Page 1


chefdefileen pédopsychiatrieeten troublesenvahissantsdu développementpourune clientèledetousâges, l’HôpitalRivière-des-Prairies, affiliéàl’universitéde Montréal,acommemission d’offrirauxenfantsetaux

estpubliéparla Directiondescommunicationsetdes ressourcesinformationnellesde l'HôpitalRivière-des-Prairies 7070,boulevardPerras Montréal(Québec) H1E1A4

adolescentsduQuébec

514323-7260poste2088

dessoinsetdesservices

www.hrdp.qc.ca

spécialisésetsurspécialisés dansledomainede lasantémentale. Lapassiondeseschercheurs etclinicienscontribueà l’avancementdusavoir,au transfertdesconnaissanceset audéveloppementdes pratiquesexemplaires. Encontextehospitalierou ambulatoire,l’Hôpitalassure àsaclientèleetàson personnelunenvironnement sécuritaire. Dépôtlégal: bibliothèquenationale duQuébec Issn:1705-4575 Lesopinionsémises dansl'Inter-Mission n'engagentenrien leconseild'administrationde l'HôpitalRivière-des-Prairies.

2

L’Inter-Mission

RéDActRIcEEncHEf JohanneGagnon

RéDActEuRs JessicaLambert-fandal stéphanetrépanier

coLLAboRAtIonàLARéDActIon

Sommaire

francebeaudoin Linebellavance JeaneDay

REMERcIEMEntsPécIAL ànosMoDÈLEs

unsiteWebdélibérémentendormant

4

uneformationpratique

8

olivier(pagecouverture) Merlin(pages4et7) Gabriel(page8)

RévIsIonLInGuIstIQuE francebeaudoin

concEPtIonGRAPHIQuE JohaneRoy

Del’autrecôtédumiroir Mélimélo

12 16et22

IMPREssIon ImprimerieHéon&nadeaultée

Lesanglicismes

17

bienvenuecheznous

19

Partageonsnotresavoir

20


éditorial

johanne.gagnon.hrdp@ssss.gouv.qc.ca

JoHAnnEGAGnon DIREctRIcE DEs coMMunIcAtIons Et DEs REssouRcEs InfoRMAtIonnELLEs

voilàqu’uneautreannéesetermine...Pourintroduirecedernier numérodel’année2010,permettez-moidemefairelaporteparoledesdirectionsdel’HôpitalRivière-des-Prairiespourvous offrir nos meilleurs vœux pour une année 2011 porteuse de santé,d’équilibreetd’émerveillement.Aunomdesmembresde laDirectiondescommunicationsetdesressourcesinformationnelles,merciànoslecteurs,ceuxpourquinousproduisonslemagazine l’Inter-Mission. vos commentaires nous encouragent à poursuivrenotremissiond’informationsurlessoinsetlesservices ensantémentale,etplusparticulièrementenpédopsychiatrie. Puis,justeavantdeprendrecongé…jevousinviteàdécouvrirà lapage4commenttechnologieetrecherches’associentpour l’améliorationdusommeildenosenfants.àlapage8,unpartenariatauservicedesmeilleurespratiquesenpédopsychiatrie;un outilnovateurdetransfertdesconnaissances.Ilestaussiquestion danscenumérodepartagedusavoir,derevued’évènementset d’unesériedepetitesinformationssurlemondedelasantémentaledel’HRDP. Enterminant,jenoussouhaitedesavoirprofiterdecettepériode d’arrêtquenousoffreletempsdesfêtespourpartagerdebons momentsavecnosfamillesetnosamis,cesêtresprécieuxqui nousaccompagnentetnousfontapprécierlavie. bonnelecture! JohanneGagnon

3


parstéphane trépanier

Quandlemarchanddesablecesseseslivraisonsauprèsd’unenfant,les contrecoupssursasantéetl’équilibrefamilialpeuventvitedevenir envahissants.Pourtant,parméconnaissancedel’aidedisponibleoufaute deressourcesàproximité,àpeine1%desjeunesinsomniaquessont traités.unesolutionaccessiblepartoutaucanadaseratoutefoisbientôt proposée:unprogrammed’accompagnementparentalsurleWeb. c’estauLaboratoiredusommeildel’HôpitalRivière-des-Prairiesquele voletfrancophoneduvasteprojetpancanadienseradéveloppé.Est-cela solutionrêvéeauxpremiersécartsdeMorphée? c’estprécisémentàcettequestionquetenteraderé-

associéesàunproblèmedesantémentaleouphysique.

pondrel’ambitieuserecherchecliniquequisemettraen

une cohorte énorme qui entraine son lot de consé-

branleàcompterdejanvier2011.Audépart,ils’agitde

quencessurlefonctionnementdiurne,lerendement

créerdetoutespiècesunsiteInternetthérapeutique.un

scolaire,laviefamiliale,laconditiondesanté,l’humeur.

conceptinédit.élaboréàlamanièred’unguideinteractif

Pourtant,quandils’agitdesoulagercetteclientèle,bon

pourlesparentsd’enfantsdeunàdixans,lesitepro-

nombredesolutionsexistent.Enmodifiantl’environne-

poserasixmodulestraitantchacund’unaspectparticulier de l’insomnie juvénile. Au menu : l’hygiène du sommeil,laroutineducoucheretleshoraires,larésistanceaucoucheretlesdélaisd’endormissement,lesréveilsnocturnes,lesréveilsmatinauxhâtifsetlessiestes, et finalement un module d’aide spécialement conçu pouraméliorerlesommeil…desparents!Dequoiassistercliniquementtoutelapetitefamilledanssaquêtedu justerepos.

ment,enréorganisantlaroutineetentravaillantétroitement les comportements avec un bon soutien thérapeutique,ons’attaqueàunproblèmesouventen voiededevenirchronique.Encorefaut-ilbienanalyser lasituationetconnaitrelesméthodesàadopter.c’est cequ’entendoffrirlesite,expliqueleDrRogerGodbout, responsable du Laboratoire du sommeil de l’HRDP. « nousvoulonsdonnerauxparentsunaccèsdirectà

uneméthodedesoinssupervisée.celavaêtreprésenté

Un phénomène d’une ampleur insoupçonnée

souslaformederubriquesdustyle«toutcequ’ilvous

onconsidèrequ’entre10et25%desenfantséprou-

enfant»,avecdesquestionssurleshabitudesdevieet

ventuntroubled’insomniecomportementale,c’est-à-

desréponsesassociées.Latempératureest-elleappro-

dired’importantesdifficultésdesommeilquinesontpas

priée?Ya-t-iltropdebruit?Est-cequel’enfantdortavec

fautsavoiretfairepouraméliorerlesommeildevotre

5


Agir tôt pour ne pas… qu’ilmangejusteavantdesecou- de recherche en santé du se réveiller plus tard cher?Ya-t-ilunordinateurdans canada. L’étude sera effectuée avec un gros problème

Le pire châtiment est la veille : l’insomnie est exil du meilleur paradis. félixLopedevega, dramaturgeetpoète espagnol.

unanimaldecompagnie?Est-ce

dollarssurcinqansdesInstituts

sachambre?Est-cequ’iljoueou

auprèsde300à500enfantsâgés

fait-illesdevoirsqu’ildétestepeu

de un à dix ans. La première

de temps avant d’aller au lit? à

étapes’amorceraenjanvier2011

partirdesréponsesauxquestion-

par la conception de la plate-

naires en ligne, nous enseigne-

formeWebquidevraitêtreopé-

ronsauxparentscequ’ilfautfaire

rationnelle d’ici 12 à 18 mois.

pour améliorer la situation. Ça

viendrontensuitel’expérimenta-

n’éliminepaspourautantl’inter-

tion qui s’échelonnera sur trois

vention face à face, mais ça

ansetladiffusiondesrésultatsla

ajoute un outil particulièrement

dernièreannée.LeDrGodbouty

utilepourlesgensquihabitenten

voituneoccasionuniqued’asso-

région éloignée. » En parallèle,

cier la recherche à une applica-

unelignesansfraisseramiseen

tion clinique pouvant promp-

place afin de guider les partici-

tementdesserviruneclientèledif-

pants dans l’utilisation des mo-

ficiled’accès:« J’espèrequeça

dules du site. Il est également

pourra servir rapidement les

prévudedotercertainspatients

jeunesetleursparents,peuim-

d’unactigraphe,sortedebracelet

porteoùilsrésidentetquecette

mesurant l’agitation nocturne,

cyberthérapie passera bientôt

mentsetl’environnementquidic-

pourévaluerlesprogrèsréalisés.

dans la pratique courante. J’ai

tentlacouleurqueprendrontles

un dispositif pouvant être bran-

aussilaconvictionquel’onvaac-

nuitsdurantl’enfance,avecdes

chésurl’ordinateurachemineen-

quérir un savoir-faire que l’on

conséquencesàlongtermesirien

suitelesdonnéesenregistréesaux

pourratransférerànotreclientèle

n’estfait,préciseleDrGodbout.

chercheurs.

del’HRDPetquiinspirerad’autres

« La plupart du temps, les pro-

La recherche à proprement parler

professionnelsdelasanté.Donnerdesmoyensvirtuelspourtrai-

Montréal représente la compo-

comportementaux de sommeil,

sante francophone du projet

çanes’estpasencorefait.Ilexiste

pourl’ensembleducanada.Les

de petites applications téléchar-

autrespartenairessontreprésen-

geablesquicommencentàappa-

tésparHalifax,London(ontario)

raitre,maisc’estplutôtsimpleet

etEdmonton.Leprojetnational

denaturepseudodiagnostique.Il

blèmesdesommeilnesontpas traités.Lorsqu’onleslaissealler, onseretrouveplustardavecun problèmechroniquequipeutêtre devenugravechezlesgensqui sontplussusceptiblesdel’éprouver. Quand on est sujet à avoir malaudos,c’estjustementlàque la douleur va réapparaitre ultérieurementdanslesmomentsde stress.c’estpareilavecletrouble de sommeil. L’enfant peut en veniràutiliserletroubledesommeilpourexprimersonstressau moment où il subit une contra-

terdesenfantsavecdestroubles

est mené par la Dre Penny y a de la documentation sur la corkumdel’universitéDalhousie

6 PAGE6

médecine par Internet, mais le

deHalifaxennouvelle-écosse.Le

traitement du sommeil sur des

Dr Roger Godbout et ses parte-

groupes d’enfants, c’est un

nairesrecevrontunesubvention

concept nouveau et promet-

derecherchededeux-millionsde

teur » .

