Page 1

JUIN 2011 - N° 774

LAÏCITÉ CE QU’ON NE VOUS A JAMAIS DIT

    

!"$)$ 5.33.4BI?<8

M 05067 - 774 - F: 5,50 E

%

LE VOL ROCAMBOLESQUE DE LA JOCONDE

Å Å %ÅÅ 

Les pyramides Les secrets de la Vallée des Rois Les temples décryptés

ALL 6,90 €/BEL 6,30 €/CAN 9,50 $CAN/DOM 6,50 €/ESP 6,50 €/GR 6,50€/ITA 6,50 €/PORT-CONT 6,50 €/LUX 6,50 €/MAR 58,00 DH/MAY 7,90 €/CH 11 FS/TOM AVION 1550,00 XPF/TOM SURFACE 880 XPF/TUN 6,50 TND




Ă&#x2026;

Juin 2011

w{Ă&#x2026; % Ă&#x2026; 

wĂ&#x2026;  %

Arles : la Provençale chÊrie des Romains

rvĂ&#x2026; 

Dans la guerre pour le pouvoir qui se joue Ă Rome, la colo-

Ă&#x2030;gypte : les trĂŠsors du Nil

nie dâ&#x20AC;&#x2122;Arelate se rallie Ă Jules CĂŠsar. Le bon choix. Depuis,

De la Nubie jusquâ&#x20AC;&#x2122;au plateau de Gizeh, les Ă&#x2030;gyptiens ont

la citĂŠ rhodanienne vit dans lâ&#x20AC;&#x2122;ombre du consul et des

ĂŠlevĂŠ des monuments Ă la gloire de leurs dieux et de leurs

vestiges monumentaux quâ&#x20AC;&#x2122;il a laissĂŠs. Et il y est, encore

pharaons. Des temples dâ&#x20AC;&#x2122;Abou-Simbel Ă la Grande Pyra-

aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, plus cĂŠlèbre que VercingĂŠtorix.

mide de Kheops, Historia vous invite à faire escale dans ces merveilles redÊcouvertes à partir du XVIIIe siècle.

x{Ă&#x2026; Ă&#x2026; ÂŤ Des expositions, des jeux vidĂŠo, du thÊâtre, du cinĂŠma.

uwĂ&#x2026;   Ă&#x2026;ÂŤ Comment un Viking a crĂŠĂŠ la Normandie En 911, le roi Charles le Chauve se rĂŠsout Ă pactiser avec

xwĂ&#x2026; ÂŤĂ&#x2026;Ă&#x2026; ÂŤ Odilon Redon et la thĂŠorie de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution

le terrible Rollon. En ĂŠchange de la basse vallĂŠe de la Seine, il obtient du chef scandinave et de ses hommes

xyĂ&#x2026; 

quâ&#x20AC;&#x2122;ils mettent fin Ă leurs raids dĂŠvastateurs sur ses terres. Cette annĂŠe marque le 1 100e anniversaire du traitĂŠ

zrĂ&#x2026; ÂŤ %Ă&#x2026;Ă&#x2026;  Garnier et son musĂŠe dâ&#x20AC;&#x2122;art moderne rĂŞvĂŠ

de Saint-Clair-sur-Epte.

52 Des rois en ÂŤ pièces dĂŠtachĂŠes Âť Au XIII siècle, les sĂŠpultures de cĹ&#x201C;urs sont en vogue e

ztĂ&#x2026; ÂŤ%Ă&#x2026;# Louis XIII ĂŠtait sous la coupe de Richelieu

chez les princes de France. Mais bientôt ce privilège va être rÊservÊ aux souverains capÊtiens. Leurs restes sont alors dispersÊs dans diffÊrents lieux. DÊcryptage de

zvĂ&#x2026;  Ă&#x2026;Ă&#x2026;  Ă&#x2026;Â&#x2039; Dupuy

cette pratique entre mĂŠdecine, religion et politique.

zwĂ&#x2026; Ă&#x2026;% 56 Mamma mia, on a volĂŠ La Joconde ! Le 21 aoĂťt 1911, le cĂŠlèbre tableau de LĂŠonard de Vinci disparaĂŽt du Louvre oĂš il ĂŠtait exposĂŠ. Sâ&#x20AC;&#x2122;agit-il de lâ&#x20AC;&#x2122;acte

zxĂ&#x2026;  Ă&#x2026; Ă&#x2026;   Dugommier

de nationalistes allemands, de la commande dâ&#x20AC;&#x2122;un riche collectionneur amĂŠricain, dâ&#x20AC;&#x2122;un fou ? Jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă la fin 1913, les inspecteurs nâ&#x20AC;&#x2122;ont pas lâ&#x20AC;&#x2122;ombre dâ&#x20AC;&#x2122;une pisteâ&#x20AC;Ś

zyĂ&#x2026;  Ă&#x2026;Ă&#x2026;Â&#x2039; Courriers diplomatiques

Nils Warolin -Gilles Cohen -D.R. (x2)

 

?9>7H:Ă&#x2026; ;8;7K

H7D^E?I;Ă&#x2026;KD7D:

SpĂŠcialiste du Proche-Orient, il a publiĂŠ chez Autrement dâ&#x20AC;&#x2122;un Atlas de la dĂŠcouverte de lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte (2007) et Pyramides, temples et tombeaux de lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte ancienne (2004).

