Issuu on Google+

LES CAHIERS DE L’AUTONOMIE N° 27 • avril 2013

Au service du citoyen

Chaque jour se présente bien Esch/Alzette Port Payé PS/610


Sommaire

Le mot du président

éditorial

3

HELP – 15 ans déjà Articles

Année Européenne des Citoyens

4

Un défi pour les communes

6

Esch : Ensemble pour le futur de notre ville

7

Personnes âgées – une préoccupation majeure de la Ville de Luxembourg

8

Une aide pour personnes en précarité

9

Le service Interprétariat Interculturel

11

La PATIENTE VERTRIEDUNG

12

Programme des activités et loisirs

14

Comité de rédaction : Les collaborateurs du réseau Help Editeur responsable : José Luxen, coordinateur général du réseau Help Adresse de rédaction : 54, rue Emile Mayrisch L-4240 Esch-sur-Alzette tél. 26 70 26

Paul Bach, Président du réseau HELP

Suite au décès de Monsieur John Castegnaro, président du réseau HELP depuis sa fondation en 1998, juillet dernier, HELP s’est doté d’un nouveau Conseil d’Administration présidé par Monsieur Paul Bach. Après 15 ans d’existence le réseau HELP démontre avec ses six partenaires que les activités en réseau permettent un accompagnement optimal des personnes fragilisées à domicile et une réponse flexible et adaptée aux attentes des patients et de leurs proches. Le développement futur du réseau et de ses activités s’inscrira dans la continuité des acquis des dernières années. La place de l’être humain dans la société restera la priorité dans tous les projets et démarches entamés par le réseau. A l‘occasion de l‘Année Européenne des Citoyens en 2013, la présente édition du Cahier de l’Autonomie portera sur la citoyenneté, donc sur la place de la personne fragilisée dans la société d’aujourd’hui et les services disponibles pour soutenir et favoriser l’intégration de la personne dans les relations sociétales. Je vous souhaite bonne lecture !

Graphisme : Alternatives Communication S.à r.l. Imprimerie : Imprimerie Centrale Photos : Réseau Help, banques d’images Tirage : 7 000 exemplaires Les Cahiers de l’autonomie paraîtront 4 fois par année. Le prochain Cahier paraîtra en septembre 2013 Les textes transmis sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs.

A propos de HELP Fondé en 1998, le réseau d’aides et de soins HELP emploie aujourd’hui, à travers ses membres, plus de 1 100 collaborateurs, répartis sur 21 antennes de soins et gère également 9 centres de jour, 4 clubs senior, 2 logements encadrés et un service d’activités et loisirs. Le réseau HELP assure la prise en charge de plus de 12 000 clients.

page 2


Le mot du président

HELP – 15 ans déjà

De gauche à droite :

Fabio Secci, secrétaire, Luc Gindt, administrateur, Paul Bach, président, Jose Luxen, coordinateur général, Michel Simonis, trésorier. Absents sur la photo :

Romain Biever, Serge Haag, Gust Stefanetti, administrateurs.

Le réseau HELP fut fondé en 1998. Alors qu’il faisait ses premiers pas surtout dans le Sud du pays, ce n’est qu’après la fusion des deux réseaux CAMUS et HELP en 2002 que HELP prit son envergure nationale.

qui à partir d’un certain degré de dépendance n’arrive plus à assurer seul le bien-être de son membre de famille.

Sous la présidence de John Castegnaro et par le biais de ses partenaires, HELP s’est établi comme un des grands réseaux nationaux d’aides et de soins à domicile, a multiplié ses antennes et mis en place un système d’appel et d’assistance 24 h / 24 et 7 j / 7 : HELP24.

A court terme HELP renforcera les liens avec ses partenaires pour améliorer et élargir l’offre de ses services. Dans un futur proche HELP développera de nouveaux supports technologiques afin de faciliter le quotidien des ses employés et de ses clients.

Présents dans plus de 35 structures de soins à travers le pays, le réseau Help se veut un service de proximité, proche de la personne fragilisée, offrant un accompagnement à forte connotation humaine. Le réseau compte aujourd’hui plus de 12 000 clients accompagnés par 1 100 salariés. En tant que nouveau président de HELP, j’aimerais mettre l’accent sur la continuité tout en tissant des liens avec des nouveaux partenaires afin d’améliorer encore la qualité et la diversité de l’offre du réseau HELP. L’orientation générale ne va donc pas changer. Le client et ses proches resteront placés au cœur des actions du réseau. Aujourd’hui déjà l’offre de HELP dépasse largement les offres d’un simple réseau d’aides et de soins à domicile.

