Page 1

spécial

numéro 4 - Mars-avril 2012

spécial

LES

mars-avril 2012 – N° 4 – 5,90€

les années folles - découverte : la chocolaterie de noisiel

années

 la1919-1929 décennie de la joie de vivre

folles

DéCOUVERTE : La chocolaterie de noisiel

M 08183 - 4 - F: 5,90 E - RD

3:HIKSLI=XUZ^U[:?a@a@a@o@k;

ALL 7.40 € / BEL 6.80 € / ESP 6.90 € / ITA 6.90 € / GR 6.90 € / PORT CONT 6.90 € / LUX 6.80 € / CH 11.80 FS / MAR 65 DH / TUN 6.9 TND / CAN 9.95 $ CAN / DOM 6.90 € / MAY 8.20 € / TOM/A 1650 CFP / TOM/S 900 CFP


sommaire 04 Le saviez-vous ? 08 Les Années folles font leur cinéma 10 Les dates clés 12 Repérage le temps de l’espoir 16 S’étourdir pour oublier

 a décennie 1919-1929 se caractérise par un L ­intense appétit de vivre. Il faut profiter du ­moment présent, faire la fête. Partout, on chante, on danse, on s’amuse, par Jacques Pessis

24 Bienvenue à Montparnasse !

 e nombreux artistes épris de liberté, démunis D mais pleins de rêves et de talent, sont attirés du monde entier par l’air du quartier. La légende est en marche, par Pascal Marchetti-Leca

numéro 4 – mars-avril 2012

56 Les arts ménagers font sensation

 e confort ne tient qu’à un fil. Celui de la fée L Électricité ! En 1923, Paris accueille toutes sortes d’appareils destinés à devenir « les petits serviteurs de la maison », par Véronique Dumas

le défi économique 62 Bataille pour sauver le franc

 es caisses sont vides. La banqueroute menace. L Poincaré est rappelé au pouvoir en sauveur. Il va réussir à imposer la dévaluation du siècle, par Pierre-Henri de Menthon

70 Redresser le pays

 ’État doit affronter des problèmes d’ampleur : L maisons détruites, routes et voies ferrées hors d’usage, houillères au point mort. Les Français se retroussent les manches, par Jean-Yves Le Naour

76 Arrêt sur image

Le Paris rêvé d’Auguste Perret

les femmes 32 Ces dames éprises de liberté

78 En 1929, le rideau tombe

40 Joséphine ose tout

la postérité 82 L’invité du Spécial

 lles découvrent la conduite automobile, les E cheveux courts, le plaisir de fumer en public et de s’afficher en garçonne, par Joëlle Chevé

 lle fait courir le Tout-Paris. Par son dynamisme E échevelé et sa drôlerie, la star du music-hall casse les codes artistiques, par Bertrand Dicale

42 Éloge de la maternité

 a France, exsangue après la guerre, a besoin de L bébés. Le gouvernement mène une politique nataliste, en prenant des mesures incitatives : congé maternité, indemnités, etc., par Agnès Walch

la modernité 48 TSF: la famille fidèle au poste

 vec des programmes quotidiens de musique A variée et d’informations, la radio bouleverse la vie quotidienne en apportant dans les foyers, et même au-dehors, une formidable ouverture sur le monde, par Cécile Meadel

6 historia spécial mars-avril 2012

 la fin des années 1930, la France résiste encore À à la crise. Mais plus pour longtemps. Le krach boursier de Wall Street sonne le glas de toute une époque, par Bernard Gazier

Jean-François Berdah, historien.

84 Portfolio

L’esprit Art déco plus que jamais d’actualité.

88 Allez voir

La sélection de Véronique Dumas

découverte 92 Échappée belle en Seine-et-Marne par Victor Battaggion, Joëlle Chevé,

Robert Kassous et Véronique Dumas

110 Les mots fléchés


LE SAVIEZ-VOUS ? 1. Comment appelle- 2. Yvonne Printemps 3. Raymond t-on l’ancêtre de la chantait : Poincaré crée : télévision ? a. J’ai deux amours b. J’ai deux amants c. J’ai deux amis

a. audiovision b. radiovision c. mirovision

a. Le franc à quat’sous b. Le franc germinal c. Le franc-parler

LES ANNÉES FOLLES FONT LEUR CINÉMA 1 ESTHÉTISANT.

