__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

Fanzine Fanzine

Hildegarde

Donner et prendre

Donner et prendre

Fanzine Hildegarde

Fanzine

 

Hildegarde Fanzine Hildegarde Fanzine Fanzine Fanzine HildegardeHildegarde Fanzine Fanzine Hildegarde Hildegarde Hildegarde Hildegarde Hildegarde Hildegarde Hildegarde Fanzine Hildegarde Donner et prendre Donner et prendre

Transhumanisme

            Hildegarde     Fanzine                                                            

Hildegarde  

Fanzine Jésus Fanzine

Hildegarde

Hildegarde Donner et prendre

Hildegarde Hildegarde Fanzine Fanzine

Hildegarde

Hildegarde Hildegarde Fanzine Hildegarde

Fanzine


Photo de couverture : Caroline Corbasson Signals 2014, Performance Sending signals to vast emptiness and waiting for a reaction

Sommaire Editorial, p.3 Calendrier Lunaire, p. 11 Dossier spécial Ascension : Jésus Raphi Deschamps, le symbolisme de la croix Audrey Lepetit Castel, Sacré coeur aux oeillets et pélican, p. 6 Vauvert, Mange tes morts, p. 7 Filipo Tetedevo, Les inédits bibliques, p. 9 Philippe Dutry, Le fils du charpentier, p.12 Red Tweny, dessin, p.19 Mahe Boissel, texte et dessins, p.20 Jeremy Platey, Appolonius de Tyane : le Christ Païen ? p.23 Jacques Ellul, La foi au prix du doute (extrait) p. 27 Jo Llcool, photos gravées, p.28-29 Ben Delazaghere, Mon chat me parle, p.30 Anne Van der Linden, Bichette, p.33 Les gars de la marine, p.39 Yann Ricordel, Espace France + Illustrations de Materia Numerica, p. 34 Marine Aïello, Les hommes verts, p. 40 Astro Popote, Transhumanisme et cyclicité, p. 43 Dario Siena Fulci, Fêlure, p. 49 A.P, Récits concurrents du monde, p.50 Contact / Abonnements, p. 51 Caroline Corbasson, Dust to dust, p. 52        

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

2


Editorial Il y a un instant, un rayon de soleil frappait mon visage et il était à peine dix heures. J'avais devant moi une heure et demie de liberté. Maintenant il est 10h18, la durée de ma liberté a raccourci et le soleil s'est couvert de voiles gris. Tout change. On ne parle jamais de la bonté de la météorologie. La vertu des changements saisonniers ou climatiques. Que m'importe d'être jeune si la jeunesse s'exprime autour de moi, en d'autres corps et en abondance ? Que m'importe de mourir si la vie elle-même est éternelle grâce à ses puissants et innombrables véhicules ? 10h32 Le temps s'écoule bien lentement et il est agréable de langueur quand nous nous trouvons dans la contemplation. Le trésor du réel en arrêt. Tout comme le corps, l'âme a un instinct, n'est ce pas ? Rien ne peut abuser cet instinct quand il se réveille. 10h35 Je me dédomestique. Je commence à penser à des choses insensées, à revoir la définition du possible.

Populie

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

3


Raphi Deschamps Le symbolisme de la croix

Contrairement à ce que nos contemporains ont l'usage de penser, la croix n'est pas uniquement l'icône du christianisme lié à la crucifixion de Jésus. Bien plus que cela, elle est avant tout un symbole universel et intemporel, reconnu et utilisé par d'anciennes civilisations. Il s'agit d'un archétype aux multiples significations, faisant partie intégrante du langage symbolique (ésotérique), chargé de communiquer des vérités au travers des supports que sont les symboles, s’affranchissant des langues et des langages. La devise de l'ordre religieux des Chartreux, fondé en 1084 par SaintBruno, était d'ailleurs "Stat crux dum volvitur orbis" traduisible par "La croix demeure tandis que le monde tourne". Loin d'être une représentation faisant figure de lettre morte, elle possède au contraire une signification vivifiante. Ainsi la croix est constituée d'une ligne horizontale et une ligne verticale. La première représente l'horizontalité, l'immanence. Il s'agit du monde sensible extérieur que l'homme traverse dans l'espace et dans le temps, et qu’il perçoit avec ses sens. Dans cette dimension le destin est en quelque sorte imposé par une succession de causes et d'effets, constituant un chemin tout tracé sur lequel l'homme n'a aucun pouvoir, bien qu'il n'en ait pas forcément conscience. La seconde, représente la verticalité, la transcendance. Il s’agit du développement de la spiritualité, de l’intériorité, de la croyance en Dieu. Le développement de cette dimension permet au minimum de prendre du recul, de voir les choses dans leur globalité, de constater que le Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

4


destin nous est imposé et de prendre le monde des apparences pour ce qu’il est. Au mieux, il permet d’avoir une action sur la dimension horizontale. Et c’est là où réside le véritable libre arbitre. Dans le monde traditionnel il est d'ailleurs dit que la position verticale de l'homme permet d'influencer sur sa position horizontale future. Au travers de la croix, nous pouvons également voir les rapports antagonistes (et complémentaires à la fois) suivants, dont de manière absolue, le premier élément prime sur le second : spirituel/matériel, qualité/quantité, contemplation/action ou encore immuable/mobile et unité/multiplicité. Le croisement des deux axes représente l'équilibre et la stabilité. Ainsi par exemple la science moderne, dont le développement s'est orienté uniquement vers la matière où l'aspect quantitatif domine, ne peut être que déséquilibrée, et ne peut rien apporter de merveilleux à nos vies. Un tel développement n'a d’ailleurs pu exister que suite à la perte de la vision sacré du monde et donc de la verticalité, démonstration de la primauté de l'axe vertical sur l'axe horizontal. A noter que la croix revêt bien d'autres significations que celle principalement développée ici, telles les points cardinaux sur le plan géographique ou encore, de part son centre, elle représente le Principe évoqué dans le Taoïsme (qui est le moteur immobile d’Aristote) déployant la manifestation dans le temps et dans l'espace, sur le plan métaphysique.

Vue de manière tridimensionnelle, elle représente l'homme, qui pour chaque individu, se trouve a la croisé du plan vertical correspondant à la totalité des états de l'existence universelle (des états les plus spirituels jusqu’aux états physiques) et du plan horizontal où se déploie l'ensemble des possibilités liés à ces états./.

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

5


Sacré coeur aux oeillets et pélicans Audrey Lepetit Castel Robitaille https://www.instagram.com/missaroby/

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

6


Vauvert Mange tes morts

Les fils de plaquistes n'ont plus la cote à Nazareth. À trafiquer des reins sur les banquettes arrières des R11, on gagne en bonne humeur ce qu'on perd en crédibilité. Y a plus un bon coup à faire. Tout se sait à une vitesse folle. Les clins d’œil vont bon train et entre deux rumeurs de fête foraine avoir un coup d’avance tient du miracle. Le salaire universel finira d'achever toute forme d’ambition divine chez les fils d'ouvriers. De toute manière la vie éternelle, vous finirez bien par l’avoir. Sous réserve de coupe budgétaire comptez 10 à 15 ans pour l'immortalité. À l’instar des plans à trois prémédités, l’éternité qu’on se fabrique ressemble plus à une cabane en pain de mie qu'à un truc vraiment cool. Vous ferez de ce léchage de trois corps magnifiques une pauvre ligne sur un CV dont on se vante en fin de soirée. Vouloir contrôler sa vie c’est vulgariser la poésie. À partir de cet instant partir à la recherche du messie est l’unique chose à faire. Newton peut bien aller se faire enculer, l'usage excessif de Bac scientifique, d'école de co et d'alcool fort, pousse toute une génération obsédée par l’opposition vers une enquête de sens et de mystique religieuse. Mais le moulage de fils de pute n'augmente pas la clairvoyance. Au pied des tours ou bien en haut c'est le royaume du Dolirhume, alors mourir pour l'autre risque de vous faire lever tôt. Trouver un prophète dans une botte de foin n'est pas si aisé quand on a des intercalaires dans son portefeuille. Se croiser en évitant toute forme de violence c'est être sûr de se rater à chaque fois. Eux, les nouveaux messies, passent leur éternité à attendre qu'on soit prêt pour la vie éternelle. En attendant ils s'occupent. Revenus d’entre les morts dans un canapé BZ, ils arpentent les allées vides d'un Cuir Center hors agglo. Ils sautent des repas, acclament des veaux d'or dans le virage sud et parlent de loi carrez toutes les vingt minutes. Ils saignent du nez quand ils baisent sous la douche, espèrent des fellations faute de mariage. On a les stagiaires qu'on mérite et les dieux qui vont avec. Chacun son soleil vert./.

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

7


Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

8 Â


Filipo Tetedevo Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

9


Filipo Tetedevo Les inédits bibliques        

Jesus, les   apôtres   et   quelques   amis   font   une   excursion   en   autocar.  Le  car  s'arrête  :  c'est  la  pause  pipi.  Tout  le  monde  se   tient   correctement   sauf   Jesus   qui   fait   l'hélicoptère   avec   sa   bite   et   arrose   ses   voisins.   Jésus   fait   tellement   l'hélicoptère   avec  sa  bite  qu'il  finit  par  réellement  s'envoler  dans  les  airs,   seulement   entrainé   par   la   force   aérodynamique   de   sa   quéquette.       C'est  un  miracle.