Enfin HELP24, le système d’alarme et d’assistance 24 h / 24 et 7 j / 7 est né d’un besoin constaté sur le terrain et garantit une plus grande autonomie à ses utilisateurs.

Plusieurs projets sont en chantier pour soutenir les relations humaines, diminuer les charges administratives, favoriser la continuité des soins entre les établissements hospitaliers et le domicile et soutenir les aidants. Le dossier intégré du patient en est un exemple parmi d’autres. Ce dossier informatisé facilitera les démarches administratives quant au suivi et à la continuité des soins prestés au patient et le relais d’information, non seulement entre les différentes entités du réseau, mais également avec ses partenaires, dont par exemple les établissements hospitaliers. Prendre soin du client et de son entourage en offrant un service de qualité est notre raison d’être.

Vous avez besoin d’aide ? N’hésitez pas à nous contacter !

HELP propose avec ses partenaires une panoplie de services complémentaires qui permettent une prise en charge globale sans devoir changer de prestataire en cours de route. Les clubs seniors offrent une multitude d’activités récréatives, culturelles, artistiques, sportives et informatives qui permettent aux usagers de tisser de nouveaux liens sociaux et de préserver au mieux leur santé physique et psychique. Les foyers de jours qui assurent une prise en charge pendant la journée permettent aux clients de se retrouver dans un environnement bien encadré et aident à soulager l’entourage,

54, rue Emile Mayrisch L-4240 Esch-sur-Alzette

✆ 26 70 26 Fax : 26 70 26 70 www.help.lu email : info@help.lu Les cahiers de l’autonomie - n° 27 - avril 2013

page 3


Article

Comme chaque année...

Serge Kollwelter, membre du groupe de pilotage de l’Alliance pour l’Année Européenne des Citoyens

L’Union Européenne dédicace chaque année à une cause particulière que ce soit l’année du bénévolat, l’année du vieillissement actif ou encore l’année de la lutte contre la pauvreté. Ainsi, 2013 a été décrétée « Année du Citoyen ». Les années viennent et passent. Un peu d’activisme ici, une exposition par là et l’année prochaine se profile, et avec elle la cause suivante. Quelque part on a l’impression que tout cela n’est rien d’autre qu’une mise en scène savante de la Commission Européenne et du ministre luxembourgeois compétent concerné.

2013 : Année Européenne des Citoyens Assisterons-nous au même spectacle cette année ? Sans trop de conviction l’année a été lancée au niveau européen avec un budget qui est 10 fois moindre que celui de l’année précédente, celle du vieillissement actif. Si les années européennes sont généralement orchestrées par le gouvernement, il n’était toujours pas clair en février 2013 quel ministère était « compétent » pour cette année. A partir du mois d’octobre 2012 un large spectre d’organisations de la société civile se sont réunies dans le cadre de « Allianz2013 » et voulaient savoir qui était le partenaire au niveau du gouvernement. L’approche luxembourgeoise correspondait à une initiative passée qui avait réuni 50 réseaux européens dans le cadre d’une alliance pour cette année du citoyen avec l’élaboration d’un manifeste qui contenait les défis sur le plan européen. L’alliance luxembourgeoise s’est donnée comme mission d’élaborer un document adapté à la situation luxembourgeoise concernant la participation active dans la société et dans la politique. Ce document a été finalisé le 16 janvier 2013 par les partenaires de « Allianz2013 ».

page 4

Que des paroles ? Les préoccupations qui figurent dans ce document seront thématisées via des conférences et forums de discussions. Pour n’en nommer que quelques-uns : le débat sur la constitution se passe depuis des années derrière les portes fermées de la chambre de députés. Est-ce qu’une réforme de cette envergure ne devrait pas impliquer la population ou la société civile ? la participation des étrangers résidant au Luxembourg dans les processus de décisions pour remédier à un déficit démo cratique existant ; Amélioration de la loi sur la nationalité. Les différents textes et le calendrier sont disponibles sur le site www.alliance2013.lu tout comme les participations et prises de position des parlementaires européens luxembourgeois.

Oser plus de démocratie Une première initiative prometteuse a eu lieu le 29 janvier 2013 à la Chambre de Commerce avec la thématique « Quel droit électoral pour les étrangers ? ». Une enquête de TNS ILRES a montré qu’au sein de la population il existe un vaste consensus sur le principe de la participation de citoyens étrangers dans la conception législative, donc dans les élections parlementaires. Jusqu’à présent cette participation politique au plus haut niveau était liée à la nationalité luxembourgeoise. Mais l’accord de Maastricht 1993 représente une première avancée en direction des droits politiques sur base du lieu de résidence, ceci en raison du principe que tout citoyen est concerné par les décisions locales. Luxembourgeois ou pas, le souci du bien-être et de la qualité de vie concerne tout le monde et donc tout le monde devrait pouvoir participer à l’élection des responsables politiques. « Maastricht » a introduit le droit de vote communal pour les citoyens avec un passeport européen, le Luxembourg


l’a étendu à tous les étrangers – provenant d’un pays membre de l’UE ou non – qui habitent dans le pays.