Malheureusement, l’impact de l’insomnie durant l’enfance est souventsous-estimé.Laviediurne ayant préséance sur la vie nocturnedanslahiérarchiedesproblèmes à régler. on considère fréquemment,danslecasdela qualité du sommeil, qu’il s’agit d’une caractéristique propre à chacun sur laquelle le parent a peud’emprise.ondiraalorsque l’enfantn’apasvraimentbesoin dedormirbeaucoup,qu’ilestfait commeça,quec’estnormalpour luideseréveillerplustôtouàplusieurs reprises pendant la nuit. Danslesfaits,c’estsouventmoins la génétique que les comporte-


riété. Avec notre programme en

sage,lesétudiantsquiséjournentà

ligne, on veut entre autres court-

l’HRDPprofiterontd’unaccèsprivi-

circuiterlecerclevicieuxdecetteas-

légiéàceprojetunique.c’estune

sociationentrelacontrariétéetle sommeil, tout en adoptant de saineshabitudesdeviequiconstituentunfacteurdeprotectionan-

reconnaissancefantastique!toutle mondevaprofiterdel’expérience dechacun».

tistress. »

Au-delàdelanotoriété,c’estsurtout

Parmi les meilleurs du domaine

laperspectived’aiderdirectement

LeDrRogerGodboutnecachepas safiertédevoirleLaboratoiredu sommeildel’HRDPêtreinvitéàparticiperàunerecherched’envergure

chez eux le plus grand nombre d’enfantsetdeparents,disséminés surunterritoireimmense,quipassionnelechercheur.Latechnologie permet désormais d’évoquer cet

réunissant les sommités cana-

horizon.sitoutvabien,analyseset

diennes de l’intervention auprès

conseilscliniquesserontbientôtà

des insomniaques comportemen-

portéedeclavier.onditquelanuit

taux. une reconnaissance appré-

porteconseil.Maislorsquelesom-

ciéeetuneopportunitéuniquede

meil ne vient plus et que la nuit

s’inspirerdespratiquescliniqueset

peineàremplirsonrôle,peut-être

scientifiques les plus probantes : pourra-t-elledésormaisdéléguerau « nouscollaboreronsaveclespreLaboratoiredusommeildel’HRDP miers de classe de la discipline et laresponsabilitédeprodiguerces auronsaccèsauxtechnologiesde conseils essentiels qui sauront repointe. nous avons été désignés donner au sommeil des petits la parcequenoussommeslaseulecliniquedusommeilauQuébecdé- place qui lui revient. sur cette rediéeexclusivementauxenfantset chercheenreposeunpeul’espoir.

quitraitel’insomniecomportementale.Ailleurs,c’estl’insomnieassociée à des troubles médicaux commel’apnéequiestsoignée.De plus,onal’avantage,grâceànotre associationuniversitaire,d’intégrer dans un même lieu l’aspect recherche,l’aspectconnaissancefondamentaleetl’aspectclinique,en plusdenotreexpertiseentransfert desconnaissancesquis’imposede plusenplus.Desurcroit,auplande

Les partenaires impliqués dans la recherche • IWK Health centre and Dept of Psychology,

Dalhousy

university,

Halifaxns •LawsonHealthResearchInstituteand children'sHealthResearchInstituteand DeptofPsychology,universityofWesternontario,Londonon

élaboréàlamanièred’unguideinteractifpourles parentsd’enfantsdeunàdixans,lesiteproposera

• stollery children's Hospital capital

sixmodulestraitantchacund’unaspect

Health and Department of Pediatrics,

particulierdel’insomniejuvénile.

universityofAlberta,EdmontonAb

l’enseignement et de l’apprentis-

7


E

tH

MoMÈt ER R

é

M

s

DEs otIo

n


parstéphane trépanier

L’HôpitalRivière-des-Prairiesaélaboréunprogrammedetransfertdes connaissancesenpédopsychiatriedestinéauxéquipesdesantémentale descsss.Misenappétit,certainsintervenantsenontredemandé. Lesouhaitadonnélieuàunprojetquisuscitedegrandsespoirs,branché directementsurlaréalitéterraindedeuxcssscomplices.uneinitiativequi pousseleconceptdetransfertdesconnaissancesàunniveau probablementjamaisatteint.Riennevautl’expérimentationsurleterrain pourintégrerleshabiletéscliniquesdontlesintervenantsdepremièreligne ontbesoin.MesdamesLouiseLeducetcarolineberthiaumedel’HRDP nousrelatentlanaissanced’unprogrammedeformationnouveaugenre qui,espère-t-on,feraécole. Audépart,ils’agissaitsimplementd’élaborerunprogrammedeformationthéorique.onyabordaitune douzaine de thématiques en pédopsychiatrie destinéesauxétablissementsdepremièrelignedelarégion.Lebut:outillerlesintervenantsdanslecadrede lamiseenplacedupland’actionensantémentale.La formationétaitoffertesousformed’exposésmagistraux,principalementaniméspardesintervenantsexpérimentésdel’HRDP.Aucoursdeladernièreannée, plusd’unecinquantained’intervenantsprovenantde huitcsssyontassisté.Danscertainscas,laformation étaitaccompagnéed’uneséanced’observationpermettantauxparticipantsdescruterderrièreunmiroir sanstainl’applicationconcrètedesconceptsévoqués dansunesituationcliniqueréelle.unefaçond’allerun peuplusloindansl’acquisitiondeconnaissances.Puis, selaissantprendreaujeu,certainsontexpriméunsouhait : « Pourquoi ne pas tenter de transférer ces

connaissancesdirectementsurleslieuxdeleurapplication, au cœur de l’intervention dans la communauté?».

Une occasion saisie Danslecasduprogrammesuper-actif,quis’adresse auxjeunesprésentantuntroubleanxieuxetuntroubledel’attentionavecousanshyperactivité(tDAH),il yavaituneporteouverte.PortequeLouiseLeduc, coordonnatriceclinicoadministrativeduProgramme depédopsychiatriedel’HRDP,n’apashésitéàfranchir quandl’occasions’estprésentéeavecdesintervenants descsssdelaPointe-de-l’Îleetdusud-ouest-verdun: «Ilyavaitunpetitgrouped’intervenantsconcernéset

motivésquiontadhéréàlaformationavecunenthousiasmeimpressionnant.suiteauxsessionsd’observation du programme super-actif, ils se sont montrés intéressésàparticiperaussiauprojetderecherche. nousavionssoudainementunebelleoccasiond’assurerunecontinuitédansletransfertdesconnaissances. Ilspourrontainsibientôtrecueillirdesdonnéespour l’étudeetformereux-mêmesungrouped’intervention auprèsdesjeunesdeleurterritoire.nousallonsassurerleursupervisionparlebiaisdelacliniquedestrou-

9


blesanxieux(ctA)etdelacliniqued’interventiondestroublesdel’attention (cItA).uneformuletrèsintéressante. Jecroisquec’esttrèsnovateuretque cetteformedetransfertdesconnaissances,àpartird’unbesoinréeldeprofessionnels de la première ligne, n’existepasailleurs».

Maisonveutcontinueràleuroffrirde

Intervenir en amont pour faciliter l’intervention en aval

lasupervisionparcequ’ilyatoutde

si l’expérience s’avère fructueuse, un

tervenantsaprèschaquerencontre.Ils sont maintenant prêts à l’appliquer.

mêmeunedifférenceentreobserveret

outil pratique développé par une

appliquer.Probablementparvisiocon-

équipe de troisième ligne en santé

férence ».

mentaleseraalorsdisponiblepourla

Supervision d’automne Aux premières loges de l’initiative, et recherche d’hiver carolineberthiaume,psychologueàla

première ligne. on aura trouvé une façonoriginaledelivreruntraitement depointedanslacommunauté,conçu

ctA,préciselecontextedel’aventure:

Lasupervisions’estdoncpoursuiviecet

àpartirdedonnéesprobantesquisont

«nathalieboucher,conseillèreclinique

automne,àpartirnotammentdesacti-

tiréesenpartieàmêmecettecommu-

au csss sud-ouest-verdun, avait le mandat de travailler avec des outils conçusàpartirdedonnéesprobantes. voyantquel’HRDPélaboraitdesprogrammes et les validait auprès de sa clientèle,elles’estmontréevivementintéressée : « nous on le veut le programme super-actif ». En discutant avec elle, on s’est dit pourquoi pas! notre mandat clinique de troisième ligneestdedévelopperdesoutils,de les valider et de les transférer vers la premièreetladeuxièmelignes.onne veutpasgardernosprogrammespour notre usage exclusif. cependant, commenotreprogrammen’estpasencorepublié,onnepouvaitpassimplement donner notre matériel sans formationetsansparticipationauprojet de recherche. on y a vu une chance de grossir notre échantillonnageenutilisantlaclientèledescsss. LesintervenantsducsssdelaPointede-l’Îleontégalementmanifestéleurintérêt. Depuis, six intervenants ont assistéàtoutleprogrammesuper-actif. unepremièreétape.Ilsonteudixrencontres de deux heures où ils observaientaumiroirlathérapieendirect auprèsd’enfantssouffrantd’untDAH avectroublesanxieux.Enplusd’une demi-heuredesupervisionparnosin-

vités d’un groupe thérapeutique qui

nautémiseàcontribution.undialogue

vientenaideàdesjeunesdeverdun.