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

10


Calendrier lunaire Jours quand éviter de faire des choses trop importantes (prévoir du repos ou une activité méditative, rencontre en petit comité, ne pas jardiner, éviter les grosses réunions, rendez vous importants) : -2, 15, 17, 23, 27, 29 Juin Coupe des cheveux : -9, 10, 20, 21 Juin : plus de vitalité, force -1, 2, 26, 27, 28, 29 Juin: prévenir la chute -2, 15, 17, 23, 27, 29 Juin: jours défavorables pour une coupe

Photographie Marine Aïello

Coupe des ongles : -Du 10 au 14 et 20 au 23 Juin : ongles plus forts et moins cassants. Epilation : -Meilleur jour le 27 Juin pour retarder la repousse des poils Rendez vous chez le dentiste : Jours à éviter : 2, 15, 17, 23, 27, 29 Juin Plus de détails (quand jardiner, quand récolter, etc. dans le calendrier lunaire annuel de Michel Gros (calendrier lunaire diffusion)

 

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

11


Salvador Dali Ascension

Philippe Dutry Le fils du charpentier Introduction. La réalité nous apparaît déformée, filtrée. Passée au prisme de nos a priori, au tamis de nos présupposés. La « culture » s’est emparée du monde et la nature est réduite à un décor. Retrouver sur la vie le regard de l’enfant … vierge, naïf. C’est celui que j’ai tenté d’avoir en relisant Luc. Tenter de dresser un portrait du Galiléen, un portrait débarrassé des constructions habituelles, du « préfabriqué ». Certains versets se sont imposés. Ils disent un être tout en contraste. Un jeune gars, la trentaine à peine, exaspéré par ce qu’il voit, d’une infinie sensibilité… irascible aussi, la violence à fleur de peau. Un shaman, un thaumaturge, un jivan-mukta. Mais jeune encore et dont la ‘’réalisation’’ n’est qu’entamée. Jean. Ceci, chez celui que le Crucifié aimait -désirait sans doute-, est central : « Nonne scriptum est in lege vestra : quia ego dixi , diis estis. » ( X,34) (N’est-il pas écrit dans votre loi …en vérité, je vous le dis, vous êtes des dieux) Dans la même veine, St Augustin : « Noli foras ire in teipsum redi in interirore hominem habitat veritas . » (la vérité est en soi) Luc. Laissons de côté l’histoire habituelle. Tant et tant de fois rabâchée. Tentons de voir s’il n’y a pas autre chose. L’essentiel, parfois, est dans les détails. * « Moi, je vous baptise dans l’eau, mais derrière moi, quelqu’un vient qui est plus grand que moi et je n’oserais pas enlever ses chaussures. Lui me baptisera dans l’Esprit saint est dans le feu. Il tient dans sa main la pelle pour nettoyer son blé. Il va ranger ce blé

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

12


dans son grenier. La mauvaise paille, il la jettera dans un feu qui ne s’éteint pas. » (Luc 3, 16) Ici on sent la toute-puissance du Christ, personnalité mana. La symbolique de l’eau et du feu, la quête du Graal et le plomb en or devenu. *« Jésus quitte le Jourdain L’Esprit Saint est en lui Et l’Esprit Saint le conduit au désert. » (Luc 4,1) Jésus entre ses vingt et ses trente années dût être initié aux techniques qui conduisent à la transformation intérieure. Aux chemins des shamans, des yogis. La route des Indes est connue depuis la plus haute Antiquité. Plus près, toute la magie de l’Egypte aussi. Et l’initiation d’un Pythagore pex montre à quel point le bassin méditerranéen ‘savait’ la bascule de l’esprit, la mort du moi et l’ouverture vers l’Atman. C’est cela –aussi- qui transparaît dans les textes. L’Esprit saint est en lui, il est autre, comme ‘habité’. *Jésus au désert (Luc 4). Tensions extrêmes en lui entre l’esprit saint et l’esprit du mal. Tension des contraires. La résolution ne peut venir que du ‘mariage royal’, de la coniunctio oppositorum dont parle Jung à la suite des alchimistes . Tout doit être intégré, surmonté. *« Jésus revient en Galilée. Il est fort de la puissance de l’Esprit Saint. » (Luc 4, 14) L’Inde parle des ‘sidhis’, de la puissance des yogis. Effets annexes sur lesquels il ne faut en aucun cas s’attarder. * « Dans la maison de prière, il y a un homme. Un esprit du mal est en lui. Il dit d’une voix très haute : ‘Ah ! que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?’ Es-tu venu pour nous perdre ? (…) Jésus lui dit de façon à lui faire peur : ‘Tais-toi et sors de cet homme.’ L’esprit du mal jette l’homme à terre. Il le quitte sans lui faire de mal. » (Luc 4,34) Toute la force, toute la puissance du thaumaturge. La volonté toute concentrée en un point, la force du mental. * « Jésus quitte la maison de prière. Il entre chez Simon. La belle-mère de Simon a une forte fièvre. On lui demande de la guérir. Jésus se penche vers elle. Il donne l’ordre avec force à la fièvre de quitter la malade. La fièvre tombe. La malade se lève tout de suite. » (Luc 4,18) Il guérit. Il guérit mais pas n’importe comment. Il utilise toute l’énergie de son ascendant pour y arriver. Je me souviens d’un rêve fait il y a de cela bien des années. Le Christ y était présent. D’une présence très forte, presque réelle, bien au-delà en tout cas des images oniriques habituelles. Mais ce qui me frappa alors –et l’onde de choc fut telle qu’aujourd’hui encore je la sens- fut l’autorité qui émanait de tout son être. * « Au coucher du soleil, tous les malades sont amenés à Jésus. Celui-ci pose la main sur eux. Il les guérit. » (L.4, 40)

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

13


Toutes les mamans savent l’étrange pouvoir de la main posée sur le front d’un petit. Comme si passait par là, se vidait le trop de tension accumulée le jour. Les doigts disent l’âme apaisée. * « Jésus avance la main et touche le lépreux. Il dit : ‘Je le veux, sois guéri.’ » (Luc 5,13) La main et le toucher, la volonté. Le samadhi, l’esprit concentré. * « Mais lui s’en va dans le désert loin de tout. Il prie. » (Luc 5,16) La retraite, la méditation. * « Jésus descend la montagne avec les douze. Il s’arrête dans un endroit plat. Il y là beaucoup de ses disciples, beaucoup de gens de toute la Judée, de Jérusalem et des villes du bord de la mer. Tyr et Sidon . Ils sont venus pour l’entendre et pour se faire guérir de leurs maladies. Ceux que des esprits du mal rendaient malades étaient guéris eux aussi. Tous essaient de le toucher. Ils sentent en lui une force. Cette force les guérit tous. » Plus près de nous, on pense à la puissance d’amour d’un Ramakrishna maharishi . * « Elle se met derrière Jésus à ses pieds. Elle pleure et couvre de larmes les pieds de Jésus. Ensuite, elle les essuie avec ses cheveux et les embrasse. Elle les lave avec du parfum (…) ‘Tu ne m’as pas embrassé. Elle, au contraire, depuis qu’elle est entrée ne s’est pas arrêtée d’embrasser mes pieds’. » (Luc 7,7) Délicieux moment érotique. * « Lui se réveille. Il parle durement au vent et à la mer et le vent et la mer se calment. » ( Luc 6,24) Dur au point de contraindre les éléments. * « Et personne n’ose plus lui poser de question. » (Luc 20,40) Il effraie. * « Une femme est là. Elle perd du sang depuis douze ans. Personne n’a pu la guérir. Elle s'approche de Jésus par derrière. Elle touche le bord de son manteau. Au moment même, son sang s’arrête de couler. Jésus demande : ‘Qui m’a touché ?’ Chacun répond : ‘Ce n’est pas moi.’ Pierre et ses disciples disent : ‘Maître, ce sont tous ces gens qui t’entourent et te pressent.’ Jésus reprend : ‘Quelqu’un m’a touché. Je me suis rendu compte qu’une force sortait de moi.’ Le druide, le shaman … Christ est investi de pouvoirs et pour soigner, se vide littéralement de son énergie . Elle se transfère. L’intuition alors est toute puissante . Il ‘‘sent’’ une force le quitter. La femme comprend que Jésus sait. Elle a peur. Elle se jette alors à ses pieds. » (Luc 8,46) La peur autour de lui, de nouveau. * « C’est vrai, je vous le dis : certains d’entre vous ne connaîtront pas la mort sans avoir vu d’abord le royaume de Dieu » (Luc 9, 27)

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

14


* « Guérissez les malades et dites : le Royaume de Dieu est là, tout près de vous. » (Luc 10, 9) Passages essentiels. Le royaume divin est à vivre ici et maintenant. En nous et c’est le chemin de la prière, de la méditation … entre nous et c’est le partage, la communion. * « Qui veut sauver sa vie la perdra. Mais qui perd sa vie à cause de moi la sauvera » (Luc 9, 24) C’est le renoncement, la retraite dans le désert, la mort du moi et de l’avidité ... Simplement s’asseoir et se centrer sur le souffle disent les Vedas, ensuite doucement l’âme, l’atman t’éclaire. * « Hommes sans foi et qui êtes mauvais, jusques à quand devrai-je vivre avec vous ? Jusques à quand devrai-je vous supporter ? Amène ici ton fils. » (Luc 9, 41) Le fils du charpentier est jeune encore. Il n’est pas encore totalement réalisé (il mourra avant). Il ne parvient qu’à grand peine à contenir sa colère et ses mots sont durs, inutilement durs.

