Page 1

ensemble

«Pour comprendre l’autre, il ne faut pas se l’annexer mais devenir son hôte» Louis Massignon

janvier 2011

L

e thème de l’année 2011 à Lourdes « Notre Père qui êtes aux Cieux ...» nous donne peut-être l’occasion de réfléchir au sens donné à tous les vœux que nous formulons en ce début d’année 2011. Nous avons présenté nos vœux à des personnes qui nous sont très chères, à d’autres plus lointaines voire indifférentes ; à d’autres avec qui nous sommes en désaccord ? Qu’avons-nous donc mis derrière ces L’Hospitalité landaise vous souhaite mots ? L’avons-nous fait une bonne et sainte année 2011 de manière formaliste ? Ces vœux adressés resteront-ils des vœux pieux ? Malheureusement certains parmi nous auront à affronter des épreuves, saurons-nous leur être a�en�fs ? C’est bien dans notre prière de chré�ens que nous trouvons le sens vrai à donner à nos vœux : la paix, la confiance, la tolérance, le pardon … Jésus nous montre le chemin. Une bonne et heureuse année à vous tous, hospitalières, hospitaliers et à vous personnes malades et handicapées que nous accompagnerons tout au long de ce�e année 2011. Brigi�e de Sorbier

1


Elle me regardait ...

«Elle me regardait comme une personne qui parle à une autre personne» … disait Bernade�e Soubirous après les appari�ons de la Vierge. Cela doit nous donner à réfléchir. Notre regard est-il toujours bienveillant sur nos amis pèlerins malades ? Ne nous éloigne-t-il pas de tel ou tel pèlerin malade ou handicapé parce que notre regard sur sa maladie ou son handicap nous est insupportable, il a un physique ingrat, l’échange verbal est difficile ... Ne nous arrive-t-il pas aussi de porter un regard qui juge, un regard qui condamne ? Ces regards, parfois impitoyables ne vont-ils pas souvent jusqu’à une forme de rejet ... et quand nous pensons que notre regard ne suffit pas, la parole prend le relais. Mesurons-nous la blessure et la souffrance que provoque un tel regard sur l’autre ? Nous n’aurons jamais la réponse. Les souffrances sont mue�es.

2

Mais à l’inverse, avons-nous jamais mesuré la paix et le réconfort qu’un regard compréhensif, voire aimant peut apporter ? Oui, parce que l’amour apporte toujours une réponse. L’amour parle et chante. Prenons donc conscience que nous sommes, là où nous sommes, dans notre vie comme dans notre hospitalité, pour comprendre, pour servir et pour aimer notre prochain qu’il soit malade ou valide. A Lourdes, tout se passe très vite et dans l’urgence : dans ces momentslà un regard souriant, une parole aimable et encourageante facilitent tout. Dans un de ses derniers livres «Lu�e et aime, là où tu es !», le Père Guy Gilbert écrit : «Quand on voit le regard d’amour d’un chien pour son maître, on se dit qu’il ne lui manque que la parole. Mais nous qui disposons de la parole, avons-nous ce même regard d’amour ?» Dès la première appari�on, Bernade�e Soubirous témoignait de ceci : «Aussitôt elle me regarda, me sourit et me fit signe d’avancer, comme si elle avait été ma mère.» Faisons nôtre ce regard, ce sourire et ce�e bienveillance envers nos frères malades et hospitaliers. Hugues de Lestapis


Brève méditation sur le calendrier D

e tout temps les hommes ont cherché à se repérer non seulement dans l’espace mais aussi dans le temps. Chez les Juifs, le calendrier était d’inspira�on divine et don de Dieu. «Tu me fêteras trois fois l’an» avait dit Dieu à Moïse qui donc les ins�tua (Ex 23,14). La Pâque, en souvenir de la libéra�on d’Egypte, la fête de la Moisson, (Ex 23,16) cinquante jours après la Pâque, pour commémorer l’Alliance du Sinaï et offrir à Dieu les prémices (Nb 28,26) ; la fête de la Récolte ou des Tentes, avait lieu après les vendanges d’automne et commémorait le séjour au désert. Quant au Sabbat, il était célébré le sep�ème jour de la semaine pour rejoindre le repos de Dieu après la Créa�on et approfondir la foi par la lecture de la Torah. Ainsi le calendrier juif avec d’autres fêtes plus récentes était-il marqué par la présence de Dieu et ses interven�ons dans l’Histoire d’Israël. Les chré�ens emboîtèrent le pas à leurs frères aînés juifs ; leur manière de scander le temps fut révélatrice de leur foi : pour eux, l’Evénement décisif à par�r duquel l’Histoire prenait un sens nouveau, c’était la Mort et la Résurrec�on du Christ, le triduum pascal et dans son sillage le dimanche, le Jour du Seigneur, revenant chaque semaine ; à par�r