Une autre initiative : Making Luxembourg Mais aussi le beau monde de Luxembourg a un côté obscure et il convient notamment d’analyser une xénophobie naissante dans ce sens. Elle se manifeste surtout via les réseaux sociaux sur Internet et sur Facebook. La police et le parquet sont néanmoins très vigilants et plusieurs « auteurs » xénophobes se sont déjà retrouvés devant les juges. Afin de prévenir cette évolution, une coalition s’est formée sous le nom de « Making Luxembourg », ceci sur l’initiative de l’ASTI avec son propre site internet – www.makingluxembourg.lu. Des t-shirts ou sweatshirt peuvent y être conçus sur mesure avec aussi une affirmation de sa propre identité multicouche. 100 % peuvent être attribués à trois qualités avec comme standard zéro pourcent de racisme. La somme qui en résulte est « 100 Prozent Lëtzebuerg ». Ainsi nos différences contribuent à créer notre unité !

Les cahiers de l’autonomie - n° 27 - avril 2013

page 5


Article

Créer des espaces de vie adaptés aux personnes âgées – un défi pour les communes

Emile Eicher, Président du Syvicol

Notre société vieillit progressivement. Le changement démographique attendu pose de nouveaux défis et demande une adaptation de nos habitudes, tout en offrant de nouvelles opportunités. Selon les estimations récentes du STATEC, plus de 25 pourcent de la population au Luxembourg aura plus de 65 ans en 2060, ce qui ne sera pas sans répercussions sur notre système de protection sociale. La politique communale devra-t-elle aussi tenir compte de ces projections car les communes sont l’instance politique la plus proche des citoyens. Pour faire face à l’évolution démographique, les communes devront créer un espace de vie adapté aux situations et aux besoins des personnes

page 6

âgées. La qualité de vie des séniors dépend aussi largement des conditions locales. Différents concepts directeurs sont nécessaires pour assurer la qualité de vie, l’autonomie et le maintien à domicile dans une société vieillissante. Une politique pour les séniors durable et orientée vers l’avenir devrait donc tenir compte des besoins des personnes âgées sur place ainsi que de leur potentiel et de leurs capacités. La politique pour les séniors touche de nombreux champs d’action communaux. Je suis convaincu que les communes sont prêtes à entamer une démarche transversale pour adapter leurs politiques locales. Aussi, un groupe de travail du Conseil supérieur des Personnes Agées vient d’élaborer un guide permettant aux communes d’orienter leur politique en vue de créer des espaces de vie devant assurer le bien-être des personnes âgées.


Article

Penser et décider ensemble le futur de notre ville

Vera Spautz, Echevine déléguée aux affaires sociales et au 3è âge de la ville d’Esch-sur-Alzette

Au moment où l’Année Européenne de la Citoyenneté a été préparée et promulguée par les instances dirigeantes de l’Union Européenne, la ville d’Esch-sur-Alzette a pris les devants et a décidé tant d’informer les citoyens que de les associer aux défis futurs de la Ville. En inaugurant fin 2012 la retransmission en direct des séances du conseil communal, les citoyens, qui jusque-là devaient se déplacer pour assister aux prises de décisions communales et aux débats qui les devançaient, ont la possibilité de suivre en direct toutes les séances du conseil communal. En plus, s’ils n’ont pas l’occasion d’être devant leur ordinateur ( être en possession d’un ordinateur est la seule condition requise pour pouvoir participer ) à l’heure de la séance du conseil communal ou s’ils désirent revenir sur les débats et discussions autour d’un projet spécifique, ils pourront soit consulter les archives vidéo, soit lire les comptes rendus de ces séances publiés sur le site internet de la ville d’Esch-sur-Alzette à l’adresse suivante : http://www.esch.lu/laville/viepolitique/pages/livestream. aspx/. Ils auront en outre la possibilité de consulter les points à l’ordre du jour du prochain conseil communal quelques jours avant la tenue de celui-ci.

