Page 1

H.M.K

Haythem Maatouk 1


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

Introduction Lowlands

Il y avait du temps où les humains et les monstres vivaient dans une promiscuité éprouvante, un pays connu sous le nom de Lowlands, vaste pays au climat fortement contrasté. Au nord et au sud, de hautes chaînes de montagnes constituaient des frontières naturelles. Le nord, couvert de glace, était la région des lacs gelés et des forêts septentrionales impénétrables. Le sud n’était qu’une étendue désertique, chauffée à blanc par un soleil implacable. Le centre du pays était traversé par un immense fleuve, véritable mer intérieure qui coupait le pays en deux, et qui se terminait à l’ouest en grandes chutes formidables. Lowlands connut de nombreuses dynasties. Certaines régnèrent pendant longtemps, d’autres disparurent vite et tombèrent dans l’oubli. Humains et créatures fantasmagoriques cohabitèrent à Lowlands. Géants, sirènes, trolls et autres dragons colossaux et cruels, qui, à travers les âges semèrent la terreur aux quatre coins du pays. De nombreuses guerres secouèrent Lowlands, auxquelles prirent part des êtres fantastiques. La Grande Bataille La Grande Bataille fut un événement marquant. C’était il y’a 1000 ans, sous le règne du roi Mordas le terrible. Ce conflit dura plusieurs mois. Mordas opposa ses bataillons, qui groupaient outre les titans, les 2


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

cyclopes et les redoutables dragons cracheurs de feu, à une poignée de soldats et d’aigles géants, commandés par Miron, roi des terres libres. Miron Wide Vainquit son ennemi. Ses aigles décimèrent les dragons de Mordas. Cette défaite sonna le glas du règne de Mordas. Le Dragon Noir Un seul dragon échappa au massacre, le dragon noir, connu pour sa puissance et sa cruauté. C’était un monstre haut de deux cents pieds, large de cent ; ses ailes immenses lui permettaient de couvrir des centaines de lieues à la vitesse de l’éclair. D’un seul coup de queue, il pouvait briser boucliers et armures les plus résistants. Sa gueule aux mâchoires redoutables de carnassier sanguinaire lui servait de lance flammes à longue portée, et le liquide enflammé qu’il projetait était si brûlant qu’il pouvait faire fondre le granit et l’acier. Au cours de la bataille, lorsque tous les dragons de Mordas furent anéantis, le dragon noir, se trouvant seul face à une nuée d’aigles géants, et voyant qu’il avait affaire à trop forte partie, battit en retraite et alla trouver refuge dans le sud du pays. Le réveil et la prophétie Après sa victoire, Miron régna pendant 500 ans sur Rivenor, une contrée riche, située au nord du fleuve hanté. Il légua sa couronne à son fils, qui à son tour, la transmit au sien. 700 ans après la Grande Bataille, la couronne revint à Gérard Wide, arrière petit fils de Miron. Sous le règne de Gérard, lors d’une expédition dans le sud de Lowlands, ses soldats réveillèrent, imprudemment, le Dragon Noir. Fou de rage, celui-ci s’abattit comme la foudre sur le château de Gérard, ensevelissant corps et biens sous les décombres. Peu de temps après la mort de Gérard, une prophétie Mystérieuse, courut, annonçant le retour du Dragon. Cette apocalypse devait 3