Quartet, de James Ivory (1981). Un couple bohême (Serge Marquand et Isabelle Adjani) vit dans l’insouciance à Montparnasse. Mais le jeune homme est arrêté pour recel d’œuvres d’art. Sa compagne est recueillie par un couple de mécènes du genre pervers. Intérieurs somptueux, costumes raffinés restituent efficacement l’époque.

4. Quel roman fit scandale en 1922 ? a. La Garçonne b. Zazie dans le métro c. Les Beaux Quartiers

5. Hemingway et Fitzgerald sont des auteurs américains de la génération…

Le documentaire de Miréa Alexandresco et Henri Torrent, Les Années folles (1960), est réalisé à partir des archives de Gaumont, de Pathé, et d’extraits de films. Ce premier témoignage révèle l’effervescence et la richesse créative du temps, mais aussi les remous politiques qui se profilent.

4

7. Qui fut la première 8. Pour qui “le lait de 9. Quelle femme vedette du tennis la mère appartient à reçoit l’avant-garde féminin ? l’enfant” ? parisienne ? a. le professeur Pinard b. le docteur Duballon c. le père Culsec

a. Gertrude Stein b. Mistinguett c. Zelda Kierkegaard

10. Dans quel stade l’ouverture des JO de 1924 a eu lieu ? a. Roland-Garros b. Colombes c. Parc des Princes

Les réponses sont à découvrir dans le prochain numéro d’Historia spécial en kiosque début mai.

HISTORIA SPÉCIAL 5

LES DATES CLÉS 1922

1923

Lénine fait de l’Empire russe une fédération de 15 républiques (URSS). Le parti communiste tient l’État. En France, le PC existe depuis la scission avec la SFIO au Congrès de Tours en 1920.

Dans une brasserie de Munich, Hitler, Hess et Göring tentent de s’emparer par la force du pouvoir. Échec. Les meneurs sont jetés en prison. Le futur Führer y rédige Mein Kampf.

6 FRESQUE SAUVAGE.

Midnight in Paris, de Woody Allen (2011). Un scénariste américain parcourt la ville à la recherche de l’inspiration. Un soir, miracle. À minuit, une voiture l’emmène au cœur du Paris de 1920. Il y rencontre nombre de célébrités, dont les époux Fitzgerald, Picasso ou Hemingway, et tombe amoureux d’une jeune fille (Marion Cotillard).

Réponses du quiz Justice aux ordres de janvier-février : 1b ; 2c ; 3a ; 4c ; 5c ; 6a ; 7a ; 8b ; 9c ; 10a.

4 HISTORIA SPÉCIAL MARS-AVRIL 2012

8 HISTORIA SPÉCIAL

6

3

1924

1925

L’exposition des Arts décoratifs et des industries modernes, à Paris, donne son nom au nouveau mouvement artistique. Vingt et un pays européens y participent, hormis l’Allemagne. La France possède plusieurs pavillons dédiés à ses colonies et à ses manufactures. Le succès de l’événement (15 millions de visiteurs) permet à l’Art déco de se propager dans le monde.

1926

Poincaré (cidessous) fait l’union avec les modérés, les conservateurs et les radicaux, mais sans les socialistes. Herriot ironise sur « la réconciliation des enfants au chevet de la mère malade. »

1927

Jazz Singer, premier film parlant, conte l’histoire d’un Blanc maquillé en Noir qui devient vedette de Broadway. Au bord de la faillite, la Warner joue son va-tout sur ce film et gagne.

1928

L’Assemblée vote la loi sur les assurances sociales. Financées par des cotisations égales (5%) des patrons et des salariés, elles couvriront la maladie, la vieillesse et l’invalidité.

Abécédaire d’un monde fou, fou, fou! A

E

H

K

L’idée d’une ligne aérienne transatlantique consacrée au service postal et au transport des passagers, imaginée par l’industriel français Latécoère, se réalise au cours des années 1920. Elle doit beaucoup au courage de ses premiers pilotes, véritables pionniers de l’aviation : Mermoz, Saint-Exupéry…

La visite de l’inventeur de la relativité à Paris en 1922 est un événement médiatique, couvert par les quarante quotidiens de la capitale. Le scientifique n’est-il pas le premier Allemand reçu officiellement après la guerre ? La polémique fait rage et la France se divise. Heureusement, le génie et la simplicité de l’homme apaisent les critiques.

Garant de la cohésion de l’armée allemande défaite, le maréchal devient président du Reich le 26 avril 1925. Il amorce le passage du régime parlementaire au régime présidentiel, faisant le lit des pires adversaires de la République, au premier rang desquels Hitler, auquel il devra confier la chancellerie en 1933.

