Issuu on Google+


L'HôpitalRivière-des-Prairies,

l’Inter-mission

situédanslenord-estdel'ile

estpublié4foisl'anparle

deMontréal,estuncentre hospitalierdesoins psychiatriques,d'enseignementetderecherche,affiliéà l'universitédeMontréal. L'Hôpitaloffredesservices spécialisésetsurspécialisésen psychiatrieàuneclientèle d'enfantsetd'adolescents. Iloffreégalementdes servicessurspécialisésàune clientèled'enfants, d'adolescentsetd'adultes présentantdespathologies psychiatriquesoude sévèresproblèmesadaptatifs associésàunedéficience intellectuelle,àuntrouble

Servicedescommunicationsde l'HôpitalRivière-des-Prairies 7070,boul.Perras Montréal(Québec) H1E1A4 514323-7260poste2088 www.hrdp.qc.ca RédActRIcEEncHEf JohanneGagnon RédActEuRS Stéphanetrépanier JessicaLambert-fandal

coLLAboRAtIonàLARédActIon francebeaudoin Linebellavance Katrinedemers

envahissantdudéveloppe-

REMERcIEMEntSPécIAL

mentouàunautretrouble

Samueldeschênes

neurodéveloppemental complexe.

(Pagecouverture)

RévISIonLInGuIStIQuE francebeaudoin

concEPtIonGRAPHIQuE JohaneRoy dépôtlégal: bibliothèquenationale duQuébec ISSn:1705-4575

Lesopinionsémises dansL'Inter-mission n'engagentenrien leconseild'administrationde l'HôpitalRivière-des-Prairies.

2

Sommaire

IMPRESSIon ImprimerieHéon&nadeaultée

àlarecherchedusommeilperdu 4 Lefrançaisdefrance8 L’Associationquébécoisedeprévention dusuicidehonoreledocteur Jean-Jacquesbreton 11 fondation13 Rendez-vousavec lemarchanddesable18 bienvenuecheznous21 Mélimélo24


éditorial

johanne.gagnon.hrdp@ssss.gouv.qc.ca

JoHAnnEGAGnon cooRdonnAtRIcE dES coMMunIcAtIonS Et du PARtEnARIAt

Qui n’a pas vécu dans sa vie un

dien,préserverlebienêtredevotre

épisoded’insomnie?cephénomène

famille et, le soir venu, vous êtes

quitransformelesheuresdenoirceur

privédesommeil!commentmainte-

propicesausommeiletauxrêvesen

nirvotresanté?

unelisteexhaustivedetoutcequ’il

Pourvenirenaideàcesenfants,ces

fautfaire,toutcequel’onauraitdû faire et tout ce que l’on n’arrivera jamaisàfaire!tantdequestionsetsi peuderéponsessebousculentdans notre tête, éloignant d’autant ce sommeil essentiel et tant convoité. onveutbiencalmercettepetitebête quiaprislecontrôledenotreesprit et qui, malgré notre volonté à lui fairecomprendrequelesheuresde sommeildiminuentàlavitessedesa course, n’a de cesse de peupler notre esprit d’images antisomnolentes...Pourtant,voussavezquele sommeilestunélémentessentielà votresantéphysiqueetmentale! Imaginezmaintenantquevotreen-

adolescents et ces adultes dont le sommeil est défaillant, l’Hôpital Rivière-des-Prairies s’est doté, en 2007, d’une clinique d’évaluation diagnostique des troubles du sommeil.Pourconnaitrelestravauxde cettecliniqueetdupersonnelquiy œuvre,jevousinviteàlireletextede JessicaLambert-fandalàlapage4. Puis,vouspourrezjugerdelapertinence des services surspécialisés offertsàlacliniqueenparcourant, parlaplumedeStéphanetrépanier, letémoignaged’unemèredontl’enfantenabénéficié. bonnelecture!

fant est atteint d’un problème de santémentaleassociéàuntrouble du sommeil. Imaginez que votre corpsréclamelesommeiletqu’ily estapte,maisquecepetitquidevrait dormirdanslachambred’àcôtéest enpleinephasediurne…Enplusde vivreunesituationdifficiled’adaptation aux comportements et aux besoinsparticuliersdevotreenfant,

À l’aube de la saison estivale, je vous souhaite à tous des moments privilégiés de « petites siestes le nez au soleil », activité qui, soit dit en passant, est très recommandée par les spécialistes du sommeil!

vousdeveztenirlesrênesduquoti-

3


Alorsqueplusieursméthodes ontvulejourpouraiderlesadultesayant destroublesdusommeil,onoubliesouventquelesenfants etlesadolescentséprouventeuxaussideladifficultéàdormir.Ilya Jessica lambert-fandal

deuxans,unecliniquesurspécialiséeavulejouràl’Hôpital Rivière-des-Prairiesafind’aiderlesjeunesatteintsdetroubles neurodéveloppementauxàmieuxdormir.unsouffled’espoirpour desparentsdépasséspardesnuitstropcourtes.

RelevantduProgrammedestroubles

L’approchemultidisciplinairequ’uti-

patients de l’Hôpital, elle accueille

neurodéveloppementauxdel’Hôpital

liselacliniquefaitd’elleunmodèle

maintenantdespatientsquiluisont

Rivière-des-Prairies,lacliniquesurspé-

extraordinaire et même enviable.

référés d’un peu partout dans le

cialisée d’évaluation diagnostique

Pour Roger Godbout, docteur en

réseaudelasanté.

destroublesdusommeilsepréoc-

psychologie et responsable de la

cupedesjeunesdormeursatteintsde

clinique et du laboratoire du som-

troublesenvahissantsdudéveloppe-

meil,l’arrivéerécentedel’infirmière

ment(tEd)etdestroublesquiysont

clinicienneévelyneMartelloetdela

associés. Seuls les patients référés pédiatredéveloppementalistecéline par un médecin et ayant reçu un belhumeuracontribuéàdiversifier

diagnosticysontacceptés.

à l’expertise pointue de chaque

Une équipe multidisciplinaire

membre de l’équipe soignante, les

Ainsi,secrétaire,technologue,infir-

approchescomportementale,phar-

mièreclinicienne,pédiatredéveloppementaliste, chercheur et psycho-

4

l’équipecliniquedéjàenplace.Grâce

macologiqueetmédicalesonttenues en compte dans l’analyse des cas

Reconnueparlemilieuuniversitaire ethospitalier,elleestlaseuleclinique du genre. La recherche y occupe uneplaceconsidérableetcontribue àpréciserlesdiagnosticsposés.àl’affut des développements technologiques les plus récents sous l’œil attentifd’élysechevrier,technicienne enélectrophysiologiemédicale,lacliniqueinnoveetestreconnuepour son expertise de pointe. des dons reçus de la fondation les petits

logue clinicien se côtoient pour cliniques.

trésors, partenaire philanthropique

permettre à ces jeunes patients au

depuissonouverture,lacliniquene

del’HôpitalRivière-des-Prairies,per-

portraitcliniquefragiledemieuxdor-

cessedecroitreàtouslesniveaux.

mettrontl’aménagementd’unenou-

mir.

desservantaudépartuniquementles

velle chambre d’enregistrement du


sommeilainsiquel’acquisitiond’ou-

routineinadéquateavantd’allerau

à la clinique du sommeil, on constatequ’unenfantquiéprouve

tilsd’investigationquifaciliterontle

lit.toutcommel’adulte,unenfant

travaildescliniciensenplaceetper-

quiressentdel’anxiétépeutavoirde

mettront d’enregistrer le cycle de

la difficulté à s’endormir. un pro-

sommeiletlesmouvementsdespa-

blèmephysiologiquetelqu’unein-

tientsàleurdomicile.

tolérancealimentaire,unproblème

Le sommeil, un incontournable de la santé onlesait,lesommeilapportebien

derespirationouunsymptômede

de la difficulté à dormir, qui se réveilleplusieursfoisparnuit,sera durantlejourmoinsréceptifauxstimulusextérieurs;sacapacitéd’ap-

refluxparexemplepeutégalement

prentissage et d’acquisition de

entrainerchezunenfantuntrouble

nouvelleshabiletésenseraaffectée.

dusommeilimportant.

S’associantauxproblèmesdéjàexis-

plusquedurepos!Ilrégénèrel'espritetlecorps,etpermetunfonctionnementoptimallejour.Importantpourlemétabolisme,ilfavorise la mémoire et le bon fonctionnementdusystèmeimmunitaire. Lesméfaitsd’unemauvaisenuitde sommeil sont connus : fatigue, manque d'énergie, difficulté à se concentrer, jugement médiocre,

« Un enfant qui dort mal peut présenter un portrait clinique d’agitation qui rappelle le trouble de l’attention sans en être un. »

irritabilité. des états qui, à long drRogerGodbout

terme, peuvent devenir irritants pourlapersonneelle-mêmeetpour

Leseffetsnéfastesquepeutavoirun

tants, le trouble du sommeil com-

des’yarrêteretdemieuxcompren-

troubledusommeilsurunpatient

plexifieraleportraitcliniquedetout

drelescausesetlesconséquences

sontparfoislaisséspourcompte,car

patient. Risquant d’augmenter les

quepeuventapporterdespériodes

ses besoins cliniques immédiats

comportementsdysfonctionnelsde

desommeilnonréparateur.

préoccupentd’abord,sanssedou-

celui-ci,lemanquedesommeilde-

untroubledusommeilpeutpren-

ter qu’un trouble du sommeil est

viendraunfacteuraggravant.

