Issuu on Google+

HBA Webzine

de

P h oto g r ap h i e s A r g e n t i q u e s

Cecile Suarez // Troncs • Bertrand Cavalier // Saisonnière • Emanuela Meloni // Cinquantesept-mille-six-cent • Antoine Séguin // Les Allées du Château • Vincent Verrechia // Écritures • Delphine Jourdan // Habiter • Le Mouvement Urgent du Regard (M.U.R.) n°4, Hiver

2013

Photo-Argentique.com


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

// Edito

Noël Argentique Ce nouveau numéro de HBA, placé sous le signe hivernal du skieur de Bertrand Cavalier, dont vous découvrirez les images sobres et imposantes plus loin, rassemble à nouveau une sélection de jeunes photographes travaillant en argentique. De la manipulation et l’altération de la matière de la pellicule, chez Vincent Verrecchia, la rectitude méticuleuse des intérieurs de Delphine Jourdan, aux troncs d’arbres mis à nu de Cécile Suarez, en passant par les chantiers pavillonnaires d’Antoine Séguin et les regards sans fond des mineurs d’Emanuela Meloni, nous avons voulu proposer une sélection toujours aussi éclectique de travaux, avec pour seul critère la qualité et l’originalité plastique des démarches photographiques. Il faudra aussi saluer ici l’investissement de ceux qui se sont prêtés à notre exercice d’écriture, fournissant encore une fois des analyses poétiques et clairvoyantes des différents projets. En vous souhaitant de (fraîches) découvertes.

Clément Gérardin

En couverture : Bertrand Cavalier, extrait de la série Saisonnière ©Bertrand Cavalier.

Edité par le site internet Photo-Argentique.com

3


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

// Sommaire

Edito...3 Cecile Suarez // Troncs....6 Bertrand Cavalier // Saisonnière..18 Emanuela Meloni // Cinquante-sept-mille-six-cent..36 Antoine Séguin // Les Allées du Château.....51 Vincent Verrecchia // Écritures.......................................................................63 Delphine Jourdan // Habiter....................................................78 Le M.U.R (Mouvement Urgent du Regard)..........................................................88 Biographies...106

5


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

// Portfolio

L

Tron cs Cec ile S uarez

a nature. L’arbre. L’espace. La durée. Eléments maintes et maintes fois abordés par des artistes photographes comme Ansel Adams, Mark Power, et même Werner Bischof. Et pourtant Cécile Suarez arrive à leur donner un nouveau souffle  : de la fraîcheur et du modernisme. Dans cette tentative de mettre à plat un système de communication par les arbres, Cécile Suarez nous offre avec cette série un compte rendu d’expériences troublantes. Avec une mise en scène minimaliste mais colorée, ses photographies révèlent une certaine instantanéité  : Comment les arbres (vivants ou morts), l’herbe et l’homme se partagent-ils l’espace  ? Comment cohabitent-ils  ? Quelles en sont les conséquences ? Vincent Verrecchia

Q

uand on contemple ces images, on est avant tout retenu par la beauté graphique des cadrages, ainsi que par l’aspect sculptural des troncs que Cécile Suarez photographie. La lumière, le discret coup de flash qu’elle y appose, théâtralise le lieu, plaçant l’image dans un oscillement précaire entre scène de crime et éclairage de cinéma. Mais à travers cette élégante théâtralisation du réel, la photographe nous montre en sous-main l’impact de l’homme sur son environnement, par le geste brutal et violent de l’élagage. Cécile Suarez pose un regard constatatif sur ces troncs mis à nu, moignons d’os surgissant du sol et brutalement interrompus dans leur élévation par le geste de l’homme. Clément Gerardin

7


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

8


// HBA - CĂŠcile Suarez - Troncs

9


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

11


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

12


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

15


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

Cecile Suarez

Plus d’infos sur : www.cecile-suarez.com contact : cecile.suarez@hotmail.fr toutes les photos ŠCecile Suarez