Jeudi noir à la Bourse de New York le 24 octobre 1929. Les actions perdent jusqu’à 80 % de leur valeur, des millions de petits porteurs sont ruinés, certains hommes d’affaires de Wall Street se jettent par les fenêtres.

eropostale

BCG

12

Après de longs travaux entrepris dès 1906, Albert Calmette et Camille Guérin mettent au point, en 1923, le vaccin contre la tuberculose dont 90 000 Français sont atteints.

Cabaret Ces lieux sont pris d’assaut par les soldats américains et anglais mais aussi par les mondains à l’affût des nouveautés. Les plus célèbres sont Le Bœuf sur le toit, où joue le pianiste Jean Wiener, Les Folies Bergère, qui révèle Mistinguett et Maurice Chevalier, ou encore le Casino de Paris où se produit Joséphine Baker.

D L’EXPOSITION DE 1925. Le pavillon de la Manufacture de Sèvres est typiquement Art déco.

L’ÂGE D’OR. Le film de Bunuel (1930) transpose le surréalisme à l’écran.

MARS-AVRIL 2012 HISTORIA SPÉCIAL 11

10 HISTORIA SPÉCIAL MARS-AVRIL 2012

ARRÊT SUR IMAGE LA TÊTE DANS LES NUAGES Les

tours de 200 m de haut ont un plan en forme de croix, leur évitant de tanguer par grand vent. Elles logent 3 000 personnes !

indenburg

Fascisme I

ncendie

Dans l’Italie en pleine débâcle sociale et politique, Mussolini fonde, en 1919, les Fasci, groupes paramilitaires constitués des laissés-pour-compte : anciens combattants, chômeurs, petits bourgeois spoliés. En France, la radicalisation de ligues nationalistes, qui réagissent au Cartel des gauches, provoque une tentation totalitaire. En 1918, les invalides de guerre sont 6 millions. Certains se regroupent avec une partie des anciens combattants dans des associations pour défendre leurs intérêts. Leur idéologie joue un rôle important dans le développement du fascisme français au sein des ligues d’extrême-droite.

G

En 1925, lors de l’Exposition des arts décoratifs, Shalimar remporte un immense succès. La création de ce parfum tient d’un très grand hasard : Jacques Guerlain aurait versé quelques gouttes de vanille dans le flacon Jicky “juste pour voir”. Shalimar est le nom du superbe jardin de Srinagar que le Shah moghol Jahan créa en hommage à sa défunte épouse, Mumtâz Mahal.

Au petit matin du 28 septembre 1921, le feu se déclenche au tout nouveau grand magasin du Printemps, sur le boulevard Haussmann à Paris. Heureusement, il n’y a dans le bâtiment que les trente agents de surveillance, car le personnel (3 000 salariés) n’arrive que plus tard. Il faudra quatre jours aux pompiers pour venir à bout du sinistre. Cet accident conduit les patrons des grands magasins parisiens à renforcer la sécurité.

Jazz Cette musique venue tout droit des États-Unis connaît une ascension et une popularité spectaculaires à Paris. Interprétée par les orchestres de l’armée américaine, elle séduit les Français au point que ses musiciens et ses danseurs, majoritairement noirs, sont plus appréciés sur les rives de la Seine que sur celles du Missippi. La Revue nègre remporte un immense succès au théâtre des ChampsÉlysées. Le middle jazz (jazz du milieu), ou swing, est un courant musical qui prend son essor au milieu de la décennie. Il est caractérisé par les grandes formations, les big bands.

L

andru

Le procès du Barbe-Bleue de banlieue s’ouvre au tribunal de Versailles le 7 novembre 1921. Il est accusé du meurtre de dix femmes qu’il a séduites, puis étranglées et brûlées dans sa cuisinière. Mais le principal problème pour l’accusation est l’absence de corps… Landru nie ces crimes, mais n’échappe pas pour autant à la guillotine.

M

ousquetaires

Le tennis remporte un franc succès populaire avec les six victoires de René Lacoste, Henri Cochet, Jacques Brugnon et Jean Borotra en coupe Davis. Chaque finale est très suivie par le public, aussi décide-t-on de construire en 1928 le stade Roland-Garros à Paris.

L’URBANISME À la différence de Le Corbusier, Perret veut développer Paris sans le détruire. Pour le projet de la porte Maillot, comme pour Le Havre, l’ensemble prime sur l’élément individuel.

se trouve sur une dalle surélevée. Au-dessous, les canalisations et les métros relient le centre-ville à une périphérie de 100 km de rayon.