Responsable de lâ&#x20AC;&#x2122;exploration de plusieurs nĂŠcropoles de lâ&#x20AC;&#x2122;oasis de Kharga, elle a collaborĂŠ Ă lâ&#x20AC;&#x2122;ouvrage collectif El-Deir. NĂŠcropoles I. La NĂŠcropole Sud (Cybèle, 2010).

uĂ&#x2026;Ă&#x2026;  Ă&#x2026;s{rr

7:;B;?D;Ă&#x2026; ;J;HIĂ&#x201E;;IJ`H79J Elle est lâ&#x20AC;&#x2122;auteur, aux ĂŠditions du Rocher, de Pain, bière et toutes bonnes choses (2010) et de Abou-Simbel, Ă la gloire de Ramsès (2003).

>?;HHOĂ&#x2026;;D:;H?JJ;H Anatomopathologiste, membre de lâ&#x20AC;&#x2122;Association internationale des ĂŠgyptologues, il anime le site www.osirisnet.net consacrĂŠ aux tombes et monuments dâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte.


Julien Gieules

MusĂŠe Ă&#x2030;gyptien, Le Caire/Dagli Orti/Art Archive

SpÊcial ville : Arles, p. 60 La Provençale chÊrie de Rome

D.R. - Gil Lefauconnier Marie-AmĂŠlie Journel/Devine - D.R.

Dossier : Ă&#x2030;gypte, p. 15 Les trĂŠsors du Nil

K:;Ă&#x2026;HEIĂ&#x2026;:;Ă&#x2026;;B;H

7KH;DJĂ&#x2026;?II?aH;

H7D^E?I;Ă&#x2026; 787B;JJ;

;7DĂ&#x201E;L;IĂ&#x2026; ;Ă&#x2026; 7EKH

Ă&#x2030;gyptologue, archĂŠologue Ă la mission des fouilles de Tanis ; ĂŠditrice chez Actes Sud, oĂš elle a fait paraĂŽtre Le Papyrus sacrĂŠ (2010) et Jardins de lâ&#x20AC;&#x2122;AntiquitĂŠ (2009).

MaĂŽtre de confĂŠrences Ă ParisSorbonne IV, membre de la SociĂŠtĂŠ de lâ&#x20AC;&#x2122;Histoire de France, ses recherches portent sur les rapports entre la France et lâ&#x20AC;&#x2122;Italie aux XVe et XVIe siècles.

Ancienne professeur dâ&#x20AC;&#x2122;histoire-gĂŠo, elle a produit ÂŤ Surpris par la nuit Âť pour France-Culture et publiĂŠ le Guide du Jardin des plantes aux Ă&#x2030;ditions du Patrimoine.

Historien spĂŠcialiste de la Première Guerre mondiale, il est lâ&#x20AC;&#x2122;auteur dâ&#x20AC;&#x2122;une vingtaine de livres sur la pĂŠriode, mais travaille sur dâ&#x20AC;&#x2122;autres thèmes.

 Ă&#x2026;s{rrĂ&#x2026;Ă&#x2026;vĂ&#x2026;


 Ă&#x2026; Ă&#x2026;  Ă&#x2026;ÂŤ Ă&#x2026; Â&#x2026;Ă&#x2026; Ă&#x2026;Ă&#x2026;% En Ă&#x2030;gypte, le culte des morts est toujours liĂŠ au tombeau. Pendant la pĂŠriode prĂŠdynastique, les tombes ne sont que des fosses dans lesquelles on dĂŠpose le corps en position fĹ&#x201C;tale avec, autour de lui, des bijoux, des objets ayant appartenu au dĂŠfunt, et des rĂŠcipients contenant de la nourriture et des boissons pour son

voyage dans lâ&#x20AC;&#x2122;au-delĂ . Ces fosses sont recouvertes de simples tertres de sable. Comme elles sont peu rĂŠsistantes aux ĂŠlĂŠments naturels ou aux pilleurs, les rois et les nobles des premières dynasties les font recouvrir de briques crues ou de pierres taillĂŠes qui prennent la forme dâ&#x20AC;&#x2122;un ÂŤ banc Âť appelĂŠ mastaba (A). Câ&#x20AC;&#x2122;est Ă  Gizeh

et Ă Saqqara que se trouvent les mastabas les plus grands, constituĂŠs dâ&#x20AC;&#x2122;une chambre funĂŠraire et dâ&#x20AC;&#x2122;une chapelle. Ă&#x20AC; la IIIe dynastie, la chapelle est intĂŠgrĂŠe au mastaba et prĂŠcĂŠdĂŠe dâ&#x20AC;&#x2122;une salle, le serdab, contenant une statue du dĂŠfunt. La première pyramide dâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte, ĂŠrigĂŠe sous la IIIe dynastie par Imhotep, a pour point

SINAĂ?

