Des stratégies sont développées par la commune, en fonction de sa position vis-à-vis des communes qui l’entourent. Une commune prise dans le mouvement de périurbanisation doit définir une stratégie pour gérer les déplacements de ses citoyens. Elle peut accepter d’avoir une fonction quasi exclusivement résidentielle. Dans ce cas, la collectivité choisira des structures visant à améliorer et à adoucir la circulation (zones 30 Km/h, par exemple). Mais les acteurs d’une commune peuvent également refuser que l’extension se fasse sans création d’emplois. L’accent sera alors mis sur la dimension productive des déplacements. Ces stratégies communales interfèrent avec celles de l’intercommunalité, en se concurrençant ou, au contraire, en se complétant. Dans ce dernier cas, la politique de transport matérialise ce compromis territorial réalisé par plusieurs communes périurbaines. Si le compromis n’est pas établi, dans le cas d’une commune isolée, ou de communes qui ne s’intéressent pas aux transports, les collectivités adopteront une position attentiste et privilégieront certainement les liaisons ferroviaires.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


48

Les Ateliers du développement durable

S’il y a un compromis local, c’est souvent entre un chef-lieu de canton et les communes périphériques, qui mènent alors une politique volontariste. La création d’un réseau de desserte locale sera privilégiée mais la pérennité de ces systèmes est souvent remise en cause puisqu’elle repose sur un compromis. Ces différentes stratégies sont souvent liées à la position géographique du secteur périurbain, ainsi qu’à l’accès à une desserte ferroviaire.

Politique de transports en Ile-de-France Dominique RIOU, Chargé d’étude SDRIF, IAURIF En février 2007, un schéma directeur pour l’aménagement des transports en Ile-de-France a été décidé. Jusqu’en 1994, l’idée qu’il fallait tenter d’apporter une accessibilité globale en Ile-de-France a prédominé. Ce modèle urbain a atteint ses limites énergétiques, environnementales et spatiales, et les constats d’inégalités sociales et territoriales demeurent. De plus, cette organisation fonctionne grâce à la voiture, mais ce mode de transport n’est pas accessible à tous. Les transports en commun fonctionnent là où le réseau est maillé (dans et vers Paris). Fondé sur l’ensemble de ces constats, le plan vise un système de transports qui respecte le développement durable. Le projet spatial est en rupture avec les précédents, car il propose de densifier les cœurs urbains, d’optimiser les transports collectifs et de structurer l’urbanisation autour des agglomérations secondaires selon leurs dynamiques propres.

Le point de vue d'un gestionnaire de transports urbains Alain PITTAVINO, Directeur Régional, Veolia transport Sud-Ouest La volonté d’une entreprise de transports en commun est de proposer une offre de transports pratique pour les individus. A Bordeaux, le premier bilan de la mise en service du tramway est extrêmement positif. Le tramway offre de la régularité et permet de réduire globalement le temps de déplacement. Le transport en commun en site propre doit continuer à se développer, en complémentarité avec des bus à haut niveau de service (en termes de régularité, de visibilité et d’information). Il faut également répondre à l’étalement dans le temps ou dans l’espace des déplacements des usagers et proposer de nouvelles solutions. Le nombre de collectivités locales intervenant dans le domaine des transports complique néanmoins la tâche de coordination. Les parcs relais, où les voyageurs peuvent stationner pour ensuite utiliser les transports en commun dans l’agglomération, peuvent constituer une alternative utile, tout comme le vélo en libre service. Les transports en commun fonctionnent donc s’ils sont bien pensés et si l’étalement de la mobilité, dans l’espace et dans le temps, est pris en compte.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


49

Les Ateliers du développement durable

Un enjeu primordial pour un développement durable des villes : favoriser l’utilisation des transports en commun Obstacles

Recommandations

- L’offre faite aujourd’hui sur les transports en

- Le transport en commun doit être ludique et

commun n’est pas nouvelle et donc peu attractive

moderne (vélos électriques par exemple).

- Effet pervers : de bons transports en commun

- Des lignes de bus avec peu d’arrêts pourraient

contribuent, en même temps, à générer

être mises en place

l’étalement urbain - Importance du dialogue et du projet de territoire - Interférences entre stratégies communales et

pour un maillage pertinent

intercommunales sur la compétence transports - Mobilité différente dans le temps et dans

- Atteindre une connaissance fine des pics d e

l’espace

mobilité pour proposer des solutions adaptées

Perspectives L’enjeu des politiques urbaines est aujourd’hui complexe, dans une perspective de développement durable des villes. La gestion intégrée des transports et de l’aménagement du territoire doit donc permettre d’offrir des transports en commun efficaces et modernes tout en contribuant à la densification de l’espace urbain, afin de limiter les trajets personnels en voiture entre des zones périurbaines mal desservies et des centres urbains dynamiques.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


50

Les Ateliers du développement durable

Atelier 6.1 EDUCATION / Agenda 21 scolaires

Animation : Eric BONNEFOND, Directeur de la communication, Communauté urbaine de Bordeaux

En Bref L’établissement scolaire est un lieu de vie, un lieu social, un lieu culturel. C’est pourquoi une démarche Agenda 21 peut se décliner à l’échelle d’un établissement et ainsi représenter un levier éducatif au bénéfice des élèves. L’éducation au développement durable étant désormais inscrite au programme scolaire, l’ensemble des acteurs éducatifs doit être informé et formé afin de lancer des actions éco-citoyennes au sein des établissements scolaires.

Résumés des interventions De l’école au campus, agir ensemble pour le développement durable (méthodologie d’Agenda 21 scolaire) Christine DELAYE, Responsable communication et publication, Comité 21 Le Comité 21 accompagne la mise en place des Agendas 21 scolaires qui engagent les jeunes et tous les acteurs de l’établissement dans une démarche de progrès environnemental et social. Qu’elle soit impulsée par la collectivité, le rectorat, le chef d’établissement, des professeurs ou encore des parents d’élèves, la démarche Agenda 21 scolaire s’appuie sur les acquis, atouts et faiblesses de l’établissement pour engager une démarche de progrès. Cette démarche permet également d’établir de nouvelles relations aux autres (responsabilisation des jeunes, lien différent avec l’enseignant), d’alimenter l’action pédagogique et d’établir de nouveaux partenariats avec les collectivités, les associations, les entreprises… Les collectivités territoriales, source de proximité, d’informations et d’enjeux pour le développement durable Françoise CARTRON, Vice-présidente en charge de la Communication et de la promotion de la métropole, Communauté urbaine de Bordeaux La Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), l’inspection académique, le centre de classes citadines et les associations se relaient pour diffuser les Agendas 21 au sein des établissements scolaires de la CUB. Les collectivités passent un partenariat avec le rectorat pour accompagner les démarches d’Agenda 21 scolaire aux plans technique, financier et pédagogique. Collectivité territoriale la plus proche de ses habitants, la CUB a profité d’un projet de réseau de tramway pour sensibiliser les jeunes au développement durable en offrant la possibilité aux écoles de visiter le chantier, de rencontrer les acteurs…

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


51

Les Ateliers du développement durable

Démarche de développement durable dans un établissement scolaire Samuel LODDE, Proviseur adjoint chargé de l’Agenda 21 scolaire, Lycée Guy de Maupassant, Fécamp Le Lycée Guy de Maupassant à Fécamp a démarré son Agenda 21 à la rentrée 2005. Ce projet a été acté par les conseils d’administration et engage la structure sur la thématique développement durable. Le travail du chef d’établissement est d’irriguer toutes les dimensions du Lycée pour sensibiliser l’ensemble des élèves et enseignants à la démarche. Durant la phase de diagnostic, toute la communauté scolaire a été interrogée sur l’énergie, les déplacements, la gestion des déchets, la qualité de vie dans l’établissement… Cette phase – simple en apparence - de diagnostic a représenté un moment précieux de communication. Un programme d’actions a ensuite été rédigé pour engager officiellement le Lycée dans un cadre exemplaire (il devient un terrain d’application des projets) et pour pérenniser la démarche Agenda 21, en cas de changement de chef d’établissement par exemple. Les économies réalisées grâce aux différents projets (économie d’énergie, de papier, comportement auto-responsable…) ont bénéficié directement à l’établissement, l’économie ayant été matérialisée par une journée de sortie gratuite pour les élèves.

Enjeu : sensibiliser, mobiliser et rassembler les acteurs éducatifs pour la mise en place d’un Agenda 21 scolaire Obstacles Manque

de

communication

Recommandations et

de

retours

Relayer les expériences via Internet

d’expérience sur les démarches Agenda 21

La collectivité territoire (et non l’Education

scolaire

Nationale) doit jouer le rôle de déclencheur de cette démarche

Manque de connaissances sur le développement durable à l’Education Nationale et donc manque de relais sur le terrain

Proposer des formations pour les enseignants via le rectorat (c’est souvent déjà le cas)

Les parents d’élèves impliqués dans un Agenda

A terme, l’autonomie des établissements sur leur

21 scolaire se trouvent souvent dépourvus

Agenda 21 est souhaitable (même si le projet

d’actions de sensibilisation

d’école est impulsé par des parents d’élèves)

Perspectives La phase de diagnostic est indispensable pour entrer dans une démarche de progrès et bien comprendre les enjeux du développement durable dans l’établissement. La mise en place d’un Agenda 21 scolaire ne représente pas une grosse machine à lancer ; celui-ci peut partir de petites actions touchant à la vie quotidienne de l’établissement et devient donc possible depuis l’école primaire jusqu’au campus universitaire.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


52

Les Ateliers du développement durable

Installer une démarche de développement durable au sein du système éducatif fait appel à plusieurs niveaux de compétences ; les Agendas 21 scolaires s’articulent donc entre ces différentes échelles qui doivent veiller à avancer ensemble, dans le même sens.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


53

Les Ateliers du développement durable

Atelier 6.2 EDUCATION / Quels partenariats entre communauté éducative et institutions pour réussir le pari de l’éducation au développement durable ?

Animation : Christine BOST, Présidente de la Commission chargée de l’Education, de la Citoyenneté et de la Prévention, Conseil général de la Gironde

En bref L’éducation à l’environnement et au développement durable est un des leviers indispensable à la mobilisation des citoyens pour un monde plus solidaire, responsable et équitable. C’est dans cet esprit que le sommet de Rio a établi en 1992 trois engagements d’éducation : réorienter l’éducation vers un développement durable, sensibiliser le public et promouvoir la formation. Les communautés éducatives et institutionnelles doivent maintenant avancer main dans la main pour former et accompagner les jeunes, les professeurs et les entreprises dans leur construction d’un avenir durable.

Résumés des interventions Clim City : une exposition virtuelle à vocation pédagogique et ludique Eric GORMAN, Coordinateur du projet, Cap Sciences, Bordeaux L’association Cap Sciences crée des liens entre la communauté scientifique, la recherche, l’industrie, la technologie et le grand public. Cap Sciences mobilise les acteurs et joue le rôle de médiateur scientifique pour créer une dynamique locale autour de la science. L’association conçoit par ailleurs des produits culturels à but pédagogique. Le projet Clim City de Cap Sciences propose un outil pédagogique de sensibilisation au changement climatique et au mode de vie éco-responsable. Clim City plonge le joueur dans un environnement virtuel où le but du jeu est de bâtir un plan climat en adaptant cet environnement aux réalités du changement climatique (objectif de division par 4 des émissions de CO2). Clim City fait comprendre la réalité du changement climatique tout en montrant que la situation n’est pas encore catastrophique.

Le développement des partenaires Ville-Ecoles à travers la mise à disposition d’outils d’éducation à l’environnement Patrick MADEC, Chargé de mission Agenda 21, Ville de Mérignac Dans le cadre de son Agenda 21, la Ville de Mérignac a lancé 46 actions dont l’une est liée à l’éducation à l’environnement et au développement durable : la Ville met à disposition de ses établissements scolaires des outils d’éducation à l’environnement : la ferme de découverte (pour les écoles, les centres

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


54

Les Ateliers du développement durable

de loisirs et les centres pour handicapés), les potagers pédagogiques (proposant des animations au sein des structures para municipales), les activités au sein des parcs de la ville, les outils municipaux (ainsi la médiathèque est destinée à devenir pour les enseignants un centre de ressources sur le développement durable). Avec son agenda 21 scolaire, la Communauté urbaine de Bordeaux souhaite développer des actions partenariales avec ses écoles, collèges et lycées.