17


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

// Portfolio

Sais o n ni è re

Ber trand Caval ie r

E

n contemplant les sommets majestueux, emprunts de calme et d’harmonie présents dans les images de Bertrand Cavalier, nous ne pouvons que penser aux photographies exaltantes d’Ansel Adams, faites dans la Yosemite Valley ainsi que celle de ses prédécesseurs dans l’Ouest américain, Timothy O’Sullivan, Carlton Watkins ou encore Edward Muybridge. Et c’est bien dans cette tradition romantique et exaltante du paysage que Bertrand Cavalier puise une partie de ses influences. Par l’usage de la chambre photographique et du moyen format argentique, pratique nécessitant à la fois un long temps d’installation et de cadrage, à la mesure de la solennité et de l’immobilisme imposant de ces paysages d’altitude, il s’inscrit dans cette tradition de la photographie de hautemontagne, se faisant successeur en quelque sorte des frères Bisson, et photographiant, quelques cent cinquante ans plus tard le même massif des Alpes. Mais le photographe montre surtout la colonisation urbanistique galopante qui a surgi des montagnes vierges en moins d’un siècle. il met en lumière dans Saisonnière la prolifération des stations de ski, hôtels

géants, remonte-pentes et autres téléphériques qui sont à présent des constantes urbanistiques dans les montagnes occidentales. Des montagnes qui se font le lieu par excellence d’un tourisme bourgeois, au même titre que les stations balnéaires de bord de mer, qui par nature sont des espaces saisonniers, vecteurs d’activités humaines dépendant uniquement du temps et du climat. Constituant une exploitation extrêmement ponctuelle du paysage, ces installations et stations saisonnières, à la fonction purement commerciales, laissent néanmoins une empreinte définitive dans l’espace, une altération du lieu visible tout au long de l’année. En photographiant ces lieux « en-saison » et « horssaison », Bertrand Cavalier appuie précisément sur le caractère ambivalent du regard occidental sur les paysages de montagne  : à la fois inaccessibles, romantiques et déserts, ou proprement colonisés par l’homme aux fins de pratiques purement récréatives. Clément Gerardin

19


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

21


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

22


// HBA - Bertrand Cavalier - Saisonnière

23


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

24


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

27


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

28


// HBA - Bertrand Cavalier - Saisonnière

29


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

31


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

32


// HBA - Bertrand Cavalier - Saisonnière

33


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

Bertrand Cavalier

Vous retrouverez également cette série dans les pages du prochain numéro du magazine The Mody , ainsi que dans le numéro 3 de Of the afternoon. Plus d’infos sur : www. bertrandcavalier.com ainsi que sur le site de son Collectif : www.lagrotte.be contact : bertrand.cavalier@lagrotte.be toutes les photos ©Betrand Cavalier

35


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

C i n q uan t e s ep t - m i l l e - s i x ce n t Emanue l a Me l oni

C

inquante-sept-mille-six-cent est un projet qui parle d’un noir profond, celui du centre de la terre, et d’un blanc aveuglant, celui de la lumière du jour, du soleil du Sud, trop fort pour des yeux habitués au sombre. C’est un projet qui parle du temps, le temps que ces derniers mineurs d’Italie passent dans l’obscurité et le silence des tunnels. 57.600 sont les heures que les mineurs passent en sous-sol pendant trente ans de leur vie. Au début du vingtième siècle, la Sardaigne était une terre d’accueil privilégiée pour les immigrés qui se destinaient à travailler dans les mines. Pendant la période fasciste, aux alentours de 1938, une ville entière, inaugurée sous le nom de Carbonia, la ville du charbon, a été dessinée et pensée pour les mineurs qui venaient travailler dans la région.

Emanuela Meloni

36

I

l y a ces visages, plissés de rides prématurément acquises, texturés par la gravité témoignant du poids des années de labeur. Les portraits d’Emanuela, directs, sans apprêt, ont la dureté d’un Noir et Blanc sans concession, celui-là même qui rappelle la crudité de la lumière du Sud dont sont issues ces rencontres. Eux ne dégagent rien de pathétique, ils ont la sobriété d’une grande résistance à l’effort, l’élégance naturelle de leur condition. L’empathie ne trouve son fondement que dans l’Histoire qu’on leur prête, dans la douleur qui s’associe nécessairement au déroulement d’un tel trait biographique. C’est un récit de vie qui se devine derrière l’écran que forment leurs faces ; il convoque l’imaginaire, suscite la projection, contraint au respect. Comme la photographe le