DĂ&#x2030;SERT ORIENTAL

HĂŠliopolis

Tanis

D E LTA D U N I L

Memphis

Tell al-Amarna

Le Caire

Rosette Gizeh

Saqqara

Nil

Le Fayoum

Assiout

Alexandrie

Ă&#x2030;GYPTE

DĂ&#x2030;SERT OCCIDENTAL

Mer MĂŠditerranĂŠe

Al-Bawiti Oasis de Bahriya 60 m

Serdab Chapelle

10 m

2

Hugues Piolet

1

Statue mortuaire Puits

Chambre funĂŠraire

Sarcophage

A - Mastaba

ryĂ&#x2026;Ă&#x2026;  Ă&#x2026;s{rr

Mastaba originel

Puits Chambre funĂŠraire et sarcophage

1 et 2 : agrandissements successifs

B - Pyramide Ă degrĂŠs


de dĂŠpart un mastaba de 71 mètres de cĂ´tĂŠ. Lâ&#x20AC;&#x2122;idĂŠe lui vient dâ&#x20AC;&#x2122;en faire une pyramide Ă degrĂŠs (B). Exemple type de la pyramide primitive avec la chambre funĂŠraire situĂŠe sous le niveau du sol, cette forme va ĂŠvoluer vers une structure intermĂŠdiaire dite ÂŤ rhomboĂŻdale Âť comme Ă  Dachour. Bien des obstacles techniques restent

Lâ&#x20AC;&#x2122;hypogĂŠe apparaĂŽt au Moyen Empire lorsque les pharaons renoncent Ă se faire enterrer dans des pyramides. Les tombes des VallĂŠes des Rois, des Reines (D) et des Nobles sont des hypogĂŠes, creusĂŠs très profondĂŠment sous terre quâ&#x20AC;&#x2122;on espĂŠrait ainsi mettre Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;abri des pilleurs.  Claudine Le Tourneur dâ&#x20AC;&#x2122;Ison

Ă vaincre avant que les architectes parviennent Ă  la perfection des lignes, Ă  la rigueur de la construction et aux dimensions exceptionnelles de la pyramide de Kheops (C), ĂŠrigĂŠe sous la IVe dynastie. Sa conception repose sur le pouvoir absolu de lâ&#x20AC;&#x2122;abstraction gĂŠomĂŠtrique de ses quatre triangles isocèles idĂŠalement inclinĂŠs.

Mer Rouge Karnak Louksor

VallĂŠe des Rois

Assouan

Thèbes

Denderah

Lac Nasser

HAUTE Ă&#x2030;GYPTE

NUBIE (SOUDAN)

VallĂŠe des Reines

Deir el-Medineh

Abou Simbel

Oasis de Kharga Douch

Oasis de Dakhla 146 m

Chambre funĂŠraire et sarcophage 4

4

Pyramides

HypogĂŠes et tombes souterraines

Temples

Villages dâ&#x20AC;&#x2DC;artisans

Momies dorĂŠes

Autres sites historiques 50 km

Antichambre

Chapelle funĂŠraire

Salle hypostyle

2 1

3

3 1 2 3 4

10 m

Puits

EntrĂŠe et couloir Grande galerie Chambres mortuaires abandonnĂŠes Galeries dâ&#x20AC;&#x2122;aĂŠration

C - Pyramide

Caveau et sarcophage

D - HypogĂŠe

 Ă&#x2026;s{rrĂ&#x2026;Ă&#x2026;rzĂ&#x2026;


Ă&#x2026; Ă&#x2026;%Ă&#x2026;Ă&#x2026;  Ă&#x2026;Ă&#x2026;Ă&#x2026;Lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte conditionne la poursuite de fouilles en ĂŠchan

Quelle place pour DR

Aude Gros de Beler

U

ÂŤ Lâ&#x20AC;&#x2122;extraction de lâ&#x20AC;&#x2122;obĂŠlisque [de Louksor] a dĂŠnaturĂŠ le seul temple qui permettait de se faire une idĂŠe dâ&#x20AC;&#x2122;un lieu de culte sous les pharaons Âť