deproximitéentrelesscientifiqueset

10

Larechercheàproprementparlerdoit débutercethiver.nerestequ’àficeler protocolesetmodalitéspourqueladémarchescientifiquesefassedanslesrègles de l’art. Louise Leduc y voit de multiplesavantages.« onararement

faitdelarecherchemulticentrique,surtoutencollaborationaveclescsss.Associerunedémarchedetransfertdes

lesintervenantsquisontauxpremières logesdelaviedetouslesjours.Lelaboratoiredanslarue.Aussi,maissurtout, les équipes de première ligne serontmieuxoutilléespourfaireface auxtroublesd’anxiétéquiaffligentau quotidienunepartimportantedeleur clientèleavecuntDAH.Ellespartagerontlemêmelangage,lesmêmestechniquesetlamêmeapprocheavecune

connaissancesavecl’implantationd’un

équipesurspécialiséeenpédopsychia-

programmedansuncsss,c’esttoutà

trie.Etellesauronttissédesliensprivi-

faitnouveaud’aprèsmoi.onsaitdéjà

légiésaveccettedernièrequipourra

que notre outil fonctionne dans un

agiràtitred’expert-conseildanslescas

contextehospitalier.Maintenant,onva

complexes, peut-être même en ligne

pouvoirvérifiersilesrésultatssontau

dansunavenirrapproché.onespère

rendez-vousenpremièreligne.Après

decettemanièreélargirlebassind’en-

avoir donné de la formation, des séancesd’observationcliniqueetdela supervision qui se poursuivra, on va désormaissecentrersurl’application du programme super-actif dans la communauté. Avec de la rétroaction delapartdesintervenantssurleterrain.Qu’est-cequifonctionnebienet

fants et d’adolescents qui profiteront desavancéesdelascience,etce,au cœurmêmedeleurquartier,deleur cLsc,deleurmilieudevie,toutendiminuantlerecoursauxservicesdetroisième ligne. c’est un peu l’espoir qu’entretientcarolineberthiaume:« si

leprogrammeestappliquéd’emblée dans les csss partenaires, nous de-

qu’est-cequidoitêtreajusté?Ensuite,

vrionsàl’HRDPavoirmoinsdejeunes

on espère que le programme super-

quinécessitentuneconsultationenpé-

actifpourraêtreoffertàtouslesautres

dopsychiatrie.Etceuxquiauraientmal-

csss. »

gré tout besoin de nous pour traiter


leuranxiétéaurontdéjàacquislestech-

faitd’euxlesspécialistesdelarelation

tervenants concernés. Leurs données

niquesdebaseetlevocabulaire.nous

d’aideenfonctiondesbesoinsétendus

sontrarementconvertiesenoutilscli-

aurionsalorsàréajusterl’intervention

des membres de leur communauté.

niques.cependant,etheureusement,

plutôtqu’àl’initier.cequinouspermet-

c’estdanscetteoptiquequeseconsti-

larecherchetendàprivilégierdeplus

traitprobablementderéduireletemps

tue le partenariat actuel. on expéri-

enplusunedémarchequis’arrimeaux

dethérapie ».unefaçond’opérerqui

mente une forme de transfert des

besoinsdelapopulationetquifaitcir-

profiterait autant aux équipes locales

connaissancesquientendprofiterdela

culerl’informationdurantl’étude.non

qu’àcellessurspécialiséesquiverraient

richessed’unerencontrepournourrir

passeulementàlaconclusiondupro-

ainsilapressionsurleurlisted’attente

mutuellementsesparticipantsàpartir

cessusentreinitiés. »

diminuer.

deleursanglesdevisionrespectifs.une

L’avenir n’est pas dans la tour d’ivoire

communicationcirculaireplutôtquepy-

DupointdevuedeMmesberthiaume

échangées,auxdiresdeLouiseLeduc.

etLeduc,lafluiditédesrapportsdecol-

«c’estl’interactionquiestintéressante.

laborationestàencouragerentrelatroi-

onfaitfausseroutesil’onproposedes outilsquinecollentpasàlaréalitédes intervenantsdumilieu.Parfois,leschercheurspublientdanslesrevuesscientifiques,présententleursrésultatsdans descolloques,maisparviennentdifficilementàrejoindreconcrètementlesin-

sième, la deuxième et la première lignes.Aufond,chaqueintervenantest unexpert.seulsleschampsdecompétence diffèrent. Les uns performent dansuncréneauextrêmementpointu, lesautresdansuncontexteglobalqui

ramidalequiprésentel’avantaged’élargir la portée des connaissances

c’estdanscettemouvancequeleprogrammedetransfertdesconnaissances duProgrammedepédopsychiatriede l’HRDPentends’inscrire.silatendance semaintient,cetypedepartagedessavoirsgagneraenampleur.neserait-ce queparcequecelavadanslesensde la mission fondamentale de l’Hôpital Rivière-des-Prairiesquiestdetrouverle meilleur et le plus court chemin pour soulagerlasouffrancedesjeunes.

Les CSSS participants aux formations en 2009-2010 csssd’AhuntsicetMontréal-nord csssLucille-teasdale

Sessions de formation 2009-2010

csssdelaPointe-de-l’Île

DsM-Ivpourlesenfants

csssdesaint-Léonardetsaint-Michel

L’enfant,sesproblèmespsychosomatiquesetsafamille

csssdebordeaux-cartierville-saint-Laurent

Lestroublesanxieuxchezl’enfantetl’adolescent1re partie

csssducœur-de-l’Île

Lestroublesanxieuxchezl’enfantetl’adolescent2e partie

csssJeanne-Mance

Diagnosticdifférentiel:voletpsychosocial

csssdusud-ouest-verdun

troublespsychotiques–ModuleI troublespsychotiques–ModuleII

Répartition des professionnels participant aux formations

troubledéficitairedel’attention,avecousanshyperactivité

travailleurssociaux

32%

Psychologues

21%

Infirmières

14%

Ergothérapeutes

9%

Psychoéducateurs

7%

Autresprofessionnels

9%

stagiaires

8%

Ethnopsychiatrie troublesdépressifs–théorie troublesdépressifs–Pratique Psychodrame

11


parstéphane trépanier

Lecsssdusud-ouest–verdunetl’HôpitalRivière-des-Prairies(HRDP)sont loindepartagerunterritoiremitoyen.Leuréloignementgéographiquene lesempêchepourtantpasdesefréquenterassidumentdepuisplusieurs mois.unerelationfranchementheureuse.commesil’intérêtcommun transcendaitlesfrontièresetlesembouteillagesquandils’agitd’alleràla rencontredesmeilleurespratiques.Deuxorganisationssesontrencontrées pourlemeilleuretpour…lasantédenosenfants,nousracontentGabriela Devanetnathalieboucher,ducsssdusud-ouest–verdun.

mations disponibles pour atteindre

Une formation adaptée à la réalité des jeunes

nosobjectifs, dedireMmenathalie

Quatreintervenantsdecetteéquipe

boucher,psychoéducatriceetconseil-

s’inscriventdoncauxséminairessurla

lère clinique au programme multi-

dépression,lestroublesanxieux,les

clientèles. notre équipe en santé

épisodespsychotiquesetletroublede

mentale est en construction et elle

personnalitélimite.Laformationsur

chercheàparfairesesconnaissances.

lestroublesanxieuxlesinterpellepar-

« nouscherchionslesmeilleuresfor-

àl’avantdegaucheàdroite: RoxaneLarosée,

Elleabesoind’acquérirdesnotions beaucoup plus spécialisées au plan

ticulièrement. une problématique préoccupantesurleterritoireducsss dusud-ouest–verdun,spécialement

travailleusesociale,

psychologiqueafind’aiderlesenfants

GabrielaDevan,psychologue,

etlesfamilles,maisaussipoursoutenir

etnathalieboucher,

lesautresintervenantsdel’établisse-

conseillèreclinique.

ment.Ilnousestapparuquecequi

àl’arrière:

était offert à l’Hôpital Rivière-des-

point de vue strictement adulte,

Louis-Philippeboisvert,

Prairiescorrespondaittoutàfaitànos

l’HRDPprésentel’avantaged’avoirdé-

psychoéducateur.

besoins.»

veloppédesprogrammesspécifique-

chezlesjeunesavecunecomposante d’hyperactivité.Ilsapprécientsurtout que,contrairementàd’autresformationsquiabordentlathématiqued’un

13


ment destinés aux enfants et auxadolescents.Desurcroit,il enexisteunquis’intéresseàla doubleproblématiquetrouble anxieux/trouble déficitaire de l’attentionavecousanshyperactivité(tDAH):leprogramme super-actif. une révélation. Il n’est toutefois pas prévu d’y plonger intensivement. Qu’à celanetienne!silebesoinest

Contrairement à d’autres formations qui abordent la thématique d’un point de vue strictement adulte, l’HRDP présente l’avantage d’avoir développé des programmes spécifiquement destinés aux enfants et aux adolescents.

14

là,pourquoinepass’inventer

gnanteavecdelathéorie,des lectures, de l’observation directe et de la supervision de groupe,enlienavecmesinterventions auprès d’enfants de monterritoire.toutçam’apermis,enquelquesmoisàpeine, demesentirconfortableavec lesnotionsàappliquer ».

Des retombées immédiates

une collaboration novatrice?

Depuis,lesimpactspositifsne

nathalie boucher explique le

se sont pas fait attendre. un

contexte:« nousvoulionsvrai-

groupe d’intervention a été

mentallerplusloindansnotre connaissance des troubles anxieux et avoir un soutien plus concret. nous avions le désir d’appliquer les notions abordées avec de la supervision.nousavionsdéjàidentifié quenousdevionsdévelopper enprioritéunprojetdegroupe pour les enfants anxieux. Le groupe super-actif semblait correspondreànosattenteset l’HRDPaacceptédenousyformer ».Pendant10semaines, les intervenants du csss ont donc observé derrière une vitre miroir les activités du groupesuper-actif.Parmieux, GabrielaDevan,psychologue à l’équipe santé mentale jeunesse,alittéralementsavouré son expérience : « Jusqu’à maintenant,çaétélameilleure formulequej’aiconnuepour l’intégration de nouveaux concepts. une formule ga-

échafaudé pour les jeunes anxieux.s’ilnepeutsuivreàla lettre la structure du programmesuper-actif,leprotocolederecherchen’étantpas

gique.suiteàlaformationde l’HRDP,elleaorganisépourles autresintervenantsunedemijournée de formation sur l’anxiété.àl’évaluation,letaux de satisfaction était à peine croyable. Les gens ont vraimentperçulacompétencequi avaitétédéveloppéeaucours de ces 10 semaines. J’aireçuénormémentdecommentaires positifs. Et j’ai l’impression que les choses ont changé depuis. L’équipe santémentaleagagnéencrédibilité  ».

