Issuu on Google+

No. 9

SLIDE Magazine pour Architecture, Design, Commerce, Artisanat

Perspectives Regard sur l’année 2050

A partir des maux de dos des pharaons Le bois comme matériau de construction d’avenir Plier, coulisser, conseiller


Contenu

Perspectives Perspective aérienne Avec de la distance, on ­obtient une vue d’ensemble

6

Perspectives Il y a quelques semaines, nous avons visité notre filiale aux Emirats Arabes Unis. Nous avons rencontré des gens, des partenaires et des clients formidables. Bien sûr, nous ne pouvions pas rater l’occasion de visiter la Burj Khalifa à Dubaï. Surtout que plus de 2000 systèmes de ferrure coulissante sont installés ici, dans le plus haut bâtiment du monde. Notre visite en valait la peine. La vue depuis le 124e étage est vraiment impressionnante. Normalement, on ne peut apprécier un tel point de vue sur une ville qu’en avion, au ­moment du décollage ou de l’atterrissage. La vue aérienne sur Dubaï nous a une nouvelle fois montré à quel point il est inspirant de visiter le monde et ainsi le lieu d’activité de nos clients. On découvre des facettes de leurs défis professionnels, de leurs habitudes et de leurs besoins. Il est important pour nous de connaître le point de vue de nos clients et partenaires, car c’est à eux que nous voulons offrir des perspectives intéressantes avec nos systèmes de ferrure coulissante.

Sujets Aspective: les maux de dos des pharaons Perspective aérienne: Palm Jumeirah, Dubaï Perspective terrestre: Burj Khalifa, Dubaï Les prochaines vues: 2050

4 6 8 10

Gregor et Heinz Haab Directeurs Hawa AG Ferrures coulissantes

Projets L’ambassade d’Allemagne de Douchanbé, Tadjikistan La maison d’habitation à Nordelta, Argentine L’hôtel de luxe à Da Nang, Vietnam

14 16 18

Know-how Matériau de construction d’avenir: le bois Solutions pour volets repliables en accordéon Entretien I: prof. Michael Schumacher, architecte Entretien II: Hawa Student Award 2012 Nouveautés produits Agenda, Personnel

20 24 26 28 30 31

Room Portraits: Untitled (G.S. II), 2006 La photo de couverture vient du berlinois Menno Aden, lauréat de l’European Award of Architectural Fotography 2009. Il photographie d’en haut les lieux de vie les plus communs et en tire des modèles en deux dimensions.

2  slide No. 9


Spectaculaire en bois «Le bois revient en ville.»

Michael Schumacher, architecte «Les éléments mobiles de façade nécessitent une chorégraphie.»

26

Plier, coulisser, conseiller Les volets repliables en accordéon donnent du style

20

24 slide No. 9  3


Perspectives

4  slide No. 9


A partir des maux de dos des pharaons Les anciens Egyptiens avaient-ils mal au dos? Les pharaons tout comme les esclaves des peintures d’Egypte ancienne semblent tendus: la tête et les jambes sont représentées de profil, alors que les épaules et le torse sont de face. Pourtant, le secret n’est pas dans les assouplissements, mais dans les yeux du peintre. L’œil humain ne voit pas tout. Souvent, il ne voit même qu’une moitié des choses, c’est-àdire la face avant. Si l’observateur veut voir aussi l’arrière, il doit retourner l’objet de son observation ou se déplacer. Mais alors il ne voit plus l’avant. Il a beau tourner le modèle dans tous les sens, il doit se contenter d’une moitié. Il semble que cette situation ne plaisait pas aux peintres d’Egypte ancienne. Rapidement, ils ont alors peint le torse et le ventre de leur point de vue, mais la tête d’un autre. Ils pouvaient ainsi représenter tous les aspects qui comptaient pour eux. On appelle cette forme de représentation l’«aspective».

Les Egyptiens n’étaient pas les seuls à utiliser l’aspective. Les hommes des cavernes tout comme les dessinateurs d’icônes du MoyenAge l’utilisaient aussi souvent et tout naturellement. Même à l’époque moderne, on découvre des traces d’aspective, par exemple dans la peinture naïve ou les dessins d’enfants. Grâce à la liberté ­artistique, il appartient au peintre de représenter ses ­sujets à partir de plusieurs angles.

Ces derniers ont d’ailleurs un autre point commun avec les Egyptiens: ils dessinent plus gros ce qui compte pour eux. Il n’est pas rare que le pharaon semble immense par ­rapport aux travailleurs. Les égyptologues

nomment «perspective d’importance» ce choix subjectif de proportions. Et pour qu’un sujet important ne soit pas recouvert et en partie caché par un autre, les peintres ont souvent alignés leurs sujets les uns à côté des autres. Ils renonçaient aussi parfois à l’arriè­­re-plan. Si leurs œuvres perdaient alors en profondeur, le sujet principal restait au centre de l’attention.

Pour l’adulte moderne, ­l’aspective et la perspective d’importance semblent ­caricaturales et irréelles. Il est habitué à la perspective centrale. Et celle-ci indique clairement que le menton se trouve au-dessus du torse et non des épaules. Mais les deux anciennes formes de représentation ne sont pas fausses pour autant, elles renferment même des connaissances. Elles nous montrent qu’il existe plusieurs points de vue, qu’on ne peut avoir une vision globale de la réalité qu’en tenant compte de tous les aspects et qu’il n’est pas interdit de représenter l’important en gros, et l’accessoire en plus petit. Ceux qui considèrent les choses de la vie de manière globale et les pondèrent intelligemment peuvent mieux exploiter leurs perspec-

tives personnelles et professionnelles. slide No. 9  5


Perspectives

Hawa sur Palm Jumeirah l’entreprise générale KeO international Consultants a installé 1700 systèmes HAWAMultifold 30 dans les maisons de Palm Jumeirah. la ferrure pour portes pliantes, coulissant librement à droite ou à gauche, pesant jusqu’à 30 kg est idéale pour les façades d’armoires qui exploitent au mieux l’espace disponible.