n objet archĂŠologique a, par essence, une valeur colossale. En tant que tĂŠmoin dâ&#x20AC;&#x2122;une ĂŠpoque rĂŠvolue, il est susceptible de rĂŠvĂŠler un aspect de la civilisation dâ&#x20AC;&#x2122;oĂš il vient. Ă&#x20AC; lâ&#x20AC;&#x2122;issue de sa dĂŠcouverte, les chercheurs lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtudient et le comparent avec le matĂŠriel existant, ce qui leur permet dâ&#x20AC;&#x2122;en tirer des dĂŠductions venant confirmer ou infirmer une thĂŠorie rĂŠputĂŠe recevable sur la civilisation ĂŠtudiĂŠe. En dehors du cadre des historiens, ce mĂŞme objet possède une vocation didactique, puisquâ&#x20AC;&#x2122;il permet Ă lâ&#x20AC;&#x2122;amateur dâ&#x20AC;&#x2122;approcher une civilisation. Câ&#x20AC;&#x2122;est lĂ  quâ&#x20AC;&#x2122;interviennent les musĂŠes, dont le rĂ´le est de faire dĂŠcouvrir lâ&#x20AC;&#x2122;histoire de lâ&#x20AC;&#x2122;humanitĂŠ, grâce aux expositions. Aussi se pose le problème de savoir ce que le visiteur est en droit dâ&#x20AC;&#x2122;attendre dans ces lieux dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage : le bel objet, lâ&#x20AC;&#x2122;objet prestigieux ou lâ&#x20AC;&#x2122;objet ĂŠclairant ? Il est important de connaĂŽtre la valeur rĂŠelle dâ&#x20AC;&#x2122;un objet avant de dĂŠcider de lâ&#x20AC;&#x2122;expatrier. Une pièce maĂŽtresse se doit de rester dans le pays dont elle est issue. Pour lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte, câ&#x20AC;&#x2122;est le cas dâ&#x20AC;&#x2122;un certain nombre de pièces, emportĂŠes en Europe au XIXe siècle, qui perdent toute leur signification une fois extraites de leur contexte. Ainsi, la cuve de Ramsès III ou le plafond astronomique de Denderah (musĂŠe du Louvre) nâ&#x20AC;&#x2122;ont de sens rĂŠel que dans le lieu qui leur servait initialement de cadre : en lâ&#x20AC;&#x2122;occurrence, la VallĂŠe des Rois et le temple dâ&#x20AC;&#x2122;Hathor. De mĂŞme pour lâ&#x20AC;&#x2122;obĂŠlisque qui se dresse aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui place de la Concorde. Son extraction a dĂŠnaturĂŠ le seul temple ĂŠgyptien qui permettait au visiteur de se faire une idĂŠe prĂŠcise dâ&#x20AC;&#x2122;un lieu de culte Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpoque pharaonique. Encore dotĂŠ de son dromos (allĂŠe bordĂŠe de sphinx), de ses deux obĂŠlisques prĂŠcĂŠdant lâ&#x20AC;&#x2122;entrĂŠe, du pylĂ´ne

usĂ&#x2026;Ă&#x2026;  Ă&#x2026;s{rr

accompagnĂŠ de ses colosses, la vision ĂŠtait parfaite : si lâ&#x20AC;&#x2122;obĂŠlisque avait encore ĂŠtĂŠ en place, le visiteur moderne aurait eu la mĂŞme perspective que le fidèle avançant dans le temple de Louqsor trois mille ans auparavant. Le souhait de possĂŠder ce monument, qui nâ&#x20AC;&#x2122;a plus grande prestance lĂ oĂš il se trouve aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, a dĂŠfinitivement dĂŠnaturĂŠ le site ; des dizaines dâ&#x20AC;&#x2122;obĂŠlisques auraient tout aussi bien fait leur office place de la Concorde, et on ne peut que regretter que Jean-François Champollion se soit focalisĂŠ sur celui-lĂ , celui justement quâ&#x20AC;&#x2122;il aurait fallu conserver in situ du fait de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtat de conservation exceptionnel du temple de Louksor. Le problème ne se pose plus en ces termes, dès lors quâ&#x20AC;&#x2122;il sâ&#x20AC;&#x2122;agit dâ&#x20AC;&#x2122;objets existant, mĂŞme avec des variantes, en plusieurs dizaines â&#x20AC;&#x201C; voire milliers â&#x20AC;&#x201C; dâ&#x20AC;&#x2122;exemplaires. Il apparaĂŽt lĂŠgitime quâ&#x20AC;&#x2122;ils viennent enrichir les collections des musĂŠes du monde pour que chacun puisse se familiariser avec la civilisation qui passe pour ĂŞtre le berceau de lâ&#x20AC;&#x2122;humanitĂŠ. Que ferait lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte, dont les rĂŠserves regorgent de pièces non exposĂŠes, dâ&#x20AC;&#x2122;un millième oushebti (figurines funĂŠraires), dâ&#x20AC;&#x2122;une cinqcentième statue de Ramsès II ou, mĂŞme, des reliefs dâ&#x20AC;&#x2122;une tombe dont des rĂŠpliques identiques attendent des jours meilleurs pour ĂŞtre prĂŠsentĂŠes dans un musĂŠe ĂŠgyptien. Pourtant, sous la menace de ne plus obtenir dâ&#x20AC;&#x2122;autorisations de fouilles, la France a rĂŠcemment restituĂŠ Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte cinq fragments de peintures murales de la XVIIIe dynastie, qui auraient fait le bonheur de milliers de visiteurs et qui nâ&#x20AC;&#x2122;auraient pas manquĂŠ Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypteâ&#x20AC;Ś qui a dĂŠjĂ  tant Ă  montrer.  Ă&#x2030;gyptologue, Aude Gros de Beler fait partie de la mission française des fouilles de Tanis.


ge du retour dâ&#x20AC;&#x2122;objets dĂŠtenus par les grands musĂŠes.

lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠgyptologie ? Richard Lebeau Nils Warolin

ÂŤ La volontĂŠ de voir revenir le buste de NĂŠfertiti traduit la volontĂŠ des Ă&#x2030;gyptiens de chercher leurs racines dans leur histoire prĂŠislamique Âť