82

H. – Un phénomène réservé à une élite ?

H. – Cette effervescence touche-t-elle d’autres pays européens ?

J.-F. B. – On retrouve partout cette même volonté d’oublier la guerre. À plus 82 HISTORIA SPÉCIAL MARS-AVRIL 2012

Devenu un genre à part entière, il acquiert une dimension historique : La Caravane vers l’Ouest de James Cruze (1923) raconte l’histoire d’un convoi de pionniers en 1848, Le Cheval de fer de John Ford (1924) narre l’aventure ferroviaire des années 1860, Trois Sublimes Canailles également de John Ford (1926) traite de la ruée vers l’or en 1876.

P

ublicis

L’agence est créée dans un minuscule appartement parisien par Marcel Bleustein, alors âgé de 20 ans. Publi pour publicité et cis pour 1926. Il trouve ses premiers clients dans son entourage : le comptoir Cardinet, les Chaussures André, les Meubles Lévitan. En 1929, Publicis est la première à utiliser la radio via l’émetteur de la tour Eiffel.

Q

uickstep

Cette danse est une création typiquement anglaise. Variante rapide du fox-trot, elle se pratique dans les compétitions. Pétillante, voire sautillante, elle reflète l’euphorie du temps.

adiovision

oldat inconnu

T

arzan

Il s’impose au cinéma en 1918. Dès lors, sept Tarzan défilent sur les écrans : Le Roman de Tarzan, Le Retour de Tarzan, Le Fils de Tarzan, etc. jusqu’en 1929. Le champion de natation Johnny Weissmuller est le plus célèbre.

U

topie

Le philosophe allemand Ernst Bloch publie en 1923 L’Esprit de l’utopie, qui a une influence considérable sur ses contemporains : on rêve d’inventer une société idéale, en réorganisant totalement l’espace où elle vit.

V

ache qui rit

Créé en 1921 par un affineur du Jura, Léon Bel, ce fromage à tartiner devient une star grâce à sa boîte ronde illustrée par une vache hilare portant des boucles d’oreille en forme de… boîtes de Vache qui rit ! À l’origine, le logo servait d’insigne au camion de ravitaillement en viande des armées. Les Poilus l’appelaient La Wachkyrie pour se moquer des Boches et de leur Wagner.

estern

X

enophilie

Cette bienveillance envers les étrangers caractérise la période, qui découvre le rêve américain. Paradoxalement, les vedettes noires comme Syndey Bechet et Joséphine Baker sont plus adulées en France que dans leur propre pays d’origine.

Y

vonne printemps

Diva de l’opérette, star aussi bien du music-hall que du cinéma parlant, elle incarne avec sa joie mutine et sa voix de rossignol toute la fureur de vivre des Années folles.

Zone Territoire bordant l'enceinte militaire de Thiers. Toute une population, les “purotins des fortifs”, survit dans cet anneau de 35 km de long sur 400 m de large. Une loi de 1919 décide la démolition des murailles et le lotissement de la zone, progressivement intégrée à la capitale.

MARS-AVRIL 2012 HISTORIA SPÉCIAL 13

Maître de conférence à Toulouse 2-Le Mirail, spécialiste de l’entre-deux-guerres, il nous fait partager sa réflexion sur cette décennie d’euphorie, à l’échelle européenne.

J.-F. B. – Paris donne le ton de cette histoire limitée aux villes. Car pour la paysannerie, même celle qui s’est enrichie pendant la guerre, la priorité n’est pas à l’amélioration des conditions de vie ni aux loisirs, mais à la consolidation du patrimoine familial. L’aspect paillettes et champagne reste réservé à une élite. Seuls les bourgeois et les aristocrates ont les moyens de dépenser sans compter. Si l’on entend par années folles un phénomène de société, il faut y inclure toute une culture populaire qui s’exprime dans la chanson ou la danse. Un milieu où la java résiste au charleston. Il existe des passerelles entre ces deux mondes. C’est le cas de Mistinguett, qui vient d’un milieu populaire et qui va devenir la coqueluche du Tout-Paris. Tout comme Maurice Chevalier, le titi de Ménilmontant.

W

Deux ans après l’armistice, la France rend hommage à ses morts de la guerre. Un soldat anonyme est choisi, parmi huit cercueils par Auguste Thin, 21 ans, seul survivant d’un régiment décimé en 1918. L’élu est inhumé le 28 janvier 1921 sous l’Arc de triomphe.

perette

Ancêtre de la télévision, elle est inventée par l’Écossais John Baird et le Français René Barthélemy. Elle utilise un système mécanique aussi bien pour l’analyse (décomposition de l’image) que pour la synthèse (reconstitution de l’image).