Un réseau d’agents multiplicateurs Leprogrammesuper-actif,ins-

encore définitivement fixé, il

piré de la thérapie cognitive

s’eninspirenéanmoinslarge-

comportementale, comporte

ment. Et l’on peut présumer

unavantagemajeur:ilesttrès

sans craindre de se tromper

accessible. En quelque sorte,

que ses résultats encoura-

ceux

qui

assimilent

ses

geants ne sont pas sans lien

conceptssontenmesureassez

avec les connaissances ac-

rapidementdelestransmettre

quisesdanslesderniersmois.

auxautresetainsidesuite.un

ces connaissances intégrées

effetbouledeneigeapprécié

ontd’ailleursdonnélieuàune

dansunétablissementdepre-

formationmaisonsurl’anxiété

mière ligne. Dès lors, une

que les intervenants de

chaine de transmission peut

l’équipe santé mentale ont

commencer à se constituer,

proposée à leurs collègues multipliantlesacteurssusceptidesservicesréguliersducLsc bles d’intervenir positivement verdun.unsuccès,auxdires

dans la communauté auprès

denathalieboucher:«L’équi-

des jeunes anxieux. Pour un

pesantémentalealemandat de transmettre des connaissances et des compétences liées à la détresse psycholo-

csss avec une responsabilité populationnelle qui souhaite constituerdesréseauxdesolidaritésursonterritoire,c’estun


atout indéniable, selon nathalieboucher.« EncLsc,

onsedoitdetisserbeaucoup deliensaveclesintervenants delacommunauté.nousnous déplaçonsdanslemilieuetincluons dans nos rencontres l’enfant,l’intervenant,leprofesseur, la direction d’école, les personnessignificatives,lemilieu des loisirs, etc. L’HRDP nousaaccompagnésdansce transfertdesconnaissanceset ànotretour,noustentonsde transmettre ces concepts aux personnes significatives présentes dans les différents milieuxdeviedesenfants.Ilva doncyavoirdes«poteaux» essentiels,desalliésdansl’environnementquivontpouvoir soutenir l’enfant. c’est une question de cohérence, notammentpourl’enfantquivoit son intervenante prendre la peined’alleràl’écoleetderencontrerlespersonnesquilecôtoientdanssajournée.nous sommesentraind’éduquerles gensauxméthodesquiaident les jeunes à surmonter leurs problèmesd’anxiété.celaprofiteàtoutelacommunauté. » Le plus bel exemple venant sansdoutedecejeunegarçon qui,spontanément,suiteàson apprentissagedestechniques pourcontrôlersonanxiété,a eul’initiativedelesenseignerà sescamaradesdeclasse.« Les retombéessontexponentielles

ettouchentlesenfants,lesparents, les familles, les intervenants,lesécoles,lesmilieuxde loisirs,etc.» d’affirmerGabriela Devan.

sontdesgenspassionnés,qui connaissentleurdomaine,qui ontfaitdesrecherchesapprofondies,quisontcapablesde répondre à nos questions et quinousaccompagnentadmiEn quête de rigueur rablementbiendansnotredébientôt,probablementàl’hiver marche. Il y a peu d’endroits 2011, la recherche à propre- oùl’onpeutavoircettecollamentparlerdébuteraaucsss borationsurunsilongcontidusud-ouest–verdun.Lacol- nuum. Dans le réseau, on laborationinterétablissements nous demande d’adopter les passera alors à une autre pratiques les plus efficaces et étape,celledel’analyseméti- probantes.toutlemondeest culeuse de l’implantation du d’accord, mais encore faut-il programme super-actif dans avoirlesmodalités,leprocesuneréalitédepremièreligne. sus, l’accompagnement et le uneoccasiond’appliquerfor- soutien pour le faire. nous mellementlesprincipesdupro- avonsuneculturedelarigueur gramme, d’utiliser ses outils à construire. nous avons acsans les restrictions actuelles tuellementlachancedenous et de contribuer à l’avancée inscriredansunprojetoùlarides connaissances, souligne gueurestdemise.D’êtreassoavec enthousiasme nathalie ciés à des gens qui ont boucher. « on a beaucoup développécetterigueurscienreçu jusqu’à maintenant de tifique, qui fait littéralement l’HôpitalRivière-des-Prairieset partiedeleurmodedefonconaimeraityallerdenotreap- tionnement,c’estunechance port en contribuant à notre incroyable.onveutlasaisiret tour,avecnotreréalitéorgani- ensaisird’autres.notreassosationnelle,audéveloppement ciationavecl’HRDP,c’estvraietàlamiseenplacedupro- ment une belle histoire et gramme.cetterecherchenous j’espèrequ’elleauraplusieurs permettradelefaire.Jecrois chapitres.» qu’ensemble,onfaitvraiment unebonneéquipe.Lacollaboration a été exceptionnelle avec l’Hôpital Rivière-desPrairies.Laqualitédesformateursestimpressionnante.on est extrêmement satisfait. ce

« Les retombées sont exponentielles et touchent les enfants, les parents, les familles, les intervenants, les écoles, les milieux de loisirs, etc. »

15


Mélimélo LEssuRvEILLAntsEnétAbLIssEMEnt DEsALLIésPRêtsàtoutEsévEntuALItés saviez-vousquepouréteindreundébutd’incendie,ilfautapproximativement4litresd'eaudurantla premièreminute,220litresd'eauaucoursdeladeuxièmeminuteetundébitde8000litresd’eaupar minuteaprèstroisminutes?unincendiesedéveloppeenplusieursphasesetatendanceàs'étendre ouàdéclinerenfonctiondesonenvironnement.Laprésenced’unincidentreliéaufeuetàlafumée peuts’avérerdramatiquepourdespatientsenrupturedefonctionnement.Heureusement,lenombre d’incendiesestfaibleàl’HRDP.Maisilrestequelameilleurefaçonderéagirquandunesituationd’urgenceseproduit,c’estdes’ypréparer. Agissantàtitred’équipedepremièreintervention(EPI),lessurveillantsenétablissementdel’HRDPsont soucieuxdelasécuritédespatientsetdupersonnel.Parmileursresponsabilités,quivontdelasurveillancepréventivedespatientsàl’inspectiondesinstallationsenpassantpardesinterventionsphysiques auprèsdespatients,ilsoccupentunefonctiondéterminantedanslessituationsd’urgence.Dansle«feu»del’actionetsousl'effetdel’adrénaline, ilestdifficiledeprévoirsaréactionlorsd’unévènementtelqu’unincendie.Lessurveillantsenétablissementformentl’équipedepremièreintervention(EPI)del’Hôpitaletdoiventencasd’urgenceintervenirrapidementetprocéderàl’évacuationdespatientsetdupersonnel. Danslebutdepréparersonéquipe,M.Yvescollin,chefduservicedelasécurité,del’accueil,delamessagerie,destélécommunicationsetdu stationnement,adécidédernièrementd’allerencoreplusloinetd’offrirauxsurveillantsenétablissementuneformationavancéesurlesmesures d’urgenceencasd’incendie. «ontrouvaitimportantquelessurveillantsobtiennentuneformationpratiqueleurpermettantdedévelopperles

bonsréflexesensituationd’incendie,derafraichirlesprincipesdebasesurlesmesuresd’intervention,desavoirutiliserlebonextincteurentenant comptedesdifférentesclassesdefeuxetd’acquérirdesconnaissancesquilesaiderontàmieuxagirencasd’urgence.» Aucoursdecette formation,lessurveillantsonteudroitàuneprésentationthéoriqueoùilsontrevulesdifférentscodesdecouleurduplandesmesuresd’urgence etunepériodepratiqueoùilsonteulapossibilitéd’éteindredevraisfeuxsurleterraindel’Hôpital. Appréciantgrandementl’expérience,lessurveillantsenétablissement,ceux-làmêmesquiserontappelésàintervenirdanslesminutesprécédant l’arrivéeduservicedesincendiesdeMontréal,setrouventmaintenantmieuxoutilléspourrépondreàtouteséventualités.

cRéAtIonD’unGuIcHEtD’AccÈsunIQuE En DéfIcIEncE IntELLEctuELLE Et En tRoubLEs EnvAHIssAnts Du DévELoPPEMEnt (DI-tED) bonnenouvellepourlesfamillesdespersonnesprésentantunedéficienceintellectuelleouuntrouble envahissantdudéveloppement(DI-tED)etquirésidentsurleterritoireducentredesantéetdeservices Lestroissignatairesdel’entente

sociaux(csss)d’AhuntsicetMontréal-nord.Grâceàlacréationduguichetunique,ellespourrontmain-

degaucheàdroite:

tenantadresserleurdemandedeserviceàunseulendroit.

DIAnEDAIGLE,

Le1er novembredernier,lecsssd’AhuntsicetMontréal-nord,lesservicesderéadaptationl’Intégrale

directricegénéraleducsss d’AhuntsicetMontréal-nord

etl’HôpitalRivière-des-Prairiesofficialisaientl’ententedeservicevisantàassurerl’accessibilitéetlaconti-

LouIs-MARIEMARsAn,

nuitédessoinsauxpersonnesayantunedéficienceintellectuelleouuntroubleenvahissantdudéve-

directeurgénéraldesservicesde

loppement(DI-tED).

réadaptationL’Intégrale,et JEAn-PIERREDuPLAntIE, directeurgénéralparintérimdel’HRDP.

Leguichetd’accèsuniquerecevralesdemandesdeservice,qu’ellesproviennentducsssd’Ahuntsic etMontréal-nord,d’unautreétablissement,d’unmédecinduterritoire,duréseauscolaire,d’unorganismecommunautaireouencored’unserviced’interventiondecrise.Lesdemandesreçuesserontdocumentéesetacheminéesversleserviceetlesressourceslesplusappropriéespourrépondreaux besoinsdupatient,évitantàcedernieretàsafamilled’attendreinutilementpourl’obtentiond’évaluationssupplémentaires.

16


1 JEANE DAY

sommaire

1

MoT DE LA DiRECTRiCE GéNéRALE DE LA FoNDATioN

2

Le bLogue de syLvie Lauzon beLL et ses miLLions

3

LE TouT PREMiER BAL LES PETiTS TRéSoRS

4

MoNTéE DE NoëL 2010 Du kiLiMANDJARo DéFi CARiTATiF DE LA BANQuE SCoTiA, éDiTioN 2011

Les coordonnées de La Fondation Pour communiquer avec nous et en savoir plus sur les façons d’appuyer la santé mentale des enfants : Fondation les petits trésors 7070, boulevard Perras Montréal (Québec) H1E 1A4 Téléphone : 514 323-7234 Sans frais : 1 877 323-7234 Télécopieur : 514 328-3517 Courriel : fondation@petitstresors.ca Site Web : www.petitstresors.ca ce bulletin est conforme aux rectifications orthographiques

Nos enfants sont ce que nous avons de plus précieux!

