Page 1


s

es) par les art

iv relles interact iatives cultu

iver t l u c , t n e s é r « créer le p l'avenir » t priorisé

ICI (init

ur es cessus créate ro p le ù o e ac anisme se ts est un esp t. En fait, l’org en em p p o ICI par les ar el év e ceux-ci favoriser le d l’utilisation d à et ts ar et utilisé pour comdes oppement, de accessibilité el l’ év à d e e d cr f sa ti n co créa qui signifie dynamique et rmation. Ce o sf an tr comme moyen e d et rs d’une d’éducation projets porteu e d t en em munication, p p apeuent le dévelo éducatifs, thér em s if èt ct cr n je b co o s es rlu d p ration de diffé d’ateliers avec lo p et e ex al l’ , ci it d so t n visio utremen ignement de re sociaux. A encore l’ense u o , ts ar tiques ou enco s le roblémaues à travers ons à une p ti lu so es d entes thématiq bre er de création li stiques; repér eu ti li ar n u es f, u re iq n B . ie tech e salle de spec r et créer sa v n te ’u en d v ré in lo ré co se t tique, eil- lan e danse, un espace accu de théâtre, d e, u q si u m e ouvert à tous, d nous d’art qui se re e lieu des soirée ie t n er o al ù g o e e n cl ’u d d ta et d’humour, e peinture et d n io rs at ie is el v at ro p d’im que des mois, ainsi velle chaque djembé. en visitant le nivers créatif u t ce e d t je plus au su Apprenez-en

sarts.com

www.iciparle

ion ise en interact moyens de m s de de es un t nc es te on mpé nal d’expressi Connexion co e le m et m e ra tr -ê og Le projet Jour pr voir le cadre du velopper le sa dé s de de if ct ou je utilisés dans ob oi e empl a, ayant comm nter vers un ie or ré s le Service Canad de s jeunes afin savoir-faire de urs besoins. le à t en nd rrespo études qui co

anada.gc.ca

www.servicec

2

l'expression est émotionnelle ode m r e i m e r p n u n o i t a c i n u m m de co 'une d e n i g i r 'o l à saire s e c é n é t i l i b i x fle ns à l'entrée da e. la vie social 10

vincent, é. 20


les partenaires :

La réalisation de ce magazine a été possible grâce à nos partenaires financiers et techniques ainsi qu’à la participation des jeunes du groupe connexion compétence.

Auteurs, critiques, poètes, photographes, créateurs, voyageurs, artistes : Deux-Montagnes: Rachel Therrien, Mélissa Mallette, Andrew Robert, Nick Mac Dow, Sarah Weippert et Marie-Gabrielle Giroux. St-Jérôme: Maxime Therrien, Jean-Olivier Bourdage, Alexandre Roy, Josée Mayer, Roxanne Mayer, Steve Lacroix et Kirha Fillion. Mont-Laurier: Émily Paquette,Françis Gareau , Vincent Cloutier-Bolduc, Alexandre Bertrand, Anouk Lafrenière, Maria Bernier, Michel Brault

sommaire Créateurs de Mont-laurier: page 7-27 Créateurs de deux-Montagnes page 29-49 Créateurs de St-jérôme page 51-71

Intervenantes: Mélanie Boucher, Julie Nantel, Isabelle Baillargeon, Maude Carbonneau-Girouard, Marie-Josée Boissonneault. Évaluatrice du projet: Deborah Sage Conception graphique et mise en page: Marie-Josée Boissonneault

3


Du 1er au 7 mai 2013, ICI par les arts souligne, pour la deuxième année consécutive, la Semaine Nationale Jeunesse-Arts. Cette semaine, qui se déroule à l’échelle nationale, a pour but de promouvoir les jeunes artistes de la relève, émergeants ou encore inconnus. Une parfaite occasion de faire la fête à ICI par les arts, d’autant plus que l’organisme soulignera ses 15 ans d’existence au milieu de cette semaine artistique. La semaine commença par le vernissage d’une exposition très colorée et diversifiée composée d’œuvres de jeunes artistes âgés de moins de 30 ans. Cette exposition a été place toute la semaine et certaines des œuvres étaient évolutives. Un magnifique buffet, préparé par des jeunes du groupe des Jeunes Connectés d’ICI, ainsi qu’un superbe gâteau, furent servis lors du lancement de la semaine. Comme quoi, même la cuisine est artistique à ICI par les arts! La première journée était sous le thème de l’humour. Avec un monologue humoristique, un peu croustillant, de Mélanie Boucher, intervenante du groupe des Jeunes Connectés d’ICI et une soirée d’improvisation avec l’équipe de la Tothème, la soirée fut riche en éclats de rire. De plus, Vincent Cloutier Bolduc, un Jeune Connecté d’ICI de Mont-Laurier, est venu faire une prestation musicale sur scène. Sans oublier de souligner la présence des porte-paroles de la Semaine Jeunesse-Arts, les membres du groupe Two Miles Left. Ils tenaient d’ailleurs à remercier chaleureusement ICI par les arts pour tout le soutien apporté à la croissance de leur groupe. De plus, The Match Up est passé faire un petit concert improvisé dans le stationnement d’ICI par les arts. Toujours prêts à participer aux évènements de la communauté, Bur Ger et Le Rat étaient ravis de participer à la fête.

Le deuxième jour, ce fut aux artistes de la rue de s’exprimer. Journée organisée par Rafael, aka Rafsta pintch, un artiste du graffiti. Plusieurs artistes du graffiti se sont réunis pour réaliser une muraille de graffitis qui sera d’ailleurs exposée pour quelques temps dans le stationnement d’ICI par les arts. Ils ont également fabriqué des lanternes, à partir de petites tentes, gracieuseté de la ville de St-Jérôme, enroulées de cellophane. Pendant l’après-midi, ils ont fait des graffitis sur le cellophane et, le soir venu, des lumières ont été allumées à l’intérieur. Ainsi, des lanternes géantes ont jeté un éclairage urbain sur le stationnement d’ICI par les arts l’espace d’une soirée. En fin de soirée, un spectacle hip-hop de la relève fut présenté. Plusieurs prestations ont eu lieu dont celle de Sournois, Jeune connecté d’ICI de Mont-Laurier, Julien Tonik, Mikey-rime et quelques autres. D’ailleurs, Deps, un jeune artiste graffiteur, est monté sur scène, après avoir participé à la muraille de graffitis, pour rapper un peu. Plusieurs membres des Productions ANM étaient sur place dont Mark Fraser, aka, Mr. Freaz. Animateur de la soirée, il a profité de l’occasion pour dire aux jeunes artistes de son domaine de garder le sourire, comme le dit si bien sa dernière chanson. Cet artiste qui rêve de changer le monde, d’aider les jeunes, d’aider les autres artistes, lancera d’ailleurs son album le 15 juin prochain, à ICI par les arts. Une belle programmation reste à venir, venez donc en grand nombre à cette semaine de la célébration de l’art, à ICI par les arts 712 St-Georges, St-Jérôme. Écrit par Josée Mayer


Durant la semaine du 1er Mai au 7 Mai 2013 à ICI par les arts, j’ai eu la chance de participer à la deuxième semaine Jeunesse Art. L’organisme a ouvert ses portes pour offrir une multitude d’activités artistiques gratuites à tous. ICI par les Arts est un organisme sans but lucratif incontournable qui se spécialise en développement humain par le biais des arts! Il permet de rendre l’art accessible à tous. Les jeunes artistes d’ICI comme moi, de 13 à 30 ans, ont eu la chance de présenter leurs talents dans la galerie et sur la scène d’ICI par les arts, il y en avait pour tous les goûts. Plus d’une soixantaine d’artistes émergents ont participés à cet événement spécial. Durant cette semaine, ils ont célébré les arts et la jeunesse dans les Laurentides. Voici quelques artistes présents lors de cette semaine-là : “Rires Garantis” à commencer avec la ligue d’impro La Tothéme. “La Rue Parle” en Rap, graffiti et danse. Les artistes graffiteurs Hugo Landreville, Rafasta Pintch, et bien d’autres ont mis de la couleur tout l’après-midi sur un mur construit spécialement pour cette occasion et en soirée, du rap avec Francis, Mista Freaz, Milord, et Michael Dpillz Ahern et une prestation de danse avec Marie-Josée Boissonneault et TiMax Therrien! La soirée du vendredi fut consacrée à “Manga Mania” avec le Club de Manga. Un univers avec une multitude de possibilités avec des ateliers de dessins, de jeux vidéos, de projections cinématographiques est plus encore. Il y a eu une Table ronde “Rétrospective, 15 ans d’impact sur les arts!” avec la participation de Two Miles left, porte-parole de la semaine!

“Créer tout à partir de rien!” Une journée fut consacrée à l’environnement avec des ateliers écolo sur fond de musique francophone. Le GymX fut présent avec “Lâche ton fun!” Caricatures, maquillage, et performance au menu. En soirée, un show de l’excellent groupe “Basement Superheroes! “ qui fut vraiment impressionnant! La dernière soirée s’est terminé avec “À Travers l’objectif” Une soirée cinéma avec des court-métrages de la relève. J’aimerais dire Félicitations à Émily Paquette, qui a remporté le concours photo de la semaine Nationale Jeunesse-Art, à Sarah Wilson qui a gagné la deuxième place et à Roxanne Burn pour la troisième place. Après une belle semaine passée sous le soleil, ICI par les arts a eut le privilège d’acquérir des artistes de talent et de partager leur univers. Ils vous remercient d’être venu, de vous laisser transporter avec eux durant cette magnifique semaine. Pour moi passionnée par les arts cette semaine fut magique et source d’inspiration. Écrit par Melissa Mallette


Une belle table ronde Le 4 mai dernier, lors de la Semaine Nationale Jeunesse-Arts, l’organisme ICI par les arts célébrait ses 15 ans d’existence. Pour l’occasion, une rétrospective des 15 dernières années, ainsi que quelques témoignages, furent présentés. La soirée débuta par un buffet, réalisé par l’équipe du service de traiteur «s’emporter », suivi d’une brillante interprétation de « La Bicyclette Céleste » par Martine Bouchard. Une façon bien à elle de démontrer que les arts, particulièrement le théâtre, l’ont beaucoup aidée dans son cheminement. Devenue intervenante, elle est un modèle, une inspiration, pour les jeunes en difficulté.

Un Évènement remarquable s’est produit à St-Jérome. Il s’agit de la semaine jeunesse art organisé avec Ici par les Arts. Des artistes des Laurentides se sont réunit pour démontrer leurs talents à qui veulent les voir. C’était en effet ouvert à tous. Du manga au graffiti et de l’acrobatie au rap, leur semaine étais bien rempli et diversifié. À tous les jours, des activitées rafraichissante se produisais. Il y en avait pour tout les goûts. À tout ceux qui voudrais encourager les jeunes d’ici, venez à cette semaine jeter un petit coup d’oeil. Vous verrez que cela en vaux la peine.

Par la suite, une vidéo montrant la transformation des locaux d’ICI par les arts fut présentée. Une superbe façon de démontrer l’évolution de l’endroit, un travail accompli par tous ceux qui sont passés par cet organisme.

Les points negatif; le manque d’organisation. On connais bien les artistes, ils sont très créatifs, mais desfois manque d’organisation. C’est un peu domage que cette inconvénient gâche tout le mérite que l’ont leur doit.

Puis, de vibrants hommages à l’organisme furent présentés. Quatre jeunes fréquentant, ou ayant fréquenté, ICI par les arts sont venus se mettre à nu sur scène pour souligner l’impact positif que l’art, l’organisme et ses intervenants ont eu sur leur vie. Pour eux, ICI par les arts fut la lumière au bout du tunnel, la famille qu’ils n’avaient pas eue. Une belle façon de remercier l’équipe d’ICI et de les encourager à continuer leur excellent travail.

Malgré tout, c’est une expérience à vivre une fois même 7 fois.