drelaformed’unedifficultéàs’en-

une comorbidité qui complique

La détresse des parents

dormir, de réveils fréquents ou

l’évolutiondupatient.Laclinique

prolongésquipeuventêtreaccom-

surspécialiséed’évaluationdiagnos-

pagnés de comportements singu-

tique du sommeil s’est donc don-

sonentourage.Ilestdoncimportant

liers (parasomnie) tel le somnambulisme.biensouvent,uneinsomnie pédiatrique sera associée à la

néecommemandatdesensibiliser les acteurs de première et de

Lesparentssouffrentégalementdu manquedesommeildeleurenfant. unenfantautistequiseréveilleplusieursheuresparnuitferaensorte que les parents auront également

deuxième lignes du réseau de la

l’œil ouvert tout aussi longtemps.

santéenlesinformantdel’évolution

Par manque de connaissances ou

d’élémentstropstimulantsdansla

normaleetanormaledusommeil,

parcequ’ilssontsubmergésparles

chambre à coucher (jeux électro-

des diagnostics et des différentes

besoinsparticuliersdeleurenfant,

niques, téléviseur, etc.) ou à une

méthodesdetraitement.

les parents croiront à tort qu’il est

combinaisond’environnementsincompatibles comme la présence

5


« Se réveiller la nuit peut être normal pour un enfant, ne plus évelyneMartello

être capable de se rendormir seul

normalqueleurenfantaitdela

fant, ne plus être capable de se

températurecorporelleetlapres-

difficultéàtomberdanslesbrasde

rendormir seul ne l’est pas! »

sionartérielletellesqu’unbonbain

Morphéeetoublieronttropsou-

Lorsqu’unenfantseréveillelanuit,

chaud.chezlesenfantsatteintsde

vent d’en parler aux spécialistes

ilabesoinpourserendormirdes

troublesneurodéveloppementaux,

traitantleurenfant.

mêmesconditionsqu’àsoncou-

il faut exagérer ces mesures

« notre rôle est de travailler en cher. trop souvent, le parent se collaboration  avec les parents lèveaumilieudelanuitpourdon-

d’hygiène.Ilestimportantpourles

et les professionnels référents. » drRogerGodbout Qu’ils proviennent de l’Hôpital oud’unautreétablissement,nos «somnologues»ontuncontact continuaveclesintervenantsetles parentsdupatient.L’équipedela cliniquedusommeilcanaliseses effortsàévalueretàdiagnostiquer letroubledusommeildel’enfant, puistravailledeconcertavecles

enfants tEd d’avoir une routine

ner à boire ou chanter une ber-

quilessécuriseradansleurfonc-

ceuse à son enfant qui s’est

tionnement.

réveillé.SelonMmeMartello,iIfaut

Perspectives pour l’avenir…

apprendreàl’enfantàserendormirseuls’ilseréveilledurantson sommeil.àceteffet,ellepropose plusieursmesurespourfavoriserla nuit chez l’enfant dans le livre

Enfin je dors… et mes parents aussi publiéauxéditionsducHu Sainte-Justine.

Pour les prochaines années, l’équipedelacliniquesurspécialiséed’évaluationdiagnostiquedes troublesdusommeilaimeraitcréer unebanquededonnéespermettantdesuivrel’évolutiondespatients.deplus,lesmembresdela cliniqueseconcentrentsurl’éla-

spécialistesattitrésaudossierdu

Pourtoutenfant,ilfautdiminuer

patientenlesconseillantdansleur

lesactivitésludiquesetréduireles

tigation pour aider les pro-

plandetraitement.

stimulations environnementales

fessionnelscliniciensàmesurerle

commelalumièreoulebruitde

degrédesévéritédestroublesdu

Des mesures pour mieux

borationdecertainsoutilsd’inves-

30 minutes à une heure avant

sommeil.certes,lesmembresde

l’heureducoucher.Ilestessentiel

lacliniquecontinuerontdesensi-

Les enfants dépendent de leurs

de préparer le moment du cou-

biliserlesparents,lesintervenants

parents pour s’endormir. Selon

cher,cequipermettraaucerveau

depremièreetdedeuxièmelignes

évelyne Martello, infirmière clini-

de diminuer graduellement son

etsurtoutdesoutenirlescliniciens

ciennespécialiséedanslathérapie

étatdeveille.Ilestimportantd’in-

dansledépistage,lediagnosticet

comportementale: «Seréveillerla

troduireuneroutineetd’yinclure

éventuellementletraitementdes

nuitpeutêtrenormalpourunen-

des activités qui diminueront la

troublesdusommeil.

dormir

6

ne l’est pas! »


Quelques symptômes voiciquelquesindices permettantledépistaged’un troubledusommeil Les indices nocturnes Agitation. Selèveàplusieursreprisesetadela difficultéàserendormir. S’amuselanuit,joue,seracontedes histoires. Peutronflerous’étoufferdurantson sommeil. Lapeurdanslenoir,seréveilleen sursaut. Selonlessymptômes,onarriveà déterminerquelestletypedetroubledu sommeildel’enfant. Les indices diurnes Irritabilité,réactionoppositionnelle, somnolenceouagitation. difficultéàseconcentrer. Ralentissementdesapprentissageset del’acquisitiondenouvelleshabiletés chezunenfant.

7


Le français de France

fRAncEbEAudoIn

Combien de fois nous est-il arrivé de nous questionner sur l’utilisation des majuscules? Est-ce que tel mot prend une majuscule ou pas? Selon le contexte, il se peut même que ce mot puisse s’écrire avec une majuscule ou une minuscule (question de simplifier les choses!...). Tentons donc de clarifier l’emploi de la majuscule pour diverses catégories de noms et d’appellations.

CONSEIL, COMITÉ Si la dénomination commençant par le mot

conseil désigneunorganismequiauncaractère uniquedansunétat,àl’échelled’ungouvernementouinternationale,cemotprendlamajuscule. Leconseildustatutdelafemme,leconseildes ministres.

8

tion(conseil,conseild’administration,conseil

municipal,etc.),lemotconseil neprendpas demajuscule.

Leconseild’administrationdel’Hôpital Rivière-des-Prairiess’estréunihier. Ilestmembreduconseildesmédecins, dentistesetpharmaciens. Enprincipe,ilenvademêmepourlesnoms

S’ils’agitd’ungroupedepersonnesforméàl’in-

decomitésquin’ontpasuncaractèreunique

térieurd’unétablissementpourparticiperàsages-

dansl’ensembledusecteurpublicouprivé.


Elleestprésidenteducomitédegestiondes

onpourradoncécrire:

risques. Lemotcomité neprenddoncpasdemajus-

veuillezlibellervotrechèqueàl’ordredela commissionscolairedeLaval.

cule,àmoinsquelaclartédutextenel’exige

Mais,onécrira:

ouqu’ilnes’agissed’unorganismeunique dontoncitelenomofficiel.

J’habiteàquelquesruesducégep André-Laurendeau.

Lecomitéolympiquecanadiensepenchera

Lenomdesgrandesécoles(appartenantà

surleproblème.

l’enseignementsupérieur)gardetoutefoisla

ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT Encequiconcernelesnomsdesétablissementsd’enseignementetdesorganismessco-

majusculeinitialedanstouslescontextes.

L’écoledeshautesétudescommerciales. L’écolenationaled’administrationpublique.

laires,iln’estpastoujoursfaciledesavoirs’il

ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

fautécrirelenomgénérique(école,collège,

Lepremiernomdeladénominationd’unéta-

cégep, etc.) tout en minuscules, ou s’il

blissement de santé prend la majuscule

convientdefaireressortirlapersonnalitémo-

lorsquecettedénominationdésignelaper-

raledel’établissementetdemettreunema-

sonnemoralequeconstituel’établissement.

jusculeàcenomgénérique.Enbref,s’ils’agit d’untextecourantsansportéejuridique,on

L’HôpitaldeMontréalpourenfants. LecentremédicalLaval.

écritlenomgénériqueavecuneminuscule

toutefois,lorsqu’ondésigneplusparticulière-

initiale.Lesnomsetadjectifsquicomposent

mentlelieu,l’immeubleoulebâtimentoùse

lespécifiqueprennentquantàeuxlamajus-

trouve un établissement de santé, on peut

cule.Lesdiversélémentsduspécifiquesont

écrireletermegénériqueavecuneminuscule

liésparuntraitd'union.

initiale.

J’aimeraissavoiroùsesituelecégepde

Lesblessésontététransportésd’urgence aucentrehospitalierfleury.

bois-de-boulogne. Ilenseignedansdeuxécolesdela commissionscolairedesPatriotes. Silecontexteindiqueplutôtquel’établissement est considéré comme une personne morale dont on cite le nom officiel (bien qu’une école primaire ou secondaire publiquenesoitpratiquementjamaisconsidérée

Lestationnementdel’hôpital Rivière-des-Prairiesestcomplet.

Il faut dire, il faut écrire Incorrect émettreun communiqué émettreun passeport émettreunrapport émettreunreçu émettreunverdict

INTERNET, INTRANET, EXTRANET ET WEB LemotInternet estconsidérécommeunnom proprequidésigneuneréalitéuniqueeton l’écritavecunemajuscule.Iln’estgénérale-

correct Publierun communiqué

mentpasprécédéd’unarticle.

délivrerunpasseport

s’imposealors:c’estgénéralementlecasdans

faireunerecherchedansInternet.

Produireunrapport

uncontrat,unprocès-verbal,unrèglement,

Lestermesintranet etextranet sontconsidérés

parexemple.

commedesnomscommuns.Ils’écriventavec

commeunepersonnemorale),lamajuscule

donnerunreçu Rendreunverdict

9


desminusculesinitialesetonlesemploieavecun

UNITÉS ADMINISTRATIVES

article.

