Page 1

MAISON HORIZONTALE - MAISON VERTICALE De la maison horizontale traditionnelle vietnamienne à la maison verticale contemporaine par le biais historique .Le changement des modes de vie traditionnels vietnamiens sous l’ effet de la transformation de l’habitat. TUTEUR : VEILLEROT JEAN-MICHEL CHARGE DE TP : PAULINA NEISH

Hong-Anh DO ENSA Paris - Val De Seine

L 6.13 Mai 2013 1


2


REMERCIEMENTS

La première personne que je tiens à remercier est mon enseignant chargé de TP : Mme Paulina Neish, pour l’orientation, la confiance, la patience qui ont constitué un apport considérable sans lequel ce travail n’aurait pas pu être mené à bon port.

Merci plus précisément à M. Veillerot Jean-Michel , mon tuteur, pour ses bonnes explications qui m’ont éclairé lors de mes recherches et grâce à ses références qui m’ont permis d’ enrichir ce modeste travail.

Je tiens à exprimer mes sincères remerciements à Mme Françoise CHOPY, ancienne professeur à l’Université Paris-1 , pour son aide et son amitié. Elle a pris le temps de m’expliquer et de corriger mes fautes de français . Etant étudiante étrangère , je n’ai pas encore très bien la maitrise du français.

J’adresse finalement mes remerciements les plus affectueux aux membres de ma famille et notamment mon grand-père pour ses encouragements et ses connaissances sur l’histoire du Vietnam. Aucun mot n’est assez fort pour exprimer leurs sentiments pour moi.

3


4


SOMMAIRES

AVANT - PROPOS 1 INTRODUCTION

6 9

2 ANALYSE PAR LE BIAIS HISTORIQUE

12

3 IDENTITE DE L’ARCHITECTURE VIETNAMIENNE

15

3.1 Architectures éthniques du Vietnam

15

3.2 Architecture « Kinh »

15

3.3 Concept de la vie vietnamienne dans une maison

15

4 TRANSFORMATION DE LA MAISON HORIZONTALE EN MAISON VERTICALE

16

Le mode de vie traditionnel sous l’effet de la transformation 4.1 Maison horizontale - Maison à cour traditionnelle vietnamienne

17

4.2 Maison du tube - “ Nha ong” - Maison urbaine

19

4.3 Maison du tube « hybride »

21

4.4 Maison verticale - Maison du tube contemporaine

23

5 CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE

26 27 5


AVANT-PROPOS

Cela a fait quatre ans que je suis par tie du Vietnam le pays où je suis née, où j’ ai grandi . Arrivée à Paris à dix-huit ans, j’avais une seule et unique pensée celle de découvrir cette ville . C’est pendant ma première année à Paris, alors que j’ai décidé de suivre des cours de civilisation française à La Sorbonne, que ma passion de l’ar t et de l’architecture s’est réveillée. Fascinée par la philosophie des architectes français ainsi que les œuvres d’ar t occidentale, j’ai choisi de m’ouvrir à ces connaissances dans une classe préparatoire d’ar t parisienne. Cette initiation à l’ar t et à l’architecture m’a fait bouleversé , j’ai ensuite réalisé que mon but principal ici à Paris c’était sans doute de devenir architecte. Par contre, ma culture d’origine m’infleunce toujours, je ne peux pas m’empêcher de faire des liens avec mes connaissances de l’ar t asiatique. Ayant toujours vécu avec mon grandpère, mes parents et ma petite sœur dans une maison ancienne du centre historique d’Hanoï, j’ai un amour très for te pour ma ville natale. Je suis très attachée à ma maison, elle fait par tie des maisons « hybrides » très typiques dans le quar tier «des 36 rues de Hanoi».

6


Née en 1990 , le moment où le Vietnam s’est ré-ouver t au monde après la guerre, j’ai connu deux images de mon pays, un Viêtnam replié sur lui-même et un autre qui est très dynamise et fait tout pour sor tir de son ancienne image . Et grâce à cela aussi j’ai pu percevoir la transformation des maisons centenaires dans ma ville natale. Ce changement a été très for t, sur tout au moment où le Viêtnam a décidé de son essor. Les façades sur tout ont changé radicalement . Je m’interroge toujours quel sont les liens avec l’histoire de mon pays : la guerre, l’influence occidentale, ou encore d’autes éléments possibles que je ne savais pas encore. Ce rappor t est pour moi l’occasion de mieux comprendre l’évolution de l’architecture de mon pays.

