Page 1

Magazine

gratuit

du Centre Bretagne - Pays de Loudéac et de Pontivy

44

Nov. / Déc. 2021

DOSSIER : Le Centre Bretagne, terre de brasseurs

CRÉAT RICE DE MODE

PAT RIMOINE

SAINT-CARADEC

L’univers de Caroline

Chapelle Sainte-Noyale

L’œil des photographes

S O C I É T É • C U LT U R E • ÉC O N O M I E • L O I S I R S • TO U R I S M E


QUAND LA TECHNOLOGIE RÊVE DE VOYAGE

DSautomobiles.fr Spirit of avant-garde = L’esprit d’avant-garde.

DS STORE PONTIVY PARC D’ACTIVITÉ DE LANN VELIN SUD – SAINT-THURIAU – 02 97 25 81 97


SOMMAIRE

N°44 Pays de Loudéac et de Pontivy

>> Dossier : Le Centre Bretagne, terre de brasseurs

p. 5 à 18

• Circuits courts

p. 20

• artisans

p. 22 et 24

• AGENDA CULTUREL

p. 26 à 30

• LIVRES

p. 36

• RANDONNÉE Circuit du Perfaux à Saint-Vran

p. 38

• CHAPELLE Sainte-Noyale à Noyal-Pontivy

p. 40

• PHOTOGRAPHIE Clin d’œil

p. 42-43

PUB AU VIN DU SOLEIL.qxp_Mise en page 1 29/10/2019 12:55 Page1

E

TI

ON

C AV

C

VINS DE PROPRIÉTÉ VRAC O R R É FA -T FONTAINES À VINS SPIRITUEUX BIÈRES PRESSION JUS DE FRUITS AU VIN DU SOLEIL CHAMPAGNE

Coffrets cadeaux Paniers gourmands

Pour toutes vos manifestations associatives et particuliers PRÊTS DE TIREUSES - BARNUMS - LOCATION DE CAMIONS FRIGOS Fermé le mercredi après-midi

Route de Noyal-Pontivy - Saint-Niel - 56300 PONTIVY

Tél./Fax : 02 97 25 21 25

• SANTÉ Les bons plans de Katia

p. 44

• GASTRONOMIE Les recettes de Julie

p. 46

• BANDE DESSINÉE Le Tro Breiz d’Anne de Bretagne

p. 48-49

Ici et Là est une publication bimestrielle. Directeur de la publication : Dominique Perrot. Photographes : Michel Langle, Grains d’image, Louvafilm. Conception et réalisation : Iris Imprim. Rédaction et régie publicitaire : 07 87 36 05 64 - idest.pontivy@gmail.com N° ISSN : 2276-1934 Impression : Iris Imprim


Les Faciles Le Gourmet

Cavavin Pontivy, Libre de célébrer..

Joyeuses fêtes !!

Fêtes

L’Onctueux Le Robuste Le Gourmand

61-63 Rue Albert de Mun Pontivy • 02 97 25 77 45

Pontivy

26, avenue des Cités Unies 02 97 25 85 34

Loudéac

Z.I. de Kersuget 02 96 66 48 58

Ploërmel

12, rue Charles de Gaulle 02 97 25 85 34

71 260 €

#restezcheznous ! *Jusqu’à -30% sur articles désignés en magasin Offre valable selon dates affichées en magasin

MEUBLES BROISAT

#restezcheznous restezcheznous! !

02 96 28 11 00

Ouvert du #restezcheznous ! mardi au samedi

6, rue du Docteur Plesse 22600 LOUDÉAC www.meublesbroisat.com

@AmeublierBroisat

de 9 h à 12 h 15 et de 14 h à 19 h


dossier

LE CENTRE BRETAGNE, TERRE DE BRASSEURS C’est une évidence, la Bretagne n’est pas une terre emblématique de la bière comme peuvent l’être la région Nord ou l’Alsace. Depuis quelques années pourtant, elle prend largement sa part dans le renouveau de la brasserie française. Particulièrement dynamique, le Centre Bretagne ne reste pas à l’écart de ce phénomène. Dans les pays de Loudéac et de Pontivy on compte en effet sept microbrasseries. Et ce n’est sans doute pas fini… Ah, sacré Charlemagne ! Si les écoliers savent ce qu’ils lui doivent, les buveurs de bière, sans doute un peu moins ! C’est pourtant lui, le plus célèbre des rois de la dynastie des Carolingiens, sacré empereur d’occident en l’an 800, qui va autoriser les abbayes à brasser et à commercialiser de la bière. Les moines bretons ont sans doute profité de cette autorisation, mais les historiens demeurent prudents sur le sujet, car aucune preuve concrète ne le confirme. Il faut attendre le XVIIe siècle pour dater avec certitude l’arrivée des premières brasseries en Bretagne. Le plus souvent, elles voient le jour, à l’initiative d’Irlandais ou de Flamands, venus s’installer dans la péninsule armoricaine. C’est le cas de John Fagan, émigré irlandais, qui fonde en 1624, à Quimper, la première brasserie attestée dans la région. La consommation de la bière demeure encore relativement limitée par rapport à celle du vin et du cidre, mais les brasseries vont tout de même se développer. Dans le Centre Bretagne, c’est notamment le cas de l’Irlandais O’Sullivan, qui s’installe à Quintin en 1715, ou de Gilles Coenen, originaire du Brabant, qui débarque à Pontivy, en 1752. Le XIXe siècle apparaît comme une période dorée pour la bière. La production explose de 3 à 13 millions d’hectolitres en 100 ans. En Bretagne aussi cette période est synonyme d’expansion brassicole. Plus d’une centaine de brasseries se créent dans les cinq départements. C’est la naissance des premières dynasties dont Henri Duringer, à Pontivy. Né en Bavière, il échoue à Pontivy, redresse la brasserie locale, avant

de la reprendre en 1821. La révolution industrielle va profondément modifier la brasserie française et bretonne. Le chemin de fer va en effet bouleverser le commerce de la bière. La production était jusque-là réservée au marché local et livrée aux alentours, à dos de cheval. Avec le rail, le vin d’orge peut désormais s’exporter. Parallèlement les brasseurs vont bénéficier des découvertes de Louis Pasteur. Dans une étude sur la bière, publiée en 1876, il conseille aux brasseurs de chauffer la bière pour prévenir la maladie… C’est la pasteurisation.

La bière supplante le vin Si les brasseries prospèrent en Bretagne, la consommation ne décolle toujours pas. Ça va changer au début du XXe siècle. Les brasseurs s’affairent à produire un nouveau style de bière, les lagers, autrement dit les blondes… Ils produisent désormais une bière de qualité constante grâce à la maîtrise des températures. Pour les jeunes générations la bière va supplanter le vin, mais alors que la consommation croit, le nombre de brasseries va paradoxalement chuter. Après les deux guerres mondiales et à l’heure des concentrations internationales, en Bretagne comme ailleurs, les petites marques locales disparaissent ou sont rachetées par de grands groupes. Le tissu de brasseries bretonnes se réduit à la portion congrue au fil de la concentration du secteur.

•5


À Brest, Kerinou ferme en 1981, les Brasseries nantaises ferment en 1987, l’usine rennaise de Kronenbourg a fermé en 2003… Au moment où les derniers sites industriels régionaux en activité disparaissent, une nouvelle génération de brasseurs émerge. Des passionnés commencent à brasser, dans leur cuisine ou leur garage. Puis ils installent de véritables ateliers et créent leur microbrasserie. De taille modeste, parfois accolée à un bar, leur entreprise cible une clientèle locale. Produisant la plupart du temps des bières de fermentation haute, des Ales, elles relancent la bière locale. Plus besoin de couteux dispositifs de pasteurisation, pour une petite entreprise écoulant sa production dans des circuits courts. Lancé dans les années 1970 aux États-Unis, le phénomène s’étend à l’Angleterre puis au reste de l’Europe.

La Bretagne ne reste pas à l’écart de ce renouveau. Le premier établissement artisanal du genre dans l’hexagone est lancé à Morlaix en 1985, c’est Coreff. Un nom toujours emblématique pour de nombreux Bretons. Coreff a lancé la résistance et dans son sillage de nombreuses brasseries ouvrent et étoffent un peu plus la mosaïque des bières bretonnes. En 2001, on dénombre déjà plus d’une vingtaine de professionnels. Mais la bière artisanale demeure encore méconnue et il faut convaincre le consommateur de boire autre chose que de l’industrielle. Deux décennies plus tard, les brasseries

6•

sont solidement installées en Bretagne et les autochtones plébiscitent leurs bières. En octobre 2021, le site bièresbretonnes.fr, en recensait 225 sur les cinq départements de la Bretagne historique !

Une nouvelle génération de brasseurs Ces fabriques de bière revisitent à la sauce bretonne les recettes belges, allemandes, anglaises ou américaines. Si certains consommateurs ne jurent que par une marque, d’autres sont au contraire avides de nouveautés. Bières de fermentation basse voisinent ainsi avec les bières au froment, ale, porter, stout ou India pale ale, le nouveau style fruité et amer à la mode venu d’outre-Atlantique. Désormais, la nouvelle génération d’artisans peut élargir encore un peu plus la gamme des goûts et imaginer des savoir-faire inédits. Au centre de leur réflexion les matières premières. Inventer une bière en Bretagne, c’est bien. En créer une avec des ingrédients originaires de la région, c’est mieux. Ces brasseries sont la tête de pont d’une filière qui se met en place, avec des producteurs d’orge, des malteries et désormais des producteurs de houblon. L’idée, à terme, est de brasser une bonne bière bretonne avec un maximum de matières premières locales. C’est notamment l’ambition des pré-

curseurs de la mirobrasserie en Centre Bretagne : la brasserie Saint-Georges, à Guern (page 8), L’Âne Brasseur, à Saint-Aignan (page 9) ou encore la brasserie des Amis, à Bignan (page 11). Depuis deux ans et l’arrivée de nouveaux brasseurs, le territoire du Centre Bretagne apparaît aujourd’hui riche de sa diversité. De la brasserie de Torlann, à Malguénac (page 12), à la brasserie le 90, à Bignan (page 18), qui vient tout juste d’ouvrir ses portes, en passant par la brasserie Triskell, à Évellys-Remungol (page 14) ou la brasserie de Guerlédan, à Mûr-de-Bretagne (page 16), elle affiche aussi sa spécificité. Ici, chaque bière ressemble à son brasseur.

Pour en savoir plus Cet article a été réalisé à partir de larges extraits du livre de Thierry Gabriel : « La bière bretonne, histoire, renaissance et nouvelle vague ». Les éditions du coin de la rue, 21 .


21e édition

LA CULTURE EN BRETAGNE CENTRE

POUR QUI ?

Conception : Loudéac communauté - Oct. 2021 - Crédit photo : Shutterstock

par des professionnels du livre et de la lecture

www.bretagnecentrebiblio.bzh

Les élèves de 3e, 2de et CAP des collèges et lycées, et les usagers des médiathèques et des bibliothèques du territoire.

Bretagne Centre


dossier

Guern

La brasserie Saint-Georges Brassée dans un petit hameau de la commune de Guern depuis 2011, la Saint-Georges est la première bière du Centre Bretagne à s’être fait un nom dans l’univers des microbrasseries bretonnes. Produire de la bière en plein cœur du Centre Bretagne... C’est le pari lancé, il y a maintenant plus de dix ans, par Jérôme Kuntz. Originaire d’Alsace et tout juste diplômé en biologie, il n’a qu’une idée en tête : monter sa microbrasserie. Pendant quelques années, il creuse le projet, concocte des recettes et prospecte pour trouver un lieu d’installation. Les petits boulots alimentaires qu’il enchaîne pendant cette période le font voyager dans différentes régions du pays. Mais c’est finalement en Centre Bretagne, où il débarque pour travailler comme paysagiste, qu’il décide de se fixer. En 2011, il s’installe dans une petite ferme abandonnée du hameau de Saint-Georges, à Guern, et concrétise enfin son projet de vie professionnelle.

« Offrir du plaisir » Adepte des circuits courts et de la culture bio, il a souhaité développer une filière cohérente. Pour l’orge, l’intégralité de la production provient de la ferme d’un agriculteur bio de Melrand. Pour le houblon, c’est plus compliqué. La moitié est produite par des fermes alsaciennes labellisées en agriculture biologique et l’autre par des producteurs bretons. Depuis quelques années, Jérôme a également développé sa propre houblonnière. « C’est une variété que je ne trouvais pas en Alsace, précise-t-il. C’est une culture simple mais la récolte est très fastidieuse. » Aujourd’hui, elle assure 5 % de ses besoins. Sa volonté d’améliorer constamment la gestion des ressources se traduit également dans le processus de production, sous mention « Nature et Progrès ». La bière est brassée au fourquet (pelle percée). La mise en bouteille, le capsulage, l’étiquetage, sont réalisés à la main sans autres énergies que celle du brasseur.