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

15

William Blake Ascension

* « Celui qui reçoit un petit enfant en mon nom, c’est moi qu’il reçoit. Et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’envoie. Celui de vous tous qui est le plus petit, c’est lui le plus grand. » (L 9, 48) * « On présente à Jésus de petits enfants. On lui demande de les toucher. Les disciples cherchent à les envoyer. Jésus les appelle. Il dit : ‘Laissez venir à moi les petits enfants. Ne les empêchez pas. Le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. C’est vrai, je vous le dis : Celui qui ne reçoit pas le Royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entre pas.’ » (Luc 18, 15) Renversement de la hiérarchie. L’ordre du monde est bouleversé et le regard intérieur transformé. "L'enfant est innocence et oubli, un nouveau commencement et un jeu, une roue qui roule sur elle-même, un premier mouvement, un "oui" sacré. ‘’(F.N) Nietzsche, poètemusicien, le plus intuitif de nos penseurs, a bien senti cela. Il laisse là le devoir du chameau …le rugissement du lion. Le rire de l’enfant est la clé. * « Le fils de l’homme. » (Luc 9, 16 + etc.) Quand il parle de lui, ce sont ces mots qu’il emprunte. Toujours. Le symbole sera repris par les alchimistes, l’homme n’est qu’une étape, un matériau brut que le grand œuvre en or transformera.


Dans son poème phare, Nietzsche laisse danser la corde du monde et le chant de son prophète, Zarathoustra : ‘’ Lorsque Zarathoustra arriva dans la ville voisine qui se trouvait le plus près des bois, il y rencontra une grande foule rassemblée sur la place publique : car on avait annoncé qu’un danseur de corde allait se faire voir. Et Zarathoustra parla au peuple et lui dit : Je vous enseigne le Surhumain. L’homme est quelque chose qui doit être surmonté. Qu’avez-vous fait pour le surmonter ? “ Ceci de Michel de Montaigne , pour le voyage aussi, dans le temps et dans la langue: « J’ay mis tous mes efforts à former ma vie. Voilà mon mestier et mon ouvrage. » ( les Essais, 1579) * « La mère et les frères de Jésus viennent alors le trouver. » (Luc 8, 19) Gommée par la doctrine officielle, la fratrie du Galiléen … * « ‘Que veux-tu que je fasse pour toi ?’ ‘Seigneur, fais que je voie !’ ‘Vois, ta foi t’as sauvé.’ » (Luc 18, 35) Le cercle est intérieur. Les yeux nous sont rendus quand la volonté, le samadhi a transformé le regard intérieur. * « La lampe du corps c’est l’œil. Quand ton œil va bien, tout ton corps est dans la lumière. Quand il est malade, ton corps aussi est dans la nuit. » (Luc 11, 34) Tout est dans le regard et la transformation est intérieure. * « Pensez aux oiseaux. Ils ne sèment ni ne moissonnent. Ils n’ont ni cave ni grenier. Dieu les nourrit quand même. Ne valez-vous pas plus que les oiseaux. » (Luc 17, 24) * « Allez préparer le repas de fête pour que nous mangions l’agneau. » (Luc 22, 8) Le Cercle des êtres brisé. Quand l’Indien avait tué un animal, il se recueillait, priait ensuite afin de rétablir l’équilibre du monde. Mais jamais au grand jamais, il n’aurait arraché un petit du lait de sa mère. * « Je suis venu mettre le feu sur la Terre. Je voudrais déjà qu’il soit allumé. Mais je dois recevoir un baptême. J’attends et je souffre tant que je ne l’ai pas reçu. Croyez-vous que je sois venu apporter la paix sur la Terre ? Non, je vous le dis, mais la séparation. Dans une même maison de cinq personnes, on sera trois contre deux et deux contre trois. Le père sera contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-fille contre la belle-mère, la belle-mère contre la belle-fille. » (Luc 12, 49)

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

16


Ascension, Vitrail d'une église de Los Angeles

Toute la violence dans les mots d’un être venu briser les anciennes tables. * « Le royaume de Dieu est pareil à du levain. Une des femmes prend du levain ; elle en met dans beaucoup de farine et alors toute la pâte lève . » (Luc 13,20) L’image est jolie et précise le Sens. Effacés le désir de paraître, le souci de la lettre, de l’apparence (pharisiens) …oubliée la course à l’argent (le chameau et le chas de l’aiguille)…laisser rire l’enfant en soi (vivre l’instant). Quand vous acceptez ce qui est ( c’est le levain, le presque rien, la bascule de l’esprit, le regard transformé), chaque moment est le meilleur qui soit, c’est cela l’illumination (le royaume de Dieu). * « La porte du ciel est étroite. Cherchez-la. Beaucoup, je vous le dis, essayent d’entrer et beaucoup restent dehors. » (Luc 13,24) * « Les pharisiens demandent à Jésus : ‘Quand donc arrivera le Royaume de Dieu ?’ Jésus répond : ‘La venue du Royaume de dieu ne frappe pas le regard. On ne peut pas dire : ‘Attention ! Il est ici … il est là.’ Sachez ceci : Le Royaume de Dieu est au milieu de nous. » (Luc 17, 20) Le ‘’paradis ‘’ici et maintenant. Encore une fois, ses mots sont limpides. * « Pour être mon disciple, il faut savoir se détacher de votre père, de votre mère, de votre femme, de vos enfants, de vos frères, de vos sœurs. Il ne faut plus penser à votre vie. Celui qui ne porte pas sa croix et ne marche pas avec moi ne peut pas être mon disciple. » (Luc 14, 26) * « Celui qui ne laisse pas tout ce qu’il a ne peut pas être mon disciple . » (Luc 14, 33) * « Celui qui cherche à sauver sa vie la perdra. Celui qui la perdra la sauvera. » (Luc 17, 33) Jivan Mukta . Il s’agit de mourir, de se laisser crucifier (brûler le ‘moi’ et ses oripeaux) avant que de ressusciter (renaître papillon). * « Le sel est une bonne chose. Mais si le sel devient mauvais, comment peut-on le rendre bon ? Il ne peut plus servir … Il faut le jeter. Comprenez si vous pouvez. » (Luc 14, 34) Les mots sont durs, violents encore une fois. Sans doute veut-il dire qu’il faut rejeter la Loi si on ne s’y attache qu’à la lettre, à l’apparence des choses. A la forme du rite plutôt qu’à son essence. * « Je vous le dis : A tout homme qui a on donnera. Mais à celui qui a peu, même le peu qu’il a sera enlevé.

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

17


Maintenant, allez chercher mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu de moi pour Roi, et tuez-les devant moi. » (Luc 19, 26) La parabole est dure … * « Jésus arrive devant Jérusalem. Il voit la ville. Il pleure sur elle. » (Luc 19,100) L’infinie sensibilité du Crucifié … * « Moi non plus, je ne vous dis pas de quel droit je fais cela . » (Luc 20, 08) … * « Et personne n’ose plus lui poser de question . » (Luc 20, 40) La peur … * « Jésus reprend : ‘Mais maintenant, celui qui a un sac doit le prendre, celui qui a de l’argent doit le prendre aussi, celui qui n’en a pas doit vendre son manteau et acheter une arme. Car je vous le dis : ce qui a été écrit sur moi doit arriver : ‘On le rangera avec les malfaiteurs . Ce qu’on a dit de moi arrive. ‘ Les disciples disent : ‘Il y a ici deux épées.’ Il leur répond : ‘C’est assez.’ » (Luc 22,36) La violence … * « Je te le dis, Pierre , avant que le coq chante aujourd’hui, tu auras dit trois fois que tu ne me connais pas. » (Luc 22, 34) « Il est alors midi … Mais le soleil disparaît. Il fait nuit sur toute la terre jusqu’à trois heures. » (Luc 23, 44) « Pour la troisième fois, Pilate leur dit : ‘Qu’a-t-il donc fait de mal ?(…)’ » (Luc 23, 44) « ‘Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux pécheurs, qu’il meure sur une croix, qu’il ressuscite le troisième jour.’ » (Luc 24, 7) La trinité. « Du Un vient le Deux, du Deux le Trois, et du Trois naît l’Un comme Quatrième » (axiome de Marie, la Prophétesse). Le quatre, équilibre parfait, archétype majeur, est donc déjà contenu dans le trois. * « Le Christ doit souffrir pour entrer dans sa gloire. » (Luc 24, 26) Le yogi a lui aussi à traverser, à surmonter le mur des douleurs avant que d’atteindre les plus hauts états. * « Il nous parlait. Il nous expliquait, et son cœur brûlait au-dedans de nous. » (Luc 24, 31) Le Cercle est intérieur. * « Eux racontent ce qui leur est arrivé et comment ils l’ont reconnu au partage du pain. » (Luc 24, 35) Véritable génie du christianisme, le partage, la communion …

