Issuu on Google+

« O oè to oè rima »

Mai 2012

Email : techno.boutekka@laposte.net

EDITORIAL :

N°19

Ia Orana, Comme prévu, je vous livre le mensuel du mois de mai 2012 et vous laisse découvrir les différents articles rédigés par nos élèves.

« O oè to oè rima » Henri HIRO qui veut dire : « Ta main, c’est ton avenir »

DEFI LECTURE :

Faa’a VS Taaone

Un grand bravo à toute l'équipe pour la qualité de leur travail et leur régularité.

A toutes et à tous, Bonne lecture ! Le principal Les élèves très attentifs lors des consignes !

Dans ce numéro : Défi lecture

2

Sortie 4eDT à Moorea

2

Agenda du collège 21/05: Début des CC des 3ème 25/05: Arrêt des notes 5ème 29/05: Début des CC des 5ème

Nouvelle des 4e5

3

30/05: Réunion d’harmonisation des classes de 3ème sur le SCC, B2i et A2

AS. Du collège

4

01/06: Arrêt des notes 6ème et 4ème

RUBRICABRAC

5

04/06: Début des CC des classes de 6ème


« O oè to oè rima »

Mai 2012

Page 2

TE VE’A A FAA’A

Défi lecture : Faa’a rencontre Taaone Les élèves du collège Henri Hiro de Faaa ont affronté la 6ème Mirai du collège de Taaone dans le cadre du défi lecture 2012.

de Benoît Brise-fer, La rivière à l’envers, Nouvelles histoires pressées et la légende des trois cascades.

Taaone a remporté la victoire d’un point !

Les élèves étaient motivés, le match intense et le résultat serré.

Ensuite, les élèves ont piqueniqué sur la plage, ils ont fêté l’anniversaire de deux élèves et la journée s’est terminée par une baignade bien méritée dans le lagon paradisiaque de Moorea. Tous les élèves ont effectué une excellente prestation, ils ont répondu à toutes les questions, ils connaissaient bien les livres : Les requins, Les douze travaux

4eDT en sortie à Moorea

Tous ont profité pleinement de cette journée ensoleillée. Elèves de 6e


« O oè to oè rima »

Mai 2012

N°19

Page 3

Nouvelle : Cassandre des Tuamotu Les fous de bassan sont anormalement agités sur le motu Teaku. Horoi est surpris par leurs cris singuliers et leurs vols affolés, désordonnés. Le jeune homme a l’habitude d’emmener des touristes sur cette île aux oiseaux et d’ordinaire même les vacanciers et leurs appareils photo n’arrivent pas à perturber ainsi les oiseaux marins. C’est curieux. Horoi décide de rentrer plus rapidement que prévu au village. Décidément, rien ne se passe comme d’habitude aujourd’hui. Il a déjà remarqué un nombre anormal de poissons morts dans les parcs qui servent de viviers à sa famille et à présent la houle se fait forte. Il n’aperçoit même plus le pito de Mataiva. Il rejoint sa mère Roselyne et sa grande sœur Titaina qui préparent déjà le uru pour le dîner. Il leur fait part de son inquiétude. Il va faire mauvais temps, c’est sûr. Ont-elles écouté la météo à la radio ? Non, pas vraiment car son petit frère Tunui a sélectionné un programme musical. Horoi évoque alors des cours de SVT qu’il a suivis au collège de Rangiroa ; le professeur a sensibilisé sa classe à l’environnement et à tous les risques climatiques liés à la pollution. Roselyne se moque gentiment de lui. On lui a déjà fait le coup de la fin du monde en l’an 2000 et il ne s’est rien passé du tout. Titaina prend un malin plaisir à raconter Le jour d’après et 2012, films qu’elle a tant aimés quand elle était adolescente. Horoi décide alors de prévenir le maire mais celui-ci

l’écoute à peine. Ces histoires de montée des eaux et de risques écologiques sont des préoccupations de Popaa’a. Bien sûr qu’il a déjà vu à la télévision des reportages comme celui consacré à Tuvalu et à ses habitants qui seront peut-être les premiers réfugiés climatiques de la planète, mais Tuvalu c’est loin. Ce qui le rend soucieux, lui, c’est le prix au kilo du coprah qui ne cesse de chuter. Quel avenir a l’atoll si on ne paye pas le dur labeur des quelques jeunes qui acceptent encore de travailler le coprah ? Après avoir partagé une bière avec le maire, Horoi rentre chez lui. Demain, il devra se lever tôt, comme tous les jours, pour aller pêcher. Son sommeil est perturbé par le vent déchaîné. Il hésite à prendre la mer au petit matin, mais il faut bien nourrir sa famille et gagner sa vie. L’océan est très agité et Horoi se remémore le cyclone qui a submergé Mataiva en 1998. Il est sûr à présent que l’île va être frappée par la mer déchaînée et il ne pense plus qu’à mettre sa famille à l’abri dans l’école qui a été construite sur pilotis. Il est vaillant et sa foi en Dieu décuple son courage. Pourtant sa barque menace à tout instant de se retourner. Un déluge s’abat sur lui. Il ne voit plus rien, pas même le rocher de la tortue qui doit pourtant être à quelques mètres de lui. Il lutte encore d’interminables minutes contre la tempête, quand il devine plus qu’il n’entend la sirène du village. L’alerte a été donnée. La population va pouvoir trouver refuge à l’école,