8•

Depuis quelques années, il a stabilisé sa production annuelle aux alentours 30 000 bouteilles. « Plutôt que d’augmenter le volume de production, je souhaite développer la gamme d’une bière populaire et de qualité pour offrir du plaisir aux consommateurs », explique-t-il. Outre deux bières vendues tout au long de l’année (une blonde, « fruitée, parfumée à la menthe bergamote du jardin » et une rousse, « douce sans être sucrée et à l’amertume équilibrée »), Jérôme propose également des variétés en éditions limitées. Une demi-douzaine d’autres bières sont ainsi régulièrement disponibles : une brune, « à la robe foncée aux reflets rubis et la mousse crémeuse » ; une bière d’automne, « qui développe des notes tourbées et terreuses » ; une bière d’été, « désaltérante aux fines notes florales » ; une bière avec le houblon du jardin « aux accents de malt, de résine de houblon et d’agrume » ; ou encore Aux Anges, une bière blonde aux notes épicées, uniquement disponible dans le bar-resto du même nom, à Guern. Outre la vente directe à la brasserie (le jeudi, de 17 h à 19 h), ses bières conditionnées en bouteilles de 50 cl et de 75 cl, sont également disponibles sur de nombreux marchés de producteurs et dans certaines épiceries de la région.

La Brasserie Saint-Georges 11, Saint-Georges - Guern 06 66 50 22 75 www.brasseriesaintgeorges.fr


dossier

Saint-Aignan

L’Âne brasseur De la bière, un gîte et des balades à dos d’âne... À l’éco-auberge de l’Âne Brasseur, située à Saint-Aignan, en bordure du lac de Guerlédan, on veut faire partager des plaisirs simples. De leurs passions, Solène Barreau et Raphaël Landreau ont fait un projet de vie. Un projet de vie autour de convictions bien affirmées ! Lorsqu’en 2011, Solène Barreau et Raphaël Landreau rachètent une ferme située en bordure du lac de Guerlédan, dans la commune de Saint-Aignan, leur projet professionnel vise d’abord à développer des valeurs qui leur sont chères : le respect de l’environnement, le partage et la découverte. Amateur de bonnes bières et brasseur à ses heures, Raphaël a envie de créer et de distribuer un produit qui lui ressemble. Passionnée de randonnée et d’animaux, Solène souhaite professionnaliser ses passions. C’est à Saint-Aignan, où ils rachètent une ferme située en bordure du lac, que leurs projets vont prendre corps. En même temps qu’ils réhabilitent un corps de ferme pour le transformer en gîte étape et proposer des balades à dos d’âne, le couple s’initie au métier de brasseur. « Il n’y avait pas de formation à l’époque, nous avons dû apprendre en faisant, reconnaît, le jeune homme. Comme beaucoup de brasseur, nous avons commencé à le faire dans la cuisine. » Ils expérimentent, testent, goûtent et font goûter.

Un dizaine de bières à la carte Lorsqu’en 2013, ils s’équipent d’un matériel professionnel et d’un brassin permettant de produire 500 litres de bière par semaine, les recettes sont déjà prêtes et la production peut démarrer. « Le procédé de fabrication reste très artisanal. Les bières ne sont ni filtrées ni pasteurisées, afin d’en garder tous les intérêts gustatifs et nutritionnels », précise Raphaël. Avec une production annuelle d’environ 150 hectolitres, l’Âne Brasseur propose aujourd’hui une dizaine de bières différentes. Parmi celles-ci, on distingue quatre régulières et deux irrégulières. Dans la première catégorie, deux sont travaillées

sur le malt. Il s’agit de l’Exploratrice (5°) et de la Grande exploratrice (9°). Des bières brunes et rondes, au goût sucré et caramélisé. Les deux autres sont travaillées sur le houblon : la Voyageuse (7°), et la Petite voyageuse (3,5°). Ces bières blondes développent un côté aromatique mais également une amertume. Dans la seconde catégorie on retrouve les Gouez (« sauvage » en breton), issue d’une longue maturation avec un cocktail de ferments divers. Assemblée en fût de chêne, elle développe des arômes bien différents de ceux des bières classiques. Une nouvelle gamme de bières, baptisées « Les Barriques », est désormais proposée aux amateurs. « Il s’agit de bières que l’on a fait vieillir dans des fûts qui ont contenu du cognac, du rhum ou encore du calva », précise Raphaël. Enfin, chaque année, le brasseur propose une bière baptisée l’Indécise. Comme son nom l’indique, elle varie chaque année selon l’inspiration du créateur. Toutes ces bières sont vendues à la ferme mais également chez Tradi Breizh (Pontivy), à la biscuiterie de Guerlédan (Mûr-de-Bretagne) et au restaurant Merlin les pieds dans l’eau (Saint-Aignan).

L’Âne Brasseur Lan Guilloux - Saint-Aignan 02 56 62 61 03 www.anebrasseur.fr

•9


TERRASSE BOIS

MAISON OSSATURE BOIS

EXTENSION

ISO TION EXTÉRIEURE

Cité des Fleurs 56920 KERFOURN Tel : 02 97 38 18 73

CHARPENTE BOIS

contact@charpentes-armoricaines.com www.charpentes-armoricaines.com

SPÉCIALISTE DES EXTENSIONS D’HABITAT

42 ANS DE SAVOIR-FAIRE ET PLUS DE 14 000 RÉALISATIONS

BESOIN D’ESPACE ? FAITES ÉVOLUER VOTRE HABITAT AVEC UNE EXTENSION

CORLAY (22) Z.A. de Kerjoly, direction St Nicolas du Pelem | 02 96 57 80 20 - www.verandaline.com


dossier

Bignan

La brasserie des amis Benoît Letouque et Pierre Bisson brassent entre amis et pour les amis. Le résultat : une bière plaisir qui leur ressemble et qu’ils aiment partager avec tous ceux qui poussent la porte de leur brasserie artisanale, à Bignan. Avec un nom pareil, la brasserie installée dans le hameau de Kerbiguet, à Bignan, ne pouvait trouver son origine que dans une histoire d’amitié. Une histoire née il y a près d’une décennie, entre le Breton Pierre Bisson et le Bourguignon Benoît Letouque. Apiculteur dans sa région natale, Benoît redescend très régulièrement en Bretagne. Il trouve une location chez Pierre qui exerce alors le métier d’ébéniste. Entre les deux hommes, l’amitié s’installe rapidement. Surtout, ils partagent une passion commune pour la bière. Chaque semaine, ils brassent même une petite vingtaine de litres qu’ils dégustent… avec les amis ! Au fil des soirées et des discussions, les deux amis se rendent compte qu’ils partagent aussi une même envie : celle de changer de vie. Pierre estime avoir fait le tour de son métier d’ébéniste. Benoît en a assez des allers-retours incessants entre la Bourgogne et la Bretagne. Et un soir, l’idée a fusé : « si on montait une brasserie ? ». C’était en 2017. Qu’importe s’il y a parfois loin de la

chope aux lèvres. Fort de leur expérience de brasseurs amateurs, ils abordent ce tournant de leurs vies professionnelles avec volonté et envie. « Nous avons été bosser chez quelques brasseurs de la région et surtout, nous avons énormément lu sur le sujet », précise Benoît.

Du plaisir ! Que du plaisir... En 2018, les deux autodidactes sont prêts pour l’aventure et lancent leur premier brassin de 200 litres. Aujourd’hui, ils brassent annuellement près de 400 hectolitres de bière. La gamme se compose de quatre bières : la Unan, la première bière de la brasserie, une blonde à 5,2° ; la Gwnizh, une bière blanche à la coriandre et au poivre sauvage à 5° ; l’Équipage, une Session IPA à 5,4° ; enfin, la Stout une histoire, une brune à 5,7°. Régulièrement, ils conçoivent également des bières éphémères, « selon les envies des brasseurs ». Les bières sont conditionnées en bouteilles de 33 et 75 cl, mais ils proposent également des fûts

de 20 et 30 litres. Artisans assumés et biens ancrés sur le territoire, les deux amis souhaitent aussi travailler local et cultiver l’authentique. « C’est notamment vrai pour le malt qui provient uniquement d’une malterie de Saint-Avé, explique Benoît. Pour le houblon, c’est évidemment plus compliqué, mais nous avons commencé à travailler avec la houblonnière d’Erwan Jouan, à Bignan. » Ici, le plaisir est érigé comme un mode de fonctionnement. Le plaisir du travail bien fait comme celui de l’innovation ou de l’expérimentation de deux hommes qui s’épanouissent dans leur nouvelle activité. Le plaisir qu’ils aiment aussi et surtout partager avec les amis, les voisins ou les clients…

La Brasserie des Amis Kerbiguet – Bignan 07 66 56 75 26 Contact@brasseriedesamis.fr

• 11


dossier

Malguénac

La brasserie De Torlann Torlann ! Le nom du hameau de Malguénac où ils résident est aussi celui de la brasserie créée il y a deux ans par Ian Blewster et sa fille Vicky. Après deux années d’activité, ils proposent une gamme de huit bières aussi étonnantes que variées. Pour Ian et Carol Brewster, le centre Bretagne c’était d’abord une destination de vacances. Très vite, le couple tombe amoureux de cette région et y achète même une maison. Ils y séjournent régulièrement, mais au fil des ans, le retour au pays après un séjour breton devient de plus en plus déchirant. En 2003, leur décision est prise. Ils quittent définitivement l’Angleterre pour s’installer à Guern, puis quelques années plus tard, à Malguénac. Moniteur auto-école lorsqu’il était encore en activité outre-Manche, Ian est aussi un grand amateur de bière. « Mon père travaillait dans une brasserie en Angleterre et j’y passais beaucoup de temps », se souvient-il. Les conseils et les astuces qu’ils glanent auprès des salariés de la brasserie, Ian les met en pratique chez lui. « J’ai toujours aimé faire de la bière et elle était plutôt appréciée par les amis qui venaient manger à la maison », assuret-il. Installé en Bretagne, Ian continue de brasser. En amateur, simplement pour partager le breuvage houblonné avec les amis. Et ici aussi, ils apprécient ! « Tu devrais vendre ta bière », lui répètent-ils régulièrement.

12 •

Ian n’y est pas encore prêt. En 2016, l’arrivée de sa fille Vicky, venue elle-aussi s’installer avec sa famille en Centre Bretagne, va provoquer le déclic. « Avec la barrière de la langue c’était difficile pour moi de trouver du travail », explique la jeune femme.

Huit bières à la carte L’idée d’ouvrir une microbrasserie fait son chemin. Elle va se concrétiser en 2019. Le père et la fille imaginent de nouvelles recettes, goûtent et font goûter leurs créations. Si au départ leur carte n’affiche que quatre bières, elle s’étoffe rapidement et en compte aujourd’hui huit : la Smash, lègèrement ambrée et amère, à 6° ; la TPA, ambrée et fortement houblonnée, à 6,5° ; la blonde légère, à 5,5° ; la porter, bière anglaise aux notes de chocolat et de café, à 7° ; la IPA au gingembre, à 4,5° ; la Brexit avec du safran de Bretagne, à 4° ; la lager et lime, une blonde au citron, à 5,9° ; la blé noir, sans gluten, à 4,5°. Pour l’instant leur production se limite à quelques milliers de litres par an. « C’est une petite brasserie et nous sommes à la limite de notre capacité de produc-

tion », précise Vicky. Si leurs bières sont commercialisées dans quelques bars et épiceries de la région, les brasseurs proposent aussi une vente directe tous les jours, sauf le dimanche. « Il y a des horaires, mais en général je réponds toujours présent à celui qui toque à la porte », sourit Ian. Dans un immense tonneau qui sert de magasin, le client peut choisir les bières de son choix ou préférer un option découverte appelée « Pack cadeau », c’est-à-dire une caisse de quatre ou six bouteilles différentes présentées dans une caisse en bois... Et un plus, le décapsuleur est offert !

Brasserie de Torlann Torlann - Malguénac brasseriedetorlann@orange.fr Facebook : brasserie de torlann Ouvert du lundi au vendredi, de 17 h à 19 h. Le samedi, de 9 h à 19 h.


