Issuu on Google+

Parisien - Regard - Peirani

SWEET & SOUR

DANIEL HUMAIR

2012

Label

Jazz

Ref. : LJ19


Label LABORIE JAZZ 2012

DANIEL HUMAIR SWEET & SOUR

Présentation Bien des années m’ont séparé des premiers concerts que j’avais eus l’occasion d’organiser avec et autour de Daniel Humair. Cet Artiste majeur de la scène européenne et internationale m’a toujours séduit par son parcours et son engagement. Engagement musical, mais avant tout humain, Daniel Humair a toujours pris une attention très particulière à ses collaborations et aux formations qu’il a initiées.   En créant le Label LABORIE Jazz en 2006, la ligne directrice artistique était centrée sur la jeune génération de compositeurs talentueux révélés très souvent  par la Scène européenne. L’idée, à terme, de voir s’associer ces jeunes talents avec des musiciens de renom ne sera donc  qu’une question de temps. De ce côté là force est de constater que les Artistes du Label LABORIE Jazz ont su en quelques années défendre leurs projets mais construire aussi leur place et leur personnalité et devenir ainsi de nouveaux leaders en puissance, pour ne citer que Yaron Herman, Anne Paceo, Emile Parisien …   La Scène Jazz a fait le reste,  les rencontres, les écoutes stimulent en permanence ce vivier musical jusqu’à la création d’une nouvelle formation.   Daniel Humair en leader a aussi été toujours très attentif à revitaliser régulièrement sa musique au contact de jeunes musiciens. Avec ce nouveau projet   «  Sweet & Sour  », entouré de trois instrumentistes virtuoses dont le jeune saxophoniste surdoué Emile Parisien, c’est évidemment encore un bain de jouvence, une superbe nouvelle proposition musicale, l’une des plus pertinentes de la scène européenne actuelle.   Les récentes apparitions de ce Quartet sur scène, « Festival de Jazz de Paris – Parc Floral, … » ont su également capter l’œil et l’oreille des spécialistes et des programmateurs qui n’ont pas manqué de relever dans de nombreux articles et chroniques tous les atouts que possèdent cette nouvelle formation.   Jean Michel Leygonie

It has been some years that I last organized concerts with and around Daniel Humair. I have always been enthusiastic about the career and the commitment of this artist who made a name for himself in Europe, as well as on the international level. And it is due to this musical commitment, but also because of his social interest, that Daniel Humair always carefully and deliberately chooses the people he works with and the formations he plays in. The label LABORIE Jazz was founded in 2006, based on the guiding principle to support young artists and talented composers which have proven themselves in the European jazz scene. Hence, it was only a matter of time until these young artists cooperate with renowned musicians. The artists of LABORIE Jazz have, on the one hand known how to defend their projects over the last few years, on the other hand have they found their place and fully evolved their personality in the world of jazz. One just has to look at artists such as Yaron Hermann, Anne Paceo, or Emile Parisen, and one realizes that they not only found their place but that they are rather about to become new leaders of the jazz branch. The world of jazz has also contributed its part, since the encounters and the mutual listening makes the jazz scene a huge talent show, which not seldom results in the creation of new formations. Daniel Humair, in his role as a bandleader, has always attached great attention to steadily revitalizing his music, which he did most of the time through his encounters with young musicians. That is how the new project Sweet&Sour came into existence, where he is surrounded by three virtuous instrumentalists, amongst them the very talented Emile Parisien. This new formation is just like a further rejuvenation cure for Daniel Humair, a remarkable new musical undertaking, presumably one of the most pertinent in Europe currently. The latest stage appearances of the Quartet on the “Festival de Jazz de Paris – Parc Foral…” have sparked the interest of both specialists and event managers who did not hesitate to express their enthusiasm about this new formation in a multitude of articles and chronicles. Jean-Michel LEYGONIE