+ De même, les responsables de la ville d’Esch-sur-Alzette ont décidé d’associer le citoyen eschois à l’avenir de leur Ville. En effet, dans le cadre des préparations du futur plan d’aménagement général ( PAG ), mais aussi au-delà de cette échéance et de manière récurrente, les Eschois sont invités à dialoguer avec leur administration pour concevoir ensemble le futur. Après avoir été à la rencontre des citoyens lors de deux invitations à discuter avec les responsables politiques, les citoyens eschois peuvent contribuer au futur de la ville en suggérant leurs idées à l’administration via le site internet dialog.esch ( http://www.esch.lu/dialog/Pages/default.aspx ). Comme ce fut le cas dans le passé lors de l’élaboration d’une politique pour la jeunesse ( le plan communal jeunesse ), la ville d’Esch-sur-Alzette enquête cette année auprès des personnes âgées, actuelles et futures, pour asseoir une politique en accord avec les besoins et désirs des personnes âgées. Cette enquête par questionnaire s’adresse aux personnes de 55 ans et plus et est aussi accessible par internet sous le titre évocateur de « A l’écoute du 3è âge » ( http://www.esch.lu/actualites/Pages/ Al‘écoutedu3eâge.aspx ). Les résultats de ces enquêtes et discussions avec les personnes concernées, ainsi que les professionnels du secteur, entreront dans l’élaboration d’un « plan d’action seniors » qui sera discuté avec les personnes concernées avant de faire l’objet de discussions et débats au sein du conseil communal en automne 2013. Notons aussi que les responsables politiques de la ville d’Esch-sur-Alzette ont l’habitude d’informer les riverains lorsqu’ils prennent la décision d’implanter des infrastructures dans leur voisinage. C’était le cas lors de l’implantation de la « Stëmm vun der Strooss » en 2004 dans la Grand’rue, en 2007 lors de l’ouverture d’un Foyer de Nuit pour sans-abris, ainsi qu’en 2012 lors de la décision de mettre en place un centre d’injection pour toxicomanes. Les expériences de dialogue et de sondage auprès des citoyens résidents ont toujours été satisfaisantes et l’échange qui a eu lieu nous oblige de continuer dans cette voie. Une décision politique sans consentement des citoyens et sans participation de ceux-ci ne nous semble pas viable durablement.

Les cahiers de l’autonomie - n° 27 - avril 2013

page 7


Article

Personnes âgées et / ou à besoins spécifiques – Une préoccupation majeure de la Ville de Luxembourg Soucieuse du bien-être de ses citoyens, la Ville de Luxembourg s’engage à garantir une haute qualité de vie et à faire participer tout un chacun à la vie en société : enfants, adolescents, adultes, personnes âgées ou à besoins spécifiques, luxembourgeois ou non. Bref, elle se veut une ville pour tous. Depuis de nombreuses années, la Ville de Luxembourg se prononce pour l’inclusion des personnes âgées et / ou à besoins spécifiques. Elle s’efforce de faciliter le quotidien de ces personnes et prévenir leur isolement, par des services adaptés à leurs besoins, une offre variée d’activités culturelles, sportives et sociales ou des actions de sensibilisation.

Téléalarme : vivre en sécurité 24 h / 24 et 7 j / 7 Depuis 1987, le Service Seniors offre un système de téléalarme aux seniors de la capitale, leur permettant de rester dans leur environnement habituel et d’émettre un appel d’aide en cas de besoin. Depuis peu une version mobile est également proposée, utilisable sur tout le territoire du Grand-Duché et garantissant une grande autonomie aux personnes âgées ou à besoins spécifiques. Cette offre est complétée par une gamme d’accessoires adaptés aux situations spécifiques : haut-parleurs, détecteur de fumée ou de fuite d’eau, détecteur de chute etc.

Logements pour personnes à besoins spécifiques Pour la Ville de Luxembourg, il est important que les seniors et personnes à besoins spécifiques puissent habiter le plus longtemps possible dans leur quartier de manière autonome. La Ville a déjà mis en place 143 logements adaptés équipés entre autres d’un ascenseur et d’une salle de bain spacieuse. La construction de logements supplémentaires est en cours.

Comité participatif pour la prise en compte des besoins spécifiques et groupes de travail Le Comité participatif pour la prise en compte des besoins spécifiques permet aux citoyens de la Ville de s’investir pour une amélioration du quotidien des personnes à besoins spécifiques page 8

et de s’impliquer activement dans la mise en place de projets et d’actions innovants. Depuis six ans, la capitale organise la « Journée de réflexion sur la situation des personnes à besoins spécifiques », pilotée par le Comité Participatif. Cette manifestation permet de rassembler les différents acteurs de ce domaine ainsi que les représentants des services communaux autour d’une table, afin de faire le point sur les réalisations achevées et de fixer les priorités pour l’année à venir.