VU à la

TV


dossier

Evellys-Remungol

La brasserie Triskell Ancien conducteur d’engins agricoles, Quentin Deslias a fait de sa passion pour la bière, son métier. En moins de deux ans, la brasserie Triskell s’est déjà fait une place sur le marché de la bière artisanale et locale. « J’ai reçu mon numéro de Siret la veille du premier confinement ». C’était en mars 2020. Pour ce tout jeune entrepreneur, le coup est particulièrement rude. Il l’est d’autant plus que la fermeture des bars et des restaurants le prive d’une partie importante de sa clientèle potentielle. Mais qu’importe ! Cela fait déjà plusieurs années que Quentin Deslias, aujourd’hui âgé de 27 ans, mûrit ce projet et il n’a pas l’intention de l’abandonner. « J’ai commencé à brasser dans de petites cuves en 2015, rappelle-t-il. Mes bières plaisaient aux copains et l’idée de m’installer a tranquillement fait son chemin ». Pas question pour autant de lâcher la proie pour l’ombre. Dans un premier temps, le jeune homme conserve son emploi de conducteur d’engins agricoles. Entre les campagnes légumières et les voyages en Irlande, où il visite régulièrement des brasseries, il développe son projet. Cuves, chambre froide et chambre chaude, sont installées dans un bâtiment attenant à la maison familiale, sur les hauteurs de l’Evel, dans la commune d’Evellys-Remungol. Parallèlement, il fait des recherches, élabore des recettes et réalise de nombreux tests pour « trouver les meilleurs ingrédients et les profils de saveurs parfaits. »

La production doublée Reste une dernière étape avant de lancer ses premiers brassins : trouver un nom à sa brasserie. « Je cherchais une appellation avec une consonance bretonne ou celte », explique-t-il. Cette fois la chance va lui sourire. Étonnement, l’un des symboles de la Bretagne, le triskell, est encore libre. Il

14 •

ne laisse pas passer l’occasion et inscrit la brasserie Triskell à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI). Lorsque le déconfinement intervient enfin, Quentin est prêt pour développer la commercialisation de sa production. Des cavistes aux épiceries fines en passant par les bars et les restaurants, il fait le choix des circuits courts. « J’ai aujourd’hui près de 25 points de vente dans le Morbihan, mais pour l’instant, un seulement dans les Côtes d’Armor », précise-t-il. Un réseau de distributeurs qu’il entend encore développer et qu’il complète par une vente directe, chaque vendredi, à la brasserie. Aujourd’hui, la brasserie Triskell propose une gamme de six bières différentes : une IPA (Indian Pale Ale), une blonde, une blanche, une brune, une fugace (blanche IPA) et une APA (American Pale Ale). L’an prochain, elle devrait s’étoffer de deux nouvelles bières. « Chaque type de bière dispose de sa propre levure, ce qui rend la bière Triskell unique », insiste Quentin. Uniques et visiblement appréciées. Après avoir brassé 6 000 litres lors de sa première année d’activité, il va doubler sa production en 2021. Et le tout jeune brasseur n’a pas l’intention de s’arrêter là.

Brasserie Triskell Bret – Evellys-Remungol 06 66 47 58 64 www.brasserietriskell.com Vente directe le vendredi de 14 h à 19 h.


? Ne la ssons pas le hasar trier pour n?us.

STOP

Je ne mets pas dans la poubelle jaune

?

Sac noir

Verre

Produits d’hygiène

Restes alimentaires

Le tri, restons maître du jeu. Un doute ?

sittommi.fr

ou

02 97 07 13 15


dossier

Mûr-de-Bretagne

La brasserie de Guerlédan De la restauration collective à la bière, il y a un pas que Nathalie Pichard a décidé de franchir. Depuis l’été dernier, la brasserie de Guerlédan offre un espace de dégustation des six bières différentes qu’elle compte déjà à sa carte. Et si un cadeau de Noël changeait la vie ? En défaisant le paquet déposé au pied du sapin par ses enfants, Nathalie Pichard était bien loin de l’imaginer. Et pourtant, le kit de brassage qu’on vient de lui offrir va être le point départ d’un changement de vie professionnelle pour cette cinquantenaire. Diététicienne de formation, elle travaille depuis vingt ans comme cheffe de secteur dans la restauration collective. « L’accumulation des kilomètres de route commençait à me peser physiquement », se souvient-elle. Le cadeau vient à point nommé pour celle qui a envie de changer de métier. Le premier essai avec le kit de brassage a beau se solder par une catastrophe, elle se dit rapidement que ce métier sédentaire lui conviendrait parfaitement. Mais en est-elle capable ? Après une formation aux techniques brassicoles dans le Jura et des stages dans différentes brasseries, elle en acquiert la conviction. Mûrement réfléchi, le projet de la brasserie de Guerlédan peut désormais se mettre en place.

Quelques mois seulement après l’ouverture, la brasserie de Guerlédan propose déjà une gamme de six bières, 100 % bios : l’Hentrèze (« Chemin de traverse » en breton), une blonde « gourmande et authentique », de 6,7° ; l’Abbaye de Guerlédan, une bière « à la robe dorée et au corps rond », de 6° ; la Kreizhy IPA, « au caractère tropical, à la fois florale et boisée », de 5° ; la Blanche du lac, une bière de blé aux arômes de citron, de 6° ; la Mûr Porter, une brune aux notes de cacao, de café et de cannelle, de 5,5° ; enfin la Ravito, une bière « légère et équilibrée », créée spécialement pour le passage du Tour de France. Déjà conséquente, la carte des bières de la brasserie de Guerlédan devrait encore s’étoffer. « Je vais fabriquer des bières éphémères et j’envisage également d’en proposer aux fruits, notamment avec de la mûre », assure-t-elle. Un nouveau clin d’œil de la Mûroise d’origine, totalement épanouie par son nouveau métier et cette belle aventure humaine qui ne fait que débuter.

Des bières 100 % bios Famille et amis se retroussent les manches pour transformer l’ancien garage situé sur la route de Corlay en un local pouvant abriter la brasserie et un espace de dégustation justement baptisé Le Garage. « C’est un bar spacieux à l’ambiance vintage où les clients peuvent déguster une bière, ou autre chose, dans des fauteuils confortables chinés par nos soins », explique-t-elle.

16 •

Brasserie de Guerlédan Route de Corlay – Mûr-de-Bretagne 07 86 45 53 68 www.brasseriedeguerledan.bzh Ouvert du lundi au jeudi, de 9 h à 18 h. Vendredi et samedi, de 17 h 30 à 22 h.


PONTIVY R E N G A G A S E R U T I O 2 V ET DE

ACTU

ELLES

10€ D'ACHAT = 1 TICKET*

DU 4 AU 18 DECEMBRE

2021

*DANS LES MAGASINS PARTICIPANTS

PH

CONT NON OTOS

DEPOT DU REGLEMENT CHEZ MAITRE TREMBLAY

S T O L ES R T U A X U E R B NOM


dossier

Bignan

brasserie le 90 C’est la petite dernière dans le monde des microbrasseries du Centre Bretagne. Officiellement ouverte en octobre, la brasserie le 90, installée dans le bourg de Bignan, commercialise déjà cinq types de bières. Installée dans le bourg de Bignan, au 4, rue de la Résistance, la brasserie le 90 aurait initialement dû ouvrir ses portes au début de l’été. Un retard de la livraison du matériel a obligé son créateur, Stéphane Le Bagousse, à en différer l’ouverture de quelques mois. Une contrariété vite oubliée par le nouveau brasseur qui peut désormais accueillir les amateurs dans son espace de vente et de dégustation. Professionnellement, le jeune quinquagénaire, originaire de l’île d’Arz, a longtemps été bien éloigné du monde de la bière. Pendant trois décennies, ce technicien en maintenance mécanique a multiplié les expériences et beaucoup voyagé. Après avoir bourlingué des Antilles à la Réunion, en passant par le Mexique, l’Afrique et la Guyane, le voyageur finit par poser définitivement ses valises dans le Centre Bretagne. C’était en 2015. « J’ai passé plusieurs années à restaurer le bâtiment acheté dans le centre de Bignan », précise-t-il. Parallèlement, celui qui estime avoir fait le tour de son métier, pense sérieusement à en changer. Mais quoi faire ? Le kit du brasseur amateur qu’on lui offre alors, va faire naître une idée… puis une passion. « Et pourtant, les débuts n’étaient pas bons du tout », sourit-il.

Cinq bières, une même étiquette Il persiste, lit beaucoup et fait même une formation dans la région parisienne. Au fil des brassins, sa technique s’améliore en même temps que la qualité de ses bières. C’est décidé, il sera brasseur. Son nom ? Le 90 ! « Je voulais un

18 •

nom un peu vintage et accrocheur», explique-t-il. La gamme qu’il propose compte aujourd’hui cinq bières. Toutes ont la même étiquette, mais chacune a son numéro et sa couleur : la N°1, orange, est une American Pale Ale, ambrée à 4° ; la N°2, verte, une Indian Pale Ale, blonde à 3,4° ; la N°3, bordeaux, une bière ambrée rouge, à 6,2° ; la N°4, bleu, une American Stout, brune de 4° ; la N°5, jaune, une blonde à 4,6°. Pour la première année d’activité, Stéphane Le Bagousse table sur une production de 150 hectolitres. Pour commercialiser ses bières conditionnées en bouteilles de 33 cl ou en fûts de 5 litres, bio à 90 % (seul le houblon ne l’est pas), le brasseur entend privilégier les circuits courts. Par la vente au magasin bien sûr, mais également dans les bars et restaurants du territoire. « On va attendre et surtout voir si nous sommes en capacité de produire pour répondre à la demande », tempère-t-il.

Brasserie le 90 4, rue de la Résistance – Bignan 06 17 03 00 73 lequatrevingtdix@yahoo.com Ouvert les lundi, mardi, vendredi, samedi et dimanche, de 10 h 30 à 14 h et de 16 h à 21 h. Le jeudi de 16 h à 21 h.


PUBLI

Les Chais Saint-François

Mickaël partage sa passion Vous recherchez une idée cadeau, des conseils avisés pour vos repas de fêtes ou vous souhaitez découvrir de nouveaux vins... N’hésitez pas, Mickaël Adelis, caviste des Chais Saint-François, installé rue Albert-de-Mun, à Pontivy, saura faire pour vous les meilleurs choix. Dans un cadre chaleureux, Les Chais Saint-François proposent une vaste gamme de vins rouge, blanc et rosé, allant du vin de pays aux grands crus. De l’Alsace au Languedoc et du Bordelais à la Bourgogne, le client n’a que l’embarras du choix parmi les appellations de toutes les régions viticoles de l’Hexagone. Des vins choisis pour leurs qualités, lors des visites régulières chez les viticulteurs. En « bag in box », de 5 ou 10 litres, il propose également un large choix composé d’une vingtaine de références. Il dispose aussi d’un rayon consacré aux vins du monde. Enfin, pour les amateurs de whisky, de rhum, d’eau de vie, de cognac, d’armagnac, d’alcool anisé ou encore de porto, la cave des Chais Saint-François est particulièrement bien achalandée.

Des paniers gourmands à composer Pour les fêtes, le magasin recèle également une multitude d’idées cadeaux, pour les particuliers comme pour les entreprises. Outre tous les accessoires nécessaires au caviste éclairé (carafe, tire-bouchon...), il propose également des coffrets cadeaux, de vin bien sûr, mais également de bières. Enfin les coffrets et les paniers gourmands mêlant des produits du terroir et des vins sont particulièrement appréciés. Des paniers et des coffrets qui peuvent être composés en fonction de vos désirs et de votre budget.

Les Chais Saint-François 5, rue Albert-de-Mun 56300 Pontivy 02 97 28 33 38 leschais-pontivy@wanadoo.fr www.leschaissaintfrancois-pontivy.fr Ouvert du mardi au samedi, de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h. En décembre, ouvert le lundi et les dimanches 13 et 20.


