Issuu on Google+

L’influence Sociale 1

UNIVERSITÉ DE BRETAGNE SUD LICENCE 1 SÉBASTIEN MEINERI


Introduction 2

La psychologie sociale est l’étude scientifique des effets des processus mentaux et cognitifs sur la manière dont les gens perçoivent, influencent et interagissent avec autrui »

(Smith et Mackie, 1995)


I. La normalisation 3


I. La normalisation 4

 Expérimentations princeps (Shérif 1935, 1965) 

La création de normes ?

Une situation sans norme pré- établie = l’effet auto- cinétique Un point lumineux projeté dans l’obscurité absolue donne l’impression de se déplacer, alors qu’il reste tout à fait fixe. La perception du déplacement varie d’un individu à l’autre.

Plus de 100 évaluations réalisées sur plusieurs jours


I. La normalisation 5

 Expérimentations princeps (Shérif 1935, 1965) 

Variable indépendante : « Ordre de passation » - Evaluation en situation d’isolement puis en situation de groupe - Evaluation en situation de groupe puis en situation d’isolement

Variable dépendante (mesure des résultats) - Dispersion intra- individuelle des estimations - Dispersion inter- individuelle des estimations - Dispersion inter- groupe des estimations


I. La normalisation 6

 Résultats Situation isolement puis situation en groupe « 1/ Isolement » 

- Faible dispersion intra- individuelle des réponses - Forte dispersion inter- individuelle des réponses « 2/ Groupe » - Faible dispersion intra et Inter- individuelle des réponses - Forte dispersion inter- groupe


I. La normalisation 7

 Résultats  Situation en groupe puis situation isolement 1/ « Groupe » - Faible dispersion inter- individuelle (convergence plus marquée) 2/ « Isolement « - Faible dispersion inter- individuelle des réponses - Forte dispersion inter- groupe des réponses


I. La normalisation 8

« Le fait que la norme ainsi établie soit propre au groupe indique

qu’il existe une base psychologique réelle aux affirmations des psychologues et sociologues selon lesquels des qualités nouvelles et supra-individuelles surgissent dans les situations

de groupe ». Shérif


I. La normalisation 9

 Montmollin (1966) 

Les réponses faites par les individus ont-elles toutes le même poids ?

Stimulus ambigu distinct de celui de Shérif - Estimez le nombre de pastilles présentées sur la plaquette ?


10


I. La normalisation 11

 Montmollin (1966)

- 20 groupes de sujets - 5 sujets par groupe - 10 présentations consécutives de 4 secondes  Résultats 

Convergence inter- individuelle par moyenne des estimations


I. La normalisation 12

 Montmollin (1967) 

Quelles opérations les sujets ont-ils effectués entre deux estimations? 

Distinction des groupes selon dispersion des réponses

 10 groupes à faibles dispersion

Moyenne de toutes les estimations

10 groupes à fortes dispersion Moyenne des estimations vraisemblables


I. La normalisation 13

 Conclusion 

Les résultats princeps sont généralisés

Le phénomène d’influence est social


I. La normalisation 14

 Définition commune et interprétations  « La normalisation se définit comme un processus graduel de convergence des opinions et comportements des membres d’un groupe aboutissant à une norme commune ».  Allport 

(1922) : Jugements collectifs de poids et d’odeur

Concession réciproques

 Moscovici 

Fonctionnement et cohésion du groupe

 Shérif 

(1972, 1985) :

(1935, 1965) :

Incertitude des réponses


II. La preuve sociale 15


II. La preuve sociale 16

 Quelques exemples … 

Milgram, Bickman & Berkowitz (1967) Un ou plusieurs individus marchent dans la rue, s’arrêtent et regardent en l’air… Et vous ?


II. La preuve sociale 17

 Quelques exemples … 

Milgram, Bickman & Berkowitz (1967)


II. La preuve sociale 18

 Quelques exemples … 

Milgram, Bickman & Berkowitz (1967)

Les rires pré-enregistrés

Les comptoirs,

Les corbeilles des églises, les chapeaux des artistes


II. La preuve sociale 19

 Définitions et conditions de fonctionnement 

Cialdini (1990) « L’un des moyens de déterminer ce qui est bien est de

découvrir ce que d’autres personnes pensent être bien ».


II. La preuve sociale 20

 Définitions et conditions de fonctionnement 

La similarité « Nous sommes plus disposés à suivre l’exemple d’un

individu semblable que d’un individu dissemblable »


II. La preuve sociale 21

 Définitions et conditions de fonctionnement 

La similarité - Hornstein, Fisch & Holmes (1968)

Vous trouvez un porte feuille dans la rue, qu’en faites vous ? Autrui semblable

Autrui dissemblable

70 %

33 %


II. La preuve sociale 22

 Définitions et conditions de fonctionnement

L’incertitude Une situation confuse, ambigüe … pour tous le monde ! 