Activités pour seniors : tout au long de l’année Tout au long de l’année, le Service Seniors organise des activités conviviales et divertissantes pour les personnes 60+ : déjeuners en société, thés et galas dansants, séances de cinéma, excursions, conférences, cours de cuisine. Des activités intergénérationnelles favorisant l’échange entre enfants, adolescents et personnes âgées sont aussi proposées.

Contact : Ville de Luxembourg Service Seniors – Françoise Walch, préposée 4796-2757 – fwalch@vdl.lu Direction des Affaires Sociales – Luc Federspiel, directeur 4796 -2757 – lfederspiel@vdl.lu Intégration et Besoins spécifiques – Madelaine Kayser, Chef de service 4796-4215 – makayser@vdl.lu

www.vdl.lu


Article

Une aide pour personnes en situation de précarité – les services de la Croix-Rouge luxembourgeoise

2013, l’Année Européenne de la Citoyenneté, poursuit l’objectif de favoriser une prise de conscience chez le public de ce qu’est la citoyenneté et des droits et devoirs associés. Par citoyenneté, on entend libertés fondamentales, participation politique et droits socio-économiques, tels que le droit à la santé ou le droit à un standard de vie adaptée comprenant entre autres une alimentation, un logement et des services sociaux adaptés. Toutefois, il n’est pas évident pour tout citoyen de jouir pleinement de ces droits par ses propres moyens. Le Luxembourg n’est pas épargné, le taux de risque de pauvreté est de 13,6 % et de 45,5 % pour les familles monoparentales. Dans ce contexte de la crise économique qui persistant, le nombre de ménages en situation de précarité augmente et il est d’autant plus important de travailler sur des mécanismes qui peuvent apaiser leurs situations. Il existe actuellement un certain nombre d’aides et services étatiques et communaux, ainsi que des services proposés par des organisations caritatives qui peuvent contrecarrer dans l’urgence, à court terme ou à plus long terme des situations de précarité. La Croix-Rouge intervient notamment au niveau des offices sociaux, propose des épiceries sociales et des aides matérielles, tels que meubles, équipement ou vêtements et dispose d’un fond de solidarité soutenant les personnes passant par les mailles du filet social.

Les offices sociaux Les offices sociaux collaborent avec toute personne, autorité ou service impliqué dans la gestion des personnes en situation de précarité afin d’aboutir à des actions coordonnées, concertées et durables au niveau de la prévention et de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. La fonction principale des 30 offices sociaux, dont 16 sont gérés par la Croix-Rouge luxembourgeoise est de donner lieu à une aide sociale individualisée, basée sur une évaluation précise de la situation du demandeur pour permettre à la personne de retrouver une situation

conforme et digne, ainsi que d’acquérir ou préserver son autonomie, pendant le laps de temps de leurs difficultés. Les offices sociaux proposent : ■ de

l’information, une guidance socio-éducative et un accompagnement social ; ■ une aide matérielle en nature ou en espèces en fonction de la situation individuelle ; ■ un logement d’urgence ; ■ une mise à niveau des assurances sociales.

Les épiceries sociales de la Croix-Rouge Les épiceries sociales « Croix-Rouge Buttek » fournissent aux personnes en situation de précarité des denrées alimentaires et produits d’usage quotidien, tels qu’aliments de base et produits frais, articles d’hygiène et produits d’entretien. Dans une logique de respect de la dignité et de responsabilisation des personnes, une participation financière de l’ordre d’un tiers du prix du marché est demandée aux bénéficiaires. Afin d’éviter les abus, seules les personnes dont le besoin a été constaté objectivement par les services sociaux sont autorisées à faire leurs achats dans les « Croix-Rouge Buttek ».

Les cahiers de l’autonomie - n° 27 - avril 2013

page 9


Témoignage Ana Maria, 48 ans, cliente au Croix-Rouge Buttek de Differdange. « Aller faire mes courses au supermarché est impensable alors qu’ici, à l’épicerie, je peux de temps en temps me faire plaisir et me permettre, par exemple, de prendre un peu d’huile d’olive. C’est important pour ma dignité de payer quelque chose. Pour 1,40 e, je repars avec un ananas, quatre yaourts mais aussi quelques vêtements d’occasion qui sont nouveaux pour moi, car je ne les avais encore jamais mis. L’accueil est chaleureux, on peut parler de tout, ça me rebooste. »

est de nature financière : en espèces ou indirecte ( règlement du loyer ou d’autres factures ). Elle peut être unique ou périodique et parfois urgente. L’aide financière doit toujours s’insérer dans un projet social et faire l’objet d’un suivi par un service social. Le fond de solidarité soutient les personnes vulnérables dont les revenus sont insuffisants pour subvenir aux besoins primaires, tels que se nourrir, se loger, se soigner ou encore pour honorer les prestations nécessaires au maintien à domicile.

