__MAIN_TEXT__

Page 1

t i u t a r g e Magazin IV DE PONT T E C A É LO U D pa y s d E

N°33

Y

e 20 r b m e c é d e/ - novembr

19

NOS AMIES LES BÊTES DOSSIER P. 5 à 13

LES Ch ar pente s Armoric aine s

ME RLÉ AC

PAT RIM OIN E

L’exigence des compagnons

Faire vivre un bourg rural

La Toue cabanée

S oc i ét é - Culture - É conomie - Loisirs - Tou r is m e


E P O N TI V Y D ÉA C ET D U LO E d s pa y

mbre 2019

bre/déce N ° 3 3 - novem

Ici et là, comme Bernadette... Vous m’excusez, mais faut qu’on s’arrête au restau, « j’ai une faim de loup ». Je sais, il est un peu tard, je crains que l’on soit reçus comme des « chiens dans un jeu de quilles» . En plus, j’hésite à sortir de la bagnole, il fait « un froid de canard». C’est bien joli votre idée de visiter le Pays de Galles, mais je parle anglais « comme une vache espagnole ». J’ai bien une appli traduction sur mon téléphone, mais j’ai oublié mes lunettes. Sans elles, je suis « myope comme une taupe ». Oh, mais qu’est-ce qu’il fait, lui ? C’est pas possible une « queue de poisson » en plein virage. Quelle « mouche l’a piqué » ? M’étonnerait pas qu’il ait une « araignée dans le plafond ». Et je peux même pas l’engueuler, j’ai un « chat dans la gorge ». Mériterait qu’on lui « rentre dans les plumes» … On pourrait continuer de la sorte jusqu’au bout du magazine. Sans pour autant aller au bout de la liste des expressions contenant un nom d’animal. Elle est interminable et le hasard n’y a pas sa part. On invoque les animaux pour parler de nous simplement parce qu’on en est proches. Non, plus exactement parce que « on en est ». On est de la famille. Rien d’étonnant donc que l’on y fasse référence pour décrire notre humeur, nos sentiments, nos envies, notre façon d’être à soi, aux autres et au monde. La vache ! On est arrivés où, là ? C’est comment qu’on freine ? Il est temps de revenir sur leur plancher (celui des vaches). On voulait juste évoquer notre dossier qui fait la part belle aux animaux et on s’est laissés embarquer à l’insu de notre plein gré. On a presque failli se « jeter dans la gueule du loup » philosophe… Allez, on se reprend ! Comme d’hab, on s’est décarcassés pour concocter ce nouveau numéro de votre magazine. Comme d’hab, Ici et Là est « chouette », très chouette même ! Comme Bernadette.

SOMMAIRE • Dossier :

nos amies les bêtes

(P. 5 à 13)

• Entreprise : Algothal à Loudéac (p. 14-15) • Circuits courts : Les Charpentes Armoricaines (p. 18-19) • Commune : Merléac (p. 22-23) • LOISIRS : L’agenda culturel (p. 25 à 28) • PATRIMOINE : La toue cabanée (p. 32-33) • CHAPELLE : La Houssaye à Pontivy • SPORT : Pontivy volley-ball

(p. 36-37)

(p. 38)

• Histoire : L’électrification du Centre Bretagne (p. 42-43) • GASTRONOMIE : La recette de Stefano Piras (p. 48)

Ici et Là est une publication bimestrielle - Tirage : 8 000 exemplaires Directeur de la publication : Dominique Perrot. Rédaction : Stéphanie Biju, Dominique Perrot, Daniel Thépaut. Secrétariat d’édition : Daniel Thépaut. Photographe : Michel Langle. Conception et réalisation : Iris Imprim. Rédaction et régie publicitaire : 07 87 36 05 64 - idest.pontivy@gmail.com N° ISSN : 2276-1934 Impression : Iris Imprim


Plus de 45 bières à découvrir

Bar/Pub à ambiance musicale

Bar à vins Retransmissions d’événements sportifs

La Boutique Côté Tourisme Horaires d'ouvertures Toute l'année du lundi au samedi, de 10h à 12h et de 13h30 à 17h. Réservation et impression des billets de cars et trains. Les paniers garnis pour les fêtes sont disponibles en boutique !

Ouvert du lundi au vendredi de 16h à 2h00 Le samedi à partir de 11h

49, rue Nationale PONTIVY - 02 97 79 12 92

Guichet SNCF - La Boutique Côté Tourisme 21 Quai Presbourg (face à la péniche) 56300 PONTIVY Renseignements : 02.97.25.32.07

Interdit aux moins de 18 ans. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

Ins tal lat ion et po se à do mic ile

DÉCO, TABLEAUX, MOBILIER 13, rue Colbert – Zone du Signan (showroom de 700 m 2)

56300 PONTIVY – 02 97 27 89 59

OUVERT du lundi après-midi au samedi, de 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 19 h. 4


d o s s ier

Nos amies les bêtes ! 13,5 millions de chats 7,3 millions de chiens… et nous, et nous, et nous… Comme partout en France, en Centre-Bretagne, on aime les animaux, on les chouchoute. Et ils nous le rendent bien ! Ah ce qu’on les aime ces petites boules de poil à quatre pattes. On les considère même souvent comme nos meilleures amies. Savez-vous qu’on compte près de 13,5 millions de chats dans les foyers et que la population des chiens s’élèvent elle à 7, 3 millions ? Chiens, chats mais aussi oiseaux, rongeurs, poissons… les animaux de compagnie ont tellement la cote auprès des Français qu’ils ne tarderont plus à être plus nombreux qu’eux. Presque 63 millions d’animaux domestiques vivent ainsi dans notre pays. Il n’en fallait pas plus pour justifier qu’on leur consacre un dossier dans ce nouveau numéro d’Ici et Là. Car en Centre Bretagne, minous et toutous sont aussi considérés comme des membres à part entière de la famille. À l’image de Marley, un beau labrador croisé border collie, avec lequel Émilie Le Gouge entretient une relation fusionnelle. À son contact, la jeune Rohannaise s’est même découvert de vrais talents

d’éducation canine. Elle propose ainsi aujourd’hui aux « humains » (ne dites surtout pas « maîtres ») de les aider à corriger leurs mauvaises habitudes de dressage et de conforter leur lien avec leur animal (page 8).

Des thérapeutes qui s’ignorent

Chiens, chats, chevaux et même poules… Certes, on les aime mais pas toujours évident de les emmener avec nous quand on part en vacances. On peut évidemment solliciter famille, amis, voisins pour les garder. Mais il y a aussi l’option « pension », d’ailleurs de plus en plus recherchée. Anne-Élise Davenet ne s’y est pas trompée dont l’Animocolo ne désemplit pas, ou presque, à Plessala (page 10). Il faut dire aussi que c’est une version tout confort qu’offre la propriétaire des lieux à nos animaux de compagnie. Sympa les vacances à la campagne ! Qui dit campagne, dit aussi animaux de

la ferme. En Centre Bretagne, ils nous rendent bien des services tout en ménageant notre fibre écologique. Ainsi, là où passent moutons et chèvres d’Argoat Ecopatûrage… la pelouse est rase ! Une solution alternative à l’entretien des espaces verts qui séduit de plus en plus collectivités, entreprises, et même privés (pages 12 et 13 ). Et si veaux, vaches, cochons étaient des thérapeutes qui s’ignorent ? Pas ceux de Récréa’Ferme à Cléguérec, en tout cas, qui assistent Caroline Carimalo-Rioux dans ses prestations de médiation animale (pages 6 et 7). À leur contact, toute personne handicapée moteur, mental ou social, jeune ou adulte, lâche prise et retrouve le sourire… C’est bien connu, les animaux ont des vertus apaisantes qui permettent à tous de… reprendre un peu de poil de la bête !

5


d o s s ier

chons… co s, e ch a v , x u a e v , e rm À Récréa’Fe aident à aller mieux Au sein de sa Récréa’Ferme , à Cléguérec, Caroline Carimalo-Rioux apporte du bien-être aux personnes en situation de handicap, mental, physique ou social, de tous âges. Avec pour complices, ses poules, vaches, moutons, ânes… Reportage. Tous les quinze jours, c’est le même rituel pour les résidents du foyer de vie Ty Lann, à Gueltas. D’abord un petit tour des différents enclos de la ferme pour dire bonjour aux animaux, avant de les nourrir. Méfiant, Josué évite de trop s’approcher des vaches. « J’ai un peu peur qu’elles m’attaquent », confie le jeune homme, penaud. Alain, lui, ne cache pas son impatience à ramasser les œufs dans le poulailler. « Va déjà chercher le panier pour les mettre dedans. Tu te souviens où il est ? », l’invite Caroline Carimalo-Rioux, éleveuse de vaches laitières à Cléguérec. Lorsqu’ils viennent lui rendre visite dans sa Récréa’Ferme, Josué, Alain, Johnny, André et leurs camarades, déficients intellectuels, n’entendent pas faire de la figuration. « Ils veulent de l’action, ils sont vraiment là pour m’aider », se réjouit Caroline, plutôt disposée à profiter de ce coup de main. En l’occurrence, les chèvres manquent un peu d’eau. Tuyau en main, Yann, taquin, fait mine d’arroser tout le monde… Il faut aussi donner du foin aux moutons, remettre poules et lapins, tout juste rentrés du salon « Ohhh la vache », dans leur poulailler et lapi66

nière attitrés. Prince, le lapin angora, ne laisse pas Lucien et Chantal indifférents, qui, chacun son tour, brosse son poil soyeux. « Le contact avec les animaux les apaise toujours », observe Nolwenn, leur accompagnante éducative sociale.

« L’animal, lui, ne juge pas ! »

C’est l’un des premiers effets de la médiation animale proposée depuis six ans par Caroline Carimalo-Rioux. La suite assez logique de l’accueil pédagogique dans laquelle elle s’est initialement diversifiée, en 2007, alors qu’elle n’était encore que salariée de l’exploitation parentale. « En plus des scolaires, je recevais de plus en plus souvent des enfants en situation de handicap, moteur, mental mais aussi social. Notamment des jeunes placés en famille d’accueil par l’Aide sociale à l’enfance, la plupart du temps déscolarisés et face auxquels je me sentais assez démunie », explique celle qui, en 2012, a donc choisi d’aller plus loin et de se former, via le réseau Bienvenue a la ferme, à la médiation animale à l’Institut français de zoothérapie. On connait depuis toujours ou presque

les bienfaits procurés par les animaux sur la santé et le bien-être des hommes. La médiation animale consiste ainsi à faire intervenir un animal afin de susciter des réactions favorisant le maintien ou l’amélioration du potentiel cognitif, physique, psychosocial ou affectif du bénéficiaire. « On ne travaille pas les mêmes finalités selon l’âge et le handicap. Mais, à titre individuel, la médiation, c’est d’abord un lâcher-prise. Déjà parce que l’animal, lui, ne juge pas », souligne Caroline.

Suivi à long terme

Pas un jour de la semaine ne passe sans visite à la Récréa’Ferme de Quélenesse. Caroline ne sacrifie pour autant pas à la traite de ses 70 vaches prim’holsetin, et surtout pas à celle de 6 h 30 du matin, son moment à elle… L’agricultrice collabore régulièrement avec une douzaine de structures de Centre Bretagne. Dont l’Institut médico-éducatif Ange-Guépin de Pontivy, le Centre psychothérapeutique pour enfants et adolescents de Loudéac, le centre hospitalier Pissaro de Plouguernével, le Service d’éducation


spécialisée et de soins à domicile du Blavet de Pontivy, les foyers de vie de Gueltas, Hémonstoir, Gouarec, l’Ehpad Résidence Belle Étoile et l’association la Louverie de Cléguérec… Caroline assure des accueils de groupe ou individuel, dans le cadre de projet à l’année, au moins. « Un suivi à long terme est nécessaire pour instaurer une relation de confiance », fait-elle remarquer. Les résidents du foyer de vie de Gueltas ne se font jamais prier pour venir. « Qui vient avec moi chercher du maïs pour la vache Bamako et les ânes ? », lance Caroline à ses hôtes du jour. Yann, Lucien et Johnny s’empressent de la suivre… Au même moment, Alain revient les mains pleines d’œufs. « Combien en as-tu ? », l’interroge Caroline. Un comptage de doigts plus tard, « douze ! », lui répond le plus bavard de ses invités. « Ça peut aussi servir à ça la ferme, au calcul », rigole Alain, dont les parents sont agriculteurs. « J’aime bien être ici, ça me rappelle des souvenirs, avec mon frère Daniel qui est aussi agriculteur maintenant ». Plus discrète, « ça me change un peu d’air », apprécie de son côté Chantal. « Caroline, elle dit que j’ai un don pour calmer les animaux », s’énenorgueillit Yann, dont le large sourire ne l’a pas lâché de tout l’après-midi.