Historia – L’image pétillante des Années folles en France est-elle idéalisée ?

reliés entre eux par un viaduc : plus besoin de descendre dans la rue pour se déplacer.

S

Influencée par les rythmes d’outre-Atlantique et par une certaine libération des mœurs, l’opérette remporte de grands succès : Dédé (1921) avec Maurice Chevalier, Ta Bouche (1922) de Maurice Yvain. Le Marseillais Vincent Scotto et le Parisien Sacha Guitry sont aussi des compositeurs prolixes.

R

aturisme

10 étages abrite les bureaux. Il se prolonge par un fût de 40 étages d’habitations, dont la configuration est propre à chaque immeuble.

LA PASSERELLE Les blocs sont

O

Manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par une pratique de la nudité en commun. Il s’impose dans les années 1920, sous l’impulsion de médecins hygiénistes et des adeptes d’un mode de vie prétendument plus sain.

Jean-François Berdah LA STRUCTURE Un socle de

Bon nombre de mots, de pratiques, d’objets entrés dans le langage courant viennent de ces années-là. Le BCG, la publicité – qu’on appelle encore la réclame –, le naturisme mais aussi… la Vache qui rit. Mieux encore : le jazz, le charleston. Sans oublier le légendaire Tarzan et la célèbre Chita qui vient de nous quitter. Revue de détail.

N

12 HISTORIA SPÉCIAL MARS-AVRIL 2012

Jean-François Berdah – Cette vie trépidante est parvenue jusqu’à nous au travers du cinéma et de la chanson. Elle correspond bien à une réalité. Mais il y a une part d’idéalisation, car l’euphorie et l’insouciance des Années folles tranchent avec quatre années de souffrance et de mort. Les Français espèrent retrouver l’âge d’or de la Belle Époque, mais ce n’est qu’une illusion.

LES COMMUNICATIONS La chaussée

rach

L’invité du Spécial

Le Paris rêvé d’Auguste Perret Face à une crise du logement sans précédent, l’architecte imagine la cité de l’avenir : utiliser “les fortifs”, ceinture militaire de 25 km alors en démolition, pour y planter une centaine de tours ; puis, pour parfaire le projet, tracer une immense avenue de 22 km jusqu’à la Croix de Noailles, en forêt de Saint-Germain-en-Laye.

instein

uerlain

adaisme

Ce mouvement, qui vise à renverser la conception traditionnelle de l’art au moyen de la provocation et de la dérision, rassemble des écrivains comme André Breton, Paul Eluard, Louis Aragon, les peintres Marcel Duchamp, Max Ernst, Francis Picabia, Man Ray.

Dans Cotton Club, de Francis Ford Coppola (1985), un danseur noir et un trompettiste blanc sont emportés dans la tourmente du New York de la prohibition au rythme des claquettes, du jazz… et des mitraillettes. Superbe évocation des Années folles américaines, mise en perspective avec les événements européens contemporains. Avec Richard Gere, Gregory Hines, Diana Lane.

HISTORIA SPÉCIAL 9

REPÉRAGE André Breton définit, dans un Manifeste, la nature du surréalisme : ouverte à l’expérience du rêve, de l’inconscient et du désir, la création poétique doit répondre aux pulsions fondamentales par l’intermédiaire de l’écriture automatique, nommée aussi pensée parlée. Autour de Breton gravitent notamment Queneau, Chirico, Éluard, Philippe Soupault, Robert Desnos, Louis Aragon.

10

76

4

3 FABLE POÉTIQUE.

a. les Folies Bergère b. le Chat noir c. le Bœuf sur le toit

1919

Paris qui dort, de René Clair (1925). Cinq personnages, dont cette femme étrangement perchée sur la Tour Eiffel, errent dans les rues de la capitale. Ils découvrent une ville morte, vidée de son âme après la Grande Guerre. Une vision très éloignée d’une France animée du souffle de vie des années 1920.

2

8

6. Lequel de ces trois cabarets parisiens a été fondé en 1921 ?

a. Kathleen McKane b. Billie Jean King c. Suzanne Lenglen

En 2009, Jan Kounen raconte dans Coco et Igor (Anna Mouglalis et Mads Mikkelsen) la folle passion entre deux précurseurs, Gabrielle Chanel et Igor Stravinski. Mademoiselle, au sommet de son art, vient de créer son parfum N°5, tandis que le musicien est reconnu enfin pour son Sacre du printemps.