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

survenir cinq cents ans après la Grande Bataille, sous le règne d’un monarque nommé Richard. Rivenor Royaume antique, Rivenor devait son nom à sa situation au nord du fleuve hanté. À l’extrémité nord du pays s’élevait, comme une muraille infranchissable, une chaîne de montagnes couronnées de pins : la forêt blanche. Le centre, au climat tempéré, était le domaine de la Forêt noire. À l’est, l’Arche des Héros, une étendue rocheuse, limitrophe du lieu dit les Terres anciennes. Vers le nord ouest s’étendaient les Terres vides. Sous le règne d’Harold Luxley, 770 ans après la grande Bataille, Rivenor se scinda en deux royaumes : Nottinghal et Copenhagel. James Luxley Après la mort violente de Gérard Wide, James Luxley, ennemi juré du roi Gérard, s’empara du pourvoir et régna sur Rivenor pendant 70 ans. Il légua sa couronne à son fils Harold, dont le règne ne dura que quelques années. Sous le règne de celui-ci, Rivenor connut de longues années de disette et de famine, faute d’une bonne gestion, ce qui faillit mener le pays à la ruine totale. Cette crise fut à l’origine d’une guerre civile ; les partisans d’Harold et leurs opposants s’affrontèrent dans des combats d’une rare violence. Nottinghal, située au nord, devint le fief des opposants ; Copenhagel, celui de Harold et son clan. Après de longues années d’hostilité, les belligérants signèrent un traité de paix ; et les deux fiefs devinrent des provinces à part entière, autonomes, que séparaient une longue frontière naturelle : la forêt noire.

4


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

Robert Luxley Pendant la guerre civile, qui déchira Rivenor, Robert neveu de Harold, alla trouver refuge dans le sud du pays ; et, fort de l’appui inconditionnel des partisans de son oncle, qui l’avaient accompagné dans son exil, il put devenir le premier roi de Copenhagel. Robert voulut annexer Nottinhagen, sous prétexte que ce territoire revenait de droit à son oncle. Toutes ses tentatives furent vaines, son armée ne faisant pas le poids. Thierry Maxwell Contrairement à Robert, Thierry, (roi de Nottinghal à l’époque du règne de Robert sur Copenhagel), fut un bon monarque, aimé de ses sujets. C’était un roi juste, magnanime, un homme de foi qui n’avait jamais failli à ses engagements vis-à-vis de Robert. Antoine Luxley Après un règne qui dura 60 ans, Robert céda le trône à son fils Antoine. Pacifique, Antoine n’avait jamais eu, contrairement à son père, des prétentions sur Nottinghal ; il s’employa, au contraire, à maintenir de bonnes relations diplomatiques avec son voisin. Ramos Maxwell Fils de Thierry, il fut à l’instar de ses pères, un roi juste, tolérant, aimé de ses sujets. L’avènement de ces deux monarques, Antoine et Ramos, inaugurait une période de paix et de prospérité, dont tirèrent profit les deux royaumes. 60 ans plus tard, leurs fils leur succédèrent.

5


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

Richard Maxwell Richard fut le roi le plus populaire de Nottinghal. C’était sous son règne que devait se réaliser la prophétie (faite 180 ans plus tôt), annonçant le réveil du Dragon Noir. Voulant forcer la main au destin, Richard était résolu à en finir avec ce monstre ; il envoya pour l’occire, ses hommes les plus aguerris. En vain. Il fit alors construire une grande muraille, mesure préventive pour se défendre contre une éventuelle attaque du dragon. Osborn Luxley À la même époque, Osborn dirigeait Copenhagel avec une main de fer. Il était abhorré de ses sujets : le pays était grevé de lourdes redevances; et quiconque refusait de payer était exécuté sur le champ. Devant cette iniquité révoltante, certains ne résistèrent pas à la tentation d’aller chercher refuge à Nottinghal. Ils furent arrêtés et pendus. Osborn avait fait de son royaume une prison à ciel ouvert : nul ne pouvait s’en évader, sous peine de mort. L’exil était d’autant moins envisageable que la forêt noire était sous surveillance étroite. En matière de politique étrangère, Osborn était dans la ligne de celle de Robert, son ancêtre. Pour lui, comme pour ce dernier, Nottinghal revenait de droit aux Luxley. Aussi avait- il essayé, à plusieurs reprises de l’annexer à son royaume. Il ne le put. Cependant, il s’était emparé d’une sorte de no-mans land, situé à l’Ouest du royaume, qu’il avait transformé en arsenal. Il développa ses armements, et bientôt déclara la guerre à Nottinghal, rompant ainsi le traité conclu avec Richard. Celui-ci pour contenir l’offensive de son voisin, concentra ses troupes le long de la frontière. L’armée de Richard dépassait en nombre 6