Perspective aérienne

Dans la peau d’un géant Celle que les promoteurs appellent la huitième merveille du monde, l’île Palm Jumeirah, se trouve dans le golfe Persique au large de Dubaï. Le 21 novembre 2008, la réalisation a été inaugurée avec un feu d’artifice d’une envergure historique. Pendant sept ans, jusqu’à 40 000 personnes participaient en même temps à la construction de Palm Jumeirah, déplaçant des millions de mètres cubes de sable et de roche, agran6

slide No. 9

dissant Dubaï de 560 hectares et prolongeant ainsi ses côtes de près de 100 kilomètres. Le plus gros complexe hôtelier et parc d’attraction, Atlantis The Palm, situé au sommet de l’île en forme de palmier compte 1500 chambres et 17 restaurants. Le «tronc» du palmier mesure deux kilomètres de long et ses 17 «palmes» accueillent 1400 villas et maisons. Un «croissant» de onze kilomètres de long protège les sites des raz-de-marée. Il devrait

par la suite être ouvert à deux endroits pour renforcer la circulation d’eau entre les palmes grâce aux marées. Le tronc et le croissant sont reliés par un tunnel sous-marin. On dit même que Palm Jumeirah serait visible depuis l’espace, à une orbite proche de la terre. C’est à une distance suffisante que l’on bénéficie du meilleur point de vue, donnant lieu à de nouvelles perspectives.


slide No. 9  7


Perspectives

Hawa à Burj Khalifa 2444 portes coulissantes et cloisons mobiles en bois et verre réalisées avec des produits Hawa sont installées dans le plus haut ­bâtiment du monde: l’Armani Hotel et les ­A rmani Apartements. Mais

8  slide No. 9

pas uniquement. Une porte coulissante en bois glisse aussi sur HAWA-Junior 250/B dans le hall des ascenseurs vers la plateforme d’observation du 124e étage, à 452 mètres au dessus de la mer.


Perspective terrestre

Dans la peau d’une fourmi Dubaï continue de s’agrandir. On y construit entre autres un nouveau quartier, appelé Downtown Dubai, qui abrite en son centre le Burij Khalifa. Avec ses 828 mètres, ce dernier culmine plus de deux fois plus haut que l’Empire State Building de New York. Par temps clair, on distingue le sommet du bâtiment à une distance de 100 kilomètres. Le diamètre des huit derniers étages ne mesure que 120 centimètres. Il accueille les pièces techniques et électroniques du bâtiment et de l’antenne. Le Burj Khalifa se dresse sur 850 pieux de béton, dont certains descendent jusqu’à 70 mètres sous le niveau de la mer. La base a la forme d’un Y sur lequel repose les trois piliers du bâtiment. Ces derniers se rassemblent au milieu dans l’axe central, se soutenant ainsi les uns les autres. C’est l’axe hexagonal au centre

qui assure la stabilité de le Burj Khalifa. En cas de rafales de vent, les étages supérieurs n’oscillent que d’un mètre et demi. A cause de la chaleur, les ouvriers ne pouvaient bétonner presque que la nuit. Mais cela n’a pas empêché la tour de s’élever par phase d’un étage complet tous les quatre jours. En 2010, le Burj Khalifa a été inauguré à une période économique difficile dans le monde entier. En raison de la baisse de la demande, les prix des logements du Burj Khalifa ont chuté de plus de moitié l’année qui a suivi l’inauguration. Depuis 2011, le tourisme et le commerce sont à nouveau en hausse. Devant l’entrée, on ne peut s’empêcher de regarder vers le haut et de s’émerveiller.

slide No. 9

9


Perspectives

«Lilypad»: étude d’une ville flottante autonome pour 50 000 habitants avec faune, flore et eau douce. Par V ­ incent ­Callebaut Architectures, Paris.

Le champ des possibles Quelles perspectives offre un regard sur l’année 2050? Une chose est sûre: tout sera différent. Bien différent aussi de ce qu’on s’imagine aujourd’hui. Les principaux critères actuels sont l’environnement, la santé, l’alimentation, l’urbanisation, l’énergie et le transport. Si les défis sont de plus en plus complexes, les systèmes sont aussi plus intelligents.

10  slide No. 9


Moi en 2050 Noel Stähli, 16 ans, Hawa AG, Mettmenstetten, formation de commerçant

«En 2050, je pense que je vivrai avec ma famille aux alentours de Zurich. J’essaie de planifier ma vie pour que ma famille se sente le mieux possible. J’aimerais faire un travail réglé et intéressant. D’ici là, mon plus gros défi est l’obtention de mon diplôme en 2014. Quand j’aurai réussi, les portes de mon avenir professionnel seront grandes ouvertes. J’ai hâte de voir ce que la vie me réserve par la suite. Je saurai alors si je me suis fixé les bons objectifs.»

En 2011, plus de 370 000 véhicules neufs ont été immatriculés à Pékin. En 10 ans, la vitesse moyenne sur les routes est passée de 45 à 10 km/h. A cause de la pollution, des routes sont régulièrement fermées et des vols annulés. Les mégalopoles doivent relever des défis d’envergure. L’urbanisation est en croissance constante. Selon l’ONU, la population urbaine mondiale augmente de 200 000 personnes par jour. On prévoit qu’en 2050, sept personnes sur dix vivront en ville. L’organisme qu’est la ville doit être entièrement repensé. La densification croissante représente un immense défi pour

les planificateurs des transports et les urbanistes, et une chance pour les architectes.

Assainissement des bâtiments Selon des chercheurs, les émissions de dioxyde de carbone de la ville de Munich pourraient être réduites de 90 pour cent en 2058. Et ce, sans nuire à la qualité de vie et avec des technologies qui existent déjà aujourd’hui. Les coûts nécessaires s’élèveraient à 13 milliards EUR, et les économies réalisées à 30 milliards. La priorité concerne l’assainissement des bâtiments et des installations. Les dernières avancées technologiques sont les maisons à énergie positive, qui

produisent davantage d’énergie qu’elles n’en consomment. Des prototypes ont déjà prouvé leurs aptitudes au quotidien. Ils réduisent leur consommation grâce à des matériaux à forte isolation thermique, des fenêtres à isolation sous vide et la récupération de chaleur. Et ils produisent leur propre énergie, entre autres grâce à des systèmes photovoltaïques. La plupart des technologies sont basées sur la miniaturisation et la densification.

De grandes solutions au format miniature L’institut Fraunhofer pour les systèmes d’énergie solaire ISE de Fribourg-en-Brisgau au sud de l’Allemagne fait des recherches

slide No. 9  11


Perspectives

intensives sur les matériaux à changement de phase: les capsules de paraffine cireuse absorbent de grandes quantités de chaleur le jour lorsqu’elles fondent, puis la restituent la nuit lorsqu’elles redurcissent. Dix de ces capsules sont plus fines qu’un seul cheveu humain. Une paroi de trois centimètres d’épaisseur en matériau à changement de phase offre le confort thermique d’un mur en béton de 40 centimètres d’épaisseur. Et surtout, ces capsules s’intègrent au plâtre, au mortier, aux plaques de plâtre et même au bois. Ces matériaux peuvent être produits industriellement et ensuite vissés, cloués ou collés.

Des objets «intelligents» En 2050, les maisons, les appareils ménagers, les outils de travail, les vêtements, les moyens de transport et de communication devraient être «intelligents», dotés de capteurs et d’éléments de communication parfois autonomes leur servant d’organes sensoriels. ­William J. Mitchel, professeur d’architecture au Massachusetts Institute of Technology de Boston qualifie même les maisons et habitats du futur d’organismes: «Ils savent ce qui se passent en eux et

autour d’eux et réagissent de manière intelligente». Les climatisations du futur connaîtront les prévisions météorologiques. Les parois et plafonds étoilés en plastique lumineux éclaireront les bâtiments. Les affichages muraux réagiront aux commandes vocales ou gestuelles et ouvriront le monde en trois dimensions d’Internet. On visitera les centres commerciaux, les musées ou les cours magistraux d’une université sur un autre continent, sans avoir à subir la circulation.