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

18


Mess Round a Cross

Red Tweny http://redtweny.deviantart.com Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

19 Â


Mahe Boissel Nom : JESUS / toujours doux/ doux rêveur/ mondialement connu / fils de son père / repose en paix/ après une vie brève mais agitée /mort sur La Croix à 33ans Depuis toujours chevelu bien avant 68 Depuis toujours contestataire avant toute révolution Encensé sur une brève carrière ( seulement trois années de prédication avec les apôtres) Médiatisé au delà de toute espérance (bien avant fesses de bouc-ce diable de réseau) Bref Jésus tout le monde connaît ,tout le monde en parle ou l'a fréquenté enfant(cf le jésus en culotte de velours ) À quoi tient un tel succès?- paroles paroles oui mais d'évangile il avait le sens de la formule; il faut dire aussi qu'on l'a crucifié . Ça vous habille sitôt fait comme un martyr toutes ces épines en couronne et les fléchettes dans les flancs et Marie Madeleine au pied de La Croix et Veronique au saint suaire pour la photo et la sainte vierge toute éplorée et dieu le père au coin du ciel ça fait un tableau combien de fois reproduit? L'on raconte qu'avec tous les morceaux de la Vraie Croix mis bout à bout on obtiendrait le volume d'une forêt géante où s'égarer Paul Claudel disait (dit on)"quand je vois le christ en croix les bras m'en tombent"c'est un peu moqueur pour un chrétien de bon aloi. Moi ,depuis toujours le doux Jésus il m'épate ,j'en suis baba depuis mes six ans au catéchisme : une telle audience ,une telle réussite dans la com avec quoi?- une vie de patachon à cheveux longs ,un garçon rebelle contre toute forme d'autorité ; il vire les marchands du temple sans aménité ,ripaille avec sa bande de potes ( cheveux longs aussi il paraît); puis mène une vie de vagabond perché . Certes il conceptualise avant l'heure les avancées marxistes du pain pour tous et développe des slogans bien tranchés à l'instar de ces agences de voyages placardées

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

20


dans le métro parisien qui promettent aux travailleurs empilés dans les rames du petit matin: aimer voyager rêver (en lettres capitales s'il vous plaît) Ce même garçon tel un de ces hommes politiques en campagne qui promettent une retraite meilleure à tous les salariés et la sécu à cent pour cent nous convie dans l'allégresse à une gigantesque rave party - petits pains inclus -avec au bout ,en prime ,l'éternité de papa pour les siècles des siècles . Il était quand même exalté ou sous influence d'une substance quelconque que dieu me garde de nommer; d'aucuns prétendent l'avoir vu marcher sur l'eau certains vont jusqu'à raconter qu'il a ressuscité au troisième jour mais l'histoire s'est déroulée il y a longtemps ,nous n'y étions pas , Disons seulement chapeau bas et bravo les fans d'avoir autant aimé et partagé ! Songeons que ce garçon là venu sur terre parler du ciel au Nom du Père n'a pas eu la vie facile au départ papa adoptif OS charpentier histoire de famille invraisemblable ( maman est- elle bien sa mère? D'habitude la question se pose pour le père) naissance sur la paille et ce Dieu -le-père la Haut tout puissant omnipotent omniprésent bref l'angoisse totale pour un petit impossible d'avaler un caramel mou en cachette papa voit tout papa sait tout papa c'est Google Vous avez sans doute remarqué que Google sait votre destination Sncf avant même que vous l'ayez inscrite ,que sont mémorisés tous vos centres d'intérêts y compris les moins avouables et que même si vous effacez l'historique Vous ne serez pas remis de vos Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

21


pêchés il en reste la trace et bien Jésus c'est pareil Bien sûr tout ce que je dis là je ne l'emporterai pas au paradis mais si j'en parle et que vous lisez ce numéro de Hildegarde comme moi vous accréditez pour le moins le Verbe du commencement Nommer n'est ce pas appeler à l'existence ? "Le ciel et la terre passeront mais mes paroles ne passeront point" Évangile de Luc chapitre 1 verset 33 ./.

Dessins Mahé Boissel, http://maheboissel.com/

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

22


Jérémy Platey « La Terre en est encore à perdre son sang et sa jeunesse, et ses forces précieuses. Souvent l’Amour tourne en guerre de deux cœurs, le théâtre d’opération est cruel aux acteurs enrôlés, cela n’a pas changé, malgré les Socrate malgré les Gandhi. » Henri Pichette, Poèmes offerts. « Je dédie ce livre aux mânes d’Apollonius de Tyane, contemporain du Christ, et à tout ce qui peut rester d’illuminés véridiques dans ce monde qui s’en va ; Et pour bien marquer son inactualité profonde, son spiritualisme, son inutilité, je le dédie à l’anarchie et à la guerre pour ce monde. Je le dédie enfin aux Apôtres, aux héros au sens antique et aux âmes des Grands Morts » Antonin Artaud, Héliogabale ou l’anarchiste couronné. 1934.

Apollonius de Tyane : le Christ païen ?

Il peut sembler futile de s’intéresser à un personnage comme Apollonius de Tyane. Philosophe thaumaturge grec ayant vécu au premier siècle de notre ère et retranché aujourd’hui dans les oubliettes de l’esprit. Quel rapport y a-t-il entre Jésus et Apollonius ? Entre celui que l’on prie et l’autre que l’on oublie, a-t-il été confondu volontairement ou non avec le Christ, est-il lui-même le Christ des Ecritures ? Né dans les premières années de l’ère chrétienne à Tyane, ville du sud de la Cappadoce, il étudie d’abord sous Euthydémus et Euxénus d’Héraclès un pythagoricien qui enseignait à Tarse, le centre intellectuel de l’époque. Voyageur infatigable, il sillonnera l’Asie mineure, s’installa à Egée et en Perse et étudia dans des monastères du Népal et de l’Inde.

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

23


Apollonius tint tête à l’empereur Domitien et à Néron. Domitien le prit en suspicion mais il eut le courage de braver le tyran face à face. Il traversa la mer pour aller à Rome où il passa en jugement en 93 et fut acquitté. On évoque assez souvent ses prophéties, tout en retenant la série de miracles (dont quelques uns sont tout à fait semblables à ceux attribués à Jésus) qu’il a accompli, ou du moins que ses disciples sont persuadés qu’il a accompli. Ce qui est certain, au travers des témoignages qui nous sont restés, c’est qu’Apollonius est parvenu à séduire ses contemporains au point que de nombreux admirateurs firent ériger des statues et de nombreux temples. Sa réputation fut telle qu’elle se maintint assez longtemps auprès de nombreux chrétiens jusqu’au cinquième siècle de notre ère. Sa biographie rapporte que sa longue vie fut consacrée à la purification des divers cultes de l’Empire romain et à l’instruction des prêtres de ces diverses religions. Il est incontestablement la figure la plus intéressante pour le monde occidental durant le premier siècle de notre ère à un moment où les écrits historiques ne mentionnent pas le Christ. Apollonius vit sa naissance entourée de prodiges annonçant sa venue et sa future miraculeuse destinée. Ayant grandi, il décida de vivre en pythagoricien et devint végétarien. Il s’honorait de marcher pieds nus, ne portait que des étoffes de lin, renonçant à toutes celles qui étaient faites de poils d’animaux et laissant croître sa chevelure. Durant des années, ils s‘astreignit à un rigoureux silence. « Au lever du soleil, il faisait en secret certaines cérémonies auxquelles il n’admettait pas d’autres témoins que ceux qui avaient observé le silence pendant quatre ans. » Il semble étrange que deux personnages aussi atypiques que Jésus et Apollonius ne se soient pas rencontrés. Aucun écrivain contemporain du Christ n’y fait allusion, tandis que les sources mentionnant Apollonius sont nombreuses et apparemment authentiques. Rappelons que les premières mentions dans les Evangiles sont postérieures d’environ un siècle au personnage. D’ailleurs, il semble que même les premiers chrétiens aient été ignorants de l’existence du Christ. Y a-t-il eut une réinterprétation de la vie d’Apollonius pour en faire un personnage chrétien ? Certains détails sont troublants : Le Prométhée des grecs était le caractère qui suggéra la crucifixion (aussi la crucifixion de Krishna dans les traditions Kristosite). Les mystères d’Eleusis ont suggéré que le dernier repas, avec d’autres anciennes Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