5 ONIRIQUE. 2 DOCU PIONNIER.

a. … bénie b. … maudite c. … perdue

Le traité de Versailles, qui consacre la paix entre l’Allemagne et les Alliés, est signé le 28 juin dans la galerie des Glaces du château. Il détermine les sanctions prises contre l’Allemagne.

4 DU COUSU MAIN.

5

1

forte raison dans un pays comme l’Allemagne, qui veut effacer l’humiliation de 1919. À Berlin, les cabarets ne désemplissent pas, le champagne coule à f lot, la mode vit sa révolution. L’industrialisation est f lorissante ; le taux d’alphabétisation est très fort. Cela s’accompagne d’un courant artistique influent : le Bauhaus. Cette école des arts et de l’architecture, créée à Berlin, impose sa griffe en Europe. Les plus grands artistes y enseignent leur spécialité, à l’instar de Walter Gropius pour l’architecture, Paul Klee et Vassily Kandinsky pour la peinture, ou encore Laszlo Moholy-Nagy pour la photographie. Le Bauhaus révolutionne l’architecture et le design du mobilier. Son impact est profond en Scandinavie, dans les pays baltes et en Russie soviétique. Cette dernière vit aussi sa révolution artistique avec le Fonctionnalisme : une architecture innovante, faite de lignes droites, dont s’est inspiré Le Corbusier. De grands artistes espagnols trouvent la consécration à Paris : Joan Miro, Salvador Dali et Pablo Picasso. Dans la plupart des pays européens, l’univers des cabarets reste toutefois plus minoritaire qu’en France. Car les régimes autoritaires gagnent du terrain. La dictature s’impose en Espagne dès 1923, au Portugal et dans les pays baltes à partir de 1926. Idem en

« Nous sommes les héritiers du premier bouleversement des mœurs du XXe siècle. Aujourd’hui, ce soupçon d’insouciance nous manque. La foi en l’avenir, propre aux années 1920, est bel et bien perdue. »

Pologne et en Hongrie. Dans tous ces pays, la tendance est à la censure des courants avantgardistes. En Italie, en 1922, le futurisme rencontre ses limites avec Mussolini.

H – La France a-t-elle subi l’influence particulière de l’un des pays européens ? J.-F. B. – Pa s v rai ment . En 19 2 5,

Paris accueille la grande exposition des Arts décoratifs, vitrine du savoir-faire français. La capitale apparaît alors comme le centre mondial incontesté de la révolution artistique des Années folles. L’idée de Ville Lumière trouve tout son sens à cette époque même si – paradoxe ! – il existe déjà des musées d’arts décoratifs à Londres, Budapest ou Vienne, mais pas encore à Paris.

H. – Quelle différence faites-vous entre la Belle Époque et les Années folles ? J.-F. B. – Il s’agit de deux périodes d’ex-

pansion et d’insouciance. Mais avec de profondes différences. Le positivisme de la Belle Époque croyait fortement en un progrès perpétuel qui permettrait d’éradiquer la misère et les causes profondes des antagonismes nationaux. L’idée dominante était que la prospérité apaiserait les tensions internationales. En rupture avec l’optimisme sans limites de la Belle Époque, les Français des Années folles ont une foi plus mesurée dans le progrès, instruits des dérives dangereuses de la science pendant la Grande Guerre avec l’utilisation des gaz de combat. Désormais, on sait à quel point l’évolution des techniques est aussi susceptible d’engendrer des instruments de destruction massive.

H – Quel héritage nous ont-elles laissé ?

J.-F. B. – La radio, le cinéma parlant et l’expansion de l’automobile. Sans oublier le développement de l’industrie et la généralisation de l’électricité. Nombre de nos bâtiments industriels, nos halles et nos marchés sont nés de l’innovation du béton armé, une invention française. Le changement majeur se situe dans la culture, les arts et le sport, qui se démocratisent lentement. Nous sommes les héritiers de ce premier bouleversement des mœurs du XXe siècle. En cette période de crise, ce soupçon d’insouciance nous manque cruellement. La foi en l’avenir, propre aux années 1920, est bel et bien perdue.  Propos recueillis par Éric Pincas MARS-AVRIL 2012 HISTORIA SPÉCIAL 83

Illustration 3D réalisée par Loïc Derrien

MARS-AVRIL 2012 HISTORIA SPÉCIAL 7


LES ANNÉES FOLLES LES FEMMES

Ces dames epri Cette décennie est celle de l’émancipation féminine. Les femmes – enfin, certaines – découvrent la conduite automobile, le plaisir de se couper les cheveux, de fumer en public, et même de s’afficher en garçonnes.