La ville du futur En mars 2012, l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich a inauguré à Singapour un laboratoire de recherche sur les villes du futur. 120 scientifiques ont étudié le transport, l’environnement, la construction ou la production d’aliments, de manière moins futuriste que Vincent Callebaut Architectures (voir photos), mais plus concrète. Une évolution durable de la ville doit atténuer les effets négatifs de l’urbanisation et de la densification et exploiter les possibilités offertes par l’organisme que représente la ville. Plus que jamais, l’un des principaux facteurs de qualité de vie sera l’architecture.

Moi en 2050 «Dragonfly»: étude d’une ferme urbaine utilisée de manière globale sous forme de gratte-ciel.

Malte Kittelmann, 25 ans, Université Leibniz de Hanovre, ­étudiant en architecture

«Je souhaite créer mon propre bureau d’architecture. Ma vie en 2050 dépendra de mon lieu de travail. Je suis ouvert: j’apprécie la clarté de l’architecture suisse, les approches néerlandaises innovantes ou l’utilisation sensorielle des matériaux des concepts nordiques. L’architecture recèle un potentiel incroyable. Le changement démographique et les nouveaux concepts énergétiques gagneront aussi en importance. J’ai hâte d’exercer le métier le plus excitant du monde!» 12  slide No. 9


Moi en 2050 Andreas Thiele, 24 ans, Daxenberger Schreinerei, Seeon, compagnon menuisier

«Bionic Arch»: concept d’un gratte-ciel écologique pour une utilisation mixte.

«En 2050, j’aurai 62 ans, et j’espère que je pourrai vivre sans difficultés matérielles. Qui sait si le niveau de vie en 2050 sera aussi élevé qu’aujourd’hui. Je suis content de poursuivre ma formation pendant deux ans. Je vais étudier la gestion de produit et j’aimerais ensuite travailler dans une grande entreprise. Je pourrais habiter dans n’importe quel pays. Il est possible que je n’aie pas de famille, mais que j’aie, grâce à mon métier, des amis dans le monde entier. J’habite dans une maison à la campagne, construite de mes propres mains, où je peux rentrer après chacun de mes voyages.»

Moi en 2050 «Coral Reef»: étude d’un habitat constitué de 100 maisons passives préfabriquées.

Stefani Liebhart, 19 ans, Hawa AG, Mettmenstetten, formation en logistique

«En 2050, je vivrai avec ma famille (mari, deux ou trois enfants, chat) dans une maison individuelle près de chez mes parents. Responsable logistique chez Hawa AG, je croquerai la vie à pleines dents. D’abord, j’aimerais découvrir d’autres pays, apprendre des langues et acquérir des connaissances en tant que joueuse de foot (élite). Je souhaite surtout que mes proches et moi-même soyons en bonne santé. Je vois l’avenir avec optimisme et me réjouis de chaque jour.»

slide No. 9  13


Projets

Ambassade dotée d’une forte présence L’Allemagne et le Tadjikistan sont des pays très différents. L’ambassade d’Allemagne veut les rapprocher, notamment grâce à l’architecture de sa nouvelle résidence. Différents matériaux, traditions de construction et procédés, des divergences linguistiques et culturelles: orchestrer la collaboration des entreprises allemandes et tadjikes constituait un défi pour l’architecte et planificateur général André Janka de Berlin. Et il y en avait d’autres. La construction devait être durable et écologique. Une norme de sécurité élevée était obligatoire, ainsi qu’une

structure solide face aux éventuels tremblements de terre. Le climat subtropical du Tadjikistan entraîne des hivers rigoureux, des étés chauds et de violentes tempêtes de sable. Seule la meilleure qualité était donc envisagée par le maître de l’ouvrage pour tous les matériaux et éléments. Les meilleurs matériaux de construction solide garantissaient donc la longévité du bâtiment. Dès 2006, les premières décisions techniques ont été prises sur place pour l’installation de volets coulissants et en 2009, une phase de test s’est déroulée avec succès pendant près d’un an avec une ferrure d’essai. Pendant la

phase de construction en 2010, dix éléments coulissants en bois à hauteur d’étage avec cadre métallique ont été montés sur la structure cubique du bâtiment. Ils servent de protection solaire dans la zone des balcons et sur les terrasses orientées à l’est. C’est le système automatisé de ferrure coulissante HAWAFront­slide 60/matic qui a été utilisé. D’une pression sur un bouton, il entre en action, tout en douceur, comme l’exige la discrétion d’une ambassade. La qualité de la résidence allemande prouve avec élégance que les bonnes relations et les bonnes constructions résistent au temps.

Projet: Résidence de l’ambassade d’Allemagne Lieu: Douchanbé Pays: Tadjikistan Architecte: Bureau d’architecture André Janka, Berlin Maître de l’ouvrage: Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung Réalisation: Décembre 2010 Système Hawa: HAWA-Frontslide 60/matic Objectif: Volets coulissants automatiques Quantité: 10 Matériau: Cadre métallique avec lamelles en bois 14  slide No. 9


L’impression de douceur est trompeuse: les hivers rigoureux et les tempêtes de sable estivales du Tadjikistan sont un test de résistance pour la ferrure HAWAFrontslide 60/matic sur la façade de l’ambassade ­d’Allemagne.

slide No. 9  15


Projets

Loggia vitrée Une loggia peut aussi être appréciable en hiver. Surtout lorsqu’il est doux et que la loggia est astucieusement revêtue de verre, comme à Nordelta près de Buenos Aires. Nordelta est en construction depuis 1999. Il s’agit d’une «gated c ­ ommunity», c’est-à-dire une ville privée, dans laquelle 24 quartiers doivent se grouper autour d’un lac central. Dans le quartier déjà construit de Los Castores II, deux installations de parois coulissantes en verre d’une longueur totale de près de neuf mètres sont en place depuis 2011 avec HAWA-Aperto 60/GL. Une fois ouverts, les éléments coulissants de la loggia se logent à 90° de l’axe de coulissement. Le profil porteur et porte-glace en filigrane avec ses faibles dimensions fait paraître la façade vitrée encore plus impressionnante. La façade vitrée protège la loggia du vent côtier et permet aussi une utilisation en hiver, généralement doux dans la région. Si HAWAAperto 60/GL est habituellement monté en intérieur, grâce aux matériaux largement résistant à la corrosion et à la résistance au vent contrôlée selon la norme DIN EN 1932 (classe 5), les utilisations en extérieur, comme ici, sont aussi possibles. Dans la maison, deux autres produits Hawa sont en service: les portes coulissantes en verre devant le réfrigérateur glisse sur HAWAJunior 80/GL, et la porte coulissante entre le dressing et la chambre à coucher est équipée de HAWA-Junior 80/GP.