Les objectifs des épiceries sociales sont : ■ lutter

contre la pauvreté des personnes en difficultés ; ■ renforcer la solidarité et le lien social ; ■ favoriser une nutrition équilibrée ; ■ lutter contre le gaspillage des denrées alimentaires. Bien plus que des magasins, les épiceries sociales constituent des espaces privilégiés de rencontre, d’échanges informels, d’information et d’éducation à la santé. Plusieurs points de vente peuvent être retrouvés à travers le pays : Differdange - Echternach - Rollingen ( Mersch ) et Weidingen ( Wiltz ), ainsi que Grevenmacher et à Clervaux ( ouverture courant 2013 ).

Aides matérielles : services « Meubles et Equipement » et « Vestiaires » Le service « Meubles et Equipement » collecte du mobilier et équipement ménager d’occasion auprès de la population et les redistribue gratuitement à des personnes dans le besoin. Le but étant de donner à des personnes et familles en situation de précarité, la possibilité de se procurer les meubles et appareils ménagers dont ils ont besoin pour organiser leur vie quotidienne. Les trois vestiaires de la Croix-Rouge, situés à LuxembourgVille, Esch / Alzette et Ettelbrück, collectent de leur côté des vêtements auprès de la population pour les redistribuer à des personnes dans le besoin, à revenu modeste, envoyées par les offices sociaux et le Ministère de la Famille.

Le fond de solidarité L’objectif du fond de solidarité est de pouvoir aider de manière ponctuelle des personnes vulnérables et en particulier celles qui sont déjà suivies par la Croix-Rouge dans des situations où d’autres structures sont défaut ou se révèlent insuffisants. L’aide page 10

Contact : Croix-Rouge luxembourgeoise Helpline: 2755 www.croix-rouge.lu

Email : info@croix-rouge.lu


Article

Le Service « Interprétariat Interculturel » – Faciliter l’accès à l’administration et aux soins de santé Edel Alvarez, Responsable du service « Interprétariat Interculturel »

Le Service « Interprétariat Interculturel » a été mis en place par l’ASTI en 2008 dans le cadre d’un projet cofinancé par le Fonds Européen des Ressortissants de pays tiers et l’Office Luxembourgeois de l’Accueil et de l’Intégration. Depuis, le succès rencontré auprès des bénéficiaires et utilisateurs ainsi que l’augmentation spectaculaire des demandes montrent le besoin et la pertinence d’une telle démarche dans le milieu médico-social au Luxembourg. Ces raisons ont amené l’ASTI à chercher un porteur de projet avec plus d’expérience et de savoir-faire dans le milieu de la santé au Luxembourg. Depuis le 1er janvier 2013, le service, repris par la Croix Rouge, est rattaché au Service des Aides et Soins. Le service compte une cinquantaine d’interprètes parlant plus de 25 langues. Ils ont suivi une formation aux techniques de la communication et à la gestion des codes culturels. Tenus au secret professionnel et respectant un code déontologique, ils assurent un interprétariat de qualité qui lie professionnalisme et confidentialité dans les entretiens.

Le service répond aux demandes émanant des organismes médico-sociaux et des administrations. Les prestations peuvent être demandées par déplacement ( l’interprète se déplace dans les services concernés ) ou par téléphone ( pour des urgences ou quand la présence d’un interprète n’est pas nécessaire ).

L’interprétariat en milieu médico-social permet de garantir l’égalité de tous les citoyens dans les domaines de la santé, du social et des administrations. Les citoyens bien informés peuvent faire valoir leurs droits et devenir des citoyens actifs, ce qui profite à toute la société.

Contact :

Les interprètes offrent une aide professionnelle dans la prise en charge de personnes ne parlant pas, ou très peu, une des langues officielles du pays et permettent aux professionnels d’exercer pleinement leur fonction.

Interprétariat Interculturel Service des Aides et Soins - Croix-Rouge luxembourgeoise 11, place Dargent L-1413 Luxembourg Tél. : 27 55 36 10 Fax : 27 55 36 11

Email : interpretariat@croix-rouge.lu Les cahiers de l’autonomie - n° 27 - avril 2013

page 11


Article

La Patiente Vertriedung asbl au service du patient

La Patiente Vertriedung asbl a été créée en 1995 dans une optique d’information et d’assistance des patients ou bénéficiaires de soins. L’action porte sur l’ensemble des problèmes administratifs, techniques, médicaux et de soins dans le domaine de la Santé et de la Sécurité Sociale. La PATIENTE VERTRIEDUNG asbl agit dans l’intérêt du patient et est au service du patient.