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

celle d’Osborn mais les moyens dont disposait celui-ci lui permirent, non seulement de résister, mais encore d’infliger à ses ennemis de très lourdes pertes. Chapitre I Le traité de paix

La guerre faisait rage. Richard Maxwell en avait assez de ce conflit qui n’en finissait plus, et qui décimait ses troupes. L’idée d’y mettre fin le travaillait. Osborn, lui, était plus que jamais déterminé à en découdre : ce qu’il voulait, c’était franchir la frontière et conquérir Nottinghal. Jugeant la situation sans issue, Richard convoqua le général des armées et lui demanda des nouvelles du front… - Elles ne sont pas bonnes, répondit celui-ci, nous avons subi de lourdes pertes : 2000 combattants, depuis le début du conflit, contre 500, dans les rangs de l’ennemi, et … - Sapristi ! s’exclama Richard, en lui coupant la parole. Quel gâchis ! Et tout cela pour rien … - Pour arrêter cette hémorragie, sire, il n’ya qu’une solution : amener Osborn à signer un armistice … -Vous plaisantez ! Cet enragé n’acceptera jamais … - Il le fera, majesté ; il ira même jusqu'à la signature d’un traité de paix… Ses troupes sont beaucoup moins nombreuses, s’il s’obstine, il sera vaincu, car on l’aura à l’usure. Osborn le sait, il est conscient de la situation. - Vos arguments sont convaincants, dit Richard … tout compte fait, ajouta-t-il, nous n’avons pas d’autre choix … Ménagez-moi une 7


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

rencontre avec Osborn… Encore que négocier avec cet énergumène n’est pas une mince affaire. Le général allait prendre congé, quand un officier intervint : - La reconnaissance, dit-il, est de retour, majesté. Nos hommes ont ratissé la montagne… aucune trace du Dragon… -Il y est pourtant ! s’écria le roi déçu. Ce monstre peut se réveiller d’un moment à l’autre et fondre sur nous à l’improviste … Et l’on vient m’annoncer, tout simplement, qu’on n’a pas la moindre idée sur l’endroit où il se terre… il y est vous dis-je ! - Faudra t-il poursuivre les investigations, sire ? - Evidement ! Qu’attendez-vous ? Que cela soit vite fait ! Ordonna Richard sur un ton impérieux. -Mais, sire, intervint le ministre, si l’on venait à le repérer, ne risqueraiton pas les pires ennuis ? Le monstre dit-on, ne dort que d’un œil, il n’hésiterait pas à nous attaquer… -Il y’a un risque, certes, répondit Richard, mais comment sortir de ce dilemme ? -Attendre et ne rien entreprendre, dit le ministre. Oserais-je vous dire, Qu’après tout, ce fameux Dragon pourrait n’être qu’une légende … - Une légende ! Vous le pensez vraiment ? Détrompez-vous ! J’en atteste les ancêtres, hommes véridiques, qui avaient tâté des griffes acérés du monstre, au plus fort de la grande Bataille. Auriez-vous oublié que je suis un Maxwell et qu’un sang frère du leur coule dans mes veines. Le dragon noir existe bel et bien et s’il se réveille, il trouvera son homme, parole de roi ! Toute l’assemblée écoutait d’un air grave.