De la formation initiale à l’entreprise : ECOMET, un site d’éducation à l’environnement Nadine BERTRAND, Chargée de projet, CNIDEP Le CNIDEP est un service de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Meurthe-et-Moselle labellisé par le ministère des Petites et Moyennes Entreprises24 comme pôle de référence français sur les questions d’environnement dans les petites entreprises. Le CNIDEP a développé ECOMET, un site Internet d’éducation à l’environnement pour les entreprises artisanales et les jeunes en apprentissage. En effet, la sensibilité environnementale est encore trop peu mise en pratique dans les petites entreprises, et seuls la forte demande de la clientèle, les référentiels d’apprentissage et la sensibilité propre des personnes sont aujourd’hui capables de faire évoluer les choses. Le site permet de montrer les impacts que peut avoir le fonctionnement des entreprises artisanales.

Enjeu : Instaurer une cohérence dans la démarche éco-citoyenne depuis l’école jusqu’à la vie active Obstacles Manque de suivi sur le terrain des notions inculquées lors des formations aux métiers de l’artisanat

Recommandations Accompagner les entreprises artisanales dans leurs démarches éco-citoyennes tout au long de leur vie - Faire connaître et mettre en valeur les entreprises compétentes

Pénurie d’entreprises capables d’assurer l’éco-construction

- Recenser les entreprises possédant ce savoir-faire sur un site Internet spécifique - Mettre en valeur et faire connaître les formations existantes et créer les formations manquantes - La répression (moyen toutefois insuffisant si l’artisan n’a pas la solution technique pour respecter la

Le geste éco-citoyen émane d’une démarche très personnelle que les artisans n’ont pas toujours

réglementation) - Réfléchir avec le CNIDEP sur les actions à mener - Acquérir une connaissance des entreprises pour agir de la manière la plus efficace - Inclure des exigences éco-citoyennes dans la définition des marchés publics des collectivités locales

24

Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et des Professions libérales

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


55

Les Ateliers du développement durable

La motivation des professeurs et des parents d’élèves s’essouffle faute d’adhésion massive (l’Agenda 21 scolaire25 est né de l’initiative de

Mettre en place auprès des parents des sessions d’information sur les actions menées au sein des écoles

quelques personnes seulement)

Perspectives La société a pris conscience des défis qui s’imposent à elle, mais se cherche encore sur la méthode de sensibilisation et d’incitation à passer à l’acte. L’intégration réelle du développement durable dans les actions comme dans les mentalités commence par la formation des décideurs qui ont, pour cela, besoin de s’entourer d’experts dont les Universités regorgent.

25

Cité par Patrick MADEC

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


56

Les Ateliers du développement durable

Atelier 6.4 ECO-QUARTIER / Construction durable et écoquartier

Animation : Laure CURVALE, Vice-présidente, Communauté urbaine de Bordeaux

En bref Les éco-quartiers sont des projets récents qui fédèrent un grand nombre d’acteurs (collectivités, particuliers, bailleurs) autour des enjeux du développement durable. Au-delà de leur mise en place, la viabilité à long terme de ces éco-quartiers nécessite un investissement réel et une démarche citoyenne des habitants de ces quartiers. Les éco-quartiers permettent de répondre à une attente citoyenne sur l’environnement et la qualité de vie ; ils sont aussi des laboratoires pour des projets d’urbanisme durable et de nouvelles façons d’envisager l’aménagement du territoire et les paysages urbains. Tout en s’intégrant dans les quartiers actuels, les écoquartiers doivent apporter des solutions innovantes pour améliorer les performances environnementales, économiques et sociales de l’habitat.

L’éco-quartier de la ZAC du théâtre de Narbonne Jean-Marie LIGNERES, Directeur du Développement Durable, Ville de Narbonne Un éco-quartier va être construit au sein du quartier du Théâtre de Narbonne et comme tout quartier durable, il devra s’intégrer aux autres quartiers de la ville. L’enjeu est de taille pour cette ville qui est au cœur d’un Parc naturel et qui comprend trois sites classés. A Narbonne, les émissions de gaz carboniques sont principalement liées aux transports et aux habitations. L’ambition de la Ville est de créer un quartier de 650 logements répartis sur 13 hectares et présentant un bilan global de zéro CO2, et une circulation automobile maîtrisée. Le projet a été conduit en 3 séminaires qui regroupaient 30 acteurs locaux exprimant des valeurs écologiques communes. Le déplacement en milieu urbain est un des enjeux majeurs du projet : 50 km de pistes cyclables sont déjà en place, et la mise à disposition gratuite de vélos est prévue pour se rendre en centre-ville. Les initiateurs de cet écoquartier, dont le coût est évalué à 133 millions d’euros, ont souhaité utiliser au maximum le vent, le soleil et la pluie. Pour cela, un prototype de crèche à énergie positive a été construit ; cette crèche utilise de nombreuses techniques modernes et écologiques, comme la création d’un tri sélectif à la source, avec collecte silencieuse. Ce projet doit, évidemment, s’accompagner de gestes écologiques au quotidien.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


57

Les Ateliers du développement durable

Problématiques spécifiques du développement des éco-quartiers en zone rurale Maria DUBROCA et Grâce YEPEZ, Responsables Développement Durable, Nobatek La principale problématique du milieu rural est de résister à l’extension des villes. Dans ce contexte, les outils d’évaluation d’émissions de CO2 se multiplient pour mettre en place des éco-quartiers. Toutefois, ces outils sont souvent limités et d’autres moyens doivent être mis en place pour qu’un village soit aussi compétent qu’une ville dans la construction d’un éco-quartier. Pour cela, l’analyse du site est une base fondamentale à tout projet.

Méthodologie pour un aménagement durable : la ZAC des Quais à Floirac Claire BEDORA, Communauté urbaine de Bordeaux et Dominique PETERMÜLLER, Cabinet d’architectes Panerai – Petermüller La commune de Floirac, à proximité de Bordeaux, abrite de nombreuses familles en situation difficile, et doit donc apporter des réponses à d’importantes questions sociales. La réhabilitation d’une ancienne friche industrielle en Zone d’aménagements concertés (ZAC) a permis un réaménagement urbain qui vient répondre à ces attentes sociales. D’une part, ce projet de nouveaux logements vise à allier des maisons de villes et des petits immeubles collectifs dans lesquels est favorisée une mixité sociale, grâce à des logements de différents statuts. D’autre part, l’aménagement des espaces publics répond à des attentes écologiques et esthétiques (ex : évacuer les eaux de pluie par un ruisseau plutôt que par un tuyau). Les responsables du projet ont souhaité minimiser autant que possible l’utilisation de la voiture en aménageant les espaces publics pour qu’ils puissent accueillir de nombreux modes de transport et en créant une organisation alternative du stationnement, pour ne pas l’étaler inconsidérément sur les espaces privés.

Des obstacles à de réels projets durables Obstacles

Recommandations

- Le trajet domicile-travail continue à se faire

- Prendre en compte une échelle de territoire plus

généralement en voiture, surtout en zone rurale

large et favoriser les transports en commun

- Les critères de santé durable sont trop souvent

- Faire intervenir des experts de la santé sur les

oubliés dans les éco-quartiers

projets d’éco-quartiers

Perspectives Bien que les éco-quartiers ne voient le jour en Europe que depuis quelques années, ils proposent de véritables innovations technologiques. Cependant, de nombreux problèmes restent à résoudre pour que ces éco-quartiers s’intègrent dans une politique plus globale d’urbanisme visant à une réduction de la consommation d’énergie. Il est notamment nécessaire que les habitants de ces quartiers intègrent des gestes éco-citoyens à leur quotidien.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


58

Les Ateliers du développement durable

Atelier 7.1 HABITAT / Impact de l’énergie sur les charges locatives

Animation : Alain CHOSSON, Secrétaire général, CLCV

En bref En constante progression, le coût des énergies fossiles représente une part non négligeable des charges locatives, mais sur laquelle on peut agir. Les collectivités, les bailleurs, les promoteurs ont leur part de responsabilité dans le choix du système de chauffage, lors des constructions neuves ou des réhabilitations. Les locataires ont eux aussi la mission de se servir à bon escient des installations et de réduire leur consommation. La stratégie est ainsi doublement gagnante : elle réduit les coûts et respecte mieux l’environnement.

Résumés des interventions Raccordement au Réseau de chaleur des Hauts-de-Garonne : rôle de la collectivité dans le cadre du GPV et impacts sur les charges locatives Jacqueline DESCAZEAUX, Directrice du Développement Urbain et de la Planification, Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) Lors des opérations de renouvellement urbain du quartier des Hauts-de-Garonne situé dans l’agglomération bordelaise, la CUB a opté pour le raccordement des nouvelles constructions au réseau de chaleur. Il s’agissait pour elle de maintenir un prix de chauffage cohérent pour les habitants de ce quartier, dont le revenu est faible (plus de 50 % des foyers fiscaux non imposés). En choisissant le raccordement, la CUB supporte volontairement un investissement au bénéfice des habitants (maîtrise des charges) et de l’environnement (mode moins émissif).

Une démarche de développement durable axée sur les échanges avec les habitants et les économies d’énergie : l’exemple de la transformation de la Tour Bois-le-Prêtre Emmanuel TUAL, Directeur de l’Economie et du Développement Durable, OPAC Paris Pour concrétiser sa nouvelle charte fondée sur le développement durable, l’OPAC de Paris (120 000 logements) a choisi deux opérations pilotes, dont la rénovation de la Tour Bois-le-Prêtre. Ce projet devait relever le défi ambitieux de la « métamorphose », afin d’améliorer l’image négative de la tour. Le concours pour ce projet a été doté d’un budget équivalent à une opération de démolition reconstruction, soit 100 000 euros par logement, enveloppe largement supérieure au budget normalement prévu pour une rénovation. Le projet retenu prévoit l’ajout d’une seconde peau autour de la tour, en construisant des extensions de jardins d’hiver (non chauffés) sur toutes les façades. Ce

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


59

Les Ateliers du développement durable

rideau thermique a un effet tampon et permet une réduction énergétique de 30 % par rapport au règlement RT 2000, avec une consommation de 82 Kilowattheure/m² habitable et par an.

Actions menées à Gironde Habitat en matière d’économie d’énergie dans les logements et de maîtrise des charges des locataires Gilles DARRIEUTORT, Directeur de la location, et Jean-Luc LAJOUS, Responsable du Service montage d’opérations et développement durable, Gironde Habitat Gironde habitat (12 000 logements sociaux) mène des actions de développement durable dans la construction neuve. En 2004, l’opérateur a conduit une étude dénommée « Maison écologique » pour améliorer notamment les performances énergétiques des bâtiments. Suite à cette étude, Gironde Habitat a signé des contrats de certification (label THPE, Habitat et environnement...). L’organisme vise la diminution des consommations énergétiques via l’installation de chauffe-eau solaires (60 % de l’énergie nécessaire à chauffer l’eau du ménage) qui permet, pour un T3, de réaliser une économie de 160 € par an. Sur certaines opérations, les performances sont encore plus spectaculaires (RT2005 50 %) avec une consommation en eau et chauffage de 375 € par an pour un T3 semi-collectif ! D’autres pistes de travail concernent l’isolation du bâti, l’optimisation de l’électricité…

Enjeu : les bons choix énergétiques pour diminuer les charges Les facteurs impactant la part énergie dans les charges locatives Poids de la conjoncture - variations du prix de l’énergie fossile Volonté des acteurs (bailleurs, collectivités, opérateurs) - choix de la nature du réseau : réseau collectif, individuel ou électrique, maintien ou reconstruction du réseau en cas de réhabilitation de quartier ; ➥ dans le cas de la CUB, le choix en faveur du maintien s’est basé sur la volonté de pérenniser l’existant et de prendre en compte la situation de populations à bas revenus, mais aussi sur le manque de temps pour s’engager dans une construction entièrement nouvelle - montage du financement : la CUB fait participer le bailleur à hauteur de 2 000 € pour un raccordement au réseau et souhaite prendre en compte le niveau de revenu des habitants - choix de construction de l’opérateur : les choix sont cadrés par des chartes ou des labels en vigueur chez l’opérateur ; le projet de la tour Bois-le-Prêtre s’inscrit par exemple dans les objectifs de la charte de l’OPAC de Paris (optimiser les consommations d’énergie), Gironde Habitat mène une réflexion développement durable concrétisée par la signature de certifications et de labels HTPE (chauffe-eau solaire) Facteurs locaux - proximité d’une chaufferie à bois, d’un centre de récupération des déchets

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


60

Les Ateliers du développement durable

- nombre de logements sur lesquels répartir la charge dans le cas d’un réseau collectif de chaleur Facteurs comportementaux - habitudes des locataires