Les missions de la Patiente Vertriedung asbl : ■ proposer un service d’information qui renseigne le patient sur ses droits et devoirs ;

>

droit à l’information - Tout patient a le droit d’être informé dans un langage clair et compréhensible, afin de pouvoir donner son consentement éclairé. Le consentement est dit éclairé dans la mesure où le patient a reçu toutes les informations nécessaires pour qu’il comprenne à la fois sa situation et toute la portée de sa décision. Le patient a le droit de refuser ou d’accepter toute intervention diagnostique ou thérapeutique.

> l’accès au dossier - Le patient a un droit d’accès à son dossier individuel qu’il exercera en personne ou par l’intermédiaire d’un médecin qu’il désigne. >

le libre choix du prestataire de soins - Le patient a le droit de choisir librement son médecin et l’hôpital sauf en cas d’urgence. En cas d’hospitalisation, le patient a toujours le droit de faire appel à un autre médecin agréé dans cet établissement.

>

accès aux soins palliatifs - Tout patient a accès aux soins préventifs, curatifs ou palliatifs que requiert son état de santé, conformément aux données acquises au moment du diagnostic et / ou du traitement par la science et à la déontologie.

> en cas d’affectation incurable et terminale Lorsque la médecine ne peut pas guérir, et que la page 12

personne se trouve dans une situation médicale sans issue, et envisage de mettre fin à sa vie, une demande d’euthanasie peut être formulée par la personne à son médecin ou à ses proches. Il s’agit de donner, ou d’aider à donner, la mort à une personne atteinte d’une maladie incurable, pour abréger ses souffrances et sa période d’agonie.

■ organiser des conférences d’information publiques sur des sujets qui traitent des domaines de la santé et de la sécurité sociale et en particulier à des nouvelles méthodes diagnostiques ou thérapeutiques ; ■ proposer

un service d’assistance qui aide le patient dans ses démarches administratives et qui peut intervenir en cas de litige entre le patient et un prestataire de soins et / ou de services.

En cas de litige avec un prestataire de services, la Patiente Vertriedung asbl : ■ informe ■ étudie

le patient sur ses droits et devoirs ;

le dossier et donne un avis. Il est expressément entendu entre les parties que cet avis n’est pas à considérer comme un rapport d’expertise mais constitue uniquement une aide afin de permettre de décider de la démarche ou de l’action à entreprendre ;


■ intervient

auprès du médecin / prestataire de soins /autres autorités afin d’obtenir une prise de position et trouver une solution respectivement un arrangement à l’amiable. Dans la mesure du possible, la Patiente Vertriedung asbl essaye de rétablir le dialogue, d’aider les parties à élaborer par elles-mêmes un accord juste et raisonnable qui respecte les besoins de chacun et de trouver ainsi une solution aux problèmes rencontrés et leurs conséquences ou de convenir à un consensus. La Patiente Vertriedung asbl se propose d’accompagner les parties afin qu’elles puissent communiquer et s’exprimer le plus efficacement possible dans le but d’obtenir une meilleure compréhension. Selon les circonstances et les dispositions de chacun, un arrangement à l’amiable peut se faire par un remboursement des frais engagés, une prise en charge des frais pour rétablir l’état de santé, une expertise à l’amiable, une déclaration à l’assureur. Pour que ceci puisse aboutir, il est présupposé une commune volonté des parties de rechercher, de bonne foi, une issue amiable à leurs désaccords. La Patiente Vertriedung asbl n’assure pas d’assistance juridique et le patient reste toujours libre d’entamer les démarches qui lui sembleraient opportunes. En cas d’absence d’un arrangement à l’amiable, la Patiente Vertriedung asbl clôt le dossier.

Dans le but de garantir une continuation de qualité dans la prise en charge et améliorer constamment la qualité des prestations, une analyse et évaluation des prestations est primordiale. Ceci permettra de faire des suggestions et propositions afin d’améliorer les prestations en fonction des points faibles qui seront apparus. De ce fait, la Patiente Vertriedung asbl ne peut qu’encourager toute personne ayant vécu une mésaventure de le signaler aux responsables. Mais non seulement les mésaventures peuvent être signalées mais également les points de satisfaction, ceci permettra aux responsables d’avoir un « feedback » et de continuer dans le bon sens.