Je suis vraiment très heureuse de me joindre à la Fondation les petits trésors de l’Hôpital Rivière-des-Prairies pour unir mes efforts aux vôtres et à vous tous qui êtes dédiés à faire avancer cette noble cause qu'est la santé mentale chez les enfants et les adolescents au Québec. Soutenue par un conseil d'administration solide et engagé, je suis convaincue que la Fondation connaitra une forte croissance au cours des prochaines années. D'ailleurs, j'arrive à un moment marquant pour la Fondation. Les évènements récents nous ont permis d'amasser plusieurs centaines de milliers de dollars, ce qui démontre que la Fondation a sa place dans le milieu des affaires du Grand Montréal et dans le cœur de nos donateurs et partenaires. J'en profite pour remercier tous les acteurs qui contribuent à la croissance de la Fondation et je souhaite sincèrement poursuivre nos collaborations en ce sens dans le but d'améliorer la qualité de vie de nos petits trésors. Merci de reconnaitre cette belle différence... La santé mentale, une cause à découvrir, à comprendre et à aimer! Jeane Day Directrice générale

Nos meilleurs vœux pour la nouvelle année! Le personneL de La Fondation Les petits trésors proFite de cette occasion pour vous oFFrir tous ses vœux de bonheur, de santé et de prospérité pour une année 2011 écLatante.


2 Le blogue de Sylvie Lauzon

Bell ET SES MiLLioNS imaginez ceci : une grande entreprise canadienne décide de faire sa part et de consacrer 50 millions de dollars à la santé mentale. C’est très sérieux, la nouvelle a fait la une du Globe and Mail dernièrement, soit à la fin octobre. Ça me fait chaud au cœur parce que depuis toujours, je me dis qu’il existe un lien naturel entre l’industrie des télécommunications et tous ces enfants qui pour une raison ou une autre ont de la difficulté à communiquer. Qu’une entreprise dont la raison d’être est de faciliter les communications entre les individus décide de s’investir pour permettre par toutes sortes de moyens à des enfants d’arriver à communiquer, c’est un juste retour des choses. La santé mentale a ceci de particulier qu’elle rend difficile, parfois impossible, les relations entre individus et condamne bien souvent à l’isolement et à une perte de l’estime de soi. Qu’une entreprise comme Bell affiche ouvertement son intérêt à faire avancer les choses dans un secteur de la santé encore très tabou, c’est tout un pas en avant. Je suis toujours étonnée de voir à quel point on n’a aucun problème à dire que l’on doive se faire opérer pour un triple pontage coronarien alors que l’on va cacher devoir s’absenter du travail pour cause de dépression. Parfois même les proches ne sont pas au courant. on a encore énormément à faire pour que

les maladies mentales soient considérées comme toutes les maladies qui affectent le physique. Pour les jeunes, c’est encore plus difficile. Les familles se retrouvent au cœur de la tourmente. Les parents cherchent parfois désespérément des moyens d’aider leurs enfants dont ils ne reconnaissent plus les comportements. Plus on en parlera, moins ce sera difficile de vivre avec un diagnostic de santé mentale. Peut-être qu’à ce moment-là le regard des autres changera; parce que cette loupe avec laquelle on juge constamment les autres et surtout les enfants des autres est difficile à supporter. Mon fils Marc-Antoine, vous le savez, est autiste. L’autisme est un trouble neurodéveloppemental qui affecte tout ce qui s’appelle la sphère sociale et qui est traité en psychiatrie. Mon fils ne sait pas toujours comment entrer en communication avec les autres, il a parfois des comportements impulsifs qui surprennent. Par exemple, il dit ce qu’il pense sans aucun filtre, n’importe où, n’importe quand, il utilise un langage parfois pas très recommandable. Ça lui coute cher, ceux qui ne le connaissent pas disent qu’il est mal élevé et le regarde de travers et moi aussi par la même occasion. il devient l’enfant mal élevé par excellence et moi la pire mère qui puisse exister. C’est l’une des raisons pour

lesquelles je parle d’autisme chaque fois que j’en ai l’occasion. Quand les gens savent que Marc-Antoine est autiste, quand ils savent un peu mieux ce qu’est l’autisme et toutes les formes que ça peut prendre, ils sont plus ouverts, plus accueillants et mon fils peut mieux s’intégrer. Dans notre monde, tout est régi, encadré, organisé. on doit tous se comporter comme ceci ou comme cela, on doit pratiquement tous être coulés dans le même moule si on veut réussir, enfin réussir dans les standards. Dès qu’une personne sort des rangs, le moule a tendance à faire pression, à faire rentrer dans le rang le récalcitrant. Mais ces individus différents de nous ont quelque chose à nous dire, à nous apporter. Je suis certaine qu’ils peuvent contribuer comme chacun de nous à nous faire avancer. Reconnaissons leurs différences et leur fragilité et nous en sortirons tous gagnants. Bell annonçait aussi des sommes pour le Québec dont 300 000 $ pour la Fondation les petits trésors! Qui sait, peut-être que l’implication financière de Bell Canada donnera envie à d’autres grandes entreprises de contribuer elles aussi. Suivez mon blogue trois fois par semaine au petitstresors.ca Sylvie


3 Le tout premier Bal les petits trésors Une tradition est née : le samedi 6 novembre dernier, la Fondation les petits trésors de l’Hôpital Rivière-des-Prairies organisait son tout premier Bal les petits trésors au Club de golf Le Mirage de Terrebonne. Plus de 270 personnes étaient au rendez-vous pour cette soirée-bénéfice et le monde des affaires s’est mobilisé pour permettre à la Fondation de recueillir des fonds et de poursuivre ses activités. Au total, 155 000 $ ont été amassés au profit d’une cause : la santé mentale des enfants. Cette soirée gastronomique s’est déroulée sous l’égide de grands chefs, dont Anne et Emanuel Desjardins, du Relais et Château L’Eau à la Bouche, et Mario Julien, chef exécutif du Club de golf Le Mirage. Les convives ont été charmés tant par les plats, l’accord des vins dégustés, sélectionnés et offerts par la SAQ, que par l'orchestre Blok Note, pré-

senté par Les Productions Isabelle Janes. Cette soirée fut aussi l’occasion de souligner l’implication et la générosité de Mme Isabelle Hudon, présidente de la Financière Sun Life Québec, qui a présidé la destinée de la Fondation pendant six ans. Cette dernière a su s’entourer de gens influents afin d’intéresser davantage le milieu des affaires à la cause de la santé mentale des jeunes québécois et de remplir son mandat avec brio. Mme Hudon a également apporté une identité propre à la Fondation en lui donnant un visage souriant, rempli d’espoir envers cette cause encore entourée de tabous. Finalement, grâce à son leadeurship, elle a permis de relancer les activités et d’insuffler un nouveau dynamisme à l’organisation.

ses motivations : « Aujourd’hui, jour pour jour, je mettais au monde mon fils. En tant que mère, la vie m’a beaucoup donné et j’ai toujours voulu redonner aux autres le cadeau que j’ai reçu de la vie et permettre à d’autres parents de bénéficier d’un coup de main lorsque c’est nécessaire ». « Isabelle laisse un héritage riche et de solides bases pour poursuivre le développement de la Fondation les petits trésors et ainsi continuer à travailler pour faire tomber les préjugés liés aux problèmes de santé mentale qui touchent plus de 235 000 enfants et adolescents au Québec. Je suis heureux de prendre le flambeau et de poursuivre sur cette magnifique lancée », de conclure Alain Boucher, président de la Fondation les petits trésors.

C’est avec toute la simplicité du cœur La tradition est maintenant lancée en reque Mme Hudon a su confier aux invités gard de ce succès!

Crédits photos : Marcel La Haye

Animée par le célèbre trio le Club des Ex, cette soirée fut aussi l’occasion de souligner la contribution de Mme isabelle Hudon pour sa remarquable implication à la destinée de la Fondation les petits trésors, et de M. Jacques Lamarre, président d’honneur de cette fabuleuse soirée, pour son engagement philanthropique. De gauche à droite : Liza Frulla, Jacques Lamarre, Marie Grégoire, isabelle Hudon, Jean-Pierre Charbonneau et Alain Boucher, président de la Fondation.

Sur écran géant, les convives ont eu un aperçu de chacun des services présentés en direct des cuisines par les chefs euxmêmes, Anne Desjardins et Mario Julien.

L’orchestre Blok Note, présenté par Les Productions isabelle Janes, a su faire bouger tout ce beau monde au son d’une musique endiablée.

Cette soirée gastronomique s’est déroulée sous l’égide de grands chefs, dont Anne et Emanuel Desjardins, du Relais et Château L’Eau à la Bouche, et Mario Julien, chef exécutif du Club de golf Le Mirage.


4 tournoi les petits trésors Entrepreneurs, artistes, politiciens, sportifs et athlètes olympiques se sont donné rendez-vous au Casino de Montréal le 15 novembre dernier pour soutenir la cause de la santé mentale des enfants et des adolescents du Québec. Cette première, placée sous la coprésidence d’honneur de messieurs Stéphane Boisvert, président de Bell Marchés Affaires, et Yves Devin, directeur général de la Société de transport de Montréal, a permis d’amasser une somme de 350 000 $ qui a été remise à la Fondation les petits trésors de l’Hôpital Rivière-des-Prairies.

Ci-contre, quelques représentants de la Fondation les petits trésors, en compagnie de Jean Lapierre, qui sont tout sourire pour cette édition du tout premier Tournoi les petits trésors au Casino de Montréal. Nous retrouvons ici Yves Devin, Société de transport de Montréal, Alain Boucher, président de la Fondation, Jean Lapierre, LCN, et Jeane Day, Fondation les petits trésors. Artistes, gens d'affaires et athlètes, tous étaient au rendezvous pour ce tournoi-bénéfice au profit de la santé mentale des jeunes québécois. ici nous retrouvons avec plaisir Marianne St-Gelais, médaillée olympique des jeux d'hiver de Vancouver 2010, Jean Rizzuto, président de Métrocom, Stéphane Boisvert, président, Marchés Affaires, Bell, Jeane Day, directrice générale de la Fondation les petits trésors, et Alexandre Bilodeau, également médaillé olympique des jeux d'hiver de Vancouver 2010. Plusieurs personnalités participaient à cet évènement pour souligner l’importance d’appuyer cette cause méconnue : la santé mentale des jeunes. Ci-contre, Line Bellavance, Fondation les petits trésors, Vincent Damphousse, ex-joueur des Canadiens de Montréal, Sophie Prégent, l'une des trois marraines de la Fondation les petits trésors, Pierre Rinfret, analyste sportif, et Marie-Josée Condrain, Fondation les petits trésors. Au moment de dévoiler les résultats financiers de ce tournoibénéfice, les principaux partenaires et les organisateurs étaient fiers de poser avec le chèque symbolique et d’annoncer 350 000 $ au profit de la Fondation les petits trésors. Ci-contre : Lyne Henderson, chargée de projets – Marketing, Casino de Montréal, Marie-Josée Condrain, coordonnatrice au développement des partenariats, Fondation les petits trésors, Stéphane Boisvert, président, Bell Marchés Affaires, Yves Devin, directeur général, Société de transport de Montréal, Jean Rizzutto, président, Métrocom, Sophie Prégent, marraine de la Fondation les petits trésors, Jeane Day, directrice générale, Fondation les petits trésors.