7


8 Š Hiroyuki Oki , Bambou Wing de Vo Trong Nghia


1 INTRODUCTION

Les études à l’étranger m’ont permis d’avoir une nouvelle perception de l’architecture de mon pays et de ne voir l’héritage de mon pays comme avant. En regardant avec recul à ma ville natale , j’ai réalisé que le changement de l’architecture vietnamienne pendant ces 20 dernières années était totalement choquant . Ce rapport a donc été pour moi l’occasion de me plonger plus profondément dans un sujet qui m’a depuis longtemps « passionné », mais que je n’avais eu l’occasion de n’appréhender qu’en surface. Certes, l’architecture vietnamienne n’est pas encore très connue dans le monde, on connaissait le Vietnam par la deuxième guerre mondiale et aussi par ses paysages magnifiques comme la Baie d’Ha Long etc. Pendant plusieurs années après la guerre, les architectes vietnamiennes construisaient les habitats qui n’ont sans intérêt au niveau de la conception ou de la philosophie. Les bâtiments n’étaient qu’un résultat de l’économique , il fallait de reconstruire la ville dans un court temps. poue les architectes, le fait de devoir être employés par l’Etat pour pratiquer le métier et d’avoir un salaire fixé chaque mois a empêché la création à cet époque. Mais maintenant, on reconnait l’architecture vietnamienne plus qu’avant à travers ses connaissances sur la technique d’utilisation des matériaux naturels locaux comme la terre, le bambou et aussi le respect pour la nature par des construction très vert. 9


La question que je me pose c’est comment l’architecture vietnamienne est parvenue à ces changements, quel sera l’avenir de l’architecture vietnamienne. Ce rapport de licence sera un commencement pour ce large sujet , et dans un première temps je vais me concentrer sur une petit unité : l’endroit où une famille habite . J’ai donc voulu comprendre à travers l’histoire ,la transformation des maisons vietnamiennes a–elle aussi changé les modes de vie traditionnelle des Vietnamiens. Est-ce qu’il y a eu un changement radical ou au contraire une évolution qui s’était faite petit à petit. Tout d’abord, j’ai essayé d’appréhender le sujet sous l’angle historique afin d’essayer de comprendre comment les identités et la philosophie de l’architecture vietnamien se sont formées. Ensuite, je me suis penchée sur la culture vietnamienne en essayant de synthétiser les concepts les plus important qui régissent même aujourd’hui la vie de la plupart des Vietnamiens. Enfin, j’ai tenté d’analyser quelles sont les étapes d’évolution de la maison à cour traditionnelle vietnamienne dit « maison horizontale »à la maison contemporaine dit « maison verticale » et de comparer les modes de vies vietnamiens dans ces différents habitats.

10 @Diego Dicarlo, Lac “Truc Bach” à Hanoï


@ Diego Dicarlo, Ancien quartier de Hano誰, 2010

11


2 ANALYSE PAR LE BIAIS HISTORIQUE

En effet, après 117 ans d’occupation occidentale et de guerre , l’architecture du Vietnam a subi beaucoup de dommages. Mais le pays a s’est très vite repris et continue à se restaurer et à se développer. Tambour de bronze 111 av J.C

Et derrière cela , apparaître un Vietnam avec une longue histoire de la nation. Ce serait donc une omission de parler de l’architecture du Vietnam sans parler de son histoire.La création de l’espace de vie des Vietnamiens date de 4000 ans et l’histoire de l’architecture du Vietnam a commencé de temps très ancien.