La médiation animale s’adapte aux capacités de chacun et permet de satisfaire tout le monde. Ceux qui ont besoin de bouger, comme ceux qui ont davantage de problèmes de motricité. L’intérêt, souligne Caroline, « c’est que ceux qui ont plutôt l’habitude que l’on s’occupe d’eux, se sentent à leur tour au service de l’autre ». Au service des animaux… «Et de Caroline », renchérit, perspicace, Alain. « Elle est mignonne Caroline ».

La médiation animale en bref

C’est quoi la médiation animale ? Un accompagnement, à visée préventive ou thérapeutique dans lequel un professionnel qualifié, concerné également par les humains et les animaux, introduit un animal éduqué auprès d’un bénéficiaire. Qui peut en bénéficier ? Tout le monde ! Les enfants et les jeunes en difficulté, les personnes avec un handicap, les personnes âgées et toute personne qui en ressent le besoin ou l’envie. En quoi l’animal est un médiateur ? Il ne juge pas ; il a une action valorisante et aide à se sentir utile ; il facilite la parole, l’expression de sentiments ; il fait ressurgir des souvenirs, fait travailler la mémoire ; il fait travailler la motricité (gestes précis et marche) ; il aide à l’autonomie, la dextérité, le contact ; il permet de dédramatiser les difficultés des apprentissages scolaires…

Pratique

Récréa’ferme Lieudit Quélenesse, à Cléguérec 76 Tel. 02 97 38 06 39 ou 06 78 03 47 E-mail : recreaferme@orange.fr

7


d o s s ier

Educ&Moi, à Rohan

es habitudes aux is va au m de t en nn do i mains » qu

« Ce sont leurs « hu

chiens »

Émilie Le Gouge est éducatrice canin à Rohan. Elle coache autant les chiens, à partir de 2 mois, que leurs maîtres. « Humains », corrige-t-elle ! Émilie, vous éduquez à la fois les chiens et leur maîtres…

Je n’aime pas le mot « maître ». Nous ne sommes pas les maîtres des chiens, mais leurs « humains », leurs amis. Nous n’avons pas à les dominer. D’ailleurs, ce sont davantage les humains que je propose d’éduquer. Généralement, ce sont eux qui donnent de mauvaises habitudes ou envoient de mauvais signaux aux chiens et ceux-ci ne savent pas comment réagir !

Quelle mauvaise habitude, par exemple ?

Pour la marche en laisse, par exemple. On a tendance à le laisser partir en avant… Le chien doit être placé à notre gauche, ses pattes avant au niveau de nos épaules, et marcher près de nos jambes. Ainsi il est bien cadré et sait où il faut aller ou pas. En cinq minutes, c’est acquis ! Et pour ceux qui tirent trop, il suffit de s’arrêter et de ne rien dire…Et de recommencer autant de fois qu’il le faut.

Comment en êtes-vous venus à 8

l’éducation canine ?

J’ai pratiqué l’équitation, à haut niveau, pendant dix-huit ans. Mais depuis un grave accident, il y a 6 ans aux championnats de France, je ne peux plus monter… Marley, un labrador croisé border collie, est arrivé pendant ma convalescence et m’a beaucoup aidé, réconforté. On est vraiment fusionnel. L’éduquer a permis de combler un manque de sport et d’animaux, mais a aussi été une révélation. On dit que j’ai un don. Famille, amis, amis des amis… j’ai été de plus en plus sollicitée, au point de décider d’en faire mon activité professionnelle.

Quelles prestations sez-vous ?

propo-

Du dressage de base : assis, couché, pas bougé, halte, le rappel, la marche en laisse. Des séances d’obéissance aussi qui permettent de renforcer le lien entre l’animal et l’humain, de fixer des limites au chien et d’éviter des problèmes de comportement tel que sauter sur les gens. J’accompagne également des balades collectives pendant lesquelles les chiens sont lâchés ou en grande longe.

Une vraie « récré » et cela aide à leur socialisation. Je suis coach de sport- canin (agility, cani-cross). Enfin, je suis praticienne Fleurs de Bach, qui ont la propriété de transformer les émotions négatives en émotions positives et auxquelles les chiens réagissent très bien.

Vous intervenez aussi auprès des enfants ?

Je suis intervenante PECCRAM (Programme d’Éducation à la Connaissance du Chien et au Risque d’Accident par Morsure) auprès des enfants de 3 à 12 ans. Les morsures de chien représentent le 3e accident domestique. L’idée est d’apprendre aux jeunes à bien se comporter et comment réagir face au chien. Il y a des phases à reconnaître avant qu’il ne morde. Ce n’est jamais gratuit ! D’ailleurs, il n’y a pas de chien méchant. Il est seulement le reflet de son humain…

Pratique Tél. 06 43 75 42 87 Site internet : www.educ-moi4.webnode.fr4 Facebook : Marley et Émilie dressage canin


Jeudi 21 novembre

Atelier création doudou à partir de tissus recyclés de 14h à 16h30, Médiathèque de Pontivy

Mercredi 27 novembre et 4 décembre

Ateliers décoration de Noël avec du bois de récupération

de 14h à 16h, Chantier nature, Pontivy Communauté

Imprimé par ICL sur papier certifié Ecolabel européen

Labo Zéro déchet du SITTOM-MI au Marché de Noël de Pontivy

© Langevin & Associés / Vérane Cottin

Renseignements et inscriptions : Office du tourisme de Pontivy communauté 02 97 25 04 10 ou en suivant le lien internet http://bit.ly/2m5E2QN 010958

010958

© Langevin & Associés / Vérane Cottin

Imprimé par ICL sur papier certifié Ecolabel européen

Samedi 14 décembre

10 dANuNImVEaRSg aAIs iREn e

-50

% LESUSRMOTONTUUTERESS (hors the One et Seen

*

)

© Langevin & Associés / Vérane Cottin

16, rue Nationale - 56300 Pontivy 02 97 07 45 82 Facebook : men’sfactory pontivy

* Sur présentation de cet encart publicitaire. Voir conditions en magasin.

010958

Le mag a sera ou sin vert les dimanc hes et 22 dé 8, 15, cembre 2019 !

Imprimé par ICL sur papier certifié Ecolabel européen

Prêt à porter hommes Chaussures Accessoires


d o s s ier

A n im o c o l o

t e s n ie ch r u o p n o is a m la Des vacances comme à

chats

La pension pour animaux ouverte en 2016 par Anne-Élise Davenet, à Plessala, a tout d’un petit hôtel de charme. En trois ans, l’adresse a déjà fidélisé une clientèle d’habitués. Petite pension familiale en pleine nature propose jolies chambres, à la déco cosy, avec leur jardin privatif… C’est peu dire que chiens et chats passent des vacances « haut de gamme » au sein d’Animocolo, au lieu-dit La Ville-Bouvier, à Plessala. La pension pour animaux fondée et gérée par Anne-Élise Davenet a tout d’un petit hôtel de charme. « J’ai voulu créer un endroit où nos animaux de compagnie se sentent comme à la maison. Un petit nid douillet et chaleureux », décrit la propriétaire des lieux, aux petits soins avec ses locataires. Animocolo dispose ainsi de trois chambres individuelles pour chiens, autant pour chats et d’une chambre familiale où accueillir deux chiens ou trois chats d’un même foyer. À leur porte, un panneau en ardoise permet d’écrire le nom de chaque pensionnaire lors de son séjour. Les chats Flocon, Ptit loup et Fudge, mais aussi les chiens Patsy, Fiona, Liline et Mylka, y ont notamment pris leurs quartiers lors des dernières vacances de la Toussaint. Comme souvent pendant les congés scolaires, la pension de Plessala affichait alors complet. « Il 10

vaut mieux réserver au moins trois ou quatre mois avant chaque période de vacances pour être sûr d’avoir de la place », prévient ainsi Anne-Élise Davenet, qui n’a à ce jour plus de places pour Noël et reçoit déjà des demandes pour mai et juin prochains.

Promenade quotidienne et bonnes croquettes !

L’étude de marché réalisée par la jeune femme, titulaire d’une licence de marketing, avant de lancer son activité, avait bien révélé un besoin dans le secteur. Elle-même propriétaire de deux chats et deux chiens, Anne-Élise avait alors du mal à trouver un endroit qui lui convienne pour les faire garder. D’où l’idée d’ouvrir sa propre pension. Après trois ans d’activités, Animocolo a su se tailler une belle réputation et fidéliser une soixantaine de clients, « la grande majorité étant originaire de la région briochine ». À Plessala, nos compagnons à quatre pattes viennent donc profiter des joies de vacances à la campgane ! Au programme : une promenade quotidienne,

seul ou en groupe, des parties de jeux, des bonnes croquettes et, bien sûr, des câlins. Anne-Élise Davenet accueille chats de toutes races et essentiellement des petits chiens, du chihuahua au cocker. Si chacun a sa chambre, chauffée l’hiver, tous les pensionnaires peuvent se voir à travers des claustras en bois. « C’est quand même plus convivial que du grillage », observe la fondatrice d’Animocolo, passionnée depuis toute jeune par les animaux. « Il le faut, sinon on ne fait pas longtemps ce métier ».

Pratique

Tarifs : pour des séjours de moins de 2 semaine : 13 €/j pour un chien, 10 €/j pour un chat ; dégressif au-delà de deux semaines ou pour plusieurs animaux. Animocolo accueille aussi chevaux et poneys (à l’année de préférence mais courts-séjours possibles) et des poules. Contact : animocolo@laposte.net ; tél. 06 88 93 08 22 Page Facebook : Animocolo


La ludothèque vous invite

À LA MAISON DES TOILES

ST-THÉLO À partir de 12 ans • Gratuit

02 96 66 40 17

ludotheque@loudeac-communaute.bzh

SAMEDI 30 NOVEMBRE 2019 ENTRÉE GRATUITE

DU 18 AU 30 NOVEMBRE 2019 S DROITS D

ORGANISÉ PAR LE CCJ

de Loudéac communauté - Bretagne Centre

QU

INZAIN

ÔE N F A N T EL

E

DE

LO

BR

UD

AU ÉA C C OMMUN

E TA

GNE CENT

RE

Le 20 novembre prochain sera marqué par le 30e anniversaire de la signature de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Durant ces quinze jours, les Droits de l’Enfant seront à l’honneur sur tout le territoire intercommunal. professionnels de Loudéac Communauté, en lien direct avec la Petite Enfance, l’Enfance et la Jeunesse. Alors rendez-vous sur le site de Loudéac Communauté pour plus de renseignements : >> DÉPÔT DES JOUETS DE 12 h À 14 h / DÉBUT DU TROC À 14 h 30 <<

RENSEIGNEMENTS : 02 9 6 6 6 0 9 0 9 c c j . ce nt rebre tagne@g m a i l.c o m w w w. l o u d e a c - c o m m u n a u t e . b z h

www.loudeac-communaute.bzh

www.loudeac-communaute.bzh

02 96 66 09 09

4/6 boulevard de la gare 22600 LOUDÉAC • 02 96 66 09 09


d o s s ier

Eco-pâturage elouse !

p la re d n to r u o p s n to u o m Des

Avez-vous pensé aux moutons et aux chèvres pour entretenir vos espaces verts ? Cette alternative écologique est proposée par la société Argoat Ecopaturage, basée à Caurel et dirigée par Denis Messager. Son cheptel est composé de races rustiques, principalement bretonnes.