II. La preuve sociale 23

 L’ignorance collective

où la malheureuse expérience de Kitty Génovèse

Des individus apathiques, égoïstes, l’indifférence, l’inhumanité, l’aliénation, La dépersonnalisation des grandes villes ?

Où plus simplement les 38 témoins ?


II. La preuve sociale 24

 L’ignorance collective selon Latané et Darley 

2 éléments La dilution de responsabilité  La preuve sociale 

« Un état dans lequel chaque individu conclut de l’impassibilité générale que tout va bien »


II. La preuve sociale 25

 L’ignorance collective selon Latané et Darley 

Latané et Darley (1970) : une crise d’épilepsie

http://www.canal-u.tv/video/les_amphis_de_france_5/la_non_assistance_a_personne_en_danger.3076

Sujets isolés

Sujets accompagnés

85 %

31 %


II. La preuve sociale 26

 L’ignorance collective selon Latané et Darley 

Latané et Darley (1970) : une étrange fumée

http://www.youtube.com/watch?v=KE5YwN4NW5o&feature=related

Sujet Isolé

Sujet Sujet accompagné accompagné de d’autres sujets compères


II. La preuve sociale 27

 L’ignorance collective selon Latané et Darley 

Latané et Darley (1970) : une étrange fumée

http://www.youtube.com/watch?v=KE5YwN4NW5o&feature=related

Sujet Isolé 75 %

Sujet Sujet accompagné accompagné de d’autres sujets compères 38 %

10%


II. La preuve sociale 28

 Le 16/11/ 1978

908 membres de la Secte du« Temple du peuple », basée à Jonestown en Guyanne et dirigé par Jim Jones se suicident


II. La preuve sociale 29

Pour finir sur une note plus agréable … http://www.koreus.com/video/experience ascenseur.html


III. Le Conformisme 30


III. Le conformisme 31

 Asch (1956, 1971) 

Critique des recherches sur la Normalisation  

Pas de réponses exactes Situations extrêmement rares dans la vie quotidienne

Expérimentations sur une évidence perceptive

Laquelle des 3 lignes A, B ou C correspond à la ligne étalon ? 


III. Le conformisme 32

 Asch (1956, 1971) 

  

123 sujets testés Groupes de 7 ou 9 individus dont 6 ou 8 compères Réponse par ordre établi à l’avance par tirage au sort… truqué 18 présentations dont 12 essais critiques (12/18)

http://www.dailymotion.com/video/x738r9_asch-experience-traduction_tech


III. Le conformisme 33

 Asch (1956, 1971) Variable indépendante : Passation isolée Versus en Passation en groupe 

Variables dépendante Fréquence de réponses erronées sur les 12 essais critiques 

 Résultats  0,08 % (1 erreur) en situation isolée  37 % (4,41 erreurs) en situation de groupe


III. Le conformisme 34

 Pourquoi les sujets se conforment-ils ? 

 

Distorsion de la perception Distorsion du jugement Distorsion de l’action

 Variantes 1/ Un compère ou un sujet naïf est introduit en 4ième position Compère  5% Sujet Naïf  10% 2/ Variation du nombre de compère (de 1 à 15 compères)


III. Le conformisme 35

 Résultats


III. Le conformisme 36

 Où comment le

conformisme peut donner naissance à une dictature …

http://www.bacfilms.com/site/lavague/


III. Le conformisme 37

 Réplications Crutchfield (1955, 1959) 

Des expérimentations moins coûteuses 

Sujets recrutés par 5 et placés dans des box individuels

 600 sujets testés    

Jugement perceptifs  30 % de conformisme Complétion de séries de chiffres  30 % de conformismes Jugements de taille d’objet  45 % de conformisme Affirmations excentriques  40 % de conformisme


III. Le conformisme 38

 Interprétations du conformisme

Cf : Allport (1924) et Moscovici (1972) : Déviance et Risque d’exclusion 

 Différents processus / niveaux de conformisme 

Kelman (1971) • La complaisance : • L’identification :

• L’intériorisation :


III. Le conformisme 39

 Différents processus / niveaux de conformismes 

Newcomb (1943)

Une observation dans le collège de Bennington Niveau d’étude 1ière année Candidats :

2ème année

3ème année

Étudiantes

Parents

Étudiantes

Parents

Étudiantes

Parents

Landon (républicain)

62 %

66 %

43 %

69 %

15 %

60 %

Roosevelt (démocrate)

29 %

26 %

43 %

22 %

54 %

35 %

Thomas (PS)/ Broder (PC)