Diminuer la consommation énergétique pour maîtriser les charges Pourquoi ? En raison des enjeux économiques, sociaux, environnementaux de la diminution de la consommation énergétique Comment ? - sensibiliser le locataire par des messages forts (1°C de plus en chauffage augmente la facture de 7 %) et en individualisant les compteurs ; Gironde Habitat développe une cellule qui interviendra dans les résidences pour expliquer les gestes au quotidien - isoler le bâti : le coût unitaire du chauffage a beau être compétitif, si le bâtiment est mal isolé, cela ne sert à rien - remplacer les appareils avant leur obsolescence - adapter les réseaux collectifs à plusieurs sources énergétiques afin de lisser les variations du pétrole par l’apport d’énergies renouvelables (coût plus stable) - sélectionner les projets de réhabilitation en cohérence avec les principes de développement durable (tour Bois-le-Prêtre avec évaluation de l’énergie grise consommée) - raisonner en coût global car les investissements majeurs sont aujourd’hui supportés par la collectivité

Perspectives La maîtrise de la consommation énergétique est une voie pragmatique pour faire baisser la facture des charges locatives. Les bailleurs et promoteurs commencent à intégrer les prescriptions pour des bâtis énergétiquement performants. Cet effort doit être relayé par les usagers pour des comportements cohérents. Il faut multiplier l’information sur le sujet pour que chacun à son niveau agisse en faveur du combat pour la maîtrise des charges.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


61

Les Ateliers du développement durable

Atelier 7.2 HABITAT / L’utilisation de nouveaux matériaux dans la construction

Animation : Jacques RESPAUD, Vice-président en charge du patrimoine départemental, Conseil général de la Gironde

En bref Les stratégies de développement durable, mises en œuvre par les acteurs économiques ou les institutions, entraînent des changements multiples en particulier dans la construction, principal secteur économique émetteur de Gaz à effet de serre (GES). La construction évolue pour limiter ses

impacts

directs

sur

l’environnement,

économiser

les

ressources

naturelles

non

renouvelables, prendre en compte la déconstruction des bâtis tout en améliorant les propriétés d’usages des matériaux et des ouvrages et en veillant à la santé et au confort des personnes. De nouveaux matériaux conçus dans cette optique – les éco-matériaux – vont devoir, à terme, remplacer les matériaux usuels. Mais, cette filière est-elle prête, en France, à répondre aux souhaits d’achat responsable des acteurs publics et privés ? Comment les collectivités locales peuvent-elles contribuer à l’emploi des éco-matériaux ?

Résumés des interventions Les caractéristiques environnementales des produits de la construction : impacts des matériaux dans l’éco-conception des bâtiments Nicolas SALMON, Ingénieur matériaux et construction, Nobatek La construction, depuis l’extraction des matières premières jusqu’à la démolition des bâtiments, a de lourds impacts sur l’environnement (utilisation de ressources naturelles, rejets de GES et de déchets). De plus, les matériaux utilisés, en polluant l’air intérieur des bâtiments, dégradent la santé des occupants (maladies respiratoires, allergies…), engendrant non seulement des coûts sanitaires mais aussi une perte de productivité des travailleurs. Face à ces enjeux environnementaux, sanitaires et économiques, le Plan national santé (2004) prévoit que, d’ici 2010, 50 % des produits de construction affichent une évaluation de leurs caractéristiques environnementales et sanitaires. Le choix des matériaux de construction repose donc désormais, en plus des critères classiques (coût, performances techniques, mise en œuvre), sur les Analyses de cycle de vie (ACV) et sur l’étude de la toxicité des produits. L’ACV évalue, pour chaque étape de la vie du produit, ses impacts sur la santé, l’écosystème et les ressources. Les matériaux utilisés doivent être en phase avec la durée de vie du bâtiment, participer à sa performance énergétique, ne pas polluer l’air intérieur, être recyclables…

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


62

Les Ateliers du développement durable

D'un territoire agricole qui mise sur la culture du chanvre à la réalisation d'une pépinière d'entreprise utilisant le béton de chanvre Christian PEZUTTI, Directeur des travaux, Communauté de communes du Val de Garonne et Sandrine JABOUINA, Animatrice, Pépinière EUREKA de Marmande Les élus de la Communauté de communes du Val-de-Garonne ont combiné leur souhait de s’engager dans le développement durable avec la volonté de restructurer la filière agricole et de diversifier le tissu économique local. Misant sur la culture du chanvre aux multiples débouchés, ils ont décidé de construire, selon la démarche Haute qualité environnementale (HQE), une pépinière d’entreprise en béton de chanvre. Cet éco-matériau de remplissage agréé par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) présente de nombreux intérêts écologiques (matériau piège à CO2, respirant, à forte inertie thermique et acoustique, recyclable…). Véritable lieu d’accompagnement pour les entreprises en création, cette pépinière (qui ouvrira en septembre 2008) sera aussi un lieu de formation pour les acteurs économiques souhaitant découvrir l’éco-conception et, en particulier, l’application du béton de chanvre. Ainsi le chantier de construction, qui débutera en janvier 2008, sera un lieu d’apprentissage de cette technique peu répandue.

L’organisation d’une filière régionale de production et de démocratisation des éco-matériaux dans la construction : l’éco-quartier du Raquet Jean Paul MOTTIER, Eco-conseiller, Communauté d’Agglomération du Douaisis Le projet d’éco-quartier du Raquet, sur le territoire de la Communauté d’Agglomération du Douaisis, prévoit la construction d’environ 4 500 logements sur 200 hectares d’ici 15 ans. L’aménagement de ce terrain appartenant à la collectivité, vise à répondre à plusieurs enjeux : réhabiliter une friche industrielle, fournir des logements sociaux, maîtriser la périurbanisation, créer un nouveau quartier vert, avec de multiples activités (habitats, institutions, activités économiques), multigénérationnel, irrigué par les Transports collectifs en site propre (TCSP), abritant des bâtiments HQE bioclimatiques, utilisant des énergies renouvelables, etc. Face à ce projet ambitieux, la Communauté d’agglomération a identifié les filières d’éco-matériaux, les artisans et entrepreneurs et les distributeurs locaux grâce au Centre de développement des éco-entreprises (CDEE), véritable centre de ressource et plate-forme de rassemblement des acteurs de l’éco-construction en Nord - Pas de Calais. En tant que maître d’ouvrage, la Communauté d’Agglomération contrôle et suit la mise en œuvre du projet de bout en bout grâce à une équipe interne formée à l’éco-conception et une équipe externe de maîtrise d’œuvre partageant les mêmes objectifs. Propriétaire du terrain, la collectivité a de plus le pouvoir de dicter ses directives aux aménageurs.

Enjeu : Développer l’utilisation des éco-matériaux Obstacles

Recommandations

- Le manque d’information : la filière des éco-

- Rendre visible la filière des éco-matériaux :

matériaux est peu connue et les acteurs sont

regrouper localement les acteurs en réseaux

éparpillés et peu visibles

(fabricants, distributeurs, artisans, entrepreneurs, institutions, promoteurs, aménageurs…)

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


63

Les Ateliers du développement durable

- Impulser dans les collectivités la création de plates-formes de ressources, de points d’information, l’élaboration de guide et de bases de données, etc. - La réticence des acheteurs publics face aux

- Elargir la gamme des éco-matériaux homologués

nouveaux produits

pour la construction (résistance au feu), sensibiliser les élus et les architectes à l’éco-conception

- Le manque de compétences et de visibilité des

- Former les entrepreneurs et artisans à la mise en

entrepreneurs

œuvre des éco-matériaux

- Le surcoût des éco-matériaux (+3 % à 17 %

- Promouvoir la filière de l’éco-construction en

selon les études)

s’appuyant sur ses gains environnementaux, sanitaires sociaux et économiques

Perspectives L’utilisation des éco-matériaux se développera, en France, d’autant plus rapidement que les diverses filières d’éco-matériaux se structureront et deviendront plus visibles aux yeux des prescripteurs et des citoyens. En outre, la prise en compte du coût global de la construction (somme des coûts d’investissement, de fonctionnement, d’entretien, de démolition, coûts sanitaires, sociaux et environnementaux), notamment dans les procédures d’achats publics, devrait permettre de relativiser le surcoût habituellement constaté des éco-matériaux par rapport aux matériaux classiques. Ce coût devrait par ailleurs diminuer grâce au développement de la filière, et notamment à la vulgarisation de la mise en œuvre de ces matériaux, encore peu courante et donc chère. Cependant, l’utilisation des éco-matériaux n’est pas optimale si le bâtiment n’est pas lui-même écoconçu (bâtiment bioclimatique), éco-construit puis « éco-utilisé ».

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


64

Les Ateliers du développement durable

Atelier 7.3 HABITAT / Prise en compte des enjeux climatiques dans la construction et la rénovation du logement social

Animation : Sylvie REGNIER, Association Régionale des Organismes Sociaux pour l’Habitat en Aquitaine

En bref Depuis des dizaines d’années, les logements sociaux sont précurseurs en terme d’innovations technologiques et architecturales. Dans le contexte actuel de changement climatique, de multiples actions sont menées pour la construction ou la rénovation de logements sociaux, en vue de limiter la consommation énergétique et avec un effet vitrine non négligeable à la clef. Ces projets durables prennent en compte les contraintes environnementales sans négliger pour autant les aspects économiques et sociaux. Ils se heurtent pourtant à une offre limitée et parfois à un manque de sensibilisation et d’information de la part de l’ensemble de la profession (architectes, bureaux d’étude, fournisseurs de matériaux…).

Résumés des interventions Prise en compte des enjeux du développement durable dans la conception des logements sociaux Pascal GONTIER, architecte, Atelier Pascal Gontier Daniel SCHNEIDER, Directeur de la construction, Régie immobilière de la Ville de Paris La Ville de Paris mène aujourd’hui des opérations d’aménagement durable sur des parcs locatifs simultanément neufs et existants. Dans certaines rues de Paris, des logements économes en énergie ont été construits. Sur la base de simulations thermiques dynamiques, les matériaux ont été utilisés de manière adaptée en fonction de critères d’exposition mais également en fonction d’autres paramètres comme l’architecture alentour et le confort visuel intérieur.

Appel à projets pour du logement social « basse consommation » en Gironde Gilles SAVARY, Vice-président en charge du développement social, de l’insertion et du logement Dans la lignée de la Ville de Paris, la Gironde a lancé un appel à projets ouvert à tous (offices HLM, privés…) pour la construction de logements sociaux, afin de créer un effet d’exemplarité. Ces projets sont menés en priorité dans les zones rurales en réponse à la rurbanisation et privilégient de petites opérations non verticales de 2 à 6 logements. Ils intègrent des exigences portant sur les économies

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


65

Les Ateliers du développement durable

d’énergie mais également sur le confort (thermique, visuel et acoustique), l’accessibilité, l’appropriation et le coût. La vente de gaz réparti : une solution éco-citoyenne et performante Dominique FAIX, Chargé d’études techniques, Gaz de Bordeaux Le concept de la Vente de gaz réparti (VGR) repose sur la facturation individuelle des logements reliés au chauffage collectif. Des compteurs sont placés à l’entrée de chaque logement, sur des colonnes de distribution, selon une technique dite de Chauffage individuel centralisé (CIC). La chaufferie collective est ainsi optimisée et les consommations adaptées aux besoins des particuliers. La diminution globale des factures d’énergie atteint de 30 à 40 %.