Lepremiernomdeladénominationdesdiffé-

notreextranetaétéinauguréen2008.

rentesunitésadministrativesd’uneentrepriseou

Lessitesintranetsontplutôtraresdansles

d’unorganisme(direction, service)s’écritavec unemajusculeinitiale.toutefois,lorsqu’onutilise

petitesentreprises.

uniquementlepremiernomdeladénomination

LetermeWeb aunevaleurdenompropre.àl’ori-

d’uneunitéadministrative,quecesoitpourdé-

gine,lagraphieavecmajuscules’estimposéepour

signeruneunitépréciseouplusieursunitésde

soulignerlecaractèreuniqueduWeb.Plusrécem-

l’entreprise ou de l’organisme, ce nom s’écrit

ment,lagraphieavecminusculeafaitsonappari-

avecuneminusculeinitiale.

tiondanslapressefrancophoneetdansInternet,

Ladirectiondesservicesadministratifs estchargéedudossier.Ladirectiondevra égalementprésenterunrapportdétaillédes fraisreliésàcedossier.

webétantconsidérécommeunnomcommun. Actuellement,lesdeuxgraphiespeuventêtreutilisées,maisl’officequébécoisdelalanguefrançaise privilégieencorelagraphieavecmajuscule.

LesdocumentsWeb,unepageWeb. MINISTÈRE, MINISTRE

LeServicedesapprovisionnements recrutedenouveauxemployés.tousles servicesrecevrontlesinformations àceteffet.

L’usageveutquel’onmetteunemajusculeàladésignationduoudesdomainesquegèreleministère,lemot ministère lui-mêmecommençantpar uneminuscule.Lemotministre suitlamêmerègle debasequelemotministère:lorsquecemotest suividuchampd’actionduministre,ilcommence SouRcE : LEfRAnçAISAu buREAu,offIcE QuébécoIS

paruneminuscule,etlescomplémentsdecemot s’écriventavecunemajusculeinitiale.

LeministèredelaSantéetdesServices sociaux.Leministredel’éducation.

dELALAnGuE

Et ma inten ant, t estez conna vos issan ces! dAnS LE tExtE SuIv 12MA Ant, JuScu ILyA LESà  SAuR AJou Ez-vo t E R, uSLE SQuE LLES?

fRAnçAISE

julieestadjointeadministrativeàladirectiondescommunicationsdel’hôpitalrivière-des-prairies.elleaauparavanttravaillé auministèredelacultureetdescommunicationsetàl’écolepolytechniqueoùelleétaitmembreduconseild’administration. elleauracommemandatdefairedesrecherchedansinternet,defairelamiseàjourdel’extranetetdes’assurerquelesdocumentswebrespectentlesrèglestypographiquesdebase. quelesdocumentsWebrespectentlesrèglestypographiquesdebase. nistration.ElleauracommemandatdefairedesrecherchedansInternet,defairelamiseàjourdel’extranetetdes’assurer travailléauministèredelacultureetdescommunicationsetàl’écolepolytechniqueoùelleétaitmembreduconseild’admiRéPonSES:Julieestadjointeadministrativeàladirectiondescommunicationsdel’HôpitalRivière-des-Prairies.Elleaauparavant

10


L’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS)

honore la carrière d’un homme d’exception Médecin, chercheur, homme de cœur et de science, le Dr Breton a consacré sa vie à préserver celle des jeunes suicidaires Stéphanetrépanier

Le docteur JeanJacques Breton est responsable de la Clinique des troubles de l’humeur (CTH) du Programme de pédopsychiatrie et chercheur au Service de recherche de l’Hôpital Rivière-desPrairies, professeur agrégé de clinique au Département de psychiatrie de l’Université de Montréal et membre du Centre de recherche FernandSeguin.

depuisquatredécennies,iln’estpasd'actionet derecherchesurlesuicidechezlesjeunesau Québecquin’aientbénéficiédel’apportoude l’intérêtdudrJean-Jacquesbreton.figureincontournablesinonemblématiquedelaprévention dusuicidedanslaprovinceetaucanada.

Une feuille de route éloquente Sa plume scientifique est particulièrement féconde.àl’origineoucomplicedeplusde80publicationset180communicationsscientifiques surlesuicideetlasantémentale,ledrbretona publiétroisvolumesspécialisés,dontle Guide

Médecin, chercheur, homme de cœur et de

pratiquepourunprogrammeensantémentale:

science,ledrbretonaconsacrésavieàpréser-

planifier, implanter et évaluer, devenu un ou-

vercelledesjeunessuicidaires.c’estdoncsans

vragederéférenceauprèsdesintervenants.Son

surprise,maisavecfiertéetreconnaissance,que l’HôpitalRivière-des-Prairiesaapprisqueleprestigieuxprixluiétaitdécernéen2009.unprixqui luiétaitofficiellementremisle3avrildernierdes mains de la présidente de l’AQPS, Mme Julie campbell, en présence de sa famille et d’une brochette de collègues, de collaborateurs et d’amisvenuscélébrerpourl’occasionlesmérites dupédopsychiatre.

expertise acquise sur près de 40 ans lui vaut d’êtreinvitéparleministèredelaSantéetdes Servicessociauxàparticiperàl’élaborationdes paramètresdefinancementderecherchesurles groupeslesplusàrisquedesuicide.Ilcollabore régulièrementavecl’Institutdesantépubliquedu Québec.Membredugroupedetravailsurles banquesdedonnéesenmatièredesuicideau Québec,ilentretientaussidesliensprivilégiés avecleServicedepsychiatriedel’enfantetde

LeprixRéjean-Marierreconnaitl’apportexcep-

l’adolescent du centre hospitalier universitaire

tionneld’unindividuoud’ungroupeàlapré-

Pitié-SalpêtrièredeParis,sarenomméedépassant

vention du suicide et constitue la plus haute

largementnosfrontières.Etendépitdel’âgede

distinctionaccordéeenpréventiondusuicideau

laretraitequipourraitleralentir,ildemeureà

Québec.crééen1988etnomméparlasuiteen

l’avant-scènedel’innovationcliniqueetscienti-

l’honneurd’undesfondateursdel’AQPS,leprix

fique,commeenfontfoisesrécentstravauxsur

Réjean-Marierestattribuéauxdeuxans.

lesfacteursdeprotectionetlacréationen2004

11


delacliniquedestroublesdel’humeur,premièrecliniquedes-

unpédopsychiatrequisepermetd’emprunterdessentiers

tinéespécifiquementauxjeunesprésentantdesconduitessui-

peufréquentésquandilfautfranchirlemutismed’unjeune

cidaires.

suicidaire.

Lesappuisàsacandidatureimpressionnent.del’ancienpre-

Lesfaitsd’armesdudrbretonnepeuventêtrecontenusdans

mierministrePierre-MarcJohnsonaudrdavidcohen,chef

le format d’un simple article. vous nous excuserez donc

dudépartementdepsychiatriedel’enfantdel’HôpitalPitié-

d’omettredélibérémentdegrandspansdesréalisationsdu

Salpêtrière(universitéPierreetMariecurie),enpassantparle

médecin.noustenonstoutefoisàsoulignerquelerécipien-

drMicheltousignantducentrederechercheetd’interven-

daireduprixRéjean-Marier2009s’estfaitunpointd’honneur,

tionsurlesuicideetl’euthanasiedel’universitéduQuébecà

toutaulongdesacarrière,d’encouragernombredecerveaux

Montréal,toussontunanimespoursaluerlacontributionex-

doués,contribuantainsiàformeruneéloquenterelèveen

ceptionnelledudrbretonetl’impactdesestravauxdansle

santémentale.unlegsquis’ajouteàtoutcequesonenga-

domaineclinique,delarechercheetdelaprévention.

gementindéfectibleaurapermisdecomprendreetdefaire

Homme de science, homme de cœur Mais au-delà de ses exploits scientifiques et pédopsychiatriques,c’estaussietsurtoutàl’humanisteaccompliqueceux qui le connaissent bien ont voulu rendre hommage. un

pourcesjeunesauxconduitesmortifères.Grâceàlui,l’avenir duQuébecetdesjeunesquilecomposerontseporteranécessairement mieux. Plusieurs lui doivent d’être désormais sains…etsaufs.Mercietbravodrbreton!

hommequin’apashésité,endébutdecarrière,àprendrela plumedupèrenoëlpourrépondreauxenfantsdésespérés quiluiécrivaientdeslettresdemortautempsdesfêtes.

 on bret .  r u e octe m ill Led esafa d uré e n to

12

de ilieu m  u a P S. i é l'AQ raph e g d o  t t pho dPe reton sdel'HR b  r u t an octe s e nt Led repré


Un des moments magiques de cette soirée-bénéfice, Normand Brathwaite et sa fille Élizabeth BlouinBrathwaite qui interprètent en duo « Father and son ». PouRSouLIGnERLASEMAInEnAtIonALEdELASAnté MEntALEdu4Au10MAIdERnIER,LAfondAtIon LESPEtItStRéSoRSAMISSuRPIEddIvERSESActIvItéS

h ditp cré

o to

:R

rd éna r t M e b o

dEvISIbILItéEtdEfInAncEMEnt.

Le6mai2009,plusde600personnesontassistéàlatoute

Leduopère-filledenormandbrathwaiteetélizabethblouin-

premièreéditionduShowlespetitstrésorsauMonument-

brathwaiteaétéunmomentremplid’émotion.Autremo-

national.normandbrathwaiteetlestroismarrainesdela

ment magique, la clôture du Show avec la chorale de

fondation,SophiePrégent,SylvieLauzonetPatriciaPaquin,

l’AcadémieMichèleProvostoùdesjeunesduprimaireont

sesontpartagél’animationdecettemerveilleusesoirée.Jim

chantéavecnulautrequenicolaciccone.Petitsetgrands

corcoran,clairePelletier,florenceK,françoisMassicotteet

yontmistoutleurcœuretleurvoixpourterminercespec-

nicola ciccone sont quelques-uns des artistes qui ont

taclesurunenoteféérique.

chauffélascènedelasalleLudger-duvernaypourl’occasion.