Ce fut une très belle soirée, riche en émotions pour tous les gens présents. Une soirée à remettre au calendrier, au moins une fois par année! Écrit par Josée Mayer

6

Écrit par Émily Paquette


les Arts-normes Groupe de Mont-laurier

les createurs: Émily Paquette Françis Gareau Michel Brault Vincent Cloutier Bolduc Alexandre Bertrant Maria Bernier Anouk Lafrenière

les coordonnatrices: Maude Carbonneau-Girouard Isabelle Baillargeon

7


g n i n e p p a H é u q s ma

nis de u m r e i t t-Laur masques e n o M s s s dan briqué le ent chacun é l l a i a s somme us avons f ques porta ulation de , s e m r Art’No inédit. No er. Les mas ité. La pop elle était s e l , l t g s l, nou happenin ite les por e personna ncept, mais daient ini r v A Le 17 s pour un our ensu ient notr nre de co ous regar ersonnes p e p masqu ré ceux-ci s défInissauée à ce getous âges n plusieurs laisir à p peintu identité, il pas habit s gens de sions pour aiment du t e s r notre aurier n’es tte idée. D des discu vons eu v hésiter. a e Mont-L uverte à c s provoquéet chacun emain sans n d très o s. Nous avo ning. Tous referions é trigu à ce happe té, nous le i grâce cette activ faire nd

tra re Ber exand

Al

Article bidon

Articles Bidons

................................................... Un signal d’alarme pour le Québec, soutient Greenpeace...

10

Aujourd’hui, le Québec a lancé un projet d’exploitation de la lune. Mme Marois désire importer tous les déchets de la planète et les exporter sur la lune et pour empocher un gros montant faramineux. ‘’J’ai besoin de plusieurs chirurgies plastiques’’ dit-elle. Greenpeace s’est mis de la partie et a affirmé qu’ils acceptaient Pauline telle qu’elle est et que la lune doit préserver sa pureté. Mme Marois a décidé d’aller manifester sur la lune en se promenant en 4 roues et faisant des donuts visibles à partir de la terre. Finalement, personne n’est allé la chercher et elle est pognée làbas. ‘’ Tant mieux’’ soutient Greenpeace. Vincent Cloutier Bolduc


11


Le

«E-brake»:

(frein-à-main) est le plus facile à faire. Il consiste à utiliser le frein-à-main brièvement sans le verrouiller. Cette technique fait perdre trop de vitesse aux pilotes, donc ils l’utilisent très rarement.

Le

«clutch

kicking»:

(coup d’embrayage) consiste à donner un coup d’embrayage en pleine accélération, cela fait perdre l’adhérence et peut être utilisé plusieurs fois pour garder le véhicule en drift.

Le«left foot braking»: (freinage du pied gauche) est utilisé par les pilotes de rallye, cela consiste à faire révolutionner le moteur tout en appuyant fortement sur les freins. Ceci barre les roues arrière tout en laissant les roues avant débarrées. Ils l’utilisent pour prendre des virages serrés sans perdre de vitesse. Cette technique est très dure à manier.

clutch kicking

Tout cela a débuté en 1980, au japon, dans les routes sinueuses de montagne. Ils voulaient troquer de précieuses secondes de leur temps entre deux points. Le drift est utilisé dans plusieurs domaines comme le rallye. Il est utilisé pour prendre des virages à plus grande vitesse sans perde trop de couple.

left foot braking Écrit par Michel Brault

E-brake

Le

drift

J’ai choisi 3 techniques. Elles sont le «clutch kicking», le «left foot braking» et le «E-brake». Pour ma part, j’utilise le «clutch kicking», mais la technique la plus connue est le «E-brake» (frein-àmain). J’ai décidé de vous parler du drift, car c’est perdre le contrôle en contrôle.

Articles Bidons

...................................................

Peu importe d’où tu viens tu mérites le respect.

ART-NORME

Par Michel Brault

La drôle de bête

Nous avons découvert un drôle de bête dans un arbre en Mauricie. Il s’agit d’une race de chanteuse qu’on s’en fout, perdue dans les bois en chantant une toune plate écrite par Quebecor. Astral Média a couvert l’évènement. Ainsi, la guerre a éclaté entre les deux grands dirigeants et toutes les chanteuses, qu’on s’en fout, ont perdu leurs emplois et sont parties dans la forêt pour chanter dans les arbres. Depuis, les oiseaux ont déguerpi aux States accompagnés des docteurs et architectes. Les hôpitaux sont en pénurie et les buildings ne sont vraiment pas beaux à voir. Au moins, y’a moins de chanteuses qu’on s’en fout à la télé, dit Martineau. Vincent Cloutier Bolduc


Y’a tellement mieux à faire dans la vraie vie !

Pas de boisson si tu veux retourner à la maison.

Réalisé par: Vincent Cloutier-Bolduc

Réalisé par: Alexandre Bertrant


16


Tenez vous a la vie, ne vous laissez pas tomber

www.sos-suicide.org

Réalisé par:

Émily Paquette


Les poêmes... Des mots qui touchent

Signé Émily Paquette.

Signé Alexandre Bertrant.


Les poêmes... Des mots qui touchent

Signé Anouk Lafrenière Fortin.

Signé Vincent Cloutier Bolduc.


Les poêmes... Des mots qui touchent J’apparais avant que les lumières s’ouvrent, Celui qui parait sourire, même alors que les autres souffrent, Cacher dans l’ombre, j’attend la prochaine occasion, De déchainer ma furie sur l’instrumental, Lorsqu’elle ce présente, je saute dessus tel un lion, Le volume au maximum, ça va faire mal, Surtout pour ceux qui disent détester mes textes, Un homme nébuleux aux portes du matin Tu veux parier? On fait le test? Se tenant à la limite du ravin Porteur d’une étrange ambition signé Frank Gareau Qui allait perturber tous les cons Une telle absurdité déplorable et effrayante Que certains enfants allaient trouver amusantes Changer le canal en lait au chocolat qu’il voulait Amenez-moi un lapin Nesquick s’il vous plait Dommage que l’énergumène était paresseux Sa procrastination l’empêcha de faire mieux Un jour une femme dégoutante dans l’effrayante Vint l’encourager dans sa patente Les deux étaient zen dans la démence Et décidèrent de tenter leur chance Les enfants époustouflés étaient remplis de joie Ils se baignaient dans le lait au chocolat Après avoir bu le mélange, ils moururent empoisonnés L’histoire sensationnelle parcourut le monde Et devenue aussi populaire que la Joconde Ainsi il obéit à dieu en se levant lorsque le soleil se lève. Parfois lorsque le soleil est à son zénith. Il cris d’un son odieux sa souffrance devant les orgueilleux. Des larmes Qui tremble Rempli d’un Il ne reste Maria Bernier

remplissent ses yeux et sa peine sort de son corps de son humanité fragile et chétive. vide immense comme le néant la naïveté partie tristement. plus qu’un fruit horrible celui de la connaissance.

signé VincenCloutier-Bolduc


J’ai surfé dans tellement de domaines, d’émotions et d’expériences. Toute mon enfance, moi et mes frères étions très orientés vers les arts sans s’en rendre compte. Nous bâtissions des châteaux de sable, des histoires sans queue ni tête avec nos ‘toutous’, des avions en papiers ultra perfectionnés etc. À l’école, j’aimais bien dessiner dans mon agenda et fumer du pot.

Je me produis présentement aux Fresques de nuit. Durant 1 ou 2 blocs de 15 minutes par soir, j’expérimente la scène et le professionnalisme tout en me pratiquant pour mes prochains spectacles à venir. Je vais bientôt faire Balcon Ville, Les Concerts du parc et le Festival des Invisibles.

C’est alors que tout débuta. À l’âge de 13 ans, mes parents m’achetèrent une guitare électrique et un BMX. J’ai pris des cours de guitare durant 4 ans et mon talent se fit remarquer. J’avais beaucoup de plaisir à jouer dans les parcs et les feux de camps. J’aimais principalement jouer du Metallica. Le BMX me permettait de rester en forme malgré l’inaction qu’engendre le cannabis et je progressais très rapidement. J’ai alors fondé un groupe : Les Mélomanes, où nous jouions principalement du Metallica. Nous étions populaires, mais le groupe s’est dissous très rapidement.

J’apprends toujours plus de chansons que j’aime chanter et je développe ma voix. Je pratique à temps perdu, mais mes concerts sont les moments où j’évolue le plus. J’appréhende l’avenir avec joie et ambition, et j’espère continuer sur cette belle lancée. J’espère tous vous voir à mes spectacles. Vous me faites grandir, rire et me donnez le goût de vivre. Merci à tous pour le support. Écrit par Vincent Cloutier Bolduc

Après une longue période d’inaction à Montréal, je suis revenu à Mont-Laurier pour cesser l’alcool et la drogue et focusser sur mon bien-être. Je me suis remis progressivement à la guitare en m’achetant une petite merveille à six cordes. Depuis longtemps, je savais que j’aimais me faire écouter et je m’imaginais souvent devant des juges quand je pratiquais seul. Je me suis donc donné un objectif : apprendre un large répertoire populaire, tout en me respectant, pour devenir chansonnier. J’ai fait mes débuts au Café de la Gare. Je regardais mes partitions, mais j’étais convaincant. J’ai joué devant ma famille et j’ai reçu de beaux compliments. J’allais pratiquer seul à la Gare pour m’habituer au micro et j’appréciais énormément. Je me suis alors inscrit à la semaine Jeunesse-Arts. C’était gros pour moi, jouer à St-Jérôme! Malgré un problème technique, mon expérience a été très bénéfique. J’ai eu droit à un public déchainé qui m’a vraiment encouragé à me surpasser et les commentaires étaient unanimes; j’étais fait pour la scène. Je me suis ensuite inscrit à tous les évènements de Mont-Laurier avec enthousiasme.

21


Ce monument historique fût inhabité durant 4 ans. La M.R.C d’Antoine Labelle cherchait de bon gestionnaire pour la gare, afin de revitaliser la région.

PHOTO DE ARTS-NORME À LA GARE

Les gares du temps de jadis sont des richesses de notre patrimoine québécois. La gare de Mont-Laurier est une fierté pour notre région. Ce monument historique fût inhabité durant 4 ans. La M.R.C d’Antoine Labelle cherchait de bon gestionnaire pour la gare, afin de revitaliser la région. Donc, la Maison Lyse Beauchamp s’est proposée pour assurer la gérance et la M.R.C d’Antoine Labelle a accepté. La Radadinerie, organisme connexe  à la Maison Lyse Beauchamp visant la réinsertion sociale, a fourni de la main d’œuvre pour rendre ce projet possible. Diverses personnes ont contribué à la construction et à l’aménagement. Des hommes spécialisés en menuiserie, des bénévoles ainsi que des participants de la Radadinerie. Au départ, ils ont commencé par ouvrir un petit café et cela a bien fonctionné. Luc Fleurent, ayant 25 années d’expérience dans la restauration, a plus d’une corde à son arc. Il fût engagé afin de s’occuper du restaurant. ICI par les arts (Mont-Laurier) et Luc Fleurent ont organisé une journée d’activité en équipe. Le 3 juin, nous sommes allés à ce lieu rempli d’histoire.

22

Dans le projet, plusieurs personnes avaient préparé différentes activités. Michel Brault, pour sa part, a créé l’idée géniale d’un jeu d’échec géant. Notre chère Anouk Lafrenière Fortin fabriquait des bijoux tandis qu’Émily Paquette avait décidé de faire des tatouages au henné. Vincent Bolduc, notre musicien, chantait en jouant de la guitare, le sourire aux lèvres. Alexandre Bertrand, lui, était bien installé à faire un graffiti. Notre énergique Frank Gareau attendait le moment de monter sur scène. Maria Bernier leur apportait de l’aide lorsqu’ils en avaient besoin. La journée était magnifique, le soleil était là, bien présent. Un homme de la région pratiquait la massothérapie. Les gens étaient peu nombreux mais des sourires égayaient leurs visages. Michel Brault joua une joute d’échec avec Sylvain Lachapelle, le vidéaste. Anouk Lafrenière Fortin a bien apprécié son activité de bijoux. Des personnes travaillant à la Maison Lyse Beauchamp admirèrent ses bracelets. Émily Paquette fit de beaux tatouages au henné. Vincent Bolduc eu beaucoup de plaisir à gratter sa guitare. Alexandre Bertrand, en faisant son graffiti, reçut la visite de plusieurs personnes qui contemplaient son œuvre et prenaient des photos.