Enjeu 1 : Effet vitrine des logements sociaux Obstacles

Recommandations

Les logements sociaux sont précurseurs en

Actions exemplaires de construction et de

termes d’innovations techniques et

réhabilitation prioritairement menées sur ces

architecturales

logements

Marché encore peu développé

Objectif pédagogique de sensibilisation des acteurs

Manque de lisibilité dans le domaine

du bâtiment pour améliorer l’offre

Enjeu 2 : Adaptation et capitalisation des référentiels Obstacles

Recommandations Utilisation de techniques (simulation thermique

Référentiels existants à l’étranger (Allemagne, Autriche, Suisse)

dynamique PHPP) et matériaux (châssis bois à rupture thermique) de l’étranger et adaptation à nos climats et besoins spécifiques

Multiplicité des référentiels dans les différentes régions

Echanges d’expériences Mutualisation et coordination autour d’exigences communes

Enjeu 3 : Prise en compte des facteurs économiques et sociaux Obstacles Coûts et retours sur investissements longs (panneaux solaires)

Recommandations Analyse précise des besoins en fonction des objectifs d’économie d’énergie mais également d’investissement Communication pour l’utilisation de technologies

Augmentation potentielle des loyers sur ces logements

adaptées permettant rapidement des économies de facture d’énergie (VGR) Stratégie gagnant-gagnant et partage des coûts d’investissement entre propriétaires et locataires

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


66

Les Ateliers du développement durable

Perspectives Même si le marché de la construction durable semble encore aujourd’hui peu développé, la tendance actuelle, avec la mise en avant de la problématique environnementale, favorise peu à peu la sensibilisation des acteurs du domaine. Les formations sur ces sujets se multiplient. Il est indispensable aujourd’hui de rationaliser les pratiques pour plus de cohérence sur l’ensemble du territoire et au sein de la profession.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


67

Les Ateliers du développement durable

7.4 HABITAT / Prise en compte du défi énergétique dans les PLH et outils de planification

Animation : Serge DESPEYROUX, Président, CAUE du Lot

En bref Les outils de planification du territoire, qui visent la cohésion sociale et la cohérence du territoire, doivent aujourd’hui relever le défi de l’efficacité énergétique dès lors qu’ils abordent les champs du bâtiment, des transports, de l’agriculture ou du traitement des déchets. Quel est donc le rôle des collectivités locales en matière énergétique ? Peut-on imaginer que la décentralisation administrative mette en cause la production centralisée d’énergie ?

Résumés des interventions Efficacité énergétique, rénovation de l'habitat et outils de planification Régis MEYER, Chargé de mission énergie / habitat, MIES Les collectivités sont attendues sur la création de nouveaux outils de planification ou sur des actions de substitution, comme le report modal26, au cœur de la planification « durable » du territoire. En effet, c’est aux élus locaux qu’il revient la responsabilité d’engager des politiques « compensatrices », alors même que le développement de leur territoire est générateur de CO2. Ces politiques peuvent être structurelles (politiques d’urbanisme) ou techniques (développement de technologies économes en énergie, tant dans l’habitat que dans les transports). Si les collectivités ont un rôle incontestable à jouer en matière d’efficacité énergétique, leur autonomie énergétique complète n’est cependant pas envisageable, puisque le maintien d’infrastructures énergétiques nécessite la solidarité technique de l’Etat et des grands opérateurs historiques. Par ailleurs, les élus ne pourront en effet relever le défi énergétique et atteindre l’objectif de neutralité carbone que s’ils disposent d’une modélisation claire des conséquences de l’aménagement sur la consommation d’énergie. Des efforts restent à fournir sur ce point (études trop rares ou trop complexes).

Consommation énergétique et projet urbain Jean-Christophe CHADANSON, Directeur d’études, Agence d’urbanisme de Bordeaux Métropole Aquitaine Les urbanistes, via l’habitat, maîtrisent la consommation énergétique et les déplacements des habitants, c’est-à-dire les deux postes principaux d’émission de CO2 (transport et chauffage). Partant de ce 26

Report d’un mode de déplacement à un autre (de la voiture au tramway par exemple)

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


68

Les Ateliers du développement durable

constat, la commune de Bègles a mené une étude permettant de cartographier la consommation énergétique liée au chauffage sur son territoire. L’objectif de ce diagnostic est la meilleure intégration, par les élus, des critères environnementaux dans les politiques d’aménagement. Deux conditions apparaissent toutefois : augmenter les moyens financiers accordés aux collectivités et développer une action communautaire dépassant le simple niveau communal. Consciente de cette nécessité, l’agence d’urbanisme de Bordeaux Métropole participe à une concertation régionale (« le plan climat » du conseil régional) afin d’élaborer un plan d’action sur l’habitat et sur le déplacement. Les politiques relatives à la mobilité et à l’habitat doivent en effet s’inscrire dans un projet territorial global de long terme, partagé par les urbanistes et les élus. Actuellement, les SCOT constituent trop souvent une juxtaposition de projets individuels communaux qui fragmentent la vision de l’aménagement.

Enjeu 1 : Elaborer un projet spatial global Obstacles

Recommandations Renforcer la légitimité des EPCI, jouer au niveau

La segmentation administrative, la juxtaposition

règlementaire sur les droits à construire, accorder

des SCOT et des outils de planification ne

des fonds supplémentaires aux Régions ou

permettent pas de partager un projet global de

Départements pour leurs initiatives, favoriser les

développement du territoire.

instances de concertation, ouvrir un vrai débat sur les PLH

Enjeu 2 : Intégrer des paramètres environnementaux dans les plans de développement territoriaux Obstacles

Recommandations - Faire en sorte que les études présentent des

Contradiction entre l’objectif de développement économique (notamment en termes de transport) et celui de développement durable

résultats assez simples pour être utilisables par les élus dans leur gestion quotidienne du territoire - L’exploitation pratique des diagnostics nécessite par ailleurs des financements

Perspectives Les élus territoriaux ont une responsabilité incontestable dans l’intégration du paramètre énergétique aux outils de planification, car le développement d’un territoire est coûteux en carbone. Pour être efficaces, les initiatives d’action doivent s’intégrer à un projet global d’aménagement, reposant sur une culture commune partagée tant par les élus que par les habitants. Le défi énergétique sera sans doute le fil directeur de prochains débats sur l’évolution des PLH.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


69

Les Ateliers du développement durable

Atelier 8.1 COMMANDE PUBLIQUE RESPONSABLE / Prise en compte des enjeux climatiques dans les investissements publics

Animation : Pascal CANFIN, Journaliste, Alternatives économiques

En Bref Les investissements publics prennent une part considérable dans la demande globale française. Les collectivités territoriales, à qui reviennent la majorité des achats publics, doivent montrer l’exemple en intégrant à leurs critères d’achats les enjeux climatiques. Les pouvoirs publics peuvent particulièrement influer sur le marché du secteur du bâtiment pour obtenir des entreprises une meilleure prise en compte des critères de développement durable. Les collectivités doivent donc jouer un rôle d’entraînement de l’ensemble du marché.

Résumés des interventions Nouvelles expériences de commande publique Gérard GARDIEN, Directeur du développement, Dalkia Atlantique Les enjeux climatiques sont centraux dans la commande publique car le tertiaire (dont le secteur public) représente une part très importante de la consommation énergétique nationale. Par exemple, un diagnostic complet des bâtiments et des installations existantes (collèges, lycées, structures administratives) peut être réalisé par des bureaux d’étude compétents afin d’en diminuer la consommation en énergie. De même, dans le domaine des achats publics, les groupements d’achats sont le meilleur moyen de mettre en œuvre une réflexion sur l’empreinte environnementale au niveau régional ou départemental. Lors de la phase d’appel d’offres, les collectivités peuvent envisager des partenariats public/privé regroupant différents corps de métier, afin d’atteindre un objectif environnemental, en transformant les bâtiments et en instaurant un plan de progrès pluriannuel chiffré. Toutefois, la conception ou la transformation de bâtiments ne suffit pas : chaque utilisateur doit être responsabilisé (les élèves ou les professeurs dans les collèges, par exemple).

Prise en compte des enjeux climatiques dans l’extension HQE de l’Hôtel de Département Alain RENARD, Vice-président, conseil général de la Gironde En 1997, le conseil général de la Gironde a lancé des études pour construire un bâtiment complémentaire à coté de l’Hôtel de Département. Ce bâtiment devait regrouper les services départementaux et donc limiter les déplacements tout en intégrant 7 des 14 critères de haute qualité

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


70

Les Ateliers du développement durable

environnementale (HQE) (aujourd’hui, tous les projets du conseil régional répondent aux 14 critères HQE). Ce nouveau bâtiment vise à favoriser l’utilisation d’énergie renouvelable : 90 % du chauffage sera géothermique. De même, des brise-soleil ont été installés pour limiter le rayonnement direct du soleil dans les bureaux et donc mieux gérer les énergies. L’inertie du bâtiment est mieux maîtrisée grâce à des voûtains, une sur-ventilation nocturne en période estivale ainsi que l’absence de faux-plafonds. Enfin les eaux de pluie sont récupérées et utilisées pour le sanitaire et l’arrosage, afin de limiter la consommation d’eau potable. Ce type d’approche a permis de dupliquer ces idées sur d’autres bâtiments.

Enjeu 1 : Les bâtiments HQE doivent s’inscrire dans une démarche environnementale plus large Obstacles

Recommandations - Utiliser des produits d’entretien et du mobilier qui

- Pour constituer une démarche environnementale efficace, le label HQE doit être accompagné d’autres mesures

intègrent une norme environnementale - Intégrer des critères environnementaux sur le chantier (tri des déchets) - Améliorer les outils permettant de surveiller le travail des entreprises pendant le chantier

Enjeu 2 : Suivre l’évolution du bâtiment sur le long terme Obstacles - Les techniques permettant des économies d’énergie ou un moindre impact environnemental évoluent sans cesse

Recommandations - Intégrer la capacité d’évolution des techniques en faisant des diagnostics réguliers - Intégrer de nouvelles techniques lors de travaux de rénovation

Perspectives Les collectivités locales doivent jouer un rôle de précurseur pour que les entreprises privées diffusent de nouvelles techniques permettant d’atteindre des objectifs environnementaux supérieurs. La création de bâtiments HQE est un élément positif dans le domaine des achats durables, mais elle doit s’inscrire dans une véritable politique globale durable, en veillant notamment à la provenance des matériaux de construction ou à l’impact environnemental des produits d’entretien.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


71

Les Ateliers du développement durable

Atelier 8.2 COMMANDE PUBLIQUE RESPONSABLE / L’éco conditionnalité des aides publiques

Animation : Rose-Marie SCHMITT, Vice-présidente, Conseil Régional d’Aquitaine

En bref L’écoconditionnalité pour les aides publiques consiste à soumettre l’attribution des aides au respect de critères environnementaux. La mise en place de ces critères doit s’accompagner d’outils pédagogiques et doit être harmonisée entre les différents échelons territoriaux. Pour encourager les acteurs à modifier leur comportement, les collectivités ont à disposition plusieurs instruments économiques : les permis d’émission, la fiscalité (jusqu’au crédit d’impôt), les subventions, et pour les particuliers, les chèques énergies renouvelables. Quelques outils en Gironde ont déjà été utilisés pour encourager les acteurs à intégrer dans leurs études, en amont, les critères de développement durable. Dans ce département, les règles d’écoconditionnalité sont construites sur un choix de critères HQE, auquel est ajouté un volet social.

Résumés des interventions Ecoconditionnalité des aides publiques régionales et européennes Paul MERY, Chargé de mission au Secrétariat Général à l’Action Régionale, Préfecture d’Aquitaine L’évaluation des incidences sur l’environnement pour chaque politique publique, désormais obligatoire pour les CPER et tous les programmes européens, est un signe de plus manifestant la montée de l’écoconditionnalité. Ainsi, tous les projets de construction supérieurs à 200 000 euros souhaitant bénéficier du FEDER (2007-2013) doivent respecter au minimum 3 cibles HQE (sur 7 sélectionnées). Cependant, les porteurs de projets relèvent souvent l’incohérence des écoconditions entre les différents financeurs. Ils évoquent par ailleurs des critères parfois discriminants dans le cadre des appels à projet. C’est pourquoi la réussite de l’écoconditionnalité dépendra de la progressivité de sa mise en œuvre et de la pédagogie développée autour de chaque projet. Les partenaires publics en Aquitaine - préfecture, conseil régional, conseils généraux - en ont conscience. Il leur reste maintenant à se mobiliser collectivement pour des dispositifs plus cohérents, pour une harmonisation de la certification et pour des modalités de sanctions concertées. L’élaboration du plan climat régional est l’occasion de concrétiser ces souhaits. Deux ans de « DD - conditionnalité » en Gironde : évaluation et perspectives d’évolution Philippe PLISSON, Vice-président, Conseil Général de la Gironde Depuis janvier 2006, des critères obligatoires, dérivés des principes HQE et répondant aux priorités du conseil général (déchets, eau, énergie, insertion et concertation) s’appliquent pour toutes les

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


72

Les Ateliers du développement durable

subventions aux projets de construction (bâtiment, infrastructures, réseaux…), non seulement pour l’investissement, mais aussi pour la partie « études ». Des mesures incitatives avaient d’abord été lancées en 2004 (fonds dédié au DD, bonification de subventions sur des critères de DD, etc.). Mais faute de résultats, le conseil général a donné - sans période de transition - un caractère obligatoire à ces critères. Pour accompagner les partenaires dans ce changement soudain d’orientation, un guide pratique et une hotline téléphonique sont à leur disposition. En 2008, les critères d’écoconditionnalité seront mis à jour, les niveaux d’exigence augmenteront, le contrôle et le suivi des cibles seront mis en place.