Circuit court

La ferme des trois alouettes

du cochon aux légumes Éleveur de cochons pendant de nombreuses années, à Saint-Caradec, Gilles Le Marchand a choisi de quitter l’élevage pour se consacrer au maraîchage. C’était il y a deux ans. Depuis, ses légumes bios sont particulièrement appréciés par les consommateurs. Gilles Le Marchand n’a que 25 ans, lorsqu’en 1998, il prend les rênes de l’exploitation familiale, en Gaec avec son oncle. Sans y être forcément destiné, il représente la quatrième génération d’exploitants sur les terres de la ferme de Bel Air, dans la commune de Saint-Caradec. Depuis plusieurs décennies, outre la culture de 60 hectares, l’exploitation s’est spécialisée dans la production intensive de porcs. Le système fonctionne mais il ne convient guère au jeune agriculteur. Alors, lorsqu’en 2011, son oncle part en retraite, il décide de donner une nouvelle orientation à son métier et à sa vie. Pour produire moins, mais mieux, il choisit de se convertir son exploitation au bio. « C’est le fruit d’une longue réflexion et de nombreuses discussions avec des gens déjà ancrés dans la filière bio », précise Gilles.

Vente directe à la ferme Un instant tenté par le maraîchage, Gilles suit même une formation. Il va finalement y renoncer et poursuivre son activité dans le cochon, mais désormais estampillé bio. Achetés à l’âge de 42 jours, les porcelets sont engraissés sur paille, pendant quatre mois. Parallèlement, il entreprend la conversion de ses terres en bio, produit des céréales et des oléagineux qui, transformés en aliments, assurent une quasi-autonomie à l’exploitant. Très vite pourtant, l’approvisionnement en porcelets, va s’avérer compliqué. Pour y pallier, il acquiert une trentaine de truies et devient aussi naisseur. « Certes, j’étais autonome, mais cela demandait beaucoup de travail en plus », se souvient-il. Comme quelques années plus tôt, il s’interroge sur son métier et sur son avenir. En juillet 2019, le départ en retraite d’un couple d’amis, maraî-

20 •

chers bios à Trévé, va lui offrir l’opportunité de changer d’horizon professionnel et de finalement abandonner le cochon pour les légumes. « J’ai racheté ses serres, 5 200 m2 au total, et nous les avons montées pendant l’hiver », explique le nouveau maraîcher. Avec sa compagne Sandrine, il se retrousse les manches pour préparer une première récolte en 2020. Mais pas question de retomber dans le système productiviste. « Nous ne voulions pas produire pour produire et devenir esclaves de notre outil », assure-t-il. Malgré quelques « petites bêtises », la première récolte est conforme aux attentes des nouveaux maraîchers. Dès la seconde année d’activité, ils sont en capacité de produire de bout en bout, depuis le semis des graines jusqu’à la récolte. Des récoltes d’ailleurs de plus en plus variées puisque la ferme entend proposer une gamme d’une quarantaine de légumes différents, permettant de fournir les clients tout au long de l’année. Vendus en direct à la ferme, les légumes de la Ferme des trois alouettes sont également disponibles sur le réseau Té Commissions et dans les coops bio. « Je suis confiant car le consommateur recherche de plus en plus le bio, la qualité et le local », assure Gilles.

Ferme des trois alouettes Bel-air – Saint-Caradec 06 60 88 06 28 Vente directe le mercredi de 10 h à 13 h et le vendredi de 16 h à 18 h.


Vos spécialistes de la rénovation depuis plus de 20 ans

FENÊTRES PORTES D’ENTRÉE VOLETS PORTES DE GARAGE PORTAIL / CLÔTURES GARDE CORPS STORE BANNE PERGOLA

MENUISERIE JOSSÉ

La qualité est notre priorité

Rue Glais Bizoin - 22600 Loudéac 02 96 28 92 12 - eurljosse@orange.fr www.eurljosse.com

MENUISERIE MÉCO

La qualité au plus juste prix

7, quai des Récollets - 56308 Pontivy 02 97 25 38 68 - meco56@wanadoo.fr www.meco.fr


Artisanat

Brets Néon

Frédéric Hurelle a du souffle Souffleur de verre, Frédéric Hurelle s’est spécialisé dans la création d’enseignes en néon. Une spécificité qui souffre aujourd’hui de la concurrence de la Led et à laquelle celui qui est aussi menuisier-ébéniste, a dû s’adapter. Une batterie, quelques arcs et plusieurs lancers de pêche accrochés aux mûrs… en entrant dans l’atelier de Frédéric Hurelle, installé à Plouguenast, les passions du quadragénaire s’affichent immédiatement. Musicien, il a été moniteur de tir à l’arc dans un club de vacances et affectionne plus particulièrement la pêche au bar ! Une autre saute aussi rapidement aux yeux du visiteur. Mais cette fois, au-delà d’une passion, c’est aussi son métier : il est souffleur de verre néoniste. « Un métier découvert par hasard et auquel je n’avais jamais pensé », assure-til. C’était au début des années 2000. Originaire du Nord de la France, il s’installe dans une demeure familiale du Finistère Sud. Professionnellement, il souhaite alors s’orienter vers un métier manuel. L’annonce proposant une formation de souffleur de verre, à Inzinzac-Lochrist, opère comme un déclic. Un an plus tard, diplôme en poche, il prend la route de l’Alsace et est embauché dans une entreprise spécialisée, basée à Colmar. Pendant cinq ans, il va souffler du verre, fabriquer et poser des néons. Mais, faute de repreneur, le départ en retraite du gé-

22 •

rant se traduit aussi par la mort de l’entreprise.

Doser les gestes et le souffle C’est le retour vers sa terre d’adoption, la Bretagne. Délaissant pour un temps le verre, il suit une formation de menuisier-ébéniste. Une profession qu’il va exercer pendant un temps dans une entreprise de Langueux, avant qu’elle aussi, ne ferme définitivement ses portes ! Pas question de s’apitoyer sur son sort. En 2009, Frédéric décide de rebondir en créant sa propre entreprise. Ce sera « Brets Néon », du nom d’un hameau de la commune de Plouguenast, où le couple vient d’acquérir une maison et ses dépendances. Avec son souffle et un chalumeau, il façonne les tubes de lumière à l’envie. Des lettres, un logo ou une décoration… ses créations illumineront ensuite les façades des commerces ou des entreprises. « C’est un métier de précision et de dosage, insiste-t-il. Il faut doser les gestes, le souffle et le chalumeau ». S’il contribue à perpétuer la tradition, le néon illumine de moins en moins les centres

urbains. « En France, nous sommes aujourd’hui moins de 80 à le travailler », déplore-t-il. La faute à une petite diode qui a cannibalisé le marché : la led. Alors forcément, Frédéric a dû s’adapter et se diversifier. Enseignes lumineuses (ou non !), marquage de véhicules, signalétique… le néoniste est devenu enseigniste et il fabrique désormais une multitude de supports publicitaires. Parallèlement, celui qui est aussi ébéniste restaure, adapte ou fabrique des meubles, à la demande. « Au départ, c’était une activité secondaire, reconnaît-il. Aujourd’hui, elle occupe bien les mois d’hiver ». Si aujourd’hui, le néon n’apparaît plus comme son activité principale, il ne veut pas croire à la mort définitive de ce support passé de mode. « La mode est un éternel recommencement », disait Coco Chanel. Frédéric Hurelle ne demande qu’à y croire.

Brets Néon La ville es brets – Plouguenast 06 81 41 17 46 Page Facebook : Brets Néon


ULIS

3ème Prépa-Métiers

CAP

Réussir

ensemble ! PORTES OUVERTES 2022 Vendredi 25 février (17h00 – 20h00) Samedi 26 février (9h00 – 12h00)

• Cuisine • Service en Café Hôtel Restaurant

Bacs

professionnels

Bac

général

• Animation et Gestion de l’Espace Commercial • Prospection Clientèle et Valorisation de l’Offre Commerciale • Accueil Relation Clients et Usagers • Cuisine • Commercialisation et Services en Restauration • Technicien d’Usinage • Métiers de l’Electricité et de ses Environnement connectés

Mentions

complémentaires

ion Scolaire)

(Unité Localisée d’Inclus

• Barman • Art de la Cuisine Allégée • Accueil Réception

Bacs

technologiques

• Sciences et Technologie de l’Industrie et du Développement Durable (STI2D) • Sciences et Technologie du Management et de la Gestion (STMG)

BTS • Négociation et Digitalisation de la Relation Client (NDRC) • Tourisme

Informations sur :

www.lyceejasi.fr

Site Jeanne d’Arc

(enseignement général et technologique) 6 rue Théodore Botrel 02 97 25 10 08

Site Saint Ivy

(enseignement professionnel et supérieur) 29 rue Abbé Martin 02 97 25 01 69


Artisanat

Happy Princess

un univers décalé et original Styliste et créatrice de mode installée à Plémet, Caroline Bandollier cultive un univers décalé et original. Elle propose des pièces uniques qui pourront ravir celles et ceux qui souhaitent adopter un look atypique. Happy Princess (« heureuse princesse » en français), le nom de l’entreprise créée par Caroline Bandollier, en 2016, pourrait paraître présomptueux ! Il ne s’agit pourtant que d’un clin d’œil. C’est d’abord la déclinaison du nom de l’héroïne d’un manga japonais. Surtout, petite, plutôt que de se rêver en princesse comme la plupart de ses copines, elle préfère imaginer et confectionner des robes… de princesse. « Ma mère m’avait offert une machine à coudre à piles, se souvient-elle. J’ai immédiatement été passionnée par la couture ». Dès le collège, la jeune adolescente a une idée bien précise du métier qu’elle souhaite exercer. Elle planifie ses études pour y parvenir. Après un Bac d’arts appliqués, la jeune fille originaire de Meaux (Seine-et-Marne), poursuit ses études par un BTS de styliste de mode, à Cholet, avant d’achever sa formation en stylisme et modélisme, à l’école MJM de Paris. Les nombreux stages qu’elle effectue dans des maisons de haute couture vont pourtant rapidement doucher son en-

24 •

thousiasme. « Je ne me voyais pas exercer un métier qui se limitait à respecter un cahier des charges et à exécuter des modèles comme on me disait de les faire », assure-t-elle. Si elle n’entend pas poursuivre dans cette voie, elle n’envisage pas un instant de remiser définitivement fils et aiguilles, dans son trousseau.

Un mélange de styles Dès le milieu des années 2000, elle commence à créer ses propres modèles qu’elle expose lors de manifestations thématiques. Passionnée de manga et de culture japonaise, elle se spécialise d’abord dans le style lolita gothique. Au fil des salons, comme Japan Expo, à Paris, elle commence à se faire un nom et commercialise ses créations. Pas assez toutefois pour en vivre ! Pour continuer à créer, la jeune femme doit enchaîner les petits boulots. En 2013, son déménagement vers le Centre Bretagne, une région qu’elle connaît pour y avoir passé des vacances avec ses parents, apparaît comme un

déclic. Elle se lance et installe son atelier dans une pièce de sa maison d’habitation, à Plémet. Son style aussi évolue, et la jeune créatrice explore d’autres univers. Du style victorien aux costumes médiévaux, en passant par l’influence pin up ou encore la mode steampunk (un look rétro qui rappelle la révolution industrielle et l’imaginaire de Jules Verne), elle diversifie sa garde-robe. « Aujourd’hui je mélange un peu tous les styles et je m’adapte aux demandes des clients qui souhaitent cultiver un look original », précise Caroline. Des clients, de plus en plus nombreux, qu’elle rencontre chaque week-end lors de salons thématiques ou lors de ventes qu’elle souhaite organiser régulièrement dans son atelier.

Happy Princess Styliste et créatrice de mode 4, impasse de Bodiffé – Plémet 06 63 68 40 37 Facebook : happy princess


1 soin acheté == le 2è à -50% Offre valable uniquement en novembre

Soins VISAGE Instant beauté Soin beauté essentielle Soin du visage spécifique

Soins Soins CORPS CORPS Détente Détente absolue absolue Relax Relax dos dos Formule Thalasso Formule Thalasso Infini Infini velours velours

Des Des soins soins spéciaux spéciaux NOËL NOËL à à venir venir découvrir découvrir !!

ABONNEMENTS Accès piscine Cours de forme Espace balnéo

Spadium Pontivy Avenue De Lattre De Tassigny 56300 PONTIVY

02 97 28 97 97

accueil.pontivy@spadium.fr Retrouvez-nous sur Spadium Pontivy

@


Noël 2021_Encart ici et là (V2).pdf 1 22/10/2021 10:24:10

Loudéac - du 3 décembre au 2 janvier

C

M

En attendant Noël...

J

CM

Au programme Vendredi 3 décembre Mini ferme de Noël (3 et 4 décembre) et boîte aux lettres du Père Noël Lancement des illuminations, chorale de Noël, chocolat et vin chauds, Place de l’Église

Samedi 11 et dimanche 12 décembre Marché de Noël, déambulations et féérie de Noël

MJ

Samedi 18 et dimanche 19 décembre

CJ

Tout le week-end :

CMJ

Mini fête foraine de Noël : petit train chenille, curling, maquillage, sculptures sur ballons, et plein d’autres surprises !