Grâceàlaprécieuseparticipationdesartistes,audévouementdesbénévolesetàlagénérositédupublic,lasoiréea

Pourouvrircettesoirée,lafondationprésentaitunevidéo

étéunsuccèsetapermisàlafondationdefaireunpasvers

avecdestémoignagesdeparentsquiviventavecladiffé-

la«déstigmatisation»delamaladiementaleeninformant

rence,ladifférencedevivreavecunenfantayantunpro-

mieuxlepublic.

blèmedesantémentale.cettevidéoseretrouved’ailleurs surlenouveausiteInternetdelafondation.Momentfragileetémouvant,cespetitsclipsontdonnéletonàcette soiréechaleureuseetbouleversante. Lesspectateursontégalementeulasurprisedevoirsur scène William deslauriers, accompagné à la guitare par

créd

itph o

to  : 

Rob e

rtM é

nard

Jean-PhilippeAudet,tousdeuxfraichementémoulusdela cuvée2009deStarAcadémie!

Pour terminer ce spectacle sur une note féérique, la chorale de l’Académie Michèle Provost composée de jeunes du primaire a chanté avec nul autre que Nicola Ciccone.

13


créditphoto:RobertMénard

au momenT de

remeTTre la bourse aux deux récipiendaires : 1re RAnGéE:

MARIEGRéGoIRE,vice-présidentedu conseild'administrationdela fondation, cHRIStoPHEHuyn (boursier), SyLvIE etHéLènEfoRtIn delafondationAndrédédéfortin. 2e RAnGéE : SyLvIELAuzon,marrainede lafondation, cHAntALPRovoSt,directrice généraledelafondation, MIcHELLAPoIntE,directeurgénéral del'HôpitalRivière-des-Prairieset ALAInboucHER,présidentduconseil d'administrationdelafondation. 3e RAnGéE: ALAInJAnELL (boursier).

remise d’une bourse de recherche de

5000 $

LafondationlespetitstrésorsaaussiprofitéduShowlespetitstrésorspourremettre,quelquesheuresavantlalevéedesrideaux,unedeuxièmeboursederecherchesurlesuicidechezlesjeunesenpartenariataveclafondationAndrédédé fortin.cetteboursede5000$estremisepourunedeuxièmeannéeconsécutiveàdesétudiantsàlamaitriseouaudoctorat désirantpoursuivreunprojetderechercheenlienaveclaproblématiquedusuicidechezlesjeunes.cetteannée,labourse derechercheestremiseàchristopheHuynetAlainJanell. christopheHuyneffectueunecotutelledoctoraleensciencesbiomédicales,optionsciencespsychiatriques,àl'université deMontréalsousladirectiondudrRogerGodbout,chefduServicederecherchedel’HRdP,etenpsychologiecognitive àl'universitédeParisv-Renédescartes,sousladirectiondudrJean-MarcGuilé,chercheuràl’HRdPetàl'HôpitalPitiéSalpêtrière,encollaborationavecledrdavidcohen,directeurduServicedepédopsychiatrieàl'HôpitalPitié-Salpêtrièrede Paris.Sonsujetdethèseportesurlerisquesuicidaireetlediagnosticdifférentielentreletroublebipolaireetletroublede personnalitélimiteàl'adolescence. QuantàAlainJanell,ilfaitundoctoratàl'universitéduQuébecàMontréal,sousladirectiondudrRéalLabelle,chercheur auServicederecherchedel’HôpitalRivière-des-Prairies.Sonsujetderechercheportesurlerôledel'apprentissagedescompétencespsychosocialesdanslapréventiondusuicideauprèsd'adolescentsprésentantdestraitsdepersonnalitélimiteet avecunrisquesuicidaireélevé.

TouTes 14

nos

féliciTaTions

aux deux récipiendaires!


Motion à l’Assemblée nationale : la Fondation à l’honneur Le6maidernier,danslecadredelaSemainenationaledelasantémentale,leministredelaSantéetdesServicessociaux,ledryvesbolduc, présentaitunemotionàl’Assembléenationalepoursoulignerlaproblématiquedelasantémentale.Lafondationaétéinvitéeàêtreprésentée lorsdecettejournée.c’estMadameGenevièveMarcon,présidentedeGMdéveloppementetex-membreduconseild’administrationdelafondation,quiareçulessalutationsdel’Assembléenationaleàtitredereprésentantedelafondation.

la fondaTion dans le méTro!

lancemenT du siTe la « communauté les petits trésors »

durantlaSemainenationaledelasantémentale,Lafondationles petitstrésors,avecsonpartenaireMétrocom,organisaitune2e campagnedesollicitationdesusagersdumétrodanslesstations Montmorency,McGill,Henri-bourassaetbonaventure.cetteactionapermisderécolterprèsde4000$.bravoàtoutesetàtous.

www.petitstresors.ca LenouveausiteInternetdelafondationestmaintenant accessibleàtous.officiellementlancéelorsduShow,la communautélespetitstrésorsreprésenteunpointderencontreetunetribuneoùl’onretrouveradestémoignages depersonnesconcernéesparlesproblèmesdesantémentale chez les enfants, des informations et des nouvelles concernantlesactivitésdelafondation.cenouveausite permettradetrouverdesréponsesàcertainsquestionne-

un merci TouT spécial aux bénévoles qui onT parTicipé à ceTTe collecTe de fonds : Pierre Rocray, taha Hkim, émilie Gareau,  catherine Aubin, francinefackini,carldesrosiers,RéalProvost,Michelthéroux, Antoine Robitaille, Katrine demers, Louis bonneville, diane Robidoux,caroledeschênes,MichelGauthie,MichelHethrington,

mentspuisquelacommunautérendradisponiblesdesdo-

Ruth-tainacharles-osty,Manonchartrand,SylvainSavard,

cuments,desconférencesetdestextesdeprofessionnels

takieddinneKheloufi,GenevièveMalboeuf,JeanMichelLévesque,

notamment.nousvousinvitonsàlevisiteretàyparticiper.

AdhamShalaby,omarShalaby,Gérardbrichau,Lindaboisvert,

desbloguesetdestémoignagesdiversysontprésentéset

Lisethibault,danielbeauchamp,nicolasSylvestre,Marie-claude

serontmisàjourrégulièrement.

Lortie,AlainJ.cusson,Marie-christineSarrazin,danielbeaudoin,

n’hésitezpasàvousexprimeretàlaisservoscommentaires! LAfondAtIonAAuSSISAPAGESuRfAcEbooK!vEnEz

Roxanefafard. deplus,du20avrilau10mai2009,notrepartenaireMétrocom amisànotredispositionunlocalàlastationdemétroMcGill.ceci

LAvoIR,LESActIvItéSdELAfondAtIonAInSIQuEdES

nousapermisdepromouvoirnosdifférentesactivitésetd’yassurer

PHotoSySontAffIcHéES.

unebonnevisibilitépourlafondation.

15


dons d’opéraTion enfanT soleil, de la banque scoTia eT de méTrocom Le 7 avril dernier, la fondation recevait un don de 12 500 $ d’opération Enfant Soleil afin de compléter l’équipement de l’Hôpitalparl’aménagementd’unechambred’enregistrementdu sommeiletpourl’achatd’unecaméravidéoàdisquedurdansle LabanqueScotiainauguraitunenouvellesuccursalele20avril

but de filmer les variations du sommeil des jeunes patients à la

dernieràlastationdumétroMcGill.Lorsdecetteinauguration,

maison.depuis1998,l’HôpitalRivière-des-Prairiesareçu223500 $

lafondationrecevaitundonde5000$,soit2500$dela banqueScotiaet2500$deMétrocomquijumelaitledon. nouslesremercionsdeleurgrandegénérosité.

d’opérationEnfantSoleil.Merciàcetorganismepoursacontribution aumieux-êtredesenfants!

un mcdon pour la fondaTion! Le6maidernier,touslesrestaurantsMcdonalddupaysfaisaientunMcdonpouramasserdesfondspour différents organismes caritatifs. Le propriétaire de la franchise du Mcdonald de Rivière-des-Prairies,  monsieurRaymondMénard,décidaitquantàluideremettreunepartiedesdonsrecueillisàlafondation lespetitstrésors.nousconnaitronssouspeulemontantdeceMcdon.àsuivre!

séance de signaTures des marraines PourclôturerenbeautélaSemainenationaledelasantémentale,uneséancedesignaturesaveclesmarraines delafondationétaitorganiséele8maidernierdansnotrelocaldelastationdemétroMcGill.cetteactivitéa permisàplusieurspersonnesderencontrerPatriciaPaquin,SylvieLauzonetSophiePrégent,enplusd’offrirune bellevisibilitéàlafondation.

une nouvelle venue à la fondaTion bonjouràtous. J’aimeraisprofiterdecetteoccasionpourmeprésenter

metientvraimentàcœur,carcetteréalitéestaussila

àvousentantquestagiaireauxcommunicationsàla

mienne avec ma petite sœur qui souffre d’un déficit

fondationlespetitstrésorspourl’été2009.Jeterminerai

d’attentionavechyperactivité.Jesuisfièreetheureuse

l’automneprochainunbaccalauréatencommunication

decontribueràlafondationdel’Hôpitaletjesuiscer-

àl’universitédeMontréaletc’estavecgrandplaisirque

tainequecetteopportunitéserauneexpérienceenri-

jemettraiàprofitmesconnaissancesetacquerraide

chissante.

l’expérienceauseindecetteorganisation.votremission d’aiderlesenfantsauxprisesavecdestroublesmentaux

16

Auplaisirdevousrencontreretdetravailleravecvous.