Le chèque « Solaire » : titre de paiement traçable et outil de communication choisi par les collectivités pour leur action en faveur des énergies renouvelables en direction des particuliers Yann KERBRIAND, Directeur du Département Relations Institutionnelles, groupe Chèque déjeuner Le chéquier énergies renouvelables a été lancé d’abord par la Région PACA, puis par 4 autres Régions et un conseil général. Les chèques sont diffusés aux particuliers porteurs d’un projet (installation d’équipements utilisant les énergies renouvelables ou économisant l’énergie) et sont utilisables auprès d’installateurs conventionnés par l’institution. Le groupe Chèque déjeuner peut aussi prendre en charge la gestion individuelle des demandes. Folco LAVERDIERE, chargé de mission, conseil régional PACA Le chèque solaire est un outil alternatif à la subvention. Après avoir été expérimenté sur le solaire thermique individuel, le chéquier s’étend à d’autres applications (solaire photovoltaïque, bois-énergie, et bientôt isolation). Plus simple dans sa démarche, plus rapide à actionner que la subvention27, le chéquier présente en plus l’intérêt de fonctionner de manière autonome ; enfin il renforce la visibilité de l’action régionale.

Encourager les entreprises à prendre en compte le DD Obstacles, difficultés - Peu de projets tiennent compte du DD de manière volontaire

Recommandations - L’écoconditionnalité des subventions publiques incite les entreprises à intégrer au minimum quelques critères de DD pour bénéficier des aides

Mettre en place des critères d’écoconditionnalité Obstacles - Changement trop rapide des règles du jeu pour les partenaires

27

Recommandations - Ménager une période de transition

Qui nécessite par exemple un passage par la commission permanente du conseil régional.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


73

Les Ateliers du développement durable

Incohérence des critères entre différents financeurs Critères volontaristes (non réglementés)

Harmonisation Pédagogie et accompagnement pour favoriser l’acceptation de ces critères

Perspectives Les critères de « DD conditionnalité28 » participent à une politique d’anticipation : ils incitent le porteur de projet à aller au-delà de la réglementation. Le défi consiste à convaincre le maître d’œuvre du bénéfice de l‘investissement consenti dans de nouveaux savoir-faire, à la fois financier (puisqu’il pourra bénéficier des aides), mais aussi en terme de communication (un retour d’image positif). Les collectivités, elles, par le biais des critères d’éco condition, favorisent finalement la santé, la solidarité et les économies collectives.

28

Les critères de DD conditionnalité sont des critères environnementaux et sociaux.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


74

Les Ateliers du développement durable

Atelier 8.3 COMMANDE PUBLIQUE RESPONSABLE / Les critères de développement durable dans les achats

Animation : Antoine BONSCH, Chargé de mission collectivités et développement durable et coanimateur du Réseau régional achats publics responsables

En bref La question du développement durable dans les achats publics représente un enjeu grandissant. En effet, les achats des collectivités publiques, qui représentent 10 à 15 % du PIB français, constituent un levier essentiel pour orienter le marché sur de nouveaux produits et donc pour impulser une adaptation de l’offre des fournisseurs. Nombre de collectivités ont donc mis en place des réseaux régionaux pour mettre en commun leurs expériences et favoriser l’émergence d’achats durables dans la commande publique. Ces réseaux ambitionnent d’atteindre une couverture nationale en 2009 et ont déjà donné naissance à une plateforme électronique destinée aux acheteurs publics afin de mettre en commun les documents d’appels d’offres. Si les obstacles (formation, connaissance des produits…) restent nombreux, les achats durables progressent à grands pas depuis le début des années 2000.

Résumés des interventions Système de suivi et évaluation : tous les achats responsables Isabelle DEXPERT, Présidente de la commission Développement Durable, Conseil général de la Gironde En Gironde, le conseil général tire un premier bilan de la mise en place de sa politique de commande publique durable. Ainsi, dans l’esprit de la démarche de développement durable instaurée aussi bien sur les investissements que sur les achats publics, le conseil général de la Gironde a mis en place des moyens d’encadrement d’une démarche de développement durable (création d’un guide des investissements durables, formation des élus et du personnel, mise en place d’une Hotline à la mission Agenda 21…), ainsi qu’un système de validation en amont (un système de fiches vertes). Encore trop méconnues et donc sources de craintes pour les investisseurs, les clauses sociales sont la cible la moins privilégiée des investissements. Par ailleurs, les écolabels permettent de constituer une bonne part d’achats verts (57 % des achats). Les cibles de développement durable sont encore assez peu utilisées comme critère de sélection des candidats, mais assez bien utilisées pour sélectionner les offres. Des progrès sur le développement durable sont possibles par la signature de chartes ou par une analyse plus détaillée de l’offre. Les entreprises, quant à elles, s’adaptent plutôt bien aux nouveaux critères, mais le contrôle interne de leurs déclarations doit être renforcé.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


75

Les Ateliers du développement durable

Evaluation et enseignements de la mise en place d’achats éco-responsables Sylvie AVENEL-MUSSET, Responsable Commande publique et moyens généraux, Communauté d’Agglomération de Pau La mise en œuvre à Pau de la démarche d’achats éco-responsables a commencé en 2003 par une formation des agents (principalement les acheteurs de chaque service). En 2004, un groupe de travail formé de six agents volontaires a été créé pour échanger et élaborer des documents de travail. Pendant deux ans, cette démarche environnementale a été testée sur différents marchés (papier, sacs plastiques, denrées alimentaires…). La mise en place de cette démarche dans les clauses sociales a été plus compliquée mais elle a pu être réalisée dans certains cas grâce notamment à l’instauration d’une formation qualifiante avec diplômes. En 2006, la Communauté d’agglomération a adopté une charte locale de l’environnement et du développement durable. Cette démarche volontariste a aujourd’hui atteint ses limites : sur 2 ans, seuls 16 % des marchés ont inclus une clause développement durable. Les collectivités doivent donc mieux anticiper les besoins et les agents doivent se sentir plus impliqués. Si l’utilisation des écolabels favorise le travail des acheteurs, les entreprises éco-labellisées ne répondent pas toujours aux appels d’offres. La collectivité doit savoir juger la pertinence d’un écolabel, mais ses services n’en ont pas toujours les compétences. Cependant, la démarche n’a pas engendré de surcoût et a favorisé la prise en compte par les entreprises de la notion de coût global.

Enjeu : Optimiser les achats durables dans la commande publique Obstacles

Recommandations - Mise en œuvre d’un contrôle plus précis et

- Les acheteurs ne sont pas toujours

efficace des déclarations des entreprises

suffisamment impliqués, ou manquent de

- Amélioration de la qualité des conseils : guides,

formation pour effectuer des achats éco-

catalogues d’écolabels, portails d’échanges

responsables

d’expérience (réseau régional)

- Les entreprises doivent peu à peu adhérer à

- Prise en compte des cibles de développement

une démarche responsable

durable encore plus en amont

Perspectives La part des achats durables progresse nettement au sein des collectivités. Cependant, les différents systèmes en place présentent souvent des limites ou des lacunes comme la formation des acteurs, la variété de l’offre ou la volonté politique. Pour y remédier, quelques solutions peuvent être proposées, comme la nécessité d’imposer des fiches données en amont, de continuer les formations et l’élaboration de guides, d’organiser des séances de sensibilisation pour les techniciens et de favoriser les initiatives internes aux collectivités.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


76

Les Ateliers du développement durable

Atelier 8.4 COMMANDE PUBLIQUE RESPONSABLE / La clause sociale dans les marchés publics En bref Pour être réellement durable, le développement doit aussi intégrer les enjeux sociaux, en vue de réduire les inégalités. Le Code des marchés publics 2006 prévoit la prise en compte des objectifs de développement durable dans la commande publique. Le concept de « commande publique responsable » insérant dans les marchés des clauses éco-responsables comme la clause emploi-insertion est donc apparu. Comment la commande publique peut-elle donc agir sur l’insertion des personnes en difficulté ?

Résumés des interventions Promouvoir l’emploi par les marchés publics Mustapha ELOUAJIDI, Direction centrale des achats des marchés, Communauté urbaine de Bordeaux A Bordeaux, la clause sociale a fait son apparition dans la commande publique en 2006. Il a d’abord été nécessaire de mobiliser les services de la communauté urbaine sur cette clause, grâce à une équipeprojet. Les clauses sociales ont concerné des marchés conséquents (voirie, terrassement, bâtiment). Les services de Bordeaux ont veillé à la technicité des travaux car certains ne peuvent pas faire l’objet d’une clause sociale. La Communauté urbaine de Bordeaux négocie directement avec l’entreprise les modalités de mise en œuvre de la clause. Trois chantiers terminés ont déjà porté des fruits, représentant 71 000 heures d’insertion réalisées sur le territoire, par ailleurs 10 autres chantiers et 20 appels d’offres sont en cours. Les entreprises vont souvent au-delà de leurs engagements initiaux. Cette clause sociale sert souvent à repositionner sur le marché du travail des gens tenus longuement à l’écart.

La commande publique comme levier pour l’insertion Marie-Eve LIEVRE, Chargée de mission PLIE, Communauté de l’agglomération dijonnaise Le Grand Dijon est une agglomération attractive de 253 000 habitants qui a mené depuis 2002 la création d’un zénith et d’un musée des Beaux-arts. Si le taux de chômage n’est que de 7 %, certains quartiers souffrent d’un chômage bien plus conséquent. Une charte d’engagement insertion-emploi a été signée en novembre 2003. Cette charte, à laquelle les partenaires ont été étroitement associés, a fait l’objet d’une plaquette largement diffusée. En amont, une réflexion sur le pourcentage d’heures d’insertion a fixé le taux à 10 %, en lien avec les objectifs affichés. Pour que le projet réussisse, le maire de Dijon s’est personnellement engagé, afin de faire face aux craintes des entreprises. De plus, le projet est fortement encadré par les pouvoirs publics. La création d’un seul interlocuteur pour les entreprises et les bénéficiaires, la cellule insertion-emploi, permet d’anticiper les besoins en maind’œuvre. Les entreprises soumissionnaires sont personnellement accompagnées : la cellule insertion-

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


77

Les Ateliers du développement durable

emploi présente aux entreprises des candidats présélectionnés et prévoit une réunion mensuelle avec les différents acteurs du projet, ainsi que la mise en place de formation si nécessaire. Les bénéficiaires ont également été suivis, évalués pour favoriser leur insertion sur le marché de l’emploi. Le Grand Dijon souhaite maintenant faire profiter d’autres régions de cette expérience, continuer à sensibiliser les entreprises, et étendre l’utilisation de cette clause dans les marchés de services pour favoriser l’intégration de femmes.

Modéliser et activer les outils des marchés publics comme leviers pour l'insertion en Gironde Gilles SAVARY, Vice-président en charge du développement social, de l’insertion et du logement, Conseil général de la Gironde Aujourd’hui, le conseil général de la Gironde souhaite intégrer systématiquement une clause sociale aux marchés publics, lesquels représentent 137 millions d’euros d’investissements directs. Le plan départemental d’insertion donne d’ailleurs priorité à l’insertion par l’activité. Cinq marchés comprenant des clauses d’insertion sont actuellement en cours, pour 23 300 heures d’insertion prévues. Le processus d’insertion met en première ligne les assistantes sociales et 6 antennes girondines d’insertion. Pour que le projet fonctionne, les bénéficiaires potentiels doivent être bien identifiés, l’entreprise et les bénéficiaires encadrées, et, autant que possible, les emplois durables. Une plate-forme régionale est envisagée pour mettre en commun les expériences, afin d’éviter un cloisonnement des accords d’insertion nés de chaque Plan local pour l’insertion et l’emploi (PLIE). Le monde rural, qui ne peut financer de telles structures, est pour l’instant à l’écart des politiques d’insertion. De telles politiques en milieu urbain peuvent cependant créer un effet d’exemplarité.

