Page 1


Tramway Ligne 2 Orvault Grand Val Tramway Ligne 1 Beaujoire / Ranzay

5

Tramway Ligne 3 Marcel Paul 3 6

4

Tramway Ligne 1 François Mitterand / Jamet

1

2

Busway Ligne 4 Porte de Vertou

Tramway Ligne 3 Neustrie

1

2

3

TRAFIC NANTES, CHANTENAY Quai Marquis d’Aiguillon. Tramway ligne 1, arrêt Gare Maritime. Bus 81, arrêt Salorges. LE VOYAGEUR & LES VISITEURS REZÉ, CHÂTEAU 2 allée Théophile Gautier. et 24 avenue de Bretagne. Tramway ligne 3, arrêt Château de Rezé. LE CHERCHEUR ORVAULT, PLAISANCE 8 allée du Thouët. Tramway ligne 3, arrêt Plaisance. Bus 79, arrêt Mimosas.

4

5

6

MARÉE NANTES, BEAUSÉJOUR Arrêt Beauséjour. Tramway ligne 3. Bus 12, 79, 89, 96. LE CAMIONNEUR & LE DOMPTEUR NANTES, PETITE SENSIVE 5 et 7 rue du Honduras. Tramway ligne 2, arrêt Santos-Dumont. LE COLPORTEUR SAINT-HERBLAIN, SILLON DE BRETAGNE Parc de la Savèze. Tramway ligne 2, bus 50 et 26, arrêt François Mitterrand.


Parade, Balade et Distorsion est un projet en mouvement développé par les dessinateurs et muralistes nantais Ador & Semor. Il voit le jour au cours de l’été 2016 sous la forme d’une exposition présentée à l’Atelier Alain Lebras dans le cadre du Voyage à Nantes. On y découvre, en dessins et en volumes, un univers burlesque et grinçant peuplé de personnages désireux de courir le monde. Comme le point de départ d’une longue traversée, l’exposition sort de sa coquille un an plus tard, passe de l’atelier à l’extérieur et migre sur les murs de la ville et ses alentours. Entre mai et novembre 2017, Ador & Semor s’invitent dans les quartiers, à Nantes et dans sa périphérie. Ils font évoluer leurs dessins en créant un parcours de fresques murales grandeur-plus-que-nature allant de Chantenay au Sillon de Bretagne, en passant par Rezé-Château, la Petite Sensive, Orvault-Plaisance et Beauséjour.

La présence des artistes suscite la curiosité des passants, rend possible les échanges en tous genres et donne naissance à une série d’oeuvres collectives chargées d’histoires. Au contact des habitants, les personnages hauts en couleurs d’Ador & Semor voyagent de mur en mur et laissent une trace de leur passage en questionnant le rapport entre mobilité et espace public. Le long d’un parcours propice à la rencontre, au dialogue et à la découverte, la joyeuse caravane d’Ador & Semor bouscule les habitudes, l’immobilisme et le repliement. À l’image de cette galerie de personnages aux provenances et destinations diverses, l’individu se mue, se transforme et se distord à l’approche de l’autre et de l’autre part. C’est l’ici, le local, qui sera aussi métamorphosé, à la croisée des chemins et des histoires passées et à venir, des trajectoires individuelles et collectives.

Peintures et illustrations : Ador & Semor Photos : Sarah Guilbaud et Clément Poncin Textes : Romain Santa Maria. Conception graphique : Keligrafik Impression : Hauts de Vilaine. Édité à 1000 exemplaires. Décembre 2017.