de là, on voulut fêter la naissance de Jésus, son Incarna�on, Noël, l’Epiphanie ; autrement dit, le calendrier devint le cadre liturgique où se déployaient dans l’année les divers aspects du mystère pascal et de la vie du Christ. S’y ajoutèrent le cycle des saints et la liturgie des Heures, reprenant la prière juive des Psaumes. Que ce�e brève médita�on sur le calendrier nous incite à sanc�fier le temps ; à placer le Seigneur à la première place ; et à nous préparer dès aujourd’hui à vivre dans l’éternité, en passant un peu de temps devant Dieu, «en lui offrant ce temps comme un parfum, en le brûlant comme un encens d’une agréable odeur». Bienheureux calendrier liturgique qui nous met chaque jour à l’heure de Dieu ! Saint calendrier qui par prévenance divine, nous rend contemporains des mystères du Christ ! Y a-t’il meilleur souhait que celui de le consulter chaque jour et d’en inspirer nos vies !

+ Pierre Molères, aumônier de l’Hospitalité landaise, évêque émérite de Bayonne, Lescar et Oloron

3


Activités, vie de l’Hospitalité

Retour sur le pélerinage 2010

L

es thèmes de Lourdes entrent dans un cycle de 3 ans sur la prière : le signe de croix en 2010.

Signe de foi : Symbole de reconnaissance des chré�ens, le signe de croix évoque la mort et la résurrec�on du Christ. C’est la plus courte prière chré�enne, qui engage notre foi en un Dieu trinitaire. Mgr Molères l’a très bien démontré, en soirée, lors de sa catéchèse sur le signe de croix dans les évangiles avec les par�cularismes chez St Ma�hieu, St Marc, St Luc, St Jean et St Paul. Le Père : Dieu est amour. Il nous aime comme un père, tous et chacun, se faisant proches des pe�ts, des exclus, des pécheurs, des malades… a�endant pa�emment conversion et reconnaissance aimante.

4

Pour faciliter ce�e nouvelle alliance avec Dieu le Père, il était proposé le sacrement de réconcilia�on, le bain aux piscines ou la médita�on sur le chemin de l’eau, la procession de la lumière (Pénitence… Allez vous laver… Venez en procession). Ou bien d’aller «Sur les traces du Père» : jeu réunissant jeunes et adultes à la découverte de Noé, Abraham, Joseph ou François Soubirous. Le Fils : Par amour, Jésus a donné sa vie pour nous jusqu’à mourir sur la croix. C’est ce�e croix, en pin des Landes sinistré, qui a été plantée au Calvaire des Bretons, en présence de notre évêque. En plus de rappeler les affres de la tempête Klaus, ce signe témoignait qu’il y a un amour plus fort que nos faiblesses et nos péchés. Ce passage d’une réalité à une autre réalité, d’une humanité blessée à une humanité renouvelée se fait par la croix ! Un chemin de croix, partagé et commenté en équipe, a confirmé ce�e révéla�on, et, la célébra�on eucharis�que avec la communauté diocésaine a conforté notre espérance : «la Croix devenait plus légère et les souffrances plus douces quand je pensais que j’aurais la visite de Jésus» (Bernade�e).


Activités, vie de l’Hospitalité Le Saint-Esprit : Flamme qui nous d’ouverture et d’envoi. unit. Ce que le St-Esprit a réalisé au Ami(e) hospitalier(e), en traçant sur plus in�me du cœur de Marie, des toi le signe de croix accueille ce mesapôtres, des saints, de Bernade�e, il sage, ce véritable trésor : « X., Tu es peut l’opérer aussi dans le cœur de aimé(e) (Père), J’ai donné ma vie chacun de nous par les sacrements pour toi (Fils), Reçois ma force (St notamment mais également en don- Esprit) » ! nant la force d’aller dire, le courage de porter témoignage, le souci de Jean-Bernard Persillon respecter ses engagements. C’est tout le sens donné par les hospitaliers et hospitalières nouveaux ou chevronnés lors des célébra�ons A noter : Le dernier numéro de Lourdes Magazine, qui consacre un ar�cle aux croix déposées l’année passée par tous les pélerinages, men�onne la croix de notre pélerinage diocésain. Lourdes Magazine n°179 - Décembre 2010-Janvier 2011, page 22.