Plus les éléments du système de ferrure sont fins, plus la surface vitrée est grande et plus l’intérieur est clair. Les deux installations de parois coulissantes en verre se verrouille avec une seule fermeture.

16  slide No. 9


Projet: Maison d’habitation Lieu: Nordelta, Barrio Los Castores II Pays: Argentine Architecte: Emilio E. Crosa, Nordelta, Bahia Grande Maître d’œuvre: Open Glass, Buenos Aires Maître de l’ouvrage: Privé Réalisation: Décembre 2011 Systèmes Hawa: HAWA-Aperto 60/GL, HAWA-Junior 80/GL, HAWA-Junior 80/GP Objectif: Parois et portes coulissantes en verre Quantité: 2 parois coulissantes en verre, 3 portes coulissantes tout-verre Matériau: Verre

slide No. 9  17


Projets

Villas avec vue sur la mer En été 2012, l’InterContinental Danang Sun Peninsula Resort a été inauguré sur la presqu’île Son Tra devant la ville vietnamienne de Da Nang. L’établissement luxueux avec vue sur la mer de Chine méridionale est magnifiquement niché dans une agréable baie. Depuis quelques années, le Vietnam devient une importante destination touristique. Des complexes hôteliers sont en préparation sur de nombreuses portions de la côte. L’InterContinental Danang Sun Peninsula Resort mise sur le bien-être, le style et la qualité. Parmi ses 197 villas, suites et chambres, aucune ne mesure moins de 70 mètres carrés. Alors que certains hôtes admirent le bleu profond de la mer, c’est le majestueux intérieur noir et blanc qui saute d’abord aux yeux des autres. L’architecture de l’établissement s’inspire de la construction des Hauts Plateaux vietnamiens, dans laquelle le bois joue un rôle central. Les bâtiments situés en bord de mer nécessitent de meilleurs matériaux, très résistants à la corrosion. Pour les solutions coulissantes, le partenaire réputé de Hawa, Häfele, a recommandé aux architectes des Bensley Design Studios d’utiliser des ferrures Hawa. Les concepteurs ont ainsi intégré différents systèmes de ferrure coulissante dans plusieurs villas, suites et espaces publics de l’hôtel, notamment HAWA-Concepta 25, 50, HAWATelescopic 80/2, 80/3 ainsi que de nombreux modèles de la famille HAWA-Junior. Des éléments vietnamiens traditionnels cou­ lissent donc avec les ferrures coulissantes suisses les plus modernes. Une belle association.

L’architecture et l’équipement des chambres s’inspirent de la construction traditionnelle du Vietnam.

18  slide No. 9


Projet: InterContinental Danang Sun Peninsula Resort Lieu: Bai Bac, Son Tra, Da Nang Pays: Vietnam Architecte: Bensley Design Studios, Bangkok Réalisation: Juin 2012 Systèmes Hawa: HAWA-Junior 40/Z, 80/Z, 120/B, 160/B HAWA-Concepta 25, 50 HAWA-Telescopic 80/2, 80/3 Objectif: Portes coulissantes, pivotantes/escamotables et coulissantes télescopiques Matériau: Bois

slide No. 9  19


Know-how

Matériau de ­construction d’avenir Le bois est en vogue, en partie grâce aux nouvelles technologies, matières premières et applications. Et grâce à la prise de conscience que le bois améliore non seulement le climat des pièces, mais aussi de la planète.

20  slide No. 9


Avec 28,5 mètres de haut, 150 mètres de long et 70 mètres de large, le «Metropol Parasol» sur la Plaza de la Encarnación de Séville, en Espagne, est actuellement la plus grande construction en bois du monde.

Comme dans de nombreux secteurs, l’ère numérique a fait son apparition dans les constructions en bois. Les informations constituent l’élément essentiel pour les hommes, les machines, les robots et leurs programmes de commande. C’est grâce aux commandes électroniques et aux nouveaux outils de conception paramétrables que la contrainte de la production en série diminue. Les produits individuels et les petites séries aussi deviennent rentables. Et plus ça va, plus le bois devient un matériau high-tech grâce aux nouvelles possibilités d’utilisation. Le pavillon du parc national Dovrefjell en Norvège est un exemple de ces nouvelles possibilités. Il protège du vent et des intempéries les visiteurs venus observer les rennes et les bœufs musqués. Le bureau d’architecture Snøhetta d’Oslo a conçu un modèle sur ordinateur et a transféré les informations numériques aux fraiseuses. Celles-ci ont usiné des poutres de 25 centimètres d’épaisseur pour réaliser l’assise. Les éléments ont été poncés et assemblés avec des chevilles par des constructeurs navals. Dans la partie intérieure abritée, le bois a été huilé de manière traditionnelle. Les faces extérieures de la structure en bois ont été enduites de résine de pin.

série de systèmes de construction complets pour les bâtiments à plusieurs étages, à l’exception de la production de pièces qui peuvent être transportées à l’unité. Pourtant, presque chaque construction en bois d’envergure est aujourd’hui un prototype.

bois est inégalé. L’armature du plus haut bâtiment en bois massif d’Europe, la Murray Grove Tower de neuf étages à Londres, a été érigée en seulement 27 jours, par quatre charpentiers.

Le bois, c’est de l’énergie Le haut degré de préfabrication de la construction en bois moderne a toujours été un facteur essentiel de sa rentabilité. Jusqu’à maintenant, la préfabrication et la normalisation étaient presque au même niveau. Mais grâce aux technologies actuelles, la normalisation a décliné. La rentabilité d’un objet dépend surtout de l’intelligence avec laquelle les matériaux et éléments sont combinés.

Le bois arrive en ville Dans les villes fortement peuplées, peu de surfaces sont disponibles pour les nouvelles constructions. On ne peut exploiter que l’espace restant et densifier les quartiers et les bâtiments au moyen de surélévations, d’extensions ou en remplissant l’espace. Léger, le bois est idéal pour les surélévations et l’aménagement des combles. Et surtout, pour les constructions dans l’existant, on recherche un travail rapide et discret. Dans ce domaine, le

Grâce à l’énergie du soleil, un arbre produit de l’oxygène. Parallèlement, il absorbe le dioxyde de carbone de l’air et le stocke sous forme de composés carboniques. Ainsi, le bois est une source d’énergie neutre et renouvelable. C’est lui qui présente la plus grande efficacité énergétique de tous les matériaux. Ainsi, le bois est aussi utilisé de plus en plus souvent pour l’assainissement énergétique des enveloppes des bâtiments, par exemple sous forme d’éléments en bois isolants et préfabriqués. Le bâtiment existant est mesuré avec précision, la nouvelle enveloppe en bois est préfabriquée et livrée prête à monter, à la manière d’un costume sur mesure.