// HBA - Emanuela Meloni - Cinquante-sept-mille-six-cent

// Portfolio

signifie avec justesse « Être mineur, et l’être en Sardaigne, signifie beaucoup plus que simplement travailler pour gagner son pain ». Néanmoins, cette vision enrichit l’hommage à toute une génération, comme si l’aura de chaque individualité rappelait l’interconnectivité des êtres en leur époque, s’inscrivant comme l’emblème d’une profession. Il semble que cette confrontation serait identique si l’on suivait un tunnel d’où l’on tenterait d’extraire les habitants : mutique, brutale, bouleversante. C’est leur grand silence qui ancre ces figures dans une réalité intemporelle, offrant tour à tour leur platitude à l’ultraprésence du médium photographique et à l’inébranlable héritage du portrait

comme avatar. Un acte de portrait qui a la qualité d’être puisé aussi profondément que cette tranche de vie, couche de sédiments, et qui donne à voir des paysages souterrains comme autant de mondes perdus. Une progression s’établit à travers cette matière d’encre, grâce à un fil aux allures de corde raide, et alterne l’expérience claustrophobe de la nuit perpétuelle avec l’espoir des lumières qui dansent au-devant. Est-il pertinent d’ajouter le détail documentaire à l’univers ainsi introduit...? Les sensations se dégagent, prennent leur dimension palpable, construisent le récit de ce(ux) que renfermait l’invisible.

Hélène Canaud

37


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

38


// HBA - Emanuela Meloni - Cinquante-sept-mille-six-cent

39


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

40


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

42


// HBA - Emanuela Meloni - Cinquante-sept-mille-six-cent

43


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

44


// HBA - Emanuela Meloni - Cinquante-sept-mille-six-cent

45


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

47


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

Emanuela Meloni

Plus d’infos sur le site de l’ENSP : www.ensp-arles.com/exhibit.php?id_ user=325 Ainsi que sur celui de l’Été photographique de Lectoure: www.centre-photo-lectoure.fr/pages_ ete13/ete13_meloni.html contact : meloni.emanuela@gmail.com toutes les photos et textes ©Emanuela Meloni

49


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

// Portfolio

L es A l l é e s d u C h ât e au A ntoi ne Sé gui n

“E

n ville, plus que partout ailleurs, ce sont les paysages, les machines et les objets qui parlent le mieux des gens, mieux que les gens eux-mêmes.” Bruce Bégout dans Suburbia

E

ncore un nouveau quartier est en train de naître en France, une extension de la ville au-delà de ses limites. Au fond, cela n’a pas vraiment d’importance, ce phénomène banal est devenu répandu. Il en dit beaucoup sur nous, nos habitudes et notre société. Les routes bétonnées décorent le devant des maisons et grignotent subrepticement du terrain sur une campagne toujours palpable. Il faut construire. Au Maroc, le phénomène est d’autant plus visible que les nouveaux espaces de vies sont construits au milieu du désert, comme autant d’oasis de béton coloré. En France, nous nous sommes accoutumés à voir nos campagnes se transformer, à découvrir la forêt qui reprend ses droits sur les champs cultivés à l’abandon. A voir surgir des maquettes de maisons aux profils identiques et aux couleurs standardisées. Une architecture rationnelle, rentable et désespérée. Peut-être qu’un jour d’autres villes se construiront autour de ces hameaux tentaculaires, témoins d’une civilisation en pleine expansion et rendront ces zones moins asociales. Bertrand Cavalier

51


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

52


// HBA - Antoine Séguin - Les Allées du Château

53


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

54


// HBA - Antoine Séguin - Les Allées du Château

55


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

56


// HBA - Antoine Séguin - Les Allées du Château

57


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

58


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

Antoine Séguin

Plus d’infos sur : www.antoineseguin.com contact : paradoxes.prod@gmail.com toutes les photos ©Antoine Séguin