N

Dimanche 19 décembre : Feu d’artifice « contes de Noël », en centre-ville Et de nombreuses autres surprises durant tout le mois de décembre : chocolat et vin chauds, calendrier de l’avent des commerçants, calèche du Père Noël…

LOUDÉAC COMMERCES

programme complet sur www.ville-loudeac.fr

Prêt à porter hommes Chaussures Accessoires

Votre mag asin sera ouvert en novembr e et en décem du lundi au bre sa et les diman medi, ch 12 et 19 déce es 5, mbre 2021

16, rue Nationale - 56300 Pontivy 02 97 07 45 82 Facebook : men’sfactory pontivy

Horaires d’ouverture du MARDI au SAMEDI DE 10H à 19H 28 RUE DU PONT 56300 PONTIVY 02 97 07 00 48 contact@rendezvousnimporteou.fr


L’AGENDA NOVEMBRE / DÉCEMBRE

2021 DIMANCHE 07/11

TOUS AIDANTS Marie-Claire s’occupe de Georges, son mari en perte d’autonomie. C’est un travail à plein-temps, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Comme beaucoup d’aidants familiaux Marie-Claire est happée par le tourbillon infernal du quotidien. Plus de temps pour elle, juste pour elle. Humoristique, interactif et informatif, ce spectacle-débat, proposé par la compagnie Casus Délire révèle la solitude des aidants et le besoin d’un regard extérieur pour avancer. L’occasion de découvrir des problématiques méconnues puis d’échanger avec des professionnels du secteur. 14 h 30, pôle culturel Le Quatro de Baud. Entrée libre sur réservation : www.lequatro.fr

MERCREDI 10/11

PIERRE PERRET « Chanteur et avant tout poète, gourmand des mots et des nourritures, adepte d’un hédonisme qu’il prescrit volontiers, bon vivant chaque fois que possible, il dresse, dans la plaisanterie ou le sérieux, d’une écriture mordante, des tableaux de mœurs où, parfois burlesque et toujours minutieux, il révèle avec pertinence les lacunes d’une société plus que jamais agitée d’inquiétantes convulsions ». Alain-Guy Aknin. 20 h, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Tarif : 47 €. Renseignements au 06 20 94 45 89 ou au 07 81 32 88 53. Réservations : Leclerc Loudéac, ticket-net, France-billet, Digitik.

SAMEDI 13/11

L’ORIGINE DU MONDE Après avoir enregistré les témoignages d’une cinquantaine de femmes, Didier Guyon, de la compagnie Fiat Lux, nous invite à entendre des extraits de ces entretiens qui nous plongent au cœur de l’intime féminin, librement, sans fard ni tabou. Tandis que la bande son distille ces paroles, deux comédiennes, Nina Fabiani et Morgane Lapouge, donnent corps à ces voix en nous offrant la beauté d’un geste juste. L’authenticité des témoignages (documentaire) se mêle au geste artistique porté sur scène (fiction) unissant ainsi l’art et la vie. Ce spectacle puise sa force dans la simplicité des gestes et des mots jusqu’à atteindre une certaine forme de pureté. 20 h 30, centre culturel Mosaïque de Collinée - Le Méné. Réservations au 02 96 41 40 02 - Courriel : mosaique@mene.fr

MARDI 16/11 Beaucoup de bruit pour rien Ou Shakespeare et les femmes Dans cette comédie puissante et palpitante, Don Pèdre, Prince d’Aragon, revient de guerre victorieux. Et déjà, des mariages et complots amoureux sont en route. Entre jalousie et unions, les héros amoureux nous font vivre deux intrigues aux fins toujours heureuses. Dans cette nouvelle création d’Anthony Magnier, les rôles masculins sont tenus par des femmes, et les rôles féminins par des hommes. Ici, pas de travestissement, mais une véritable inversion des rôles. Dans cette adaptation originale ce sont les femmes qui reviennent de la guerre, les hommes qui les attendent. Pour, plus que jamais, nous questionner sur l’état de notre société et la place de chacun, à travers l’œuvre festive, truculente et joyeuse de Shakespeare. 20 h 30, au palais des congrès de Pontivy. Tarif : plein, 15 € ; réduit, 10 € ; abonné, 7 €. Réservations au 02 97 25 06 16 - Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr

• 27


VENDREDI 19/11

SAMEDI 20/11

François Morel

Yves Uzureau

Tous les marins sont des chanteurs

chante Brassens

Yves-Marie Le Guilvinec… Qui connaît encore ce nom ? Quelle place lui accorde-t-on dans les anthologies de poésie ou de chansons françaises ? Aucune. Yves-Marie Le Guilvinec, disparu en mer à 30 ans, est un fantôme pour la littérature et la chanson : il n’existe pas. C’est dans un vide-grenier à Saint-Lunaire que François Morel découvrit une brochure de 1894 dans laquelle douze chansons d’Yves-Marie Le Guilvinec étaient reproduites, illustrées par l’auteur. François Morel acheta la revue et fit le serment d’arracher Yves-Marie Le Guilvinec à l’oubli océanique où il était tombé. Avec l’aide de Gérard Mordillat et d’Antoine Sahler, il entreprit de restaurer les textes, de les remettre en musique et surtout de les faire entendre à nouveau. Désormais Yves-Marie Le Guilvinec, ce serait François Morel. Il retrouverait un corps, une voix, une vie…

Comédien, auteur, compositeur, interprète, Yves Uzureau met son talent pluriel au service de l’œuvre de Brassens. Résultat : un Brassens revisité avec autant d’audace que de respect et servi avec une joyeuse gourmandise. Accompagné par Pierre Debiesme (guitare, synthé et voix) et Anne Gouraud (contrebasse et voix), Yves Uzureau livre des versions surprenantes des chansons de Brassens, où blues, jazz, country, rock, samba… fraternisent magistralement.Un spectacle proposé en partenariat avec l’association « Un Toit pour Apprendre ». 21 h, salles des fêtes de Cléguérec. Tarif : 14 €. Réservations au 02 97 38 15 99 ou sur perenn@perenn.bzh

20 h 45, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Tarif : 25 € / 29 € / 32 €. Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc@ville-loudeac.fr

SAMEDI 20/11

LOU CASA CHANTE BARBARA & BREL Dans le prolongement du projet « Chansons de Barbara », Lou Casa propose sa dernière création « Lou Casa, Barbara & Brel » : des chansons de Brel se jouent en échos à des chansons de Barbara inédites. Leurs histoires d’amants, d’amis, de disparitions, de fraternité ou de révolte y sont au cœur. Leurs liens d’amitié et de passion apparaissent ; l’humour et la folie y passent aussi, régulièrement, sans prévenir… 20 h 45, centre culturel Kastell d’Ô, à Uzel. Tarif : abonné, 10 €. Infos et réservations : 09 62 08 39 53

MARDI 23/11

Ficelle, une odyssée tissée de petits bouts… VENDREDI 26/11

Orchestre National de Bretagne - Vienna Tzigane Le violoniste français Guillaume Chilemme, violon solo de l’Orchestre National d’Auvergne et lauréat de plusieurs concours internationaux, le chef d’orchestre Grant Llewellyn et les musiciens de l’O.N.B. vous proposent de descendre le Danube, fleuve mythique, de Vienne à Budapest, jusqu’à la Transylvanie et la Mer Noire. Des valses seront bien sûr au programme, et aussi des danses hongroises virevoltantes, des rythmes tziganes tourbillonnants et des airs slaves à faire pleurer, mais uniquement des larmes de joie. Un concert festif, pour publics mélomanes et néophytes. 20 h 45, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Tarif : 10 € / 14 € / 17 €. Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc@ville-loudeac.fr

28 •

Une marionnettiste et un musicien, de la compagnie Le Mouton Carré, accompagnent un petit être de fils dans une odyssée où l’on joue à oser… Oser tomber pour mieux se relever ; Oser affronter ses peurs originelles ; Oser donner pour mieux recevoir ; Oser, enfin, se lancer dans l’inconnu de sa propre existence. 10 h 30, centre culturel Kastell d’Ô, à Uzel. Tarif unique : 5 €. Infos et réservations : 09 62 08 39 53


réactivité professionalisme écoute

Pour vos projets immobiliers, à Yvon, Brendan et Kélig

L’importance donnée à la valeur du bien et à celle de la relation avec les clients : voilà l’ADN de la marque qu’Yvon Péresse a choisi pour son agence à Pontivy. Assisté de deux jeunes négociateurs, Yvon Péresse met, en toute simplicité et transparence, son expertise et son savoir-faire au service de ses clients pour des transactions en toute confiance. Les futurs aquéreurs en quête de terrains, maisons et même immeubles entiers, dans l’ancien ou le neuf, trouvent leur bonheur. Les vendeurs et acquéreurs sont assurés de la réussite de leur projet, en logement comme en investissement.

Les professionnels, eux, viennent pour les prestations de transaction et de location (bureaux, commerces...) Tous apprécient l’accompagnement et les conseils avisés qu’ils trouvent en poussant la porte de Côté Particuliers. S’en suivent les visites, la rédaction des compromis de vente et l’accompagnement jusqu’à la remise des clés... sans que les relations humaines ne soient jamais mises de côté. La confiance des clients est à la clé. Ouvert du lundi au samedi de 9h30 à 12h30, et de 14h à 18h30.

18 rue Carnot 56 300 Pontivy

02 97 08 99 46

www.pontivy.coteparticuliers.com


VENDREDI 26/11

CAPHARNAÜM Accueillie en résidence au pôle culturel de Pluméliau-Bieuzy en décembre 2020, la compagnie morbihannaise It’s Tÿ Time revient cette année pour présenter l’aboutissement de son travail avec la création Capharnaüm. Ce spectacle questionne notre rapport aux objets et à leur accumulation en retraçant l’histoire de Marguerite, depuis la guerre jusqu’à aujourd’hui. Alexandra Shiva-Melis, seule en scène, dessine le portrait d’une femme marginale et généreuse, au regard plein de sagesse et de malice sur cette multitude d’objets qui nous entourent et que nous accumulons sans même nous en rendre compte. 20 h 30, à Pluméliau-Bieuzy Réservation au 02 97 60 49 06 ou billetterie en ligne sur centremorbihanculture.bzh

DIMANCHE 28/11

EN VOITURE SIMONE ! Avec leur concept appelé « Le Simone », les comédiens compagnie de théâtre d’improvisation rennaise, La Serpe, interagissent avec le public pour donner l’impulsion au spectacle. « En voiture simone ! » comme ils le clament pendant plus d’une heure, les histoires se mêlent et s’entremêlent avec l’énergie collective. La troupe prévient : « Vous ne ressortirez pas dans le même état que celui dans lequel vous êtes entrés » 15 h 30, pôle culturel Le Quatro de Baud. Entrée libre sur réservation : www.lequatro.fr

JEUDI 02/12

JEUDI 02/12

FEMMES DANS LA GUERRE 1914-1918

YVES DUTEIL Ce nouveau concert d’Yves Duteil s’appelle « 40 ans plus tard », issu de l’album « Respect » sorti en 2018. Les thèmes se sont imposés comme une urgence dans cette période étrange, entre incertitude et espérance. De titres-phares en chansons nouvelles, la formule est toujours résolument acoustique, mais sa texture musicale est encore différente : la poésie des mots s’habille d’inspirations rythmiques d’ailleurs. 20 h 45, centre culturel Kastell d’Ô, à Uzel. Tarif : abonné, 25 € ; réduit, 30 € ; Plein, 35 €. Infos et réservations : 09 62 08 39 53

3 août 1914. La mobilisation générale est effective. La France entre en guerre contre l’Allemagne. René Viviani lance un appel, au nom du gouvernement, à toutes les femmes : « Remplacez sur le champ du travail ceux qui sont sur les champs de bataille. Il n’y a pas dans ces heures graves de labeur infime ; tout est grand qui sert le Pays ». De la postière à la boulangère en passant par la munitionnette... On ne pourra plus jamais les ignorer ! Et quelle que soit l’issue du conflit dans toute l’Europe, il mènera inexorablement à leur émancipation. Une pièce interprétée par la compagnie Les Tréteaux du Blavet. 20 h 30, au palais des congrès de Pontivy. Tarif : plein, 9 € ; réduit, 5 € ; abonné, 4 €. Réservations au 02 97 25 06 16. Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr

VENDREDI 03/12 - SIMONE D’OPALE Auteure-compositrice délicate, Simone d’Opale prend l’aventure comme elle vient ! Elle raconte ses histoires, à sa manière… Elle se présente avec une carte de visite ornée de nombreux prix et plusieurs albums à son actif. Accompagnée sur scène par Paul Dechaume (clavier) et Tom Beaudouin (guitares), elle nous plonge dans un espace parallèle où les portraits, graves et malins s’invitent dans des chansons à la fois intenses, drôles, voire impertinentes

30 •

20 h 30, conservatoire de Pontivy. Entrée libre sur réservation : www.conservatoire.pontivy-communaute.bzh


NOUVEAU

RENAULT ARKANA Portes Ouvertes du 10 au 14 juin OUVERTURE DIMANCHE 13 JUIN

HYBRIDE PAR NATURE

Venez le découvrir chez Renault BodemerAuto Pontivy

RENAULT BODEMERAUTO PONTIVY

et son réseau d’Agents 96 rue Albert de Mun - 56300 Pontivy - Tél. : 02 97 28 50 00


VENDREDI 03/12

dimanche 12/12

MURMURATIONS

Le piano, un orchestre au bout des doigts

OU LE PLONGEON DES ETOURNEAUX Au commencement, il y a l’observation des murmurations, ces nuées d’oiseaux se projetant dans l’espace aérien, accomplissant des figures mobiles dans le ciel d’une beauté stupéfiante, capables de voler ensemble sans heurt. Il y a ensuite l’envie de la chorégraphe d’interroger le collectif à l’école, en particulier dans la transition entre CM2 et 6e, l’envie de questionner à travers la danse, la musique et la vidéo, les déplacements de groupes d’élèves. Comment bougentils ? En suivant quelles trajectoires ? Au plateau, trois artistes, interprètes de cette histoire, trois adultes, trois femmes qui affirment la puissance de l’écoute et de la douceur.

Une immersion sur trois siècles dans un univers bien aimé des pianistes, avec des pièces charismatiques arrangées pour deux pianos et une conférence de Guillaume Kosmicki. Ces pièces subliment le répertoire de cet instrument par leur expressivité musicale et leur richesse d’écriture. Elles seront interprétées par Claire Peilho et Lia-Diana Badarau, toutes deux professeures au conservatoire. Wolfgang Amadeus Mozart, Edvard Grieg, Maurice Ravel, Camille St-Saëns seront au programme de cette brillante soirée.

10h et 14h, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Tarif : 4 € / 6 €. Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc@ville-loudeac.fr

17 h, palais des congrès de Pontivy. Entrée libre sur réservation : www.conservatoire.pontivy-communaute.bzh

jeudi 16/12

Jean-Pierre et le loup Jean-Pierre est résident de la grande maison La Retraite Dorée. Mais en dépit de l’interdiction de sortir, il irait bien faire un tour à la boîte de nuit d’en face mais il lui faut traverser la rue. Et ça, c’est dangereux... Récit clownesque et musical interprété par Jo Coop compagnie, sur la vieillesse, la volonté de liberté jusqu’au bout, la désobéissance et la joie de vivre. 10 h 30 et 14 h 30, centre culturel Mosaïque de Collinée - Le Méné. Réservations au 02 96 41 40 02 - Courriel : mosaique@mene.fr

JEUDI 16/12 - GROS

VENDREDI 10/12

les madeleines de poulpes

Sylvain Levey dévoile avec pudeur son rapport à la nourriture et à son poids. En seize tableaux, il nous livre un témoignage poignant, celui d’un petit garçon, d’une « crevette » qui, en un été, est devenu « gros ». Malgré toute sa bonne volonté, cet enfant ne va pas réussir à maigrir, à perdre ses « kilos en trop ». L’adolescent doit apprendre à vivre avec cette surcharge pondérale. Un jour, il tombe sur une petite annonce pour un cours de théâtre amateur. Il s’y rend et cette expérience fondatrice de la scène l’aidera à grandir, à apprivoiser son corps et à jouer de sa différence.

Recette : 1. Préchauffez le public à 180°C. 2. Dans un univers burlesque et poétique, mélangez à l’aide de skis, du rire et cinq acrobates. 3. Ajoutez au fur et à mesure les sangles et le mât chinois, avec une pincée d’équilibre. 4. Incorporez le poulpe finement émincé. Saupoudrez de musique et remuez vivement jusqu’à ce que les souvenirs remontent. 5. Faites cuire pendant 45 minutes puis dégustez sans modération. Laissez-vous emporter par ces madeleines déjantées, énergiques et musicales. 20 h 30, au palais des congrès de Pontivy. Tarif : plein, 15 € ; réduit, 10 € ; abonné, 7 €. Réservations au 02 97 25 06 16 - Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr

20 h 45, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Tarif : 7 € / 11 € / 14 €. Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc@ville-loudeac.fr


Artisan Commerçant Profession libérale PME/PMI Association

(économie sociale et solidaire)

Création d'entreprise Auto-entrepreneur

NOTRE MÉTIER LA GESTION DE VOTRE RÉUSSITE

Les antennes proches de chez vous :

• Vannes - vannes@igam.fr - 02 97 40 94 01 • Loudéac - loudéac@igam.fr - 02 96 28 97 23 • Quéven - vannes@igam.fr - 02 97 35 03 80 • Pontivy - vannes@igam.fr - 02 97 25 38 17 • Ploërmel - ploermel@igam.fr - 02 97 73 01 91


VENDREDI 17/12

MENTAL CIRCUS Dans son nouveau seul en scène, Viktor Vincent repousse une nouvelle fois les limites de son art. Dans l’ambiance des années 30 aux États-Unis, il crée autour de lui un cirque imaginaire où s’expriment les performances mentales les plus folles et les expériences les plus bluffantes. Ici le pouvoir change de main, c’est le public qui s’en empare se découvrant des capacités insoupçonnées et des dons qui confèrent aux miracles… 20 h 30, au palais des congrès de Pontivy. Tarif : plein, 22 € ; réduit, 15 € ; abonné, 13 €. Réservations au 02 97 25 06 16 - Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr

VENDREDI 17/12

LES FRÈRES PARANTHOËN Les frères Paranthoën forment un duo accordéon diatonique (Youenn) et violon (Alan) ancré dans la tradition de la musique bretonne. Ils prennent pour répertoire la musique traditionnelle du Morbihan (Pays d’Auray, Pays Vannetais) pour se l’approprier de façon créative. Il émane de ce duo des parfums de modernité où le traditionnel issu des profondeurs de la Bretagne prend des couleurs psychédéliques avec ses rythmes hypnotiques et ses envolées lyriques, lui donnant un caractère quasi «rock» peu commun ! 20 h 30, salle des fêtes de Cléguérec. Entrée libre sur réservation : www.conservatoire.pontivy-communaute.bzh

DIMANCHE 19/12

La fabuleuse et véritable histoire du Père Noël Une expérience unique et hors du temps ! Laissez-vous emporter par la compagnie Magic Meeting à travers une étonnante déambulation théâtralisée au cœur de la ville. Le Père Noël aime-t-il le rock’n roll ? Mais que fait le Père Noël pendant ses vacances ? Pour le découvrir, le public muni d’un casque audio, devient interprète d’une aventure sonore, fantasque et jubilatoire où se mêlent conte, expression corporelle et humour. 16 h, pôle culturel Le Quatro de Baud. Entrée libre sur réservation : www.lequatro.fr

MERCREDI 22/12

LA VRILLE DU CHAT Au cœur d’un décor en métamorphose constante, les cinq acrobates français et américains repoussent les limites du corps pour enchanter des scènes de la vie ordinaire. Influencés par la narration des films d’animation burlesque, ils inventent un véritable cirque animé, sans agrès ni effets spéciaux. Arrêt sur images, avance rapide, rembobinage, l’illusion provoquée par leurs prouesses est stupéfiante. 18 h, à Locminé - Réservation au 02 97 60 49 06 ou billetterie en ligne sur centremorbihanculture.bzh

MERCREDI 22/12

PAPIER(S) Il s’agit d’une rencontre entre la comédienne -manipulatrice Anna Pia et la matière papier. Le papier se forme, se déforme, se déchire, se sculpte se chiffonne et se transforme à vue. Tour à tour arbre, personnage ou nuage prennent forme. Entre jeu et manipulation, la matière laisse parfois surgir un récit secondaire et poétique. Par la Cie des rOnds dans l’eAu! 10 h et 11 h, pôle culturel Le Quatro de Baud. Entrée libre sur réservation : www.lequatro.fr



LIRE

LES COUPS DE COEUR de LA LIBRAIRIE « RENDEZ-VOUS N’IMPORTE OÙ »

« Au printemps des monstres » Philippe Jaenada Mialet Barrault

Philippe Jaenada revient dans ce livre étonnant sur « l’affaire de l’étrangleur », ce lugubre fait divers qui défraya la chronique en 1964. Le petit Luc Taron, 11 ans, est retrouvé mort un matin après avoir disparu la veille. Très vite, des lettres anonymes signées « l’étrangleur » revendiquent le crime. L’auteur de ces lettres est retrouvé. S’il reconnaît en être l’auteur, il nie cependant être le meurtrier. Il sera pourtant condamné à la prison à perpétuité. Dans une enquête extrêmement minutieuse, Philippe Jaenada nous parle autant de cette affaire que de la France de ces années-là. C’est fouillé, méticuleux, quelquefois sombre, parfois drôle, toujours passionnant. Et le mystère reste entier !

« La nuit tombée sur nos âmes » Frédéric Paulin Agullo Noir

Comme dans sa précédente trilogie consacrée au djihadisme, Frédéric Paulin se sert du roman pour nous éclairer sur des faits dramatiques liés à l’actualité politique. Ici, il s’agit de la mort d’une jeune italien lors des émeutes à Gênes, en 2001, pendant la réunion du G8. Sans nous épargner détails et subtilités, mais toujours de manière claire, il évoque tous les protagonistes de ces trois jours sombres : émeutiers, police, journalistes, chefs d’État... De son écriture sèche, de laquelle pourtant jaillit l’émotion, il nous informe, nous bouleverse et nous secoue. Du grand roman noir !

26, rue du Pont - Pontivy - 02 97 07 00 48

« Le droit du sol » Étienne Davodeau Futuropolis

En tant que dessinateur, Étienne Davodeau ne pouvait pas ne pas être marqué par les peintures rupestres de la grotte de Pech Merle, qui datent de plus de 20 000 ans. Il établit un parallèle troublant avec l’enterrement des déchets nucléaires sur le site de la Bure, destinés eux aussi à durer plus de 20 000 ans. L’auteur, grand marcheur, décide de relier PechMerle à Bure à pied, soit près de 800 km, pour réfléchir à ces deux traces très durables mais très différentes, révélatrices chacune de leur époque. Comme souvent chez Étienne Davodeau, c’est intelligent, fin, pas manichéen, sensible, le tout porté par une maîtrise du dessin exceptionnelle qui raconte la France autant que son récit.

« Le rêve de Jonas » Marlies Van der Wel Kaleidoscope

Jonas a deux ans quand il découvre la mer. Depuis, il rêve de vivre au milieu des poissons. Malgré toute son inventivité, ce n’est pas possible, bien sûr. Vraiment… ? Dans cet album qui conviendra dès quatre ans, la beauté des planches se met au diapason de l’histoire pour nous plonger dans un récit plein de poésie.

« Tananarive »

Mark Eacersall et Sylvain Vallée Glénat Amédée est un notaire à la retraite, qui n’a jamais quitté son département. Il est ami avec son voisin, Jo, bourlingueur, aventurier, qui a voyagé aux quatre coins du monde. Lorsque ce dernier vient à mourir, Amédée part à la recherche du fils de son ami, pour une question d’héritage. Mais aussi pour se montrer à la hauteur et se dire que lui aussi, peut être un aventurier. Il n’est pas au bout de ses surprises… Et nous des notres ! « Tananarive » est une bande dessinée qui conjugue aventure et rhumatismes, rires et émotion, avec des personnages remplis d’humanité.

36 •

« Comment j’ai mangé mon sapin de Noël » Julia Georgallis Rouergue

Pour les fêtes, il y a souvent un sapin dans les salons. Et des livres de cuisine comme cadeaux, au pied du sapin. Et si nous mélangions les deux ? Cet audacieux petit livre de cuisine est rempli de recettes composées d’aiguilles d’épicéa, de baies de genièvre, de cendre de sapin et autres pignons de pin. C’est aussi un livre très documenté sur les épicéas, sur des régimes à base de plante et sur le coût environnemental de cette fête, les recettes étant une façon de recycler avec ingéniosité son arbre de Noël !