p.2


Label LABORIE JAZZ 2012

DANIEL HUMAIR SWEET & SOUR

Pendant quelques années, Daniel Humair joue et enregistre en Free Lance avec des musiciens tels que Jim Hall, Lee Konitz, Art Farmer, Joe Henderson, Dexter Gordon, Franco Ambrosetti, Georges Gruntz, Johnny Griffin, Herbie Mann, Anthony Braxton, Hampton Hakwes, etc., avant de former un trio avec François Jeanneau et Henri Texier. Ce groupe est considéré comme l’un des catalyseurs du nouveau Jazz Français. Tout en continuant sa carrière de free lance, Daniel Humair forme en coleader avec Joachim Kuhn et Jean-François Jenny Clark, un trio qui lui permet de développer pleinement sa conception de la batterie moderne et son activité de compositeur. Ce trio constitue maintenant sa préoccupation principale au même titre que sa collaboration avec Michel Portal, Richard Galliano, Jerry Bergonzi ou David Liebman. Daniel Humair a eu l’occasion de se produire dans la plupart des grands festivals de jazz tels que Newport, Monterey, Paris, Berlin, Montreux, Chicago, Barcelone, Nice, Antibes, etc. Parallèlement à sa carrière musicale, Daniel Humair poursuit une intense activité de peintre. De tendance expressionniste abstraite, sa peinture est présentée par plusieurs galeries internationales et peut être vue dans de nombreuses collections publiques ou privées. Son intérêt pour les rapports entre les arts visuels et la musique lui a permis de participer à l’enregistrement de nombreuses musiques de films ou de télévision en tant que compositeur ou soliste. Il est aussi l’auteur d’une méthode de batterie publiée aux éditions Leduc. Les graphismes utilisés dans cette méthode sont le fruit du travail de Daniel Humair en tant qu’enseignant pendant une dizaine d’années.

photo : Jean-Baptiste Millot

DANIEL HUMAIR Daniel Humair a eu son premier contact avec le tambour au sein d’une fanfare genevoise à l’âge de 7 ans. Dès 14 ans, il se passionne pour le Jazz New Orléans et fait partie de plusieurs formations amateurs, puis découvre rapidement le jazz moderne, et devient musicien professionnel après avoir remporté le premier prix dans trois catégories au Festival amateur de Zürich en 1955. Il passe ensuite quelques années en Suisse, Belgique, Suède et Allemagne. Autodidacte, il acquiert, au sein de formations diverses, le métier indispensable à l’exercice périlleux de la musique improvisée de groupe. En 1958, il décide de venir tenter sa chance à Paris – capitale du Jazz européen et travaille immédiatement avec des artistes légendaires comme Don Byas, Lucky Thompson, Kenny Dorham, Bud Powell, Oscar Petitford, Chet Baker ou Eric Dolphy. En fait, il serait plus facile de citer les musiciens avec lesquels Daniel Humair n’a pas joué, car à l’exception de Miles Davis ou Sonny Rollins, il a cotoyé la plupart des jazzmen des trente dernières années. En 1959, Daniel Humair commence une longue collaboration avec Martial Solal, joue très souvent avec Pierre Michelot, René Urtreger, Barney Wilen, Michel Hausser, Stéphane Grappelli, dans le fameux Club Saint Germain et rencontre tous les grands du jazz de passage à Paris. Dans les années soixante, Daniel Humair forme un trio avec le violoniste Jean-Luc Ponty et l’organiste Eddy Louiss. Ils enregistrent au club le Caméléon, deux disques, réédités récemment. Il accompagne les Swingle Singers pendant deux ans, puis participe à la célèbre formation de Phil Woods : European Rhythm Machine. Ses activités sur la scène internationale lui permettent d’être nommé Drummer Deserving Wider Recognition par le Down Beat International Critics Poll en 1970.