24


doctrines d’adoration du soleil, ont été rassemblés et représentés pour être une histoire des événements associés à la vie de Jésus Chrétien. (Prométhée sur le rocher escarpé, souffrant pour le bien-être de l’espèce humaine, suggère Jésus sur la croix.) En fait, pour l’érudit en histoire, le Jésus chrétien n’est rien de plus que le Krishna des Hindous (notez la ressemblance linguistique des mots « Krishna » et « Christian » ; car dans la linguistique, le K et CH sont souvent les équivalents comme sons de consonnes et les deux ont la séquence de consonnes KRS(T)N, indiquent une source culturelle commune). Possède-t-on des preuves archéologiques du Christ ? Il semble que non mais les catacombes n’ont peut être pas livré tous leurs secrets. Le mystère le plus embarrassant et irrésolu avec lequel le théologien chrétien doit faire face est le manque presque complet de preuves historiques à propos de la vie du Christ. Dans son livre intitulé « Antiquity Unveiled » de J.M Roberts, paru en 1894, démontre par des preuves qu’aucun homme tel que jésus de Nazareth n’avait jamais vécu, mais le nom fut adopté par les fondateurs du christianisme pour voiler l’identité d’Apollonios de Tyane dont ils dérobèrent les enseignements et le mode de vie et s’en servirent comme modèle sur lequel construire leur système en ajoutant « le monde possède le témoignage incontestable que le christianisme provient de fausse origine étant le pire larcin littéraire dans l’histoire humaine ». En contraste avec la pénurie ou plutôt l’absence d’informations concernant Jésus, et l’abondance de données historiques crédibles et disponibles au sujet d’Apollonios qui, durant le premier siècle, possédait une célébrité universelle d’un coin de l’empire romain à l’autre, étant honoré par tous. Plus de dix-sept temples lui furent consacrés dans les diverses parties de l’empire. Près d’une douzaine d’empereurs romains le considérèrent en toute révérence. Les empereurs romains Vespasien, Titus et Nerva étaient tous, avant leur élévation au trône, des amis et admirateurs d’Apollonios. L’empereur Septime Sévère (193-211 AD) lui éleva une statue dans sa galerie de divinité au Panthéon tandis que son fils, l’empereur Caracalla, honora sa mémoire avec une chapelle. Lampride, ayant vécu au troisième siècle, nous informe que l’empereur Alexandre Sévère (222-235 AD) plaça une statue d’Apollonios dans son «Labarium » au coté de celle d’Orphée. C’est la femme de Septime Sévère, l’impératrice Julia Domna qui mandata le philosophe Philostrate pour écrire la vie d’Apollonios de Tyane basée sur les manuscrits en sa possession, principalement les mémoires de Damis, disciple et compagnon de voyage d’Apollonios, en plus de registres conservés dans les différentes villes où Apollonios était tenu en estime, des épîtres d’Apollonios Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

25


adressés aux rois et ses lettres, dont l’empereur Hadrien en avait fait une collection qu’il garda en son palais à Antium. Faut-il voir Apollonius comme un rival païen ou est-il un complément réciproque pour ceux qui n’opposent pas christianisme et paganisme ?

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

26

Google propose le même visage pour des personnages différents

Les points communs sont nombreux : La naissance est précédée d’une annonciation par un archange. Les épisodes de bravoures face aux monarques et empereurs. Des miracles pour le Christ, de la magie pour Apollonius. Une résurrection pour le Christ et des apparitions post mortem pour le suivant. Une description physique mimétique : maigreur (végétarisme d’Apollonius), cheveux longs, barbe, tunique en lin et sandales aux pieds. Ils créèrent tout les deux une « Eglise » eurent des disciples et furent vénérés grâce à leur sainteté et leur sagesse. A-t-on opposé pythagorisme au Christianisme par les récits de ces hommes sages et mystiques ? L’Eglise a-t-elle fabriqué cette opposition car finalement avec le recul ne sommes nous pas forcés de constater le peu de différence entre ces deux destins ? Dans les deux cas il s’agit d’une quête de l’Amour et de la connaissance, et qu’il n’y pas lieu de diviser dans les sphères métaphysiques et spirituelles./.


Jacques Ellul, La foi au prix du doute. Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

27


Jo Llcool

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

28


Jo Llcool

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

29


Ben Delzaghere Mon chat me parle Comment faire lorsque l'on vous propose une expérimentation un peu.... comment dire ?!... hors du commun ? Il est vrai que je garde l'esprit ouvert et ne rejette rien tant que le contraire ne m'a pas été prouvé, un peu comme Dieu. Rien ne prouve qu'il existe, mais rien non plus qu'il n'existe pas. Donc j'y crois, on ne sais jamais, ce serait dommage de rater une orientation future. C'est ainsi que je commençais la conversation téléphonique avec madame Devlaeminck, qui dit communiquer avec les animaux via une photo. J'étais un peu perplexe, car même avec la plus grande capacité d'acceptation de vérité fluctuante, parler avec ma chatte au pied de mon lit m'apparaît déjà difficile, mais juste avec une photo ?! Mais comme je voulais être objectif et bienveillant (oui je suis quelqu'un de très bien). Je lui laissai l'opportunité de m'apporter la véracité troublante des sentiments et douleurs de ma chatte ou de me laisser dans l'expectative. Il faut d'abord que je vous présente celle qui me fait vibrer depuis des années, une petite rousse aux yeux or, magnifique, calme, câline et poilue, propre sur elle, bien qu'elle sente l'urée de temps à autres depuis peu. Elle est née en 2002. Après des années d'un amour partagé, elle eut des petits chatons en 2006 sans que je ne comprenne comment. Je vous jure que je n'y suis pour rien ! Je l'ai pourtant toujours vu comme une sainte mais à ce point ! Malheureusement cela se passa mal, mon chien lui fit mal au ventre accidentellement. Je n'ai pas compris tout de suite ce qui s'était passé. Elle venait sans cesse à mes côtés en miaulant et changeait de comportement. Je l'ai amené chez le vétérinaire par acquis de conscience, verdict : les chatons étaient tous morts et pire encore, elle aussi risquait de mourir. Après une opération , elle fut sauvée, non sans mal. L'été dernier à tout juste 14 ans, après 10 années sans aucun problème, elle eut une embolie pulmonaire. Un de ses poumons était détruit et l'autre atteint. Elle resta chez le vétérinaire pour qu'il lui

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

30


fasse une radio, à son retour je remarquai que son train arrière était instable. Peut-être une manipulation trop forte lors de l'examen, je ne sais toujours pas. Pour finir, j'apprenai quelques semaines après qu'elle était également en insuffisance rénale. Le vétérinaire m'annonça qu'elle était condamnée et qu'il fallait me préparer. Il donna quand même des médicaments qu'elle ne voulut pas prendre. Chaque matin je devais la forcer à avaler les cachets. Cela se terminait en baston avec ma chatte adorée qui me faisait autant souffrir qu'elle. Tout cela pour une issue qui lui laissait peu d'espoir d'après ce que je savais du vétérinaire. J'ai donc décidé de la laisser finir tranquillement sa vie, sans la torture matinale, juste entourée de mon amour. Depuis, elle s'est remise à manger, elle a même repris du poids. Elle dort beaucoup à cause de ses problèmes aux reins et sent encore l'urée. La prise de contact avec Madame Devlaeminck se fit d'abord par mail, je lui envoyai une photo de « Bébé » (c'est le nom de ma chatte). Puis nous nous sommes appelés et elle a commencé à me parler d'elle. La première chose qu'elle m'a dit et qui pour elle était très importante fut : « Votre chat me montre de l'urine, elle insiste, elle a un problème avec l'urine ?». J'étais vraiment épaté ! Elle tapait dans le mille d'autant que j'avais décidé avant de lui parler que je ne révèlerai rien sur sa santé avant qu'elle ait fini. Décontenancé mais aussi soucieux de rester neutre, je lui ai répondu pour tenter de la perdre un peu (je suis aussi taquin) : « non, pas du tout, elle urine dans son bac ». « Ah bon ? Parce que je vois des jets d'urine comme si c'était un problème pour elle, elle a un problème au bassin. Je vois un soucis de ce côté et ce qui ressort le plus c'est qu'elle souffre mais qu'elle a appris à vivre avec. » « Elle a également un problème à la patte arrière gauche, ainsi qu'à la patte avant droite » « C'est une chatte calme et placide, je vois aussi une ligne émotionnelle plate, elle n'arrive pas à se réjouir. C'est du à un événement qu'elle a vécu comme une injustice dans sa vie. » Concernant : ⁃ l'urine : elle est en insuffisance rénale ⁃ douleur patte arrière gauche : effectivement, depuis la radio des poumons que mon vétérinaire lui a fait, elle présente un léger déséquilibre au niveau du bassin.