Enjeu : intégrer intelligemment les clauses sociales Obstacles - les clauses d’insertion demandent une ingénierie d’accompagnement lourde - la difficulté de stabiliser les parcours, afin qu’ils deviennent de véritables moyens d’insertion, est réelle - le monde rural reste souvent en marge de ces politiques d’insertion

Recommandations

- les Départements et les communes doivent accompagner les entreprises - les bénéficiaires de clauses d’insertion requièrent un accompagnement - les premiers marchés publics ont à créer un véritable effet d’entraînement

Perspectives Si le système de clauses sociales d’insertion semble efficace, puisque les entreprises sont demandeuses et vont souvent au-delà des objectifs affichés, deux enjeux majeurs doivent être traités : le suivi des bénéficiaires, pour que ces clauses leur permettent une véritable réintégration du marché du

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


78

Les Ateliers du développement durable

travail, et le rattrapage des zones rurales, qui n’ont pas les moyens de mettre en place des structures efficaces d’encadrement pour de telles politiques de développement durable.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


79

Les Ateliers du développement durable

Atelier 9.1 POLITIQUES TERRITORIALES / L’Agenda 21 comme programme d’action du territoire face au changement climatique

Animation : Philippe PLISSON, Vice-président, Conseil général de la Gironde

En bref 30 collectivités locales de Gironde sont engagées dans une démarche Agenda 21, grâce notamment à un appel à projets lancé par le Département. Ailleurs aussi, les bonnes pratiques foisonnent sur le lancement et la réalisation d’un Agenda 21 ou d’un plan climat.

Résumés des interventions Agendas et climat : les enseignements de l'Observatoire Sophie TOLACHIDES, Déléguée Générale, Association 4D La France compte 250 projets territoriaux de développement durable, sous forme soit d’Agendas 21, soit de plans climat territoriaux. 178 d’entre eux font l’objet d’une fiche d’expérience centralisée par l’Observatoire national des Agendas 21 locaux et pratiques territoriales de développement durable, lequel a constitué une base de données de premier ordre (www.dd-pratiques.org). Parmi les actions recensées, le transport innovant, les énergies renouvelables, la maîtrise de l’énergie et les politiques d’information et de formation reviennent très régulièrement. Pour une collectivité s’interrogeant sur le changement climatique, le plan climat est souvent un premier pas vers un Agenda 21. Pour les collectivités engagées depuis longtemps dans un Agenda 21, le plan climat (initiative datant de 2004) doit faire partie intégrante du programme. La force de la dynamique engagée chez ces collectivités volontaires montre à quel point le rôle des collectivités territoriales est indispensable sur ces thématiques. Il est notable que les Agendas 21 communaux se concentrent dans 5 régions29, les mêmes d’ailleurs qui comportent sur leur territoire des agences de l’environnement.

Agenda 21 régional : l'occasion de définir des actions transversales de lutte contre le changement climatique René-Marc WILLEMOT, Direction de l’environnement et du développement durable, Conseil régional Midi-Pyrénées Avec son Agenda 21 adopté en mars 2007, la Région Midi-Pyrénées est passée d’une approche sectorielle (sur l’énergie) à une approche vraiment transversale. Des actions comme l’appui aux 29

On trouve 50% des agendas 21 communaux dans 20% des régions.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


80

Les Ateliers du développement durable

entreprises exemplaires en matière de développement durable, l’appel à projets sur des logements sociaux économes30, ou le lancement de festivals culturels écologiquement et socialement responsables n’auraient sans doute pas vu le jour avant le processus engagé sur l’Agenda 21. Diagnostic sur le territoire, détermination des enjeux et des objectifs, et actions : les étapes de la genèse du plan sont classiques, mais les outils ont parfois été originaux. Ainsi, l’élaboration du diagnostic en concertation avec les habitants s’est appuyée sur un groupe de 150 citoyens sélectionnés avec l’aide du Crédoc et d’un prestataire. C’est avec eux que la Région a repéré 7 enjeux majeurs - parmi lesquels le changement climatique - ensuite déclinés en 25 objectifs. Le diagnostic a donc permis de sensibiliser largement et de passer à l’action plus collectivement, aidant à renforcer le caractère transversal du programme d’actions.

Volet climat dans un Agenda 21, choix opérationnel d’un Département Anne de GOUZEL, Service action environnementale et écologie urbaine, Conseil général des Hauts-deSeine Le Département des Hauts-de-Seine (7 000 agents) perçoit son Agenda 21 comme un projet d’administration, un projet de territoire, et une orientation vers une nouvelle gouvernance. De manière inattendue, lors des « états généraux » lancés en 200331 pour connaître les attentes de la population en vue de l’élaboration de l’agenda, le changement climatique a été relevé comme une priorité (la canicule a fait beaucoup pour la mobilisation sur ce sujet). Le changement climatique a donc fait partie dès 2003 des 4 programmes constituant l’Agenda 21. Les programmes sont mis en œuvre grâce à une organisation en mode projet, des équipes de spécialistes de l’environnement assistant les équipes de maîtrise d’œuvre habituelles (sur les achats, sur les bâtiments, etc.). Les groupes d’échanges techniques ont aussi un certain succès, ils permettent de capitaliser les méthodes et les processus existant déjà ailleurs.

Enjeu 1 : comment concrétiser la transversalité ? Obstacles Faire travailler ensemble plusieurs milliers de personnes (cas des conseils généraux ou conseils régionaux) ?

Recommandations Une forte volonté politique (venant du haut) et beaucoup de ténacité chez les porteurs de projets Midi Pyrénées / Le rattachement au DGS n’a pas fonctionné, contrairement à la direction

La responsabilité des opérations Agenda 21 ou

développement durable aujourd’hui, constituée de

plan climat doit-elle faire l’objet d’une direction

collaborateurs presque « militants », déjà habitués

développement durable ou être rattachée

à la transversalité. La direction développement

directement au DGS ?

durable peut donner un coup de pouce budgétaire pour accélérer des opérations (budget expérimentation par exemple)

30 31

Soutien de 250 euros par m² pour les projets retenus Alors que le changement climatique ne faisait pas recette comme aujourd’hui.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


81

Les Ateliers du développement durable

- Gironde / L’équipe est rattachée au DGS, qui réunit chaque semaine pendant 1 à 2 heures l’ensemble des interlocuteurs décisifs des autres directions. Avantage : les services ne sont pas déresponsabilisés, le fait de se présenter à eux Des DGS débordés, des directions aux budgets

comme une mission d’appui et de conseil, et non

propres beaucoup plus importants

comme une direction, facilite les relations. - La transversalité concerne aussi les élus (formation des élus possible sur ce sujet) et le travail avec d’autres institutions (création de guichets uniques en Gironde).

Enjeu 2 : mesurer au risque de démotiver ? Questions et difficultés

Opinions Les résultats sont encore faibles, mais le stade

Les Agendas 21 et les plans climat ne sont

des lamentations est dépassé, et les prises de

qu’une goutte de contribution sur un territoire

conscience (sur le climat) sont considérables depuis 6 mois Ces projets territoriaux demandent un tel changement de « logiciel » (concertation, changements culturels) qu’ils prennent du temps

Un bilan carbone chiffré sur un vaste périmètre est-il vraiment facteur de motivation ?

Les projets auraient tout à perdre d’une trop grande technicité dans les débats (avec indicateurs mesurés) : il faut allier évolutions culturelles et chiffres La formation des artisans par exemple n’est pas mesurable comme l’est un taux d’émission de

Comment mesurer ce qui n’est pas mesurable ?

CO2, mais donnera des résultats dans 2 ou 3 ans L’ARF réfléchit à des indicateurs qualitatifs sur la qualité de vie, établis au moyen d’enquêtes

Perspectives Que la collectivité agisse sur base de son plan climat ou de son Agenda 21 sur le changement climatique importe peu, pourvu qu’elle bâtisse son programme dans la concertation et qu’elle le mette en œuvre dans une transversalité concrète. Ces projets territoriaux dessinent une vision totalement remaniée de l’économie territoriale sous l’angle du changement climatique.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


82

Les Ateliers du développement durable

Atelier 9.2 POLITIQUES TERRITORIALES / Le conseil en énergie partagée Résumés des interventions La mise en place d’une Agence locale de l’énergie : méthodologie et finalités Laure CURVALE, Vice-présidente, Communauté urbaine de Bordeaux et Michel FEYRIT, directeur de l’agence locale de l’énergie La nouvelle agence locale de l’énergie inaugurée le 28 septembre à Bordeaux est la première de la région Aquitaine. La communauté urbaine de Bordeaux (CUB), à l’initiative de ce projet partenarial, a convaincu le Département de la Gironde, la Région Aquitaine et l’ADEME de l’intérêt d’une telle agence venant combler un vide sur la carte de répartition des 13 agences existantes en France. Le montage du projet a été assuré par deux chargés de mission, l’un issu de la CUB, l’autre de l’université, jusqu’à la signature du contrat entre les partenaires en décembre 2006. Trois postes en première année d’activité, un soutien européen pour 3 ans de 200 000 euros, ainsi qu’un partenariat avec 4 villes européennes sont prévus. L’insertion dans les réseaux européens est d’une grande richesse : l’expertise d’un réseau comme Energie-Cités, par exemple, est précieuse pour la jeune agence. L’agence envisage dans un premier temps de bâtir un référentiel de qualité énergétique des bâtiments et de lancer un programme de conseil en énergie partagée en contactant toutes les communes de l’agglomération. Elle favorisera bien sûr le recours aux énergies renouvelables (un potentiel important non exploité en Aquitaine) et accompagnera ses partenaires sur des outils comme les certificats d’économie d’énergie, le plan climat, ou l’agenda 21. Sensibiliser et former (les entreprises du bâtiment en particulier) fait aussi partie des missions de l’agence. Monter un centre de référence sur les pompes à chaleur, étudier l’intérêt de la thermographie infrarouge, relancer les réseaux géothermiques et les réseaux de chaleur, participer à la réflexion sur les éco-quartiers ou aux études sur les transports sont quelques-unes des pistes que l’agence entend suivre à moyen terme.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


83

Les Ateliers du développement durable

Mise en place du conseil en énergie partagé dans une communauté d’agglomération Fabien DAVID, Conseiller énergie, Communauté d’Agglomération du Pays Rochefortais La communauté d’agglomération du Pays Rochefortais (55 000 habitants), forte de l’expérience de Rochefort et de son service énergie formé dès 198432, a créé en 1998 un « conseil en énergie partagé ». Ce conseil agit comme un service énergie externalisé : il aide les communes à réduire leurs consommations énergétiques33 et à sensibiliser les différents acteurs locaux. Cet appui est précieux pour toutes les petites communes de l’agglomération qui n’ont pas les moyens de se doter de compétences en interne, même si dans certains cas, les préconisations du service seraient mieux reçues si elles émanaient d’un service technique de la commune. Le conseil passe en revue les consommations du patrimoine communal (mairie, stade, salle des fêtes, foyers, éclairage public, véhicules municipaux) et les saisit dans un logiciel développé par l’ADEME. Chaque bâtiment fait ensuite l’objet d’une visite. Enfin, un bilan est présenté aux communes agrémenté de plusieurs propositions : optimisation tarifaire, programmation et régulation, isolation et calorifugeage des conduits… Le conseil insiste particulièrement sur la sensibilisation des personnels communaux - qui sont les utilisateurs des équipements toute l’année - en organisant pour eux et pour les élus des visites de réalisations nombreuses sur le territoire (éolien, logement social performant, installations solaires). Le conseil assure un suivi à long terme du fonctionnement des installations nouvelles et surveille une éventuelle érosion des performances énergétiques. A l’occasion du SCOT en cours d’élaboration, le conseil met l’accent sur la sobriété énergétique avant de le mettre sur les énergies renouvelables. Les «panoramas énergétiques» : outils de promotion des économies d’énergies pour les communes Christian LAUR et Olivier CHATAIN, Pays du Cœur entre deux mers Suite à un problème d’enregistrement des débats, le résumé de cette intervention n’est pas disponible ; vous pouvez en revanche consulter le support PowerPoint sur le site : www.reseau-ideal.asso.fr/

32 33

Avec plusieurs réussites notables pour cette ville pionnière : réalisations sur le solaire thermique, station de lagunage… Des consommations énergétiques qui représentent tout de même 3 à 5% du budget communal.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


84

Les Ateliers du développement durable

Atelier 9.3 POLITIQUES TERRITORIALES climatique dans les contractualisations et structurels (CPER, FEDER, FSE)

/ L’enjeu les fonds

En bref En mars 2007, l’Union européenne a décidé de faire du changement climatique une priorité. Tous ses outils de financement vont désormais en tenir compte. Les Régions elles aussi s’organisent en vue des défis à venir : atténuation des effets du changement climatique et adaptation aux nouvelles conditions climatiques.