A

ujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, ÂŤ lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠgyptologie ĂŠgyptienne devient le fer de lance de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠgyptologie mondiale Âť, constate Guillemette Andreu-LanoĂŤ, conservateur gĂŠnĂŠral, directrice du dĂŠpartement des AntiquitĂŠs ĂŠgyptienne du musĂŠe du Louvre. Hier, la culture musulmane dĂŠtournait les Ă&#x2030;gyptiens de leur passĂŠ prĂŠislamique. Grâce aux fondateurs de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠgyptologie â&#x20AC;&#x201C; Champollion, Lepsius, Wilkinson, Masperoâ&#x20AC;Ś â&#x20AC;&#x201C;, les collections ĂŠgyptiennes sâ&#x20AC;&#x2122;installaient au British Museum, Ă Turin, au Louvre, au MusĂŠe de lâ&#x20AC;&#x2122;Hermitage, au Metropolitan de New York. Et le MusĂŠe du Caire ĂŠtait fondĂŠ par Auguste Mariette. Bref, hier, lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠgyptologie ĂŠtait une affaire occidentale ! Les Ă&#x2030;gyptiens ne prĂŞtaient guère attention Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte ancienne. Les pharaons ĂŠtaient le symbole du temps de lâ&#x20AC;&#x2122;Ignorance, quand les hommes ne connaissaient pas lâ&#x20AC;&#x2122;Islam. Lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte entrait seulement dans la modernitĂŠ. Il nâ&#x20AC;&#x2122;en est plus de mĂŞme aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui. La demande â&#x20AC;&#x201C; parfois formulĂŠe de manière musclĂŠe â&#x20AC;&#x201C; par le Conseil suprĂŞme des AntiquitĂŠs du retour de certaines Ĺ&#x201C;uvres qui font la gloire des grands musĂŠes internationaux, reflète lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrĂŞt portĂŠ par le pays Ă  son passĂŠ pharaonique. La volontĂŠ de voir le buste de NĂŠfertiti, le zodiaque de Denderah ou la barbe de Kheops au bercail va audelĂ  du nationalisme. Elle traduit le sentiment des Ă&#x2030;gyptiens de retrouver leurs racines, la volontĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;aller chercher ces racines dans leur histoire prĂŠislamique. Le nassĂŠrisme est passĂŠ par lĂ . Il a mis tous les Ă&#x2030;gyptiens, les garçons comme les filles, Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcole. Maintenant, les ĂŠlèves visitent Guizeh, Karnak, PhilĂŚ et les autres hauts lieux de la civilisation pharaonique. Le pays sâ&#x20AC;&#x2122;est dotĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠgyptologues compĂŠtents. Toutefois, la situation du patrimoine nâ&#x20AC;&#x2122;est pas idyllique ! Une autoroute Ă 

quatre voies longe depuis peu les temples de Karnak. Au Caire, les monuments, rongĂŠs par la pollution, souffrent. Lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte nâ&#x20AC;&#x2122;a pas encore jugĂŠ bon de se munir des lois protĂŠgeant un patrimoine plusieurs fois millĂŠnaire. Lâ&#x20AC;&#x2122;archĂŠologie prĂŠventive est loin dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre la prĂŠoccupation des autoritĂŠs, sauf Ă Alexandrie. Lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte prend conscience du danger. Elle prĂŠfère essayer de protĂŠger son patrimoine que de multiplier les nouveaux chantiers de fouilles. Elle a de quoi faire. Il traĂŽnerait près de 100 000 momies, mal entretenues, entassĂŠes sur des ĂŠtagères ! ÂŤ Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, le Conseil suprĂŞme des AntiquitĂŠs nâ&#x20AC;&#x2122;accorde quâ&#x20AC;&#x2122;au compte-gouttes les permis de fouilles dans les sites prestigieux. En revanche, partout oĂš les vestiges sont en danger, le mĂŞme Conseil accorde aisĂŠment sa permission, afin de faciliter le plus possible le sauvetage de donnĂŠes en perdition Âť, reconnaĂŽt Guillemette Andreu-LanoĂŤ. Le rĂŠcent ÂŤ printemps arabe ĂŠgyptien Âť sâ&#x20AC;&#x2122;est accompagnĂŠ du pillage du MusĂŠe du Caire et de la mise Ă  sac dâ&#x20AC;&#x2122;un certain nombre de dĂŠpĂ´ts dâ&#x20AC;&#x2122;antiquitĂŠs en province, Ă  Dachour, Ă  Saqqara, Ă  Alexandrie, Ă  Assiout, dans le SinaĂŻ. La liste nâ&#x20AC;&#x2122;est pas exhaustive ! Il se dit que des gardiens et des policiers faisaient partie des pilleurs. Maintenant ÂŤ câ&#x20AC;&#x2122;est aux Ă&#x2030;gyptiens eux-mĂŞmes de prendre en charge la protection maximale des sites en mobilisant la population locale. Il faut sensibiliser les gens et les former, notamment les gardiens. Au Conseil suprĂŞme de lâ&#x20AC;&#x2122;armĂŠe de punir sĂŠvèrement ceux qui touchent au patrimoine Âť, affirme lâ&#x20AC;&#x2122;archĂŠologue ĂŠgyptienne Gihane Zaki. Quâ&#x20AC;&#x2122;elle soit entendue !  SpĂŠcialiste de lâ&#x20AC;&#x2122;histoire du Proche-Orient, Richard Lebeau a publiĂŠ un Atlas de la dĂŠcouverte de lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;gypte (Autrement, 2007).