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

31


⁃ Douleur patte avant droite : je ne peux confirmer, je n'ai rien remarqué ⁃ ligne émotionnelle plate du à un événement vécu comme injuste : elle a perdu ses chatons et a failli en mourir. Ensuite, insistant un peu je lui ai demandé si elle avait fini sur les problèmes physiques de ma chatte. Elle reprit en disant : « en effet je vois un trou dans le poumons droit, elle a un problème pour respirer ? » ⁃ trou dans le poumon droit : elle a fait une embolie pulmonaire et ce poumon est détruit. Je n'en croyais pas mes oreilles ! Je n'ai pu que reconnaître être convaincu par ses capacités. Bien-sûr cela peut être soumis a interprétations mais pour moi Mme Devlaemynck est crédible. Même si je reste perplexe quant au fait qu'elle ne puisse se réjouir ou ressentir les choses. Je la vois réagir aux caresses et autres signes d'affections de ma part. Elle ronronne et se frotte le nez sur mes mains, donc pour moi elle montre des signes de bien-être. Je reste mesuré, sur ce point de vue. Après avoir entendu tout cela, je lui ai raconté le vécu de ma chatte, ainsi que ses problèmes de santé. Là, nous avons eu une discussion la concernant. Elle me dit que c'était une chatte courageuse et battante et qu'elle pouvait encore vivre un moment comme cela. Elle m'a conseillé un vétérinaire très concerné par les animaux qu'il soigne. Il peut la soulager avec des méthodes alternatives. Je vais aller le voir puisque le mien ne me propose rien à part attendre la fin. Voilà, dans l'ensemble, je suis convaincu par le don de Madame Devlaeminck. Cet entretien a pour moi était bluffant. Je retiens aussi quelque chose de très positif c'est que le bien-être de ma chatte va être amélioré./.

Communication animale, shiatsu, ostéo : Contact Lucille Devlaemynck par SMS 06 17 97 56 96

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

32


Bichette, Anne Van der Linden Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

33 Â


Yann Ricordel Espace France

Il regagnait tranquillement Espace France à bord de sa berline où tout pouvait être qualifié de « feutré » : les sons continus, rassurants quant à la bonne santé de la machine ̶ qui lui semblait parfois intimement connectée à la sienne ̶ qu'il en percevait de sa place de conducteur ; les douces vibrations, les matières, les surfaces, les couleurs, et même sa propre conduite. Il était aller visiter les autoroutes d'Espace Allemagne pendant une dizaine de jour. Tout comme lorsqu'il s'était aventuré sur les réseaux autoroutiers d'Espace Espagne, d'Espace Suisse ou d'Espace Belgique, qui tous s'inscrivaient dans une parfaite continuité avec celui d'Espace France, le passage s'était opéré en toute fluidité, il n'eut pas à s'arrêter, et il y eut un long instant avant qu'il s'aperçoive, par quelque détail linguistique, qu'il avait franchi ce qu'autrefois on appelait une « frontière ». Le

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

34


cadre naturel, ce qu'il en restait, le climat, la signalétique, le marquage au sol, les aires de repos, les stations essence, les hôtels, les restaurants n'y différaient que par des détails mineurs. Et, préservé de tout changement de température trop violent par la climatisation de l'habitacle, toujours le même asphalte sous ses roues, qui déroulait un ruban parfaitement lisse, continu et monochrome, et le ciel au dessus de sa tête, qui développait une voûte doucement changeante, évoluant du bleu au gris en passant par le blanc, le rose, et le noir, puisque il roulait parfois jusque tard dans la nuit. Ça n'était de toute façon pas la recherche de dépaysement qui l'avait imperceptiblement poussé vers Espace Allemagne, comme par une sorte de tropisme, sans qu'il y eut, à aucun moment, la volonté affirmée de s'y rendre, mais une simple impulsion préconsciente à élargir un tant soit peu son espace vital de conducteur de véhicule puissant, avec tout le raisonnement et la prudence qui s'imposent cependant dans l'espace autoroutier. Il respectait le code de la route à la lettre. Il était représentant de commerce depuis près de vingt ans, et un jour, alors qu'il s'était normalement levé ce matin-là après une nuit de sommeil normal, qu'il s'était normalement douché, qu'il avait bu un café normal et avait revêtu son costume d'un bleu marine normal en vu d'un rendez-vous professionnel normal et même banal dans le cadre de son métier normal, qu'il avait normalement pris la route, puis l'autoroute dans un même mouvement, il n'avait pas pris la sortie qui aurait dû l'y amener, et avait décidé de poursuivre son chemin qui alors ne menait plus nulle part. Et cela faisait maintenant six mois qu'il sillonnait Espace France, élargissant parfois ses itinéraires aux Espaces limitrophes, ignorant les sorties qui se présentaient à intervalles réguliers. À

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

35


la place du mort traînait une vieille copie d'un roman de Michel Houllebecq. Mais les indications de noms de grandes villes et de villes

moyennes,

de

vitesses

à

respecter,

les

diverses

recommandations de panneaux lumineux lui étaient une activité de lecture suffisante, tout comme ses brefs contacts avec

les

employés

des

péages,

des

stations

essences

satisfaisaient à son besoin de contact humain, tout comme l'exposition permanente de représentations schématiques de monuments historiques en blanc sur fond marron à son besoin esthétique. Il écoutait parfois, pendant une heure ou deux, une station de radio diffusant en continu des airs de musique classique rejoué au synthétiseur, mais la plupart du temps le bruit de sa voiture et celui des autres véhicules, se joignant dans une chorale produisant, au gré des accélérations, des modulations sans heurt, lui convenait amplement.

Alors qu'il écoutait distraitement un air dont sa faible culture ne lui permettait pas de savoir qu'il avait été composé par Joseph Hayden en 1756, son autoradio sembla se dérégler, quittant un

largo e sostenutto pour ne plus laisser entendre qu'un bruit blanc,

grésillant,

parasité

Fanzine Hildegarde n°12

par

d'autres

25 Mai 2017

stations

où 36


s'entrelaçaient lambeaux de voix et bribes musicales. Il tenta en vain de manipuler l'appareil en appuyant sur divers boutons, de plus en plus nerveusement, et finalement l'éteignit. Alors qu'une aire de repos se présentait, il braqua. Ayant pris place sur le parking, il descendit de voiture et se dirigea vers le petit supermarché

qui

s'intéresser aux

se

trouvait-là.

Faisant

semblant

de

produits qui lui étaient proposés pour se

donner une contenance, il se sentait de moins en moins sûr de lui, et bientôt sentit peser insistamment le regards des autres clients, qui tous semblaient l'accuser de quelque méfait ou le réprouver gravement. Il se saisit à la hâte d'une petite bouteille d'eau pétillante, de deux sandwiches club poulet-mayonnaise dans une boîte en plastique transparent et d'une barre chocolatée dont l'emballage noir était frappé en caractères rouge vif du nom d'une planète bien connue du système solaire. Arrivant à la caisse, effrayé à l'idée que la préposée ne l'accuse de vol, ou de quelque autre délit, il voulut malgré son angoisse grandissante prendre l'air le plus dégagé possible, et présenta sa carte bleue d'une main dont il ne parvenait pas à dissimuler le léger tremblement. « Paiement refusé, monsieur. Voulez-vous qu'on réessaye ? …Non, ça ne marche pas, désolée... » À peine la caissière avait-elle eut le temps de prononcer ces derniers mots qu'il laissa ses marchandises en plan et se dirigea vers la sortie. Passant les portes automatiques, il eut l'impression qu'on s'apprêtait à le lyncher, ou à l'arrêter pour l'amener dans un commissariat tout en interrogatoires interminables et musclés, tout en éprouvantes nuits de garde à vue, pour des raisons qui lui échappaient tout à fait, à lui, citoyen normal et honnête. Il parvint après plusieurs tentatives à faire démarrer sa voiture, et repris la route, espérant qu'alors tout rentrerait dans l'ordre

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

37


d'une croisière jusqu'alors parfaitement réglée, sans le moindre incident. Mais très vite un panneau lumineux lui signala un bouchon à quelques dizaines de kilomètres, apparemment causé par un accident. Il fut dépassé en trombe par des véhicules de pompiers, tandis qu'un hélicoptère du même rouge volant à basse altitude se dirigeait vers le lieu critique. Il bifurqua dès qu'il le put, prenant la première sortie qui se présenta, ce qui déjà lui procura un soulagement. Alors, d'une route nationale à une

départementale,

d'une

départementale

à

une

voie

communale puis à un chemin rural, il finit par s'arrêter près d'un champ de colza en fleur. Il enjamba le fossé et s'engagea dans la végétation, les pétales glissant sur son visage déjà caressé par une brise tiède. Il s'arrêta et tourna son regard vers un soleil qui commençait tout juste à décliner. Il était désormais une fleur, parmi des milliers de fleurs./.