DANS LA VIE FAUT PAS S’EN FAIRE. Elles osent

pour la première fois montrer leurs jambes, se rendre ensemble à la terrasse d’un café pour prendre un petit verre, voire lire et écrire.

Maurice-Louis Branger/Roger-Viollet

par Joélle Chevé

32 HISTORIA SPÉCIAL MARS-AVRIL 2012


ses de liberte

MARS-AVRIL 2012 HISTORIA SPÉCIAL 33


ARRÊT SUR IMAGE Le Paris rêvé d’Auguste Perret Face à une crise du logement sans précédent, l’architecte imagine la cité de l’avenir : utiliser “les fortifs”, ceinture militaire de 25 km alors en démolition, pour y planter une centaine de tours ; puis, pour parfaire le projet, tracer une immense avenue de 22 km jusqu’à la Croix de Noailles, en forêt de Saint-Germain-en-Laye. LA TÊTE DANS LES NUAGES Les tours de 200 m de haut ont un plan en forme de croix, leur évitant de tanguer par grand vent. Elles logent 3 000 personnes !

LA PASSERELLE Les blocs sont

reliés entre eux par un viaduc : plus besoin de descendre dans la rue pour se déplacer.

LES COMMUNICATIONS La chaussée se trouve sur une dalle surélevée. Au-dessous, les canalisations et les métros relient le centre-ville à une périphérie de 100 km de rayon.

Illustration 3D réalisée par Loïc Derrien


LA STRUCTURE Un socle de 10 étages abrite les bureaux. Il se prolonge par un fût de 40 étages d’habitations, dont la configuration est propre à chaque immeuble.

L’URBANISME À la différence de Le Corbusier, Perret veut développer Paris sans le détruire. Pour le projet de la porte Maillot, comme pour Le Havre, l’ensemble prime sur l’élément individuel.


L’invité du Spécial

Jean-François Berdah Maître de conférence à Toulouse 2-Le Mirail, spécialiste de l’entre-deux-guerres, il nous fait partager sa réflexion sur cette décennie d’euphorie, à l’échelle européenne.

« Nous sommes les héritiers du premier bouleversement des mœurs du XXe siècle. Aujourd’hui, ce soupçon d’insouciance nous manque. La foi en l’avenir, propre aux années 1920, est bel et bien perdue. »

dante est parvenue jusqu’à nous au travers du cinéma et de la chanson. Elle correspond bien à une réalité. Mais il y a une part d’idéalisation, car l’euphorie et l’insouciance des Années folles tranchent avec quatre années de souffrance et de mort. Les Français espèrent retrouver l’âge d’or de la Belle Époque, mais ce n’est qu’une illusion.

H. – Un phénomène réservé à une élite ? J.-F. B. – Paris donne le ton de cette his-

toire limitée aux villes. Car pour la paysannerie, même celle qui s’est enrichie pendant la guerre, la priorité n’est pas à l’amélioration des conditions de vie ni aux loisirs, mais à la consolidation du patrimoine familial. L’aspect paillettes et champagne reste réservé à une élite. Seuls les bourgeois et les aristocrates ont les moyens de dépenser sans compter. Si l’on entend par années folles un phénomène de société, il faut y inclure toute une culture populaire qui s’exprime dans la chanson ou la danse. Un milieu où la java résiste au charleston. Il existe des passerelles entre ces deux mondes. C’est le cas de Mistinguett, qui vient d’un milieu populaire et qui va devenir la coqueluche du Tout-Paris. Tout comme Maurice Chevalier, le titi de Ménilmontant.