Frank Gareau nous fit une prestation dynamique et endiablée. Il a su séduire le public. Il était très heureux car son ami BBoy était là lui aussi afin de faire sa performance. Cet artiste est un jeune talent à découvrir. La gare est une bâtisse centenaire, celle-ci possède à elle seule tant de riches histoires. Je vous invite cordialement à vous y rendre, afin de déguster un délicieux repas. Écrit par Maria Bernier


Le Land art est un art contemporain utilisant des matériaux de la nature tel que le bois, la pierre, le sable, etc. Le grand but était de faire changement dans l’art moderne. La plupart des œuvres relèvent plutôt de l’art éphémère. Tout débuta en 1968 au mois d’octobre avec l’exposition Earth Works à la Dawn Gallery de New York. Robert Smithson s’impose comme le théoricien du Land art et devient la figure emblématique de cet art au coté de Robert Morris Nancy Holt et autres. Les jeunes artistes d’Art’Norme ont construit avec divers objets naturels des sculptures s’inscrivant dans le courant du Land Art. La première tentative était dans la forêt où ils ont construit des œuvres uniques et magnifiques. Ils ont touché à toutes sortes d’art naturel tel que le tricot en recouvrant un arbre avec les petits bouts de laine tricotés produisant ainsi une œuvre naturellement splendide ! Anouk Lafrenière Fortin

23


Tous les êtres vivant rêvent d’une deuxième chance. Cependant, les plus oubliés sont les animaux tels que les chiens et les chats. On compte 575 000 abandons chaque année et le double l’été arrivé. Des amoureux de petites bibittes à poils comme moi ont donc trouvé quelque solutions. J’ai eu la chance de passer quelques heures en compagnie de Caroline au Centre Canin Ménard. Un endroit où ils accueillent les chiens et chats abandonnés et tentent de leur donner l’amour et la vie en attente d’une nouvelle maison. Ils offrent plusieurs services dont le toilettage, dressage, vente de nourriture de chiens et chats ainsi que la pension pour animaux.

Malheureusement, comme chaque refuge, les cotés sombres font surface. L’euthanasie est utilisé lorsqu’un chien ou un chat se fait trop vieux ou souffre de problème de santé fatal. Bien sûr, ils tiennent à éviter cette solution et aimeraient beaucoup plus d’adoptions dans leur refuge. Qui n’aimerait pas une petite boule de poils amicale et chaleureuse qui ne cherche qu’à être aimée ? J’encourage les gens à rendre visite au centre et offrir des dons pour aider à subvenir à leurs besoins, comme nous les humains. Sinon, allez y quand même, qui sait leur joie de vivre vous tapera peut être dans l’œil ! Ils comptent sur vous ! Écrit par Anouk Lafrenière Fortin

Caroline est une femme dévouée à son travail, à 16 ans elle a suivi un cours de toilettage pour ensuite, vers 18 ans, prendre un cours afin d’apprendre le dressage pour chien .Elle passe beaucoup de temps au centre et aimerait leurs trouver une famille à tous. Elle souhaiterait pour eux de finir leurs jours heureux !

On compte 575 000 abandons chaque année et le double l’été arrivé.

Articles Bidons

..............................................

Au secours du petit poulet

26

On aperçut un homme de race jaune cartoon avec des petits cheveux pis une bedaine, parcourir les studios à la recherche de Chicken, le petit poulet. Le petit poulet est en effet la vedette du film Chick Chick à la ferme. L’homme à la forte poitrine aurait mené une lutte sans fin afin d’assouvir ses besoins abdominaux. Les producteurs auraient, par la suite, amené l’individu chauve au PFK pour compenser puisqu’il s’agissait d’Homer Simpson. Émilie Paquette


Coordonnatrices du projet

Il était huit fois… …des personnages aux mille talents ignorant l’ampleur de ceuxci. Ils se sont lancés dans une aventure où ils nous ont fait découvrir leur merveilleux monde, se révélant à eux-mêmes face à ce défi. Au travers cette épopée dans leur univers, nous avons fait la connaissance de personnalités extraordinaires.

Cette histoire aurait été incomplète sans «lSurnoi». Tellement ÉNERGIQUE que personne n’aurait pu le suivre, il en devenait même une source de motivation. C’est un fonceur, toujours prêt à briser la glace. Allumé, il nous a surpris par son grand talent d’écrivain, rehaussant l’excellence.

Nous y avons rencontré un homme, qui pendant un moment, semblait avoir oublié ce qu’il était. Par chance, sa PASSION retrouvée permis de voir revenir à la surface l’homme qu’il n’a jamais cessé d’être. Beau, charmant, rempli de talents, il nous a appris à voir grand et à mettre à profit nos hauts et nos bas.

Ce périple empreint d’émotions a provoqué la rencontre de ces huit personnages «Art’Norme». Au fil de cette aventure, ils nous ont enseigné la joie, la solidarité et la persévérance. Leur ouverture d’esprit a permis l’éclosion du respect, de la créativité et de l’humour. Nous nous considérons privilégiées d’avoir vécu cette expérience à vos côté. Nous vous remercions de nous avoir tant fait rire et de nous avoir laissé entrer dans votre quotidien!

Nous avons également été charmées par une jeune femme au rire contagieux. La petite sœur dont chacun rêve a révélé sa force et sa capacité à créer des liens grâce à son ÉMERVEILLEMENT quotidien. Faisant preuve de dépassement personnel, cette petite licorne nous a démontré qu’il est possible d’être fière de soi malgré les épreuves et les doutes. Parmi ces impressionnants personnages, il y avait aussi l’homme TALENTUEUX, créatif dans l’âme et avide de défis. Toujours positif et percevant le bon côté des choses avant tout, il nous donnait envie de repousser nos limites et de se surpasser chaque jour. Son émerveillement et sa motivation constituent une vraie source d’inspiration. Au début de cette aventure, nous avons rencontré une jeune femme, qui malgré sa fragilité, a su nous surprendre par son INTELLIGENCE et sa capacité à faire valoir son opinion. Elle aurait pu nous en faire découvrir davantage sur sa riche personnalité, elle aurait pu… Il y avait également l’acharné à la VOLONTÉ démesurée. Inspirant par sa progression rapide, il démontre que rien ne lui résiste armé de motivation et d’un entourage positif. Tous devraient avoir la chance de le côtoyer, il en vaut largement la peine. Durant ce périple, il y a eu celle qui nous a fait découvrir que malgré la douleur et les difficultés, il est possible d’être à l’ÉCOUTE et de venir en aide aux autres. C’est une femme forte qui dissimulait tout son potentiel sous une carapace, maintenant prête à s’affranchir. Désormais rien ne pourra l’arrêter. Nous envions ceux qui auront la chance de partager des fous rires avec cette femme à l’humour débordant. Une autre personne nous a marquée par sa PERSÉVÉRANCE, son désir d’avancer et de changer. Bien qu’elle se cherche encore, elle apprend à surmonter les difficultés quotidiennes afin de s’épanouir. Cette femme a tout en son pouvoir pour aller au bout de ses rêves.


nous dĂŠsirons remercier les partenaires du projet pour Mont-laurier :

nos commanditaires:


PRÉSENTATION DU GROUPE Deux-Montagnes

................................................ Mélissa Mallette

................................................

................................................

My name’s Melissa Mallette but I prefer to be called Millie! I’m 23 years old. I’m a Mohawk from Kanesatake who likes to help my family & friends. I may seem shy, quiet & sensitive at times but, I do like to have fun! I’m also a perfectionist at heart who’s very creative when I wanna be. I like to read, write, and draw on my spare time…while listening to music.I can't live without my phone and facebook is my life!! My fave words are I don’t know and I don’t care! My only fault is I tend to swear a lot! Hahah fuck!!! lol

................................................

-Millie

30

Rachel Therrien

Je suis une jeune femme, qui se décrit comme ceci : persévérante, dynamique, souriante, pleine d`énergie et de vie. Je suis quelqu'un avec beaucoup de force intérieure, sociable, capable d`écouter les gens, généreuse, drôle et qui affronte la vie à pleine vitesse.

................................................ Nick Mac Dow

................................................ My name is Nick Mac Dow and I’m 19 years old. I am an artist in 2013 and I prefer the musical arts. Music and art the only thing that makes sense anymore so live decided to find peace within by musical representation.


................................................ Marie-Gabrielle Giroux

................................................ Bonjour, moi c’est Marie-Gabrielle !

................................................ Sarah Weippert

................................................ I’m a mother, I’m a fighter. I accept life with open arms. My passion is photography. I may be shy at times, but don’t let that fool you. I am a very loyal, knows how to have fun. Je suis une mère, je suis une combattante. J'accepte la vie à bras ouverts. Ma passion est la photographie. Je peux être timide par moments, mais ne vous laissez pas tromper. Je suis très fidèle et je sais comment m'amuser.

Ordinairement, je suis extravertie, souriante et j’ai soif de découverte. Comme tout le monde, j’ai mes journées de « marde » comme je dis souvent, mais je suis quelqu’un de très amicale et qui aime se faire des amies.

................................................ Andrew Robert

................................................ Ce beau mannequin c’est moi ! J’apporte le rire, la joie et le sourire à tout le monde. Je suis un artiste dans la musique qui continue à vouloir percer dans l’industrie de la musique. Une autre de mes passions, c’est d’avoir des sensations fortes. Avec le programme, j’ai découvert de nouveaux horizons.

31


Where the Music Is By Nick Mac Dow

................................................

Music is used in many different ways for many different reasons. Francois Archambault uses music hoping he can send a message that will inspire people to give their all and be all they can be.

................................................

I first met Francois at “ICI Par les Arts” in St-Jérôme. He approached me and started asking me about my style of music. Soon enough, unlike any musician I’ve ever met, he picked up a guitar and started singing one of his compositions right in front of me. I found that tremendously inspiring. He had no fear or care of what others thought or said. He was in his comfort zone which I soon learned that it is where the music is. Francois and I have a lot in common when it comes to music in terms of instrument preference, genre, style, etc... Francois has been playing guitar for about eight years but has started playing more seriously in the last five years. When I asked him to briefly describe what music meant to him he replied “Music is an honest way of representing who you are through someone else’s work.” When I asked him why that quote he stated “I want to make music others can relate to as I have related to the music of the artists that inspires me. I want to be inspiring.”

32

Photo: Sarah Weippert

As a musician, interviewing a musician was something I really enjoyed. Francois continues and will continue to make music hoping that he and his music will send positive messages to others and wants to be an icon that others can relate to.

Music is an honest way of representing who you are through someone else’s work.


Me and myself...

expression


LE JARDIN BOTANIQUE Photos: Le groupe

*G

expression


Le suicide Marie-Gabrielle Giroux

Le suicide touche beaucoup de gens et c’est pourquoi je voulais exposer les paroles de cette chanson qui, j’espère, feront comprendre la douleur que peut ressentir un être humain.