Illustrations Materia Numerica http://www.materianumerica.net

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

38


Les gars de la Marine, Anne Van Der Linden

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

39 Â


Marine Aïello Les hommes verts 1. Il y a du vert. Du vert partout, vu de très haut, de la pierre et aussi de l’eau. On ne voit pas d’humains, ils sont trop petits. On se rapproche, on les cherche, on zoome. On n’en voit pas. Toujours pas. Ils aiment vivre près de l’eau. « Numéro 41, resserrez sur les rivières » Mais pourquoi cherche-ton les humains ? Il y a du vert, du vert partout. 2. Ce matin là Jo voulait aller à la pêche alors nous sommes allés pêcher. Quelque chose de très étrange s’est produit, tellement que je l’ai enfoui dans un coin de ma tête pendant plusieurs jours, comme oublié, effacé immédiatement de la carte mémoire, corbeille. Mais là ça revient. J’avais ma canne à pêche, je me suis mis plus en avant sur un rocher au milieu de la rivière. Jo est tombé à l’eau. Jo disait qu’il ne savait pas nager, mais Jo ne s’est pas noyé, il s’est électrocuté. Son bras faisait des étincelles. 3. J’aimais beaucoup aller dans la forêt. Oulala, que j’aimais ça. Toutes les filles – nous n’étions que des filles – se retrouvaient à tourner en rond autour d’un crâne. Que c’était beau ! Qui sait pourquoi il fallait faire ca ? Personne ne semblait savoir pourquoi. Nous étions douze, autour de la dame qui portait entre ces mains ce crâne. Une force la nuit me levait et m’y amenait, dans la forêt, lorsque la lune éclairait comme en plein jour, je ne me faisait pas mal en trébuchant sur des racines, j’y voyais bien clair. 1.1 « Numéro 18 ! » « Numéro 18 est en arrêt de travail. Il a décidé de manger uniquement des frites au réfectoire de la base et il est tombé très malade. Il va falloir le remplacer. » « Le supprimer ? » Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

40


« Nous avons éliminé ce terme du logiciel vocable. » 2.1 Moi j’étais tranquille ici, certes je n'y suis pas né mais je suis arrivé enfant par un sac de sport, j’avais 5 ans. Je n'ai jamais rien repéré d'anormal, rien de plus que des éléments culturels spécifiques. Il est vrai que je connais peu le monde. Une chose est sure, j’ai exploré le coin et en dehors des habitants du village, personne à la ronde, alors je les crois quand ils disent que nous sommes les derniers. J'ai marché des jours entiers dans ce maquis, puis à travers la forêt, personne. Je ne me souviens pas de ma famille. Je ne sais rien d’eux hormis le nom qu'il m'ont donné : Épochè. C’était écrit sur un petit morceau de papier glissé dans la poche intérieure du sac de sport. Ce bout de papier je le garde précieusement, c'est peut-être le dernier de la planète. Moi je ne sais pas écrire, ici on communique par vision holographique. 3.1 Cette nuit c'était la pleine lune. Je me suis levée poussée par cette force qui ne donne pas son nom et je suis allée dans la forêt. Désormais je suis seule à tourner autour du crâne. Il est posé au centre d'un cercle en pierres de 3, 14 m de diamètre. Une nuit, la dame qui portait le crâne, n’est pas venue. Depuis elle n’a pas réapparu. Petit à petit les autres filles ont arrêté de venir. D’abord une, puis deux, puis toutes les autres. 1.2 « Numéro 41 ? » C'est mon nom et ce n’est pas très agréable à porter. Je suis affecté au satellite. Ma mission est de trouver une présence animale, humaine de préférence mais je vois du vert et personne d’autre. « Numéro 41 ! » Oui. « Vous allez remplacer numéro 18 qui a été supp… qui est gravement malade. Votre nouvelle affectation est toujours au satellite mais vous ferez le travail de deux individus, le votre et le sien. Vous analyserez désormais les ondes magnétiques repérées par radar, en même temps. » Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

41


C’est moi ou il a du mal à s’exprimer ? Hého, je ne suis pas un robot moi monsieur ! 2.2 Jo est mort en faisant des étincelles. Je n’ai pas beaucoup d’amis à part lui. Cela me rend triste, personne à qui parler. Demain je prendrai la route, je n’ai plus confiance en personne ici maintenant et je sens qu’on me cache la vérité. Je ne supporte pas d’avoir vécu ce mensonge toute ma vie. Adieu village. 3.2 Il est interdit de se baigner. Personne ne sait nager voilà tout. On se lave, avec une éponge et une bassine, mais on n’aime pas beaucoup l’eau. C’est culturel. L’hologramme du Maire le répète toutes les semaines dans son discours sur la place du village et c’est comme ça depuis toujours./.

Photographie Johnny Cosmos Exposition Photographique:  Les  Nuits  Sauvages Du  22  juin  2017  au  13  juillet  2017  Centre  culturel  Una  Volta  à  Bastia  en  Corse.  

Astro Popote Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

42


Transhumanisme et cyclicité : Petite plongée dans le temps long La cyclicité du réel peut-elle éclairer le phénomène du transhumanisme et des progrès technologiques inouïs sur lesquels il s’appuie ? En définissant le transhumanisme comme un mouvement culturel mondial souhaitant éradiquer le vieillissement, allonger la durée de la vie et, plus globalement, améliorer les capacités intellectuelles et physiques de l’Homme grâce à un ensemble de procédés technoscientifiques de pointe – issus notamment des biotechnologies et de l’intelligence artificielle - la réponse est oui ! Rappel : la réalité est tissée de cycles Dans « Une réalité tissée de cycles » (Hildegarde 2, juillet 2016), nous avions rappelé que la réalité est tissée de cycles, soit d’un ensemble de structures spatio-temporelles répétitives et coercitives (quand c’est l’heure qu’il fasse nuit, il fait nuit), et qu’aussi prévisibles soient-ils (je peux prédire à quelle heure le soleil se lèvera à Paris dans 5 ans), ces cycles n’épuisent pas le réel (demain est toujours un « autre » jour, la réalité ne bégaye pas), sans que, pour autant, le réel leur échappe. Sous l’angle de la cyclicité, tout ce qui se passe (naissance, évènement, rencontre, décision…), à la fois « s’engraine dans » (et donc « colore ») et est « pris dans » la trame des cycles que cette grande horloge cosmique que le ciel a toujours été pour les Hommes (qui en ont tiré leurs divers calendriers) permet de suivre. Les cycles célestes ayant, pour faire bref, un début, un milieu et une fin, leur cadre temporel donne aux faits qui leur sont associés une certaine prévisibilité – du moins rythmique ! La proportionnalité : clef de la cyclicité

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

43


Ainsi que le montre l’expérience, les cycles « utilisables » sont généralement ceux dont les débuts célestes s’accompagnent de débuts terrestres marqués et proportionnés. Une notion capitale : il n’est humainement pertinent de parler de cycle que si le « poids » des faits associés (ou rythme terrestre) est proportionné au « poids » du cycle céleste c’est-à-dire à sa durée. Autant se lever le matin est proportionné au lever du jour (cycle de la Terre de 24h), autant il est absurde d’associer des accidents comme ceux de Tchernobyl ou de Fukushima à des cycles de courte ou moyenne portée. 1781 : top départ d’une mutation mondiale au très long cours Ces accidents nucléaires sans précédent sont à corréler aux cycles qui, depuis la découverte de la planète Uranus en 1781 (autre sans précédent majeur), ont soudain introduit dans notre réalité des temporalités dont la portée transcende la durée d’une vie humaine. D’ailleurs, on peut faire remonter les débuts des progrès technoscientifiques qui ont et sont en train de bouleverser toute la planète à l’apparition de cette première planète non visible à l’œil nu dans notre champ de conscience (c’est précisément en 1781 que les deux inventions concurrentes de Watt et Hornblower posèrent les bases de machines à vapeur efficaces – après la tentative de N.Cugnot en 1769 - qui allaient lancer l’ère industrielle)i. La découverte d’Uranus (cycle de 84 ans) sera suivie par celle de Neptune (cycle de 165 ans) en 1846, puis de Pluton (cycle de 248 ans) en 1930, dont découleront deux lancements de cycles inédits pour l’humanité, et toujours en cours : le premier cycle connu de 120 à 140 ans rythmé par Uranus et Pluton commencé à la fin des années 60, puis le premier cycle connu de 170 ans rythmé par Uranus et Neptune commencé durant les années 1990. Années 90 : biotechnologies, percée des ondes, chimères, mutants et clones

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

44


On dit de tous ces cycles se déroulant au-delà de Saturne (cycle de 30 ans) - le « bord extérieur » du système solaire jusqu’à l’apparition d’Uranus-, qu’ils sont trans-saturniens. On l’aura compris, c’est a priori à ces grands cycles transsaturniens que le transhumanisme doit être corrélé. Or, justement, tandis que, du côté céleste, la décennie 19881998 articule de nombreux débuts de cycle autour du lancement du premier cycle connu de 170 ans rythmé par Uranus et Neptune, on observe, côté terrestre, une accumulation de « premières » congruentes des plus significatives au regard du transhumanisme. (Dates, cycles et faits impliqués sont détaillés dans l’article d’Astropopote.com consacré à ce cycle (ii), j’y renvoie le lecteur). Après qu’on ait lancé le projet international de séquençage du génome humain (1989-90), ouvert le www (Internet) au public (1991) et autorisé la commercialisation d’organismes génétiquement modifiés aux Etats-Unis et en U.E (1992), 1996 a vu la naissance du premier mammifère cloné (la brebis Dolly), 1997 celle du premier mammifère transgénique (porteur d’un gène humain) cloné (la brebis Polly), 1997-98 le premier séquençage ADN de toute une population (imposé par décret par l’Etat islandais aux siens), ainsi que l’autorisation en U.E des brevets sur les organismes vivants (et aux USA du brevet « Terminator » permettant de stériliser une plante transgénique), et autres premières mondiales majeures comme le tout début de l’Internet nomade (wifi), de la téléphonie mobile et du trading algorithmique (spéculation par ordinateur)iii. Années 90 : lente apparition publique du transhumanisme En même temps que ces percées biotechnologiques et informatiques inouïes, la pensée du transhumanisme commence à se diffuser, d’abord de manière confidentielle par l’Extropy Institute (fondé en 1992), puis au travers la World Transhumanist Association, une ONG internationale (fondée