Tout d’abord, c’est pendant la période du première Roi « Hung Vuong » avec la culture du Royaume “Van Lang Au Lac” que nous avons fait connaissance avec la civilisation du riz et l’âge de bronze . Ensuite, les groupes dans le nord et dans le centre du Vietnam forment la culture Dong Son, ils travaillaient le fer afin de créer des outils. Les objets en laiton sont aussi typiques de cette culture, notamment les grands tambours en cuivre avec des motifs ornementaux. Les dessins sur les faces de ces tambours ont révélé les activités quotidiennes des anciens Vietnamiens et les différents types de cités lacustres. Ils caractérisent l’ancienne architecture traditionnelle vietnamienne qui est en conformité avec l’environnement naturel du pays et avec le climat tropical chaud et humide. 12 Temple de litérature de Hanoï


Pendant des milliers d’années le Vietnam s’est soumis à la dominance de la Chine féodale et leurs successeurs imposaient aux Vietnamiens les coutumes et les mœurs chinoises avec des succès inégaux et à certains égards assez vains. Mais la culture vietnamien n’a jamais perdu son identité et ne cesse de se développer . Le patrimoine architectural du Xe siècle n’existe plus, il ne reste que quelques vestiges souterrains. Ce sont les tombes Han qui révèlent les techniques de constructions traditionnelles chinoises au Vietnam à travers l’utilisation de la brique cuite modelée situé dans les anciennes tombes et la technique de construction de celle-ci.

Les caractéristiques qui présentent l’identité de l’ancienne architecture du Vietnam jusqu’à aujourd’hui sont le patrimoine de la période des Rois Vietnamiens comme les LY, les TRAN, les HO, les LE et les NGUYEN ( depuis 11ème siècle jusqu’au 18ème siècle). En particulier, les temples religieux des LY et des TRAN ont eu beaucoup de restaurations mais restent fidèle à leur état d’origine. Les reliques de dynastie NGUYEN sont les plus récentes mais 100 ans de l’histoire, la guerre. Le climat chaud et humide a causé des dégradations pour de nombreux des bâtiments.

Jusqu’en 1970 , il n’y a pas de bâtiments modernes remarquables signés par des architectes vietnamiens . De 1858 jusqu’en 1954, des maisons urbaines sont apparues ont gardé le concept vietnamien de la maison à cour traditionnelle. Un grand projet d’urbanisme a été lancé par le gouvernement français pour Hanoi le captal du Vietnam et c’était Sebastien Godard (1839-1940) le responsable du projet .La plupart des bâtiments importants ont été construits par les architectes français.

13


Ensuite, dans les années 90s, c’est l’émergence des nouvelles versions de l’habitat qui peuvent se greffer sur une structure existante, une villa par exemple, ou sur de grands bâtiments collectifs. La loi foncière de 1993, puis l’autorisation de verticalisation des constructions sont à l’origine de ce type d’habitat qui s’est propagé dans le paysage urbain, au centre comme dans la périphérie de la capitale. Ainsi dans le quartier de Kim Lien, au sud-ouest de Hanoï, on voit des barres de logement disparaître derrière des extensions réalisées individuellement et de manière disparate sans harmonie de cet ensemble. On voit aussi des maisons construites à la verticale, dont le nombre d’étages augmente en fonction des revenus du propriétaire.

Depuis que le gouvernement a favorisé l’initiative individuelle, en un temps très court, le volume annuel des constructions est passé de quelques centaines de logements collectifs produits par l’Etat à plusieurs milliers de mises en chantiers individuelles sur un territoire diffus : multiplication de “mini-hôtels” Maison du tube les annes 2000

dans le quartier des 36 rues et corporations, construction de villas sur les rives du lac Tay dans le style néo-régionaliste français des années 1900-1920, création de quartiers résidentiels suburbains, etc… L’architecture s’oriente vers un “style international”, depuis les années 1990.

Cette introduction historique me semblait importante afin de montrer de quelle manière et dans quel contexte l’architecture vietnamien a commencé à se moderniser.

Un autre point qui me semble importante afin d’appréhender l’architecture vietnamienne, est la connaissance de certains principes qui font l’identité de l’architecture vietnamienne. Le paragraphe qui suit est donc une tentative pour révéler les concepts ancrés dans les mœurs et les coutumes du Vietnam. 14


3 IDENTITE DE L’ARCHITECTURE VIETNAMIENNE Le Vietnam est un pays très diversifié, dont 54 groupes ethniques. Les « Kinh » sont le plus nombreux qui représentent 90% de la population vietnamienne. L’architecture des « Kinh » est typique de l’architecture traditionnelle du Vietnam .Outre l’architecture traditionnelle des Kinh , d’ autres groupes ethniques vietnamiens ont ainsi leur identité dans chaque régions. Pour l’occasion je vais citer quelques architecture ethniques importants.