Résumés des interventions Fonds structurels et lutte contre le changement climatique Rosario BENTO PAIS, DG Environment, European Commission Depuis la décision, en mars 2007, de faire du changement climatique une priorité pour l’Union, tous les projets susceptibles d’être soutenus financièrement par l’Union doivent prendre en compte les émissions de GES. Actuellement, l’atténuation des effets du changement climatique et l’adaptation aux nouvelles conditions ne font pas l’objet d’une ligne budgétaire indépendante dans le fonds européen de développement régional (FEDER). En effet, les orientations stratégiques communautaires en matière de cohésion (OSC) ont été décidées avant la récente décision politique sur le changement climatique. En revanche, le changement climatique est à chaque fois un enjeu pour 4 grandes priorités européennes34, l’investissement dans le domaine de l’environnement, la prévention des risques naturels, les transports propres et l’énergie (efficacité énergétique et énergies renouvelables). De même, les OSC pour 2007-2013 rendent prioritaires les infrastructures de traitement des eaux usées et des déchets, la gestion des ressources naturelles, la décontamination des terres, le transport durable, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, autant d’axes liés au changement climatique. Par conséquent, si un projet (proposé par une Région par exemple) inclut la réduction des émissions de GES (par exemple un niveau élevé d’efficacité énergétique pour une reconstruction), il sera considéré comme prioritaire. Par ailleurs, la politique de cohésion soutient également les projets d’adaptation aux nouvelles conditions climatiques, au sens où le changement climatique risque d’accroître les disparités entre régions. Mais une station de montagne demandant à être soutenue au titre de l’adaptation pour un projet d’investissement dans des canons à neige se trompe de voie : l’Union n’acceptera pas ce type de projet incohérent avec les objectifs environnementaux. Elle s’intéressera en revanche, dans le cas de la station de montagne, à ses projets de diversification des activités en montagne. 34

4 priorités sur les 11 comprises dans l’objectif de convergence ont un lien avec le changement climatique, et ces priorités sont chacune dotées de dizaines de milliards d’euros.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


85

Les Ateliers du développement durable

Un livre blanc sur les orientations politiques à prendre sur l’adaptation est en gestation actuellement35.

La Région, clé de voûte de la contractualisation pour relever le défi climatique : exemple de la Région Languedoc-Roussillon Raphaëlle VIENOT, Chef de service qualité de la vie, Conseil régional du Languedoc-Roussillon Anticiper dès aujourd’hui les effets du changement climatique sera un levier de compétitivité pour les territoires. Prenant conscience de l’exposition de son territoire au risque climatique (plus marquée que d’autres territoires), la Région Languedoc-Roussillon souhaite prendre en compte le changement climatique dans toutes ses politiques, y compris en utilisant à bon escient ses compétences « traditionnelles »36. Le contrat de projet 2007-2013 est non seulement neutre en carbone37, mais fait aussi apparaître un accord-cadre Etat/ADEME/Région doté de 40 millions d’euros pour cette période. Des financements FEDER sur un programme opérationnel s’ajoutent à ce dispositif. Si le changement climatique ne fait pas l’objet d’un axe clairement identifié dans l’accord-cadre, il irrigue bien tous les axes retenus : promotion des énergies renouvelables, efficacité énergétique, mobilité durable, création d’un observatoire régional de l’énergie… 200 projets ont été retenus la première année. La Région a par ailleurs lancé des contrats de territoires avec ses trois parcs naturels régionaux, ainsi qu’avec les agglomérations ou les Pays. Diagnostic énergétique du patrimoine communal, du territoire, formation des artisans, création d’espaces Info Energie sont quelques-unes des actions en cours.

Enjeu : passer de l’action volontaire aux objectifs chiffrés Question soulevée

Perspectives

Comment reporter à

Aujourd’hui les actions régionales sont volontaristes (sans contraintes GES

l’échelon local les

associées). Le plan climat est le seul moyen de fixer un niveau chiffré

objectifs de

d’engagement pour un territoire. La Région Languedoc-Roussillon bâtit en ce

réduction des GES

moment le sien. L’Association des Régions de France a même émis le souhait

lancés à l’échelon

que ces plans climat deviennent opposables.

européen ou

Le Grenelle de l’environnement, lui, avait proposé que les contraintes reposent

national ?

plutôt sur les agglomérations, et que les Régions aient un rôle d’animation.

Perspectives Volontaires ou non, désormais tous les porteurs de projets et institutions vont être soumis à un examen de leurs demandes de financement européen sous l’angle du changement climatique. L’année 2007 marque un tournant de ce point de vue pour l’Union européenne. Aux acteurs principaux – comme les 35 36 37

Il fait suite au livre vert publié en juin 2007 : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/site/fr/com/2007/com2007_0354fr01.pdf Développement économique, formation professionnelle, transport, et aménagement du territoire Critère imposé par l’Etat.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


86

Les Ateliers du développement durable

Régions – d’enfoncer maintenant le clou dans leurs propres programmations vis-à-vis des acteurs de leur territoire.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


87

Les Ateliers du développement durable

Atelier 10.3 PERSONNES AGEES / Réchauffement climatique et accompagnement des personnes âgées dépendantes

Animation : Gérard FOURE, Consultant

En bref La canicule de 2003 est restée dans les esprits mais elle a aussi suscité de nouvelles pratiques permettant de mieux anticiper les coups de chaleur. Les explications de la mauvaise gestion de la canicule de 2003 sont nombreuses et tous les acteurs (hospitaliers, sociaux et institutionnels) ont décidé de travailler ensemble pour apprendre à gérer les risques climatiques. Plan d’urgence, aménagement des locaux, coordination des acteurs… les solutions sont multiples et ont commencé à prouver leur efficacité lors du dernier épisode caniculaire connu par certaines régions en 2006. L’anticipation passe aussi par l’action en faveur de l’environnement, comme la réduction des déplacements en favorisant le soin et le maintien à domicile.

Résumés des interventions Gestion de la canicule de 2003 par les EHPAD38 Docteur Linda BENATTAR, Gériatre La conclusion unanime de la mauvaise expérience caniculaire de 2003 se résume au manque d’organisation et d’anticipation, nécessaires pour gérer cette crise de manière efficace. Les EHPAD et maisons de retraite, perçues comme des mouroirs à cause des médias, ne peuvent cependant pas être tenus pour seuls responsables puisque la canicule a aussi frappé dans la rue, sur les chantiers… Des mesures sanitaires et surtout organisationnelles devaient donc être prises pour susciter la prise de conscience collective qui n’a pas eu lieu en 2003, faute de chaîne de solidarité. Syndrome dépressif réactionnaire, problème de circulation vasculaire, épuisement physiologique, autant de conséquences qui ont prolongé la canicule jusqu’en janvier 2004, et qui doivent être aussi prises en compte dans la gestion des risques.

Application du plan canicule en Gironde Gilberte TELYS et Bernard GARANDEAU, vice-président en charge de la solidarité, Conseil général de la Gironde La Gironde est davantage habituée à la chaleur que certaines autres régions et seuls 45 décès39 sont finalement imputables à la canicule de 2003. La Gironde a instauré en juin 2004 son plan départemental 38 39

Etablissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes Août 2002 : 900 décès, août 2003 : 1337 décès.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


88

Les Ateliers du développement durable

d’alerte et d’urgence en faveur de toute personne handicapée, âgée ou isolée. La veille saisonnière er

(1 niveau du plan d’alerte) consiste à vérifier que chaque acteur est prêt à affronter une éventuelle canicule. Le déclenchement du niveau 2 permet une mobilisation maximale : mobilisation des services publics et mise en place d’une cellule de crise. Le niveau 3 (plan Orsec) est déclenché en cas d’épisode de sécheresse maximum, dont les conséquences relèveraient d’autres champs que le sanitaire et social. Tous les acteurs ont un rôle à jouer dans ce plan : DDASS, conseil général, ARH, CLIC… Le plan fut efficace en 2006, lors du dernier épisode caniculaire, puisque l’impact de la canicule (en nombre de décès et de souffrants) fut très inférieur à celui de 2003. Bien qu’ayant fait beaucoup de progrès, la gestion prévisionnelle des risques en Gironde est loin d’être optimale. La convention tripartite pour les EHPAD fait notamment partie des choses à revoir.

Les TIC au service de la sécurité et de la surveillance médicale des personnes âgées dépendantes Julien ANSELME, Responsable des projets innovants et nouveaux usages, Direction territoriale SudOuest, France Télécom France Télécom, leader de la e-santé, développe via sa division Orange Health Care, des produits et des services sur la thématique de la e-santé, dédiés aux professionnels et au grand public. Son offre est composée de trois produits majeurs : - les chambres multimédia : équipées de terminaux médicalisés, elles permettent au patient d’avoir accès à l’extérieur et au médecin de disposer de technologies lui permettant de moins se déplacer. Les chambres multimédia renforcent également les capacités de maintien à domicile - le Fil Orange : sorte de chaîne solidaire matérialisée par un terminal avec GPS, il donne la possibilité à une personne en difficulté de contacter un centre d’appels et d’être identifiée et localisée par le GPS - le bracelet Colomba : des zones géographiques sont définies pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ; si la personne sort de la zone, le centre d’appels est prévenu via le bracelet ; si elle perd conscience, le bracelet est suffisamment visible pour inciter toute personne qui la voit à appuyer sur le bouton d’urgence. Samuel TOGNARINI, Directeur de CASSIOPEA – TASD 24 – CLIC 24 Cassiopéa, association au service des personnes âgées, handicapées, fragiles et isolées, est composée de trois pôles dont deux majeurs, la téléassistance et CLIC. Les services mis en place dans le cadre de la téléassistance, notamment Contact everyone40 permettent un contact plus réactif et plus efficace avec les adhérents. L’association est alertée en cas de non-réponse aux messages, et organise alors une visite médicale au domicile. Le programme Contact everyone a aussi été décliné sur les services CLIC, les messages envoyés sont diffusés aussi aux professionnels enregistrés sur la base de données de l’association qui a proposé à l’ensemble des communes de Dordogne de mettre ce service à leur disposition pour contacter les professionnels enregistrés sur leur registre. Des services complémentaires sont prévus pour 2008 : - mise en place de nouveaux transmetteurs - envoi d’un message vocal à l’ensemble des adhérents directement sur leur transmetteur 40

Diffusion de messages aux adhérents comprenant les alertes en cas de forte chaleur, le n° vert à composer et des conseils

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


89

Les Ateliers du développement durable

- tests de détecteurs de température installés dans les habitations.

Explications de la mauvaise gestion de la canicule de 2003 - méconnaissance du syndrome du coup de chaleur - mauvais repérage des personnes à risques41 - consommations de médicaments à effets nocifs en cas Facteurs sanitaires

de chaleur : neuroleptique, diurétique, allergiques - conséquences à plus long terme non prises en compte : dépression,

problèmes

de

circulation

vasculaire,

épuisement physiologique - services d’urgence débordés - arrivée des personnes à domicile en EHPAD car Facteurs organisationnels

assistantes à domicile en vacances - réseau non déclenché - mauvaise utilisation des instances CLIC

Facteurs environnementaux

- humidité - chaleur - coupures d’eau dans certaines régions

Facteurs logistiques

- locaux inadaptés souvent construits pour faire entrer la chaleur et non pour la faire sortir

Facteurs sociaux

Insouciance des familles en vacances - pas de prise de conscience collective dans les villes

Ecueils de communication

- les médias ne faisaient qu’alarmer sans donner de conseils

Mesures adoptées - Les conventions avec les CLIC sont plus opérationnelles Organisation

- Mise en place de plans nationaux et départementaux - Réseaux de soins à domicile plus cadrés

Logistique

Connaissance du syndrome

- Aménagement des locaux pour les adapter à la chaleur - Autonomie en électricité des établissements souhaitée - Plus grande connaissance des soignants

41

Les personnes de moyenne dépendance ont été moins soignées car elles savaient s’hydrater, mais sont décédées pour d’autres raisons : oedème pulmonaire, crise d’épilepsie, cancers aggravés, problèmes rénaux…

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


90

Les Ateliers du développement durable

Plénière 2 / Quels outils territoriaux pour la gestion du changement climatique L’Agenda 21 de Poitiers JACQUES SANTROT Président, communauté d’agglomération de Poitiers La communauté d’agglomération de Poitiers a mis en place un Agenda 21 dès 1994. Ce dernier a ensuite été renforcé par un contrat ATENEE42 financé à 40 % par l’Etat. Cette multiplication d’outils nécessite de travailler de manière transversale. En effet, si seul le terme « durable » de la notion de « développement durable » retient l’attention de certains, ce mode de développement doit être global et tenir compte non seulement de la dimension environnementale mais aussi des dimensions économiques et sociales. Par ailleurs, une entité ne peut pas se charger seule de la gestion du réchauffement climatique. En effet, chaque échelle territoriale (Etat, Région, Département, Pays, Commune), sans tutelle d’une collectivité à une autre, doit agir selon ses compétences, mais une coordination entre les différents niveaux de responsabilité s’impose.