Katrinedemers


22e

le Tournoi de golf de la fondaTion les peTiTs Trésors L’été arrive à grands pas et les tournois de golf aussi!  En effet,

souper champêTre du groupe perron Pourunedeuxièmeannéeconsécutive, notrepartenaire,leGroupePerron,affiliéàbMonesbittburns,organiseune soirée-bénéfice afin de financer une boursederecherche.cetteboursepermettra à l’Hôpital Rivière-des-Prairies d’attirer et de conserver d’éminents chercheurs, permettant à l’établissementderayonnerdavantageetd’aider encore plus d’enfants.  cette activité consistera en un souper champêtre suivi d’un spectacle qui aura lieu le

quelquestournoisserontorganisésenvuedelasaisonestivaleetla fondationestdunombreavecson22e tournoidegolf.Maisvoici, enordrechronologique,lesdifférentstournoisquitouchentlafondationlespetitstrésors. Lepremiertournoiestorganiséparl’omniumdegolfMartinbrodeur et aura lieu le 26 juin au club de golf « Le parcours du cerf » à Longueuil.Lesprofitsdecetteactivitéserontremisàlafondation. Ledeuxièmeestorganiséparl’omniumdegolfGervais-talbotetse déroulerale3juilletprochainauclubdegolfSaint-Hyacinthe.cet évènementpermettraderécolterdesprofitsquiserontégalement versésàlafondation. Letroisièmeendateestle22e tournoidegolfdelafondationles petitstrésors,notretournoi.cetévènement-bénéficeauralieule6 juilletprochainauclubdegolfSummerleadevaudreuil-dorion.Si vousêtesdisponible,nouscherchonstoujoursdesbénévoles.veuillezcommuniqueravecnoussiçavousintéresse. Etlequatrièmetournoi,organiséparlesagentsdesurveillancedela SociétédetransportsdeMontréal(StM),auralieule22aoutprochainauclubdegolfLeRivièraàSaint-brunodeMontarvillesousla présidencedeMonsieuryvesdevin,directeurgénéraldelaStMet

29aoutprochainauvignobledomaine

membreduconseild’administrationdelafondation.Lesprofitsde

lesbromes,propriétédeLéoncourville.

cetournoiserontversésàlafondationlespetitstrésors.

la collecTion les peTiTs Trésors Pourlarentréescolaire,lafondationlancerasapremièrecollectiond’articlesscolairesquicomprendrasacà dos,coffreàcrayonsetsacdesport.Surveillezbientôtlapréventepourlesemployésdel’HôpitalRivière-desPrairies.

17


Stéphane trépanier

àlasuitedelanaissancedesafille,Juliecollectionnelesnuitsblanches. Alorsqu’elles’attendàuneoudeuxannéesdesommeilperturbé,sapetite véroniquenedorttoujourspasbienàl’âgedeseptans.épuiséeetinquiète poursonenfant,elleestdestoutespremièresàconsulteren2008la cliniquedusommeildel’HôpitalRivière-des-Prairies.depuis,mèreetfille dormentsurleursdeuxoreilles.Enprime,ladémarcheleuraouvertdes portesetfournidesréponsesdepuislongtempsattendues. IlétaitunefoisunemèresurlapistedeMorphée.

Rendez-vous

avec

le marchand de sable

unpeuderépitaprèsdescentainesde

meil,samèredoitlarassurerenluitenant

nuitsd’inquiétudeaeffacélescernesaux

lamain.Lorsqu’elleseréveille,cequise

yeuxdeJulie: «Pendantdesannées,je

produit plusieurs fois par nuit, elle ré-

n’aipasbeaucoupdormilanuit.Maintenant, enfin, véronique est capable de dormirseuledanssonlit.c’estmerveilleux.onattendaitçadepuisqu’elleest venueaumonde». Chercher dans le noir

gagnelachambredesesparents.Souvent,deguerrelasse,ilslalaissentserendormir dans le lit conjugal. dans ce contexte,Julienedortqued’uneoreille. Maiscequiinquièteleplus,c’estl’attitude

véronique est une enfant qui présente

rigide et la démarche mal assurée

des retards de développement. Mais la

qu’adoptesafillelanuit:«àquatreans,

listedesessymptômesneconduitpasà

quandelleselevaitpouralleràlatoilette,

un diagnostic clair. Ses difficultés sont

ellemarchaitdefaçonsaccadéeavecun

multiples, mais souvent considérées commelégèrespourlesmédecins,spécialistesetprofessionnelsquilarencontrent.Lacompréhensiondesonétatreste floue.Entreautres,sonsommeilestparti-

18

clame la présence de sa maman ou

airabsent.onauraitditunemarionnette désarticuléequ’onbougeaitavecdesfils, maissanscontrôle.cen’étaitpasnormal. Mêmepluspetite,quandjelachangeais

culier.Enpériodedestress,ellefaitbeau-

de couche sur la table à langer, j’avais

coupdecauchemars.Elleadeladifficulté

l’impressionqu’ellesesentaittomber» de

às’endormir.Pourbasculerdanslesom-

décrireJulie.


Une évaluation en attire

attitré,MmeévelyneMartello,infir-

mèneraàunedécouvertequiap-

une autre

mière clinicienne, et Mme élyse

porteraunéclairagenouveausur

chevrier,technologuequiprocè-

lesproblèmesdevéronique: «Ils

deraàl’analysed’unenuitpassée

sesontrenducomptequejefaisais

aulaboratoire.Lequatuorrecueille

unevingtained’interventionsau-

toutel’informationnécessairepour

prèsdemafilledurantlanuit.Je

faireunpremierportraitdelasitua-

vérifiesiellerespirebien,jereplace

tion.L’accueilestchaleureuxetras-

sa couverture, je la repositionne

surant.unegrandeattentionest

confortablement. Ils ont aussi

portéeàlamiseenconfiancede

constaté que sa jambe bougeait

véronique,toutensourireetdou-

huitfoisparheureetqu’ellefaisait

ceur.Heureusement,carlaprocé-

del’apnéedusommeil.Elleavait

durequis’annoncepeutintimider

unsommeilparadoxalécourté,ce

avecsesélectrodes,sacaméraet

quiaffectaitsamémoire.Maissur-

le dénuement d’une chambre à

tout,ilsonttrouvéqu’ilyavaitdes

coucherscientifiquementaustère.

pointesélectriquesquirevenaient

àforcedepersévéranceetdevant l’hypothèse d’un cas d’autisme, Mmecaronparvientàobtenirun rendez-vous d’évaluation avec le drAndréMasseetlagénéticienne beverley-Ann Lee au Programme destroublesneurodéveloppementaux de l’Hôpital Rivière-desPrairies. L’hypothèse ne s’est finalementpasconfirmée,maisla démarche conduit la petite véroniqueauseuildelaclinique dusommeil.Après,laviefamiliale neseraplusjamaislamême.on commenceàentendrelespasdu marchanddesable.

La nuit s’éclaire

régulièrementdanssonsommeil. Legraphiqueaétéenvoyéauneu-

Après l’observation nocturne, les

rologuequiaconfirméqu’ellefai-

Mère et fille rencontrent le résultatsnetardentpas.L’évalua-

saitdel’épilepsie.çanousalibérés

tionrévèledescomportementsat-

d’un poids immense. on avait

dr Roger Godbout, responsable

de la clinique du sommeil, la tendus sur lesquels la famille drecélinebelhumeur,médecin

pourratravailler.Maissurtout,elle

« Maintenant, enfin, Véronique est capable de dormir seule dans son lit. C’est merveilleux. On attendait ça depuis qu’elle est venue au monde. »

enfin des réponses » de préciser avecsoulagementJuliecaron.

19


La rencontre suivante est consacr é e  a u x  s o l u t i o n s .  L a  d r e belhumeurprescritimmédiatement unemédicationpourl’épilepsiequi seraajustéeparlasuiteparleneurologue.Lesrésultatsnesefontpas attendre,dejourcommedenuit,raconteJuliecaron: «Lajournéeoù

on a commencé la médication, je suisalléeàsoncoursdedanse.Le professeurm’ademandé«qu’est-ce quisepasse?véroniquesuitbien, elleécoutelesconsignes,etc.» Elle n’en revenait pas. véronique a mêmeréussiàfairelespectaclede find’année.J’enpleuraisdejoie». de toute évidence, la médication opérait.Sesnuitsontperdudeleur agitation.nerestaitqu’àmettreen pratiquequelquesconseilspoursevrer véronique de la nécessité d’avoirsamèreàsescôtésàl’endormissement. un sevrage double puisque Julie était nécessairement habituée,aprèstoutescesannées,à veillersurlesommeildesafille.Pour cefaire,évelyne,infirmière,luifait sesrecommandations.Entreautres, elleluiconseilled’utiliserunobjetfamilier et réconfortant, porteur de sonparfummaternel,qu’elledevra déposerdanslelitdelapetite.une façondecouperlecordonendouceuretenodeur.danscecasprécis, ce sera un oreiller et une robe de chambre. d’après le dr Godbout, malgré son r e t a r d  d e  d é v e l o p pement,véroniqueestprête.Sceptique, Julie ne peut que s’incliner devant l’efficacité de la méthode : «Aprèsunenuitoudeux,c’étaitfini, elleétaitdéjàcapabledes’endormir