S’engage à vos côtés

ionnss imaattio EEssttim ES

GRATUIT E

Sylvie LE MENE

Conseiller immobilier Capifrance

www.capifrance.fr/conseillers/estimation/sylvie.lemene

06 63 91 82 59

sylvie.lemene@capifrance.fr


PRATIQUE

RANDONNÉE

Départ : place de l’Église Saint-Vran

SAINT-VRAN

Distance : 13,8 km Variante : 5,5 km

Le circuit du Perfaux

Temps : 3 h 10 - 1 h 50 Niveau : modéré

Le circuit pédestre du Perfaux sillonne la bucolique campagne de Saint-Vran dans la vallée de la Rance naissante et part à la rencontre du jardin des hortensias, du château de Langourla et de menhirs posés là il y a 5 000 à 6 000 ans.

 Église de Saint-Véran

Remplaçant l’église d’origine aujourd’hui disparue, l’édifice actuel de style gothique, construit en 1876 entraîne le déplacement du centre-bourg. Entre l’église et la mairie se trouve un canon-mortier datant de la Première Guerre mondiale. Ce lance-grenade allemand de type « minenwerfer » avait une portée maximale d’un kilomètre, une performance pour l’époque !

 Jardin des hortensias du Guédou

Présentant une collection d’hortensias unique en Centre Bretagne, le jardin des hortensias est aménagé autour de trois points d’eau : l’un japonais au décor zen, le second spécifique aux fougères rares et le dernier dédié aux nénuphars.

 Château de Langourla

Rattaché à la Seigneurie de Langourla, le château actuel fut bâti au XVe siècle à proximité d’une motte féodale. Son pignon ouest possède une rosace du XVe, provenant de l’ancienne église de Laurenan. Le site est privé. Merci de ne pas pénétrer sur la propriété.

4 5 3

6

2 1

 La Rance - Chaos de Quémelin

(hors circuit à 300 m)

À Quémelin, la Rance a tracé au fil des siècles, son cours d’eau dans la terre de granite du Mené jusqu’à former ce pittoresque chaos. Une petite centaine de kilomètres en aval, elle rejoindra la Manche aux portes de Saint-Malo après avoir franchi la célèbre et plus grande usine marémotrice au monde qui porte son nom.

 Menhirs du Perfaux

Trois blocs granitiques ont été érigés en menhirs au Néolithique. Celui dit « du Perfaux » est le plus colossal avec ses 6,6 mètres de hauteur et ses 9,3 mètres de circonférence. Longtemps, ils ont nourri les croyances populaires liées aux légendes des fées. Le passage de la voie romaine reliant Corseul à Vannes, atteste d’une occupation du site à la période Gallo-romaine.

 Chapelle Saint-Lin

(hors circuit à 300 m)

La légende raconte que Saint-Lin traversa la forêt de La Hardouinais sur un char tiré par quatre bœufs. Arrivés en ce lieu, les animaux s’arrêtèrent, leurs pieds s’étant enfoncés dans la pierre ! Les pauvres bêtes martyres ne purent aller plus loin !


25€

*

À vos côtés depuis plus de 20 ans pour tous vos projets de communication print, de la conception graphique à l’impression

POUR BIEN VOIR

SI VOUS TROUVEZ MOINS CHER AILLEURS ICI, ON VOUS EXPLIQUE LA DIFFÉRENCE.

ZC SAINT NIEL - 56300 PONTIVY 02 97 79 16 57 l a fi n d e s l u n e t t e s c h è r e s *Voir conditions en magasin. Dispositif médical CE. Novembre 2021. RCS Lorient 511 298 721

CHANGEZ DE ROUTINE, OPTEZ POUR

imprim VANNES 06 44 18 63 46 LORIENT 02 56 37 01 88 www.irisimprim.fr

Un projet une création

une impression

la solution


patrimoine

Noyal-Pontivy

CHAPELLE SAINTE-NOYALE La paisible chapelle Sainte-Noyale, à mi-chemin entre Pontivy et le bourg de Noyal-Pontivy, a connu de grandes heures d’affluence du temps de la vicomté de Rohan. Elle était alors le siège de la plus vaste paroisse du vannetais qui englobait aussi les églises de Saint-Gonnery, Croixanvec, Saint-Gérand, Gueltas, Kerfourn et Saint-Thuriau. Le culte voué à Noyale a fait de la chapelle un lieu de pèlerinage important. À l’intérieur, sur les lambris couvrant la nef, peints à la fin du XVIIe siècle, l’histoire de la sainte est présentée en six épisodes. Ils sont soigneusement mis en scène dans des cadres architecturaux en trompe-l’œil, liés par des guirlandes, des pots fleuris et des cariatides, dont le style s’inspire des grands plafonds à caissons peint du temps de Louis XIV. Toute personne entrant dans la chapelle apprend ainsi que Noyale partit de Grande-Bretagne au début du Moyen Âge par suite d’un désaccord avec son père, roi de Cambrie. Souhaitant consacrer sa vie à Dieu, elle refusa d’être mariée et fuit avec sa servante. Elles traversèrent la Manche sur une simple feuille d’arbre et s’engagèrent dans les terres d’Armorique, en quête d’un ermitage. Sur leur chemin, elles rencontrèrent un chef de clan souhai-

tant à son tour épouser Noyale. Face au refus de la jeune femme, il la fit décapiter. Par miracle elle ne s’effondra pas, ramassa sa tête et poursuivit son chemin. Noyale devint ainsi une sainte « céphalophore » : qui porte sa tête. Arrivée à l’emplacement de l’actuelle chapelle, elle y aurait trouvé le lieu propice au repos éternel.

« Parlement de Noyal » Les lambris peints sont d’époque moderne mais la chapelle ainsi que l’oratoire dédié à Saint-Jean et le calvaire, forment un ensemble dont le début de construction remonte à la première moitié du XVe siècle. La qualité de l’architecture gothique flamboyante, est justifiée par le besoin de montrer aux yeux des pèlerins la puissance de la paroisse autant que celle des Rohan. De fait, à la suite du pardon, à la fin du mois de juin, se déroulait la grande

foire dite « la Noyale » pour laquelle marchands et acquéreurs venaient de France, d’Angleterre et d’Espagne et commerçaient la toile, le cuir, les chevaux et le vin. À cette période, l’affluence autour de l’église était également due au déroulement d’un temps fort judiciaire, pendant lequel les affaires civiles et pénales de la vicomté de Rohan étaient traitées. Il était alors question du « parlement de Noyal », tant l’événement avait d’importance. Lorsque l’église devint chapelle en 1463, la foire fut déplacée dans l’actuel bourg de Noyal-Pontivy, mais le pèlerinage et les pardons restèrent très fréquentés justifiant la commande des somptueuses peintures sur les lambris de couvrement, la création du clocher à lanternons au XVIIIe siècle et l’ajout de la sacristie dont la date de construction, 1719, est mentionnée sur le mur extérieur.

Un pardon réputé Le dimanche suivant la Saint-Jean, à la fin du moi de juin, est célébré le pardon de Sainte-Noyale. Il est l’un des rare à perpétuer la tradition de l’ange « pyrophore » : qui portent le feu. Une statue d’ange est fixée avec une poulie sur un filin, partant du haut du clocher vers le placître en contrebas. Un cierge est fixé dans ses mains afin qu’il allume symboliquement le « tantad », feu de joie symbole de purification. Dans les années 1950-1960, la bénédiction des chevaux puis des tracteurs était aussi une spécificité du pardon de Sainte-Noyale, mais cette pratique n’a pas perduré.

40 •

Article réalisé en partenariat avec le pôle tourisme et patrimoine de Pontivy Communauté



PHOTOGRAPHIE

COUPS D’OEIL

Coups d’œil sur le Centre Bretagne... D’ordinaire, les photographes des clubs de Loudéac et de Pontivy, Louvafilm et Grains d’Images, nous font découvrir les richesses du territoire. Cette fois, nous publions les clichés des lauréats du concours organisé cet été à Saint-Caradec, dans le cadre de l’exposition « Éternel printemps » et visant à mettre en valeur la flore, la faune et le patrimoine architectural de la commune.

L’heure bleue Pascal DUAULT

Couleurs d’automne sur l’étang des Souces Quentin LE MAINTEC

Goutte d’eau Pascal DUAULT

42 •


Brume du matin dans la vallée de l’Oust François COJEAN

19, rue Lamennais Pontivy 02 97 27 94 55

Butinage près de la rigole d’Hivern Myriam LE FLOCH

3, rue Tourville Loudéac 02 96 28 61 20

• 43


santé

LES CHRONIQUES SANTÉ DE KAT IA DUBOIS Habit chaud et bonne nourriture Froid, vent, pluie, humidité ambiante qui chatouillent le nez, font frissonner et nous dirigent tout droit vers le poêle à bois, la cheminée, les radiateurs, les doudounes bien chaudes. C’est reparti pour un tour des jours raccourcis et la sensation que les vacances sont déjà bien loin avec un bénéfice presque oublié car la fatigue revient au galop. Légumes de saison

sèches. Une à deux tasses par jour sont

Nous passons de la clarté solaire à la saison sombre qui annonce une nouvelle année. Châtaignes grillées sur la braise, histoires au coin du feu, hommages à ceux qui nous ont quittés et préparation aux futures fêtes de fin d’année. Renforcez votre système immunitaire en stimulant votre corps via le mouvement, la marche, le sport et la consommation des légumes de saison ainsi que les oléagineux. Soupes et sautés de légumes de saison, noix, noisettes, châtaignes, amandes, pommes, poires, raisins, champignons. Les plats de saucisse aux choux, ragoûts divers et variés qui embaument la maison, dopent le moral et réchauffent les corps. Évitez les boissons excitantes l’après-midi ainsi que les repas trop lourds le soir pour un sommeil de qualité.

recommandées. Ne pas confondre avec les autres lauriers qui peuvent s’avérer toxiques. Le laurier sauce (laurier noble) est celui que vous mettez dans les préparations culinaires. Pour le frais cueilli dans le jardin, tâchez de sélectionner les feuilles foncées, celles qui ont plus d’un an si possible. 21 jours d’infusion, sept jours de pause.

Le laurier contre le cholestérol Pour ceux que le cholestérol inquiète, les feuilles de laurier sauce sont très efficaces pour éliminer le mauvais cholestérol et soulager le corps des triglycérides. Il améliore la digestion, élimine les lithiases biliaires ou rénales, aide contre l’anxiété et améliore le sommeil. Quatre à cinq feuilles à faire infuser dans la théière après avoir versé l’eau bouillante. Cinq minutes d’infusion pour des feuilles fraîches, 10 minutes pour des feuilles

Huiles essentielles Quelles sont les autres plantes pour fortifier votre organisme ? Le thym, le romarin, l’échinacée, la rodhiola, les champignons tels que le Reishi ou le cordiceps mycelium. Si les vieilles douleurs articulaires se réveillent avec l’humidité, n’oubliez pas les sacro saintes bouillottes de nos grandsmères. Frottez les articulations avec du vinaigre de cidre (à défaut des orties dioïques). Quelques baumes chauffants peuvent aussi vous aider. Si vous n’êtes pas allergiques aux huiles essentielles, voici une petite recette : mélangez dans un bol de l’huile végétale d’arnica, quatre à cinq cuillères à soupe, six gouttes d’huile essentielle de gaulthérie couchée, six gouttes d’huile essentielle d’hélicryse italienne, six gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée et massez les zones douloureuses en faisant bien pénétrer la préparation.

Il s’agit surtout de soigner votre moral et d’essayer de voir le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide. Un éclat de rire, un peu d’humour, un bon film, un bon livre, de la musique, de la danse, un repas partagé avec des amis, une solution trouvée pour régler un problème ou dépanner un voisin, une oreille attentive pour qui a besoin de parler, de se confier ! Un peu de chaleur humaine pour lutter contre la solitude et la déprime.

Katia Dubois Praticienne en médecine traditionnelle chinoise et naturopathie 8, rue d’Angleterre 56310 Melrand 06 76 87 36 34 duboiskastell@gmail.com naturo-energetiquechinoise.fr La consultation d’un praticien en médecine traditionnelle chinoise/naturopathe ne saurait remplacer le suivi médical habituel ou en cours, ni se substituer aux traitements en cours. Seul votre médecin peut décider de l’arrêt ou de la modification d’un traitement médical.