« C’est une de ces chansons qui me touchent beaucoup puisqu’elle explique ce que le monde ressent dans plusieurs cas, et permet d’offrir aux victimes du suicide de se reconnaître et de se sentir moins seul. Manu parle avec son cœur et expose la vérité qui est plutôt déprimante. »

Ça nous fais toujours mal , mais c’est rien qu’on l’dit pu . On a autre chose à faire d’notre salive  Pis des vies pendant qu’on en perd  d’autre arrivent . Mais bon c’est sûre quand c’est ton père c’est irremplaçable .  Tu t’sens seul face au monde comme  Bachar al-assad Tu t’cherches un modèle , tu prend pas souvent l’bon . À l’école , c’est l’bordel parcequ’tu fais tout l’temps l’con . Parce qu’tu cherches d’l’attention tu grandis dans délinquance .  C’était écrit , t’étais fucké dès l’enfance . Faique tu r’gardes le destin les yeux pleins de méfiance . Pis dès qu’il s’retourne tu l’frappes en criant vengeance . Dès qui se r’tourne tu l’frappes en criant vengeance Tu r’garde le destin avec les yeux plein de méfiance Dès qui se r’toune tu l’frappes en criant vengeance Après les gens t’disent Faut qu’tu passe à autre chose tes problèmes t’hypnotisent Ils savent pas qu’dans l’fond c’est ca qui t’motive Chaque fois qu’tu y penses c’est comme un coup de pied dans l’cul Parce qu’ton seul porte-chance c’est la corde d’un pendu Mais tu t’plaint pas t’acceptes les choix du sort Tu fais partie de ceux qui travaillent deux fois plus fort Malheureusement c’est pas pareil pour certains gars d’la clique

Hugo Landreville

Hugo Landreville, un jeune rappeur du nom de Deps qui vient de Blainville. Il a commencé à rapper à l’âge de 16 ans, mais cela est devenu encore plus sérieux à l’âge de 22 ans. Il a été inspiré d’un groupe marseillais dont le nom est IAM.    Il n’avait pas vraiment envie de s’exprimer, juste faire des textes de rap et vraiment penser à ses rimes pour avoir un bon jeu de mots. La plupart de ses chansons, c’est lui qui les a écrites. Aujourd’hui, il a 29 ans et continue de percer dans la musique. Quand Hugo rap, il me donne le goût de chanter et d’écrire mes propres chansons. Il me donne envie de performer dans ce que j’aime. Cela fait 2 ans que j’ai commencé et j’espère un jour percer dans le milieu. Écrit par Andrew Robert

Même si quand qu’t’es vois Ils sont toujours souriants comme l’Afrique Tout a lair de bien aller ils veulent juste pas en parler Leurs sentiments ont comme une odeur de renfermé C’est surment parce qu’ils pourissent à l’intérieur à voir les autres réussir ils s’imaginent inférieur C’t’une maladie, beaucoup de gens la traitent par l’alcool Mais les plus atteints la traite par la corde Ont les r’trouve à la morgue la gorge fendue Ils sont c’que l’église appelle les âmes perdues

MANU MILITARI

35


Interview avec Mark(freaz)fraser Écrit par: Rachel Therrien Q : Pourquoi avoir choisi de faire ce que tu fais ? R : En fait au début, je n`avais pas l`intention de faire ça dans la vie, j`écrivais des poèmes

et de fil en aiguilles, j`ai rencontré des gens et je suis arrivé la .

Q : Quel est ton parcours ? R : J`ai 30 ans et ça pourrais être très long à expliquer mais haha! .. Disons que j`ai eu une adolescence plutôt mouvementée avec la drogue et le décrochage, j`ai quitté la maison à 16 ans pour travailler etc… (suite) mais j`ai finalement fait un DEP et j’ai eu deux enfants. Aujourd’hui ma vie est toujours mouvementée mais beaucoup mieux organisée et beaucoup plus saine.

Q : Qui t’a influencer ? R : À la base c`est mon ami Jean-Philippe Lesieur (meter) qui m’a motivé à commencer. Ensuite côté musique, mes premières influences ont été Shurink`N Sans Pression et aussi François Pérusse…. Je sais c`est bizarre.

Q : Quelles sont tes sources d`inspirations ? R : La vie, les gens. Q : Votre famille a-t-elle joué un rôle ? R : Oui c’est sûre, mon père m’a toujours encouragé à faire ce que j`aime et mes deux enfants sont mes fans numéros 1.

Q : Quels sont les avantages ? R : La reconnaissance des gens. Q : Quels sont les désavantages ? R : Les préjugés. Beaucoup te prenne pour un gangster, les femmes te prennent pour un coureur de jupons. On te traite de “p’tit yo” et tout le monde croit connaitre ce monde et se permet de te donner des conseils du genre “ tu devrais lâcher ça, moi j`ai pas réussi ”.

Q : Est-il nécessaire de se faire connaitre et pourquoi ? R : Oui c`est essentiel !... l’objectif d`un artiste, c’est de vivre en vendant son art alors il doit le faire connaitre pour y arriver.

36

Pendant la semaine nationale Jeunesse-Arts, il y a quelques mois de ça, je me suis entretenue avec un rappeur Québécois, venu se donner en spectacle pour les jeunes et les moins jeunes. Alors voici son interview !!!!!

Q : Est-ce que tu es fier de ton parcours ? R : Oui tout à fait !!!


des oeuvres realisées par nos créatifs du projet.

expression


DE CRIME SCÈNE DE CRIME SCÈNE DE CRIME SCÈNE DE CRI

SCÈNE DE CRIME SCÈNE DE CRIME Écrit par Rachel Therrien

Un tueur en série est une personne qui a commit au moins trois meurtres, en intervalle de temps de quelques jours à plusieurs années séparant chacun de ces meurtres, et qui réalise un certain niveau de satisfaction par la mort de sa victime. Un tueur en série est souvent un psychopathe qui se caractérise par son manque d’empathie et son sadisme par sa boulimie de meurtres, par le plaisir qu’il tire de ses actes, et par un sentiment très fort de supériorité, mais il existe des exceptions. Un tueur en série ne connait pas sa victime avant de la choisir, il sélectionne parfois ses victimes sur des critères ethniques, religieux, sexuels ou autres. Un tueur en série ne se distingue pas au niveau physique et social. Il peut mener une vie sociale normale. Il a été constaté qu’une forte proportion de tueurs en série a subis dans l’enfance des sévices sexuels, des violences physiques ou morales, mais tous ne deviennent pas des tueurs en série. Chaque tueur en série possède des particularités qui peuvent permettre de l’identifier. Le mode opératoire et la signature des tueurs sont deux éléments distincts. Le mode opératoire est la méthode utilisée par le tueur pour attaquer ses victimes, sa façon de les choisir et de les aborder. La signature est un acte compulsive, quelque chose que le tueur ne peut s’empêcher de faire et qui est inconscient. La signature est généralement unique.

SCÈNE DE CRIME SCÈNE DE CRIME

SCÈNE


SCÈNE DE CRIME SCÈNE DE CRIME

Les tueurs en série ont une forte individualité, chaque cas est particulier mais certains éléments peuvent caractériser leurs crimes. Les crimes commis par les tueurs en série peuvent posséder une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : *Certains tueurs en série procèdent avec méthode et cherchent à contrôler le déroulement du crime. C’est la maitrise de la situation qui provoque alors leur exaltation. *D’autres tentent de réaliser un fantasme au travers de leur crime, ce qui est compatible avec l’aspect de maitrise précédant. Certain crime ont des motivations sexuelles, d’autres non. *Quelques cas rares, intègrent à leurs crimes une composante liée a l’appât du gain. *Une minorité est atteinte de troubles mentaux tels que la schizophrénie, et certains cas rares de tueurs en série sont des psychotiques compulsifs, qui tuent de façon impulsive, les désorganisés, mais dont les crimes peuvent s’étaler sur une longue période de temps.

CRIME

SCÈNE DE CRIME SCÈNE DE CRIME

DE CRIME SCÈNE DE CRIME SCÈNE DE CRIME SCÈNE DE CRIM

SCÈNE


n e i t s a b é s t n a t u To

pluts dans u b é d ues aint-Sa a fait s S l I à . c n e b kedow avec u Qué t il est ire Sha oard a n p b a m n w e E o t ’ n l et in té us i et ma pestyle empor u i fait d o r l l u r S a q u l n e s i e m 2006, regard u l’or e hom , il a e t eu le eur. En n jeun s n v u e l o u t l i s a s a e r S ’ d c 2 mé sponso t Saint utant, mporté grands ien To le mon e t r s : s   a u a e l b l p é m i S m ire des e, les sit à fa , tous onts co X-Gam s à l m u u é s s a r r p l u n m n les ,i io sie is ce te née da ticipat 16 ans r u n e a a p d p e r a e e D r p ts âg iè veur. eb Tou 0 jours ». À l’ a prem 2 S s r 1 , a e e À e s s Y . o s l l e ir. ière ch s. Il pa Redbu r of th e goût onne l te dern le cork rforme n Big A d u p e e i o r t e P t t n e m s n e l t a l’arg line. E aire de idole e rall M ssit à f trampo p Ove t mon u s e n é e e r J u n l r i e « i u , onné ours s Sébast 18 ans é cour r moi, et 50 j ge de â u s ’ o l e l P à u IL a ét . t d d e r o des m corks, owboa r le sn rs sur u u double port. o o j p e 0 e e èr ns c s nt 5 l a l o d e d v r s e u c o m par une n perfor e toute d et de r a o b incarn now e du S de fair obert rew R d n A par Écrit

40


des oeuvres realisées par nos créatifs du projet.

expression


4 Korners believes that there is strength in collaboration, partnership and networks. By Melissa Mallette

................................................

My article is on 4 Korners! I’ve know about 4 Korners for awhile now because my friend Rola Helou works there as the executive director! 4 Korners is a family resource center which is a non-profit organization dedicated to assisting youth, adults, seniors and their families in the Laurentian region to access information, resources and services in English.

................................................ 4 Korners embarked on its mission to facilitate access to services for the English community of the Laurentian region on May 5th 2005. Their task as a non-profit charity with respect, support and sanction their organization which is devoted to helping the public as best they can. Some of the values that they believe are significant for people who share a common language to have an accessible, affordable and comfortable place to convene, to build social support networks, exchange information and develop projects and programs for itself. Their resource center is filled with booklets, pamphlets and flyers inside all in English to your advantage. They support our right to receive health and social services in English. They also believe that “each individual contributes to their own health and well-being and that of the community.”

They also believe that “each voice is valuable within an organization, a system or a community and therefore a solid sense of belonging and responsibility should be encouraged.” 4 Korners believes that there “is strength in collaboration, partnership and networks.” They also strongly believe that “healthy families are the building blocks of a healthy community.” Their objectives include promoting mental and physical health through programs like Yoga, Zumba, Tai Chi, chatterbox, and deliver programs and services to people like me, who are affected by factors such as isolation, language and other risk aspects. They also have scrapbooking, painting, senior men’s group and brain waves tutoring along with “What’s for lunch?” every Wednesday and Thursday! They also provide counseling, caregiver workshops, video conferencing, and special projects like health information during Woman’s Time Out and an early stimulation programs for preschool children, like a drop-in-daycare center every Monday along with a “Growing with your child” program every Tuesday morning. They also have a daily 5/30 challenge! 4 Korners offers programs to prevent isolation, and other conditions associated with aging even if it means a reassurance call, they’re there daily, weekly and even monthly to answer questions.

Last year, they started a cancer support workshop and offered “Balcon Vert” and “Fun Friends”, an anxiety prevention program to students in elementary schools which I think is a great idea! To conquer their mission, they publicize, encourage and make possible the use of existing resources and services accessible by other agencies and institutions. Through a partnership with ICI par les arts, 4 Korners offered art programs in Deux-Montagnes and in Kanehsatake. In addition, young English/ French speakers like me were encouraged to participate in ICI par les arts employability project, which was offered this year at 4 Korners’head office. They’re located right here in Deux-Montagnes at 1906 Chemin d’Oka, and 50 rue Corbeil in Sainte-Agathe-des-Monts, Quebec. They’re open from Monday-Friday 8:30am-3:30pm. You can contact them by phone at 450-9743940 or toll free at 1-888-974-3940 or even by Facebook: 4 Korners Center or the original way by email: info@4kornerscenter.org or you can come by and visit!