12

Dans les rangs du collège Paul-Eluard de Mûr-de-Bretagne, 186 élèves… et deux brebis. Oréa et Nougatine font partie intégrante des effectifs de l’établissement costarmoricain. Comme les collégiens, elles ont même fait leur rentrée en septembre dernier après quelques vacances bien méritées. Car ces deux moutons d’Ouessant sont là pour travailler. Leur

et déplacer leur enclos selon la hauteur de l’herbe tout autour du bâtiment », indique-t-il.

mission: tondre la pelouse ! Oréa et Nougatine proviennent du cheptel de Denis Messager. Cet ancien travailleur social reconverti en berger « urbain» leur rend d’ailleurs régulièrement visite. « Deux fois par semaines en moyenne pour voir comment elles vont

tés, des entreprises ou même des particuliers. « Les animaux sont mis à pâture de façon périodique ou à demeure sur les terrains. Le troupeau est dimensionné en fonction du site, de l’état des végétaux… Sachant qu’un binôme de moutons d’Ouessant, par exemple, peut

Écologique, économique et social

Fondateur de l’entreprise Argoat Ecopaturage, basée à Caurel, Denis élève ainsi 80 moutons et 50 chèvres destinés à la gestion des espaces verts des collectivi-

entretenir une surface de 2 500 m² à l’année », précise Denis. Pour cet écolo convaincu, l’éco-pâturage présente de multiples vertus. Elles sont d’ordre environnemental : avec ces ruminants pas besoin de désherbants ou de produits phytosanitaires et les émissions de gaz à effet de serre sont forcément plus limitées que celles d’engins mécaniques. Techniques également, moutons et chèvres crapahutant plus facilement sur des terrains escarpés ou accidentogènes pour l’homme. Et, plus étonnant, économique : « les retours d’expérience montrent tous que l’écopâturage est généralement plus intéressant budgétairement qu’un entretien chimique ou mécanique ». Pour Denis, formé par ailleurs à la zoothérapie, l’éco-pâturage a aussi un intérêt social. « La présence de l’animal interpelle et attire. Il favorise les échanges. Depuis que des chèvres défrichent les coteaux du parc de la Villa Rohannec’h de Saint-Brieuc, par exemple, les prome-


neurs non seulement y sont plus nombreux mais s’arrêtent pour parler avec les agents d’entretien dont le travail était jusqu’alors peu reconnu. Et puis, la présence de ces animaux en ville, c’est aussi une belle façon de reconnecter les urbains à la notion de ruralité ». Au collège Paul-Eluard de Mûr-de-Bretagne, dans le parc de la Villa Rohannec’h ou dans la vallée du Gouëdic, à SaintBrieuc, aux abords de l’abbaye de Bon-Repos, ou encore autour de bassins de rétention d’eau d’un lotissement à La Motte où ils sont devenus une attraction… Moutons et chèvres de la société Argoat Ecopâturage interviennent dans un rayon d’une heure de route autour de Caurel. Des sites sur lesquels Denis Messager s’attache à faire tourner les différentes races d’animaux, pour mieux les faire connaître du grand public.

Des races adaptées au climat breton

Dans un souci de préservation et de sauvegarde, son cheptel est composé essentiellement d’espèces rustiques à faibles effectifs, locales ou historiquement originaires du Grand Ouest. Moutons d’Ouessant, des landes de Bretagne, de Belle-Île, Roussin de la Hague, chèvres de fossés. « Des animaux adaptés à notre territoire et à son climat. La pluie, le vent, ça ne les dérange pas ». Le froid un peu plus… D’ailleurs fin novembre, une bonne partie du troupeau rentrera au bercail, à Caurel, pour y passer l’hiver. Au collège Paul-Eluard de Mûr-de-Bretagne, pas de trêve en revanche pour Oréa et Nougatine. Des animaux aux-

pratique

La société Argoat Ecopâturage inte rvient toute l’année dans le cadre de contrats annuel s mais aussi sur des demandes ponctuelles. Elle travaill e auprès d’acteurs publics ou privés. En complément de la mise en pât ure, Denis Messager dispense à la demande des anima tions nature/environnement. Enfin, en tant que zoothérapeute, il anime également des séances de médiation animale. Contact : argoat.ecopaturage@gma il.com Tél. 07 82 98 03 66 - Site internet : www.argoatecopaturage.wixsite.c om

quels ici, tout le monde, élèves, enseignants ou personnel administratif, est très attaché. Même Servanne Jan, la nouvelle principale, est déjà conquise et reconnaît leurs qualités pédagogiques. « Pour certains élèves avec des troubles du comportement, une heure passée avec les animaux est bien plus efficace qu’une heure de colle », a pu observer celle qui va parler tous les jours aux deux brebis. « Mais elles ne me répondent pas comme à vous », s’inquiète, pour autant, Servanne Jan auprès de Denis Messager. « Il leur faut un peu de temps mais elles vont finir par vous reconnaître, la rassure le gérant d’Argoat Ecopaturage. Un mouton est capable d’identifier 50 têtes parmi ses congénères et de s’en souvenir pendant au moins deux ans ».

Un impact positif sur la biodiversité Si les moutons préfèrent le trèfle et les graminées, les chèvres se délectent d’abord des ligneux. Dans tous les cas, leur présence va créer un cercle vertueux de biodiversité. Leurs crottes vont ainsi rentrer dans le sol, l’enrichir et les vers de terre y revenir. Elles vont aussi attirer les insectes cropophages dont vont pouvoir se nourrir les oiseaux, des « super prédateurs » qui voient leur population fortement décliner. À noter que l’éco-pâturage peut aussi aider à lutter contre certaines espèces invasives dont la Renouée du Japon et la Buddleia aussi appelée arbre à papillons. 13


Marché

de Noël

14 15

Décembre 2019 Centre-ville de Pontivy

Animations & Exposants


6 au 2

décembre

2019

Noël

AU PROGRAMME

à

loudéac

/

MISE EN LUMIÈRE Vendredi DU SAPIN ET DE L’ÉGLISE BOÎTE AUX LETTRES DU PÈRE-NOËL 6 décembre SPECTACLES ET dimanche 1 Et ANIMATIONS EN samedi 21 décembre CENTRE-VILLE

un vent de folie sur la ville...

19H

DÈS 10H

Dimanche 22 décembre

/

/

MARCHÉ DE NOËL AU FOYER MUNICIPAL SPECTACLES ET ANIMATIONS EN CENTRE-VILLE

PROGRAMME DÉTAILLÉ SUR : WWW.VILLE-LOUDEAC.FR WWW.LOUDEAC-COMMERCES.FRR

Chocolat

& Gourmandises

Thème : “ Le Carnaval ”

en Bretagne

Du 8 au 11 nov. 2019 CHORUS Réalisation |Groupe IMPRIGRAPH | ARRADON

Parc des Expositions

VANNES

Invitée du Salon

Mercotte

Entrée salon du chocolat

Entrée Grande AnnéesTel.80 Prévente Parc du Golfe +33 (0)2 97 46 41 41: CHORUS VANNES soirée 8, rue Daniel Gilard Port. +33 06 79 25 70 10 Espace événementiel en ligne samedi 9 nov. de 20H à stephane.henrio@gl-envents.com 1H 8 € www.vannes.chocolat-gourmandises-expo.com 56000 Vannes - FRANCE www.lechorus.com

SA AU CAPITAL DE 50 000 NAF 8230 Z - TVA FR 94414583039 RC VANNES B 414 583 039 - SIRET 414 583 039 000 14

02 97 46 41 41 - www.chocolat-gourmandises-expo.com


entre p

ri s e s

c a é d u o L à e v o n in l a h t Algo agers en vrac

n é m s it u d ro p e d r u te u ib Un distr

On connaissait déjà la société loudéacienne Osmobio-Algolys qui propose une vaste gamme de produits naturels respectueux de l’environnement, pour le jardin ou la maison. Son créateur, Jacques Le Verger vient d’en créer une nouvelle : Alghotal. Pour réduire l’impact des contenants, il vient d’inventer un distributeur de produits ménagers en vrac. Innover pour trouver une alternative aux produits chimiques! Depuis plus de vingt ans, c’est l’incessante quête que mène Jacques Le Verger. L’ancien enseignant en biologie végétale a trouvé. Et il a décidé de se lancer. En 2000, il crée son entreprise baptisée Osmobio, et installée en plein cœur de Loudéac. Et ça fonctionne quasiment immédiatement. Le premier produit qu’il met sur le marché est un engrais organo-minéral liquide qui permet de cultiver des gazons sans mousse et sans acidifier le sol. Quinze ans plus tard, son « Croq’mousse des gazons » reste un produit phare de la société loudéacienne. Destinée aux jardiniers amateurs et professionnels, la gamme s’est depuis notablement développée puisqu’elle compte aujourd’hui plus d’une soixantaine de références.

Un distributeur avec cinq produits

En 2015, c’est une réflexion toute simple mais empreinte de bon sens qui va l’amener à diversifier sa production. « On incite le jardinier à cultiver le plus proprement possible, admet-il. 16

Mais lorsqu’il revient de son jardin, pour se laver les mains, prendre une douche ou laver les sols, il va utiliser des produits qui ne sont pas forcément naturels ». Baptisée Algolys, sa nouvelle gamme de produits s’adresse donc aux fé(e)s du logis. Liquide vaisselle, lessive, nettoyant multi-usages, détartrant... La gamme est complète. Entièrement naturels, ils sont conçus à partir de molécules d’algues


et d’actifs végétaux. Là encore, le succès commercial de ses produits vendus dans la grande distribution, est immédiat. Fort de ces succès, Jacques Le Verger aurait pu simplement se reposer sur ses lauriers et se concentrer sur le développement de l’existant. C’est sans compter sur sa volonté perpétuelle de chercher, de chercher encore... et de trouver. Une nouvelle fois, c’est une réflexion simple qui va l’emmener sur les chemins de l’innovation. « Nous fabriquons des produits naturels pour les remettre dans des flacons, comme le font les industriels, reconnaît-il. C’est incohérent. Je voulais trouver une solution pour réduire l’impact du contenant. ».

Un désherbant naturel breton ? Et si une petite société du Centre Bretagne avait une solution naturelle pour remplacer le fameux Roundup ? Jacques Le Verger en est persuadé ! Le désherbant biologique qu’il a mis au point, il y a maintenant plus de six ans, permet d’apporter une alternative efficace autant pour les professionnels que les jardiniers amateurs. Un plan scientifique est en cours d’exécution depuis le début de l’année 2018 afin de répondre aux attentes de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES). Ces études scientifiques vont se poursuivre durant l’année 2020 afin de constituer un dossier complet qui permettra à cette agence d’évaluer son désherbant total d’origine naturelle, en vue, espère t-il, d’obtenir l’autorisation de le mettre sur le marché. dernier, un premier prototype manuel est installé dans une grande surface du pays de Pontivy. Lessive, liquide vaisselle, produit pour le sol, salle de bain et multi-usages... le distributeur qu’il conçoit se limite volontairement à cinq produits. La faisabilité technique est avérée ; l’impact plus que positif sur les potentiels clients est spontané.

Une quinzaine de créations d’emplois

La fabrication d’un prototype automatique est donc lancée au début de l’année. Si de nouvelles problématiques apparaissent, l’utilisation d’une technologie de pointe permet d’en simplifier le fonctionnement et d’assurer la propreté du dispositif. Créée pour l’occasion au printemps dernier, c’est la société Alghotal, qui va désormais se charger de commercialiser le distributeur. Et là encore les

débuts ont été plus que concluants. Après une première installation dans une grande surface de la région de Dinan, début octobre, les livraisons se multiplient depuis, aux quatre coins de la Bretagne. Le potentiel est énorme et il ne s’arrête bien évidemment pas à la frontière régionale. Pour faire face à ce développement, l’entreprise va devoir se doter d’un nouvel outil de production. Si une construction est d’ores-et-déjà prévue, la location d’un bâtiment, située route de Trévé, devrait permettre de satisfaire les premiers besoins. Une croissance qui va également s’accompagner de nombreuses créations d’emplois. Qu’il s’agisse de commerciaux, de techniciens ou encore d’agents de production, l’entreprise recherche déjà une quinzaine de personnes. Et ce n’est sans doute qu’un début !