3. 1 Architecture ethnique du Vietnam

L’ Architecture des Champa est connue par ses tours Cham qui sont les vestiges de la culture Champa. Les tours Cham Poklong Garai datant de la fin du XIIIe siècle sont les lieux de culte caractérisés par leur architecture en briques rouges. L’architecture Champa se trouve dans le centre du Vietnam. Alors que dans le Sud-Est et dans le Sud du Vietnam, c’est l’architecture des Khmer qui est typique. Toujours avec les couleurs chaudes et vives comme le jaune ou le rouge, l’architecture des temples Khmer est un mélange des techniques d’utilisation du bois et du béton. L’Architecture montagneuse au nord-ouest est celle des groupes ethniques Thai. Les maisons en bois sur pilotis des Thai sont l’architecture typique du Haute Plateau du Nord vienamien . Cette variation des différentes cultures a fait que l’architecture traditionnelle vietnamienne est très diversifiée. Mais les concepts de l’architecture des Kinh sont ceux qui caractérisent le plus l’architecture traditionnelle vietnamienne.

3. 2 Architecture “ Kinh”

Tout d’abord, c’est une architecture organique et symbolique, discrète mais profonde . La profondeur de l’architecture vietnamienne se trouve dans la philosophie des 5 éléments : le Métal, le Bois, L’Eau, le Feu et la Terre. Si on utilise ses 5 éléments de la bonne façon, on rééquilibre l’énergie de la maison. Ainsi, la nature joue un rôle très important dans l’architecture vietnamien. La question qui se pose est de s’harmoniser avec le déjà-là, l’espace et l’architecture se représentent comme un élément organique du paysage. En outre, l’espace vietnamien est polyvalent . Il n’y a pas de délimitation d’un espace, mais une structure qui permet une grande flexibilité pour adapter la forme de ce qui doit être enveloppé. La caractéristique principale des espaces créés est qu’ils ne sont pas statiques mais qu’ils se déploient dans la durée. L’architecture vietnamienne est une combinaison de trois types d’espaces: un espace fermé, moitié fermé-moitié ouvert, et un espace ouvert. L’espace habitable est très proche de la taille humaine. Le rapport entre les parties de la maison et le rapport entre une partie et le tout sont en harmonie. La rationalité de la structure et la simplicité font la légèreté du bâtiment. Par exemple : des maisons traditionnelles vietnamiennes des Kinh en bois.

3. 3 Conception de la vie vietnamienne dans une maison

Pour pouvoir bien analyser comment les espaces de vie sont définis, il est donc essentiel de savoir des notions les plus importantes et les plus ancrées dans la culture vietnamienne tels que la relation propriétaire-invité, l’importance de l’autel des ancêtres dans la famille, la continuité des espaces, l’ espaces flexibles et polyvalents. 15


4DETRANSFORMATION LA MAISON HORIZONTALE EN MAISON VERTICALE Le mode de vie traditionnel sous l’effet de la transformation Les réformes économiques ont été introduites au milieu des années 80, suite à la politique du “Doi Moi” - “ Renouveau” le tissu résidentiel du Viet Nam qui n’avait pas beaucoup changé depuis la fin de l’ère coloniale française dans les années 50, a commencé à se transformer. Ainsi le tissu résidentiel des quartiers anciens de Hanoï a éclaté en une myriade de changements physiques. Au cours des deux dernières décennies, la nature et l’ampleur de ces transformations a évolué, reflétant et incarnant les changements dans la société vietnamienne au sein de la structure urbaine.

Les transformations de l’habitat peuvent être divisés en trois périodes, fin des années 80, un intervalle relativement calme correspondant à la lente transition vers une économie de marché, dans les années 90, un boom de la construction caractérisée par de nombreuses transformations mineures sur les maisons existantes. A partir de 2000, il y a eu une restructuration profonde du tissu résidentiel, à la fois en termes de formes et de fonction, qui a été caractérisée par un nombre croissant de démolition et de reconstructions.