« point culminant » de l’atoll si désespérément plat, proie si facile des vagues. Enfin à terre, il ne se préoccupe plus d’amarrer sa barque, son unique gagne-pain. Tout cela n’a plus d’importance. Le rivage a disparu, Horoi a de l’eau jusqu’au torse. Il fait jour à présent et il aperçoit les flots qui dévastent son village. La piste de l’aéroport est submergée. Les secours ne viendront pas de là. Il n’a pas la force ni le temps d’arriver jusqu’à l’école. Une vague d’une puissance inouïe l’arrache à son île. Sa dernière pensée va à son vieux père actuellement soigné à Tahiti. Sénile, d’après les médecins. Monomaniaque, assurément : il ne cesse de lire et relire l’épisode du déluge dans sa Bible et fatigue tout le monde en répétant inlassablement qu’un jour la population devra trouver refuge sur les flancs du Mont Aora'i qu’il voit de sa chambre d’hôpital. Note : Dans la mythologie grecque, Cassandre fut aimée d'Apollon, qui lui accorda le don de prophétie ; mais comme elle repoussa son amour, le dieu la condamna à prophétiser la vérité sans être crue. Nouvelle écrite par les 4e5 et Mme Matter


« O oè to oè rima »

Mai 2012

N°19

AS du collège :

Page 4

les footballeurs ratent de peu, le titre de champion de Polynésie

Mercredi 07/03/2012, se sont déroulées les finales du championnat de Polynésie de sports collectifs.

En Football, les minimes garçons, bien concentrés, réalisent un grand premier match, pour s’imposer 3-2 contre Afareaitu-mooréa, prenant ainsi leur revanche des ½ finales (défaite 1-8) Dans ce tournoi à 3, le second match oppose Afareaitu au collège de Faaroa-Raitéa, et se solde par une victoire d’Afareaitu (4-1). Ce résultat augmente les chances de titre de notre équipe, un résultat nul pouvant suffire, sur le dernier match, pour être sacré. Hélas, trop vite déconcentré, ils subissent la loi de Faaroa, pour

être mené 0-2 à la mi-temps. En seconde mi-temps, la chance ne nous souris pas : tout d’abord en revenant très vite à 1-2 puis en encaissant sur l’engagement le but de 1-3, ensuite en dominant outrageusement les 5 dernières minutes, revenant à 2-3, puis en ratant de nombreuses occasions d’égaliser. A la dernière minute une contre attaque permet à Faaroa de s’imposer 2-4. Avec une victoire chacune, les 3 équipes se partagent la 1ère place, départagées au goal-average, notre équipe termine 3ème. Avec une plus grande maitrise émotionnelle de l’événement, le titre était à notre portée. Rendez-vous est pris pour l’an prochain, fort de cette expérience malheureuse.

Tous les résultats sur le site de l’USSP : http://www.ussp.pf/ articles.php?lng=fr&pg=127

Les 11 finalistes : 4e4 : SANFORD Edouard, PAE Julio, PUNUA Brandon, TAEA Benjamin, TAMAKU Alphonse, TAMAHAEREHITI Ariitoa; 4e5 : HEIATA Maheanuu; 4e6 : ROBSON Houni ; 4e3 : TERIINOHOAPUAITERAI Heimana ; 5e1 : TAURU Aikau ; 5e6 : NUI Remy

Les 2 jeunes arbitres : 4e4 : MARAHITI Hiromana, POUIRA Marlène. L’équipe EPS


« O oè to oè rima »

Mai 2012

Rubricabrac Solutions (précédent numéro)

Enigmes (Mai) :

1) Trouve un nombre de cinq chiffres dont :

Arithmétique : Quelle est la moitié de 4 plus 4 ?

- Le premier chiffre est deux de plus que le second. - La somme du premier et du deuxième chiffre est le troisième et le quatrième chiffre. - Le dernier chiffre est un de plus que le quatrième chiffre et deux de plus que le troisième chiffre. La somme des cinq chiffres est 18.

Les 2 frères : Ce sont 2 frères qui sont nés le même jour de la même année, qui ont le même père et la même mère et pourtant ils ne sont pas jumeaux. Pourquoi ?

2) Tu peux compter sur tes doigts. Trois barbiers peuvent couper les cheveux de quatre hommes en vingt minutes. Question : Combien de temps prendront six barbiers pour couper les cheveux de vingt hommes?

Grande et discrète : Plus grande je suis, moins on m'aperçoit. Qui suis-je ? Toujours chaud : Je suis une nourriture toujours chaude, même un long moment au réfrigérateur ne peut me rendre froide, qui suis je ? Attention les pieds : Je suis sous terre, je suis volontaire mais ça dépend pour qui. ATTENTION si tu ne me trouves pas tu risques de périr. Qui suis je ?

Brooklyn 4eDT2

« Ma’a topata iti a’e a… » (Henri Hiro) Ne serait-ce qu’une goutte d’eau ! (eau = la connaissance)

Collège Henri HIRO BP 60200 FAA’A centre Tel : 803.400 Télécopie : 803.405

Directeur de la publication : P. MOU KAM TSE (principal du collège) Rédaction et Maquette : M. BOUTEKKA (professeur de technologie) Photos : Les professeurs …… et les élèves

REMERCIEMENTS Nos remerciements les plu s sincères à Monsieur le Ministre de l'Éduca tion, à Madame la Directrice de la DES, à Mo nsieur le Maire de la commune de Faa'a et son conseil, à Monsieur le président du CU CS, au commandant de la brigade de gendar merie de Faa'a, au chef de la police municipa le de Faa'a, à Monsieur le Directeur de Far e Tama Hau, à la cellule éducation à la san té, au centre d'alcoologie et toxicomanie, à la BPDJ, à l'association des parents d'élèv es et aux collègues du primaire et de lycées pour leur soutien et leur investissement.


Journal du collège Henri Hiro de Faa’a - Polynésie française n° 19