8


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

- Dépêchez encore des hommes dans le nord, ordonna le roi à ses généraux, et que le génie accélère les travaux : que les fortifications soient prêtes le plus tôt! C’est une question de vie ou de mort ! - C’est comme si c’était fait, majesté. *** Osborn dînait dans la grande salle attenante à la cuisine, quand l’un de ses conseillers s’avisa de lui adresser la parole : - Ne voyez-vous pas que le moment est inopportun. lui répondit Osborn, l’air méchant… - Je…Je voulais simplement vous annoncer une bonne nouvelle, sire. La restauration des remparts est terminée… les murailles, m’a-t-on dit, sont d’une solidité telle que nul dragon ne sera à même de les abattre… - Bonne nouvelle, en effet, fit Osborn, visiblement satisfait. Le conseiller allait se retirer, quand Osborn l’interpella. - Et les nouvelles du front, sont-elles aussi bonnes ? -Oui, sire, nos hommes ont fait un véritable carnage. 2000 soldats ennemis tués … - Et nos pertes ? -Estimées à 500 morts. Osborn jubilait : - Les carottes sont cuites, Richard, et ton heure approche… ha !ha !ha ! Ta ruine est imminente, il n’ya qu’à attendre… » Et, s’adressant à l’assemblée, comme s’il la prenait à témoin, il ajouta d’une voix caverneuse : - Quand je dis que Richard est un homme fini, je pèse mes mots, je ne suis pas homme à tenir des propos en l’air ! 9


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

Mais le grand conseiller lui fit remarquer que les généraux étaient plutôt réservés sur l’issue de la bataille. « la supériorité numérique de l’ennemi, nous crée des difficultés, Richard pourrait nous avoir à l’usure, en dépit de nos moyens formidables… » Expliqua-t-il. Ces propos mirent Osborn hors de lui ; il se redressa vivement et d’un coup de pied rageur, renversa la table, en vociférant : Ratiocination que tout cela ! Je veux parler au commandant d’armes, qu’il vienne tout de suite ! Un membre du conseil voulut lui parler : - Sire, dit-il, en exhibant un document. -Taisez- vous ! hurla Osborn. -Sire, reprit le conseiller, nos hommes ont trouvé cet objet dans la forêt, un document qui peut vous être utile. » Il le lui remit et ajouta : Il appartient à une nommée Élisabeth. Elle y a consigné des faits qui pourraient vous intéresser. - Élisabeth ! s’exclama Osborn, qui donc est-elle ? -Parcourez la dernière page, sire, et vous saurez tout sur cette fille. Osborn jeta un coup d’œil sur la page indiquée, soudain ses yeux s’illuminèrent… intéressant, en effet, dit-il. Convoquez les membres du conseil… *** Les deux monarques se réunirent. Mais à l’idée qu’une trêve puisse être conclue entre les deux armées, Osborn se montra réticent. - Votre obstination vous perdra, Osborn. dit Richard. -Ce n’est pas de l’obstination, Richard, une affaire pareille, exige un esprit réaliste… 10


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

- Réfléchissez, vous ne pourrez pas gagner cette guerre, votre armée finira par succomber sous le nombre. -Qu’attendez vous de moi, enfin ! Que j’ordonne le retrait de mes troupes ? - Ce serait de la plus haute sagesse … La réunion était prolongée tard dans la nuit. Richard finit par persuader Osborn, et la trêve fut conclue. Les deux royaumes coulèrent des jours paisibles. Mais cette paix n’aura duré qu’un temps. *** Dans un camp situé à la lisière de la Forêt noire, deux sentinelles, leur ronde effectuée, causaient ensemble, au clair de la lune. - Je doute de la bonne foi d’Osborn, dit l’un, le retrait des troupes, n’était qu’une ruse. -Cet homme est perfide, renchérit l’autre, je le soupçonne de manigancer un mauvais coup… -Chut ! -Qu’y-a-t-il ? - Il me semble avoir entendu des voix. Les deux hommes se glissèrent dans les buissons et s’approchèrent à pas de loup d’une clairière : deux soldats ennemis causaient ensemble. - On devrait être chez nous, à cette heure, dit l’un, Osborn n’a pas respecté ses engagements envers Richard, en laissant des hommes ici… alors que Richard a retiré les siens… -Nous ne sommes pas ici pour nous battre, répondit l’autre, nous sommes investi d’une mission : trouver le fameux Mysterium et le rapporter au roi … 11