61


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

62


// HBA - Vincent Verrecchia - Ecritures

// Portfolio

É c r i t ure s

Vincent Ve rrecchi a

U

n cri. C’est fondamentalement ce qui se fait entendre à travers la série d’images que propose ici Vincent Verrecchia. Une écriture aussi, par ces photographies grattées, altérées volontairement par le photographe. Et c’est dans cette ambivalence entre forme et matière que Verrecchia maintient habilement le regardeur. Par la forme, tout d’abord, ces photographies accrochent le regard par la violence du cri, du hurlement qui habitent les personnages. Saisi en pleine rue, dans un parc, un jardin, ceuxci semblent être dans une forme de stase, un cri sans fin, d’un expressionnisme proche de celui d’Edvard Munch. Ces photographies peuvent être vu comme une psychanalyse par l’image d’une « animalité refoulée » qui habite l’homme contemporain, un mal être physique et moral face à un monde de plus en plus complexe. La matière, également, est primordiale dans ces images. Le négatif est gratté, brûlé, malmené par le photographe, dans une attitude violente, un geste agressif, quasi compulsif face au médium, qui n’est pas sans rappeler les pratiques sous psychotropes de l’allemand Arnulf Rainer. Cette « attaque » volontaire de la pellicule fait ressurgir la matérialité de l’émulsion argentique, donnant à voir toute sa tactilité, la griffure nous ramenant directement à la dimension plane, physique, de l’image. Ce mélange, chez Vincent Verrecchia, entre fond et forme, entre hurlement et agression de la matière, apparaît comme une relecture contemporaine des incarnations surnaturelles de la «  Photographie Spirit  » au XIXème siècle, sensée matérialiser dans l’image des apparitions divines, fantômes, et autres spectres qui seraient, comme chez Verrecchia, l’incarnation dans la photographie d’un « au-delà » du réel. Clément Gerardin

63


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

71


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

72


// HBA - Vincent Verrecchia - Ecritures

73


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

Vincent Verrecchia

Plus d’infos sur : www.vincentverrecchia.tumblr.com contact : marywhore@outlook.com toutes les photos ŠVincent Verrecchia

75


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

// Portfolio

H ab i t er

Del phi ne Jourda n

D

ans un premier temps, la série Habiter de Delphine Jourdan semble avoir été réalisée dans une unique demeure, sorte de château contemporain appliquant les nouveau codes du design intérieur. Chacune de ces pièces possède un style qui lui est propre, tel un sommaire de magazine déco : épuré, détente, ethnique, mélomane, cinéphile... Il n’en est rien. Le travail de Delphine Jourdan est en réalité une série exécutée sur trois années. Trois années passées à la rencontre de particuliers, à la découverte de leurs foyers, leurs « décors du quotidien ». Habiter semble dresser le tableau d’un modèle de société. Les espaces intérieurs, malgré la présence de mobiliers, ont l’air d’obéir à une même règle où l’appropriation personnelle s’effaceraient derrière le paraître. Chaque photographie met en scène cette fragile frontière entre l’intime et le décor, où les objets plus personnels se dévoilent dans le détail, en arrière plan, ou sont évoqués par une porte entrouverte. Ces lieux sont bel et bien habités. Delphine Jourdan présente ces intérieurs tels qu’elle les trouve, elle accentue cette froideur apparente par la mise en lumière et le choix d’un cadrage consciencieux. Antoine Séguin

77


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

78


// HBA - Delphine Jourdan - Habiter

79


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

80


// HBA - Delphine Jourdan - Habiter

81


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

82


// HBA - Delphine Jourdan - Habiter

83


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

Delphine Jourdan

Plus d’infos sur : www.delphinejourdan.com contact : info@delphinejourdan.com toutes les photos ŠDelphine Jourdan

85


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

86


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

// Le M.U.R

l e M o uve m e n t U r g e n t du Re g a rd ( M . U.R.) Moment d’errance visuelle dans l’image fil, cheminement Porosités contacts étirement du sens images hétérogènes influences / contres-influences mutations déformation séquences variations mélange / séparation dérive du geste

87


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

88


// HBA - Le M.U.R. (Mouvement Urgent du Regard)

89


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

90


// HBA - Le M.U.R. (Mouvement Urgent du Regard)

91


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

92


// HBA - Le M.U.R. (Mouvement Urgent du Regard)

93


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

94


// HBA - Le M.U.R. (Mouvement Urgent du Regard)

95


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

96


// HBA - Le M.U.R. (Mouvement Urgent du Regard)

97


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

98


// HBA - Le M.U.R. (Mouvement Urgent du Regard)

