Issuu on Google+

ON EN REPARLERA

DÉCODAGE

Les 7 chiffres clés de…

DILMA ROUSSEFF ERALDO PERES/AP/SIPA

La présidente brésilienne

14 décembre 1947 Naissance 56,05 % Son score au second tour de à Belo Horizonte de Dilma Vana Rousseff. Son père Pedro Rousseff est un avocat originaire de Gabrovo en Bulgarie. Après avoir beaucoup voyagé en Europe et en Amérique du Sud, il s’installe au Brésil à la fin des années 1930 et y rencontre Dilma Coimbra Silva, la fille d’un éleveur du sud du pays. Ils ont eu trois enfants. Dilma est la cadette.

22

Le nombre de jours de l’année 1970 où elle a dû endurer la torture. Quand elle est arrêtée sous la dictature, Dilma Rousseff a alors 22 ans et elle est militante de l’organisation Comando de libertação nacional (Colina). Elle est condamnée à deux années de prison, qu’elle purge à Rio de Janeiro. Une photo de la jeune militante face à ses juges militaires est révélée en 2011 par un journaliste chargé de la biographie de la présidente.

2 Le nombre de ses mariages – et de ses divor-

ces. Elle épouse en 1968 le journaliste Cláudio Galeno de Magalhães Linhares. Ce dernier et Dilma Rousseff sont engagés dans le mouvement trotskiste Política operária (Polop) qui deviendra ensuite le Colina. Ils divorcent l’année suivante. Dilma épouse dans la foulée un militant communiste du nom de Carlos Araújo, dont elle divorce en 2000. De cette union naît en 1974 sa fille unique, Paula.

32

l’élection présidentielle, le 31 octobre 2010, où elle terrasse son adversaire social-démocrate José Serra. Plus de 55 millions de Brésiliens ont voté pour elle. Dilma Rousseff est la femme qui a reçu le plus grand nombre de suffrages au monde.

36 Au 1

er janvier 2011, date de sa prise de fonction, elle devient le 36e président de la République fédérative du Brésil et la première femme à occuper ce poste dans le pays. Au classement Forbes 2011 des femmes les plus influentes, elle est troisième derrière Angela Merkel et Hillary Clinton.

7

Le nombre de ses ministres « démissionnés » depuis le 1er janvier 2011. Six d’entre eux l’ont été dans le cadre de sa politique anticorruption. C’est le chef de la Maison civile (poste comparé à celui de Premier ministre) qui a ouvert le bal en juin 2011, suivi des ministres des Transports, de la Défense, de l’Agriculture, du Tourisme, des Sports et du Travail.

59 % Sa cote de popularité un an après son

entrée en fonction. L’image personnelle de la présidente brésilienne s’est aussi considérablement améliorée auprès des Brésiliens. Elle est jugée « décidée » à 72 %, « très intelligente » à 80 % et « sincère » à 70 %. ■ HERVÉ CABIBBO

La revue no 21 Avril 2012

032-000 RV21 OER 08 Sept chiffres.indd 32

20/03/12 16:32:46


LaRevueRousseff