Retour à la nature grâce à la technique Dans sa forme d’origine en tant qu’arbre, le bois dépasse encore largement les dernières capacités techniques synthétiques. Les

Chaque construction est un prototype Le bois convient mieux que les autres matériaux à la préfabrication. Cet atout est surtout utilisé dans la construction de maisons individuelles, plus rarement dans la fabrication en

La construction en bois connaît une réelle avancée. Le bois devient un matériau high-tech. slide No. 9  21


Know-how

ingénieurs de la construction en bois et les architectes cherchent à copier le raffinement d’un arbre. Le «bionique» est la science qui examine les systèmes naturels et recherche des constructions et des procédés dans la nature pour appliquer leurs avantages aux constructions. Le rapprochement avec la nature est de plus en plus courant, et ce n’est pas un hasard s’il apparaît aussi dans les formes dynamiques des bâtiments en bois modernes. Le «Metropol Parasol» de Séville est inspiré des arbres ou des champignons. Il a été conçu par l’architecte berlinois Jürgen Mayer H. Près de 3400 éléments de bois de placage en épicéa finlandais ont été fabriqués en Allemagne. Un robot commandé par CNC a découpé des éléments de même largeur au millimètre près,

et a effectué les fraisages et évidements. Seuls les perçages de 65 à 70 centimètres de profondeur pour les tiges filetées ont été réalisés à la main. A Séville, les éléments ont été préparés au sol, fixés de manière provisoire puis levés. C’est seulement sur l’emplacement définitif qu’ils ont été ajustés puis fixés à la structure. Pour finir, la construction a été dotée d’un revêtement étanche mais respirant en polyuréthanne de couleur crème. Le «Metropol Parasol» est un symbole architectonique et ingénieux qui matérialise clairement les possibilités de la construction moderne en bois. Mais d’autres objets prouvent aussi que la construction moderne en bois est en plein essor.

«Le bois revient en ville.» selon l’expert Hermann Blumer, le principal atout du bois en tant que matériau de construction est sa polyvalence. Grâce au développement continu de possibilités d’utilisation intéressantes, la construction en bois pourrait encore mieux faire ressortir cet avantage à l’avenir. Quelles propriétés du bois vont gagner en importance?

Hermann Blumer Né en 1943, charpentier et ingénieur ePF/siA, il est entré en 1971 dans l’entreprise familiale de construction en bois en suisse et a entre autres développé le système BsB, les planchers lignatur et le collage à haute fréquence. en 2003, il a fondé Création Holz GmbH, une entreprise de conseil pour l’ingénierie globale de construction. Blumer est engagé au niveau international en tant que conférencier, concepteur et accompagnateur de projets. 22

slide No. 9

L’atout du bois est sa polyvalence. S’il est utilisé au mieux, il peut supporter, isoler, habiller, stocker, parfumer, sonner… De plus, le bois est très facile à travailler. Cela concerne aussi bien les utilisations en bois massif que la construction avec des éléments en bois. La principale propriété du bois est donc sa polyvalence, dans un large spectre d’utilisation technique, écologique et émotionnel.

Quelles évolutions la construction en bois va-t-elle vivre dans les prochaines décennies? La construction en bois revient en ville. On utilisera de plus en plus de bois, principalement dans les bâtiments d’habitation et de bureaux, mais aussi les bâtiments publics.

Pourquoi? Cet attrait vient du souhait de réduire les émission de dioxyde de carbone. Le bois pourrait devenir le matériau de la sagesse collective. Il faudra se battre pour les matières premières qui s’amenuisent, alors que le bois, renouvelable, sera toujours disponible en cas d’exploitation raisonnée.

Alors pourquoi le bois restait-il dans l’ombre en matière d’environnement urbain au cours des dernières décennies? Les principaux obstacles étaient alors les directives en matière de protection incendie et une mauvaise image en matière d’insonorisation et d’accumulation de chaleur. Mais depuis, on a développé de bonnes solutions dans ces domaines. Progressivement, on parvient aussi à communiquer ces nouveautés.


Dans le pavillon des visiteurs du parc national Dovrefjell en Norvège, les procédés de fabrication les plus modernes­sont combinés à des connaissances artisanales centenaires issues de la région.

Mais par rapport à d’autres matériaux, le bois a-t-il aussi des inconvénients? Evidemment, le bois aussi apporte ses atouts et ses faiblesses naturels. Mais nous observons actuellement un développement très rapide de nouvelles applications. Plus le temps passe, plus la construction en bois est considérée au même niveau que la construction en dur ou la construction métallique. Au niveau de la technique, le bois va occuper des niches de l’architecture organique. Il sera privilégié au contact des gens et pour les constructions propres et haptiques.

A quoi ressemble la maison de demain? Elle est largement indépendante des sources d’énergie extérieures ou même entièrement autonome. Idéalement, elle fonctionne même comme une petite centrale électrique, qui fournit aussi l’énergie pour la mobilité des ­occupants. La maison de demain se règle toute seule de manière intelligente, identifie les besoins des occupants. Dans la maison en bois du futur, on se sent encore mieux. La con-struction intelligente avec des hybrides de bois/béton, bois/verre et bois/ métal stimule l’apparence intérieure et ­extérieure.

Qu’est-ce qui différence une menuiserie de 20 collaborateurs aujourd’hui d’une même entreprise dans 25 ans?

Quelles sont vos essences de bois ­préfé­rées?

Le travail intellectuel va sans doute prendre encore plus le pas sur le travail manuel. Les machines et robots réalisent les usinages de manière très performante, avec une précision et une flexibilité surprenantes. Les collaborateurs se chargent des données. Ainsi, les menuisiers vont planifier davantage, ils deviendront l’interface entre l’homme et la machine.

Je suis non seulement lié au châtaignier par le calendrier celtique des arbres, mais je suis aussi captivé par sa rudesse en tant qu’arbre et par la robustesse de son bois comme matériau. Je me sens aussi très proche de l’épicéa. C’est grâce à son bois que j’ai pu réaliser mes développements de produit, et ainsi me développer moi-même.

«Le bois pourrait ­devenir le matériau de construction de la sagesse col­lective.» Hermann Blumer, Création Holz GmbH

slide No. 9  23


Know-how

Lotissement Marcadet, Paris, France

Maison d’habitation L, Nuremberg, Allemagne

24  slide No. 9

HAWA-Frontfold 20 La ferrure robuste et durable repliable en accordéon pour les volets en bois ou aluminium jusqu’à 20 kg. Le système est très simple: les volets se replient, coulissent sur le côté et se rangent à un angle de 90° par rapport à la fenêtre. Grâce à un nombre illimité de vantaux (pair ou impair), HAWA-Frontfold 20 est idéal pour les façades dotées de grandes surfaces vitrées et offrant peu de place pour ranger les volets. Un nombre pair de vantaux est toutefois recommandé.