Nous allons tenter de révéler les principes des maisons vietnamiennes au fil du temps afin de comprendre comment l’habitat s’est transformé. Nous commençons par la maison horizontale qui est la maison traditionnelle à cour du Vietnam, ensuite la “Maison du tube” qui est la maison urbaine, et après c’est la maison “hybride” qui est le résultat de l’influence coloniale. Enfin, nous abordons la Maison verticale ou la 16 Location du quartier Bui Thi Xuan et son tissu urbain

maison contemporaine vietnamienne.


4. 1

Maison horizontale - Maison à cour traditionnelle vietnamienne

La maison traditionnelle vietnamienne est une maison qui s’étend à l’horizontale. Chaque maison comprend un bâtiments principal, un à deux bâtiments secondaires, le jardin, le vivier, la cour et le seuil.

Le paysan vietnamien sait exploiter les trois éléments « homme

La maison à cour traditionnelle vietnamienne dans les villages du Nord du Vietnam

– terre - eau » pour stabiliser son environnement et recréer l’équilibre écologique dans sa demeure. L’agencement de la maison relève l’hierarchie entre hommes et femmes, les travées principales étant réservées aux hommes tandis que les femmes se contentent des bâtiments secondaires . Le bâtiment principal est la partie essentielle qui a un nombre impaire des compartiments. Le nombre de compartiment comme le choix des matériaux sont en fonction des conditions environnementales. Le bâtiment secondaire est réservé à la cuisine et à l’espace pour femmes. Un plan d’eau plus au moins grand est souvent se trouve au milieu de la cour et à côté un espace de potager. Chaque maison ont une cour extérieur

17


L’espace dans maison traditionnelle vietnamien est un espace continu sans division fixe. Il n’y a pas de cloison pour déterminer les espaces différents mais ce sont des paravents ou des armoires.

Dans la maison traditionnelle “Viêt”, l’autel des ancêtres est très important , c’est un espace voué à la mémoire des membres décédés de la famille. Il occupe la place d’honneur, au beau milieu de la travée principale qui est aussi le séjour, entouré de panneaux transversaux avec des sentences alternés disposées parallèlement. Orné de fleurs et de fruits, il est toujours envahi du léger parfum des bâtonnets d’encens allumés. Le dîner du dernier jour de l’année, qui est le réveillon dans les pays occidentaux, est le repas de famille immanquable. Y assistent symboliquement les membres disparus de la famille à travers les victuailles placées en offrande sur l’autel des ancêtres à cette occasion.

Plan d’une maison à cour tradittionnelle vietnamienne avec 3 compartiments 1) Le Salon 2) L’autel des ancêtres 3) Espace pour hommes 4) Espace pour hommes 5) Espace pour jeune filles 6) Espace pour femmes 9) La cuisine 10) La cour 11) Le plan d’eau 12) L’espace à potager 13) Le Porsche

18

Ces principes ont été gardées pour les maisons urbaines, qui sont aussi en bande. Nous les appelons “ Nha Ong” ce qui signifie “Maison du tube” , les maisons très étroites et en forme de tube.


4. 2

L’ancien quartier de la maison 87 Ma May

“ Nha Ong ” - Maison traditionnelle urbaine

“Nha Ong” ou la “Maison du Tube” est une version de la maison à cour traditionnelle vietnamienne mais urbaine. Le tissu urbain dans les villes vietnamiens est très particulier avec des parcelles étroites. La Maison au 87 rue Ma May à Hanoi est un exemple classique de logements fin du 19e siècle dans le vieux quartier. Beaucoup de maisons dans le vieux quartier sont connues comme des «Maisons de tubes”, car elles peuvent être aussi longues de 70 mètres et aussi étroites de 2 mètres. Cette anomalie est comme une tentative pour minimiser les impôts dont chaque propriété a été taxés en fonction de la largeur donnant sur la rue.

La “Maison du Tube” reprend les principes de la maison à cour traditionnelle . La cour et le jardin ainsi que le plan d’eau sont les éléments important de la maison . Alors que dans la maison ancienne de village, la cour était présentée comme un élément de dehors, la maison du tube intériorise la cour pour faire entrer la lumière dans la maison étroite. Il était donc nécessaire de concevoir des cours multiples sur toute la longueur de la maison , le jardin et le plan d’eau s’ intègrent “royalement” dans les cours de la maison. Bien

La première cour

que la maison “87 Ma May” soit relativement large, elle a été conçu selon les mêmes principes. Dès l’entrée nous pouvons apercevoir le jardin d’hiver avec sa conception de rocaille au centre de la cour extérieure. D’Ici, il est possible de regarder toute la longueur de la maison à l’arrière de la propriété. Plus on s’avance plus on découvre un air de campagne avec un hamac qui s’étend sur les colonnes qui encadrent un espace lumineux entre les cours successives moyens et profonds. Cette espace devient un espace de tampon avance d’entrer vraiment dans la maison de propriétaire. De la cour interne, il est encore possible de voir la rue en arrière-plan. Cet transparence totale donne rend espace plus grand et fluide .