99


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

Le Mur (Par ordre d’apparition) Elsa Leydier // La Parade (1) // 2013 Soledad Ayuga Parrilla // Nagore .25.02.13 // 2013 Margaux Meurisse // Une question de volonté // 2013 Robin Lopvert // Sans Titre // 2013 // www.robinlopvet.com Marguerite Bornhauser // Sans Titre (1) // 2013 // www.margueritebornhauser.com Marguerite Bornhauser // Sans Titre (2) // 2013 // www.margueritebornhauser.com Julien Malabry // L’île aux lotophages-7 // www.julienmalabry.com Steven Daniel // Le théatre des réalités // 2012 // www.stevendaniel.fr Florian Maurer // Décor habitable (2) // 2012 //www.florianmaurerphotos.wordpress.com Rachael Woodson // Écho // 2013 // www.rachaelwoodson.com Rachael Woodson // Inside out // 2013 // www.rachaelwoodson.com Ioanna Chronopoulou // Solitude // 2013 // ioannaxron@yahoo.gr Elsa Leydier // La Parade (2) // 2013 Toutes les photographies présentées dans cette section sont la propriété exclusive de leurs auteurs et sont soumises à copyright.

101


LA GROTTE collectif de photographes photography and self published book

visit our new website

www.lagrotte.be


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

B i o g rap h i e s Bertrand Cavalier

Est un photographe français âgé de 23 ans. Depuis 2010, il vit et étudie la photographie à l’école Le Septante Cinq de Bruxelles. La chambre photographique et le moyen format qu’il utilise depuis plusieurs années lui permettent une plus grande introspection et une réflexion nécessaire à la réalisation de ses projets personnels.

Delphine Jourdan

Est diplômée de l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles en 2012.

Emanuela Meloni

Est née en 1987 à Cagliari (Sardaigne), Emanuela Meloni a fait des études en sciences politiques, puis une licence de philosophie. Elle étudie actuellement en deuxième année à l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles.

104

Antoine Séguin

Est né en 1986, il est architecte et photographe autodidacte. Son travail est ancré dans le paysage contemporain, héritier du «  toutvoiture » qui a façonné et façonnera nos territoires.

Cécile Suarez

Est née en  1988. Elle a passé une licence en Arts du Spectacle option cinéma, audiovisuel, multimédia, et est diplômée de l’  École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles en 2013.

Vincent Verrecchia

Est âgé de 22 ans. il vit à Paris et à Angers où il est étudiant à l’École Supérieure des Beaux-Arts. Il pratique notamment la sérigraphie et la lithographie. À travers sa pratique de la photographie argentique, il pose la question de savoir comment combiner les médiums et techniques pour rejouer la narration des images.


// HBA - Webzine de Photographies argentiques

Ce webzine vous a plu ? Retrouvez les prochains numéros en ligne sur le site internet :

www.hba-photo.com Abonnez-vous gratuitement à ce webzine sur le site www.Issuu.com en cliquant sur le bouton

“Follow” Vous souhaitez publier un article ou un portfolio de votre travail photographique dans HBA ? Commentaires, avis, infos, remarques... Conctactez-nous par mail sur :

contact@hba-photo.com // Directeur de publication : DavidF / Association Atelier Photo Argentique // Directeur de rédaction : Clément Gérardin // Redaction : Hélène Canaud, Bertrand Cavalier, Clément Gérardin, Emanula Meloni, Antoine Séguin,Vincent Verrecchia // Mise en page : Clément Gérardin, Lauriane Pigot // Corrections et orthographe : Dominique Lemarquis // Gestion du site internet : DavidF // ISSN : En cours // Depot légal : En cours // Periodicité : Trimestriel // Nous contacter : contact@hba-photo.com Édité par le site internet : www.Photo-Argentique.com Toutes les photographies présentées dans ce webzine sont la propriété exclusive de leurs auteurs et sont soumises à copyright. Toutes les pages du webzine sous Licence Creative Common : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

105 Photo-Argentique.com


HBA Webzine

de

P h oto g r ap h i e s A r g e n t i q u e s

Photo-Argentique.com

Association Atelier Photo Argentique Stages, Expositions, Initiation prise de vue et pratique du développement/tirage argentique Ouvert à tous, amateurs, professionnels, artistes... dans les villes de : LYON CLERMONT-FERRAND ARLES

info, actu, contacts :

www.photo-argentique.com


HBA - Webzine de Photographies Argentiques - n°4