20

seule. Elle ne fait plus de crise. Quandelleselèvepouralleràlatoilette,ellenenousrejointplusetretourne dans sa chambre. Avant, j’allaislavoirtoutesles

été ait pas v a ’ n a « Si ç u nique d de la Cli rait il, on se somme ment probable ise, at de cr t é n e e encor ie et de surv » sance... d’impuis

heures.J’ai lâchépriseetjepassedebienmeilleuresnuits.Maintenant,quandjela berce,c’estdanslajoie.cen’estplus parobligation.Etçacréeunebien plusbellerelation». Un second départ une fois les difficultés de dodo circonscrites, la clinique a aussi initiédesdémarchesafindemieux cernerlesproblèmescomplexesde santé de véronique, notamment grâce à l’accompagnement de la drebelhumeur.ducoup,onavait des données pour justifier des examens plus poussés et la dre belhumeurs’estchargéed’établirles contactsaveclesmédecinsetspécialistes concernés. cela a permis de relancerlesinvestigationsmédicales et d’établir ultérieurement certains diagnostics. un progrès notable aprèsdesannéesdetâtonnements. L’espoirrenaissaitpourunemèreen quêtederéponses.Ladémarchea portéfruits.outrel’épilepsie,ona diagnostiquéàvéroniqueuneencé-

phalopathie causée par hydrocéphalieetunearthrogryposecongénitaleparatteintemécanique.Ilne s’agissaitplusdesymptômesvagues. désormais,véroniqueestofficiellementconsidéréecommeprésentant unedéficienceintellectuelle.unstatutquiluidonnedroitàdesservices, etpoursamèreàdusoutienetdu répit.Juliesesentdéjàmoinsseule dans la situation. Il demeure des zonesgrisesetdesquestionsensuspens,maisindéniablementsonpassage à l’Hôpital Rivière-des-Prairies auraétéunpointdedépart,celui quiluiaurapermisdemieuxcomprendrecequisepassedanslatête desafilleauxgrandsyeuxdouxet d’accéder à des ressources appropriées: «Siçan’avaitpasétédela

cliniquedusommeil,onseraitprobablementencoreenétatdecrise, desurvieetd’impuissance.depuis, j’aiétémechercherdeslivrespour m’aider.LecLScs’impliqueraaussi. J’auraidroitàdugardiennagepour medonnerunpeuderépit.Maisle plusimportant,c’estquejesaisque jepeuxmefaireconfiance.Mesobservationsconcordentaveccequ’ils découvrent. c’est un petit baume surmoncœurdemère.Quedirede plus,sinonmerci!» Merci à vous Mme Caron. Et... bonnes nuits!


Bienvenue chez nous unnouvEAucAPItAInEàLAbARREdELAdIREctIondESSERvIcESPRofESSIonnELS

Le Dr Jean Hébert arrive à l’HRDP des projets plein la tête Lenouveaudirecteurdesservicesprofessionnels

vestirdanslerecrutementdestagiairesenméde-

nemanquenid’enthousiasmenid’idées.Ilintègre

cine. «onn’apasidée,quandonestàl’extérieur,

sesnouvellesfonctionsaveclamotivationetledy-

del’expertiseprésenteici.àmonavis,enpsychia-

namismed’unejeunerecrueauxquelss’ajoutel’ex-

trie,ellen’estpasencoreutiliséeàsonpleinpo-

périenced’unprofessionnelaguerri.Lemeilleur

tentiel. Pourtant, on a tout ce qu’il faut pour

desdeuxmondesdansunseuldSP.

proposerunmilieuaccueillant,enrichissantetin-

Aprèsavoirœuvréàl’InstitutPhilippe-Pinelpen-

croyablementstimulantauxmédecinsenforma-

dantprèsde20ans*,étéprofesseuradjointdecli-

tion. Je vais y travailler fort. Ensuite, au plan

niqueetdirecteurdudépartementuniversitaire

clinique,jeveuxm’attaquerauxlistesd’attente.

*àl’InstitutPhilippe-Pinel,

de psychiatrie de l’université de Montréal, le nousavonsunmanqued’effectifspoureffectuer drHébertdécidedes’attelerauxdéfisneufsetam- lesévaluations.àcourtterme,jesouhaitedoncre-

ledrHébertaété

bitieuxqueluioffrel’HôpitalRivière-des-Prairies.

cruterdeuxnouveauxpsychiatresàcettefin.ce

successivementresponsable

Pourquoiici?«àcausedudéfietdudirecteurgé-

faisant,j’aimeraisdévelopperdescréneauxparti-

ciledesonévolution.Iln’yapasbeaucoupdepé-

tente.J’aiaussil’ambitiondedévelopperlesoutien

del’éducationmédicale continue,directeurde l’enseignementetchefdedépartement.Ilaégalement présidélaformationmédicale continuepourleQuébec pourl’Associationdes

néral» répond-ild’entréedejeu.Puisilprécise: culiers pour certaines clientèles spécifiques que «Lapsychiatrieestactuellementàuneétapediffi- l’onretrouveengrandnombresurleslistesd’atdopsychiatresàrecruter.c’estunbeaudéfideles attirerici.Heureusement,ilyaàl’HRdPtouteune

richessequivientdupersonneletdelaculturede

médicalauprèsdelaclientèledesjeunespsychotiques,neserait-cequeparcequelalittératuredémontreclairementquesionlesprendencharge rapidement,onvachangerpositivementl’évolu-

médecinspsychiatresdu

l’établissement.Jedécouvrequenousavonsun

Québecetaétéresponsable

panierdeprofessionnelsquel’onneretrouvenulle

tiondecespatients».

dujournalassociatif.

partailleursetunnoyauexceptionneldeméde-

LedrJeanHébertamèneavecluiunbeauba-

cins.Mespremièresimpressionsdépassentmesat-

gagecliniqueetuneconnaissanceremarquable

tentes. Je ne pensais pas entre autres que la

dumilieudel’enseignementetduréseauuniver-

recherche était aussi développée. L’HRdP a les

sitaire. La clientèle de l’HRdP profitera sans

moyensdefaireunepsychiatriedepointecomme

contestedecesprécieuxatouts.Maisavanttout,

peud’établissementspeuventyaspirer.Ensuite,

vousnouspermettrezdesoulignerl’engagement

j’aieulachancedecôtoyerM.Lapointeàdiffé-

manifestedumédecinàl’égarddumieux-êtredes

rentestablesdetravail.Jel’écoutaisparlerdel’Hô-

jeunespatientsqui,ultimement,dépendentdeses

pital et c’était tout simplement emballant. Je

bonssoins.carcequiressortd’unpremierentre-

sentaisuneaffectionmanifestepourlaclientèleet

tienavecledrHébert,c’estd’abordl’humanitéqui

lepersonneldel’HRdP.çarejoignaitmesvaleurs

sedégagedumédecinetsafermevolontédetout

etmevoilàrenduici».

mettreenœuvrepouraiderlesjeunescerveauxà

LedrHébertadéjàidentifiésesprioritésinitiales,

sebiendévelopper.

cliniquesetpédagogiques.Ilsouhaited’abordin-

bienvenueàborddrHébert!

21


Bienvenue chez nous Mme Nicole Melançon se joint à l’équipe de direction L’HRdPAccuEILLESAnouvELLEdIREctRIcEAdMInIStRAtIvEIntéRIMAIRE duPRoGRAMMEdEStRoubLESnEuRodévELoPPEMEntAux

«Prendresoindesgensquiprennentsoindespatients. » c’estencestermesqueMmeMelançonrésumel’essentieldesdéfisquil’attendentdanssanouvellevieàl’HôpitalRivière-des-Prairies.carsises prochainsmandats,laréorganisationdutravailetledéveloppementdesservicesdanslacommunauté, luiréserventunepremièreannéefertileentravail,c’estavanttoutuneorganisationauxvaleursprofondémenthumainesquiaséduitMmeMelançon.«Lerespectdesgens,duclientetdesemployés, çaressortàl’HRdP.deplus,larechercheetl’enseignementquisefontici,c’estvraimentimpressionnant.J’ycroisbeaucoup,carledéveloppementdessoinspermetultimementauclientderepousser leslimitesdesamaladie» affirmeMmeMelançon.Elleintègredoncunmilieuauxcouleursdesesconvictions. Sonhistoriqueprofessionnelestricheenexpériences.Infirmièredeformationetgestionnairedecarrière,ayantobtenuunemaitrise enadministrationpublique,MmeMelançonadébutéenpédiatrieàl’Hôpitalnotre-dame,puisàSept-Îles.Elleaoeuvréaucentre hospitalierrégionaldeLanaudièrependantprèsde25ansentantqu’assistanteinfirmière-chefaucentredejourenpédopsychiatrie, chefd’unitésspécialiséesdepsychiatrie,degériatrieactiveetdesoinspalliatifs.Elleatravailléenpsychiatrielégaleàl’Institut Philippe-Pinel,futresponsabledessoinsinfirmiersàlaMaisondessoinspalliatifsMichel-Sarrazinetaensuiteoccupélepostede conseillèreàl’équipedesantémentaledudépartementdesantéetsécuritédutravaild’Hydro-Québec.unparcourspolyvalentà lafoiscliniqueetadministratif. Jusqu’àmaintenant,quedécouvre-t-elledanssesnouvellesfonctions?«Jemeretrouvedansunmilieuchaleureuxavecunclimat

familialetunebellecohésiond’équipe.Jemesensépauléedanslequotidien.Monpremierdésirestdem’intégreràlaculturede l’organisationenapportantmacouleur,maissurtout,decontribueràcequelaqualitédessoinsoffertsàlaclientèlenesoitriende moinsqu’optimaleetreconnueparlacommunauté».unobjectifpartagéparl’ensembledesmembresdesanouvellefamille professionnellequi,soussagouverne,nepourraquefleurirdansunterreaudéjàbienlabouréparsonprédécesseur,M.claude champagne,quiaccèdeaustatutméritéd’heureuxretraité.MercidoncàM.champageetbienvenueàMmeMelançon.