 Ă&#x2026;s{rrĂ&#x2026;Ă&#x2026;utĂ&#x2026;


ÂŤĂ&#x2026;Ă&#x2026; ÂŤĂ&#x2026;

par Ă&#x2030;lisabeth Couturier

Le Grand Palais prĂŠsente, jusquâ&#x20AC;&#x2122;au 20 juin, lâ&#x20AC;&#x2122;exposition â&#x20AC;&#x153;Prince du rĂŞve, 1840-1916â&#x20AC;?. Une rĂŠtrospective de lâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;uvre de cet artiste du mystère et du subconscient, dĂŠclinĂŠe avec ses fusains, lithographies, pastels et huiles.

Cyclope grimaçant, mollusques visqueux, crânes volants, faces poilues, globe oculaire en plein ciel, et bien dâ&#x20AC;&#x2122;autres ĂŠtrangetĂŠs parcourent lâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;uvre dâ&#x20AC;&#x2122;Odilon Redon. Ces figures monstrueuses la rendent unique et fascinante. SurnommĂŠ ÂŤ le prince du rĂŞve Âť et admirĂŠ par ses amis ĂŠcrivains, en premier lieu, MallarmĂŠ, Redon a longtemps soutenu que ces images fantastiques lui venaient essentiellement de visions nocturnes. Tout juste sâ&#x20AC;&#x2122;il concĂŠdait avoir ĂŠtĂŠ inspirĂŠ par lâ&#x20AC;&#x2122;effervescence scientifique de son temps. En fait, il sâ&#x20AC;&#x2122;avère que lâ&#x20AC;&#x2122;artiste a ĂŠtĂŠ initiĂŠ très tĂ´t aux avancĂŠes des chercheurs ainsi quâ&#x20AC;&#x2122;aux dĂŠbats qui, Ă son ĂŠpoque, agitaient lâ&#x20AC;&#x2122;AcadĂŠmie des sciences après la publication, en novembre 1859 Ă  Londres, du livre de Charles Darwin : Lâ&#x20AC;&#x2122;Origine des espèces par le moyen de la sĂŠlection naturelle ou la prĂŠsentation des races favorisĂŠes dans la lutte pour la vie. Certes lâ&#x20AC;&#x2122;univers poĂŠtique original crĂŠĂŠ par Redon, nĂŠ Ă  Bordeaux en 1840, doit beaucoup Ă  son imaginaire dĂŠbridĂŠ. Mais il trouve aussi son ancrage dans la rencontre que ce contemplateur fait, Ă  17 ans, avec un botaniste bordelais, le professeur Armand Clavaud, qui lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠveille Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;observation des espèces et leur possible ĂŠvolution graduelle. Dans un courrier de 1890, quatre ans après le suicide de Clavaud, Redon, bouleversĂŠ, reconnaĂŽt enfin sa dette : ÂŤ Jâ&#x20AC;&#x2122;ai eu vers les vingt ans, et cultivĂŠ toute ma vie, lâ&#x20AC;&#x2122;amitiĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;un savant botaniste qui a dĂť avoir sur moi une influence probable. Âť Effectivement, grâce Ă  la passion transmise par son aĂŽnĂŠ, il a la chance de dĂŠcouvrir les malicieux protozoaires ou autres amibes fĂŠbriles au travers dâ&#x20AC;&#x2122;un microscope. Si Redon est sensible Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;agitation suscitĂŠe par la thĂŠorie de Darwin, câ&#x20AC;&#x2122;est parce quâ&#x20AC;&#x2122;elle intĂŠresse Armand Clavaud qui, de son cĂ´tĂŠ, cherche Ă  dĂŠmontrer quâ&#x20AC;&#x2122;il existe un lien entre le monde vĂŠgĂŠtal et animal. Le savant lui a fait connaĂŽtre les thèses concernant une transformation