L’idée n’est pas forcément nouvelle. Aujourd’hui, de nombreux distributeurs de produits alimentaires proposent en effet un système de distribution en vrac. Certes, mais pas pour les produits ménagers. « C’est forcément plus compliqué, admet le créateur. Certains produits sont visqueux, d’autres plus fluides ; certains moussent, d’autres pas. » Qu’importe, il se met au travail avec pour double objectif de concevoir un distributeur simple d’utilisation pour le consommateur comme pour le responsable de magasin. En décembre 17


circuit

s s court

Les CHARPENTES

Armoricaines

pagnons m o C s e d e c n e L’exig e

c du Tour de Fran

De la charpente traditionnelle à la maison ossature bois en passant par les terrasses, les bardages, les escaliers, les isolations extérieures ou encore les hangars... Les Charpentes Armoricaines s’adaptent à vos besoins. Dirigée par un aspirant sédentaire des Compagnons du Tour de France, l’entreprise affiche savoir-faire et professionnalisme. « C’est l’armée ou les Compagnons ». Lorsqu’au milieu des années 80, à la fin de la classe de 4e, Yannick Venant fait savoir à ses parents que les études, c’est pas vraiment son truc... la réponse de son père est on ne peut plus claire! Placé devant une telle alternative, le jeune Tourangeau choisit finalement

18

la seconde solution. Tout juste âgé de 15 ans, il rejoint les Compagnons du devoir et du Tour de France, au Mans et s’engage comme apprenti charpentier. Pendant deux ans, il va faire ses gammes en alternance chez des professionnels et à la maison des Compagnons. Devenu aspirant compagnon, il engage son tour de France au début des années 90. Pendant près de cinq ans, à raison de deux changements de ville chaque année (en avril et en septembre), il multiplie les expériences professionnelles, de Bordeaux à Marseille, en passant par Pontivy, Rouen, Périgueux ou encore Troyes. Ouvrier la journée, le Compagnon se transforme en écolier le soir, de 20 h à 22 h le samedi à l’école des Compagnons. « C’est

une grande école de la vie », se souvient Yannick. À Montargis, au milieu des années 90, il décide pourtant de « poser sa canne et sa couleur ».

L’aventure se tente à deux

En clair, après neuf années de compagnonnage, il n’ira pas au terme de sa formation et ne présentera pas son chef d’œuvre ! « C’est difficile de se dire qu’après tous les efforts consentis, on ne sera jamais Compagnon, reconnaît-il. Sans avoir le grade, je pouvais néanmoins prétendre à un bon niveau technique ». De fait, cet arrêt pour raison personnelle ne remettra jamais en cause son respect de l’institution et les liens tissés avec de nombreux Compagnons.


Pour le travail et sans doute aussi pour retrouver celle qui deviendra la femme de sa vie, il décide de revenir en Centre Bretagne. S’il n’éprouve guère de difficultés à trouver des emplois dans les entreprises de la région, l’envie de voler de ses propres ailes, fait doucement son chemin. « Pour autant, je ne me sentais pas capable de reprendre une entreprise tout seul », reconnaît aujourd’hui Yannick. Mais entre-temps, Sophie qui est devenue sa femme, a également obtenu un BTS en gestion et comptabilité. Alors, quand on lui parle d’une entreprise de charpente à reprendre, située dans la commune de Kerfourn, le couple est prêt à tenter l’aventure. C’était au mois d’août 1999 et l’entreprise dont il venait de reprendre les rênes avait été dirigée pendant près d’un siècle par la famille Blanchard. Henri, le dernier représentant de la famille, seconde le couple pendant quelques mois. Pour la réalisation des devis comme pour la gestion du quotidien d’une entreprise qui compte alors trois salariés, son aide est précieuse pour démarrer. « Après, il a bien fallu se débrouiller », sourit Yannick.

Maisons à ossature bois

À l’époque, l’entreprise réalise des charpentes bois pour maison individuelle et effectue des rénovations de maison. « Nous fabriquions les charpentes à l’atelier, explique Yannick. Lorsque nous devions faire face à une suractivité, elles étaient taillées sur le site Artipole de Plescop. »

Mais à chaque fois, l’assemblage se fait sur place avec des tenons et des mortaises... jamais de clous ni de vis ! Le professionnalisme du charpentier de Kerfourn est rapidement reconnu et à partir du début des années 2000, l’entreprise se diversifie et réalise ses premières terrasses et ses premières extensions en ossature bois. Ce n’est qu’un début puisqu’en quelques années, la réalisation de maisons ossatures bois, comme les extensions sur des maisons neuves ou plus anciennes, vont devenir une activité importante pour la société. Dès 2007, l’entreprise qui doit faire face à une demande encore assez nouvelle dans ce domaine, développe une plateforme de stockage pour maison à ossature bois. Désormais, les maisons sont entièrement réalisées en atelier. Si cette étape peut prendre entre un et deux mois, l’assemblage des différents pans puis la pose de la charpente sont généralement effectués en une seule journée... Aujourd’hui composée d’une dizaine de professionnels, l’équipe est aussi à l’aise dans la création neuve que dans la rénovation de l’ancien. Il est vrai que de son passé parmi les Compagnons, Yannick Venant a su garder cette exigence du travail bien fait. Une valeur cardinale qu’il entend toujours transmettre à ses salariés mais également aux Compagnons du Devoir du Tour de France qu’il accueille régulièrement dans l’entreprise qu’il dirige depuis maintenant 20 ans !

Les Charpentes Armoricaines

Cités des Fleurs - 56920 Kerfourn Tél. 02 97 38 18 73 Mail : info@charpentes-armoricaines.com Site : www.charpentes-armoricaines.com

19


M A G AS I

N

Profitez des conseils d’un professionnel

LES CHAIS SAINT-FRANÇOIS

Que vous recherchiez une idée cadeau, des conseils avisés pour un repas ou si vous voulez découvrir de nouveaux vins, Mickaël Adelis, caviste des Chais Saint-François, désormais installé rue Albert-de-Mun, à Pontivy, saura faire pour vous, les meilleurs choix. De maître d’hôtel à sommelier, il y a un pas que Mickaël Adelis a rapidement franchi. C’était il y a maintenant plus de 25 ans... Lorsqu’il est embauché aux Chais Saint-François, à Vannes. Dans cette petite entreprise familiale qui compte alors deux caves dans la préfecture du Morbihan et une à Guérande, il va faire ses gammes et découvrir toutes les facettes de l’univers viticole. Lorsqu’au milieu des années 2000, le caviste vannetais décide d’ouvrir un nouvel espace de vente à Pontivy, il propose à Mickaël d’en devenir le responsable. Quelques années plus tard, tout en restant dans le groupe, il va racheter le fond et devenir le patron, en 2010.

Des paniers gourmands à composer

Pour les fêtes, le magasin recèle également une multitude d’idées cadeaux, pour les particuliers comme pour les entreprises. Outre tous les accessoires nécessaires au caviste éclairé (carafe, tire-bouchon...), il propose en effet des paniers gourmands mêlant des produits du terroir et des vins. Des paniers 50, être composés en fonction de vos ou des coffrets qui peuvent désirs et de votre budget. Té C

Un large choix de vin, de whisky et de rhum

D’abord installé avenue des Cités Unies, il vient d’emménager dans de nouveaux locaux, situé 5, rue Albert-de-Mun. Dans un cadre chaleureux, Les Chais Saint-François proposent une vaste gamme de vins rouge, blanc et rosé, allant du vin de pays aux grands crus. De l’Alsace au Languedoc et du Bordelais à la Bourgogne, le client n’a que l’embarras du choix parmi les appellations de toutes les régions viticoles de l’Hexagone. Des vins choisis pour leurs qualités, lors des visites régulières chez les viticulteurs. En « bag in box », de 5 ou 10 litres, il propose également un large choix composé d’une vingtaine de références. Il dispose aussi d’un rayon consacré aux vins du monde. Enfin, pour les amateurs de whisky, de rhum, d’eau de vie, de cognac, d’armagnac, d’alcool anisé ou encore de porto, la cave des Chais Saint-François est particulièrement bien achalandée. 20

h

NOUVELLE ADRESSE 5, rue Albert-de-Mun 56300 Pontivy

02 97 28 33 38

leschais-pontivy@wanadoo.fr www.leschaissaintfrancois.com Ouvert du mardi au samedi, de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h. Le dimanche de 9 h 30 à 13 h. Ouvert le lundi en décembre.


un projet,

une création,

une impression…

la solution

Offset - Numérique - Rotative 39 rue de la Villeneuve Bâtiment Ambrose n° 7 - 56100 LORIENT Tél. 02 56 37 01 88 - E.mail : irisimprim@sfr.fr www.irisimprim.fr


COMMU

NE

MERLÉAC

Fa ir e vi vr e u n b ou rg ru ra l

Faire vivre un petit bourg en milieu rural... Comme de nombreux élus, Joël Carrée, le maire de Merléac, est confronté à cette si difficile équation. Mais, pas question de baisser les bras ! Avec la défense du petit commerce de proximité, la construction d’une école ou l’aménagement du bourg... Il multiplie les initiatives. Vous achevez votre troisième mandat de maire. À 62 ans, souhaitez-vous repartir pour un quatrième ? Je n’en sais encore rien. Chaque mandat a été marqué par la réalisation d’un grand projet. Lors du mandat précédent, c’était la construction d’une nouvelle école. Celui qui s’achève aura été marqué par le lancement du projet d’aménagement du bourg. Les travaux de la première tranche vont être engagés à la fin de cette année... Et ils ne seront pas achevés pour les prochaines élections municipales.

à JOËL CARRÉE, M a i r e d e M ER L É A C

Agriculteur aujourd’hui à la retraite, Joël Carrée n’avait que 26 ans lorsqu’il a fait son entrée au conseil municipal. C’était en 1983. Depuis, après avoir effectué trois mandats d’adjoint, il termine son second mandat en tant que maire et affiche tout de même 36 années au service de la collectivité.

22

Vous avez toujours milité pour une intercommunalité forte. Que pensez-vous aujourd’hui de Loudéac Communauté Bretagne Centre ? Nous faisions en effet déjà partie de la Cideral. La croissance de cette communauté de communes a été constante et rapide. Je ne dis pas qu’elle est trop grande mais nous sommes peut-être allés trop vite. Il me semble nécessaire de remettre à plat les allocations de compensation et les dotations de solidarité. Sinon, nous courons le risque de créer un déséquilibre entre les grandes et les petites communes. Quel bilan tirez-vous après 36 années passées au service de la collectivité ? Les populations ont changé, les exigences ne sont plus les mêmes et le poste de maire devient de plus en plus compliqué à assumer. Désormais, lorsque nous proposons un projet, il est souvent contesté. Cela génère plus de stress dans la gestion du quotidien.


De guerre lasse, le maire semble avoir abandonné l’espoir de voir une boulangerie s’installer, à nouveau, dans le centre du bourg de Merléac ! Depuis près de dix ans, Joël Carrée a pourtant multiplié les initiatives pour offrir aux habitants, la possibilité d’avoir du pain frais chaque matin. D’abord communale, puis intercommunale, la boulangerie du bourg a finalement fermé ses portes, à la fin de l’année dernière. Le développement de la zone d’activité de Berlouze, située en bordure de l’axe reliant Loudéac et Saint-Brieuc, avec boulangerie, fleuriste, bar-tabac, coiffeur... a généré une nouvelle concurrence contre laquelle il va devenir bien difficile d’exister. Mais pour celui qui occupe le fauteuil de premier magistrat de la commune depuis 18 ans, pas question pour autant de renoncer. « Il est essentiel de pourvoir proposer des services de proximité aux personnes âgées », assure le maire. La café-garage, tenu par l’un de ses adjoints tient encore son rôle. Mais plus pour très longtemps. Du coup, une association s’est constituée pour créer un bar associatif et la mairie joue le jeu en prêtant un logement. Café associatif et dépôt de pain... Lancé à la fin de l’automne, le projet sera expérimenté pendant quelques mois avant d’être prolongé si, comme tous l’espèrent, le succès est aurendez-vous. Baisse de la démographie Affichant aujourd’hui une population d’un peu moins de 500 habitants, Merléac a pourtant connu la prospérité. À la fin du XVIIIe siècle, la commune affichait en effet plus de 3 000 habitants. Au début des années 60, elle comptait encore plus de 1 000 habitants. Pour tenter de juguler cette baisse constante, l’équipe municipale ne ménage pourtant pas ses efforts. Lors du dernier mandat, les élus ont ainsi voté le déménagement de l’école qui était abritée dans les locaux de la mairie et la construction d’un équipement neuf. « À l’époque nous comptions plus de 60 élèves, se souvient encore le maire. Cela n’a pas eu l’effet escompté puisque nous affichons aujourd’hui, un peu moins de 30 écoliers. » Avec les lotissements et le projet d’aménagement du bourg, la commune souhaite se donner les moyens d’attirer de nouveaux résidents. Et elle ne manque pas d’arguments. Entre le lac de Bosméléac et la rigole d’Hilvern, elle dispose en effet de nombreux sentiers de randonnée susceptibles de ravir les amateurs. Une cadre bucolique et verdoyant qui recèle également des richesses patrimoniales, telle que la chapelle Saint-Jacques... L’une des cinq plus belles de Bretagne !