Contact : Tél. : 49 14 57 - 1 Fax : 49 14 58 Heures de permanence : Mardi - Mercredi - Jeudi : 09.00 - 11.30 / 14.00 - 17.00 hrs

Email : infos@patientervertriedung.lu Les cahiers de l’autonomie - n° 27 - avril 2013

page 13


Programme des activités et loisirs - 2è trimestre 2013 Important : Les dates et lieux des destinations sont susceptibles de changements en rapport avec des événements exceptionnels.

Avril

Juin

10 avril : Visite du Vitarium de Luxlait et promenade à Diekirch. Découverte du lait et des produits laitiers au fil des 45 stations interactives au Vitarium de Luxlait à Roost, suivi d’une promenade à Diekirch. 10h00-17h00. Le transport est assuré par « Emile Weber ».

3 juin : Excursion croisière d’une journée sur le bateau Princesse Marie Astrid (Grevenmacher – Saarbourg). Départ 11h00 à Grevenmacher. Retour 17h30. 2 heures d’escale à Saarbourg. Prix : 87,50 e repas inclus. Transport assuré par « Emile Weber » depuis différents lieux de départ. L’excursion est accessible pour personnes à mobilité réduite. Toutefois, l’escale à Saarbourg est réservée aux personnes valides. Une animation musicale est proposée aux personnes restant sur le bateau. Places disponibles : 180.

11 avril à 14h00 : Kino a Kaffi. Kinosch à Esch-sur-Alzette. Prix par personne : 8,50 e La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite. 17 avril : Fête de Printemps au Centre Culturel Helmdange de 11h30 à 17h30. Repas convivial, musique, animations et grande tombola. Si vous avez besoin d’un moyen de transport contactez-nous.

13 juin à 14h00 : Kino a Kaffi. Kinosch à Esch-sur-Alzette. Prix par personne : 8,50 e La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite.

18 avril à 14h30 : Kino mat Häerz. « Der Hauptmann von Köpenick » à la Cinémathèque Luxembourg-Ville. Prix par personne : 8,00 e.

20 juin à 14h30 : Kino mat Häerz. « Frühstück bei Tiffany » à la Cinémathèque Luxembourg-Ville. Prix par personne : 8,00 e.

25 avril à 14h30 : Kino mat Häerz. « Der Hauptmann von Köpenick » à la Cinémathèque Cloche d‘Or. Prix par personne : 8,00 e. La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite.

27 juin à 14h30 : Kino mat Häerz. « Frühstück bei Tiffany » à la Cinémathèque Cloche d‘Or. Prix par personne : 8,00 e. La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite.

Mai

Séjours de vacances

8 mai à 14h00 : Kino a Kaffi. Kinosch à Esch-sur-Alzette. Prix par personne : 8,50 e La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite. 15 mai : Fête Portugaise au Centre Culturel Helmdange. Repas convivial, musique, danse folklorique, animations et grande tombola. 11h30-17h00. 16 mai à 14h30 : Kino mat Häerz. « Les intouchables » à la Cinémathèque Luxembourg-Ville. Prix par personne : 8,00 e. 23 mai à 14h30 : Kino mat Häerz. « Les intouchables » à la Cinémathèque Cloche d‘Or. Prix par personne : 8,00 e. La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite. Pour plus d’informations sur nos activités et loisirs ou pour confirmer votre participation à une des activités proposées, contactez-nous à la Helpline HELP 26 70 26. page 14

3-10 mai : Séjour d’une semaine au Portugal. Porto, Nazare, Fatima et excursions (Bolsa Palais, Eglise San Francisco, Monastère du Bathalha, Monastère du Alcobaça, visite d’une cave à vin à Porto, croisière d’un jour sur Douro) Prix : 1755 e en chambre double. Supplément de 210 e en chambre simple. Places disponibles : 20, dont 3 pour personnes à mobilité réduite.

10-13 juin : Séjour de 3 jours à Blankenberge à l’Hôtel Saint Saveur en demi-pension. Une excursion sera également proposée. Départ le 10 à 09h00 de Howald Sud, et retour le 13 à 20h00. Prix : 600 e en chambre double. Supplément de 87 e en chambre simple. Prise en charge aller retour à domicile. Voyage en autocar. Places disp : 12 dont 3 pour personnes à mobilité réduite. 10-14 juillet : Séjour en Forêt Noire. Places disp : 12, dont 3 pour personnes à mobilité réduite. 18-25 août : Séjour à Steinach ( Autriche ). Places disp : 12 dont 3 pour personnes à mobilité réduite.


Cahiers de l'autonomie n27 - Au service du citoyen