Crédit photo : Robert Ménard

Le comité organisateur, formé de François Morin, premier chef divisionnaire – Communications Affaires de Bell, Yves Devin, directeur général de la Société de transport de Montréal, Lyne Henderson, chargé de projets-Marketing au Casino de Montréal, et présidé par Jean Rizzutto, président de Métrocom, est très heureux du succès remarquable de l’évènement et de l’appui sans équivoque de la communauté québécoise à la cause de la santé mentale de nos enfants.

MoNTéE DE NoëL 2010 Du kiLiMANDJARo Au moment de lire ces lignes, les 12 monteurs seront soit en Afrique ou revenus de leur périple qu’est l’ascension du kilimandjaro. Après un an d’entrainement collectif sur différentes montagnes du Québec et des états-unis, après des jumelages entre les grimpeurs des écoles pour promouvoir le Programme des saines habitudes de vie et faire accepter la différence, après une collecte de fonds qui, à ce jour, dépasse les 120 000 $ sur un objectif de 150 000 $, après des sacrifices personnels pour arriver à la date fatidique du départ, soit le 13 décembre, l’équipe de la Montée de Noël sera au sommet du kilimandjaro le 24 décembre à minuit, heure locale de Montréal! Suivez ce périple EN DiRECT Du kiLi au www.monteedenoel.ca... Si la technologie le permet!

DéFi CARiTATiF DE LA BANQuE SCoTiA, éDiTioN 2011 Celles et ceux qui désirent participer à l’édition 2011 du Défi caritatif de la Banque Scotia sont invités à s’inscrire auprès de Line Bellavance au 514 323-7234, option 2 ou au lbellavance@petitstresors.ca


Le français de France

fRAncEbEAuDoIn

voicilatroisièmeetdernièrechroniquesurlesanglicismes.nousavonsvulesanglicismesintégrauxethybrides (volume8numéro4),puislesanglicismessémantiquesetsyntaxiques(volume9numéro3).Poursuivons doncaveclesanglicismesmorphologiquesetphraséologiques. LEsAnGLIcIsMEsMoRPHoLoGIQuEs Dans le cas d’un anglicisme morphologique, on traduit littéralement la forme étrangère,qu’ils’agissed’unmotsimple ou d’un mot composé, pour créer un équivalentfrançais.Lemodèlemorphologiqueétranger,ycomprisl’ordredeséléments s’il s’agit d’un mot composé, est transposédanslalangueemprunteuse. Par exemple, les mots bénéfices margi-

naux (fringe benefits, dont l’équivalent correctfrançaisestavantagessociaux),bil-

let de saison (season ticket, en français abonnement ou carted’abonnement)et appellonguedistance(longdistancecall, enfrançaisappelinterurbain)sontdesan-

voicid’autresexemplesd’anglicismesmor-

glais totheamountof ou intheamount

phologiques.

of.Ilvautmieuxremplacercetteexpres-

Appelconférence Lesexpressionsappelconférence etappel

deconférence sontdescalquesdel’an-

sionparlapréposition de ou,danscertainscontextes,l’enlevertoutsimplement. Exemples

glais conferencecall. onlesremplacera

veuilleznousfaireparvenirunchèque

par exemple par conférence télépho-

ou un mandat au montant de de

nique, réunion téléphonique ou audio-

64,50 $.

conférence. Exemple nousferonsunappelconférence tiendrons une conférence téléphonique avec les gestionnaires du bureau de Montréal.

Isabelleacontractéunedetteaumontantde de 15 000  $aucoursdeses études. Lettrederéférence L’emploidel’expressionlettrederéférence (ou lettre de références) pour désigner

Aumontantde

unelettreattestantlesqualitésprofession-

éléments du calque morphologique est

Lorsqu’onparled’unchèque,d’unedette,

nellesd’uncandidatconstitueuncalque

français, mais le nouvel ensemble qu’ils

etc.,l’emploidel’expression aumontant

littéraldel’anglais letterofreference.on

formentreproduitplusoumoinsl’image

de devantlechiffreenquestionestàévi-

luipréfèreraletermelettrederecomman-

véhiculéeenanglais.

ter.cetteexpressionestuncalquedel’an-

dation.

glicismes morphologiques. chacun des

17


cependant,onpeut avoirdesréférences (oud’excellentesréférences),servirderé-

férence àuncandidatouprendredesréférences surcelui-ci,lesréférencesétant lesattestationsdepersonnesauxquelles onpeuts’enrapporterpourobtenirdes

avoirdusens,êtresensé,êtrelogique, etc. voici d’autres exemples d’anglicismes phraséologiques. Demanderunequestion

renseignements sur quelqu’un qui

L’expressiondemanderunequestion est

chercheunemploi.

unetraductionlittéraledel’expressionanglaise to ask a question. En français, il

LEsAnGLIcIsMEsPHRAséoLoGIQuEs

fautdireposerunequestion.

Danslecasd’unanglicismephraséologique,onemprunteunelocutionouune imagepropreàl’anglais. chaquelangueasespropresexpressions imagées,seslocutionsidiomatiques,sa façondedécouperlaréalitéselonunevisionparticulièredumonde.Parexemple, alors qu’en français on dit d’une personne qui a rapidement quitté un lieu qu’elleafiléàl’anglaise,l’expressionéquivalenteenanglaisestplutôt totakethe

frenchleave...Ets’ilestparfaitementacceptéenanglaisdedireinanutshell,par exemplepourrésumeruneaffaire,onne diraitpasenfrançais dansunecoquille

denoix (!)maisplutôtenunmot,enrésuméouencore bref. Demême,certainsenchainementshabituels sont empruntés à l’anglais. Par exemple, fairedusens estcalquésur to

make sense; on dit plutôt en français

cetteexpression,d’unemploirécent,est calquée sur l’expression anglaise good

morning.Enfrançais,lorsqu’ondésiresaluerunepersonne,onutiliselemotbon-

jour, etlesoir,lemotbonsoir. Lorsqu’onveutsouhaiteràquelqu’unde passerunebellejournéeouunebellesoirée, plusieurs formulations sont possibles :bonnejournée,bonavant-midi(ou

bonne avant-midi), bon après-midi (ou

Pourvotreinformation

bonne après-midi), bonne soirée et

L’expression pour votreinformation est

bonnenuit. chacunedecesexpressions

parfoisemployéepourporterundocu-

convient à une plage horaire plus ou

mentàl’attentiondequelqu’un;toute-

moinsétendue,etl’ensemblecouvrela

fois,cettelocutionestàéviter,carelleest

totalité des vingt-quatre heures d’une

calquéedel’anglais foryourinformation.

journée.

Ainsi,onlaremplacerapardiversesex-

L’expressionbonmatin entredoncinuti-

pressionsselonlecontexte,notamment par pourinformation,àtitred’informa-

tion,àtitrederenseignement,àtitreindicatif,àtitredocumentaire. Ilestànoterquelenominformation de-

lementenconcurrenceaveclesformulations françaises bonjour

et bon

avant-midi. EnRésuMé

meureausingulierdanslesexpressions

voilà! nous avons fait le tour du sujet!

pourinformation etàtitred’information. Danscesens,ilestsynonymederenseignement.

voicisousformedetableauunrésumé dessixformesd’anglicismes.Etàpartir de maintenant, vous ne pouvez plus focuser, nifairedepostmortem,nide-

bonmatin Depuisquelquetemps,onentendsouvent l’expression bon matin utilisée en début de journée pour saluer les personnes.

mander des questions, ni avoir des blancsdemémoire,nisiégersuruncomité,nicompléterunformulaire,puisque voussaveztoutsurlesanglicismes!

onempruntelemotoulegroupedemots,autantlaforme Anglicismeintégral

quelesens,sansadaptationoupresqueausystèmedela

cool,hot,junkfood

languefrançais

Anglicismehybride

Anglicismesémantique

Anglicismesyntaxique

18

françaispourconstruireuneformenouvelle

Adressee-mail àlaplacede adressecourriel

ondonneunsensanglaisàuneformedéjàexistante

Disposer (ausensde jeter)

enfrançais

Programme (ausensd’émission)

oncombineunélémentempruntéàl’anglaisetunélément

onreproduitenfrançaislesélémentsd’unestructure syntaxiqueanglaise

êtresurl’avion (tobeonaplane)au lieudeêtredansl’avion siégersuruncomité (onacommittee)aulieudesiégeràuncomité


ontraduitlittéralementlaformeétrangère,qu’ils’agisse Anglicismemorphologique

d’unmotsimpleoud’unmotcomposé,pourcréerun équivalentfrançais

Anglicismephraséologique

onemprunteunelocutionouuneimagepropreàl’anglais

bénéficesmarginaux (fringebenefits) aulieudeavantagessociaux

Monnomest (mynameis)aulieu dejem’appelle

ILfAutDIRE,ILfAutécRIRE IncoRREct

coRREct

faireuneréquisition

faireunedemanded’achat ou Remplirunformulairedecommande

Letermeréquisition constitueuncalquedel’anglaisrequisition quientraineuneconfusionsémantique(donc,vousl’aurezcompris, c’estunanglicismesémantique).Eneffet,enfrançais,letermeréquisition relèvedudomainejuridiqueouadministratifetdésigne unerequêteadresséeàuntribunalouuneopérationd’uneautoritéadministrativequiexigeuneremisedebiensouuneprestation deservices.cetermeconstitued’ailleursuneimpropriétéchaquefoisqu’ilestemployépourdésignerunedemandedebiensou deservices,ouencorelaformulesurlaquelleestdresséecettecommande. sources :Mieuxdire,mieuxécrire,3e édition,parYvonDelisle; etofficequébécoisdelalanguefrançaise