SPORT

Retrouvez vos enseignes et marques préférées

Rue Albert de Mun - PONTIVY

Ins tal lat ion et po se à do mic ile

DÉCO TABLEAUX MOBILIER 13, rue Colbert – Zone du Signan (showroom de 700 m2)

56300 PONTIVY – 02 97 27 89 59

OUVERT du lundi après-midi au samedi, de 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 18 h 30.


GASTRONOMIE

LES recettes de Julie Carpaccio de Saint-Jacques aux fruits de la passion Dans un bol, verser le jus d’un citron, l’huile d’olive, le sel et le poivre. Couper les fruits de la passion en deux et retirer les graines avec une petite cuillère. Les mettre dans un chinois ou une petite passoire au-dessus du bol de sauce et appuyer dessus avec le dos de la cuillère de manière à faire couler tout leur le jus. Verser le jus sur les noix de SaintJacques, couvrir de film étirable et laisser mariner 1 heure au réfrigérateur.

Ingrédients pour 4 personnes : 12 noix de Saint-Jacques de la baie de Saint-Brieuc 4 fruits de la passion 2 c à s d’huile d’olive 2 citrons verts Sel et poivre

• • • • •

Préparation Rincer et éponger les noix de SaintJacques sur du papier absorbant. Couper-les en rondelles de 2-3 mm d’épaisseur et disposer-les dans un plat creux.

Dressage Déposer le carpaccio dans vos 4 assiettes. Utiliser le second citron pour la décoration avec sous forme de zestes, de fines tranches…

Pain d’épices Ingrédients : 200 g de farine 1 sachet de levure x 60 g de sucre cassonade ou rou à 1 c à c de mélange d’épices pain d’épices 200 ml lait entier 80 g de beurre Bre200 g de miel local « Miels de tons, Gast ! » de Corlay

• • • • • • •

Préparation Préchauffer le four à 160°. sucre Mélanger la farine, la levure, le et les épices. couteau avant de le le et y avec la lame d’un . Chauffer le lait dans une cassero sortir pour vérifier s’il est bien cuit ajouter le beurre et le miel. lange Verser le liquide chaud sur le mé Astuce farine-sucre et mélanger. t ule à Le pain d’épices n’aura pas même goû Verser la préparation dans un mo isi. cho l selon le type de mie cake beurré et sucré. pain le er Cuire 45-50 minutes. Piqu

46 •

lques Vous pouvez ajouter à la pâte que fits. écorces d’oranges ou de citrons con que le N’en mettez pas trop au risque pain ne lève plus à la cuisson !


Des recettes justes, authentiques, et c’est tout !


Le Trop Tro Breiz D’anne de Bretagne (7/11)

48 •


A suivre…

• 49


HOROSCOPE

l

NOVEMBRE / DÉCEMBRE 2021

Poisson

(19 fév - 20 mars)

Novembre. Votre pragmatisme s’approfondit, ainsi que votre intuition en matière financière. Votre audace et vos analyses préalables sont excellentes. En revanche, votre vie sentimentale risque de vous donner du fil à retordre, dans le sens ou vous risquez de faire preuve de possessivité envers votre partenaire. Décembre. Ce mois va mettre en relief les questions liées à vos racines, la famille, les bases intimes de votre vie. Le transit du Soleil dans votre maison symbolique va créer davantage d’échanges et de mouvements dans votre cercle familial et vous serez le maillon stable de la chaîne.

a

Bélier

(21 mars - 20 avril)

Novembre. Si vous êtes dans une situation floue actuellement, vous sentirez l’urgence de clarifier les choses sans attendre que la situation se décante d’elle-même car vous saurez que cela n’arrivera pas. Votre vie émotionnelle ne vous autorise pas autant de concessions que ce que vous faites habituellement. Décembre. Ce mois vous fait entrer par la grande porte dans un climat énergisant sur le plan psychique. En effet, le sextile du Soleil à votre signe va vous mener dans une dynamique relationnelle très intéressante et agréable à la fois, porteuse d’opportunités dans tous les domaines.

b

Taureau

(21 avril - 20 mai)

Novembre. Autant dire tout de suite que la chance va vous escorter de très près et vous apporter de nombreuses facilités dans tous les domaines. Les situations qui étaient en suspens depuis des années vont pouvoir s’éclaircir et vous allez pouvoir accéder progressivement à une sortie des limbes. Décembre. Ce mois va vous permettre de clore l’année en ayant pour acquis une base d’amélioration de votre vie avec des débuts d’exécutions qui vous tranquillisent. Le transit du Soleil vous permet de stabiliser les changements que vous avez pu amorcer le mois dernier et ce sont des changements de fond et de longue haleine.

c

Gémeaux (21 mai - 20 juin)

Novembre. Vous qui n’aimez pas le mensonge, vous aurez l’art de le déceler intuitivement mais aussi de comprendre les raisons qui poussent certaines personnes à agir de la sorte. Saturne est toujours votre alliée, ce qui sera une aide considérable pour réaliser et finaliser des bilans définitifs, sans complaisance. Décembre. Vous sortez de vos habitudes et vous allez vivre des situations qui vont enrichir votre paix intérieure et vous rapprocher d’une philosophie de vie plus vaste, plus profonde. Votre équilibre financier est au-devant de la scène, vous aurez de grandes facilités à vous y atteler sans que cela ne soit trop laborieux.

50 •

d

Cancer

(22 juin - 22 juil)

Novembre. Un besoin d’élévation et de reconnaissance va se faire sentir quelle que soit votre situation actuelle. Ce qui est idéal si vous exercez une profession commerciale ou si vous êtes dans la notion de développement au sens large. Votre vie sentimentale s’annonce plus radicale que d’ordinaire. Décembre. Mars va dynamiser votre conscience par rapport à l’action au sens large et vous donner un plus fort besoin de concrétiser certains projets. Vous aurez besoin d’agir face à tout ce que vous souhaitez réaliser, mettre en œuvre, comme dans une frénésie d’efficacité.

e

Lion

(23 juil - 22 août)

Novembre. Il n’est pas exclu que vous ayez à revivre ce mois-ci des situations qui ressemblent à celles du passé, afin de les résoudre cette fois-ci différemment et surtout définitivement. C’est sur le plan émotionnel que vous aurez fort à faire face à un entourage exigeant qui vous sollicite sur le plan privé. Décembre. Ce mois sera plus plaisant, plus léger que le mois dernier. Vous retrouvez avec le sextile du Soleil à votre secteur, davantage de convivialité au quotidien et dans tous les domaines. Vos besoins de communications et d’échanges se tournent résolument vers la fraternité et l’ouverture d’esprit.

f

Vierge

(23 août - 22 sept)

Novembre. Vous entrez dans un nouveau cycle dans lequel vous aurez davantage de maîtrise sur vos propres émotions et sentiments, un cycle où amour et liberté vont de pair. De ce fait, votre vie sentimentale va vous apporter d’intenses satisfactions et vous constaterez que votre confiance en vous-même se renforce. Décembre. Ce mois s’annonce agité. Le carré du Soleil à votre signe va vous donner des besoins d’évasion plus puissants que d’ordinaire. Vous avez besoin de vous extraire de certaines habitudes pour aller vers l’inconnu, apprendre, vous enrichir sur le plan psychique.

g

Ba l ance

(23 sept - 22 oct)

Novembre. Ce mois s’annonce intense en termes d’activités. Celles-ci auront tendance à être moins variées mais plus prenantes. Votre vie financière est sur le devant de la scène et l’objet de toutes vos attentions. Mais comme vous aimez battre le fer tant qu’il est chaud, vous allez mettre en œuvre des actions qui clarifieront la situation. Décembre. Il est à prévoir de nouvelles rencontres qui auront le chic de déclencher en vous de nouveaux projets ou de vous montrer de nouvelles pistes d’investigation pour l’évolution de votre vie professionnelle et votre statut. En revanche, sur le plan sentimental, vous devenez plus sélectif que d’ordinaire.

h

Scorpion

i

Sagittaire

j

Capricorne

(23 oct - 21 nov)

Novembre. Il s’agira de ne pas vous laisser effrayer par les impossibilités transitoires qui se présentent et de résister à la tentation de bluffer votre entourage, dans le domaine social mais aussi affectif. Les instances de Mercure, votre planète maîtresse, en opposition à votre signe annoncent des débats d’idées très animés avec votre partenaire. Décembre. Les nouvelles connaissances que vous êtes susceptible de faire dans cette période sont très positives dans tous les domaines. C’est également une excellente période pour entreprendre un voyage ou des déplacements. Le quinconce de Mars à votre signe annonce un surcroît de travail.

(22 nov- 20 déc)

Novembre. Il s’agira de ne pas vous laisser effrayer par les impossibilités transitoires qui se présentent et de résister à la tentation de bluffer votre entourage, dans le domaine social mais aussi affectif. Les instances de Mercure, votre planète maîtresse, en opposition à votre signe annoncent des débats d’idées très animés avec votre partenaire. Décembre. Les nouvelles connaissances que vous êtes susceptible de faire dans cette période sont très positives dans tous les domaines. C’est également une excellente période pour entreprendre un voyage ou des déplacements. Le quinconce de Mars à votre signe annonce un surcroît de travail.

(21 déc - 19 janv)

Novembre. Certains d’entre vous passeront par un état de crise qui au final sera un mal pour un bien pour s’extirper de situations qui ne vous apportent rien de bon à long terme. C’est un bond en matière de maturité que vous vous apprêtez à vivre. Votre mordant face à la vie devient plus entier et profond. Décembre. Autant dire que vous allez radicalement chasser certains doutes intérieurs et cesser de vous retourner sur certains faits du passé pour aller de l’avant de façon plus directe sans vous encombrer de scrupules superflus. Davantage de confiance, d’optimisme va vous mener à davantage de sociabilité et d’ouverture sur l’inconnu.

k

Verseau

(20 janv - 18 fév)

Novembre. Vous allez fournir des efforts de tempérance et revoir vos stratégies, les modifier radicalement pour conserver des liens sans parasitages. Votre entourage vit des changements et il compte sur vous pour l’aider à prendre les choses en mains sans difficultés. Mais ne vous attendez pas à ce qu’il obtempère à tous vos conseils. Décembre. Ce mois annonce pour vous un climat énergisant sur le plan de vos activités. Votre créativité va connaître une mise en relief qui sera porteuse de chance, tout particulièrement dans le cadre de vos amours et de vos finances. C’est le bon moment pour lancer une activité ou pour officialiser une relation.


Location d’appartement du T1 au T3 + des services inclus

Le meilleur compromis entre le domicile et l’Ehpad

Crédits photos : Heurus - Shutterstock. HEU AP IL 0921

Votre Résidence Services pour Seniors à LOUDÉAC

Un tarif abordable La liberté comme à la maison L’accompagnement personnalisé La convivialité Pour plus d’informations, contactez nous au 02 52 56 24 27 ou sur www.heurus.com

Demande de documentation GRATUITE ET SANS ENGAGEMENT à renvoyer à Heurus : 1 impasse Claude Nougaro - 44800 Saint-Herblain ou à remplir sur guide.heurus.com

    Oui, je souhaite recevoir gratuitement et sans engagement le guide gratuit. Votre guide 100 % Gratuit sans engagement

 Madame Nom :

Découvrez toutes les informations utiles sur la vie, en toute sérénité, en Résidence Services Seniors.

Prénom :

.........................................................................

.....................................................................................................................................................................................

Code postal : Email :

pour visiter la Résidence, sans engagement, et dans le respect des normes sanitaires.

 Monsieur

...................................................................................

Adresse :

    Oui, je souhaite être rappelé(e)

Ville :

..........................................................................................................

............................................................................................................................................................................................

Téléphone :

Résidence Heurus • 3 rue Charles Lansard • 22600 Loudéac

au coeur de la ville

Conformément à la Loi Informatique et Libertés, vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@heurus.com ou en téléphonant au 02 52 56 24 27. Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Heurus pour la gestion de votre demande. Heurus siège social • 1 impasse Claude Nougaro • 44800 Saint-Herblain. SIREN : 789 174 215 00011. Suivez-nous sur


NOUS ACHETONS EN CASH LES PRODUITS DONT VOUS NE VOUS SERVEZ PLUS

NOUS RÉPARONS SUR PLACE VOS PRODUITS

(SMARTPHONES, TABLETTE, CONSOLES ET INFORMATIQUE)


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.