Plier, coulisser, conseiller les fenêtres sont plus grandes, l’espace pour les volets plus petit, le design des façades plus exigeant. Ce sont trois raisons pour lesquelles les volets repliables en accordéon ont le vent en poupe. leurs utilisations sont si variées que les architectes et les installateurs aiment recevoir les conseils techniques des spécialistes Hawa.

Les maisons à faible consommation et à énergie positive sont l’avenir. Par ailleurs, la conception moderne avec volets repliables en accordéon est souvent stylée. Ces composants dynamiques confèrent plusieurs visages à la façade et offrent aux maisons bien plus de cachet que les volets roulants. Ainsi, ils protègent du soleil et des intempéries, tout en constituant un élément de style pour les constructeurs et les architectes. Cela concerne tant les immeubles que les maisons individuelles. La gamme étendue de Hawa offre la solution adaptée à de nombreux projets de construction. Les architectes et les installateurs découvrent dans HAWA-Productfinder, sur www.hawa.ch, le produit adapté à leur situation. En cas de projets d’envergure exigeants, les architectes prennent souvent contact avec Hawa au début de la planification, ou pour les bâtiments plus petits, l’installateur contacte Hawa juste avant le montage. «Nous avons le savoir-faire et l’expérience concernant

le rail de guidage inférieur, exemple de conseil tiré de la pratique Pour l’Hotel Valbella inn, il était prévu d’utiliser HAWA-Frontslide 60/matic. en raison de la construction spécifique de la façade et du poids supérieur des très grands volets coulissants, aucune solution standard n’était possible. Hawa a développé pour les spécialistes de la construction en bois une proposition adaptée à la mise en place sur le chantier. Un rail de guidage ouvert en bas avec galets de guidage a été réalisé, et grâce à des adaptations au niveau du roulement et de la commande, les volets coulissants s’ouvrent et se ferment plus lentement.

l’installation, la combinaison et le montage des éléments corrects pour chaque situation», explique Sepp Stehli, responsable de l’équipe de consultation technique de Hawa AG. Selon lui, aucune façade ne ressemble à une autre. C’est pourquoi on demande souvent des solutions individuelles avec des produits Hawa, qui peuvent être mises en place par les installateurs. C’est dans ces cas-là que Sepp Stehli recommande une prise de contact anticipée avec un conseiller technique de Hawa AG. «Quand on reçoit un schéma, on peut évaluer la situation et élaborer les meilleures propositions de solution, toujours complétées par une liste de pièces.» Auparavant, les volets repliables en accordéon étaient surtout présents dans les pays germanophones. Mais les conseillers Hawa reçoivent aussi depuis un moment des demandes d’Italie, de France, de Scandinavie et autres. Les systèmes de ferrure repliable en accordéon de Hawa font leur apparition dans le monde entier.

«La solution adaptée à chaque client, c’est notre objectif.» sepp stehli, responsable du consultation technique, Hawa AG

HAWA-Frontslide 60 le système de ferrure coulissante polyvalent HAWA-Frontslide 60 déplace des volets en bois, métal ou plastique pesant jusqu’à 60 kg. il existe trois variantes avec chacune une finition automatique ou manuelle. la variante classique permet de déplacer chaque élément. la version symétrique déplace les vantaux droit et gauche en même temps. enfin, la variante télescopique range élégamment deux à quatre vantaux les uns sur les autres. HAWA-Frontslide 60/B est recommandé pour les hauteurs de montage particulièrement faibles. il ne nécessite pas de cache.

Hotel Valbella inn, Valbella-lenzerheide, suisse slide No. 9

25


Know-how

«Les éléments mobiles de façade nécessitent une chorégraphie.» Plus que les autres architectes, prof. Michael Schumacher, de Francfort-sur-le-Main, s’intéresse aux éléments mobiles d’un bâtiment. En tant que professeur, il sensibilise aussi ses étudiants à ce sujet.

Par définition, les bâtiments sont immobiles. Pourtant, en tant qu’architecte, vous avez publié un livre intitulé «move». Une contradiction? Non, car même avec les bâtiments, je suis sans cesse confronté à des parties mobiles. Il s’agit principalement d’éléments qui sont importants pour l’économie d’énergie ou l’utilisation changeante des espaces. Je pense par exemple aux fenêtres, portes, volets coulissants ou rabattables, éléments occultants, mais aussi aux grands toits au-dessus des stades.

Le titre «move» laisse deviner votre fascination pour le mouvement. Le sujet recèle en effet une poésie toute particulière. Les mouvements dictés par les fonctions d’un bâtiment peuvent être beaux ou laids, en fonction de la construction des éléments nécessaires.

Michael Schumacher …

Tous les architectes ne semblent pas à l’aise avec le sujet, alors que vous vous consacrez volontairement à cette mission.

… dirige depuis 1988 avec Till Schneider le bureau d’architecture schneider+schumacher, dont le siège social se trouve à Francfortsur-le-Main. Le bureau travaille surtout en Allemagne et en Autriche, mais réalise aussi des constructions en Suisse, en France, en Chine et en Russie. Depuis 2007, Schumacher est professeur de construction et de conception à l’Université Leibniz de ­Hanovre.

La planification de ces éléments est difficile, et inhabituelle pour les architectes. On dispose généralement d’une marge de manœuvre lors de la conception. Pour les éléments mobiles au contraire, il existe une fonction bien définie qui ne tolère aucune variation. Notre bureau se penche plus que les autres sur les éléments mobiles et a développé une certaine affinité à leur égard. Nous souhaitons conférer aux éléments techniques ou fonctionnels nécessaires une signification également esthétique et architectonique pour le bâtiment.

26  slide No.9

Est-ce la raison pour laquelle vous avez créé votre propre service cinétique? Il existe d’innombrables moteurs, charnières, commutateurs, capteurs et dispositifs de sécurité qu’on ne peut pas tous connaître. En tant qu’architectes, nous pensons davantage en termes de formes, de couleurs et de structures qu’en dimensions de la construction. Mais c’est justement en cela que le mouvement nous impose une contrainte et que des spécialistes sont nécessaires. C’est pourquoi nous avons créé le service cinétique. Notre objectif est d’avoir au fil du temps nos propres spécialistes qui d’une part, maîtrisent le côté architectonique et d’autre part, comprennent le côté constructif des éléments mobiles de façade, jouant le rôle de médiateurs entre l’architecte et le constructeur de façade.

La maîtrise des solutions techniques est une chose, mais comment abordez-vous les exigences architectoniques? Il faut imaginer une chorégraphie des éléments mobiles qui intègre toutes les situations possibles, comme le soleil, l’ombre, le jour ou la nuit. C’est complexe et c’est ce qui m’attire aussi dans ce domaine.