3


Ador, Semor, Pick Up Production, Yasmina Abid, Sarah Guilbaud et Clément Poncin remercient chaleureusement tous les habitants et publics qui ont contribué à la réussite de ce projet. Merci aussi à tous les partenaires : le Ministère de la Culture et de la Communication, la Préfecture de Loire-Atlantique, Nantes Métropole, la TAN, le Voyage à Nantes, Nantes Saint-Nazaire Port, Peintures Guilloteau, Manitou et l’entreprise B.E.M.R., la Ville de Rezé, Habitat 44, La Nantaise d’Habitations, l’Agence Départementale de Prévention Spécialisée de Rezé, le Centre Socioculturel du Château, l’ARPEJ-Rezé, les médiateurs d’OPTIMA Rezé, Atlantique Habitations Rezé, le collège Salvador Allende, la médiathèque Diderot, Daniel, Feyssan, Karenn et Mohamed, la Ville d’Orvault, Atlantique Habitations Orvault, l’Union des Habitants de Plaisance, les médiateurs d’OPTIMA Orvault et le collectif Plaisance, la Ville de Saint-Herblain, le Centre Socioculturel du Sillon de Bretagne, le Pôle Ressources Jeunesse et la médiathèque Gao-Xingjian, la Ville de Nantes et l’équipe du dispositif des Créations Partagées, Nantes Métropole Habitat, l’équipe de quartier de Nantes Nord, l’Eclectic, l’Agence Départementale de Prévention Spécialisée de Nantes Nord, la médiathèque Luce Courville, l’ACCOORD, le Centre Socioculturel de la Petite Sensive, les médiateurs d’OPTIMA Nantes, la Maison de l’Emploi de Nantes Nord, Amina, Cassandra, Elies, Kathleen, Mallory, Sidia et Toumi.

4


TRAFIC

NANTES, CHANTENAY Quai Marquis d’Aiguillon. Tramway ligne 1, arrêt Gare Maritime. Bus 81, arrêt Salorges.

1

Trafic s’étend le long d’un hangar mis à disposition par Nantes Saint-Nazaire Port.

Qu’est-ce que c’est que ce Trafic ? L’oeuvre centrale de Parade, Balade et Distorsion et la ligne de départ du parcours ! Créée en mai 2017, au commencement du projet, cette fresque monumentale fait suite à l’exposition présentée à l’atelier Alain Lebras, un an plus tôt, dans le cadre du Voyage à Nantes. Vue du quai des Antilles, Trafic toise le spectateur en faisant le pont entre l’Île de Nantes et la gare maritime. Sur 140 mètres de longueur et sept de hauteur, cette oeuvre agit en miroir à la ville et souligne un axe de circulation qui relie Nantes, ses quartiers et son histoire maritime. 5


« En noir et blanc, je trouve que ça met encore plus en avant le côté industriel du site. C’est vraiment sympa, ça va bien avec la ville de Nantes, avec son atmosphère. Je ne m’attendais pas du tout à ça. » Flavie

6

« Parade, Balade et Distorsion rejoint deux choses : l’art sur l’espace public et la volonté de soutenir une nouvelle génération d’artistes. Ce projet réunit plusieurs ingrédients, cela lui donne du sens et de la valeur. Quand on voit le résultat, ça fait vraiment plaisir ! » Johanna Rolland, maire de Nantes


Johan et Jérémy, deux bénévoles croqués par Ador & Semor.

200 bombes aéréosol ont été nécéssaires à la réalisation.

Inauguration de la fresque, le 31 août 2017.

« Nous avons travaillé sur la disparition des grands bâtiments blancs. C’est un fragment de défilé tout le long du mur, sur le thème du voyage avec des transports incongrus. C’était un grand terrain d’expression et de jeu pendant près de deux semaines. » Ador

« 140 mètres de longueur pour 7 mètres de haut à peindre : ça fait un peu peur mais on est chauds ! Et puis on est en plein air, c’est sympa. Pour l’instant il ne pleut pas, la vie est belle. » Jérémy 7


Un défilé tordant est en route : un cheval de Troie déserté, des personnages humanoïdes, des animaux à plumes et à poils, des lapins et des hommes-carottes qui s’alignent à la queue-leu-leu dans des véhicules de fortune pleins à craquer. La déambulation bat son plein dans les embouteillages entre le centre-ville, Chantenay et la gare maritime. Amoncelés les uns sur les autres, ces personnages excentriques sont rapprochés et entraînés par un mouvement de foule qui les transporte en commun. En route mauvaise troupe !

8


9


10


LE VOYAGEUR LES VISITEURS REZÉ, CHÂTEAU 2 allée Théophile Gautier et 24 avenue de Bretagne. Tramway ligne 3, arrêt Château de Rezé.

2

Les pignons d’immeubles ont été mis à disposition par Habitat 44 et La Nantaise d’Habitations.

Suite à la destruction du château des Monti dans les années 60, la vieille pierre a progressivement laissé place à de grandes barres d’immeubles, comme les architectes d’après-guerre savaient parfaitement les réaliser. Début juin, Ador & Semor prennent leurs quartiers d’été à Rezé-Château. À leur arrivée, ce ne sont pas moins d’une trentaine d’habitants, prévenus à l’avance de leur venue, qui attendent les artistes de pied ferme. Une première rencontre a lieu avec les résidents qui témoignent aux artistes de leur envie de voir revivre l’histoire des lieux à travers leur intervention.