xwĂ&#x2026;Ă&#x2026;  Ă&#x2026;s{rr

progressive de la vie, telles quâ&#x20AC;&#x2122;avancĂŠes au XVIIIe et au tout dĂŠbut du XIXe siècle par diffĂŠrents chercheurs. Ainsi Charles Bonnet a-t-il postulĂŠ une loi selon laquelle tout animal provient dâ&#x20AC;&#x2122;un autre animal de la mĂŞme espèce, par une ĂŠvolution, et Lamarck, dans sa Philosophie zoologique (1809), considère-t-il le milieu comme prĂŠdĂŠterminant, obligeant lâ&#x20AC;&#x2122;animal Ă sâ&#x20AC;&#x2122;adapter Ă  son environnement. Les palmipèdes auraient acquis leurs palmes pour rendre leur nage plus efficace et les girafes auraient imperceptiblement allongĂŠ leur cou afin de pouvoir manger les plus hautes feuilles des arbres â&#x20AC;&#x201C; thĂŠorie contestĂŠe par Cuvier, entre autres. Câ&#x20AC;&#x2122;est dans ce contexte que paraĂŽt lâ&#x20AC;&#x2122;ouvrage de Darwin soutenant que les espèces vivantes descendent dâ&#x20AC;&#x2122;un ou de quelques ancĂŞtres communs, selon un processus drastique de sĂŠlection naturelle permettant aux plus forts de survivre. Il fait lâ&#x20AC;&#x2122;effet dâ&#x20AC;&#x2122;une bombe. Par son potentiel discriminatoire mais aussi parce quâ&#x20AC;&#x2122;il remet en question les principes de lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;glise selon laquelle seul Dieu est Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;origine de la vie. De fait, en France, il faudra attendre 1862 pour que lâ&#x20AC;&#x2122;ouvrage du naturaliste anglais soit traduit, mais hĂŠlas, dans une version pleine dâ&#x20AC;&#x2122;approximations, de dĂŠformations et de contresens. Câ&#x20AC;&#x2122;est ainsi que dans son Dictionnaire des idĂŠes reçues Flaubert rĂŠsume : ÂŤ Darwin, celui qui a dit que lâ&#x20AC;&#x2122;homme descendait du singe. Âť Anatole France, lui, reste plus nuancĂŠ : ÂŤ Selon la science des mĂŠtamorphoses organiques crĂŠĂŠe par Lamarck et Darwin, les ailes des oiseaux se sont transformĂŠes successivement en pieds antĂŠrieurs chez les quadrupèdes et en bras chez les primates. Âť Lâ&#x20AC;&#x2122;on comprend, dès lors, le succès rencontrĂŠ par les monstres et autres crĂŠatures mutantes reprĂŠsentĂŠes par Odilon Redon. Ils reflètent lâ&#x20AC;&#x2122;angoisse profonde suscitĂŠe par les premières thĂŠories de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution en mĂŞme temps que les hallucinations quâ&#x20AC;&#x2122;elles inspiraient au peintre. 

BnF/PixPalace

Jean Bernard

Odilon Redon et la thĂŠorie de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution


r

t

s

Â&#x2030; Ă&#x2026; Ă&#x2026; Ă&#x2026; Ă&#x2026;Ă&#x2026; Ă&#x2026;Â&#x2026;Ă&#x2026;Ă&#x2026;Ă&#x2026; Ă&#x2026; Ă&#x2026;Ă&#x2026;Â Â&#x2C6; Planche 3 de lâ&#x20AC;&#x2122;album Les Origines (1883) VĂ&#x2039; Â&#x2122;Âą

r

Lâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;il. Le globe oculaire est souvent

reprĂŠsentĂŠ dans lâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;uvre gravĂŠ de Redon. Il apparaĂŽt sous diffĂŠrents aspects, par exemple sous la forme dâ&#x20AC;&#x2122;un ballon ou dâ&#x20AC;&#x2122;un visage. Lâ&#x20AC;&#x2122;artiste semble avoir ĂŠtĂŠ marquĂŠ par le fait que, dans Lâ&#x20AC;&#x2122;Origine des espèces, Darwin accorde une place importante Ă lâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;il, quâ&#x20AC;&#x2122;il compte parmi les organes parfaits et particulièrement complexes.

Vient de sortir aux ĂŠditions TĂŠlĂŠmaque, Odilon Redon. Les Attaches invisibles, un roman dâ&#x20AC;&#x2122;Alexandra Strauss.

s

Le cyclope. Allusions bibliques et rĂŠfĂŠrences mythologiques viennent Ă la rencontre des connaissances scientifiques de Redon qui, ici, rĂŠussit Ă  rendre humain une crĂŠature imaginaire. Pour parvenir Ă  crĂŠer ce genre de mĂŠtamorphoses, il sâ&#x20AC;&#x2122;appuie, ĂŠgalement, sur des ĂŠtudes dâ&#x20AC;&#x2122;ostĂŠologie et sur ce quâ&#x20AC;&#x2122;il a pu voir dans les galeries dâ&#x20AC;&#x2122;histoire naturelle du MusĂŠum.

t

La technique. Du point de vue de la

technique lithographique, lâ&#x20AC;&#x2122;album Les Origines (dâ&#x20AC;&#x2122;oĂš est tirĂŠe cette reprĂŠsentation) dĂŠvoile, dans la continuitĂŠ des deux prĂŠcĂŠdents Dans le rĂŞve et Ă&#x20AC; Edgar Poe, combien Redon est capable de sâ&#x20AC;&#x2122;approprier toutes les subtilitĂŠs du support. Les traits de crayon sâ&#x20AC;&#x2122;entrecroisent souvent Ă la manière de la taille-douce, rappelant ses dĂŠbuts dâ&#x20AC;&#x2122;aquafortiste, tout comme lâ&#x20AC;&#x2122;usage rĂŠcurrent de la pointe qui vient, par grattage, retravailler les noirs. Ce mixte original signe ce que Redon, lui-mĂŞme, nomme ses ÂŤ Noirs Âť.

 Ă&#x2026;s{rrĂ&#x2026;Ă&#x2026;xxĂ&#x2026;


ÂŤ %Ă&#x2026;Ă&#x2026; Ă&#x2026;

En partenariat avec les Archives nationales, Historia propose chaque mois un document jamais publiĂŠ dans la presse grand public commentĂŠ par son conservateur.

