Issuu on Google+

ensemble

«Pour comprendre l’autre, il ne faut pas se l’annexer mais devenir son hôte» Louis Massignon

octobre 2011

Crises…

A

u milieu d’une Europe en pleine crise d’adolescence, la crise financière me�ant soudain les états face aux conséquences de leur ges�on périlleuse, nous plonge dans une crise économique disloquant les ménages déjà fragilisés, et une crise sociale, dont on voit poindre les mouvements de révolte, de pillage, voire d’autodestruc�on. Excès d’un capitalisme débridé, turpitudes et mensonges de dirigeants de premier plan, vénalité sans limites, c’est bien une crise des valeurs morales qui est sous-jacente. SS. Benoit XVI prônait à Madrid, « une économie privilégiant l’Homme et non les profits » appelant les jeunes à « renoncer à la superficialité, la consomma�on et l’hédonisme régnants ». Mais peut-on se perme�re de tels choix ? Pourtant, oui la tendance est là, des cadres qui optent pour le secteur associa�f renonçant à la pression, au rendement à tout crin et au gain financier. Mais aussi nous tous qui avons pris l’engagement de servir nos frères ou sœurs plus fragiles, sommes les ferments qui perme�ront de traverser ‘ensemble’ les prochaines crises de foi(e). Francis Massie

1


Dans la communion « On ne peut pas suivre le Christ en solitaire… » n célébrant la messe de clôture des Journées Mondiales de la Jeunesse, à Madrid, Benoît XVI a invité les jeunes à ne pas céder à la tenta�on de vivre leur foi « en solitaire » et selon une « mentalité individualiste », au risque de ne « jamais rencontrer Jésus ». Avec force, il a rappelé l’importance de marcher avec le Christ « dans la communion de l’Eglise ». (Zénit du 21 août 2011) Ceci s’applique aux jeunes et aux moins jeunes. Quels que soient nos engagements en Eglise et par�culièrement dans notre Hospitalité, la fin véritable de notre engagement est le partage et la communion avec les autres. Pas toujours facile à a�eindre… Cela nous demande un effort de constance et la vertu de persévérance. A chaque instant, nous pouvons avoir la tenta�on de laisser l’autre faire à notre place parce que nous es�mons en avoir assez fait, comme nous pouvons avoir la tenta�on de ne rien faire parce que nous pensons que l’autre sait mieux faire. D’autres peuvent avoir la tenta�on de se re�rer parce que « l’âge étant là », ils pensent qu’ils ne sont plus u�les. En succombant à de telles pensées, savons-nous de quoi nous nous privons ? Tout simplement de ne plus rencontrer son prochain. C’est ainsi que nous risquons de tomber dans une mentalité individualiste. Ne perdons jamais de vue, tant la finalité de notre associa�on que la finalité de notre engagement. Sachons u�liser les moyens qui nous sont donnés au long de notre vie, de la jeunesse, avec sa vitalité et de sa force de vivre, à la vieillesse, avec sa sagesse et sa force de prier. « Il faut être ferme et invariable pour la fin et souple et humble pour les moyens » disait Saint Vincent de Paul. Hugues de Lestapis

E

Monseigneur Pierre Molères s’est re�ré à compter du 31 juillet de sa mission d’Aumônier de l’Hospitalité Landaise. Nous pouvons tous lui rendre hommage pour la diploma�e paternelle et les qualités humaines de média�on qu’il a manifestées dans ce�e charge délicate. Monseigneur Molères a été pour notre Hospitalité un pasteur qui a largement contribué à faciliter une démarche construc�ve et apaisante dans la conduite du message de paix et de foi que signifie l’appartenance à notre Hospitalité.