Avez-vous des exemples tirés de votre travail qui illustrent particulièrement ces propos? Un des exemples les plus intéressants est notre projet de concours pour une tour d’hôtel sur l’île de Kish, appartenant à l’Iran, dans le golfe Persique. Dans ce projet, les éléments mobiles font partie intégrante de la façade et occupent plusieurs fonctions à la fois: grâce à des cellules solaires, ils produisent de l’énergie,


Conception frappante de schneider+schumacher: Blossom Hotel Kish ­Island en Iran. La façade rappelle les ornements arabes. Leurs panneaux solaires sous forme de prisme doivent protéger du soleil tout en produisant de l’énergie.

modifient l’aspect du bâtiment au cours de la journée, offrent une protection contre les conditions climatiques très variables et interprètent de manière moderne des ornements connus de la culture arabe.

à l’écran, elles doivent aussi fonctionner au niveau technique dans les modèles que nous construisons. Il en résulte de très belles choses, qui ne peuvent pas toujours être ­mises en pratique.

Dans d’autres concours, tels que du Credit Suisse à Francfort, vous avez proposé des volets coulissants. Qu’est-ce qui a justifié ce choix?

Dans les intérieurs aussi, on trouve de nombreuses parties mobiles. Sont-elles la solution aux besoins d’utilisation changeants?

Pour ces projets, les volets coulissants constituaient la solution la plus pratique, la plus judicieuse et tout simplement aussi la plus belle. Dans le cas du Credit Suisse, il fallait également concevoir un élément occultant à la fois simple et attrayant visuellement.

En tant que professeur, vous aimez faire concevoir des solutions mobiles de façade à vos étudiants. Comment les mettez-vous sur la voie? L’objectif des séminaires est de familiariser les étudiants avec les éléments mobiles de la façade. D’un côté, ils doivent explorer les solutions astucieuses qui peuvent être réalisées avec les éléments mobiles de façade, de l’autre, ils doivent apprendre à discipliner les mouvements. Concrètement, je laisse par exemple les étudiants chercher des solutions d’occultation d’une fenêtre. Les idées ne ­doivent pas se contenter d’être intéressantes

Les parois coulissantes ou pliantes par exemple offrent des possibilités intéressantes. Je pense aux salles qui peuvent être agrandies ou réduites rapidement. Mais pour moi, l’utilisation de parois mobiles est toujours un ­exercice délicat.

Qu’entendez-vous par là? Je peux comparer ça aux appareils multi­ fonctions. Ils peuvent effectuer de nombreuses ­tâches, mais pas toutes parfaitement. C’est la même chose pour les bâtiments. La solution coulissante ne doit pas devenir une fin en soi. Elle doit offrir un avantage concret. En tant qu’architecte, il faut trouver le juste ­milieu. De plus, la flexibilité dépend non ­seulement des parois coulissantes, mais aussi de la structure d’un bâtiment. Mais mises à part les exigences, le coulissement et le déplacement d’éléments a une certaine magie, à laquelle on ne peut pas échapper.

­L’immeuble de bureaux «T8» à Francfort-surle-Main pour le Credit Suisse. Deux étroits bâtiments ouverts: au rez-de-chaussée gastronomie, boutiques et ­salles de conférence, à l’intérieur du ­socle massif, terrasses ­arborées sous un toit vitré. slide Nr. 9  27


Know-how

Rencontre de gagnants A l’ETH de Zurich, la bonne humeur était de mise le 1 mars 2012. Tant chez les lauréats du concours Hawa Student Award 2012 que chez les 150 invités et spécialistes venus à la remise de prix.

Le lauréat David Eickhorst en conversation avec Ulrich Kraus, Hawa AG.

Près de 150 visiteurs se sont rendus à l’ETH de Zurich. L’exposition a suscité des discussions sur le thème du coulissement.

78 projets avaient été soumis sur le thème «L’habitat en niches urbaines». Le projet «FREIRAUM» de l’étudiant en architecture de Stuttgart, Maximilian Illing, a été désigné gagnant, devant sept ­autres projets jugés ex aequo par le jury. La remise de prix constituait aussi le vernissage de l’exposition des

28  slide No. 9

projets à l’ETH de Zurich. En avril, l’exposition a rejoint l’Université Leibniz de Hanovre, avant de rencontrer aussi un vif intérêt en juillet à l’Académie des beauxarts de Stuttgart.

De jeunes talents récompensés: Gregor ­Haab, directeur de Hawa AG, remet à Malte Kloes le document pour le projet «Enfilade».

«La diversité des idées était impressionnante et intéressante.» Beatrice Pia Schmidt, raum+entfaltung

Vous trouverez des détails sur le concours et les projets sur le ­site Internet thématique de Hawa

myslidestyle.ch.


Gagnant du concours Hawa ­Student Award 2012: ­Maximilian Illing, étudiant en architecture à l’Académie des beaux-arts de Stuttgart.

Naghmeh Haijbeik, Claudia Falconí du projet «MOVE_ein balkon zur stadt».

Elisabeth Tress-Rehbein: «Les solutions futées nous inspirent, l’événement est super.»

Heinz Haab salue les invités.

Anke Deutschenbaur, membre du jury et directrice de Slide Studio de Hawa AG, présente les huit projets primés.

«Les jeunes architectes ont exploité de manière créative le potentiel des ­solutions modernes de coulissement.» Heinz Haab, directeur, Hawa AG Les lauréats: Julia Naumann et Max Wasserkampf; Valentin Lang et Simon Schoch; Benjamin Minder et Michael Fehlmann; Marc Frochaux (escaliers, de gauche à droite); Malte Kittelmann, Naghmeh Hajibeik et Claudia Falconí; Maximilian Illing; David Eickhorst et Sven ­Petersen; Malte Kloes (en bas, de gauche à droite).

slide No. 9  29


Know-how

Nouveautés produits

HAWA-Variotec 150/GV

Adaptation de gamme

Eléments à coulisse à coller

HAWA-Variofold/Centerfold 80/H

Nouveau profil porteur/porte-glace

… jusqu’à épuisement du stock

Coulissement plus discret

Nouvelle charnière acier inoxydable

Avec le système de ferrure HAWAVariotec 150/GV pour parois coulissantes en verre, on proposait jusqu’à maintenant un profil légèrement arrondi. On propose aussi depuis peu un profil droit. Les utilisations restent aussi variées que pour le profil arrondi:

Les nouveaux besoins des architectes et des artisans nécessitent de nouvelles fonctionnalités.

Avec Hawa, le coulissement se fait plus discret, à chaque fois que c’est possible.

Hawa remplace ainsi prochainement trois systèmes de ferrure coulissante et recommande l’utilisation des nouveaux produits.

• Installations droites et courbes • Changements de direction • Portes va-et-vient coulissantes et coulissantes pivotantes • Verre trempé 10 mm / 12 mm / 12,7 mm • Verre de sécurité feuilleté 2 x 5 mm + film 0,76 / 1,52 mm • Verre de sécurité feuilleté 2 x 6 mm + film 0,38 / 0,76 mm • Intégration de verrous, garnitures centrantes etc.

Jusqu’à épuisement du stock, ­sûrement livrable jusqu’à fin 2012:

Pour les portes coulissantes en verre, en particulier les verres satinés de 8 à 13 mm d’épaisseur, c’est maintenant possible avec les guides inférieurs autoserrants en versions chromé mat et imitation inox.