H. – Cette effervescence touche-t-elle d’autres pays européens ? J.-F. B. – On retrouve partout cette

même volonté d’oublier la guerre. À plus

82 HISTORIA SPÉCIAL MARS-AVRIL 2012

forte raison dans un pays comme l’Allemagne, qui veut effacer l’humiliation de 1919. À Berlin, les cabarets ne désemplissent pas, le champagne coule à f lot, la mode vit sa révolution. L’industrialisation est f lorissante ; le taux d’alphabétisation est très fort. Cela s’accompagne d’un courant artistique influent : le Bauhaus. Cette école des arts et de l’architecture, créée à Berlin, impose sa griffe en Europe. Les plus grands artistes y enseignent leur spécialité, à l’instar de Walter Gropius pour l’architecture, Paul Klee et Vassily Kandinsky pour la peinture, ou encore Laszlo Moholy-Nagy pour la photographie. Le Bauhaus révolutionne l’architecture et le design du mobilier. Son impact est profond en Scandinavie, dans les pays baltes et en Russie soviétique. Cette dernière vit aussi sa révolution artistique avec le Fonctionnalisme : une architecture innovante, faite de lignes droites, dont s’est inspiré Le Corbusier. De grands artistes espagnols trouvent la consécration à Paris : Joan Miro, Salvador Dali et Pablo Picasso. Dans la plupart des pays européens, l’univers des cabarets reste toutefois plus minoritaire qu’en France. Car les régimes autoritaires gagnent du terrain. La dictature s’impose en Espagne dès 1923, au Portugal et dans les pays baltes à partir de 1926. Idem en

Christian Bellavia

Historia – L’image pétillante des Années folles en France est-elle idéalisée ? Jean-François Berdah – Cette vie trépi-


Pologne et en Hongrie. Dans tous ces pays, la tendance est à la censure des courants avantgardistes. En Italie, en 1922, le futurisme rencontre ses limites avec Mussolini.

H – La France a-t-elle subi l’influence particulière de l’un des pays européens ? J.-F. B. – Pas v rai ment . En 19 2 5,

Paris accueille la grande exposition des Arts décoratifs, vitrine du savoir-faire français. La capitale apparaît alors comme le centre mondial incontesté de la révolution artistique des Années folles. L’idée de Ville Lumière trouve tout son sens à cette époque même si – paradoxe ! – il existe déjà des musées d’arts décoratifs à Londres, Budapest ou Vienne, mais pas encore à Paris.

H. – Quelle différence faites-vous entre la Belle Époque et les Années folles ? J.-F. B. – Il s’agit de deux périodes d’ex-

pansion et d’insouciance. Mais avec de profondes différences. Le positivisme de la Belle Époque croyait fortement en un progrès perpétuel qui permettrait d’éradiquer la misère et les causes profondes des antagonismes nationaux. L’idée dominante était que la prospérité apaiserait les tensions internationales. En rupture avec l’optimisme sans limites de la Belle Époque, les Français des Années folles ont une foi plus mesurée dans le progrès, instruits des dérives dangereuses de la science pendant la Grande Guerre avec l’utilisation des gaz de combat. Désormais, on sait à quel point l’évolution des techniques est aussi susceptible d’engendrer des instruments de destruction massive.

H – Quel héritage nous ont-elles laissé ? J.-F. B. – La radio, le cinéma parlant et

l’expansion de l’automobile. Sans oublier le développement de l’industrie et la généralisation de l’électricité. Nombre de nos bâtiments industriels, nos halles et nos marchés sont nés de l’innovation du béton armé, une invention française. Le changement majeur se situe dans la culture, les arts et le sport, qui se démocratisent lentement. Nous sommes les héritiers de ce premier bouleversement des mœurs du XXe siècle. En cette période de crise, ce soupçon d’insouciance nous manque cruellement. La foi en l’avenir, propre aux années 1920, est bel et bien perdue. L

Propos recueillis par Éric Pincas mars-avril 2012 historia spécial 83


ALLEZ VOIR

Par Véronique Dumas

Notre sélection des meilleurs rendez-vous afin de prolonger le plaisir de ce Spécial.

Les années 1920 au musée d’Art moderne de Paris Un parfum d’intemporalité Cet établissement fait une large place à l’époque. Deux salles lui sont consacrées. La première présente deux mouvements artistiques subversifs : le dadaïsme, qui se développe de 1916 jusqu’au début des années 1920, et son successeur, le surréalisme, à partir de 1924, illustré notamment par Les Amoureux de Francis Picabia, toile peinte vers 1924-1925. La seconde fait découvrir l’École de Paris, réunissant des artistes étrangers arrivés juste avant 1920 et qui feront de Montparnasse leur lieu de prédilection. Ils ont pour nom Chagall, Modigliani, Soutine, Kisling ou Van Dongen… L

$ Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 116 avenue du Président-Wilson, 75116 Paris. Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 18 h. Nocturne le jeudi jusqu’à 22 h. Renseignements : www.mam.paris.fr Tél. : 01 53 67 40 00.

88 historia spécial mars-avril 2012

Les années folles  

On l’appelle le temps des années folles, cette décennie 1919-1929, faite d’espoirs, d’innovations techniques et d’effervescence créatrice da...