Bienvenue chez nous Michèle Gauthier Ellenousestarrivéeenmêmetempsqueleprin-

missionsd’établissementetauniveauprovincial,

temps,entrainantavecelleunventdefraicheur

à titre de conseillère et de directrice des

et de gaieté. nous souhaitons une heureuse

ressourceshumaines.

bienvenueàMichèleGauthier,notrenouvelle énergique,madameGauthieraimes’entourer directricedudéveloppementorganisationnelet depersonnespassionnées.Ayantungrandresdelagestiondesressourceshumaines.

pect pour les employés qui oeuvrent dans le

MadameGauthiertravailledansleréseaudela

réseaudelasanté,elleestfièredecontribuerà

santé depuis 25 ans. à la recherche de nou-

faire connaitre l’Hôpital Rivière-des-Prairies,

veaux défis, elle a œuvré dans différentes commeétantunmilieud’excellenceoùilfaitbon

22


d’ajouterquelquesflèchesàsonarcetentameunemaitriseàl’écolenationale d'administrationpublique(EnAP).Sapassionpourl’humainl’amènenaturellementverslemondedesressourceshumainesoùellesespécialiseendéveloppementorganisationnel.Elletravailleparlasuitecommeconsultantedansde grandesetpetitescompagnies,danslessecteurspublicetprivé. Aujourd’hui,sonrôledeconseillèreendéveloppementdesressourceshumaines àl’HôpitalRivière-des-Prairiesl’amèneàs’occuperdelaformationetdudéveloppementdescompétencesdesemployés.égalementresponsableduvoletdéve-

Sylvie Roy, une passionnée du genre humain!

loppementorganisationnel,ellesouhaitemettreàprofitsesexpériencesetses connaissancespourlebénéficedel’HRdP. « Le personnel représente le cœur de toute organisation » SelonSylviederoy,lemilieudelasanté,commetouteorganisation,doitfaire

Sylvie deroy fait son entrée dans le

faceàdemultipleschangementsorganisationnels.toutenencourageantles

réseau de la santé en occupant la

employésàs’adapteretàmodifierleursfaçonsdefaire,ilestimportantd’être

fonctiondeconseillèreendéveloppe-

attentifàleursbesoins.Pourelle,«lepersonnelreprésentelecœurdetouteor-

ment des ressources humaines à

ganisationetilfautenprendresoin».Sonpremierdéfi,dit-elle,seradesoutenir lescadresetlesemployésdansledéveloppementdeleurscompétencespour leurpermettred’êtretoujoursplusefficacesetplusefficientsdansleursfonctions respectives.

l’Hôpital Rivière-des-Prairies. charmanteetpassionnée,elledémontre déjàparsonenthousiasmesonengagementàs’investirauseindenotre

touchéeparlesvaleursvéhiculéesparl’HôpitalRivière-des-Prairiesoù,selonelle,

organisation.

lamissionsetraduitréellementdanslesgestesposéschaquejourparleperson-

Aprèsavoirfaitunbaccalauréatenad-

nel,elleseditfièred’œuvrerdansunmilieuoùl’humainestplacéaucentredes

ministration des affaires et avoir tra-

prioritésorganisationnelles.c’estdoncavecunréelplaisirquenousaccueillons

vaillédansledomaine,elleressent,au

notrenouvelleconseillèreendéveloppementdesressourceshumainesetluisou-

début des années 90,  le besoin

haitonslameilleuredeschancesdanssesnouvellesfonctions.

travailler.Agréablementsurpriseparlemagnifiqueenvironne-

opérationnelledanssesactions,maisstratégiquedansl’actuali-

ment de l’Hôpital et des services offerts aux employés, elle

sation,madameGauthierprivilégielerespect,latransparenceet

comptebienlesfairevaloirpourlerecrutementdunouveauper-

l’équité.

sonnel. Ellesouhaitequeladirectiondudéveloppementorganisationnel etdelagestiondesressourceshumaines(ddoGRH)accompagneetsoutiennelesdirectionsdel’HôpitalRivière-des-Prairies danslaréalisationdeleursmandats.Ellecollaboreaudévelop-

touchéeparlagentillessedesemployésdel’HôpitalRivière-desPrairies et le chaleureux accueil de ses collaborateurs et collègues, madame Gauthier se sent déjà chez elle à l’Hôpital Rivière-des-Prairies.

pementdupersonneletàsoncheminement.

23


Mélimélo Journée « portes ouvertes »

Une PREMIÈRE à l’HRDP! àL’HEuREoùLERéSEAudELASAntéSubItunEIMPoRtAntEPénuRIEdEPRofESSIonnELS,LESMétHodESdEREcRutEMEntMISESSuRPIEdPARLESétAbLISSEMEntSdESAntéSEdoIvEntd’êtREdEPLuSEnPLuSconvAIncAntES.PouRcE fAIRE,LAdIREctIondudévELoPPEMEntoRGAnISAtIonnELEtdELAGEStIondESRESSouRcESHuMAInESdEL’HôPItAL RIvIèRE-dES-PRAIRIESAoRGAnISé,LESAMEdI28MARSdERnIER,SAPREMIèREJouRnéE«PoRtESouvERtES». déjàentaméeparquelquescentresdesanté,cettetendancesedevaitd’êtreréaliséeparnotreétablissementafin defairevaloirnotreunicitéentantqueseulcentredelaprovinceàoffrirdesservicesspécialisésetsurspécialisésà dejeunesenfantsetadolescentsauxprisesavecdesproblèmesdesantémentale. L’Hôpitalétantreconnupoursonexpertisedepointe,toutdevaitêtreprêtpourépaterlagalerie:visiteguidée,rencontreavecdesprofessionnelsdel’Hôpitaletvisionnementdudocumentdeprésentationdel’HRdPréaliséparle Servicedescommunications,encollaborationavecMmeJulietremblay,jeuneproductrice. Mission accomplie Autotal,prèsde120visiteursontfranchilesportesdel’Hôpital.Enquêtedenouveauté,desinfirmiersetdesinfirmières,despréposé(e)sauxbénéficiaires,despsychologuesainsiquedesétudiantsdanscestroisdomainesont prisd’assautnotreétablissement.

«J’aiétécomplètementsatisfaitedelafaçondontlajournées’estdérouléeetjepeuxmêmedireque c’estlapremièrefoisquej’aiparticipéàunejournéepareilleoùtoutlepersonnelestgentiletbien accueillant!» témoignaged’uneparticipante SoutenueparladirectiondudéveloppementorganisationneletdelagestiondesressourceshumainesetleService descommunicationsetdupartenariatdel’Hôpital,cettejournéen’auraitpuêtreuneréussitesanslaprésencedes représentantsdesprogrammesauxstandsd’information.

24


Obtenant en novembre dernier la certification Boma Best, l’Hôpital Rivière-des-Prairies démontre encore une fois, par sa participation à la

Campagne Défi Climat un défi pour la planète!

campagne Défi Climat, son souci de préserver l’environnement. Pourunedeuxièmeannéeconsécutive,l’HRdPaparticipéàlacampagnedéfi climatquis’estdérouléedu24marsau24avril2009.cettegrandecampagne desensibilisationpourlalutteauxchangementsclimatiquesamobiliséplus d’unecentained’entreprises,d’établissementspublicsetd’organismesdesrégionsdeMontréaletdeQuébec. Lecoupd’envoidelacampagnes’estfaitle24marsà12hparuneconférencièredel’organismeéquiterre,Mmecindyd’auteuil,quiestvenuedonnerde précieuxconseilsauxemployésdel’Hôpitalsurlaconsommationresponsable etlafaçondechangerlemondeungesteàlafois. cetteannée,lesorganisateursdel’HRdPontdécidédepousserlacampagne encoreplusloinetdemettreaudéfilesemployésdechaquedirection.Prèsde 193employésdel’Hôpitalontparticipéàlacampagneetsesontengagésà poserdesgestessimplesetconcretspourcontribueràlaréductiondesémissions degazàeffetdeserre.chaquesemaine,lesinscriptionsétaientcompiléespar secteuretlesrésultatsétaientdiffusésparcourriel.Plusieursdirectionssesont démarquéesenréussissantàmobiliserungrandnombredeleursemployés.

Une hausse des inscriptions par rapport à l’année dernière

Le comité Visez vert est heureux de constater que le nombre d’employés inscritsaaugmentéparrapportàl’annéedernière.Autotal,lepersonnelde l’Hôpitals’estengagéàréduirede239 512 kg/an leursémissionsdegazà effetdeserre.bravoàtousceuxquisesontengagésàposerungestepour notreplanète!