En Bref Population : 478 habitants Superficie : 3 003 hectares Gentilé : Merléacienne, Merléacien

23


Venez découvrir on une nouvelle créati . on is sa à chaque

Notre véritable chocolat belge est garanti 100 % pur beurre de cacao. Nous vous proposons des pralinés, ganaches, crèmes au beurre, caramels, nougats. Mais aussi les dragées pour les baptêmes, communions, mariages.

Leonidas Pontivy

82 rue du Général de Gaulle 56300 PONTIVY

02 97 25 41 51

leonidaspontivy@gmail.com Leonidas Pontivy

Leonidas_pontivy


L’AGENDA

NOVEMBRE / DÉCEMBRE 2019

JEUDI 7 NOVEMBRE

Peter-C-Factory

Peter-C-Factory le revendique dans ses créations : Good Morning Harlem, OBaby, Red Light Blues racontent des vies, peut-être les nôtres. Certaines chansons ont été composées en Bretagne et d’autres à New York. L’univers de Peter-C-Factory n’est pas blanc ou noir mais plutôt blanc et noir. Les mélodies, parfois tendues, parfois aériennes souhaitent nous proposer de courts espaces scéniques dont les acteurs principaux restent les musiciens rassemblés autour d’une voix. À la question posée : « C’est quel genre de musique ? ». Eh bien, pour dire vrai... 20 h 30, théâtre des Halles de Pontivy - Tarif : plein, 9 € ; réduit, 5 €. Réservations au 02 97 25 06 16 - Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr.

VENDREDI 8 NOVEMBRE

SIMON COJEAN Pleut-il toujours en Bretagne ? Quel est le taux d’alcool moyen dans le sang d’un Breton ? Nantes est-elle en Bretagne ? Plutôt gavotte, biniou ou kouign amann ? Qui est Nolwenn Leroy ? « 100% beurre salé », éclaircit ces mystères obscurs. À travers une galerie de personnages hauts en couleur, suivez Simon dans son exploration de la Bretagne. À la rencontre d’un vieux curé enseignant le breton ou d’un dragueur trop sûr de lui, Simon croisera aussi le chemin d’une guide dépressive et d’un professeur omniscient.

20 h 30, centre culturel Mosaïque de Collinée - Le Méné. Tarif : plein, 13 € ; réduit, 11 € ; jeune, 5 €. Réservations au 02 96 41 40 02 Courriel : mosaique@mene.fr

SAMEDI 9 NOVEMBRE

BD CONCERT O’BOYS Dans les années 30, dans les États-Unis du sud ségrégationniste, Huck et William, l’un jeune blanc, l’autre esclave noir, se lient d’amitié et scellent leur destin par leurs différences… et le blues. Adaptée pour ce spectacle, la bande dessinée O’Boys de Steve Cuzor, Philippe Thirault et Stephan Colman s’anime à travers le chant d’Olivier Gotti et de sa guitare Lapsteel… 20 h, pôle culturel Le Quatro de Baud. Entrée libre Réservation conseillée sur www.lequatro.fr ou au 02 97 51 13 19

JEUDI 14 NOVEMBRE

COUP DE GRIFFE

La prestigieuse maison de couture Laurence Duchenal subit de plein fouet une concurrence redoutable de nouveaux et jeunes créateurs. Sa clientèle déserte ses collections. Trop autoritaire et intransigeante avec elle-même et son personnel, Laurence Duchenal comprend qu’elle doit agir au plus vite. Une rencontre va tout changer ! Elle surprend dans ses ateliers le fils de sa gardienne qui semblait bien vouloir la voler. Surprise, intriguée puis séduite par son charisme, elle l’embauche comme chauffeur. Ce garçon modeste, généreux et de surcroît passionné par la mode, va bouleverser ses certitudes, ses situations familiale et professionnelle. Des étincelles, un sacré remue-ménage avenue Montaigne... 20 h 30, palais des congrès de Pontivy. Tarif : plein, 28 € ; réduit, 22 €. Réservations au 02 97 25 06 16 Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr 25


VENDREDI 22 NOVEMBRE

Triumph cirque russe sur glace Combinant tradition et innovation, Triumph cirque russe sur glace présente une succession de performances : des cascades incroyables, des acrobaties de haut niveau, des histoires imaginaires avec des effets spéciaux et magiques, des paysages insolites où se croisent tous les arts du cirque. Les artistes virtuoses évoluent sur une glace synthétique aux possibilités infinies. Sur des rythmes de musiques traditionnelles russes remises au goût du jour, ils offrent un subtil assortiment de numéros se situant entre le spectacle acrobatique, le monde fascinant du cirque et la féerie d’un gala de danse. Vous vous laisserez séduire par l’élégance et la grâce de ces 25 artistes venus de Russie. Vêtus de somptueux costumes aux couleurs chatoyantes, ils vous feront vivre deux heures de pur bonheur, de rire et d’émotion. Un spectacle étonnant, festif et magique, véritable surprise pour les amateurs de cirque. Une soirée à vivre en famille. 20 h 45, palais des congrès et de la culture de Loudéac - Tarif A++ : 20 € / 24 € / 27 € Réservations au 02 96 28 65 50 - Courriel : pcc.loudeac@orange.fr

SAMEDI 23 NOVEMBRE

BURIDANE Buridane, c’est une écriture inventive qui observe et dissèque les sentiments, des textes à la densité poétique et au souffle du vécu, lettres émouvantes et prières épiques, constats entre lucidité et autodérision. Après avoir obtenu de nombreuses récompenses (Prix Adami 1ère Francos, Coup de cœur du festival Parole et musique…) elle revient sur scène pour nous présenter son nouvel album « Barje endurance ». Complètement barje ? Unique, plutôt. Et pourtant, si étrangement familière. 20 h 45, salle culturelle Kastell d’Ô, à Uzel - Tarif : plein, 15 € ; réduit et abonné, 10 € - 6 €. Réservations au 09 62 08 39 53 ou au 02 96 28 93 53 - Courriel : kastelldo@orange.fr

dimanche 24 novembre

« Ballade(s) chez Stéphane » Ronan Pinc, violoniste breton bien connu dans la musique bretonne comme dans le jazz et le talentueux pianiste Fabien Robbe proposent de redécouvrir le répertoire de Stéphane Grappelli. Outre le violoniste et pianiste que l’on connaît, ce dernier était également un remarquable compositeur. De belles ballades légères et fraîches, composées tout au long de sa vie, la pureté de ses mélodies côtoie lyrisme et impressionnisme. 17 h, pôle culturel Le Quatro de Baud. Entrée libre - Réservation conseillée sur www.lequatro.fr ou au 02 97 51 13 19

26

JEUDI 28 novembre

Nasreddine, le fou, le sage À travers le personnage mythique et anticonformiste de Nasreddine, héros d’une tradition orale orientale et perse, le spectacle questionne les notions de norme et de libre-arbitre. Ce conte « performatique » fait se croiser les histoires de Nasreddine, la réflexion d’une philosophe et les récits de jeunes adolescents. Une interrogation sur notre rapport à la liberté, à la norme sociale et à la différence, qui traverse avec humour les âges et les générations.. 10 h et 14 h, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Tarif D+ : 5 € / 7 € - Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc.loudeac@orange.fr


JEUDI 28 NOVEMBRE

MILLE ANS Sur l’île de Diamezek, île éloignée de tout, vivent 77 personnes : Milan, 7 ans et 76 personnes âgées dont Jonas, vieil homme pétillant et attachant. Milan vit pleinement son enfance bien qu’elle soit singulière puisqu’il a en charge la communauté des vieilles personnes. Quand Peste, petite cousine débarquée du continent le temps d’un bref passage, lui affirme que tout ceci n’est pas normal, Milan prend une grande décision, assumer l’insouciance de l’enfance. Très vite sa décision bouscule le fonctionnement de l’île. Dans sa rébellion, Milan pose la question de l’enfance : c’est quoi, c’est comment, c’est quand ? 14 h 30, centre culturel Mosaïque de Collinée - Le Méné. Tarif : plein, 7 € ; jeune, 3 €. Réservations au 02 96 41 40 02 - Courriel : mosaique@mene.fr

JEUDI 28 NOVEMBRE

SPEAKEASY Speakeasy nous plonge dans les années 1930, au cœur d’un bar clandestin américain du temps de la prohibition. En goguette, revolver à la main et cigare à la bouche, chef de la mafia, homme de main, pin-up, barman, bandit… sont autant de figures archétypales des films de gangsters que nous retrouvons sur le plateau. Mais ici, les codes du film noir sont détournés avec malice par une bande de circassiens, virtuoses du mât chinois, du cerceau aérien, de la roue Cyr ou encore de l’acrobatie. Sur une bande-son composée par le groupe hip-hop/éléctro français Chinese Man, The Rat Pack rend un bel hommage au temps muet du septième art. 20 h 30, palais des congrès de Pontivy. Tarif : plein, 15 € ; réduit, 10 €. Réservations au 02 97 25 06 16 - Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr

dimanche 1er décembre

« Au bonheur des femmes, apologue utérin » Cette pièce de théâtre est née après avoir joué Les monologues du vagin pendant trois ans et vouloir explorer les contrées inconnues des mondes féminins. Cette pièce interprétée par les comédiens de la troupe de théâtre amateur Arts en Scènes de Vannes, est une création collective mariant librement passages d’auteurs et textes écrits à plusieurs mains, avec également la complicité de quelques hommes avertis... 15 h, pôle culturel Le Quatro de Baud. Entrée libre - Réservation conseillée sur www.lequatro.fr ou au 02 97 51 13 19

27


Samedi 7 décembre

WESTERN Des Apaches, des shérifs, un cheval affectueux, des cadences infernales, des bières et des coups de revolver, des mains en l’air, de l’espoir, de l’utopie, du bluegrass plus ou moins dissonant, des histoires au coin du feu… et au milieu de tout ça, deux apprentis cow-boys en quête d’eux-mêmes. Deux conteurs de talent dans une conquête de l’Ouest très personnelle, pleine d’humour et de second degré. Amis et complices à la vie comme à la scène, les deux « raconteurs » se donnent la réplique au quart de tour, enchaînent les gags sans temps mort. 20 h 30, centre culturel Mosaïque de Collinée - Le Méné. Tarif : plein, 13 € ; réduit, 11 € ; jeune, 5 €. Réservations au 02 96 41 40 02 - Courriel : mosaique@mene.fr

JEUDI 19 DÉCEMBRE

VENDREDI 13 DÉCEMBRE

INDEX Dans un salon où trônent trois immenses bibliothèques, quatre protagonistes vont se rencontrer, se confronter et s’interroger avec malice sur la place du livre dans leur quotidien. Ici, le livre est perçu comme un véritable élément de scénographie, plastique, sonore et olfactif. Index est un spectacle burlesque, mêlant danse hip-hop, mime et détournement d’objets. Teinté de moments poétiques et de petites touches narratives pleines d’humour et de dérision, le travail de la compagnie Pyramid s’inscrit dans une recherche d’interaction entre corps et décor. 20 h 30, palais des congrès de Pontivy. Tarif : plein, 15 € ; réduit, 10 €. Réservations au 02 97 25 06 16 Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr

VENDREDI 20 DÉCEMBRE

CLARIKA

PASSIONÉMENT 80 La fièvre des années 80 monte encore… On ne se lasse pas des artistes que l’on a aimés, qui nous ont fait chanter, danser et vibrer... Venez-vous déhancher au rythme des tubes qui ont marqué toute une génération : « Besoin de rien », « Reality, la boum », « Femme du Congo »… avec Sloane, Richard Sanderson, Alain Llorca, Strass et paillettes sont les bienvenus le soir du spectacle ! Concert suivi d’une séance de dédicaces. 20 h 30, palais des congrès de Pontivy. Tarif : plein, 28 € ; réduit, 22 €. Réservations au 02 97 25 06 16 Courriel : billetterie@ville-pontivy.fr

28

Avec « De quoi faire battre mon cœur », son septième opus, Clarika a fait coup double avec un grand disque et des concerts renversants. Pour son nouvel album, « À la lisière «, sorti en mars dernier, Clarika renoue avec son complice de toujours, Florent Marchet qui ici, arrange et compose l’essentiel des chansons. Assisté de François Poggio qui coréalise une partie de cet album au long cours, le trio s’est installé pendant plusieurs mois dans le studio de Florent Marchet pour enregistrer onze nouveaux titres. On y retrouve l’écriture unique de Clarika. Cette manière bien à elle de mêler humour et gravité, d’explorer l’intime, ses failles et les nôtres tout en restant connectée au monde qui l’entoure. 20 h 45, palais des congrès et de la culture de Loudéac. Tarif A : 13 € / 17 € / 20 € Réservations au 02 96 28 65 50 Courriel : pcc.loudeac@orange.fr


33, rue Albert de Mun PONTIVY (À côté de GO SPORT)

02 30 30 10 40

2019 2020 1

AGENDA

Ouvert du lundi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h Ouverture en continu du 1er au 24 décembre de 10h à 19h

conservatoire de musique et de danse

3

2

8 novembre, 20h30, Saint-Aignan Concert les Vendredis de Saint-Aignan Chorale Cantabile 23 novembre, 14h, Salle des fêtes, Cléguérec Téléthon - Fest Deiz Participation des éléves du conservatoire 27 novembre, 18h30, conservatoire, Pontivy Conférence « la Belle époque » par Guillaume Kosmicki 1 Dans le cadre de la politique culturelle de Pontivy Communauté, ces temps portés par le conservatoire sont

gratuitS.