11


« Je peux vous dire que ça a été très difficile par cette chaleur. Ils ont su mettre de la couleur dans le quartier, représenter la joie. » Feyssan

12

« C’était une excellente semaine, ça s’est hyper bien passé. C’est exactement ce que l’on voulait : générer de l’énergie et réunir les gens. Des familles, des enfants et des anciens sont venus discuter, c’était bien ! » Ador

Ador & Semor avec Karenn, Daniel, et Feyssan, trois jeunes mobilisés sur le chantier par l’ADPS.


Initiation au graffiti au Centre Socioculturel du Château.

Stéphane Loquais, habitant du Château depuis 1998.

Le projet a attiré de nombreux jeunes du quartier.

Avec les enfants du centre de loisirs de l’ARPEJ-Rezé.

La voiture du CSC, premier support de l’initiation graff !

Jérôme Estarellas a témoigné des souvenirs de son enfance.

« Le personnage du dessin, on dirait qu’il vient partager ce qu’il a sur le dos. Il est content de venir ici, il est sociable. Ça met de la bonne humeur quand on le voit dans cette perspective. Tout le monde peut interpréter, donner son idée du personnage. » Stéphane Loquais

« On avait tous des lance-pierres que l’on fabriquait nous-mêmes. Un jour, je me suis fait choper par un ouvrier qui participait à la construction du lycée Jean Perrin. Il m’a piqué mon lancepierres et l’a coulé dans le béton. Il est toujours dans un petit muret ! » Jérôme Estarellas 13


Deux fresques monumentales se dévoilent : d’un côté, un pingouin Voyageur se tient en équilibre, tel une hirondelle, et déguste une banane. De l’autre, Les Visiteurs sont témoins du mouvement de la ville et de ses trajets croisés. À l’issue de ces deux semaines de travail riches en émotions et en échanges, les artistes partent avec un seul regret : « On a cherché le château, on l’a pas trouvé ».

14

Le Voyageur


Les Visiteurs

15


16


LE CHERCHEUR ORVAULT, PLAISANCE 8 allée du Thouët. Tramway ligne 3, arrêt Plaisance. Bus 79, arrêt Mimosas.

3

Ador & Semor s’installent à Orvault-Plaisance début juillet. Ce quartier cinquantenaire situé le long de la route de Vannes revêt une spécificité : il faut pénétrer sous une arche pour y entrer. En son coeur, une micro-ressourcerie associative tenue par les habitants du coin fait office de caverne d’Ali Baba. On y trouve de quoi satisfaire tous ses besoins... même ceux que l’on n’a pas. C’est peut-être à partir de matériaux hétéroclites récupérés à la ressourcerie que Le Chercheur échafaude son oeuvre à même la façade de l’espace associatif. Il bricole, expérimente et rafistole une maison ambulante montée sur roues et faite de bois, de briques et d’éléments recyclés en tous genres. À l’image du quartier, c’est dans le mélange des origines et des provenances que se construit l’identité du lieu de vie. Qui sait si cette maison, une fois terminée, ne prendra pas la route de contrées lointaines ?

17


A deux pas du Chercheur, une fresque a été réalisée par les jeunes du quartier, sur un mur mis à disposition par Atlantique Habitations et l’Union des Habitants de Plaisance (U.H.P).

« Le 8 août 1964, on a déménagé. On a été les premiers à habiter rue de Mayenne. Il n’y avait personne dans l’immeuble, les vitres n’étaient pas nettoyées et notre camion de déménagement est tombé en panne ! » Renée Roche

18

« On s’entraide beaucoup. Il y a une multiculturalité hyper importante. Ici toutes les nationalités ou presque sont représentées, il y a de tout. C’est ce qui fait le point fort du quartier. » Lyes Karzazi


« Un jour, un gamin pleurait parce qu’il n’avait pas de mamie. Il m’a demandé si je voulais bien être sa mamie. J’ai dit oui. Ça a commencé comme ça et c’est resté. » Geneviève Lucas

Geneviève Lucas, la mamie des enfants de Plaisance.