25


Mélimélo Les bons m e n t o r s font les bons stagiaires Lesremercierpourleurdévouementetleurcontributionàlasuitedumonde… cliniqueetscientifiqueestdevenuunetraditionannuelle.cesontnossuperviseurs destage.Annéeaprèsannée,leurengagementenverslajeunesseestindéfectible. Ils croient résolument en la relève et s’investissent à la faire croitre auprès de quelque…300stagiairesd’élite.Gracieusement,consciencieusement.Malgréles responsabilitésetleursagendasbienremplis,ilsn’hésitentpasàajouteràleurs tâchesquotidiennespourléguerauxgénérationsquilessuiventleursavoirde pointe,distribuantavecgénérositédespansdeleurprécieuseexpérience. Encejeudi23avril2009,l’occasionétaitbelledesoulignerleurindispensable HélèneAllaire

collaborationenlesinvitantàunvind’honneurspécialementconcoctépoureux. Pourlacirconstance,laconférencièreHélèneAllaire*,quiœuvredanslemilieude l’enseignementdepuis25ans,aprononcéuneallocutionéloquentesurl’importanceetl’impactdurôlecrucialdusuperviseur:celuidetransmettre.Aussi,deux témoinsprivilégiés,«exetactuellestagiaire**»,sontvenusraconterdansun discoursonnepeutplusdynamiqueetauthentiqueleurexpérienceàl’HRdP.Sans compterlesmotsdereconnaissancebiensentisdudirecteurgénéral,M.Michel Lapointe,dudirecteurdesservicesprofessionnels,ledrJeanHébert,ainsiquede

MarianneLemay

laresponsabledel'enseignementcliniquedel’écolederéadaptationdelafaculté demédecinedel’universitédeMontréal,lacoloréeMmeSylvieScurti.unesuccessiond’hommagespleinementmérités. outre les mentors et plusieurs stagiaires reconnaissants, étaient présents de nombreux partenaires des maisons d’enseignement, en plus de gestionnaires, médecinsetprofessionnelsdel’HRdPvenuscélébrerlesméritesdecesdévoués professeursterrain.uncoupdechapeauauquelsesontjointstoutprèsde80 convives. Aunomdeladirectiongénérale,deMmechristianeGravel,coordonnatricede

valérieRoss

l’enseignementprofessionneletadjointeadministrativeàlarecherche,etsurtout detouscescliniciensetscientifiquesenformation,merciencoreàceuxetcellesqui supervisent si généreusement la naissance de carrières promises à un brillant avenir. *MmeAllaireestdirectriceadjointedesétudesetresponsableduServicedesprogrammesetdu développementpédagogiqueaucégepMarie-victorin.Elleaenseignéaucégepduvieux-Montréal entechniquesd’éducationenservicesdegarde.Elleaétéprésidentedel’Associationquébécoisede pédagogiecollégiale,aenseignéàl’universitédeSherbrookeetdeMontréal. **valérieRoss,ex-stagiaireàlamaitriseenpsychoéducation,etMarianneLemay,stagiaireaudoctoratenpsychologie.

26


Parfois,l’imaginairenedemandequ’uneoccasion pourserévéler.L’hôpitaldejourdel’HRdPena justementproposéunedanslecadredesesateliersd’art-thérapie.unedémarchedeplusieurs moisqui,le21mai2009,apermisàdejeunes patientsd’exposeruneœuvreàlafoisoriginaleet porteused’espoir.Lesjeunescréateursprésents étaientvisiblementfiersdufruitdeleurlabeuret deleurpersévérance:laréalisationd’unenappe thématiquesortietoutdroitd’uneimprobablerencontreentredespersonnagesinsolitesetinventés. «Jemesuistrouvébon»commentaitunartiste enherbe,detouteévidenceheureuxdecequ’il avaitaccompli.L’évènementaaussifaitune placeàuneminirétrospectivedescréations despatientsde2005à2009.unsurvolétonnantetdivertissantdecequipeutémergeràpartir del’inventivitéd’unejeunesserêveuse.delaréhabilitationpoétiquedechaisesau modelagedepersonnagesbien campés,enpassantparl’écoute d’unrapentrainantetlaprésentationdetoilesmontées,l’espaceétait envahiparl’artetunecharmante fantaisie.Petitéchantillond’une banquedeplusde500œuvresde patientsenvoiedeseconstituerà l’Hôpital.nosremerciementsenthousiastesvontàfrancebergeron etSylviebourdon,respectivement art-thérapeuteetéducatriceau Programmedepédopsychiatrie, maisaupremierchef,àcesjeunes quiontosémettreenvitrineleurtalentnaissant. bRAvoEtMERcI!


Le

CECOM

présente…

UNE ÉCOLE AU SINGULIER, DES ENFANTS AU PLURIEL…unEntREtIEnAvEcMARIE-RoSEMoRo (vidéo,33minutes) Marie-RoseMoroestpédopsychiatre,professeuràParis-descartes,responsabledelaMaisondesadolescentsdecochinetdirectricedu Servicedepsychopathologiedesenfantset desadolescentsdel’HôpitalAvicenne. Laquestiondeladiversitéculturelledansnos sociétésinterpelleparticulièrementlesmilieux scolaires.commentl’enseignantpeut-ilfaire d’unedifficultéapparente,unerichesse?commentcomprendrecertainesattitudesoucertainscomportementsd’élèvesoudeparents d’élèvesqui,manifestement,sontliésàdes particularitésculturelles?commentfavoriser

pluralité de réponses venant de multiples

unéchangepositifentrel’enseignant,l’élève etsafamille?Quandfaut-ilfaireappelàune expertise? dans cet entretien, le professeur Morodonnequelquespistesderéponseàces questions.Elleinsisted’abordsurl’importance dereconnaitreetdenommerladiversitéculturelleprésente,puisdetenircomptedela langueparléeàlamaisonetd’êtreattentifà l’histoiredechacun,àlasingularitédechacun.deplus,elleinvitelesenseignantsàne passeconsidérercommeseulsdétenteursdu savoir,maisàregarderleschosesd’uneperspectivetransculturelleoùl’ondécouvreune

sourcesdesavoir. àpartird’exemplestirésdesapratique,madameMorotermineendonnantlescritères quijustifientlerecoursàdesservicesspécialisés, lorsque les malentendus, les difficultés d’adaptationetlasouffrancesonttropgrands. Production : cEcoMdel’HôpitalRivière-des-

Prairiesetcentrenationaldel’audiovisuelen santé mentale (cnASM), Lorquin, france, 2009.

L ES DÉFIS DU LIE N tRo u S SE  d’ In It IA tI on à  L’ é vAL u At Io n du  c oM P o RtE M E nt M A tE Rn E L E t du  c oM P o Rt EM E nt  d’A tt Ac H EM E nt  P AR L A M é tH odE  du  tR I dE  c AR tE S Répondantàunbesoind’avoirunoutilfrancophoned’évaluationdurapportmère-enfantetdel’attachementdecelui-cienverssamère,latrousseLesdéfisdulien aétéconçuepourinitier lesintervenantsquitravaillentenpréventionauprèsdeparents denourrissonsetdetrèsjeunesenfantsàlaméthoded’évaluationpartridecartes«Q-Sort»,dePedersonetMoran(1990), et«Q-Set»,deWatersetdean(2008,1995,1985). bienqu’ellesoitplusutiliséedansuncontextederecherche,la méthoded’évaluationpartridecartess’avèred’unegrandevaleuretd’unegrandeutilitécliniquepourdesintervenantsayant déjàdesconnaissancessurlathéoriedel’attachement,surle développement de l’enfant et sur les enjeux du lien parentenfantdurantlapetiteenfance.

Latroussed’initiationàl’évaluationducomportementmaternel etducomportementd’attachementparlaméthodedutride cartescomprend:

unguided’utilisationquiprésentelatrousse,expliquecomments’enserviretoffrecontenuderéférence; undocumentvidéoquiprésentelecadrethéorique,lemode d’utilisationetdestémoignagesd’expertssurlepotentieletles limitationsdelaméthode; uncédéromcontenantdesfichiersdeformulairesàimprimer etdelogicielsdecalculdesscoresdestrisdecartes; deuxjeuxdecartespourchacundestrisdecartes. Production: cEcoMdel’HôpitalRivière-des-Prairiesetcentre jeunessedeMontréal-Institutuniversitaire,2009.

CyBERDÉPENDANCE CHEz L’ADOLESCENT…unEntREtIEnAvEcMIcHAELStoRA(vidéo,41minutes) fondateurdel’observatoiredesmondesnumériques en sciences humaines, Michael Stora est psychologue et psychanalyste à Paris. dans cet entretien, le professeur Stora répondauxnombreusesquestionsqueseposentparentsetcliniciensdevantl’émergence formidabledesjeuxvidéosdanslaviedenos adolescents:Pourquoia-t-onpeurdesjeux vidéos?Pourquoilesadolescentssont-ilsfascinésparlevirtuel?Quelleestladifférence entrejeuexcessifetcyberdépendance?Que

peuvent faire les parents lorsqu’ils sont inquiets?commentutiliserlevirtuelàdesfins thérapeutiques? àpartirdujeu WorldofWarcraft,extrêmementpopulairechezlesadolescents,Michael Storaexpliquedansunpremiertempscommentpeutfonctionnerunjeuvidéoenligne. Puis,àpartirdesonexpérienceclinique,ildécritleprofildesjeunesquipeuventparfoisdevenir des joueurs excessifs, parfois cyberdépendants.Ilabordeparlasuitelerôledes parents et des thérapeutes et donne

quelquesexemplesd’utilisationdujeuvidéo àdesfinsthérapeutiques. cyberdépendancechezl’adolescent…unentretienavecMichaelStora:àvoirpourmieux comprendre la fascination de nombreux jeunespourlesjeuxvidéos! Production :cEcoMdel’HôpitalRivière-des-

Prairiesetcentrenationaldel’audiovisuelen santé mentale (cnASM), Lorquin, france, 2009.

Tous les documenTs produiTs ou disTribués par le cecom sonT réperToriés sur noTre page Web sur le siTe inTerneT de l’Hrdp : WWW.Hrdp.qc.ca ils sonT aussi disponibles pour le prêT à la biblioTHèque de l’HôpiTal. Vous désirez plus d’informaTion sur nos documenTs? n’HésiTez pas à nous conTacTer : 514

328-3503


L'inter-mission: Clinique du sommeil (été 2009)