29 novembre, 20h30, conservatoire, Pontivy Concert en quintette Musique française 2

4

4 décembre, 14h, conservatoire, Pontivy Conférence « danse baroque » par Béatrice Massin 3 4 décembre, 18h, conservatoire, Pontivy Concert-lecture Musique dans les étoiles 11 décembre, 18h, conservatoire, Pontivy Conférence « Joseph Mahé (1760-1831), premier collecteur breton de musique paysanne » par Roland Becker 4 17 décembre, 20h30, Basilique N.D. de Joie, Pontivy Concert de Noël Orgue et choeurs

Le conservatoire est un établissement d’enseignement artistique de Pontivy Communauté Avec le soutien du conseil départemental du Morbihan, du Ministère de la culture et de la communication - DRAC Bretagne

Renseignements au 02 97 25 00 49 - conservatoire@pontivy-communaute.bzh


CULTUR

E

LE MOIS DU FILM DOCUMENTAIRE Comme chaque année, en novembre, c’est le mois du film documentaire sur l’ensemble du territoire de Loudéac Communauté. Pour cette 20e édition, une vingtaine de communes va accueillir les projections de documentaires préalablement sélectionnés. Avec 24 films à l’affiche et 38 projections, ce sont autant de moments d’émotions, de partages et de rencontres à vivre dans des lieux variés : cinémas, bibliothèques, salles culturelles accueilleront les projections qui seront suivies d’échanges avec les intervenants liés au film.

LE PROGRAMME La Boucle verte

L’Appel à la danse

Hospitalières et suppliantes

L’Autre famille

Dimanche 3, 17h, Cinémûr à Guerlédan. Lundi 4, 14h30, Quai des images à Loudéac.

La main d’or

Lundi 4, 18h, Quai des images à Loudéac.

Nous le peuple

Samedi 16, 21h, Quai des images à Loudéac. Dimanche 17, 15h, salle des fêtes à Trémorel.

Regarde-moi

Dimanche 24, 17h30, salle de la mairie à Plémet.

Mardi 19, 20h30, local « Je bouquine » à Loudéac.

Lundi 25, 20h30, Quai des images à Loudéac.

Mardi 5, 14h et 20h30, Quai des images à Loudéac.

L’Image en commun

Vendredi 8, 20h15, Le Studio à Merdrignac.

Cœur de pierre

Vendredi 8, 20h15, salle polyvalente de Trévé.

Les Corps soignants

The way Back

Le survivant matricule 157279 Mémoires de brumes 2

Dimanche 10, 15h, Fest Bar à Saint-Connec.

Les Petites bobines

Vendredi 15, 20h30, salle Athena à La Motte.

Grande-Synthe

Vendredi 15, 20h30, espace Philomène à La Prenessaye. Samedi 23, 20h, salle des fêtes à Laurenan.

Mourad Merzouki, l’alchimiste de la danse

Samedi 16, 18h, Quai des images à Loudéac.

Un sommet pour une rampe

Mardi 19, 18h, local « Je bouquine » à Loudéac.

Jeudi 21, 20h30, Cithéa à Plouguenast. Vendredi 22, 20h30, salle polyvalente à Saint-Barnabé.

A thousand girls like me L’image en commun

Vendredi 29, 20h30, La Grange aux abeilles, Le Gouray.

Sacré village - Ungersheim, village en transition

Lassana Bathily, héro malgré lui

Vendredi 29, 20h30, salle des fêtes à Hémonstoir.

Sans adieu

Samedi 30, 20h30, salle des fêtes à Plumieux.

Vendredi 22, 20h30, salle Mosaïque à Collinée. Dimanche 24, 15h, salle des fêtes à Saint-Vran.

Les Fleurs de bitum

Dimanche 24, 17h, centre Le Fosso à Gomené.

Un village sans dimanche Swing time in Limousin

Dimanche 1er décembre, 15h, Quai des images à Loudéac. Vous pouvez retrouver la programmation complète des projections sur le site www.moisdudoc.com

20

ans 30


D

David Desforges

DÉSENFUMAGE TIRER LÂCHER - CO2 ÉTANCHÉITÉ PVC ET BITUME NETTOYAGE TOITURE INDUSTRIELLE 6, impasse du Mondo St-Thomas - 56930 PLUMELIAU

desforgesdavid@orange.fr 06 26 30 60 67 - 02 97 51 93 19

Redonnez vie à vos intérieurs

Peinture, tapisserie, revêtements muraux, revêtements de sols, staff, ravalement, décoration intérieure, agencement…

Zone Artisanale de Port Arthur 56930 Pluméliau-Bieuzy 02 97 51 91 06 31


PA T R I M

OINE

AU FIL DU BLAVET anée b ca e u to e n u r u s r e u ig v Na En juin prochain, elle pourrait bien être l’une des attractions majeures de la désormais traditionnelle fête nautique, « Pontivy au fil de l’eau ». En construction dans la cité napoléonienne, la toue cabanée de l’association Halage et Attelage, sera en effet mise à l’eau à cette occasion. Ils sont amoureux du canal et partagent une même passion pour la navigation et les chevaux. Alors forcément, lorsque la Région Bretagne a lancé un appel à projet pour l’animation du canal de Nantes à Brest, ils n’ont pas hésité un instant. Regroupés au sein de l’association Halage et Attelage, créée début 2016, une poignée de bénévoles bâtit alors un projet ambitieux qui retient l’attention du conseil régional. « Nous avons souhaité privilégier trois thématiques, explique le président Patrick Grimault. La première visait à rénover la maison éclusière N° 38 du Rouvray, située à 4 km en amont de Josselin. » Les bénévoles ont retroussé leurs manches et dès l’été dernier, la maison s’est ouverte au public et a accueilli des expositions et des ateliers. La seconde thématique a également été engagée au cours de l’été dernier. « Ici, notre objectif était de proposer des ani-

32

mations sur les chemins de halage de la partie du canal située entre Saint-Gobrien, en aval de Josselin, et Les Forges, en amont de la maison éclusière, soit une portion d’environ 15 km », précise le président. Balades en calèche ou à bord d’un bateau tiré par un cheval, ont ainsi été proposées. Si les deux premiers volets de leur projet ont déjà été concrétisés, la troisième thématique va nécessiter un peu plus de temps. « Nous voulions acquérir un bateau et notre choix s’est porté sur la toue cabanée, un bateau à fond plat typique de la Loire », se souvient le président. Après quelques voyages « au pays de la toue », il a néanmoins fallu remiser les rêves au rang des douces utopies. Les passionnés ne parviennent en effet pas à dénicher le bateau rêvé. Mais il en faudrait plus pour les décourager. Faute de pouvoir l’acheter, ils vont la construire.


Une seconde toue à Pontivy ? Réalisée par une association de la région de Josselin, la toue cabanée, ne devrait pas naviguer bien longtemps dans le secteur de Pontivy. Après son lancement lors de la fête nautique, en juin prochain, elle rejoindra en effet son port d’attache et la maison éclusière du Rouvray. « Nous avons reçu un très bon accueil et nous n’oublierons pas Pontivy », assure le président de l’association, Patrick Grimault. Elle reviendra donc sans doute, de temps en temps, pour faire des ronds dans l’eau dans le secteur. Et l’on se prend à rêver que des bénévoles pontivyens s’associent au projet pour aller plus loin en construisant une seconde toue... pour le pays de Pontivy cette fois ?

Trois phases de construction

Le projet prend immédiatement une autre dimension. L’idée est certes séduisante, mais sa réalisation nécessite une réelle technicité. Ils vont la trouver auprès de spécialistes de bateaux de course, ou encore d’un charpentier de marine. Après plusieurs essais réalisés sur maquette, ils trouvent la technique pour construire leur toue. Reste à dénicher les locaux qui pourront accueillir le chantier de construction d’un bateau de 13 m de long et 3,5 m de large ! Des contacts sont noués avec la mairie de Pontivy qui accepte de mettre les ateliers de Kerduchad, rue des Trois-frères-Cornec, à disposition de l’association. La première phase du chantier, qui s’étale sur un peu plus de trois semaines, est lancée en septembre. Elle porte sur la réalisation des 14 membrures en douglas (pin d’Orégon) provenant des forêts bretonnes. « C’était une phase particulièrement délicate, reconnaît Pierre Grimault. C’est la raison pour laquelle elle a été réalisée par des professionnels : un charpentier de marine et trois stagiaires du centre Afpa d’Auray. »

Le savoir-faire est là, reste à trouver le financement. Un défi à relever loin d’être hors de portée ! La seconde phase du chantier, qui devrait quant-à-elle s’étendre sur environ deux mois, a été engagée début novembre. Cette fois, il s’agit d’assembler les éléments de la coque, réalisés en contre-plaqué marine. Deux associations œuvrant dans le domaine de l’économie sociale et solidaire ont été associées au projet et ces travaux seront réalisés par des stagiaires d’Adalea et de l’Amisep. Enfin, la troisième phase consacrée à l’aménagement intérieur et extérieur du bateau, sera effectuée par les élèves du lycée du Blavet. Ils auront notamment la charge d’installer une motorisation électrique innovante, ainsi que des panneaux solaires. Mise à l’eau en juin prochain, la toue sera testée tout au long de l’été sur le Blavet et le canal. Cette période verra également le sculpteur Ray Botreff présenter la figure de proue et un concours sera lancé pour choisir un nom au bateau... qui sera baptisé avant la fermeture des écluses, à l’automne prochain.

Financement participatif

Au total, le coût de ce projet devrait avo isiner 40 000 €. Il bénéficie d’une subvention de la Région Bretagne à hauteur de 30 % et un financement participatif a été mis en place pou r tenter de boucler le budget. Des entreprises locales sont également sollicitées pour du mécéna t et du sponsoring. Des portes ouvertes sont organisées tous les jeudis, de 14 h à 18 h. Visite guidée et distribu tion de quiz pour gagner des balades en toue. Si vous souhaitez participer au pro jet de construction de la toue vous pouvez le faire via le site : www.halage.bzh

33


M A G AS I

N

15 ans d’expérience au service de votre confort Depuis plus de 15 ans, une clientèle fidèle et exigeante fait confiance à l’expérience de Philippe Geffroy, et à toute l’équipe de , installé rue du Caire, à Pontivy.

L’univers du Chauffage

Assurer le confort dans votre habitation, c’est leur mission ! Une mission partagée par Philippe Geffroy, gérant de L’univers du chauffage depuis 15 ans, et de l’ensemble de son équipe : Dominique, Mathieu, Pierre-Henri et Frédéric. Chauffagiste, plombier, technicien de maintenance... tous sont des professionnels expérimentés. Pour améliorer le confort de votre habitation, ils assurent la pose de chaudières (tous types de combustibles), mais également l’installation de poêles, à bois, à granulés, à gaz ou électrique. Si vous souhaitez rénover ou adapter votre salle de bain (notamment pour les personnes à mobilité réduite), vous pouvez également leur faire confiance. Surtout, une fois ces équipements installés, l’équipe de L’univers du chauffage en assurera l’entretien et la maintenance. L’Univers du Chauffage participera au prochain Salon de l’Habitat de Pontivy qui se tiendra Salle Safire les 23 et 24 novembre prochains.