J

eudi 14 octobre a eu lieu le pèlerinage habituel des « Anciens » après une interrup�on d’une année en raison d’une épidémie de grippe pas encore arrivée … Depuis 40 ans, ce pèlerinage réunit chaque année près de 1500 aînés sans compter les hospitaliers, et ce�e année, des lycéens de SaintJacques-de-Compostelle à Dax venus nous aider. Le beau temps aussi était de la par�e. Il est de plus en plus difficile de connaître à l’avance le nombre de pèlerins. D’une part, il faut tenir compte du nombre de places à table, mais aussi des défec�ons de dernière minute et en plus des problèmes géographiques des secteurs. Ne faudrait-il pas rechercher une meilleure coordina�on ? Le programme de la ma�née était inchangé. Après la messe à l’église Sainte-Bernade�e présidée par Mgr. Molères, c’était le repas à la Salle des Fêtes. Après-midi, nous sommes revenus à Sainte-Bernade�e pour une conférence de notre aumônier sur «L’art de vieillir chré�ennement », suivie enfin d’un bref passage à la Gro�e. Déjà il fallait prendre le chemin du retour. Le contentement était unanime, en par�culier le service des lycéens, sans parler du repas. (Voir photos en page 8) Jean-Pierre Ducournau

5


Méditation & prière Pour la vie

P

rions pour tous ceux qui sont confrontés, souvent douloureusement, à ce�e ques�on du respect de la vie naissante : pour toutes les jeunes filles et les femmes qui se posent la ques�on d’un avortement. Prions pour leur environnement proche appelé à assurer une présence et un sou�en : pour les parents qui sont sous le choc de l’informa�on d’une malforma�on ou d’un handicap de leur enfant à naître, pour tous les professionnels de santé qui sont confrontés à ce�e demande d’avortement, pour ceux et celles qui se posent la ques�on de l’objec�on de conscience, pour tous les responsables poli�ques qui auront bientôt à se prononcer sur le respect de l’embryon. Que l’Esprit Saint les éclaire et les sou�enne, pour que toutes les personnes en détresse puissent trouver sur leur route écoute, aide et sou�en, pour que nos communautés chré�ennes soient davantage sensibilisées à ce�e protec�on de la vie naissante et se mobilisent pour venir en aide à tous ceux et celles qui en ont besoin. Prions pour qu’il soit donné à chacun de comprendre ce cadeau qu’est la vie : pour tous les hommes et les femmes qui prennent soin de l’intégrité de la personne humaine à toutes les étapes de la vie, pour tous

6

les membres d’associa�ons, chercheurs, soignants, poli�ques qui se mobilisent pour l’accueil et le respect de la vie à tous les âges. Qu’ils soient témoins de ce trésor qu’est la vie humaine et que le Seigneur leur donne force et courage dans leur mission quo�dienne au service de leur prochain. Que la Vierge Marie qui a porté Jésus en son sein, nous donne la force d’accueillir les plus faibles, les plus vulnérables, pauvres ou malades, sans défenses. « Ta force ne réside pas dans le nombre, ni ton autorité dans les violents, mais tu es le Dieu des humbles, le secours des opprimés, le sou�en des faibles, l’abri des délaissés, le sauveur des désespérés » (Jdt 9, 11).

> Inten�ons de prière du Saint Père le Pape Benoît XVI pour ce mois G������� - Prendre soin de la Créa�on. Pour que les richesses de la créa�on soient préservées, valorisées et rendues disponibles pour tous, comme don précieux de Dieu aux hommes. M����������� - L’unité des chré�ens. Pour que les chré�ens puissent parvenir à la pleine unité, en témoignant à tout le genre humain la paternité universelle de Dieu.