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

-Et pourquoi ne viendrait-il pas chercher lui-même ce qu’il souhaite avoir ? - Osborn ne veut pas éveiller les soupçons…sais-tu seulement la valeur de cette chose ? -Vaguement… à en croire nos chefs, cela devrait nous procurer un avantage décisif sur l’ennemi. - Nous serions invulnérables et donc invincibles, renchérit l’autre … consigne impérative : la discrétion…Nul ne devra se douter de notre présence ici… Les hommes de Richard avaient tout entendu et ne furent pas long à mettre celui-ci dans le secret. -Mysterium ? s’exclama Richard, étonné, qu’est-ce que cela pourrait bien être ? - Un moyen infaillible, pour conquérir l’hégémonie du monde, dit-on. -Quoi ? Le traitre ! Il voulait la paix, mais toujours avec la perfide intention de la rompre, lorsqu’il lui paraîtra avantageux de le faire … Il a profité du retrait de nos hommes pour avoir les mains libres et agir à sa guise… Convoquez les membres du conseil. Je vais lui donner du Mysterium jusqu'à Satiété, à ce félon… ! En attendant je veux en savoir plus sur ce Mysterium… dépêchez tout de suite un détachement de reconnaissance dans la Forêt -noire …. Et que cela soit mené dans le plus grand secret… Si Osborn découvre nos projets, ce sera la guerre… Des hommes furent aussitôt dépêchés dans la forêt. L’expédition fut de courte durée. Les émissaires reparurent deux jours plus tard. « Quoi de neuf ? demanda Richard au chef de l’expédition. -Les nouvelles ne sont pas bonnes, sire : nos agents, terrorisés par les esprits de la forêt, n’étaient pas en état de pousser leurs recherches jusqu’au bout… 12


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

- Qu’est ce que vous me chantez là ! dit-Richard. Esprits ? Quels Esprits ? Quels froussards ! La piétaille d’Osborn se promène dans la forêt tranquillement, et mes hommes, se sauvent à toutes jambes au moindre bruit ! Vous pensez que je vais prendre cela à la rigolade ? Vous avez fait de moi un objet de risée ! Retournez-y immédiatement, bande de lâches, je veux des renseignements…compris ? - À vos ordres, dit le chef. -Je prendrai le commandement de cette unité, dit Fabien, le fils de Richard, qui avait assisté à la scène, calme et silencieux.

13


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

Chapitre 2 Le prince Fabien

Fabien était le fils unique de Richard et son héritier présomptif. Sa mère morte, victime d’un mauvais sort, il fut l’objet de la sollicitude de tous. Quand il eût dix huit ans, son père le jugea assez mûr pour le mariage. Il ne se passait pas de jour sans que celui-ci lui en touchât un mot. - Alors mon fils, vas-tu enfin te décider à prendre femme ? - Juliette est trop maigre, Flawrita courte sur pattes et Mizdrita trop bavarde. - Et Suzan Mc tree ? Voilà une fille de bonne famille qui te convient parfaitement … belle, intelligente, riche. -Il est hors de question que je l’épouse… -Puis-je savoir pourquoi ? -Parce qu’elle est la fille du richissime Brown, et que nous avons bien des obligations envers cet homme, pour les grands services qu’il nous a rendus… - Mais la richesse n’est pas un vice rédhibitoire que je sache ! Les Mc tree ont toujours eu une conduite loyale envers notre famille et nous devons reconnaître avec loyauté leurs mérites. D’ailleurs les Maxwell ont de tout temps entretenu de bonnes relations avec les riches familles du royaume. -Oui, père, mais cela ne nous oblige pas à nous allier à eux... Le mariage est une affaire privée… Que la fille sur laquelle j’aurai fixé mon choix