Chaudière à granulés Confortable et automatique

L’univers du Chauffage SARL GEFFROY - DELSAUX

PLOMBERIE, ÉLECTRICITÉ, POÊLES À BOIS ENTRETIEN ET DÉPANNAGE CHAUDIÈRES GAZ ET FUEL

50, rue du Caire - 56300 PONTIVY Tél. 02 97 27 91 61 Courriel : ludc56@gmail.com Ouvert les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 8 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h 30. Le mercredi de 8 h à 12 h et de 13 h 30 à 15 h 30. Le samedi sur Rendez-vous.

La chaudière à granulés fait partie des chaudières les plus vendues et les moins polluantes. Elle permet en effet de réaliser une économie d’environ 40 % par rapport au fuel. Grâce à sa technologie, elle est performante, économe et à faibles émissions. Nous assumons l’installation, l’entretien, la maintenance de nos chaudières à granulés. Visitez notre hall d’exposition pour y découvrir des poêles à bois et à granulés (pellets) de marque reconnue. Notre installateur vous guidera dans votre choix et sera à votre disposition pour la pose de votre dispositif.

34


Trois Marques d’ORTHOPONDI

Nouvelle adresse : 20, rue Iena – 56300 PONTIVY Tel. 02.97.25.48.27 - www.reha-team-bretagne.com

Venez nous rendre visite dans un nouveau cadre accessible et chaleureux !

Tapissier Décorateur Sièges Rideaux Voilages Stores Tissus d’éditeurs, confections sur mesure dans nos ateliers

LA PASSION DU SIÈGE 21 rue du Pont 56300 PONTIVY

• 02 97 25 65 53 • lapassiondusiege@laposte.net


M A G AS I

N

L’HISTOIRE MONBANA

Société familiale française née en 1934, ce sont trois générations de passionnés de chocolat qui ont permis à la chocolaterie MONBANA de devenir l’une des plus créatives de son secteur. Spécialiste historique du chocolat en poudre, la Chocolaterie MONBANA a su se diversifier avec succès et propose aujourd’hui une collection de plus de 250 spécialités qui explorent le chocolat sous toutes ses formes : à boire, à croquer, à déguster, à cuisiner, offrir ou à s’offrir.

Venez les découvrir à la boutique Monbana de Pontivy ! Et pourquoi ne pas commencer par le COFFRET DU MAITRE CHOCOLATIER ? L’excellence et le savoir-faire de la chocolaterie MONBANA réunis dans un coffret composé d’un assortiment de mendiants au chocolat noir, de carrés fruités noisettes, de carrés au chocolat noir pure origine Ghana, de carrés au chocolat au lait céréales, d’amandes noir Ghana, de pépites au praliné, de bonbons de chocolat géode ganache caramel à la fleur de sel et de bonbons de chocolat au lait MONBANA praliné aux brisures de biscuits. Pour Noël, les amateurs de grands chocolats retrouveront dans le magasin de Pontivy toute la finesse et l’excellence des chocolats fins MONBANA 100 % pur beurre de cacao et Made in France. Avec la gamme de chocolats en poudre la plus large du marché, MONBANA répond à toutes les occasions et aux différentes habitudes de consommation. En 2019 la saveur ROCHER COCO est venue renforcer la gamme. Votre magasin MONBANA de Pontivy vous propose également des idées cadeaux pour varier les plaisirs d’offrir. Les entreprises, CE, associations, pourront profiter des offres spécifiques. MONBANA Pontivy c’est aussi une très large palette de corbeilles adaptées au goût et au budget de chacun. Vous avez également la possibilité de composer l’assortiment de votre choix. C’est enfin toute une gamme de dragées chocolat, amande ou encore caramel fondant. 36

Le magasin sera ouvert les dimanches 15 et 22 décembre

À OFFRIR OU À S’OFFRIR, MONBANA EST VOTRE COMPLICE GOURMAND

2, rue du colonel Félix-Robo ZA Saint-Niel - Face au Centre Leclerc 56300 PONTIVY Ouvert le lundi de 10h à 19h, et du mardi au samedi de 9h30 à 19h. www.monbana.com


“ Toute notre équipe vous souhaite de bons moments de dégustation et de gourmandise et de très belles fêtes de fin d’année… “ Terres Bleues, artisan glacier fabricant en Bretagne à Cléguérec, vous invite à découvrir ses bûches glacées et gâteaux glacés, dans les magasins de producteurs et supermarchés de la région.

DISPONIBLES EN VENTE DIRECTE

à la fabrique lors de nos ouvertures exceptionnelles

les 21, 23, 24 et 31 décembre de 9h à 12h et de 14h à 17h. Présents au marché de Noël de PONTIVY les 13, 14 et 15 décembre, en chalet.

Découvrez toute notre gamme de glaces sur www.terresbleues.com

Terres Bleues – Kérantourner – 56480 CLÉGUÉREC – Tél. : 02 97 38 13 35

37


HISTOIR

E

DANS ENTRE É IT C TRI C E L É E É F LA (2/3) RETONNES B NES G A MP A LES C La Bretagne est la dernière région de France a avoir été électrifiée. Jérôme Lucas a recueilli les souvenirs d’anciens du Centre Bretagne et effectué des recherches dans les archives départementales du Morbihan et des Côtes d’Armor. Il en a tiré un livre : « La fée électricité entre dans les campagnes bretonnes». Pour le magazine Ici et Là, il retrace en trois volets, l’arrivée de cette innovation technologique dans notre région. Seconde partie : la guerre 39-45, l’Occupation et les restrictions. Dans le numéro précédent, le passeur de mémoire évoquait les prémices de l’électrification en Bretagne et le plan d’électrification qui vit le jour dans les années 1920 à l’initiative des conseils généraux soutenus par l’État et les communes qui se regroupèrent en syndicat. Ce plan s’appuie sur les compétences et les moyens de sociétés privées, dont la Compagnie Le Bon... Les usines hydroélectriques sont construites sur différents cours d’eau durant les années 1920, elles alimentent le réseau qui se développe. On électrifie en premier lieu les bourgs, la densité de population offre une meilleure rentabilité de l’investissement. Quelques communes électrifient aussi les hameaux dispersés dans la campagne. Cependant, les opérateurs se trouvent parfois confrontés au refus des habitants de prendre un abonnement. Ils craignent de ne pas pouvoir faire face à la dépense. La déclaration de la guerre, en septembre 1939, et la mobilisation générale interrompent les travaux d’électrification alors que moins d’un Breton sur deux bénéficie de la fée électricité. S’ouvre une période difficile, la population subit des restrictions en tous genres. La vente des produits est contingentée: l’alimentation, l’habillement et différentes fournitures. Ceux qui ont refusé le branchement électrique vont vite regretter. Le transformateur est installé au centre du bourg. 38


« On avait droit à tant de litres de pétrole par an. Dès qu’on avait un peu de beurre, on allait le porter chez l’épicier pour avoir plus de pétrole pour nous éclairer. Il fallait faire la queue dans la rue. » Mais le pétrole vient à manquer. « Alors on s’éclairait avec un bon feu dans la cheminée, il fallait bien économiser le peu de carburant dont on disposait. On fabriquait des lampes archaïques en coulant Moule à bougies. de la graisse dans une boîte de sardines, par exemple. Et on y trempait une mèche. On creusait un rutabaga et on y fondait du saindoux en mettant un bout de chiffon en guise de mèche. Et voilà notre chandelle ! Ça pétillait et projetait de la graisse partout, même sur les cahiers d’écoliers. On fabriquait des bougies avec du suif aussi, le tube d’une pompe à vélo servait de moule... ».

Des idées ingénieuses

Des idées ingénieuses jaillissent. Ici on installe une ampoule électrique alimentée par une batterie qu’on fait recharger au garage du bourg ; là on raccorde le manège à chevaux à une dynamo, et on le fait tourner pour recharger les batteries. Lors d’un bal clandestin, les jeunes ont l’idée de mettre un vélo à l’envers, posé sur une table, la dynamo est reliée à une ampoule fixée au plafond. Les danseurs se relaient pour tourner la pédale.

Petite usine électrique à Langast.

Et surtout, de petites unités électriques voient le jour dans la campagne. « On choisissait un bon ruisseau. Le charron fabriquait une roue, les hommes creusaient un bief de façon à remonter le niveau du cours d’eau pour former une chute. Ou alors on creusait une réserve d’eau. La roue entraînait une dynamo ou génératrice. Avec ça, on éclairait trois ou quatre maisons.»

Des éoliennes sont aussi installées pendant la guerre. Elles sont fabriquées par le Quimpérois, Pierre Gane, pionnier de l’électricité éolienne en Bretagne. Enfin, des habitants procèdent à l’extension de lignes à travers la campagne, à partir d’un compteur installé dans le bourg. On abat des sapins pour faire des poteaux, et les jeunes y grimpent. Les bénéficiaires de ces lignes se répartissent les charges de consommation d’électricité.

Bombardement de Guerlédan

Mais les coupures de courant sont nombreuses durant l’Occupation. L’armée allemande se réserve l’énergie électrique pour alimenter la base sous-marine de Lorient, notamment. Et, pour porter préjudice aux ennemis, les résistants procèdent à des sabotages. Guerlédan devient un lieu stratégique. L’occupant met en place un dispositif de défense autour du barrage, il construit des fortifications en réquisitionnant la maind’œuvre locale. Malgré ces moyens de défense, l’aviation alliée attaque à plusieurs reprises Guerlédan en 1943, non pas le barrage, mais le transformateur et l’usine. Le 11 mars 1943, le bombardement fait quatre blessés graves. Mathurin Auffret, un ouvrier de 50 ans, meurt de ses blessures. Lorsque les cloches de l’armistice sonnent dans chaque village, les habitants soulagés font la fête, espèrent le retour prochain de leurs prisonniers de guerre et après ces années sombres, dans les campagnes on attend la lumière dans les logis. Mais de gros travaux seront encore nécessaires pour achever l’électrification, ils s’échelonneront sur les deux décennies à venir. Les campagnes bretonnes sont parmi les dernières en France à bénéficier de la fée électricité, le programme d’électrification ne s’achève qu’en 1964. L’arrivée de l’électricité dans une maison fait partie des choses qui changent la vie radicalement. Des habitants racontent comment ils vivaient sans électricité et confient leurs souvenirs sur ce qui fut un des grands bouleversements de leur vie. Le livre évoque aussi le parcours d’ingénieux bricoleurs qui créent de petites centrales électriques, le parcours d’artisans qui s’improvisent électriciens et les péripéties de l’ingénieur constructeur du barrage de Guerlédan et son usine hydroélectrique. Jérome Lucas. Éditions Récits. Prix : 15 €. www.vosrecits.com 39


*Jusqu’à -30% sur articles désignés en magasin

MEUBLES BROISAT

6, rue du Docteur Plesse - 22600 LOUDÉAC 02 96 28 11 00 - www.meublesbroisat.com Ouvert du mardi au samedi de 9 h à 12 h 15 et de 14 h à 19 h

Offre valable jusqu'au 30 novembre 2019


Bien plus qu’une piscine pour toute la famille

Diversifiez vos activités et pratiquez à votre propre rythme avec votre nouveau pass Spadio ! Fitness Palmes Training Bike Body Boxing Swimcross Douce Moins de contraintes et de plus de liberté Réservez en ligne sur https://spadium-pontivy.fr/ Renseignements à l'accueil. Retrouvez-nous sur Facebook : spadium Pontivy

Fun Spadium Pontivy

Sport

02 97 28 97 97

Zen

Avenue De Lattre De Tassigny 56300 PONTIVY


Nouvelle Renault ZOE La voiture électrique qui ne change rien à votre quotidien, et ça change tout.

Découvrez et essayez Nouvelle Renault ZOE. Avec 395 km d’autonomie WLTP(1), roulez en toute liberté. Selon versions et équipements. WLTP (Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Procedures) : ce protocole permet de mesurer des consommations et autonomies très proches de celles constatées.