Bienvenue chez nous L’HôPItALRIvIÈRE-DEs-PRAIRIEsEstfIERD’AccuEILLIRALAInRIoux, cHEfDusERvIcEDEsInstALLAtIonsMAtéRIELLEs. Ayantœuvrédanslesdomainespharmaceutiqueethospitalierdurantplusieursannées,monsieur Rioux,frianddenouveauxdéfis,ajetésondévolusurl’HRDP.Ilcoordonnedepuisle1er novembre l’ensembledesactivitésdesressourcesmatériellesetvoitaubonfonctionnementdesinstallationsde l’HôpitalRivière-des-Prairies. Enplusdeplanifierlestravauxdevantêtreexécutés,AlainRiouxveilleàfairerespecterlesrèglements en vigueur dans le but d’assurer aux patients et aux employés un environnement sécuritaire. «undéfidetaille,lorsqu’onœuvreauprèsdepatientsenrupturedefonctionnementetuneréalitéquinécessitedesattentions

particulières »,affirmeM.Rioux.« Desajustementsquinousrappellentchaquejourquenouscontribuonsaubienêtredespatients,enleuroffrantdesinstallationsetunmilieudesoinssécuritairesetenbonnecondition. » Ayantdesyeuxtoutautourdelatête,ilabordelesproblèmesqu’ilrencontredefaçonoptimiste.«cequimepassionnedans

montravail,c’estquejenesaisjamaiscommentsedérouleramajournée. »celuiquiaimejongleraveclesimprévussupervise égalementuneéquipemultidisciplinairecomposéedeplombiers,d’électriciens,demenuisiers,d’unserrurier,demécaniciens demachinesfixes,d’électroniciens,d’ouvriersd’entretienetdepeintres,pournenommerqueceux-là.Appréciantgrandement leurcontribution,ilseditheureuxdetravaillerauseind’uneéquipeaussidynamiqueetexpérimentéedontiltientàsaluerle professionnalisme,lapassionetledévouement.«Ilsontsuaufildesannéesentretenirlabâtissedefaçonremarquable!» Passionné,AlainRiouxsauracertainementfairedel’HRDPsanouvelleterred’attache.Déjàcharméparlepersonneletl’environnementbucoliquedenotreétablissement,nousluisouhaitonsunechaleureusebienvenue!

19


Partageons notre savoir

cetexterendcomptedelaprésentationréaliséeparlaDreHélènebouvieret M.tommychevrettedanslecadredelasériedeconférencesdesRelaisscientifiques del’HôpitalRivière-des-Prairies. Pardéfinition,lesommeilestunepériode

L’anxiété est cependant considérée

dereposquiapourfonctionderefairele

comme un trouble lorsqu’elle entraine

plein d’énergie et de consolider les ap-

unedétressequinuitaufonctionnement

prentissages.néanmoins,nousconnais-

normal. La clinique d’intervention/trou-

sonstousquelqu’unquidortpeuetqui,

blesanxieux(cItA)del’HôpitalRivière-des-

malgrétout,fonctionneà100%durant

Prairiestraitedespatientsquiprésentent

lajournée.toutcommecetautrequitire

del’anxiétéavecousanspathologieasso-

delapattes’iln’apasdormises10heures.

ciée.Alors,commentsedéroulelesom-

Lebesoindesommeilestdoncdifférent

meildesanxieux,fait-ilbiensontravailet

d’unepersonneàl’autre.cependant,ne

est-cequ’ilestenvahiparl’anxiété?

pasrespectercebesoinaunimpactsurle fonctionnement quotidien. De surcroit, mêmeavecunnombresuffisantd’heures desommeil,ilestpossiblequeleprocessus du sommeil soit lui-même perturbé. c’estcequisepasseentreautreslorsqu’un individuestanxieux.

Grâce à la collaboration du Dr Roger Godbout,Ph.D.etdesonlaboratoirede recherchesurlesommeil,19enfantset adolescentsayantuntroubleanxieuxont été comparés à 19 jeunes (groupe témoin)sanstroublesurlesmesuresdel’en-

Les anxieux confient avoir des problèmes de sommeil Lesquestionnairesportantsurlesommeil montrent que, comparés au groupe témoin, une grande majorité des jeunes anxieuxnepeuventdormirseulsouhors dufoyer(95%vs0%),fontplusdecauchemar3 (62 % vs 38 %) et davantage mauvaisrêves3 (54%vs46%),demeurentinsatisfaitsdeleursommeil(56%vs 19 %) et manquent d’énergie au lever (56%vs25%).Lesheuresdecoucheret deleverdesdeuxgroupessontcomparables.toutefois,lesjeunesanxieuxsecouchent en moyenne 30 minutes plus tôt

registrement polysomnographique1, les

que ceux du groupe témoin, ce qui

L’anxiétéestuneémotionnormalequisur-

réponsesauxquestionnairessurleshabi-

devrait plutôt augmenter la durée du

vientpendantnosactivitésquotidiennes

tudesdusommeil,ainsiquelesrésultats

sommeil.cen’estpaslecas,carlesjeunes

lorsquecelles-cicomportentuncertainni-

auxquestionnairespsychométriques sur

anxieuxprennentplusdetempsàs’endor-

veaudestress,qu’ilsoitréelousubjectif.

l’anxiété.

mir.

20

2


L’architecture du sommeil est altérée et il y a de l’hypervigilance physiologique

diaque nocturne du groupe de jeunes

pourraitdevenirpresqueaussicommun

anxieuxestplusélevée,suggérantqueles

qu’unemontre-bracelet.àsuivre…

La polysomnographie, une méthode

cardiaquesontaltérésparl’anxiété.une

kinésiologueàlaclinique

analysedelafréquencecardiaqueprécise

d’intervention/troublesanxieux(cItA),avecla

d’évaluationdusommeilenlaboratoire,a permisplusieursconstats.Premièrement, legroupedejeunesanxieuxprendplus detempsàs’endormiretàatteindreun sommeilstable.celaconfirmelesdiresdes patients. Les jeunes anxieux montrent

mécanismesderégulationdelafréquence

l’influencedusystèmenerveuxautonome

collaborationdela

parsesbranchessympathique(accéléra-

DreHéLÈnEbouvIER,

tiondurythmecardiaque)etparasympathique

(décélération

du

rythme

cardiaque). une activité moindre de la

également une durée d’éveil durant la

brancheparasympathiquechezlesjeunes

nuitplusgrandequelegroupetémoin.

dugroupeanxieuxaétéobservéedans

conséquemment,ilsdormentmoinslong-

touslesstadesdesommeil,suggérantun

temps(469vs515minutes).

débalancementdusystèmenerveuxauto-

une fois endormis, les anxieux ont une structure du sommeil différente. Grosso modo, le sommeil se divise en trois phases:lestadelent-léger,lestadelentprofond et le sommeil paradoxal. Les anxieux présentent un stade lentlégerpluscourt(256vs302minutes)de même qu’un sommeil paradoxal réduit (90 vs 104 minutes). De plus, le délai avantd’atteindrelaphasedusommeilparadoxalestpluslong(133vs88minutes) et le nombre de cycles de sommeil est moindre(4.1vs5.2)quepourlegroupe témoin. finalement, la fréquence cardiaquedesjeunesanxieuxestplusélevée (73.7vs65.7battementsparminute).ces résultats confirment au moins en partie queletroubleanxieuxaffectelesommeil.

Une fréquence cardiaque nocturne plus élevée et un débalancement du système nerveux autonome chez les anxieux

toMMYcHEvREttE,

pédopsychiatreàlacItA,etdu DrRoGERGoDbout, responsableduLaboratoireet delacliniquedusommeildel’HRDP.

nome.Danslesfaits,pluslafréquencecardiaque est élevée, plus le temps à s’endormirestlong,plusladuréedusommeilestcourteetplusledélaipouratteindre la phase du sommeil paradoxal est prolongé.

Projets à venir et rêves d’avenir D’autres validations scientifiques seront

1

PoLYsoMnoGRAPHIE(PsG) : tEstDERéféREncEvIsAntà QuAntIfIEREtàQuALIfIERLEs tRoubLEsDusoMMEIL.LAPsG PERMEtDE«MonItoRER» L’ActIvItécéRébRALE,

nécessaires pour mieux comprendre les

LEsMouvEMEntsDEsYEux,

mécanismes altérés par l’anxiété. toute-

LERYtHMEcARDIAQuEEtLA

fois, les résultats de recherche viennent déjàdocumentersonimpactsurlamacrostructuredusommeil.L’aspectcardiovasculaire nocturne est d’ailleurs très prometteur,carilestindicateurdel’état d’alerteprésentpendantlanuitdesjeunes

fonctIonREsPIRAtoIRE PEnDAntLEsoMMEIL. 2

PsYcHoMétRIE: LAPsYcHoMétRIEEstLAscIEncE étuDIAntL’EnsEMbLEDEs tEcHnIQuEsDEMEsuREs

anxieux,enplusd’êtreassociéàplusieurs

PRAtIQuéEsEnPsYcHoLoGIE,

paramètresquidonnentunbonportrait

AInsIQuELEstEcHnIQuEsDE

de la qualité de leur sommeil. si la ten-

vALIDAtIonDEcEsMEsuREs.

dancesemaintient,peut-êtresera-t-ilcou-

3

rant d’ici quelques années de voir des

àLADIfféREncEDu

cardiofréquencemètres aux bras des

MAuvAIsRêvE,LEcAucHEMAR

Lafréquencecardiaquenocturnereflète

jeunespatientsdel’HRDP.unéquipement

l’influencedel’anxiétésurlesystèmener-

qui, pour évaluer l’efficacité d’un traite-

veuxautonome.Eneffet,lafréquencecar-

ment et la qualité du repos nocturne,

PRovoQuERALERévEIL DEL’InDIvIDu

21


Mélimélo sYMPosIuM2010 desstagiairesderecherchedel’HôpitalRivière-des-Prairies Le11aout2010,chercheursd’aujourd’huietdedemainsesont rencontrésdanscequ’ilestmaintenantconvenud’appelerun évènementannuelcouru:lesymposiumdesstagiairesderecherchedel’HRDP.Eneffet,lesétudiantsàlamaitriseetaudoctoratmenantdesprojetsderechercheàl’HRDPontdévoilé,sous formed’affichesoudeprésentationsorales,leursinvestigations scientifiquesdeladernièreannéeportantentreautressurl’autisme,lesommeil,lestroublesanxieux,lestroublesdel’humeur, lestroublesdel’attention,lesneurosciencesetl’électrophysiologiecognitive.Audépart,dansuneambiancefranchementconviviale,lesvisiteursdéambulaientaumilieud’uneforêtd’affiches

PRésEntAtIonsoRALEs valériecourchesne Lefonctionnementolfactifdansle spectreautistique.

Laboratoiredeneurosciences cognitivesdestroublesenvahissants dudéveloppement. AnnieGilbert étudedelasegmentation prosodiquedelaparoleàl’aidede l’électroencéphalographie.