En octobre 2012, Hawa remplace la charnière actuellement utilisée pour les grandes cloisons pliantes et en accordéon à fleur (article no. 19598).

Les dimensions extérieures du

nouveau profil et du profil existant sont identiques, le nouveau profil droit est aussi anodisé couleur ­argent ou brut de surface de traitement.

• HAWA-Fiero 25/30 Rempl.: HAWA-Concepta 25/30/50 Livrable régulièrement jusqu’à fin 2012. Jusqu’à fin 2013, livrable jusqu’à épuisement du stock:

Le changement concerne: • HAWA-Normafit 40/70 Rempl.: HAWA-Junior 40-80/B et HAWA-Junior 40-80/Z • HAWA-210 50-70/VF Rempl.: HAWA-Antea 50-80/VF Les architectes et artisans trouvent le produit Hawa adapté à chaque application avec HAWA-

Productfinder sur www.hawa.ch. 30  slide No.  9

A partir de 2013, l’ensemble des guides inférieurs autoserrants avec éléments à ressort en plastique seront aussi livrés sans supplément avec éléments à coulisse à coller.

• HAWA-Puro 100-150 • HAWA-Purolino 80 • HAWA-Junior 40-160/GP • HAWA-Junior 40-80/GL • HAWA-Junior 80-250/G • HAWA-Junior 40-80/GS • HAWA-Symmetric 80/G • HAWA-Super 250/G • HAWA-Ordena 70/P

La nouvelle charnière pour charges lourdes et les 8 vis de fixation (article no. 23271) sont en inox, qualité WNR 1.4401/AISI 316. La fraisure pour les pattes de la charnière reste identique. Le prix par pièce quant à lui baisse d’environ 10 %. La charnière pour charges lourdes convient aux utilisations avec HAWA-Variofold/Centerfold 80/H pour des portes pesant jusqu’à 80 kg. Des cloisons de séparation d’une largeur de 6 mètres ou ­même 12 mètres avec installation côte-à-côte sont possibles et, grâce à la grande résistance, ­seules 2 charnières sont nécessaires pour une porte de 2500 mm de haut et 3 pour une porte de 3500 mm de haut.


Agenda

Personnel

Architect@Work 12 Salon national pour l’architecture, la construction et l’aménagement intérieur www.architectatwork.nl

12. – 13.9.2012 Hawa

Ahoy Rotterdam, Pays-Bas Stand 135

Prowood 12 Salon pour l’industrie de traitement du bois www.prowood-fair.be

21. – 25.10.2012 Hawa

Flanders Expo, Gant, Belgique Halle 4, Stand 4408

Artibat 12 Salon de la construction pour l’ouest de la France www.artibat.com

24. – 26.10.2012 Hawa

Parc des expositions de Rennes/Airport, France Halle 9, Stand A24

Architect@Work 12 Salon national pour l’architecture, la construction et l’aménagement intérieur www.architectatwork.de

7. – 8.11.2012 Hawa

Stuttgart, Allemagne Stand 118

Bau 13 Salon international de la construction pour le matériel et les systèmes pour les architectes, les ingénieurs du bâtiment, les entreprises de construction, les artisans et les installateurs www.bau-muenchen.com

14. – 19.1.2013 Hawa

Neue Messe Munich, Allemagne Halle C4, Stand 310

Hans-Jörg seidenbusch... … conseille depuis mi 2011 les architectes et partenaires commerciaux du sud de l’Allemagne et du Tyrol du Sud dans la réalisation de leurs projets. Le credo de cet ingénieur autrichien père de trois enfants: «Les bonnes équipes ont un esprit collectif qui fait avancer les hommes et l’entreprise.»

BWs 13 Salon technique pour la fabrication, le traitement du bois, le métal, les outils, les systèmes de fermeture et les ferrures www.bwsmesse.at

10. – 13.4.2013

Messezentrum Salzbourg, Autriche

Responsable de l’édition et du contenu Magazine pour l’architecture, le design, le commerce et l’artisanat

Patrick C. lilienthal... slide, no. 9, septembre 2012, parution semestrielle editeur/Copyright Hawa AG Ferrures coulissantes, 8932 Mettmenstetten, Suisse, slide@hawa.ch, sous réserve de modifications techniques Responsables de projet Rolf Arnold, Anke Deutschenbaur, Doris Hug Concept/ Rédaction/Réalisation Basel West Unternehmenskommunikation AG, 4012 Bâle, Suisse; rédaction: Willi Näf, Reto Westermann; réalisation: Thomas Aerni, Frédéric Giger; lithographie: Vanessa Tozzo impression Engelberger Druck AG, 6370 Stans, Suisse langues/ Tirages allemand 5500, français 2250, anglais 4250 Photos Page 1: Menno Aden; Page 2: Frédéric Giger; Pages 2, 6, 7: Jörg Vietze; Pages 3, 20, 21: David Franck; Pages 3, 24: Mila Hacke, Berlin; Pages 3, 26: Christian Breitler; Page 4: Sandro Vannini/Corbis/Specter; Pages 8, 9: Carsten Dauer; Pages 10–13: Vincent Callebaut Architectures SARL, Paris; Pages 14, 15: Photographe: Torsten Seidel, Berlin; Droits aux images: Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung, Bonn; Pages 16, 17: evfp, Eugenio Valentini; Pages 18, 19: IHG Asia; Pages 22, 23: diephotodesigner.de; Pages 24: A.S.T. Alu-System-Technik GmbH, Nenzing; Page 25: Valbella Inn AG, www.valbellainn.ch; Page 27: schneider+schumacher Planungsgesellschaft mbH, Francfort-sur-le-Main; Pages 28, 29: Axel Linge; Page 30: Marc Eggimann No. d’article 22043

… dirige depuis avril 2012 les projets internationaux. Le père de famille originaire de Muri est doté d’une expérience internationale en vente et gestion de projet. Amateur de pêche et de chasse, il aime déceler des objets intéressants pour les rendre encore plus excitants avec les produits Hawa.

slide No. 9 31


Ferrures coulissantes Hawa : ouvertes à des idées de design personnalisées.

Vos plans d’aménagement tiennent compte des directives des clients et des données spatiales. Malgré tout, pour vous laisser la plus grande liberté d’action possible, Hawa développe depuis des décennies des solutions et systèmes de ferrures coulissantes parfaitement adaptés à vos idées. C’est donc toujours une bonne idée de se rendre en premier lieu sur le site Internet www.hawa.ch lorsque l’on a des cloisons, portes, fenêtres et volets à coulisser, plier, parquer, ouvrir ou fermer. Hawa AG, CH-8932 Mettmenstetten, Suisse, Tél. +41 44 767 91 91, Fax +41 44 767 91 78, www.hawa.ch


SLIDE No. 9 - Magazine Hawa en français