Lourdes-Buglose, histoires Chemin de fer

Dominique Bop a ouvert ce�e rubrique avec l’accident du train de pèlerinage de Niort en 1876, mais n’est-il pas surprenant de voir que ce train passait par Ygos ? A Morcenx, il avait qui�é la grande ligne qui descend vers Dax pour prendre la direc�on de Mont-de-Marsan. Tout simplement, c’est parce qu’à ce moment-là, les trains venus de Bordeaux, empruntaient ce�e ligne pour rejoindre la Cité Mariale. Ce qui est encore plus surprenant c’est de voir à quel point l’histoire des pèlerinages à Lourdes est in�mement liée à celle du chemin de fer. En 1850 le train, au départ de Paris, vers sud-ouest, perme�ait d’aller uniquement jusqu’à Angers. En 1852 est fondée, à Bordeaux, la Compagnie de chemins de fer du Midi. Elle ob�ent la concession de deux lignes, l’une vers Bayonne et l’autre vers la Méditerranée. Très vite après on prévoit de former un vaste triangle en rejoignant Bayonne avec Toulouse par Pau et Tarbes. Mais le Ministre d’Etat de l’époque, Achille Fould, né à Laloubère, et qui avait été député de Tarbes, va obtenir aussi la construc�on d’une ligne médiane pour a�eindre Tarbes en passant par Mont-de-Marsan. Il prévoyait ainsi le développement du tourisme et du thermalisme vers les Pyrénées. Ce�e ligne est inaugurée en 1859 par le couple impérial qui allait faire un séjour à Luz-Saint-Sauveur, soit un an après les appari�ons. La construc�on de la ligne transversale au départ de Toulouse prendra plus de temps en raison de difficultés avec la rampe de Capvern, mais la Compagnie du Midi espère ra�raper le retard en rejoignant Tarbes à Pau par le plateau de Ger. Donc sans passer par Lourdes. C’est alors qu’un administrateur, certainement touché par la grâce, réussit à persuader ses collègues de modifier le parcours pour descendre vers Lourdes et gagner Pau en longeant le Gave; ce qui compliquait sérieusement les travaux. C’est ainsi que le 9 avril 1866 la gare de Lourdes était inaugurée. On dit que sainte Bernade�e avait longuement mûri sa voca�on, elle ne devait quand même pas a�endre l’arrivée du chemin de fer à Lourdes? En tout cas moins de 3 mois après, elle montait dans le train en gare de Lourdes pour Nevers prenant la direc�on de Tarbes, Mont-de-Marsan, Ygos, et Morcenx pour arriver à Bordeaux le soir du 4 juillet. Très vite les grands pèlerinages allaient commencer, les malades pouvaient venir jusqu’à Lourdes, l’Hospitalité allait voir le jour. Jean-Pierre Ducournau

7


agenda Journée des aînés

en images

Q

uelques dates à retenir pour nos prochains rendez-vous :

Goûters > Secteurs de Biscarrosse et Mimizan & goûter des jeunes : Avril 2011 Autres rendez-vous : > Assemblée générale à Buglose le 27 mars 2011. > Béa�fica�on de Soeur Marguerite RUTAN à DAX le 19 juin 2011. > Pélerinage du 18 au 21 juillet 2011 Journée diocésaine le mercredi 20 juillet 2011. > Journée des malades à Buglose le 4 septembre 2011. > Journée des aînés le jeudi 13 octobre 2011.

AVIS DU SECRETARIAT : CHANGEMENTS D’ADRESSE Le secrétariat remercie tous ceux qui ont ou vont changer d’adresse ou qui ont vu leur adresse se préciser avec une numérota�on kilométrique récemment (numérues), de nous en aver�r par courrier au plus tôt. Dans le prochain numéro de ensemble à paraître au mois d’avril, nous reviendrons sur l’Octave de Buglose et les goûters de Noël. Directeur de la publica�on : Hugues de Lestapis - Rédacteur en chef : Vincent Guichenuy Commission du bulle�n : Jean-Pierre Ducournau, Jacques Pons - Concep�on : Anne-Cécile de Chaumont - Crédits photos : Jean-Pierre Ducournau, Julie Perromat. Brigi�e de Sorbier, Jean-Bernard Persillon ont de plus contribué à ce bulle�n. Hospitalité landaise,102, avenue Francis Planté, 40100 DAX

8

Ensemble janvier 2011  

Bulletin trimestriel de l'Hospitalité landaise Notre-Dame de Lourdes.

Ensemble janvier 2011  

Bulletin trimestriel de l'Hospitalité landaise Notre-Dame de Lourdes.

Advertisement