ur en . Un jo ’il e c n e t u s i bois q as l’ex s p e l t i s a n s a es s connai tit passage d ivé a la fin d e n l i Arr nde n pe t dont il vit u ans les bois. her. À sa gra t , r e talen e d t i n l u c p d on pr tracé d’un ro ne grotte d n me rem bitude d’em e d i m r b o o h b r u sentie sur le jeune lors il t l’ha ’était tait un in qu’il avai rer et pris le a de s’assoir un rocher, c op sombre a a et é i u q it tr pas lum xplo obin décid chem il faisa s son sac, al ur le n’était ida d’e ive à rien et ois... R ar le même s c f i e é a c e d n m e l I u u , s n r Il était t à l’école, p auparavant. chemin n’ar l découvrit q ans la grotte llumettes da les fresques ndit i d n é a t e a , l u n a s r p d r q a e e e é t r n l en nr o ” age nt och i e qu s a l r ema n i g i se re r e h v e n b c l s é m a r i o r d r e o a t R dais e Gr t jam en ch ter su nt en erte. cela é lors qu ui que j’atten rait n’avai s’acco illeme usse v qu’il trouva a trouva u o r t q u n s m i n o e b a ’ p e r o l s t R va ui se épais tissu nne. C est ce ança traces, orsqu’il arri celui q c une ar une t un bout de t. Il av ranger perso spère que c’ , i p u a l l d e é é ’ n e l e e h s t surpri pas dé déranger, j’e t que c’était e miracle av été cac e branche e e ce qui l’at t e i n a r v u a odie i n o c e u la mél ucier d ù il cogna p u siècle à me eillard lui d lait-il faire r endre l’entré o r e s t p n e a s a l i l l h o d a v c ns ’une i, a fallait bout d la otte sa e porte remier intrus résenta et le da comment t r l i ressort u i g t ’ a e a u t p l q e an na une ep le p s et dans otes lui don , il mme s tonna et dem uis 2003 an rentra qu’il arriva à me “qui est it les n o l r i h p , r p e e a n i i e é c p ’ eu rs om remer elin lu her de n d’aid obin s t. Le j e i c m l R n mur, lo oix de vieil h o o o r e s r . r e u n m G n b o o e lent r et p de so arpe. bin a av chans avec s la porte très de la h tout son cœu , lorsque Ro vélo. onnier imple s r s i e r e u p n o t j u r i ra e jou in de er son il éta rer d’ it pas et ouv le libé e sava ia Rob ??? Depuis c s’est fait vol ua qu’ c n q e r i l d e n i p e m b x l lui. lin e qu’il . Il re e. Ro capab Grome ec une harp réussit ait besoin de hose ou bien l . i n t o e s r n v cha e sorti u’il av mur a elque c sur le saya d haque fois q rouve pas qu s e e t i r n i c l é e t c it qu’à e Grom nd il ne semain gique et lui d ue se soit qua ma lin. Q harpe Grome à l e p iroux fait ap ielle G É

abr

arie-G

rM crit pa


“A good ol’fashion folkabilly blues wing band ” By Sarah Weippert

Members:

Chris Von Danger/Acoustic Guitar/ Vocals Mike Desj/Double Bass/ Kazoo/ Banjo/ Vocals Alex Charbonneau/Mandolin/ Banjo/ Vocals Wawa/Banjo/ Double Bass/ Mandolin/ Vocals Marky Markinson/Cajon/ Vocals Sawsha/Saw/ Melodica/ Mandolin/ Vocals Mille Rosado/ Violin/ Acoustic Guitar/ Vocals

From: West Island, QC

From: Deux-Montagnes, QC

From: Wawa, Ontario

From: Wawa, Ontario

From: Lachine, QC

From: Vancouver, BC

From: Victoria, BC

Chris Von Danger

What advice do you have for people who want to start their own bands?

When/how did The Heroin Hayride start?

Chris: “Persistence, practice and playing shows. Find the right people and write and re-write songs until you get it right. Things are NOT always going to go well. No one wants to pay to see a bunch of people jamming a song they hardly know. Practice, practice, practice. Play shows as many as possible in as many different venues/places and cities as possible.”

Chris: “Back in 2011 I was in a band named Dionysos. I had started to think about starting a rockabilly band. When mike Desj at the time the singer RWR opened for Dionysos at our CD release party. They pulled out their acoustic instruments and started to play, I was thrown back by this because they normally played electric instruments. After the set Mike and I began talking about a rockabilly/swing/jazz band. I stared to take the train to Deux-Montagnes where Mike lives and started practicing. Marky jokingly referred to us as a Heroin Hayride because we were a bunch of punk rockers playing rockabilly. The name stuck. Summer of 2012 is when it seemed to all come together. Wawa and Alex joined the group and Marky started playing the Cojon. Sasha joined us with the saw. Sometimes we’re lucky enough to be joined by Emily on the fiddle and Colin on sax. Since that summer we have gone acoustic, it’s been smooth sailing since then.”

What has been your biggest challenge as a band? Have you been able to overcome this challenge? Chris: “Our biggest challenge was trying to figure out what it was we wanted to be and what we wanted to do. With rockabilly in mind and the strive to be different, after experimenting with different songs and covers, then going acoustic. I think this is really what sets us aside from everything happing in the scene. The mix of folk, rockabilly, swing, jazz and rock n’ roll is really what helps us solidify our identity and our style.

I would like to give a big thanks to the members of the Hayride for all their collaboration in helping write this article.

Influences: Johnny Cash, Elvis Presley, Buddy Holly, Jerry Lee Lewis

The Heroin Hayride


Durant la Semaine National Jeunesse-Arts, j’ai rencontré Julie Nantel, qui est Coordonnatrice dans le cadre du projet Jeunes Connectés d’Ici à ICI par les Arts à Saint-Jérome. Elle a exposé ses créations, ses toiles et des bijoux afin de nous faire découvrir l’univers d’UforiA Création. J’ai été vraiment impressionnée par sa grosse collection de colliers, boucles d’oreilles, de bracelets et de bagues qu’elle confectionne d’elle-même. Elle est vraiment créative ! Julie Nantel est une vraie artiste originale! Elle est une fille très colorée et elle semble confiante dans quoi elle fait. Elle utilise des choses recyclées comme des goupilles de canettes, elle en fait de beaux bracelets de toutes les couleurs avec des rubans et des boutons. Elle peut faire de tout avec n’importe quoi. Elle est très passionné dans tout ce qu’elle crée! J’aime tous ses bijoux, mais particulièrement ses colliers qu’elle fait pour le cancer du sein! Je lui ai d’ailleurs commandé un bracelet pour le cancer du sein. J’ai tellement trouvé ses colliers magnifiques! Ça donne de l’espoir pour l’avenir! Je me répète, mais Julie est très créative, sous ces influences vintage ces bijoux sont uniques et elle fait ça part pour l’environnement. Je voulais vous la présentez afin de vous transmettre sa passion, une artiste émergente d’ICI par les arts. Écrit par Melissa Mallette

La jour de la fe née mme On March 7th 2013, the Jeunes connectés d’ICI group from ICI par les Arts Deux-Montagnes went to Saint-Jérôme. There was a presentation for Women’s Day as well as an art expo put on by women of all ages. I had the privilege to meet and interview two females. First was Kirha a 17 year old who has been passionate about art for as long as she could remember. One of her favorite things to do is draw anime. Kirha is also a part of the Jeunes connectés d’ICI group based at Saint-Jérôme. She first heard of it threw her sister, who was in the program last year. Kirha likes the programme because it gets her involved with others and gives her the chance to express her artistic talents. After walking around meeting a few people, I came across this painting that really caught my eye. It was a mother holding a child in her arms. Just above it was a painting done by 7 year old Gabriele. She was the little girl in the painting. This was the second time Gabriele has had her art put on display in the gallery. She is greatly inspired by her mother. I really enjoyed myself. At first I was a little thrown back because journalism is a whole new thing for me and didn’t know where to start. After telling myself “no biggy, you can do this”, I started walking around and meeting some really talented women. By Sarah Weippert


Mot de Julie Nantel, coordonnatrice du projet

Nick Mac Dow Le premier mot qui me vient à l’esprit est talentueux. Nick, tu m’as surpris par tes nombreux talents. Que ce soit par un des nombreux instruments que tu joues, le dessin ou pendant ton interprétation d’Other Side the Macklemore. J’espère de tout cœur que tu pousseras dans cette voie car tu es unique et très doué. T’entendre jouer du piano va énormément me manquer. Marie-Gabrielle Giroux Le bébé du groupe qui s’apprête à devenir une femme, une mère. Je sais qu’il ne fut pas facile à tous les jours de te motiver à venir au groupe. La fatigue et les maux de cœur ont été omniprésents tout le long du projet. J’ai vu en toi une jeune fille remplie de potentiel, il suffirait que tu fasses les bons choix. Tu es une fonceuse, capable de déplacer des montagnes, j’en suis sûre !!! Mélissa Matte Mallette Notre chialeuse de première hihi !!! Malgré la barrière de la langue une complicité a vu le jour. La seule chose que j’ai envie de te dire est que tu n’as aucune raison de ne pas avoir confiance en toi. Tu as un talent inouï pour les arts visuels. « Té belle, té bonne, té capable !!! » T’entendre blasphémée en français va tellement me manquer, « Sacrament là !!!! » Rachel Therrien Mac Cleod Jusqu’à ce jour, Rachel n’a jamais manqué une journée et n’est jamais arrivée en retard. Même si parfois on pouvait lire sur ton visage ton désenchantement face à un atelier, jamais tu n’as contesté et tu as toujours su faire ce qui était demandé. Ta motivation, ton assiduité et ta détermination vont te mener loin. Merci pour ta fidélité tout au long du projet. C’est une joie de travailler avec une personne comme toi. Andrew Robert Passionné par les voitures, l’alcool et les femmes, Andrew est notre éternel adolescent avec un grand A. Nous avons assisté à plusieurs de tes récits rocambolesques dont tu étais si fier de nous partager. Nous en sommes venus à être attachés à tes histoires et tes nains. Sarah Weippert Une femme discrète et timide qui se cache derrière un appareil photo. Sarah, tu fais sans aucun doute de superbes photos et je t’invite à poursuivre sur cette voie. Tu as su, au cours du projet, briser ta coquille et éclore un peu plus chaque jour. On a su avoir de belles conversations même si celles-ci étaient parfois tout en gestuel pour mieux se comprendre. Je n’oublierai jamais nos fous rires et le «  sapin, sapin, sapin…. »

Un périple sur la route de la créativité  

Un équipage de huit participants pour débuter un voyage de six mois. La destination finale : un magazine de photo-journalisme. J’ai été charmée dès le départ par cette aventure un peu abstraite, mais aux infimes possibilités créatives.  Ma mission était d’aider huit jeunes adultes à créer, rêver et croire à un avenir meilleur. La mer fût parfois houleuse, d’autres fois beaucoup plus calme.  Contre vents et marées, ils ont su s’accrocher pour se rendre jusqu’au bout. Il en résultât un magazine à leur image : un peu sombre et noir, mais en même temps rempli d’avenir et de talent. La photographie fut au premier rang tout au long du projet. Vous pourrez apprendre à les connaître à travers leurs clichés. C’est un  magazine  à leur essence et vous y trouverez des personnes attachantes que j’ai eu le privilège de côtoyer chaque jour. Ils ont dû sortir de leur zone de confort à de nombreuses reprises. Je tiens à vous dire que suis fière de vous tous, du chemin que vous avez parcouru, de votre persévérance et de votre détermination. N’oubliez jamais que dans chacun d’entre vous, vous avez la force de déplacer des montagnes. Ne cessez jamais de croire en vous !!! Ma photo est un petit clin d’œil pour vous !!

« Sky is the limit ! »

Julie


sexy


Présentation du groupe t i u d o r P

Alexandre Je suis tanné d’être considéré comme un foutu perdant, j’ai envie de remettre les gants pour me battre pour qui je suis. J’ai grandis dans un univers bien assez tordu, qu’il est dur de fixer vers l’avant et de garder cette ligne directrice qui est mon rêve de m’accomplir comme personne et aussi en tant que pyrotechnicien. En attendant cette occasion, j’espère me faire connaître dans le monde artistique avec mes dessins. Chaque jour je veux m’améliorer dans n’importe quel domaine, tout ce que je veux c’est progresser.

Rox C’est une jeune femme spontanée et drôle qui adore changer les choses. Toujours en action, son charme est ravageur. Son sourire vous fera rire Chaque fois!

Josée Je m’appelle Josée, j’ai 28 ans et je suis une artiste multidisciplinaire qui se découvre encore. Malgré mon apparence plutôt sobre, c’est un vent teinté de folie artistique qui gonfle mes voiles sur la mer qu’est la vie. En espérant que mon vent artistiquement fou saura s’accrocher, un peu, dans vos voiles.

52

e

vi à e i t garan


Ti-max Je me présente Maxime Racine Therrien.Je fais partie du groupe Jeunes Connectés d’ici.Parlons de moi… Je suis un hyper sensible, romantique, galant et amoureux.J’aime expérimenter des nouvelles choses de la vie. Un point c’est tout.