« C’est bien pour le quartier, c’est bien pour tout le monde. C’est de l’inhabituel. On a besoin de choses inattendues, surprenantes. C’est un autre langage avec des couleurs. Il y a du rêve, on développe l’imagination, ce n’est pas rien ! » Jeannine Cauderlier

Le local accueille une ressourcerie tenue par les habitants.

Lyes Karzazi, président de l’U.H.P.

Jeannine Cauderlier, médiatrice sociale depuis 17 ans à Plaisance.

Les 40m2 du local ont été recouverts.

19


20


MARÉE

NANTES, BEAUSÉJOUR Arrêt Beauséjour. Tramway ligne 3. Bus 12, 79, 89, 96.

4

Depuis l’arrivée de la ligne 3 du tramway, la station Beauséjour est l’un des lieux de passage et de croisement les plus importants du réseau de transports en commun nantais. Les voitures s’y garent, les bus s’y arrêtent et les couloirs du tramway se remplissent. Après une pause vacances bien méritée, c’est en chemin vers la Petite Sensive et le Sillon de Bretagne que notre cohorte y fait escale. Avec sa fréquentation et sa visibilité, voici un lieu privilégié pour Ador & Semor, qui ont à coeur de faire dialoguer l’espace public et les gens qui y vivent, passent et se rendent curieux de leur environnement.

21


« On ne voit pas les têtes. On joue sur la taille, sur l’échelle. L’idée, c’est de proposer une balade. On voulait que ce soit un jeu avec des trajectoires diverses. On ne sait pas trop d’où les personnages viennent ni où ils vont. Certains sont pressés, d’autres prennent le temps. » Semor

22

« C’est une station un peu spéciale. Du coup, je trouve que c’est bien que ce soit réapproprié de façon positive. Ce qu’ils peignent reprend bien l’idée de ce lieu de passage, où les gens se croisent. » Maëva


Le chantier concernait 300m2 de surface. Il a duré 8 jours.

« Comme des géants, ces personnages farfelus et absurdes invitent les passants à porter un autre regard sur ces peintures. On souhaitait que les gens les regardent avec la vision d’un enfant. » Ador

« Ce qui est fondamental, c’est que les habitants soient au coeur du projet. Il y a une action culturelle forte qui implique le tissu associatif. Le travail se fait aussi en concertation avec les bailleurs et les partenaires. » Yasmina Abid 23


24


Dans cet espace de transition et d’attente propice à l’imagination, une forêt de jambes, de pieds et de corps sans visage piétine dans l’empressement du trafic et l’anonymat de la foule. Sur ces 300m2 d’espaces de visibilité privilégiée, le spectateur, réduit à la taille d’un enfant, est invité à s’émerveiller de la quarantaine de personnages en levant la tête. Pendant l’heure de pointe, on croirait même observer certains personnages d’Ador & Semor prendre vie et se matérialiser sur les quais. Soyez patients, il faut rester un certain temps pour les voir !

25


26


LE CAMIONNEUR LE DOMPTEUR

NANTES, PETITE SENSIVE 5 et 7 rue du Honduras. Tramway ligne 2, arrêt Santos-Dumont.

5

A Nantes Nord, dans le quartier de la Petite Sensive, les rues portent toutes des noms de pays lointains et exotiques. Rue du Honduras, notre équipage établit son campement. Deux fresques y sont créées en lien avec des ateliers et des initiations menés par les artistes. Entre deux passages sur la nacelle, des cafés-surprises sortent des boîtes aux lettres et sont offerts à Ador & Semor. 27


Sidia, Elies et Amina ont participé au projet dans le cadre d’une semaine d’insertion professionnelle.

« J’ai découvert un tas de choses : la peinture, la vidéo, le montage et les interviews. Je suis du genre timide, ça m’a aidée de parler avec les gens, de poser des questions. Les visites dans les entreprises, ça m’a plu aussi. Je suis prête à recommencer, oui. » Amina

28

« J’ai bien aimé faire du graff avec Ador & Semor, c’était la première fois. C’est un peu dur de tracer et d’éviter que ça coule. Ça donne des crampes d’appuyer sur la bombe ! Et la fresque, j’adore, ça met de la couleur dans le quartier. » Cassandra


« Ça fait plus de 50 ans que je vis dans le quartier. Je venais de Paris, c’était en plein mai 1968. Il n’y avait pas de train, il n’y avait rien. Je me souviens des manifestations, je ne comprenais pas très bien. Il y a des choses qui étaient bien, mais pas tout. » Reine

« C’est ma petite ville, j’ai toujours grandi là mais on en parle moins que les autres quartiers. C’est le bout du monde, on appelle ça comme ça. Pourtant c’est mon quartier, c’est ma famille, on vit ici de générations en générations, on a tous habité là. » Chantal Chevance

Nathalie Magré, résidente depuis 47 ans.