2


Un temps de Paradis « Le pèlerinage des malades est un pèlerinage n’oublie pas dans son afvrai temps de Paradis ! » fairement d’assurer les condi�ons les plus favorables au recueillement, ue de fois n’ai-je pas entendu à la prière, et à la récep�on des sace�e réflexion de la bouche de crements ; la grâce de la conversion pèlerins malades à Lourdes ! Avec ce étant l’affaire du Seigneur aux prises regard qui essayait de traduire l’ex- avec une liberté humaine qui soupérience spirituelle qu’ils avaient vé- vent lui résiste avant de lui céder. cue aussi réelle qu’indicible. L’aumônier sait encore que si les Ce�e expérience jointe à d’autres, chré�ens doivent tout a�endre du l’aumônier de l’Hospitalité se doit de Christ, ils ne peuvent tout a�endre la recueillir dans le silence de l’émer- du prêtre ; Lourdes est de ce point veillement et de l’ac�on de grâce. de vue, la formidable occasion d’apC’est la première de ses a�ribu�ons précier le mystère de l’Eglise dans : être le témoin de l’ac�on de l’Es- son témoignage de peuple de Dieu, prit-Saint dans un pèlerinage, savoir peuple de foi, d’espérance et de chala partager autour de lui , et appren- rité ; le prêtre dans la discré�on et dre à d’autres à la reconnaître autour la sollicitude auprès des malades et d’eux, et peut-être aussi en eux pour des pèlerins est là pour les faire granen rendre grâce à leur tour. dir dans la fidélité et l’amour du Bon L’autre sujet d’ac�on de grâce d’un Pasteur ; pour me�re à leur disposiaumônier d’Hospitalité, c’est de voir �on la puissance du Christ ressuscité le zèle déployé au service des ma- : « telle est sa joie,elle est parfaite » lades et des pèlerins ; la minu�e, c’est la joie de l’ami de l’Epoux (Jn 3, l’ingéniosité et le dévouement mis à 29) que nul ne peut lui ravir. préparer ces journées, sans souci de sa propre fa�gue et des énervements normaux qu’elle entraîne. + Pierre Molères, L’aumônier c’est aussi cet homme évêque émérite de Bayonne, Lescar d’Eglise qui par sa configura�on au et Oloron Christ pasteur, rend présent ce dernier dans l’exercice de son ministère pastoral, basé sur l’annonce de la Parole de Dieu et le don des sacrements ; aussi doit-il veiller à ce qu’un

Q

3


Activités, vie de l’Hospitalité

Bloc-notes du pèlerinage 2011

P

4

remier jour : [...] Après le repas on se retrouve par groupes pour faire connaissance. Certains hospitaliers sont maintenant du côté des malades tandis que des malades sont devenus hospitaliers. C’est la roue de la Fortune. Il faut une belle dose d’humilité pour passer du statut de cadre médical à celui de malade que l’on mène dans un chariot. On vient chercher l’espoir pour con�nuer la route. C’est l’occasion de constater qu’il y a plus malheureux que soi. On fait part de ses doutes, mais la présence même au pèlerinage est un acte de foi. [...] euxième jour : Le fond de l’air est humide. Pas besoin d’aller à la fontaine pour s’y laver. Toutes les piscines du ciel tombent sur nous. On disait autrefois qu’il n’y avait pas de samedi, jour de Marie, aussi pluvieux soit-il, sans qu’on n’aperçoive, à quelque moment de ce jour, un rayon de soleil. Cela ne vaut peutêtre que pour les samedis ! Gardons espoir tout de même. [...] Médita�on de Mgr Breton sur l’Annoncia�on. Vaincre nos peurs. Celui qui a peur n’est pas libre. Faire comme Marie. L’important n’est pas de savoir de quoi l’avenir sera fait, mais avec qui nous serons. Rester fidèle. Comme elle, rester avec Toi dans la silence, rester dans Ta présence. « Nous te saluons, ô toi Notre-Dame, Marie, Vierge Sainte que drape le soleil, couronnée d’étoiles, la lune est sous tes pas, ...» [...] Annula�on de la procession mariale pour cause de météo. roisième jour : [...] Messe interna�onale [...]. Elle est présidée par Mgr Breton. Chacun prie dans sa langue. Au-dessus de nos têtes, de grands panneaux rappellent les figures de l’Eglise universelle. « Laudate Dominum, omnes gentes, alleluia ! ». C’est une belle expérience de la Communion des Saints qui vaut pour l’espace et pour le temps. Mgr Breton cite Charles Péguy : « Le Notre Père, c’est la proue du navire qui s’avance vers Dieu. » uatrième jour : Repas à la salle de transit avec la musique de la banda des jeunes. Des élèves me harcèlent pour savoir quelle pièce nous allons présenter l’année prochaine avec le club théâtre. Ils sont huit dans le groupe des jeunes à faire du théâtre. Je cède à la pression : Ce sera une farce de Molière, « l’Amour Médecin», suivie d’une créa�on originale in�tulée « la Fuite en Egypte ». (RDV à l’Atrium de Dax les 14 et 15 mai 2012). Temps d’adieu à l’église Sainte Bernade�e pour recevoir l’engagement des nouveaux hospitaliers. Témoignage d’Indiana Jones en personne pour la présenta�on cum commento d’un authen�que manuscrit du Notre Père ! Un grand bravo aux organisateurs, un grand merci aux jeunes ainsi qu’à tous les par�cipants à ce�e édi�on 2011 du pèlerinage de Lourdes de l’Hospitalité Landaise.[...] Gérard Lavayssière