14


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

soit riche ou puissante, m’importe peu, pourvu qu’elle fleure bon la rose chitineuse … -Taratata ! Tout ça, c’est des histoires. -Père, je parle sérieusement. Je le dis comme je le pense : le mariage est une affaire sérieuse ; cela ne regarde que moi ; et la femme de ma vie, je finirai par la trouver … *** Fabien rêvait d’une femme singulière, une femme qui aime la nature, qui ait une prédilection pour le vert, le jaune et le bleu et qui fleure bon la rose chitineuse. Or la fille du baron Mc Tree ne répondait pas à ces conditions. Richard désespérait de trouver non seulement une femme qui plaise à son fils, mais encore des hommes assez hardis pour s’aventurer au cœur de la Forêt -Noire. Il en parla à son fils : « Comptez sur moi, père » lui dit celui-ci. - Comment, toi ? Mais cette forêt est hantée! - Je ne suis pas de ceux que les esprits effraient, père. Quelques jours plus tard, Fabien chevauchait à travers la forêtNoire, escorté de ses fidèles cavaliers… - Si vous apercevez des soldats ennemis, leur dit-il, planquez-vous et ne faites pas de bruit. Fabien et ses hommes s’enfoncèrent encore dans la forêt, parmi des arbres géants et touffus. Ils avançaient avec peine, à cause de l’obscurité et du brouillard. Soudain, les chevaux devinrent nerveux et refusèrent d’avancer. - Cela ne me dit rien qui vaille, dit un cavalier à voix basse, j’en ai des sueurs froides. 15


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

- Ressaisissez-vous, dit Fabien. Mais un hurlement lugubre retentit, qui glaça les cavaliers d’horreur. - La sorcière ! s’écria les cavaliers d’une seule voix. Et ce fut la débandade. - Revenez, bande de froussards ! leur cria Fabien. Mais ils avaient disparu, l’abandonnant à son sort. Fabien mit pied à terre, marcha un instant puis s’arrêta, intrigué par une odeur étrange. - Ma foi ! se dit-il, cela sent bien la rose chitineuse. Guidé par l’odeur, il s’engagea dans les buissons. Il trébucha contre un crâne humain et manqua de tomber. Des chauves souris, incommodés par le bruit, voletaient autour de lui comme des papillons aveuglés par la lumière. Il tenta de chasser ces bestioles indésirables, mais il ne le put. Il avait peur, peur que ces chauves souris ne soient des vampires. Il finit à la fin par s’en débarrasser. Mais, à la vue de deux squelettes pendus aux branches d’un séquoia, il fut saisi d’horreur ; il ne céda pourtant pas à la panique ; il poursuivit son chemin et déboucha bientôt sur le bord d’une clairière tapissée de roses, au milieu de laquelle se dressait une vieille cabane. Le spectacle était si beau que Fabien en oublia sa peur. Il s’approcha de la cabane. Mais une voix soudain l’interpella : - Étranger, qui es-tu ? Il se retourna et vit une jeune fille éclatante de beauté, qui le regardait, l’air sévère. Elle avait les cheveux blond doré et portait une robe vert olive. Elle le fixait de ses yeux bleu clair, un glaive à la main : - Je… je suis Fabien, le prince Fabien, Fils de Richard Maxwell, roi de… -Qui que vous soyez, sachez qu’il n’est pas prudent de se hasarder dans cette forêt. 16


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

- Mes hommes m’ont laissé tomber… Ils étaient effrayés par un étrange hurlement… seul, sans guide je n’ai pu retrouver mon chemin … Rassurée, la jeune fille remit son épée au fourreau. - Je m’appelle Élisabeth, dit-elle, et cette forêt est ma patrie … Eblouie par tant de grâce, Fabien voulut lui prendre la main pour la baiser, mais elle se recula vivement comme pour l’éviter. Fabien en resta tout interdit. Élisabeth le dévisagea un instant, son regard passait de la curiosité à la compassion et ne put retenir ses larmes, alors elle lui tourna brusquement le dos, courut tout droit devant elle et disparut dans un fourré. - Mais qu’est ce qu’il lui a pris ? se disait Fabien.