Première pratique du graffiti pour les petits de l’ACCOORD.

Les croquis initiaux sont enrichis avec les idées des habitants.

Chantal Chevance, l’une des habitantes du quartier.

Georgette et Reine, deux fidèles du restaurant social Olga.

Les participants réunis au pied du Dompteur, le 10 novembre.

29


Le Camionneur

D’un côté, Le Camionneur, les yeux grands ouverts sur le monde qui l’entoure, dépassé par la taille du véhicule qu’il transporte à bout de bras. De l’autre, Le Dompteur, moitié adulte, moitié gamin, à mi-chemin entre cowboy et indien, chevauche une chimère de bric et de broc et file à vive allure, pris dans la tornade de son scénario ! Comme quoi, sur place ou en mouvement, voyager reste un jeu d’enfants… 30


Le Dompteur

31


32


LE COLPORTEUR SAINT-HERBLAIN, SILLON DE BRETAGNE Parc de la Savèze. Tramway ligne 2, bus 50 et 26 arrêt François Mitterrand.

6

Le Colporteur, mur de frappe du parc de la Savèze.

Presque au bout de la ligne 3 du tramway, au nord de Saint-Herblain, le Sillon de Bretagne se dresse en escalier, comme une véritable ville-édifice. Fin de marche pour nos artistes et leur équipage dans ce quartier emblématique, doté du plus grand immeuble du Grand Ouest. Dans leur sillage, le public de Parade, Balade et Distorsion rencontré lors de la création des autres fresques, quelques vacanciers ainsi que les habitants du Sillon arrivent au parc de la Savèze. 33


Au pied de l’escalier, non loin des tables de pique-nique et des barbecues installés dans le parc, une curieuse bestiole traîne, tirant un chariot rempli d’objets et d’intrus. Comme si le dixième renne du Père-Noël s’était fait la malle avec le traîneau, déguisé en licorne pour passer incognito et cacher son secret. Sous son vêtement, plusieurs paires de jambes se cachent comme sous un dragon du nouvel an chinois. Le Colporteur est là pour satisfaire tout le quartier et partager les objets, souvenirs et expériences qu’il a ramené de son pèlerinage...

34

Les enfants et leurs parents s’initient sur les anciennes portes de l’immeuble du Sillon de Bretagne.


Initiation au graffiti parc de la Savèze.

La fête du quartier, une autre occasion de rencontrer les artistes.

Isabelle Hermann, animatrice au Centre Socioculturel.

Atelier dessin avec les jeunes et l’équipe du C.S.C.

Le Colporteur est inauguré le 7 novembre 2017.

« On a suivi le projet alors on est passés voir ce qui a été peint ici. On est venus exprès au Sillon. On a déjà vu la fresque du Hangar à Bananes et celle de la station Beauséjour. Jules est fan de graffiti ! Dès qu’il y a des expos ou des animations, on vient voir ! » Julien

« J’aime bien ! Je trouve que ça ressemble beaucoup à ce que j’ai vu sur l’Île de Nantes, au niveau du Hangar à Bananes. C’est un peu les mêmes personnages. On retrouve par exemple les pieds qui sortent, comme ici. Il faut continuer, c’est bien. » Dany 35


36


37


Retrouvez les étapes de la réalisation des fresques dans les quartiers, les photos et les vidéos :

www.paradebaladeetdistorsion.com Pour en savoir plus sur Ador & Semor :

www.ador.book.fr thesemor.tumblr.com

Pick Up Production 02 40 35 28 44 • contact@pickup-prod.com www.pickup-prod.com


Parade, Balade et Distorsion  

Parade, Balade et Distorsion est un parcours de fresques réalisées entre mai et novembre 2017 dans l'agglomération nantaise, par les artiste...

Parade, Balade et Distorsion  

Parade, Balade et Distorsion est un parcours de fresques réalisées entre mai et novembre 2017 dans l'agglomération nantaise, par les artiste...

Advertisement