Certainement l’un des piliers du Jazz Moderne en Europe. Il participe à la scène du Jazz International depuis la fin des années 50 et toutes ces années consacrées à la musique improvisée lui ont valu d’être officiellement récompensé par une nomination au grade de Chevalier, puis Officier des Arts et des Lettres par le gouvernement français, cela en 1986 et en 1992. En 1987, il obtient le Grand Prix du Jazz décerné par la Sacem, le Prix Charlie Parker de l’Académie du Disque, et le Prix « In Honorem » de l’Académie Charles Cros pour l’ensemble de sa carrière. Elu Musicien Européen de l’année 97 par l’Académie du Jazz. En 2000, il obtient les Victoires de la Musique pour le trio HUM. En 2003, son album Baby Boom, quintet avec Christophe Monniot, Manu Codjia, Matthieu Donarier et Sébastien Boisseau, reçoit les éloges de la critique. En 2007, il enregistre Tryptic avec Jean Paul Celea et François Couturier. En 2008, il retrouve Joachim Kühn et Tony Malaby pour enregistrer Full Contact et la même année son album Baby Boom II, deux opus de son quintet, est à nouveau salué par la critique. En 2010, il enregistre avec Tony Malaby et Bruno Chevillon l’album « Pas de dense » ainsi que l’album « I will follow you » pour le Label BEE Jazz avec Ben Monder et Jérôme Sabbagh, deux disques là encore très appréciés par la critique et auréolés de plusieurs récompenses. 2011 marque la rencontre avec un Label, Laborie Jazz, mais en fait le rapprochement entre deux amis que le temps avait éloigné pendant quelques années. Retour sur une carrière, explication d’une création de Label récente, croisement et échanges autour de la place de l’Artiste et de la musique dans notre monde et notre mode actuel et décision commune de rendre la part belle aux envies et aux désirs. Chose faite avec « Sweet & Sour » où Daniel Humair nous revient plus jeune et plus créatif que jamais poussé par un trio de musiciens en pleine explosion. La scène transcende le disque et le répertoire et les premiers concerts de ce nouveau Quartet focalisent désormais les meilleurs salles et Festivals s européens.

p.3


Label LABORIE JAZZ 2012

DANIEL HUMAIR SWEET & SOUR

photo : Gala

photo : Jean-Baptiste Millot

photo : Jean-Baptiste Millot

VINCENT PEIRANI

JEROME REGARD

Accordéoniste, clarinettiste, compositeur, Vincent Peirani est au contact de nombreuses musiques telles que le Jazz, le classique, les musiques improvisées, musiques du monde. Révélé lors du concours international de Jazz de la Défense en juin 2003 où il remporte le premier prix d’orchestre (pour son duo avec Vincent Lê Quang), il s’enrichit auprès de nombreux musiciens tels que Renaud Garcia-Fons, François Jeanneau, Daniel Humair, Denis Charolles, Fred Gastard, Sylvain Luc, Pascal Rey, Laurent Dehors, Youn Sun Nah, Lanciné Kouyaté, Cheick Tidiane Seck, Antonio Kiko Ruiz, Les Yeux Noirs, Michel Portal, Louis Sclavis, Jean Paul Céléa…

Jérôme Regard a étudié au Conservatoire National de Région de Lyon, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Jean-François Jenny Clark. Contrebassiste et bassiste électrique, c’est un musicien éclectique qui en fait un sideman très apprécié et recherché.

Vincent Peirani commence l’accordéon à 11ans. Un an plus tard il commence ses études de clarinette classique au CNR de Nice, où il obtient trois Premiers Prix: en clarinette, analyse musicale et solfège (supérieur). Entre 1994 et 1998, il obtient plusieurs Prix Internationaux en accordéon classique, Concours International de Klingenthal (Allemagne), Concours International de Castelfidardo (Italie), Trophée Mondial à Cassino (Italie), Concours International de la CMA à Reinach (Suisse). Suite à ses concours, a l’opportunité de se produire dans de nombreux festivals à travers l’Europe en tant que soliste (Bayreuth, Salzburg, Vienne, Rome, Stockholm, Trossingen…). En 1996, obtient un Premier Prix d’Accordéon Classique à l’unanimité avec félicitations au CNSM de Paris. C’est en 1998 qu’il s’oriente vers le jazz. Il obtient ainsi en 2000 un Premier Prix de Jazz à l’unanimité avec félicitations et un Premier Prix de Solfège, Harmonie Jazz à l’unanimité avec félicitations et intègre le département Jazz et Musiques improvisées du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris . Il obtient en juin 2004 un Premier Prix mention TB à l‘unanimité après y avoir travaillé pendant trois années avec entre autre, Daniel Humair, Riccardo Del Fra, Dre Pallemers, Glenn Ferris, Hervé Sellin, François Théberge, Patrick Moutal (en musique indienne pour ce dernier). Il remporte en Juin 2003 le 1er Prix d’orchestre du concours international de Jazz de la Défense pour son duo avec Vincent Lê Quang.