17


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

Chapitre 3 La disparition du prince

Fabien alla retrouver son cheval. L’image d’Élisabeth le hantait. Cette fille qui s’était trouvée sur son chemin, était bien celle dont il avait toujours rêvé : blonde d’un blond doré, des yeux bleus, une robe vert olive. Une fille qui fleurait la rose chitineuse ne pouvait être, dans l’esprit de Fabien, que végétarienne. À peine l’avait-elle quitté, qu’elle lui manquait déjà ; il ne put s’empêcher de retourner sur le lieu où il l’avait rencontrée. Élisabeth ! Élisabeth ! cria-t-il de toutes ses forces. - Ne criez pas, répondit une voix, vous allez vous attirer des ennuis. Il se retourna. C’était elle. Elle venait à sa rencontre, arrivée à sa hauteur, elle s’arrêta et lui dit d’une voix très douce « Pourquoi êtesvous revenu ? » Il ne sut que répondre, alors elle ajouta « Vous voulez savoir pourquoi je ne vous ai pas laissé prendre ma main ? -Oui, oui… c’est cela… bégaya-t-il. -Parce que si vous m’aviez touchée, vous seriez mort à cette heure. Fabien fut stupéfait de cette réponse. Et Élisabeth d’ajouter : Je suis une fille maudite, c’est une vieille Sybille qui me l’a dit, maudite parce que, enfant, j’avais, imprudemment, bu une gorgée d’eau du lac enchanté, Maudite et funeste… comprenez vous cela ? -Oui, oui, je comprends, et je vous suis très reconnaissant… vous vous êtes montrée magnanime à mon égard, en me laissant la vie sauve…alors que vous auriez pu être implacable …

18


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

-Non, rétorqua Élisabeth, je n’avais nullement l’intention de vous nuire… simplement je vous ai évité le pire … vous étiez à deux doigts de la mort … car je suis la mort en personne : quiconque me touche périt sur le champ, même les monstres n’y échapperaient pas … -Même le Dragon de Mordas ? interrogea Fabien. -Eh bien, justement, aux dires de la sybille, ce monstre devrait trouver son maître en ma personne. « C’est toi qui l’éveilleras quand tu auras fêté tes dix neuf printemps, m’a-t-elle dit, le monde pâtira de son réveil, mais tu finiras par le juguler » Depuis, je n’ai pas cessé de penser à ce dragon, au mal qu’il pourrait causer aux gens : j’ai même rêvé qu’il mettait votre royaume à feu et à sang … - C’est horrible ! s’écria Fabien. -J’espère pouvoir le mettre hors d’état de nuire… En vérité, ce qui m’inquiète le plus, c’est mon propre sort. J’aimerais tant vivre comme tout le monde. La solitude me pèse. La vieille sybille m’a indiqué un moyen pour me délivrer de ce mal : « La corne de la Licorne, m’a-t-elle dit, seul un chevalier follement épris de toi pourrait te l’apporter » - Et cette Licorne, où se trouve –t-elle ? demanda Fabien. - Dans les montagnes du sud… Mais l’entreprise est périlleuse : il faudrait traverser le Fleuve hanté, puis la Vallée de feu ; endurer la fournaise des sables incandescents ; passer par les cavernes de la mort et s’enfoncer dans de vertigineux dédales souterrains; gravir les pentes arides de la montagne du sud jusqu’au sommet. C’est là que se trouve la bête … On dit que la Licorne est dotée d’un pouvoir inouï … ceux qui l’avaient affrontée prenaient un air halluciné : croyant voir de l’or partout, ils se précipitaient dans le vide. - Il doit y avoir un moyen pour la mettre hors d’état de nuire … dit Fabien. 19