19 L’Hamac dans l’espace de cuisine


Il est très agréable de voir en continuité ce qui passe dans la ville sans que les autres ne voient. Le couloir latéral adjacent à la cour intime joue le rôle d’une rue intérieure. La cuisine et la salle de bain se trouvent à l’arrière de la maison dans un espace totalement séparé de la maison comme le principe de la maison à cour traditionnelle.

Vue depuis la passerelle vers l’espace de lecture

L’escalier mène au séjour qui se trouve face à la rue. Dans cet espace on a toujours l’autel des ancêtres . Bien qu’il soit le côté rue, la majorité de la lumière pénètre dans la cour extérieure. Nous trouvons une véranda entre la chambre devant et la cour extérieure. Depuis la pièce du milieu on peut regarder vers la terrasse arrière.

La chambre principale est assez étroite, et le plafond descend considérablement vers la cour extérieure. L’utilisation des volets ciselés permet d’ obtenir un maximum de lumière et de donner la vue sur la cour extérieure. Le patio arrière donne de l’ aération pour les chambres.

Les “Maisons du tube” sont typiques pour le style “Maison rurale”. Ces maisons ont aussi de l’espace pour le commerce qui est à l’entrée de la maison au rez-de chaussée. Le quartier des 36 rues de Hanoi était le quartier du marché. Chaque rue concerne un type de produit à vendre ou le spécialiste de la rue comme : rue des éventails, rue des voiles, rue des ferblantiers ou rue des bambous etc.

La maison du tube de cette époque garde toujours fidèlement les principes ancestraux de vie mais en s’ adaptant à la vie rurale et commerciale. Après cette époque, la culture vietnamienne est influPLAN DE LA MAISON URBAIN TRADITIONNELLE

20

encée par la culture occidentale adopte un changement de style traditionnel.


4. 3 Maison de tube « Hybride »

Au début du 20e siècle, sous le colonialisme français, le quatier “ Bui Thi Xuan” ( BTX) a été développé. Sa structure urbaine et les formes de logement sont désormais considérés comme le résultat du style Indochine qui a incité l’intégration ou des éléments asiatiques dans le développement des villes vietnamiennes. Les maisons de ce quartier sont souvent étiquetés «hybride» car ils présentent des caractéristiques de la “Maison à cour traditionnelle” vietnamienne et de la «Maison du tube” urbaine, ainsi que des éléments de la villa coloniale française.

Maison de tube “ hybride”

De la “Maison de tube”, la maison type “BTX” a conservé la longueur, le terrain étroit, avec des bâtiments qui ne sont que de la largeur d’une chambre conçue pour créer une cour extérieure. La cour agit comme un espace de transition entre les bâtiments. Grâce à cette disposition spatiale, les espaces de vie et le service restent séparés, offrant des niveaux progressifs de la vie privée en termes de fonctions exercées dans chaque espace. La partie avant de chaque maison est souvent utilisé comme un espace de vie pour accueillir les invités ou dans certains cas comme les devantures de magasins pour saluer le public tandis que la partie arrière de la maison est réservée à autre usage et à des services tels que la cuisine, la lessive et privé baignade. 21 Maison du tube “hybride”


En plus de diviser des espaces de fonctions particulières comme dans les habitats traditionnelles vietnamiennes, les maisons du quartier “BTX” ont également emprunté des caractéristiques fonctionnelles et stylistiques du quartier français. En conséquence, il y a eu un contraste entre les maisons qui ont été construites pour un usage strictement résidentiel et les maisons traditionnelles utilisées pour les fonctions commerciales et domestiques qui combinent des éléments de la tradition rurale et urbaine Ha Noï.