En concert ou sur disque il aura fait résonner sa contrebasse dans diverses formations. Notamment, auprès de : Bob Mintzer, le Paris jazz Big Band, Jan Garbareck, Michel Legrand, Manu Katché Flavio Boltro, Rosario Guilliani, Louis Winsberg, sylvain Luc, Michel Perez, Andre Ceccarelli, Sylvain Boeuf, Manu Codjia, Daniel Mille, Eric Legnini, Médérique Collignon, Alfio Origlio, Alex Tassel, Laurent Robin, Emile Spani, Nicolas Folmer, Eric Prost, Marcia Maria, Stéphane Huchard, Jean Pierre Como, Rick Margitza, David Patrois, Eric Seva, Thierry Heliez, Zool Flecher, Laurent Cugny, Pierre Alain Goualch, Benjamin Henocq, Stéphane Chausse, Laurent De Wilde, Denis Leloup, Manuel Rocheman, Stephane Belmondo, Olivier Ker Ourio, Franck Avitabile, Stéphane Guillaume, Laurent de Wilde, Antonio Farao… Il a participé à de nombreux festivals. Sans être exhaustifs, nous avons pu l’entendre à : Vienne, Bruxelles, Nice, Montréal, Juans les Pins, Manille, Grenoble, Nice, Sarajevo, Lille, Toulon, Junas, Marly, Milan, Crest, radio France, Marciac, festival de la Villette, Genk, Wroclaw, Vaulx-en-Velin, Souillac, Prague, Rive de Gier, Beaune, la défense jazz festival… La musique le conduit au gré des rencontres à se produire régulièrement à l’étranger : Chine, Norvège, Pakistan, Tunisie, Canada, Iran, Liban, Turquie, Egypte, Tchéquie, Portugal, Suisse, Belgique, Italie, Allemagne, Hollande, Thaïlande, Grèce, Macédoine, Kosovo, Philippines, Angleterre, Irlande… Parallèlement à sa carrière de musicien, il est coordinateur du département Jazz au Conservatoire de Lyon, professeur de contrebasse & basse électrique au sein de ce département.