L’Agenda 21 de la Gironde PHILIPPE PLISSON Vice-président du conseil général de Gironde Le conseil général de Gironde a impulsé, en 2004, la mise en place d’un Agenda 21 qui repose sur les principes du développement durable et de l’équité. La démarche de concertation entamée, d’abord en interne puis élargie à l’ensemble de nos partenaires et de nos citoyens, a permis une appropriation globale de cet outil. Ainsi, 92 actions composent le programme d’action départemental et 30 collectivités, qui disposent d’un accompagnement financier43, sont entrées dans la démarche et se réunissent au sein d’un conseil départemental. Bien que la démarche « Agenda 21 » ait fait ses preuves, elle n’apparaît pas dans les conclusions du récent Grenelle de l’environnement…

42

Le contrat d’Actions territoriales pour l'environnement et l'efficacité énergétique (ATENEE), élaboré par l'ADEME et la Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT (ex - DATAR)), constitue un dispositif d'aides techniques et financières pour les structures territoriales de projet 43 30 000 euros sur trois ans.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


91

Les Ateliers du développement durable

Le Plan climat de Nantes RONAN DANTEC Vice-président à l’environnement, Nantes Métropole Nantes Métropole, dotée de la compétence énergie, met en œuvre, depuis 2007, un Plan climat dont l’objectif est de diminuer de 1,2 million de tonnes ses émissions de CO2 d’ici 202544. L’atteinte de cet objectif s’appuie sur un Plan de déplacement urbain (PDU) qui absorbe 40 % du budget de la collectivité. Les échelons pertinents pour mettre en œuvre un Plan climat sont : la communauté de communes, la communauté urbaine ou la communauté d’agglomération. Ces collectivités disposent en effet de leviers d’action pour diminuer d’au moins 50 % les émissions de Gaz à effet de serre (GES) de leur territoire. Mais pour plus de cohérence territoriale, la coordination des plans climats doit être assurée par la Région. Une lutte efficace contre le réchauffement climatique exige que les communautés d’agglomération se dotent de la compétence énergie et soient contraintes d’élaborer un Plan climat. Des règles d’urbanisme coercitives et cohérentes sont également nécessaires, notamment pour densifier l’habitat en milieux urbain et rural. Mais, pour obtenir des résultats probants, les besoins financiers des collectivités sont colossaux : la question de la ressource financière reste posée…

Le Plan climat d’Aquitaine ROSE-MARIE SCHMITT Vice-présidente, conseil régional d’Aquitaine Depuis 2007, la Région Aquitaine a lancé un Plan climat régional basé sur un partenariat étroit entre l’Etat, la Région et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Nous avons souhaité donner à ce projet une opérationnalité rapide. Après un diagnostic45, cinq groupes de travail ont donc déterminé des actions prioritaires. Un comité de pilotage, associant tous les partenaires de la Région, assure désormais le suivi de la démarche. Pour la période 2007-2013, le Plan climat mobilise 100 millions d’euros dans le cadre du Contrat de plan Etat-Région (CPER). Le rôle de la Région est de stimuler et de coordonner les actions, les collectivités locales du territoire régional choisissent quant à elles la manière et les moyens de mettre en œuvre leur politique énergétique. Mais, un important travail d’appropriation reste à accomplir de la part des acteurs territoriaux.

44 45

Suivant l’objectif « facteur 2 » (réduction de 50 % des émissions de GES) fixé par le protocole de Kyoto Réalisé par le Centre interprofessionnel technique d’étude de la pollution atmosphérique (CITEPA).

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


92

Les Ateliers du développement durable

L’importance de l’échelle territoriale MICHEL MOUSEL Président fondateur, Association 4D La mise en place d’une politique énergétique dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique ne peut se faire que sur une dimension territoriale. Or, le Grenelle de l’environnement n’a considéré aucune approche territoriale ! Bien qu’il soit difficile d’établir une hiérarchie dans la responsabilité énergétique des échelons territoriaux, chaque collectivité doit agir et organiser sa politique, dans le cadre de ses compétences, en fonction d‘objectifs environnementaux, économiques et sociaux. Trouver des solutions de proximité est un des éléments clés dans la résolution de la question énergétique : un système de production énergétique local, proche des lieux de consommation, est un des moyens pour atteindre les objectifs du protocole de Kyoto.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


93

Les Ateliers du développement durable

Plénière 3 / Impacts et opportunités consécutifs au changement climatique

économiques

PASCAL CANFIN Journaliste, Alternatives économiques, médiateur de la table ronde Le réchauffement climatique a un impact économique majeur car il change la dotation des territoires en facteurs de production46 (capital et travail), les modes de production et la localisation des activités. Par ailleurs, il modifie la notion de richesse. En effet, aujourd’hui le système économique attribue une valeur à la production, demain la richesse pourrait être attribuée à la non-pollution, ou encore à la nonproduction. Comment les acteurs (entreprises et collectivités) analysent-ils ces bouleversements économiques ?

Saisir les opportunités des écotechnologies RODOLPHE BOCQUET Responsable du développement durable et solidaire, conseil régional d’Aquitaine Depuis le siècle dernier, les températures ont augmenté de 1,1°C en Aquitaine contre 0,9°C en France et 0,6°C dans le reste du monde. Au moins un salarié sur deux travaillant dans notre région sera touché par le changement climatique. Dans ce contexte, la protection de l’environnement ne doit pas s’opposer au développement économique mais l’orienter. Avec un chiffre d’affaires qui atteint déjà 500 milliards d’euros dans le monde, les écotechnologies représentent une opportunité économique et un potentiel de création d’emploi important. Pour les développer, la Région envisage trois actions prioritaires : - éclairer le marché des opportunités offertes par le développement durable - faire évoluer le contexte administratif et financier en faveur des écotechnologies - inciter les pouvoirs publics à accompagner les Petites et moyennes entreprises (PME) désireuses de se lancer dans les écotechnologies notamment grâce à des appels à projet.

Favoriser une économie circulaire

46

Les facteurs de production sont les ressources utilisées dans le processus de production de biens et de services. Chaque pays ou territoire possède les deux facteurs de production « travail et capital » mais dans des proportions variées. La disponibilité relative des différents facteurs de production d'un territoire ou encore sa « dotation en facteurs de production » joue un rôle important dans le commerce international et dans la détermination de l'investissement.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


94

Les Ateliers du développement durable

DIDIER JOUVE Vice-président, conseil régional de Rhône-Alpes L’économie mondiale actuelle atteint un point de rupture et d’autres modèles économiques doivent être envisagés : il ne s’agit plus de créer une valeur éphémère par la destruction d’un capital non renouvelable mais de fabriquer une économie circulaire qui utilise moins de ressources naturelles et d’énergie et favorise une meilleure allocation des ressources disponibles (recyclage, réutilisation…). Les collectivités doivent donc mettre en place de nouvelles formes urbaines économisant l’espace, l’énergie et les transports. Cette révolution post-industrielle représente une chance pour les innovants et une malédiction pour les archaïques ! Nous devons aujourd’hui parler de patrimoine et non plus de capital et retenir plutôt l’idée de « pouvoir de bien-être » à celle de « pouvoir d’achat ».

Mutualiser les expériences JEAN LALO Vice-président « entreprises », Orée L’association Orée47 est un carrefour d’échanges sur l’environnement entre les entreprises, les organismes de formation et les collectivités. Orée publie des guides thématiques sur l’éco-conception, la biodiversité, etc. pour accompagner les acteurs à appliquer concrètement les principes du développement durable dans leur activité ou sur leur territoire.

La comptabilité au service du développement durable TITA ZEITOUN Présidente du Club développement durable, Conseil supérieur de l’ordre des experts comptables Le Club développement durable sensibilise les experts comptables à l’environnement afin qu’ils relayent cette notion auprès des entreprises et des collectivités. Ainsi, les experts comptables tiennent à disposition de leurs clients des cahiers rédigés. Ces derniers apportent des informations spécifiques sur les obligations réglementaires environnementales pour douze secteurs économiques. Par ailleurs, les comptables invitent leurs clients à réaliser des bilans carbone pour réduire l’empreinte écologique de leurs activités. Des règles comptables intègrent déjà le développement durable dans les comptes des entreprises ou des collectivités : la comptabilité doit prendre en compte tous les risques touchant la pérennité de l’entreprise et prévoir une provision pour dépolluer les sols lors de la cessation d’activité (le cas échéant). Le développement durable n’est pas une opportunité mais une nécessité et une question de survie pour les entreprises.

47

http://www.oree.org/

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


95

Les Ateliers du développement durable

Les coûts du réchauffement climatique et leur localisation RAFFAELE TRAPASSO Administrateur, Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) Des dépenses publiques sont engagées pour faire face au changement climatique notamment dans les domaines de l’urbanisme et de l’assurance (couverture des nouveaux risques environnementaux). A côté de ces impacts macroéconomiques mesurables, le réchauffement du climat a des conséquences sociales et écologiques non liées au marché et donc difficilement mesurables. Les coûts du changement climatique se concentrent dans les villes littorales : ces régions, les plus peuplées au monde, consomment plus de 80 % de l’énergie émettent 75 % des Gaz à effet de serre (GES). La situation est d’autant plus grave que ces territoires, sensibles à l’élévation du niveau de la mer, abritent l’économie mondiale. Une meilleure gouvernance transversale est nécessaire entre les différents pays du monde, mais la gouvernance verticale, entre l’Etat et les collectivités et entre le secteur public et privé, doit également être améliorée.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


96

Les Ateliers du développement durable

Clôture

LAURE CURVALE Vice-présidente de la Communauté urbaine de Bordeaux « Voici venu le temps des conséquences ! » : cette formule, empruntée à Al Gore, accuse les politiques menées par le passé. Au delà de la conviction personnelle et émotionnelle sur laquelle se base le combat du prix Nobel, les élus seront guidés par leur bon sens dans la lutte contre le changement climatique. Le succès de la quatrième édition des ateliers du développement durable organisés par le réseau Information sur le développement, l'environnement et l'aménagement local (IDEAL) nous incite à progresser pour l’année prochaine. Aujourd’hui aux prémices de leurs projets, les élus doivent se lancer le défi de revenir à la prochaine édition avec des avancées mesurables. Le développement de la visioconférence et la mise en place d’un fond de compensation carbone pour les transports des participants contribueraient également à ce grand mouvement dans lequel les élus, les entreprises et les citoyens se mobilisent. JEAN LISSAR Vice-président du conseil régional d’Aquitaine Preuve en est des récents prix Nobel, le diagnostic du réchauffement climatique est partagé et l’objectif du facteur 4 en 2025 est notoire. Les actes doivent maintenant être mis en cohérence avec les discours. L’Aquitaine contribue concrètement à la réduction des émissions de GES grâce aux 47 mesures définies dans son Plan climat régional qui mobilise 100 millions d’euros inscrits au Contrat de plan Etat-Région (CPER). Avec plus de 50 séances de travail et 200 intervenants, les ateliers du développement durable démontrent le besoin d’une approche collective et d’une mutualisation des expériences de chacun. La société n’évoluera que sous l’effet de la concrétisation des principes du développement durable. Ces deux journées d’ateliers, qui confortent les participants dans le bien-fondé de leurs actions contre le réchauffement, ont contribué à s’y préparer.

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


97

Les Ateliers du développement durable

SIGLES

ADEME : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie CITEPA : Centre interprofessionnel technique d’étude de la pollution atmosphérique CPER : Contrat de plan Etat-Région DIACT : Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires GES : Gaz à effet de serre Réseau IDEAL : Réseau Information sur le développement, l'environnement et l'aménagement local OCDE : Organisation de coopération et de développement économiques PDU : Plan de déplacement urbain PME : Petites et moyennes entreprises

Réalisation de la synthèse :

Ateliers du Développement Durable – 4e Edition

17 et 18 octobre 2007 © Réseau IDEAL


Synthèse des 4ème Ateliers du Développement Durable  

Développement durable et changement climatique : les enjeux de la lutte contre l’effet de serre et les solutions d’adaptation Ateliers du Dé...

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you