Les maisons “BTX” ont également adopté une disposition spatiale réunissant toutes les activités domestiques dans un seul bâtiment au lieu de les séparer dans des bâtiments différents. Comme la villa européenne, il a également eu un passage extérieur ,et dans certains cas, une avant-cour, reliant la rue à la cour centrale et l’arrière du lot. Enfin, en termes de la composition de façade, les maisons “BTX” ont souvent les hautes et étroites fenêtres et les portes comme les éléments décoratifs inspirés de villas coloniales .

La maison “hybride” termine la période que la transformation des maisons se fait sur la maison traditionnelle. La forme de la maison “hybride” est toujours très proche de la maison traditionnelle urbain. A cette période, les Vietnamiens perdent plus au moins leurs traditions de vie et préfèrent de vivre à l’individualisme.

A partir de la fin du 20ème siècle, beaucoup d’ ingénieurs et d’architectes sont envoyés à l’étranger et vont avoir la possibilité d’étudier à Paris, Berlin, Vienne, aux Etats Unis ou au Japon et donc de découvrir les théories du Bau haus, du De Stijl, de Le CORBUSIER ainsi que les principes de architecture japonaise, influences qui vont être prépondérantes et vont aboutir dans les années 2000 à la création du style vietnamien contemporain. 22

L’Evolution de “Nha Ong”


4. 4 Maison verticale - “ Maison du tube ” contemporaine

L’ autorisation de verticalisation des constructions a permis les maisons verticales à se développer dans le paysage urbain vietnamien. La maison verticale est le résultat de l’économie et de l’augmentation de population après le “babyboom”.

Avec l’augmentation des villes vietnamiennes qui sont plus encombrées, les maisons de tubes sont devenues plus petites et leurs intérieurs sont sombres. Elles se sont transformées, la plupart ont disparu la cour intérieure et des puits de lumière. C’est la raison pour laquelle les “maisons de tubes” faiblement éclairé deviennt incommode. Quand nous ouvons les fenêtres, nous laissons trop de poussière et quand nous les fermons , la maison devient obscur.

La Maison “Starking green” a été construite par l’architecte Vo trong Nghia qui a fait ses études au Japon, passionné par les matières naturelles locales: les plantes tropicales, les bambous, etc. C’ est une

Façde de Starking Green

maison contemporaine qui combine les principes de l’architecture traditionnelle vietnamien mais pas dans la forme, c’est avec les concepts traditionnels comme la cour, le jardin ou la continuité de l’espace que cette maison est fondée. Elle succède aux maisons précédentes et ouvre une nouvelle porte pour les “Maisons de tubes” - “Nha Ong” . La maison est construite pour une famille de 4 membres: un couple d’un enfant et une grand-mère.

23 L’escalier dans la cour


Le bâtiment se dresse entre deux lots de construction vides dans un quartier résidentiel à proximité d’une route très fréquentée dans un quartier de l’est de la ville. L’idée est d’avoir un espace spacieux et une structure aérée comme dans la maison à cour traditionnelle où la famille se trouve autour d’une cuisine extérieure et un étang de la cour. Le jardin est la partie importante du concept de la maison traditionnelle vietnamienne, le choix des plantes est indispensable pour avoir une vie agréable. Le palmier est planté devant la maison pour la refroidir par les brises du Sud . Alors que le bananier est planté derrière la maison pour éviter le froid de l’hiver. Dans la maison “Starking green”, le jardin est sur la façade jardinnière avec des plantes séléctionnées par l’architecte. La taille des feuilles ou la couleur des plantes sont en harmonie avec la météo tropicale. Cour et la façde jardinière intérieure

Les dalles de béton blanc forment les façades avant et arrière. Elles sont positionnées pour dévier les rayons directs du soleil tout en permettant aux brises naturelles de circuler à l’intérieur et de nourrir les fougères indigènes et des fleurs plantées le long des sommets des dalles. Au niveau du sol, la porte d’entrée principale dispose d’un escalier menant aux étages supérieurs et l’entrée à la chambre étroite de l’aïeul de la famille qui s’ouvre sur une petite cour.