p.3


Label LABORIE JAZZ 2012

photo : Jean-Baptiste Millot

Emile Parisien, saxophoniste, est né en 1982. A partir de 1993, il fait partie de la première promotion du collège « Jazz » de Marciac, où il fait l’apprentissage de la musique auprès de musiciens confirmés comme Pierre Boussaguet, Guy Laffitte et Tonton Salut. Au cours de ces années, il a la chance de côtoyer de grandes figures du jazz : Wynton Marsalis, Chris Mc Bride, Johnny Griffin ou Bobby Hutcherson lui donnent l’occasion de se produire auprès d’eux au festival de Marciac. A partir de 1996, il approfondit cet enseignement au Conservatoire de Toulouse, où il étudie la musique classique et contemporaine, avec notamment Philippe Lecoq. En 2000, Emile Parisien s’installe à Paris. Depuis, il se produit en France et à l’étranger avec, entre autres, Daniel Humair, Michel Portal, Jean-Paul Celea, Jacky Terrasson, Claude Tchamitchian, Yaron Herman, Gueorgui Kornazov, Rémi Vignolo, Manu Codjia, Hervé Sellin, Charlier/Sourisse, Christophe Wallemme, Paco Sery, Eric Serra, le Syndicate (Hommage à Joe Zawinul), Bertrand Renaudin… En 2004, il participe à la création du spectacle HIP 11, mêlant jazz et danse hip-hop. Cette même année, il affirme son identité artistique en fondant avec Julien Touery (p), Sylvain Darrifourcq (d) et Ivan Gélugne (b), Emile Parisien Quartet. Inspiré par les compositeurs du 20ème siècle comme par John Coltrane, Wayne Shorter ou Ornette Coleman, ce quartet donne un caractère expressionniste à sa musique, où prime l’improvisation. Repoussant les limites du concret, le groupe atteint grâce à la complicité des musiciens une expression très personnelle et résolument moderne. En 2007, Emile Parisien est élu Talent Jazz du Fond d’action Sacem pour 3 années consécutives, avec ce soutien, le Quartet enregistre ces trois disques chez Laborie Jazz, en 2007 , « au revoir porc-épic », en 2009, « Original Pimpant » et en 2011 « Chien Guêpe » tous trois unanimement salués par la critique généraliste et spécialisée. En septembre 2009, Emile Parisien Quartet reçoit le prix Franck Tenot, révélation de l’année aux Victoires de la musiques et devient Lauréat du programme Jazz Migration mis en place par l’Afijma. Ce groupe a aujourd’hui régulièrement l’occasion de s’exporter  sur le territoire européen (Allemagne, Suisse, Autriche, UK, Scandinavie). Actuellement, Emile Parisien  vient d’intégrer la nouvelle formation de Daniel Humair  « Sweet & Soour »  ainsi que le trio de Jean-Paul Celea avec Wolfgang Reisinger, puis participe régulièrement au projet – «Nebulosa» du contrebassiste portugais, Hugo Carvailhais. On peut également le voir aux côtés du tromboniste Gueorgui Kornazov ou dans le groupe «Syndicate» ex «Joe Zawinul Syndicate» pour rendre hommage à la musique de Joe Zawinul.

p.4


Label LABORIE JAZZ 2012

photo : Jean-Michel Péricat

« Il est des lieux propices à la réflexion, à la composition, à la création. C’est cette ambiance et ce lien que toute l’équipe de la Fondation La Borie souhaite offrir aux musiciens, que nous accompagnons lors de résidences, concerts et enregistrements…», Isabelle Depret-Bixio, Directrice Ce disque a été enregistré et édité à la Fondation La Borie en limousin, foyer de création pour la musique et les arts du son. Cette fondation reçoit le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Limousin), du Conseil Régional du Limousin, de la Communauté d’Agglomération de Limoges Métropole, du Conseil Général de la Haute-Vienne et du Club des Entrepreneurs La Borie-en-Limousin.

www.fondationlaborie.com et www.laboriejazz.com

p.4


Label LABORIE JAZZ 2012

Tracklist

photo : Jean-Baptiste Millot

Emile PARISIEN : Saxophones Daniel HUMAIR : Batterie Vincent PEIRANI : Accordéon Jérôme REGARD : Contrebasse Avec le soutien de :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

A Unicorn In Captivity Ground Zero Care 4   7A3 T2T3   Oppression Shubertauster Debsh Ground One Road To Perdition

05:56 05:22 06:17 05:14 03:09 03:29 06:12 07:04 04:53 06:37

TOTAL : 54’13 Produced by Laborie Records www.laboriejazz.com - +33(0) 555 318 484 Executive producers - Jean-Michel Leygonie Recorded at Studio Laborie by NICOLAS DENIS assistant CLEMENT METTAI Mixed by Philippe Abadie - with Vincent Peirani AND Émile Parisien - Mastered by PHILIPPE ABADIE Photos by Jean-Baptiste Millot - www.jean-baptistemillot.com Design by Jean-Louis Duralek - www.howcanyounot.com Painting by daniel humair Worldwide digital distribution: Abeille Musique www.abeillemusique.com/laborie abeilleinfo@abeillemusique.com Management : Marion Piras www.inclinaisons.com - +33(0) 608 421 388 REF. CD LJ19 LABORIE - FRANCE - 2012 p.5


Label LABORIE JAZZ 2012

DECOUVREZ TOUS NOS ALBUMS SUR QOBUZ EN CLICKANT ICI p.6


Daniel Humair - Sweet & Sour