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

45


en 1998) cherchant à faire reconnaître le transhumanisme par les milieux scientifiques et les pouvoirs publics. Mais c’est sans doute Les particules élémentaires, roman de Michel Houellebeck publié en 1998, qui a le plus contribué à informer le grand public du courant transhumaniste. Dans ce roman qui fit beaucoup de bruit, la recherche scientifique aboutit à la création d'une espèce humaine génétiquement modifiée (pour 2029...!) supplantant l'humanité. Une vingtaine d'années après cette publication, un certain nombre d’entreprises transnationales comme Google - le géant du Web né, lui aussi, en 1998 - ont fortement contribué au développement du transhumanisme… Au point que certains envisagent aujourd’hui, comme dans le roman de Michel Houellebeck, l’ère du post-humain (le transhumain étant un intermédiaire entre l’humain et le post-humain)... Fin des années 60 : informatique, robotique et cyborgs Le transhumanisme ne se contente pas des biotechnologies qui n’en sont qu’un pilier. Il s’appuie aussi sur l’informatique et la robotique qui ont constitué, avec la conquête spatiale et la diffusion en masse de la pilule, les sans précédent majeurs du premier cycle connu de 120-140 ans rythmé par Uranus et Pluton commencé à la fin des années 60. (Dates, cycles et faits sont détaillés au complet dans un des trois articles qu’ d’Astropopote.com a consacré à ce cycle (iv), j’y renvoie le lecteur). Outre le spectaculaire premier pas de l’Homme sur la Lune (1969), les premiers avions supersoniques (Concorde, Tupolev) et le lancement du Boeing, le plus grand avion de ligne (1968-69), la fin des années 60 voit naître les premiers ordinateurs (IBM, 1964), la première souris (1968), l’ancêtre d’Internet (Arpanet, 1969), le micro-processeur et le microordinateur (1971) d’où découlera le fabuleux essor de la robotique (au Japon notamment), la première carte bleue (1967) et le premier distributeur de billets (1967), les

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

46


premiers robots domestiques (le fameux robot Marie sort en 1967) et industriels (L’Unimate en 1961). C’est à cette époque, que transhumanisme et science-fiction ont commencé à imaginer des couplages entre homme et robots, homme et intelligence artificielle, des hybrides homme-machine, des hommes « augmentés » par des membres artificiels (des mains ou des yeux hyperpuissants par exemple) et autre cyborgs. Perspectives : on est dans du long terme Insistons sur le caractère proprement inédit de tout ce que l’on vient de voir. Comme les deux grands cycles transsaturniens des années 60 et des années 90, tous les faits cidessus sont des sans précédent historiques majeurs (notre proportionnalité est bien respectée !). Les secousses historiques qui y sont associées sont donc aussi sans précédent. Il ne s’agit pas juste de guerres, de victoires, de défaites, de renouveaux idéologiques ou religieux, de changements d’alliances ou de progrès en mécanique ou en horticulture. Ce qui est en jeu a commencé à modifier de manière inédite et irréversible la nature elle-même (organismes végétaux et animaux génétiquement modifiés se répandent) et, déjà, l’Homme (l’utilisation des GPS est en train de transformer le cerveau humain…) et les sociétés humaines (qui, de plus en plus prises dans la toile de ces innovations, en dépendent de plus en plus …). Nous sommes donc clairement dans un temps long dont on peut faire remonter les racines à près de deux siècles et demi en arrière – 1781, découverte d’Uranus - avec la rupture des limites traditionnelles du système solaire, l’ouverture vers l’univers infini, et l’irruption de nouvelles temporalités transcendant la durée de la vie humaine. A moyenne échéance, il faudra sans doute attendre le sommet du grand cycle des années 60 de 2047-2048, ou celui du grand cycle des années 90 de 2077-2078, pour pouvoir en évaluer les résultats et les limites de façon objective. Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

47


A partir de 2015-2017 A plus brève échéance, nous sommes depuis 2015, dans une phase d’accélération et d’ancrage « dans le dur » (applications) des innovations impulsées durant les années 60, qui, dès cette année 2017 (techniquement, à partir d’août) va être doublée et/ou renforcée par le premier petit cap concret que vont passer celles des années 90 ! On devrait donc assister à des « progrès » techniques surprenants, pouvant mêler percées des années 60 et 90. Les forces socio-historiques impliquées Précisons : « progrès » techniques et/ou sociotechniques… Car la technique n’avance pas dans le vide, mais au sein des sociétés humaines dont les destinées s’écrivent sur terre. Or des mutations socio-politiques majeures ont aussi accompagné les cycles célestes ci-dessus abordés. En deux mots : les révolutions américaine et française (Uranus, 1781), le communisme et le « printemps des peuples » en Europe (Neptune, 1846), la crise de 29 (Pluton, 1930), la libération des mœurs impulsée en 1968 (Uranus-Pluton, années 60), la mise en place de grandes institutions internationales (Alena, Mercosur, OMC) et supranationale (U.E), à objectifs commerciaux (Uranus-Neptune, années 90)… Les fruits de toutes ces grandes forces socio-historiques participent, avec les innovations techniques en cours et la pensée transhumaniste, d’une mutation mondiale au long cours que cet autre article d’Astropopote (v) aborde sous l’angle d’une mutation sans précédent de l’archétype Père dans le monde.

Avril 2017 (notes page suivante)

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

48


Fêlure, Dario Siena Fulci

Notes :                                                                                                               i  1781  initie  aussi  le  tournant  philosophique  majeur  induit  par  la  publication  de  «  Critique  de  la   raison  pure  »  de  Kant.   ii  http://www.astropopote.com/cycles-­‐mondiaux-­‐10-­‐2011-­‐ouvre-­‐une-­‐suite-­‐aux-­‐mutations-­‐sans-­‐ precedent-­‐d-­‐a83901254   iii  On  peut  ajouter  aux  diverses  percées  des  biotechnologies  des  années  90,  les  nanotechnologies,   puisque  ce  n’est  qu’à  partir  des  années  90  que  l’on  parvint  à  en  synthétiser  des  molécules  en   masse   iv  http://www.astropopote.com/cycles-­‐mondiaux-­‐12-­‐de-­‐2012-­‐a-­‐2015-­‐1-­‐premier-­‐carre-­‐ croissant-­‐connu-­‐entr-­‐a83891854   v  http://www.astropopote.com/2017-­‐annee-­‐bascule-­‐seconde-­‐partie-­‐des-­‐annees-­‐30-­‐aux-­‐annees-­‐ 2008-­‐2024-­‐m-­‐a128271442        

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

49


Récits concurrents du Monde Donner une explication aux coups du sort, comprendre les règles de la nature, percer les lois divines pour prédire les cataclysmes, pour protéger les cultures des intempéries ou se prémunir de la mauvaise chance, savoir quel comportement observer en cas de maladie ou de mort, voire tenter de prendre le contrôle des éléments : ces activités se sont toujours trouvées sous la responsabilité du chamane ou du prêtre dans les communautés humaines du fond des âges, comme dans le monde d'aujourd'hui. Plusieurs problèmes existentiels sont pris en charge par l'autorité, la caste adéquate : Le La La La

récit des origines (création de l'univers) Cosmologie (organisation de l'univers) place de l'homme dans l'univers dénomination des forces invisibles

Science et religion traitent de ces mêmes sujets, leviers de pouvoir et de contrôle social. Une rivalité ancienne entre la science et la religion se noue autour de la propriété de la vérité. C'est leur méthode qui les différencie : La discipline qui étudie la scientificité ou non d'un discours s'appelle l'épistémologie. A.P (à suivre)

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

50


CONTACT FANZINE HILDEGARDE Hildegarde est un fanzine gratuit créé en Mai 2016. Il sort chaque mois à la nouvelle lune pour des raisons de coquetterie. Tous les contributeurs mettent leur travail gratuitement à votre disposition. Nous avons fait le choix de ne recevoir aucune subvention. Voici où nous contacter pour propositions de textes Abonnement à l'impression papier noir et blanc (PAF : 3 euros le numéro) / Remarques diverses : hildegardezine@gmail.com Tout le monde (contributeurs, lecteurs) peut imprimer Hildegarde et le distribuer ou le vendre au prix qui lui semble bon. (Mode impression : livret + recto/verso) Voici où télécharger le pdf pour lecture ou impression : hildegarde.iva.la Voici où feuilleter Hildegarde en ligne : issuu.hildegardefanzine.com

   

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

51


Dust to  dust   Dessin  de  Caroline  Corbasson      

Fanzine Hildegarde n°12

25 Mai 2017

52

Profile for Hildegarde Fanzine

Fanzine Hildegarde n°12 Juin 2017  

Fanzine Hildegarde n°12 Juin 2017  

Advertisement