Les trois étages supérieurs comportent un salon et une cuisine, une chambre de maître et, au sommet de la maison, la chambre des enfants et un jardin sur le toit. Un arbre central coiffé d’une verrière apporte la lumière dans la maison - et permet au couple dans la chambre des maîtres soit à regarder vers le bas dans la cuisine ou le haut, permettant pour contempler la lune. Quant à la cuisine, elle a été placée à l’étage pour conserver suffisamment d’espace au sol de la cour extérieure. La famille prévoit de planter un grand arbre pour avoir l’impression de la cour de la maison traditionnelle. 24 Le tissu urbain typique avec le parcelaire étroit


Le revêtement des murs intérieurs avec de fines pierres grises et l’installation de fenêtres en verre pleine en longueur près des murs extérieurs bordées de plantes ont permis aux pièces étroites apparaissent plus grands. Alors que la maison semble moderne , les chambres communicantes rappellent à la grand-mère de sa spacieuse maison de l’enfance. Vo Trong Nghia a dit qu’il voulait empiler Green House et retrouver l’esprit de la maison traditionnelle de tube, mais d’une manière qui fait sens pour une conscience écologique style de vie moderne.

“Stacking Green” propose bien une union de l’efficacité industrielle et de la sensibilité à l’environnement. Mais aujourd’hui au Vietnam , les conceptions de Vo Trong Nghia mélangé de luxe et de la simplicité ce que beaucoup de Vietnamiens riches et les classes moyennes ne comprennent pas encore ou n’ apprécient

Salle à manger

pas. Tandis que la maison ressemble un peu fermé pour la grand-mère mais en réalité, elle prend plaisir à sa routine de jardinage quotidien et que la maison permet une plus grande interaction de la famille que tout de ses maisons précédentes. Elle peut soigner son petit-neveu dans la chambre des maîtres et en même temps elle peut discuter avec sa mère dans la cuisine à travers le puits de lumière.

4 mètres de largeur par 20 mètres de profondeur

Plans d”étage de Starking house 1 Garage 2 Chambre 3 Cour 4 Stockage 5 Salon 6 Coin cuisine 7 Chambre 8 Baignoire 9 Bureau 10 Autel des ancêtres 11 Terrasse végétalisé

La façade jardinière joue le rôle du jardin devant la maison

25 Chambre de Maitre


5 CONCLUSION Ce travail était une étude historique et géographique de l’évolution architecturale de l’habitat traditionnel au Vietnam et plus particulièrement dans le centre de Hanoï. A travers une réflexion personnelle et documentée, j’ai montré la transformation de la maison vietnamiennes depuis le 18 ème siècle jusqu’à notre époque. Grâce à cela, j’ai pu constater que l’aspect positif de la transformation de l’habitat c’est la possibilité de moderniser l’espace ancien. Ainsi, les valeurs et les tradtitions sont gardées en adaptant au confort moderne. La maison verticale moderne peut donner la même impression de vivre dans une maison à cour horizontale. Ce qui permet plusieurs générations d’habiter en harmonie. Certe, certains modes de vie sont transformées mais l’importance c’est que la culture ne perd pas son identité.

26


BIBLIOGRAPHIE André Casault, Denis Piché, Myriam Blais, Nguyen Manh Thu, Doan Nhu Kim, 2006, Comprendre L’habitat de Hà Noi: Une Expérience Interculturelle de Partenariat Universitaire, Presses Université Laval, 373 pages . Clément (Pierre), Lancret (Nathalie), Hanoï– Le cycle des métamorphoses, Cahiers de l’Ipraus, 352 pages. Huu Ngoc , 2006, “A la découverte de la culture vietnamienne”, Editions The Gioi « Le Monde », 1212 pages. Mangin (France) , 2006, Le patrimoine indochinois– Hanoi et autres sites, Collection «Archithèses » en coédition avec l’Ipraus, 392 pages. Nguyen Van Huyen, 1933, Introduction à l’étude de l’habitation sur pilotis dans l’Asie du sud-est , thèse complémentaire pour le doctorat ès lettres présentée à la Faculté des lettres de l’Université de Paris , sous la direction de P. Geuthner, 223 pages. 2003 , Architecture et habitat dans le champ interculturel, Edition de l’Harmattan,Paris, 315 pages

27


28

Maison traditionnelle vietnamienne  
Maison traditionnelle vietnamienne  

Rapport d'étude DHA 2013

Advertisement