Louis XIII ĂŠtait sous la coupe de Richelieu

Coll. Jonas/Kharbine-Tapabor

Soumis d'abord Ă la volontĂŠ de sa mère, le jeune roi passe ensuite sous l'influence du cardinal. Impossible de gouverner seul Â&#x201A;Ă&#x2026;

% Ă&#x2026;Ă&#x2026; . Marie de MĂŠdicis s'emporte, le cardinal de Richelieu garde le silence pendant que le jeune roi boude. Conflit habituel Ă la cour de France.VĂ&#x2039;ÂťžÂ?Â?Ă&#x2013;Ă&#x201E;Ă?Ă ?Ă?Â&#x2030;Â?Â&#x2122;Âź^Ă&#x2039;¤Â&#x161;¤ü¹

S

on règne paraĂŽt insignifiant entre celui de son père Henri IV et de son fils Louis XIV. Les romanciers tels A lex a nd r e D u m a s dans Les Trois Mousquetaires en ont laissĂŠ une image erronĂŠe. Louis XIII aurait ĂŠtĂŠ un prince faible et incapable, plus intĂŠressĂŠ par la chasse, la musique et le dessin que par le pouvoir quâ&#x20AC;&#x2122;il confie Ă son principal ministre, le cardinal de Richelieu. ÂŤ Il ĂŠtait le flambeau, ĂŠcrivait Victor Hugo, le roi nâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtait que la lanterne. Âť Si le monarque est timide et taciturne, victime dâ&#x20AC;&#x2122;un bĂŠgaiement qui lui donne peu confiance en lui, il nâ&#x20AC;&#x2122;est

cependant pas une simple marionnette entre les mains du cardinal. Il nâ&#x20AC;&#x2122;a que 9 ans lorsque son père est assassinĂŠ ; sa mère Marie de MĂŠdicis assure la rĂŠgence. Ă&#x20AC; la majoritĂŠ royale, fixĂŠe Ă 13 ans, elle ĂŠcarte son fils du conseil et laisse gouverner ses favoris Concino Concini et Leonora GaligaĂŻ. Câ&#x20AC;&#x2122;est par un coup de force, le 24 avril 1617, que Louis XIII accède au pouvoir en ordonnant leur assassinat. Il exile Marie de MĂŠdicis Ă  Blois et prend enfin sa place de souverain. Ă&#x20AC; son tour, il sâ&#x20AC;&#x2122;entoure de son favori Charles dâ&#x20AC;&#x2122;Albert, duc de Luynes. Marie de MĂŠdicis, de retour en grâces, fait entrer un de ses proches au conseil royal en 1624 : le cardinal de Richelieu. De seize ans plus âgĂŠ que le

monarque, il noue avec lui une ĂŠtroite relation sans jamais outrepasser ses pouvoirs. Il le tient informĂŠ de toutes les dĂŠcisions Ă prendre, ĂŠcrivant mĂŞme : ÂŤ Je soumets cette pensĂŠe comme toutes les autres Ă  votre majestĂŠ Âť, signifiant quâ&#x20AC;&#x2122;il ne veut en aucun cas prendre la place de son maĂŽtre. Les deux hommes partagent les mĂŞmes conceptions. Sur le plan extĂŠrieur, la France sâ&#x20AC;&#x2122;en gage dans la guerre de Trente Ans. Ă&#x20AC; lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrieur, ils entendent mettre fin aux privilèges politiques dont bĂŠnĂŠficient les protestants et rĂŠtablir lâ&#x20AC;&#x2122;autoritĂŠ militaire de lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;tat. Le siège de La Rochelle, entre 162 0 et 162 8, et de nombreuses campagnes au cours desquelles Louis XIII, dernier roi-soldat, dĂŠmontre son courage, permettent de tourner la page des guerres de Religion. PartagĂŠ par le souverain, le programme politique de Richelieu a pour consĂŠquence lâ&#x20AC;&#x2122;abaissement des grands fĂŠodaux et la rationalisation du système administratif avec la crĂŠation des intendants. Il ouvre ainsi la voix Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;absolutisme que poursuivra son successeur. Le roi sait se montrer implacable dans la rĂŠpression des soulèvements et des complots qui ĂŠmaillent son règne, y compris lorsquâ&#x20AC;&#x2122;ils sont organisĂŠs par des ÂŤ Grands Âť quâ&#x20AC;&#x2122;il fait exĂŠcuter, ou par son propre frère Gaston dâ&#x20AC;&#x2122;OrlĂŠans quâ&#x20AC;&#x2122;il exile. La lĂŠgende qui fait de Louis XIII un instrument soumis Ă  la volontĂŠ de Richelieu a pour origine le refus de nombre de ses contemporai ns de donner au souverain le crĂŠdit de cette inflexibilitĂŠ. Les deux hommes travailleront de concert jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă  leur mort, le cardinal nâ&#x20AC;&#x2122;y prĂŠcĂŠdant son maĂŽtre que de cinq mois.  Olivier Tosseri

 Ă&#x2026;s{rrĂ&#x2026;Ă&#x2026;ztĂ&#x2026;

Les fabuleux trésors du Nil  

Les temples d’Abou-Simbel, la Grande Pyramide, Saqqarah, Khéops, Karnak, la nécropole de la vallée des rois : bienvenue au pays des merveill...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you