(1)

Renault PONTIVY

96 Rue Albert de Mun - Tél : 02.97.28.50.00

PUB AU VIN DU SOLEIL.qxp_Mise en page 1 29/10/2019 12:55 Page1

ON

C AV

TI

E

VINS DE PROPRIÉTÉ VRAC O R R É FA -T FONTAINES À VINS SPIRITUEUX BIÈRES PRESSION JUS DE FRUITS AU VIN DU SOLEIL CHAMPAGNE

Coffrets cadeaux

C

PENSEZ À VOS CONFECTIONS RIDEAUX, FAUTEUILS ET STORES POUR LA FIN DE L’ANNÉE.

Paniers gourmands

Pour toutes vos manifestations associatives et particuliers PRÊTS DE TIREUSES - BARNUMS - LOCATION DE CAMIONS FRIGOS Fermé le mercredi après-midi

Route de Noyal-Pontivy - Saint-Niel - 56300 PONTIVY

Tél./Fax : 02 97 25 21 25

- 10% sur le TISSU tout le mois de Novembre

La Boutique de Caro Prêt à porter féminin Collection grandes tailles du 40 au 62 8, rue Nationale - 56300 Pontivy

02 97 27 75 44


G AS T R O

NOMIE

Stefano Piras,

Chef du restaurant Al Dente à Pontivy

Filets de rouget barbet, riz rouge Ermes et crème aux oignons roses de Roscoff Préparation

Ingrédients Pour 4 personnes : • 8 filets de rouget barbet • 1 petit chou-fleur violet • 1 petit chou-fleur jaune • 8 mini carottes • 50 g d’olives vertes dénoyautées • 1 cuillère d’huile d’olive Pour la crème : • 250 g d’oignons roses de Roscoff • 50 cl de crème liquide • Sel et poivre du moulin • 30 g de beurre et une cuillère d’huile végétale Pour le riz rouge : • 300 g de riz rouge Ermes (ou de Camargue) • 1 carotte • 1 branche de céleri • 20 cl de bouillon de volaille • 50 g de parmesan râpé • 1 cuillère d’huile d’olive

• Disposer les olives vertes sur une plaque et enfourner à 120°, pendant au moins 1 h (ou jusqu’à ce qu’elles aient séché). • Faire bouillir une marmite d’eau salée et y plonger le riz rouge (se référer à l’emballage pour le temps de cuisson, il varie entre 25 et 45 minutes). Une fois cuit, égoutter le riz et le réserver. • Couper la carotte et le céleri en brunoise (tout petits dés) et les réserver au réfrigérateur. • Couper les sommités des choux-fleurs et les blanchir les avec les mini carottes, pendant 5 minutes. Les refroidir dans l’eau glacée. Égoutter et réserver. • Couper grossièrement les oignons de Roscoff et les faire revenir dans le beurre et l’huile végétale dans une casserole à feu moyen. Une fois dorés, verser la crème, porter à ébullition et laisser réduire légèrement à feu doux. Mixer puis filtrer la crème avec une passoire fine, puis réserver. • Dans une casserole faire revenir la brunoise de carotte et céleri avec une cuillère à soupe d’huile d’olive, ajouter le riz rouge, le bouillon de volaille et terminer par le parmesan (lorsque le bouillon est absorbé, éteindre et couvrir). • Sortir les olives séchées du four, les mixer. • Monter la température du four à 180°. Disposer les filets de rouget dans un plat adapté et huilé, puis enfourner de 5 à 8 minutes, selon l’épaisseur des filets et la cuisson souhaitée. • Faire revenir délicatement les mini carottes et les pointes de choux fleurs avec une cuillère d’huile d’olive à feu moyen pendant 2 minutes.

Dressage • Partager la sauce dans quatre assiettes creuses, disposer au centre le riz rouge, déposer les filets de rouget, les pointes de chou et poser les mini carottes comme sur la photo. • Saupoudrer d’olives torréfiées en poudre.

Buon Appetito !

44


R I S T O R A N T E


HOROSC

OPE

Novembre/décembre 2019 l Poisson

46

(22/06-22/07)

h Scorpion (23/10-21/11)

Novembre : Ne vous laissez pas décourager maintenant, c’est le moment d’aller au-delà de votre pudeur naturelle et de vos doutes pour forcer les choses. Il y a des détails juridiques ou administratifs incontournables pour mener à bien vos projets, ce que vous parviendrez à faire grâce à des aides extérieures. Décembre : Du travail supplémentaire, un entourage qui vous réclame de l’aide, le climat n’est pas propice aux grandes méditations ! Vos liens les plus intimes vous sembleront plus autonomes par rapport à vous, ce qui vous laisse davantage de marge de manœuvre pour vos affaires personnelles.

Novembre : Des réunions sont en vue et vous rapprochent de vos véritables buts. L’affirmation de vousmême passe par des échanges. Vous éprouverez un besoin de retrait par rapport à l’agitation du monde extérieur, un besoin d’évasion qui sera le bienvenu pour prendre des distances par rapport à votre quotidien. Décembre : Ce mois va vous inciter à vous pencher sur tout ce qui doit être dorénavant achevé. La période vous confère une ténacité toute particulière pour boucler tout ce qui encombre votre route. Vous ne manquerez pas de possibilités d’échanges constructifs pour mener à bien ces actions.

Novembre : Ce mois s’annonce fécond pour clôturer des situations une bonne fois pour toutes, et de celles qui depuis quelques mois, étaient trop nébuleuses, imprécises, sans buts. Vous ne mâcherez pas vos mots pour enfin dire ce que vous attendez de l’autre, au sens large. Décembre : C’est le moment idéal pour faire un grand bilan de fond par rapport à tous les événements qui se sont déroulés cette année. Vous avez beaucoup semé, il reste encore à tendre la main à certaines personnes de votre entourage. Entre le trop et le pas assez de rapprochements, il ne sera pas évident de trouver la bonne mesure.

a Bélier

e Lion (23/07-22/08)

i Sagittaire (22/11-20/12)

Novembre : Ce mois va favoriser l’émergence d’un nouvel équilibre financier dans votre vie. Sur le plan affectif, c’est le même processus qui va se mettre en route. Votre vie sociale va vous pousser à vous structurer davantage, à gagner en profondeur de vue, à sécuriser votre position. Décembre : Ce mois sera porteur d’un excellent courant de chance au plan des échanges, tout particulièrement dans votre vie sociale et amicale. Une période propice pour vous apporter davantage d’aplomb, de charisme dans votre environnement.

Novembre : Ce mois s’annonce remuant. Votre réalisme sera confronté à des situations tendues qui vont réclamer beaucoup de sang-froid pour être résolues. Votre entourage revendique des changements rapides, tandis que vous aurez besoin de temps pour les mener à bien dans les meilleures conditions possibles. Décembre : Vous êtes en position souveraine pour prendre la main sur votre destin. En effet, la période va éveiller en vous un puissant besoin d’action. Des prises de décisions et de conscience vous permettront de faire des pas de géant en direction de vos objectifs les plus essentiels.

Novembre : Des impulsions d’indépendance sont susceptibles de vous mener à des débordements qui peuvent remettre en question bon nombre de vos relations, et de les transformer en profondeur. Attendez-vous à devoir vous interroger vous-même sur des questions cruciales. Décembre : Ce mois sera principalement axé sur votre vie relationnelle. Celle-ci sera marquée par des changements de fond qui vont bousculer vos habitudes, mais qui auront pour intérêt d’apporter davantage d’optimisme, de combativité et de légèreté dans votre vie.

b Taureau

f Vierge

j Capricorne (21/12-19/01)

(19/02-20/03)

(21/03-20/04)

(21/04-20/05)

d Cancer

(23/08-22/09)

Novembre : Vous êtes prêt à faire de grands efforts pour aller de l’avant. Vous aurez le courage moral d’épurer les choses et de simplifier l’évolution de votre carrière. Il sera bon de tenir compte des conseils venant de personnes plus âgées que vous dans cette période, cela vous permettra d’affiner vos stratégies. Décembre : Ce mois va vous pousser à faire un grand bilan de fond dans votre vie financière et matérielle. Cela pourrait vous amener à envisager des changements dans vos projets d’avenir, un plus fort besoin de laisser une trace, d’imprimer votre marque, de concrétiser quelque chose de durable.

Novembre : Vous allez vivre des situations qui vont vous donner l’opportunité de gagner l’estime de votre entourage et la vôtre à vos propres yeux, par une combativité et une éloquence accrues. Si vous refoulez ce besoin, vous aurez tendance à vous auto saborder et vous enfermer dans la victimisation. Décembre : Ce mois sera synonyme d’évasion par rapport à votre quotidien. Une situation qui va entraîner votre esprit vers des terrains qui vous permettront de prendre de la distance avec les aspects pratiques de votre existence. Ce qui vous expose à des moments de distraction, à des oublis en tous genres.

Novembre : Vos émotions gagnent en densité et vous sembleront à la fois plus facilement contrôlables. Vous bénéficierez d’un sens de la diplomatie qui fera merveille avec les personnes les plus susceptibles que vous pouvez connaître. C’est le moment de chercher à nouer des accords. La chance est avec vous sur le plan relationnel. Décembre : Ce mois s’annonce actif et va mettre en relief vos besoins de sécurité. Vous n’hésiterez pas pour cela à réorganiser votre mode de vie pour y inclure plus de temps pour votre vie relationnelle. Votre vie sentimentale sera vécue avec davantage de légèreté et d’aspects ludiques.

c Gémeaux (21/05-21/06)

g Balance (23/09-22/10)

k Verseau

Novembre : Vous allez vivre des fins de situations et des nouveaux départs à la fois. Il est à prévoir des changements de fond qui vous incitent à changer certains pans de votre vie. Vous saurez tirer votre épingle du jeu, notamment dans le domaine professionnel. Décembre : Le temps risque de vous manquer jusqu’aux fêtes de Noël. Les relations se clarifient en duo, la compréhension est plus facile à obtenir, sans forcer les choses, sans chercher à les contrôler. Votre expression gagne en pertinence, ce qui fera la force de votre pouvoir de persuasion.

Novembre : Renvoyer l’ascenseur à ceux qui vous ont aidés vous ouvre à des liens plus profonds que vous ne l’aviez supposés. Les aspects les plus spirituels de la vie auront tendance à prendre davantage d’importance et vous faire gagner en profondeur de raisonnement. Décembre : Ce mois s’annonce intense dans votre vie professionnelle. En effet, vous pourriez vivre des situations qui vont faciliter votre ascension, par le combat, l’audace, et l’efficacité de vos actions. À vous de trouver la bonne frontière entre courage et témérité !

Novembre : Votre autorité n’est pas systématiquement contestée, mais vous risquez fort d’en avoir l’impression malgré tout ! Vous pourrez toutefois relativiser les humeurs des uns et des autres pour mener à bien vos projets. Cela vous laissera plus de disponibilité morale pour vous pencher sur les préoccupations de votre entourage. Décembre : Vos valeurs, vos vertus et vos passions sont au-devant de la scène. Vous ne manquerez pas d’occasion d’échanger, ce qui va enrichir votre quotidien et vous aider à aller au-dessus des aspects purement matérialistes de l’existence.

(20/01-18/02)


P O R T E S D ' E N T R É E / F E N Ê T R E S / P O R TA I L S / P O R T E S D E G A R A G E / S TO R E S E T V O L E T S

Pontivy

Menuiseries Jossé et MECO, partenaires certifiés JANNEAU

LOUDEAC MENUISERIE

La qualité est notre priorité

Rue Glais Bizoin - 22600 Loudéac 02 96 28 92 12 - eurljosse@orange.fr

MECO

La qualité au plus juste prix 7, quai des Récollets - 56308 Pontivy 02 97 25 38 68 - meco56@wanadoo.fr

CORLAY, LE PLUS GRAND SITE D’EXPOSITION D’EXTENSION ET DE VÉRANDA EN BRETAGNE

CORLAY (22) ZA de Kerjoly | 02 96 57 80 20 -

www.verandaline.com


Profile for Ici et là magazine

Ici et là magazine - Numéro 33 - Pays de Loudéac et de Pontivy  

Magazine gratuit du Centre Bretagne - Pays de Loudéac et de Pontivy - novembre/décembre 2019

Ici et là magazine - Numéro 33 - Pays de Loudéac et de Pontivy  

Magazine gratuit du Centre Bretagne - Pays de Loudéac et de Pontivy - novembre/décembre 2019

Advertisement