Steve Derrière cet être de raison qui se veut neutre se cache une explosion de saveurs avec qui il est toujours plaisant de discuter et de débattre. C’est un homme profond qui gangne à être découvert. Merci pour les belles discussions. Marie et Mélan

Jean-Olivier Amant de la nature, cet être céleste vol au-dessus de tout. L’univers de J-O est magique. Tournée vers les autres et idéaliste il revolutionnera le monde avec ses idées de grandeur. Marie et Mélan

Kirha Malgré ses allures discrètes, Kirha est notre soleil. Elle nous illumine avec son beau sourire. Kirha détient de nombreux talents, mais sa créativité est inspirante. Retenez ce nom, car vous n’aurez pas fini d’en entredre parler. Marie et Mélan

53


Dessins signĂŠ Kira.

54


The Otaku Complex organized an event for the National Youth Art Week on the first week of may. The event of that night comprised of cosplaying, a Super Smash Brothers Brawl tournament, manga improv, loup garoup, and a collective drawing that was set up for the night. Some of the games were modified to be more manga themed for the evening. Through out the night, many people came for this great event, many dressed up for the occasion. There were no problems at this event and everyone left the evening with good memories and bellies full of sweets. By Kirha Fillion

Manga mania

A group of young adults gathered at the Ici par les Arts on the night of Friday the 3rd, May for the manga event that was organized for the National Youth Art Week. Manga being Japanese comics that have made it big in Japan, these comics have crossed to seas to anime lovers everywhere.

55


Rendez-vous avec l’homme Alors que je marchais sur ma route spirituelle, J’ai rencontré un sage il lui poussait des ailes, Je lui ai demandé s’il représentait la bonté, Et il m’a répondu viens en discuter autour d’un bon thé, Après des heures et des heures de discussions sur l’humanisme, Il me déclare que la vie n’est pas un cercle mais bel et bien un prisme, Car avec le présent il est impossible de revenir en arrière, Et si c’est le futur on ne fait que s’imposer des barrières, Il nous reste donc le passé à démêler, Sauf que lorsqu’on essaie on tourne le coin carré, Il me dit que chaque seconde qui passe est nouvelle, Mais qu’on les a pris pour acquis en se faisant la belle, Alors l’humain naît pour mourir sans avoir vécu, Le pire c’est qu’ils sont conscients voilà pourquoi ils meurent déçus, Certains vont simplement s’accrocher à la réincarnation, Moi je dis que ce qui faut pour vivre se nomme passion, Car si on ne s’accroche pas à rien, Tout nos efforts ne seront que va-et-viens, Il est peut-être rendu temps que les hommes se fixent un but, Sauf que ça c’est déjà fait mais il y a eu trop d’abus, Bref l’humanité est un facteur incontrôlable, Parce que la société aime être payée sous la table, De nos jours la corruption est plus qu’une illusion, Parfait exemple de formation en désinformation, Le gouvernement ment puis gouverne négativement, Leur slogan à eux: “C’est que le temps, c’est de l’argent”. Écrit par Steve Lacroix

56


Pumpkin, la petite chatte trop curieuse Écrit par Josée Mayer

Pumpkin est une petite chatte orange très curieuse. Depuis l’instant où elle a ouvert les yeux, elle ne respire que pour comprendre ce monde dans lequel elle vie. Elle veut savoir le comment du pourquoi de chaque chose car elle est persuadée, qu’un jour, toutes ces connaissances lui serviront. Ses premières réponses, elle les attendait de sa mère, première personne à qui elle pouvait demander. Maman, comment je suis née? Tu es trop petite pour comprendre ce genre de chose. Maman? Pourquoi je dois boire du lait et que toi tu peux manger des souris? Parce que tu es trop petite pour les souris. Pourquoi je suis trop petite? Pourquoi je ne peux pas comprendre? Parce que c’est comme ça. Arrête de poser des questions, ça ne sert à rien de tout comprendre. Va donc t’amuser! Frustrée par les non-réponses de sa mère, Pumpkin alla voir ses frères et sœurs, à la recherche de nouvelles réponses. Pourquoi je suis orange et pas vous? Parce qu’on n’est pas de la même couleur. Pourquoi vous jouez avec une balle de laine? Parce que maman nous a dit de faire ça. Pourquoi ne pas jouer avec une pierre? Parce que c’est comme ça! Arrête de nous casser les oreilles avec toutes tes questions et viens jouer! C’était toujours la même chose, avec chaque personne qu’elle questionnait. Toujours des « Arrêtes avec tes questions », « Vas jouer comme les autres » ou encore « Tu es bien trop curieuse pour ton âge! ». Mais Pumpkin voulait comprendre, tout comprendre. Elle continua donc à poser des questions, toutes sortes de questions. Chaque fois qu’elle s’adressait à quelqu’un, c’était pour le questionner. De plus en plus, Pumpkin remarqua que les gens, ses frères et sœurs, sa propre famille s’éloignait d’elle. Pourtant, elle continuait à poser toutes ses questions qui, pour elle, restaient sans réponse. C’était si important pour elle de tout comprendre qu’elle ne trouvait pas perdu le temps qu’elle passait à chercher des explications. Cependant, tous lui disait qu’elle perdait du temps, qu’elle pouvait bien gaspiller le sien, mais de ne pas leur faire perdre le leur. Rapidement, les gens de son entourage se mirent à l’éviter, même à l’ignorer. Complètement seule, isolée par les autres, elle observait la vie et tentait de trouver ses réponses seule, n’ayant qu’elle-même à questionner. Puis, un jour, certaine de trouver des explications ailleurs, elle quitta sa famille, laissant leurs questions sans réponses, comme ils avaient laissées les siennes. Sur son chemin, elle croisa beaucoup de gens qui, chacun à sa façon, lui expliqua la vie, les pourquoi des comment. Elle absorbait toutes les explications qu’on lui donnait, elle mélangeait le tout et forgeait sa propre réponse à chacun de ses questionnements. Puis, complètement vidée de questions mais remplie d’explications, elle décidé de retourner chez elle. À son arrivée, elle remarqua que quelques membres de sa famille étaient réunis autour d’un petit chat, le chicanant. Elle s’approcha et voulu demander pourquoi cette chicane. Par contre, à son approche, tous s’éloignèrent en ronchonnant : « Bon, la revoilà avec toutes ses questions ». Une fois tout le monde parti, le petit chat dit à Pumpkin : « Je voulais juste comprendre…. » Alors, Pumpkin, compatissante, le pris à part et lui expliqua la vie, comme elle avait toujours voulu qu’on lui explique.


Viva la Liberacion Si je te pointe un fusil sur la tempe, et que ta vie s’arrête ici? Poses-toi la question : Est-ce que tu fais ce que tu as toujours rêvé? Es-tu ce que tu as toujours voulu être? Si la réponse est non, félicitation, parce que tu vas bientôt toucher le fond. Il n’y a pas de meilleures façons de remonter. Tu es en train de vivre le moment le plus important de toute ta vie, et le pire c’est que tu t’en évades probablement parce que personne n’aime souffrir. Lâches toute, penses à rien, car penser c’est torturer ta pauvre âme. Régénères ton esprit pour une fois, laisse aller, manque le bateau, il va couler de toute façons. C’est vouer à l’échec, mais pas toi. Tu n’es pas ton travail, tu n’es pas un foutu numéro, tu n’es pas ta voiture et tu n’es surtout pas ton compte de banque. Il faut éviter de contrôler tous ce que tu possèdes, car un jour c’est ces choses et ces gens qui finiront par te posséder. Nous sommes tous des champignons qui poussent tous dans le même fumier qui est le système imposé par notre société. Obligé d’y obéir comme des moutons; des règles abêtissantes forcé de les suivre. Ont siphonnes le sang de la Terre, pour ensuite la jeter comme une vieille chaussette troué ou foré, sans réfléchir aux dégâts pour les générations à venir. Comme un parasite, on détruit notre environnement, nous sommes la merde de ce monde prêt à servir pour tous. Nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition. Pourtant, j’vois des hommes forts, intelligents et pleins de potentiel, j’vois tout ça et j’le vois gâché. Des générations entières qui travaillent à des pompes à essence, qui font le service aux restos, qui sont esclaves d’un petit chef de bureau. La pub qui nous fait courir après des voitures de luxe ou après les bouts de vêtements les plus chères. On fait des jobs qu’on déteste mais qu’on endure pour se payer des merdes qui ne servent à rien. Mes amis, j’ai le regret de vous apprendre que nous sommes les enfants oubliés de l’histoire. On n’a pas de vrai but ni de vrai place, on n’a pas de grande guerre ni de grande dépression. Notre guerre est spirituelle et notre guerre c’est nos vies. La télévision nous a appris à croire qu’un jour on serait tous des riches millionnaires, des dieux du cinéma ou des rock stars, mais c’est FAUX!! Et nous apprenons lentement cette vérité… lentement mais sûrement. On court après le cash comme un chien court après sa queue. On est des sous-produits d’un mode de vie devenu obsessionnel. Je rejette tous les présupposés de la civilisation et spécialement l’importance des possessions matériels. Pas de peur, pas d’affrontement et la faculté d’ignorer ce qui est sans importance. Et mesdames! Qui vous a mis dans la tête qui fallait être madame parfaite? Madame parfaite? J’l’emmerde madame parfaite!! Moi j’te dis arrête de vouloir toujours être parfaite, et plutôt qu’il faut évoluer et que ce qui doit arriver, arrive! Tant que tu feras grandir ta beauté, sans quincaillerie artificielle, sans enveloppe fausse et inutile, tu seras belle comme le soleil, unique comme une fleur exotique. Alors lâches prise, reviens à l’important. Es-tu vraiment en train de devenir la personne que tu as toujours voulu être? Réaliseras-tu enfin les rêves que tu as toujours voulu réaliser? Car si non ton existence ne sert à rien et que je devrais te tirer sur le champ et peinturer les murs avec ta cervelle!!! J’ai envie de briser quelque chose de beau ou bien de loger une balle entre les deux yeux de tous les pandas qui refusent de baiser pour sauver leurs espèces. Écrit par Alexandre Roy


Dessins signĂŠ Alexandre Roy.


Salon passion médiéval En cette chaude journée de Dimanche après-midi du 5 mai, se déroulait l’évènement de clôture du Salon passion médiévale de Montréal. Un dernier clou sur une armure, une dernière couture sur une robe, les employés de la boutique Dracolite sont prêts à présenter leurs créations lors du Salon qui commencait ce vendredi. Des nouveaux modèles de bijoux, inspirés par Le Hobbit, aux armures de cuir et de fourrure inspirées de la série Game of Thrones (Le Trône de fer) : le propriétaire de la boutique est impatient de montrer ses nouvelles créations aux visiteurs du salon. « Il s’agit de l’événement le plus important de l’année pour les artisans de produits médiévaux puisque c’est là qu’on a le plus de visibilité », explique Charles Brousseau, propriétaire de Dracolite. « C’est plus qu’un rassemblement commercial», mentionne Simon Charron, responsable des relations avec les médias. «C’est une occasion de partager une passion et ça permet de faire perdurer les traditions médiévales.» Une journée chargée d’activités intéressantes par exemple : des combats à l’épée entre chevaliers en armures, des duels d’escrimes ouvertes au public. A 13h avait lieu un défilé de mode où tous les artisans ont pu faire défiler leurs plus belles créations. La belle température a invitée le monde à se déplacer en grand nombre. Écrit par Alexandre Roy

Festival de la St-JeanBasptiste

Cette grande fête qui soulignait la Saint-Jean, est organisé un groupe d’organisateurs dynamique, chaque année. Le « party » se déroulait au sommet d’une montagne du nom de Domaine des Aigles, à Saint-Damien. Les organisateurs toujours s’arrangent pour louer la totalité de la montagne afin éviter les plaintes de bruit dans les alentours. Cette grande fête annuelle a rameutée plus de 500 personnes au sommet pour y danser tout au long du week-end… sous la pluie, soit dit en passant. Moi qui pensais que la pluie allait calmer les ardeurs des gens, erreur! La foule s’était transformée en une grande tribu unie dansant tous pour la même cause … le retour du soleil! Le bonheur était au rendez-vous, dans ce type d’évènement l’art est à l’honneur, c’est ouvert à qui veux bien montrer ce dont il est capable de faire : cracheur de feu, jongleur enflammé, acrobate, artificier etc. Plusieurs kiosques étaient mis à disposition, offrant une série d’articles fait à la main, cuisine communautaire, tatoo et «body painting». L’harmonie, l’esprit de famille et le respect était aussi présent en nous tous qu’au sommet de cette sublime montagne. Les organisateurs tentent de nous faire voyager dans leurs univers farfelu avec leurs décorations fluorescentes, leurs structures gonflables en formes de gros Totem indien, avec des écrans au milieu de capteurs de rêves géants, nous faisant voyager. Chaque année, ils trouvent de nouvelles façons d’attirer plus de monde et ça marche!