Laboratoirederechercheen neurosciencesetélectrophysiologie cognitive. Marie-ÈveLamont Descriptiondelaréactivité physiologiquedesadolescents ayantuntroubleanxieuxàl’aidede l’évaluationensituationsanalogues etcontrôlées.

cliniqued’interventionauprèsdes jeunesayantdestroublesanxieux (cItA). Dannynguyen HeadcircumferenceintheAutistic spectrum:acomparativestudy

Laboratoiredeneurosciences cognitivesdestroublesenvahissants dudéveloppement.

22

portantsurlespromessesannoncéesdelascienceendevenir. Parleurconférence,quatreétudiantsontretenul’attentiond’un publicvivementintéressé,sinonlittéralementconquisparcet aperçuprometteurdel’avancementdesconnaissances.«Lesymposium nous apporte un véritable vent de fraicheur. c’est excessivement stimulant de voir jusqu’où les étudiants nous amènent»constate,visiblemententhousiaste,christianeGravel, chefadministrativeduservicederecherche.unsentimentlargementpartagéquilaissecroirequel’évènementseraànouveau trèsattendul’annéeprochaine.

PRésEntAtIonsAffIcHéEs éliseb.barbeau noAutisticAdvantageinInspectiontimeWhen GroupsAreMatchedusingtheRaven’s ProgressiveMatrices. Laboratoiredeneurosciencescognitivesdes troublesenvahissantsdudéveloppement. Jessicabertrand-Rivest étudepsychophysiquedesensibilitéaux variationsdeluminanceetdetexturevisuelle chezlesenfantsautistesd’âgescolaire. centred’excellenceentroublesenvahissantsdu développementdel’universitédeMontréal (cEtEDuM). sihemboutaleb L’utilitédel’informationdiagnostiquedansles expressionsfacialesdepeuretdejoie.

AlainJanelle théorieetefficacitédelathérapie comportementaledialectiquechezdes adolescentssuicidairesprésentantdestraitsde personnalitélimite

cliniquedestroublesdel’humeur. LisaLombardi àlarecherchedesmécanismesneuronaux sous-jacentsletraitementdel’informationdela phased’images,devisagesetd’objetsauseinde scènesvisuellescomplexes.

Laboratoirederechercheenneuroscienceset électrophysiologiecognitive. Annie-claudeRochette L’activitéEEGlentechezlesadultesautistesde

Laboratoirederechercheenneuroscienceset électrophysiologiecognitive.

hautniveaupendantlesommeillent.

naddleyDésiré Identifierunebandedefréquencesspatiales optimalepourévoquerlaréponse électrophysiologiquen170associéeàla perceptiondesvisages.

MélanieRouillard

Laboratoirederechercheenneuroscienceset électrophysiologiecognitive. sabineDuplan Densitéetdistributiontopographiquedes complexesKàl’EEGdusommeildansl’autisme detypeAsperger. Laboratoiredusommeil.

Laboratoiredusommeil. siteWebdetravaildelacliniquedestroublesde l’attention:Modulesdegestionnairededossiers etd’évaluation.

cliniquedestroublesdel’attention. sophietessier sommeilparadoxaletperceptiondesvisages chezlesenfantsautistes.

Laboratoiredusommeil.


noUvELLES

DU

comité vert

LEDévELoPPEMEntDuRAbLE: uneréalitépour l’HôpitalRivière-des-Prairies suzannecoutu,chefduserviced’hygiène etsalubrité,etMarie-HélèneJobidon,conseillère chargéedeprojetàlaDirectiondesservices administratifs LEcoMItévERtcontRIbuEAuxEffoRtsDEL’oRGAnIsAtIonD’InstAuRERDEbonnEsPRAtIQuEsEnMAtIÈREDEGEstIon EnvIRonnEMEntALE.LIEuDEPARtAGEEtDEconsEIL,LEsREncontREsDucoMItévERtDEL’HRDPPERMEttEntàsEs MEMbREs,DEsEMPLoYésIssusDEDIvERssEctEuRsD’ActIvIté,DEPAssEREnREvuELEsInItIAtIvEsEtLEsDécIsIonsPRIsEs PARL’oRGAnIsAtIonPouRAMéLIoRERsonEMPREIntEEnvIRonnEMEntALE.LEcoMItécHERcHEPARsonEnGAGEMEnt àobtEnIRDEsRésuLtAtsPRobAntsEnvEILLAntEntREAutREsàLARéDuctIonDELAconsoMMAtIonD’énERGIEEt D’EAu,AInsIQu’àLAGEstIonDELAQuALItéDEL’AIR,DEsDécHEts,DuREcYcLAGEEtDEsPRoDuItsDAnGEREux. QUELQUES ExEmPLES D’InItIAtIvES RéALISéES DURAnt L’AnnéE 2009-2010 :

REcYcLERÇARAPPoRtE! En2009-2010,l'HRDParecycléprèsde7368kgdecontenantsde plastique,deverreetdemétalet31815kgdepapieretdecarton.

Réalisationd'unprojetd'efficacitéénergétique

uneaugmentationconsidérablecomparativementauxannéespré-

incluantl’installationd’unsystèmedegéothermie.

cédentes.Desavancéesquiontpermisdeséconomiesenréduisant

Recyclagedesmatelasetdemobilierréutilisable.

defaçonconsidérablelenombredecueillettesdematièresrésiduelles

utilisationdeproduitsvertsenconstruction. utilisationdeproduitsdenettoyagesansphosphate.

envoyéesausited’enfouissement. sEnsIbILIsERLAcoMMunAuté Enplusdeveillersurcequisefaitenmatièredeprotectiondel’en-

utilisationd’éclairageàbasedediode

vironnementetdedéveloppementdurabledansl’établissement,le

électroluminescente(LED).

comitévertaégalementpourmissiondesensibiliserlacommunauté

conversiondes«ballasts»d’éclairage.

de l’HRDP à adopter de meilleures pratiques environnementales.

utilisationdepeintureécologiqueetdematériaux

Ainsi,plusieursactivitésontétéréaliséesaucoursdel’année.Parmi

sanscomposésorganiquesvolatils(cov). utilisationdegobeletsencartonrecyclable,plutôt qu’enpolystyrène.

celles-ci,unedégustationd’eauàl’aveuglepourencouragerl’utilisationdel’eaudurobinetetunkiosqued’informationsurlerecyclage etl’entretienécologiquepourdécouvrirdessolutionsderechange auxproduitsnettoyantstoxiques.

choixdefournisseurslocaux.

Ensomme,lecomitévertespèreparsesactionsfairedel’HRDPun

contributionàl’élaborationdelapolitiquealimentaire

lieuplusvertetdurablepourlepersonneletlespatients.Desefforts

quis’insèredanslecadredudéveloppementdurable.

profitablespourl’environnementetpourlesgénérationsàvenir.

23


Le

CECOM

présente…

cequ’ilfautsavoir

« faut-iltoujoursrévélerlessecrets? ».troispsychiatresetauteursderenomméeinternationale

surlessecrets,en interventioneten

ontétéréunisautourdecettequestionfascinantepourtoutclinicien:MonyElkaïm,sergetisse-

psychothérapie

ronetGuyAusloos.Dansunpremiertemps,chacunexposesonpointdevuepuisensembleils endébattent. Pourtoutepersonneintéresséeparl’approchesystémiqueenpsychothérapieouquiintervient enthérapiefamiliale.

vidéo,33min. Production:cEcoMdel’HôpitalRivière-des-PrairiesetGrouped’étudedessystèmeshumains (GEsH).2010

L’utopiedela

GuyAusloos,psychiatreoriginairedebelgique,maisétabliauQuébecdepuis25ans,apratiqué

compétence…

dansdiverscontextes:encentred’accueilpourjeunesdélinquants,ensantémentale,enmilieu

unEntREtIEnAvEc GuYAusLoos

carcéraletenurgencepsychiatrique.Professeuragrégédecliniqueàl’universitédeMontréal,il estl’auteurde«Lacompétencedesfamilles »,paruauxéditionsérès,etestmembrefondateur desrevues«thérapiefamiliale »et« Relations ». Danscetentretien,leprofesseurAusloosnousexpliquecomment,encontexteclinique,faireres-

vidéo,36min.

sortirlacompétencedespersonnesetdesfamillesetmisersurleursforcesplutôtquedechercher

Production:cEcoMdel’HôpitalRivière-

àcomblerleurslacunesouleursincapacités.

des-PrairiesetGrouped’étudedessystèmes humains(GEsH).2010

D’unintérêtindéniablepourlesintervenantsauprèsdefamilles! Jacqueline Prud’homme est thérapeute conjugale et familiale et psychanalyste. formée par

Lanécessitéde comprendre… unEntREtIEnAvEc JAcQuELInE PRuD’HoMME

virginiasatir,elleestunepionnièredelathérapiefamilialeauQuébec. travailleusesocialedeformation,JacquelinePrud’hommeaœuvréàl’HôpitalRivière-des-Prairies, àl’HôpitalgénéraljuifdeMontréaletl’Hôpitalsainte-Justine.ElleaenseignéauDépartementde servicesocialdel’universitédeMontréaletparticipéàlamisesurpiedd’unprogrammedeformationenthérapiefamilialeaucentredeservicessociauxduMontréalmétropolitain.Membre del’AmericanAssociationofMaritalandfamilytherapyetdelasociétécanadiennedepsychanalyse,madamePrud’hommeadéveloppédesoutilsd’unegranderichesseetsupervisédenom-

vidéo,34min.

breuxintervenantsàl’approchesystémiqueenthérapie.sarenomméedépasselargementles

Production:cEcoMdel’HôpitalRivière-

frontièresduQuébec.

des-PrairiesetGrouped’étudedessystèmes humains(GEsH).2010

cetentretienmontrel’intelligencesensibledeJacquelinePrud’hommeetsondésirinlassablede comprendrel’êtrehumaindanssacomplexité. undocumentàvoir!

tousLEsDocuMEntsPRoDuItsouDIstRIbuésPARLEcEcoM sontRéPERtoRIéssuRLAPAGEWEbDucEcoMsuRLEsItEIntERnEt DEL’HôPItALRIvIÈRE-DEs-PRAIRIEs:www.hrdp.qc.ca ILssontAussIDIsPonIbLEsPouRLEPRêtàLAbIbLIotHÈQuEDEL’HôPItAL. vousDésIREzPLusD’InfoRMAtIonsuRnosDocuMEnts? n’HésItEzPAsànouscontActER:514328-3503

Inter-mission Vol9. no 6: Le transfert des connaissances: plusieurs formes, un seul objectif  

journal L'Inter-mission (hiver 2010)