D

T

Q


Activités, vie de l’Hospitalité N

ous avons la joie de vous faire partager ce courrier de remerciements envoyé par la congréga�on des Filles de la Charité à l’occasion de la béa�fica�on de Soeur Marguerite Rutan.

5


Méditation et prière « Priez sans cesse »

L

( 1 Th 5,17 )

e mois de septembre annonce la reprise des ac�vités scolaires et professionnelles ; pour beaucoup , c’est le retour à un rythme trépidant. Alors de temps en temps, on aime prendre un long « week-end » pour « faire le vide » ! Beaucoup de nos contemporains emploient ce�e expression très à la mode par laquelle s’exprime le plus souvent un désir de fuir la réalité. Au sens chré�en, le « vide » dont il est ques�on n’a rien à voir avec une fuite de l’instant présent ; il s’agit plutôt d’un espace intérieur nécessaire à l’œuvre de Dieu en nous. Par conséquent, «faire le vide» nous perme�ra de nous «remplir» de la vie de Dieu en vue de notre croissance spirituelle. Notre existence chré�enne, y compris durant les temps de repos doit consister en une a�tude non pas de passivité mais de prière constante pour que vienne en nous la vie de Dieu. Le chré�en, c’est précisément celui qui prie sans cesse, celui dont la vie en�ère devient prière. Au fond, la prière est le grand remède à toutes nos faiblesses, à notre lassitude, au découragement . On peut prier de diverses manières, à divers moments : lors d’une retraite, d’un pèlerinage, à la maison en méditant le chapelet, en lisant l’Evangile ...

6

Nous n’avons que l’embarras du choix ! Mais là n’est pas le problème ; la difficulté réside dans l’habitude de la prière, dans l’acquisi�on des réflexes quo�diens constamment répétés jusqu’à ce que la prière devienne une ac�vité permanente dans notre existence. Cependant, si l’habitude est une chose que notre société moderne ne conçoit plus, retenons que c’est par elle que notre vie deviendra une prière. « Soyez assidus à la prière, qu’elle vous �enne vigilants dans l’ac�on de grâces » ( Col 4,2 )

Père Fabrice Ge�en > Inten�ons de prière du Saint Père le Pape Benoît XVI pour ce mois G������� - Les malades en fin de vie. Pour les malades en fin de vie, afin qu’ils soient soutenus dans leurs souffrances par la foi en Dieu et par l’amour de leurs frères. M����������� - La Journée Missionnaire Mondiale. Pour que la célébra�on de la Journée Missionnaire Mondiale accroisse dans le peuple de Dieu la passion de l’évangélisa�on et le sou�en de l’ac�vité missionnaire par la prière et l’aide économique aux Eglises les plus pauvres.


