Page 1

Jeux ÉVÉNEMENT

Action/Infiltration

Assassin’s creed 2 Plus que jamais vitrine du savoir-faire d’Ubisoft, Assassin’s creed revient pour une nouvelle aventure au cœur de la Renaissance italienne, avec une variété Hervé Cabibbo d’actions revues à la hausse.

S

uperbe et spectaculaire, le premier volet d’Assassin’s creed avait fait l’unanimité, malgré des aspects répétitifs. Il s’agissait d’assassiner neuf templiers à Jérusalem, SaintJean-d’Acre et Damas, au temps des Croisades,

avec au final très peu d’à-côtés. Avec ce nouvel épisode, les studios d’Ubisoft Montréal mettent le paquet et, du coup, réalisent quasiment un sans-faute, faisant presque passer le premier pour un brouillon. Une multitude de quêtes (escorte, espionnage, vol, remise de courriers, course chronométrée...) vient en effet s’ajouter aux missions principales d’assassinats, initiant parfois ces dernières. Elles permettent réellement de varier les plaisirs pour profiter à fond du nouveau terrain de jeu, à l’époque de la Renaissance : les villes de Florence, Venise,

 RIP Medicis, Borgia, Pazzi, vous croiserez

d’illustres familles dont certaines ne survivront pas à vos attaques.

 MACHINE VOLANTE Leonard de Vinci,

un précieux allié d’Ezio, lui met ses inventions à disposition, comme la machine volante.

 TÊTE DE GONDOLE Les déplacements

en gondole, c’est plus discret ! A condition de virer le gondolier d’abord. L’AVIS DE LA RÉDACTION

ON AIME

La richesse de l’ensemble, la reconstitution des plus belles villes d’Italie, la narration améliorée, l’aspect économique qui fait son apparition.

 VA BENE Ezio dispose désormais d’une double lame

cachée dans ses avant-bras. Deux fois plus de victimes...

Forli, San Gimignano, les campagnes toscane et romagne et le Vatican.

ACHETER Surtout, elles sont l’occasion de gagner des sommes d’argent, puisqu’un aspect économique a été introduit dans le jeu. Car régulièrement, il est nécessaire de rendre visite aux forgerons pour réparer ou acheter de nouvelles pièces d’armure, aux médecins pour se refaire une santé et se procurer remèdes et poisons, aux tailleurs pour acquérir de nouvelles sacoches (pour munitions ou couteaux) et même aux marchands d’art,

qui ont en rayon de quoi embellir sa villa. Bon point aussi, la structure narrative repensée pour être totalement recentrée sur l’assassin Ezio Auditore, jeune noble florentin, qui jure de se venger après l’exécution de sa famille. Et l’on suivra ses péripéties avec un intérêt certain, d’autant qu’une multitude d’informations sont fournies sur le contexte de l’époque : histoire des bâtiments célèbres et des personnages glorieux (et ils sont nombreux !), que l’on croisera. Les possibilités de combats ont été en plus améliorées, notamment par l’ajout d’ar-

ON N’AIME PAS

L’introduction un peu longue. MENTION TRÈS BIEN

 PLONGEZ ! Echapper à ses poursuivants est plus facile

à Venise qu’ailleurs : il y a de l’eau partout.

mes et d’accessoires (grenades fumigènes et pistolets, par exemple).

SE CACHER Le reste est comparable au premier volet. Pour réaliser ses missions, Ezio grimpe sur les points les plus élevés des villes pour voir s’afficher sur sa carte les marqueurs de quêtes, puis choisit pour se rendre à un point donné les rues noires de monde,

ou les façades et les toits en s’agrippant aux fenêtres, balcons, échafaudages... Dans tous les cas, il s’agit surtout d’éviter de se faire remarquer par les gardes qui, bien évidemment, sont partout. Dans cette optique, des factions (voleurs, mercenaires, partisanes), qui peuvent être recrutées pour faire diversion, ont été rajoutées par les concepteurs.

 VISION D’AIGLE 66 points, églises et clochers peuvent être

escaladés, permettant de divulguer une partie de la carte.

Et chaque groupe de citoyens constitue aussi une cachette provisoire. Deux nouveautés supplémentaires qui facilitent les choses. D’ailleurs, la difficulté semble un peu revue à la baisse même si les épisodes de plate-forme dans les soussols des différentes villes (les tombeaux d’illustres assassins) peuvent donner du fil à retordre. En-

fin, c’est surtout, et une fois de plus, le travail colossal réalisé sur la partie graphique qui saute aux yeux. Précisément, la reconstitution des villes et des bâtiments encore plus importante que celle réalisée il y a deux ans. Plus varié, plus riche, plus généreux, plus vaste et donc toujours aussi beau, en un mot, foncez ! 

A partir de 18 ans Editeur : Ubisoft www.assassinscreed.com Testé sur Xbox 360. Disponible aussi sur PS3 (70 euros), et en mars prochain sur PC.

70 €

 Assassin’s

creed : Bloodlines

74 Micro Hebdo n° 607 • Jeudi 3 décembre 2009

Et aussi…

Exclusivement sur PSP, cet épisode qui se déroule à Chypre (avec le premier héros, Altair), nous propose une expérience de jeu assez fidèle à celle proposée par ses grands frères. Même si ses décors sont moins spectaculaires et moins « habités ». Une version « light » en somme. Au niveau du scénario, il se situe à la jonction des deux Assassin’s creed. Prix : 30 euros

Micro Hebdo n° 607 • Jeudi 3 décembre 2009 75

MicroHebdo_AssassinsCreed2_031209  
Advertisement