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

-Oui, à coup de flèches trempées dans un alliage d’or et de mercure. -Or et mercure ! s’exclama Fabien -Oui… Mais je ne vous ai pas tout dit : j’ai Osborn à mes trousses. Il veut me capturer afin de réaliser son rêve, qui est de soumettre votre père à sa volonté… - J’ai compris, c’est donc vous, le fameux Mysterium ! dit Fabien. -Oui. Je suis navrée. Tout cela par ma faute : Osborn ne m’aurait pas recherchée s’il n’avait pas mis la main sur mon journal intime. Ce manuscrit, je l’ai perdu dans la forêt. Ses hommes l’ont trouvé et le lui ont remis. -C’est donc vous qui avez tantôt poussé ce cri lugubre. -C’était une ruse, afin de décourager les hommes d’Osborn…réponditelle. -Mais vous avez effrayé mes hommes, qui ne sont pourtant pas nés d’hier… Un conseil, si vous voulez éviter les limiers d’Osborn, vous devriez trouver une autre astuce, sinon on finira par vous reconnaître… Je pourrai vous aider… accepteriez- vous d’être ma protégée ? Vous serez en sûreté dans le château de mon père, croyez-moi… Élisabeth hésita un instant, puis finit par accepter. Quand ils furent dans le château, Fabien la conduisit dans une chambre connue de lui seul. Il lui confia la clef de la cuisine pour qu’elle puisse s’approvisionner « Prenez garde, lui dit-il, à ce qu’on ne vous voie pas, il faut y aller la nuit, c’est plus sûr. » *** Le lendemain son père demanda à le voir, car il avait hâte de savoir si les recherches avaient abouti : 20


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

- Alors, a-t-on enfin trouvé la clef de l’énigme ? lui demanda Richard, avec le sourire. -Explorer cette forêt, n’est pas une mince affaire, autant chercher une aiguille dans une botte de foin … Mais admettons que l’on ait mis la main sur l’homme capable de réveiller le monstre. -L’aurait-on identifié ? -C’est une supposition… que ferait-on de lui ? -Je le ferais pendre haut et court et j’ordonnerais qu’on jette son cadavre en pâture aux fauves. -Ne vous en déplaise, sire, dit Fabien, les recherches n’ont pas encore abouti, mais on finira par le trouver, ce Mysterium. Soudain, le chef cuisinier, sans s’annoncer, apparut devant le roi ; il était visiblement bouleversé : - Qu’est ce que vous voulez, lui demanda Richard, que se passe t-il ? -Il se passe que la cuisine est visitée par les esprits, sire, c’est épouvantable… -Qu’est ce que vous nous chantez ? dit Fabien qui, sans attendre, alla trouver Élisabeth dans sa chambre secrète. Elle était allongée sur le lit, savourant une tourte. -Vous êtes bien matinal, lui dit-elle en souriant. -C’est que j’ai à vous parler. Vous prenez trop de risque, vous allez ainsi éveiller les soupçons. -Comment ? Vos agents auraient-ils eu vent de ma présence ici ? -Non, mais le chef cuisinier croit dur comme fer que des esprits chapardeurs rôdent dans le palais… Vous êtes bien gourmande… 21


Extrait Elisabeth © 2016

Haythem Maatouk (H.M.K)

-Pardon… je n’ai pu me retenir… la tourte du chef est savoureuse … Pardon encore une fois … on ne m’y reprendra plus, je vous le promets…

Fin de l’extrait.

Visitez nos sites officiels ou nos pages facebook www.Haythem-maatouk.com www.haythem-romans.jimdo.com www.facebook.com/Hmkwriter www.facebook.com/HAYTHEMROMANS/ www.facebook.com/Elisabethnovel/

Elisabeth © , la légende de Lowlands, © et Haythem Maatouk (h.m.k)© Droits réservés à l'auteur . Toute violation de ces droits entraînera des poursuites judiciaires. La représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation (cinématographique entre autres) ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. Toute édition d'écrits de composition musicales, de dessins, de peinture ou toute autre production imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon. Elisabeth © 2016. Haythem Maatouk (h.m.k).

22

Un extrait d'Elisabeth  

« Elisabeth » est le premier roman de H.M.K publié en 2017 . C’est le quatrième roman fantastique de la série : « La légende de Lowlands » l...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you