60

Écrit par Alexandre Roy


Interview avec Kirha Fillion Club Manga) Écrit par Steve Lacroix

Q- Personnellement, qu’est-ce qui t’a amené a t’inscrire au club manga ?

R- J’ai rejoins le club car tout est différent et agréable tant par l’art et l’ambiance que pour les gens qui s’y retrouvent. De plus, ma sœur a fondé ce club suite au projet Connexion-Compétences d’ICI par les arts.

Q- Que t’apporte le club ?

R- C’est un environnement très familial et amical, ouverts à plein d’idée, ils proposent des projets intéressant tel qu’une bande dessinée collective, de la caricature Manga en public et plein d’autres activités palpitantes!

Q- Pourquoi la soirée Manga a-t-elle eu lieu durant la semaine Jeunesse-Arts ?

R-Nous voulions montrer aux gens ce qu’est le club manga. Avoir la chance de démontrer la passion que nous avons pour ce type d’art animé. Et faire des activités liées au thème avec plus que notre club, ça a été un plaisir!

Q-Parle-moi des types de manga (personnages)

R- Il y a deux grandes classes, le “shonen”, qui représente surtout le genre masculin, est utilisé lors de scénario de combat ou pour les sports, le coup de crayon même est différent pour chaque style. Le “shojo”, lui, représente l’aspect féminin, il est plus du genre romantique et tendre, du type histoire longue.

Q -Lequel préfères-tu ? R- Les deux !!!!!

Q-Pourquoi les personnages manga sont-ils hyper musclés et les femmes exposées ?

R-Je crois que c’est parce que le peuple japonais idéalise cette apparence physique particulière, de grands hommes musclés et de belles femmes plantureuses, ils ne ressemblent pas à ça, alors c’est vraiment leur façon de voir l’idéal.

Q-Quelle est la difficulté, pour toi, dans la création d’un manga ?

R- C’est totalement basé sur l’inspiration, la combinaison dessin-texte requiert plus de concentration et ce n’est pas un art évident.

Q-Comment la BD collective fonctionne-t-elle ?

R- Sept jeunes y travaillent en ce moment, chacun à droit à son chapitre, son histoire. Puis, le tout est regroupé à la fin pour créer la BD collective.

Un petit poisson flamboyant nage dans les eaux froides et troubles de la vie Il nage nage nage en regardant (trop souvent) derrière lui Ce qu’il croit avoir raté Mais sans oublier qu’il veut aller plus loin...encore plus loin. Il cherche le lagon bleu...tout là-bas Il veut et va l’atteindre, car aujourd’hui ce petit poisson sait nager

62

Petit poisson devient grand Petit poisson est maintenant resplendissant Petit poisson nage maintenant ! Écrit par Roxanne Bouvrette


Voici une petite allégorie de mon cru :) Elle a comme sujet le désir d’être différent... Bonne lecture !

Par une belle après-midi d’été, dans le fin fond de la savane africaine, alors que la plupart des animaux étaient regroupés près du lac pour y boire. Une bien drôle de hyène déambulait gaiement sur le sentier sablonneux afin de rejoindre les autres. Éléphants, gnous, lions...tous étaient rassemblés en petit clan afin de se désaltérer. Irk était seul de sa race à cet endroit, car il était différent des autres hyènes. Il aimait chasser par lui-même, parler aux autres animaux même ceux qui étaient censés être ses proies. Surtout, il riait la plupart du temps. Il était joyeux et débordait d’énergie. Alors donc, notre joyeux compagnon s’installa près d’un lion à la crinière flamboyante. Irk : “Bonjour jolie lion, quelle belle journée pour chasser!” Lion : “Mais mon pauvre as-tu oublié ta crinière? “ dit le lion d’un ton méprisant Irk : “Mais ce que tu es drôle!” répondis Irk avant de prendre une bonne gorgée d’eau. Lion : “Tu es ridicule! Tu es un bien piètre chasseur et tu ris de toi-même! Tu ris toujours et trop fort! Tu fais fuir les gazelles et fais peur aux gnous!  Rugissait le lion. La hyène fut blessée et attristée des commentaires de son interlocuteur, à un point tel qu’elle en vint à se questionner sur son attitude pourtant tellement énergisante. Lui qui aimait être différent et découvrir en essayant des nouvelles choses qu’une hyène n’apprend pas nécessairement. Après réflexion, il se mit donc en route vers un coin encore inexploré de la savane. Chemin faisant, Irk ricanait, sifflait et chantait joyeusement. Les paroles du lion étaient loin dans sa tête, mais pourtant son cœur, cette fois-ci, était blessé sans vraiment s’en rendre compte. Notre fameux personnage se dirigeait vers une immense oasis claire et limpide. Irk : “ WOOOOOW! “ s’exclama t-il. Puis soudain une voie retentissante se fit entendre Oiseau mystère :” Toi petit ! Tu es heureux dit donc ? Je t’entend siffler depuis l’autre bout de la jungle !” Irk : “ Mais....je ...je suis désolé, je ne voulais....pas...heu....” Oiseau mystère : “Me déranger ? Mais voyons tu es joyeux et tu le partages à ton entourage...ne laisse jamais un animal frustré te dire le contraire!” puis sur un rire exagéré, l’oiseau disparut d’un coup d’aile, laissant Irk perplexe, puis un regain d’énergie envahi la bête ! En chantant et en dansant, il retourna au lac, puis s’affirma plus que jamais ! Il rendit les animaux encore plus heureux et ne se fit plus achalé par le lion jaloux, car avec la joie de vivre viennent les jaloux qui n’en ont pas. Donc, rester vousmême!!! Intraverti ou extraverti, chacun a droit à SA PERSONNAILITÉ !!!! Écrit par Roxanne Bouvrette

Exprimez-vous !!

63


Quatre formations musicales de plus en plus reconnues, dont certains membres viennent de Saint-Jérôme, ont partagé la scène de la salle Michel Clément d’ICI par les arts, le samedi 20 avril. La jeune formation de Two miles left a donné le ton à la soirée, suivi du groupe résidant d’ICI par les arts les 8 Babins. La soirée s’est poursuivie avec le duo coloré Matchup composé de The Rat et Burger jouant tous les deux de la guitare acoustique chantant du punk rock acoustique. La soirée s’est terminée avec le duo Rouge Pompier, guidé par Jessy chanteur-guitariste et l’ex-membre du groupe populaire Exterio pendant 19 ans. Le spectacle a rassemblé plus de 140 personnes et a servi à ramasser des fonds pour investir dans les projets d’ICI par les arts. Écrit par Alexandre Roy 

Un groupe exceptionnel de St-Jérôme composé de 6 musiciens : Hugo (chanteur), Ben (Percussionniste), Jérémie (Guitare), Simon (Bass), Karine (Saxophoniste), Vincent (Batteur). Ils nous ont présenté leurs chansons de leur album intitulé : Recette Maison. Une recette qui les mènera loin. C’est un groupe blues reggae rock funky jazzé. Ce groupe a vu le jour à St-Jérôme ou immédiatement le succès les fait monter rapidement au top des palmarès. Ils sont intrépides, énergiques et bourrés de talents. Le groupe est lancé depuis maintenant 2008 et ils font des shows à travers le Québec. Personnellement, je trouve qu’ils sont à tout casser.

Le rendez-vous s’impose!

64

Écrit par Jean-Olivier Bourdage


Two miles left, un groupe composé de quatre jeunes âgés de 16 et 17ans : Samuel Boutin-Bigras,16ans (guitare principale et voix), Nicolas Hunter,17ans(batterie), Diego Stanger,16 ans (guitare rythmique et chant), Gabriel Richer-Guinard,16ans (Bassiste). Deux des jeunes se sont rencontrés au secondaire à l’âge de 13 ans où ils ont commencé à jouer ensemble. Par la suite, ils ont rencontré leurs autres membres qui forment le groupe actuel depuis un an. Ces jeunes allumés et dynamiques qui jouent du rock alternatif actuellement sur leur album Yellowcard. À la question : Quel est votre rêve? Ils m’ont répondu avec passion : « Que le groupe continue à réussir et de ne pas lâcher. » Écrit par Maxime Therrien

Ce groupe de rock à 2, formé il y a environ 1 an et demi, est composé d’Alex, batteur, et de Jessie, guitariste et chanteur. Ils se sont rencontrés à St-Jérôme, il y a environ 10 ans. À ce moment, Alex faisait partie de Chapter, un groupe de rock alternatif anglophone et Jessie était le bassiste du groupe Extério.Leur rêve, en tant que groupe, serait de jouer avec le groupe The Foo Fighters ou, encore, de faire leur première partie.Leur recette pour le succès est la simplicité qui est même appliquée au nom du groupe qui provient d’un simple descriptif de couleur, entendu à la radio par Jessie.Leur mésaventure la plus mémorable, jusqu’à maintenant, fut de se faire arrêter pour avoir fait un graffiti sur une roche. Par chance, comme le propriétaire de la roche en question était introuvable dans les registres, aucune charge n’a pu être retenue contre eux. Depuis leur début ensemble, ils ont fait une vingtaine de spectacles et, en août 2012, ils ont lancé leur premier album ayant pour titre Kevin Bacon. Prochainement, nous aurons la chance de les entendre en spectacle lors des Francofolies 2013 ainsi qu’à Woodstock en Beauce 2013. De plus, leur deuxième album sera lancé sous peu. Écrit par Josée Mayer

65


Bonjour chère société, je me présente, je m’appelle Jean-Olivier Poulin Bourdages. Aujourd’hui, je vais vous parler de l’énergie libre …Qu’est- ce que l’énergie libre? Il y a plusieurs techniques et procédés pour en créer : Par répulsion magnétique, hydrogène, mouvement perpétuel, la force inertie, panneau solaire, éolienne, et bien d’autre. Pour l’instant, je vais me concentrer sur le moteur à répulsion magnétique qui fonctionne seulement avec des aimants. Il est nommé Minato, dû au fait que l’inventeur japonais kuhai Minato aurait élaboré ce moteur, mais il a seulement recréé ce qui existait depuis longtemps. La désinformation est partout, il faut être prudent lorsque l’on recherche des informations. Je vous invite à aller également vous informer sur Nicolas Tesla qui lui-même, il y a déjà 130 ans, a déjà travaillé sur ce moteur. De plus, c’est l’inventeur du courant alternatif, de la radio signal, du radar, du satellite et de la communication à distance. Il a dépassé Edison avec toutes ses inventions d’énergie. NICOLA TESLA dépasse les attentes du monde entier. Encore aujourd’hui, les scientifiques ne peuvent trouver comment il a accompli certaines choses. Bref, revenons à nos moutons. Moi, tout ça me parle à un tel point que ça en est devenu un rêve, mon but ultime, une raison d’être et de vivre. Bref, mon rêve est de produire cette technologie et de l’utiliser pour mon projet de fermette écologique qui serait totalement autosuffisante en toutes ressources et surtout non polluante. J’ai déjà fait quelques essais de moteur avec de vieux aimants tout cassés et rouillés et j’ai réussi à les faire tourner. Donc, je vous laisse comprendre qu’avec le bon matériel, tout cela serait du gâteau. Hélas, le budget me manque et c’est très difficile des se faire reconnaitre et de trouver les investisseurs. C’est pour ça que je lance l’information à la société en espérant que du monde avec les moyens et la volonté de changer les choses puissent trouver leur raison d’être dans ce texte. Si ce n’était que de moi cela serait déjà fait et je le distribuerais gratuitement. Mais malheureusement, la société et le gouvernement se ferment les yeux sur ces belles choses parce qu’elles ne rapportent pas pour eux. Mais il se trompe, rien ne serait plus fructifiant pour cette magnifique planète et ses habitants Je compte donc sur vous pour passer le mot et commencer a créer. Nous sommes le futur. Vous êtes les héritiers. À vous de jouer. C’est la récrée recréé!!!