Lourdes-Buglose, histoires Un évêque landais à Nevers

L

e 23 octobre, Mgr Brac de La Perrière est installé évêque de Nevers ; il est le lointain successeur d’un landais, contemporain de Bernade�e, Thomas-Casimir de Ladoue. Issu d’une vieille famille saint-séverine fidèle à Dieu et au roi, il lui faut a�endre l’avènement de la République pour parvenir à l’épiscopat et être ordonné dans la basilique de Lourdes le 21 septembre 1873. En le voyant, Bernade�e aurait annoncé : « il est pe�t, il est froid, il ne restera pas longtemps ». C’est pourtant un prélat zélé, courageux, proche de ses prêtres. Le 17 décembre 1876, Bernade�e s’adresse à Pie IX : « Très Saint-Père, je n’aurais jamais osé prendre la plume pour écrire à Votre Sainteté, moi, pauvre pe�te Sœur, si notre digne évêque, Mgr de Ladoue, ne m’eût encouragée … » L’évêque porta la le�re à Rome et ce�e visite eut des conséquences poli�ques ina�endues. En effet, le Pape encouragea Mgr de Ladoue à mener campagne pour soutenir le Saint-Siège contre l’Etat italien. En bon pe�t soldat, l’évêque de Nevers écrivit dans ce sens au Président de la République. Ce�e interven�on épiscopale dans le domaine poli�que provoqua l’apostrophe fameuse de Gambe�a « Le cléricalisme, voilà l’ennemi », l’arrivée au pouvoir des républicains radicaux et un tel chagrin à Thomas-Casimir qu’il mourut le 23 juillet 1877, jour de son 60ème anniversaire, en disant la messe. Père Dominique Bop

Vitrail commémora�f de Mgr de Ladoue ; église de Sainte-Colombe (Landes)

7


agenda B

eaucoup de dates à retenir pour nos prochaines rencontres :

> Journée des aînés à Lourdes le jeudi 13 octobre. > Journée de rencontre des hospitaliers à Dax le dimanche 4 décembre. > Goûters : 10 décembre : VILLENEUVE. 17 décembre : MONT DE MARSAN. 15 janvier : AIRE-GEAUNE-GRENADE à Saint-Maurice-sur-l’Adour. 14 janvier : BISCARROSSE-MIMIZAN à Liposthey. 22 janvier : AMOU. 22 janvier : DAX -MONTFORT- LINXE-CASTETS- BON PASTEUR. 28 janvier : TYROSSE- SEIGNANX-PEYREHORADE-MAGESCQ.

> Assemblée générale : le 25 mars 2012 dans le secteur de SAINT SEVER. > Récollec�on au mois de mai 2012. > Pèlerinage diocésain du vendredi 20 au lundi 23 juillet 2012. RECOMMANDATIONS IMPORTANTES -Pour affranchir votre courrier, veuillez ne pas découper et u�liser les �mbres d’enveloppes pré-affranchies non oblitérées. C’est interdit et nous devons aller chercher ces le�res à la poste en payant une taxe de 1,50 €. -Écrire en le�res majuscules vos noms, prénoms et adresses afin d’éviter des erreurs de lecture et compléter vos adresses avec la nouvelle numérota�on kilométrique.La poste nous retourne de nombreux courriers. -Si vous recevez des informa�ons par internet, inu�le de nous redonner cette adresse ( c’est qu’elle est bonne...) Dans le prochain numéro de ensemble à paraître au mois de janvier, nous reviendrons sur l’Octave de Buglose et la journée des aînés. Directeur de la publica�on : Hugues de Lestapis - Rédacteur en chef : Vincent Guichenuy Commission du bulle�n : Jean-Pierre Ducournau, Jacques Pons - Concep�on : Anne-Cécile de Chaumont - Crédits photos : Jean-Pierre Ducournau, Julie Perromat, Yves Mesplède, Père Dominique Bop. Francis Massie, Gérard Lavayssière et les Pères Dominique Bop et Fabrice Ge�en ont de plus contribué à ce bulle�n. Hospitalité landaise, 102,avenue Francis-Planté, 40100 DAX Permanence les lundis et vendredis : 14h30-16h30 Tél : 05 58 58 31 10 8 hospitalite@landes.cef.fr


Ensemble octobre 2011