9%

8%

14%

9%

31 %

4%


III. Le conformisme 40

 Différents processus / niveaux de conformismes 

Newcomb (1943)

Une observation dans le collège de Bennington -24 ans plus tard Candidats

Anciennes étudiantes du collège Bennington

Femmes du même âge et du même milieu social

Kennedy (Démocrate)

60 %

30 %

Nixon (Républicain)

40 %

70 %


IV. L’Influence minoritaire 41


IV. L’Influence minoritaire 42

 Un point sur les différents types d’influences 

Deutsch et Gerard (1955) : 1ière distinction

• Influence normative : éviter le conflit • Influence informationnelle : valider sa réponse


IV. L’Influence minoritaire 43

Besoin de certitude

Besoin d’acceptation et d’approbation d’autrui

Incertitude subjective Besoin d’information pour réduire l’incertitude

Influence Informationnelle Comparaison sociale

Pouvoir d’autrui de récompenser ou de punir

Influence normative Conflit entre son opinion et celle des autres

Internalisation Complaisance

Acceptation publique et privée Désaccord privé

Acceptation publique


IV. L’Influence minoritaire 44

 Quid du traitement cognitif des types d’influence 

Piaget (1932) 

Ressources attentionnelles limitées  focalisation sur un seul objet

2 modalités d’élaboration du conflit socio-cognitif négativement interdépendantes Elaboration socio- relationnelle (Asch)  Elaboration socio- épistémique (Shérif) 


IV. L’Influence minoritaire 45

 L’influence minoritaire selon Moscovici (1969) Désaccord avec une majorité Désaccord avec une minorité

==>

Focalisation sur les risques de déviance

==>

Décentration des risques de déviance

==>

Elaboration sociorelationnelle

==>

Influence manifeste

==>

Elaboration socioépistémique

==>

Influence latente


IV. L’Influence minoritaire 46

 Moscovici et Lage (1975) 

Paradigme Bleu –Vert Indiquez la couleur des diapositives qui vont vous être présentées !


47


IV. L’Influence minoritaire 48

 Moscovici et Lage (1975) 

6 diapositives à 6 reprises

Groupes de 6 personnes

2 VI : 

Statut numérique de la source • Majorité : 4 compères et 2 sujets naïfs • Minorité : 2 compères et 4 sujets naïfs

Consistance de la source • Consistante : Réponse erronée systématique • Peu consistante: Réponse erronée 2/3


IV. L’Influence minoritaire 49

 Moscovici et Lage (1975) 

4 conditions expérimentales :    

Une majorité consistante Une majorité inconsistante Une minorité consistante Une minorité inconsistante

2 VD Niveau manifeste : fréquence des réponses erronées  Niveau latent : test de discrimination des couleurs 


IV. L’Influence minoritaire 50

 Résultats 

Niveau Manifeste Consistante

Inconsistante

Influence Majoritaire

40.16%

10.07%

Influence Minoritaire

12.07%

0.75%


IV. L’Influence minoritaire 51

 Résultats 

Niveau latent Consistante Inconsistante Infl uence Majoritaire

Non

Non

Infl uence Minoritaire

Oui

Non


IV. L’Influence minoritaire 52

 Résultats  Commentaires 

Les majorités exercent davantage d’influence manifeste que les minorités  Risque de déviance élevé

les sources consistantes exercent davantage d’influence que les sources inconsistante  Intensité du conflit élevée

La minorité consistante est la seule à produire de l’influence latente  Risque de déviance faible et Intensité du conflit élevée 

Processus d’objectivation « Redéfinition de l’objet de façon à le rendre moins conflictuel »


IV. L’Influence minoritaire 53

 Moscovici et Personaz (1981) 

Réplication des résultats avec effet consécutif des couleurs


IV. L’Influence minoritaire 58

 Moscovici et Personaz (1981) L’influence minoritaire donne lieu à un effet de conversion : « Processus subtil de modification cognitive ou perceptive par lequel une personne continue à donner sa réponse usuelle tout en adoptant implicitement les réponses d’autrui »


IV. L’Influence minoritaire 59

 Conclusion Plusieurs formes d’influence existent, qui contribuent tour à tour à faire émerger et à diffuser des courants de pensée, des opinions, des modes… 

Quelques exemples historiques de l’influence minoritaire  Les

femmes et l’avortement, le droit de vote, la réussite professionnelle, …  Les scientifiques  Le logiciel libre


IV. L’Influence minoritaire 60

 Un classique du cinéma http://www.dailymotion.com/video/xjrfes _12-hommes-en-colere-bande-annoncevf_shortfilms


L1 ASS CM3 4 Influence sociale