66

Écrit par Jean-Olivier Poulin Bourdages

MOUHA!(simplement humaine) Si je chante un oiseau Si je rame une tortue Je pourrais assoir une chaise Si j’emprisonne une serrure Si je peinture une note de musique Je suis surement spéciale Mais si j’aime et désire Respire et pense Je suis tout simplement humaine Écrit par Roxanne Bouvrette


Le féminisme, passée date? Étonnamment, je suis une jeune femme qui, malgré son ouverture d’esprit et plusieurs contacts avec le mouvement féministe, n’est toujours pas une convaincue. Je ne suis pas totalement antiféministe, je crois seulement que le mouvement, ici au Québec, s’égare, s’éparpille et, par conséquent, devient désuet. Je ne peux enlever aux féministes d’avoir fait de grandes avancées pour la condition de la femme. Certes leurs combats n’ont pas été faciles, mais grâce à elles, aujourd’hui, au Québec, la femme a le droit de vote, peut exercer le métier qu’elle veut, se marier ou non, avoir des enfants ou se faire avorter, etc. Mais, aujourd’hui, qu’est-ce que je retiens de leurs revendications actuelles? Tout d’abord, elles disent ne pas militer contre l’homme, mais bien contre la société. Par contre, si je regarde l’Histoire vue par le mouvement féministe, il en ressort que la société d’aujourd’hui a été bâtie et mise en place par les hommes. Hypocrisie ou contradiction? Rien pour m’attirer dans le mouvement. Ensuite, le mouvement soutient fermement la lutte contre l’hypersexualisation. Elles se battent contre cette image de femme-objet véhiculée par les médias. Selon le mouvement féministe, le phénomène de l’hypersexualisation est réellement apparu il y a une dizaine d’années, donc vers les années 2000. Pourtant, les femmes ont la capacité juridique depuis 1964, elles ont même le droit, depuis 1983, de refuser le « devoir marital ». Alors, qui a créé le phénomène de l’hypersexualisation en acceptant de s’afficher comme une femme-objet? Qui veut tellement avoir une carrière que maman n’est plus à la maison pour dire à sa fille de 9 ans de rallonger sa jupe? Qui porte des décolletés plongeant pour attirer l’attention des patrons et clients? Les féministes parlent beaucoup d’équité salariale. Je suis bien d’accord qu’à productivité égale, salaire égal. Cependant, je doute sincèrement qu’une femme puisse, en général, faire exactement la même charge de travail physique qu’un homme. Certainement que certaines femmes ont la capacité physique et l’endurance des hommes tout comme un homme peut être aussi empathique qu’une femme. C’est pourquoi je crois que l’équité salariale, ainsi que la véritable acceptation dans les milieux de travail, n’est pas que le combat des féministes. D’ailleurs, il n’est pas plus aisé pour un homme d’être infirmier que d’être camionneuse pour une femme. Le mouvement féministe parle beaucoup de la pauvreté aussi. Les femmes gagnent 79% du salaire des hommes lorsqu’elles occupent les mêmes fonctions. Quand elles ont la scolarisation, elles n’ont pas l’expérience. Quand elles ont l’expérience, elles ne sont pas scolarisées. La raison principale, de l’un comme de l’autre, reste la famille. Les femmes ont le droit à la contraception depuis 1969 et à l’avortement depuis 1988. De plus, elles savent bien que la scolarisation et l’expérience sont monnayables. Quand nous faisons des choix, nous devrions en accepter les conséquences sans s’en plaindre. Je crois qu’il est encore utile de se battre. Mais pour les bonnes choses! Comme notre droit à l’avortement qui est menacé. Je crois que le mouvement féministe a besoin d’un rafraîchissement, d’un renouveau, d’un remodelage de ses idéaux. Il est inutile de se battre contre sa propre création, vaut mieux s’en servir pour revendiquer de façon encore plus percutante. Écrit par Josée Mayer

67


Écrit par Josée Mayer

Avec ses intervenants, son dépannage alimentaire, son comptoir vestimentaire, son menu à très petits prix, ses instruments de musique, son accès à Internet et ses plateaux de travail, le Café de rue S.O.S. continue, après 10 ans, de venir en aide aux jeunes, aux marginaux et aux exclus.

Malgré un incendie et un peu plus d’un an de recherches intensives pour se relocaliser, le Café de rue S.O.S. est encore là, bien présent, pour rappeler aux jeunes en difficulté qu’il est toujours possible de se relever, de renaître de ses cendres.

En moins de 18 mois, c’est quelques 238 jeunes, entre 16 et 35 ans, qui seront rejoint par le Café de rue. Celui-ci enregistre d’ailleurs une moyenne de fréquentation mensuelle de près de 1200 présences.

C’est en mars 2003 que le Café de rue S.O.S. ouvre ses portes. Avec ses plateaux de travail, il permettra à 8 jeunes d’intégrer le marché du travail au travers de programmes jeunesse en partenariat avec Emploi-Québec et Service Canada. Et ce ne seront que les 8 premiers!

Texte pour hommage S.O.S.

Vieille amie

Douce folie Réconfortante amie Viens me rendre visite cette nuit Ensemble dansons à l’hystérie

Il y a longtemps Que je n’ai pas croisé Tes petits pas dansants Il y a longtemps Que je n’ai pas été bercée Par ton étourdissante mélopée

Tendre folie Vieille amie Je t’ouvre mon esprit Temporairement te confie ma vie

Il y a si longtemps Que je ne me suis pas laissée emporter Par tes vagues déchaînées Il y a si longtemps Que je ne me suis pas réconfortée Dans ton si dense néant Dangereuse folie Folle folie Viens me délivrer De mes trop lourdes pensées Pour qu’à tes côtés Je puisse enfin m’envoler.

Écrit par Josée Mayer


J

“Milles questions”

’ai beau chercher au plus profond, je reste ce gars aux milles questions, J’en ai assez d’être sans raisons, voilà pourquoi je monte le son, Pour les faire taire j’me monte un mur, pour que ma liberté perdure, Ce n’est pas rien c’est mon armure, parce que bien sûr il faut qu’j’l’endure, On m’dit toujours d’persévérer, sauf que cette route peut s’avérer, Encombrée et bien peuplée, et dans ce cas-là t’es condamné, Ce serait la peur pour n’pas mentir, besoins d’outil pour rebâtir, Y faut que je pense à mon avenir, pour assurer mes jours à venir, J’suis encore jeune pour y penser, mais pas assez pour oublier, Que j’sois ou non du bon côté, il me reste le droit de paniquer, Parce que la vie a ses réserves, il faut surtout pas qu’j’m’énerve, Au contraire il faut qu’j’l’observe, ou du moins faut qu’j’là préserve, Tout le monde sait qu’on en a qu’une, mais chez certains c’est une lacune, T’inquiète l’ami c’est sans rancune, mais sans le vouloir tu m’importune, J’invite tout le monde devant le miroir, plus de la moitié n’pourra y voir, Car je cache bien mon désespoir, j’en deviens même contradictoire, Comme avec le marteau et l’enclume, j’peux en prendre mais ça écume, Passes-moi le feu y faut que j’fume, demande toi pas pourquoi j’m’allume, J’ai fait un pacte avec l’insouciance, s’pour ça qu’ça retombe sa conscience, J’m’en sors avec les différences, mais faut qu’un jour ca compense, J’me plains pas qu’c’est difficile, car dans la merde j’deviens habile, Moi je l’aime l’argent facile, sauf pas de dossier juvénile, C’est sûr qu’avec les lois modernes, le monde est sans choix ca deviens terne, Un imaginaire collectif pourri par la haine, les petits nouveaux auront la chienne, J’ai beau être poussé par l’ambition, sous les vers se cachent toujours des hameçons, Peu importe si je porte ou non mes caleçons, la société m’obligera le pantalon, J’essaie ici de jouer avec les mots, parce que certains seront trop sots, Je peux voir qu’c’est un fardeau, même compressé entre un étau, Écrit par Steve Lacroix

69


C

“Poême Pour Magalie”

hère Magalie Quand tu es venue au monde Plus rien ne comptait, sauf toi, qui était dans ce monde. Quand je t’ai vu, oui, je pleurais Mais je l’ai caché parce que c’était trop beau pour être vrai. Quand je te prends dans mes bras Je sais que tu ne partiras pas parce que je suis là. Quand je regarde dans tes yeux Je vois le reflet de mes yeux. Tu as tout à fait changé ma vie Une petite perle comme toi, Magalie. T’es la plus belle personne que j’ai eue dans ma vie. Tu m’as donné la force de me relever Pour pouvoir continuer à te regarder. Il y a des jours que j’me sens bien Parce que tu es mon ange gardien. Pour toi, je décrocherais la lune et les étoiles Pour faire briller ton étoile. Je t’écris ce poème pour que tu penses à papa Dans les bons et les mauvais temps.

Je t’aime de tout mon cœur ma belle Magalie Écrit par Maxime Racine Therrien

70


À vous de nous...

À vous qui avez su toucher nos cœurs, À vous qui avez su nous émouvoir et nous faire rire, À vous qui avez su vous ouvrir et faire confiance afin que nos âmes se touchent, À vous qui avez eu le courage de dépasser vos peurs et limites, À vous qui avez osé enlever vos masques afin de laisser paraitre votre vulnérabilité qui détient les trésors que vous êtes, À vous qui avez su être passion et folie, À vous qui avez su aller dans une profondeur qui fait peur à beaucoup d’autres, À vous, défendeurs des injustices et des inégalités sociales À vous, êtres conscients, À vous, êtres exceptionnels, Nous avons eu la chance de partager un voyage avec des êtres profonds, attachants, sensibles et créatifs. Des êtres extraordinaires qui ont su nous faire grandir tout au long de ce voyage. Vous avez eu le courage de vous abandonner à vivre ce périple qui a été rempli de péripéties et d’émotions. Il y a eu des jours tristes, des jours heureux, d’autres ont été déstabilisants, déboussolants même. Nous avons été confrontés ce qui nous a parfois rendus colériques, d’autres fois complètement euphoriques, mais surtout, nous avons vécu une grande aventure. Nous avons été des explorateurs à la recherche d’une vérité : La nôtre. Nos chemins ne seront plus liés au quotidien, mais les liens eux resteront. C’est le cœur rempli d’amour, de gratitude et de confiance que nous vous laissons continuer votre quête. Croyez-en la beauté de vos rêves.

Citations de vos intervenantes (avec leurs antennes) : Vous êtes parfait dans tout ce que vous êtes; N’essayez pas peur d’entrer dans le moule, soyez le moule; C’est le processus qui est important, alors aussi bien profiter du voyage. Accueille tout ce qui est là; Lâche prise, lâche prises, lâche prise; Tout est correct; Le bonheur n’est pas une destination, c’est un mode de vie. Vos intervenantes préférées :

Mélan&Marie


nous désirons remercier les partenaires du projet pour st-jérôme :

Café Graffiti Café S.O.S Traiteur S’emporter Le Coffret Mathieu Leblanc Pour nos montages vidéos

Ça d’l’air à ça a besoin de votre soutien pour la publication de nouveaux numéros. Ainsi vous permettrez aux jeunes marginalisés de la région des Laurentides de s’exprimer librement sur des sujets qui leur tiennent à cœur et d’avoir une voix. Je souhaite faire un don à ICI par les arts pour la publication d’un nouvel exemplaire. Montant du don à partir de 5$ : ________$ Je souhaite acheter une publicité dans le prochain numéro de Ça d’l’air à ça. Choix de votre publicité : Logo (75$)

Carte d’affaire (150$)

Quart de page (350$)

Retournez ce coupon avec votre don à ICI par les arts, 712 rue Saint-Georges, Saint-Jérôme (QC) J7Z 5C6. Pour plus d’informations, contactez-nous à : info@iciparlesarts.com

Magazine Ça d'l'air à ça 2013  

Magazine d'expression libre réalisé par les Jeunes Connectés d'ICI en 2013 (programme Connexion-Compétences de Service Canada) - Version pap...