Page 1

Qui suscite la moquerie? La pitié ? Les pays du Sud. Comment y vit-on ? La solidarité internationale a-t-elle un rôle à jouer dans un monde où les inégalités sont de plus en plus criantes ? Finalement, le handicap dans les pays du Sud… Un thème complexe, à découvrir dans ce manuel de sensibilisation. Pour ce faire, Handicap International vous propose - 25 fiches thématiques - 13 activités ludiques - 70 photos. L’outil indispensable pour développer votre projet pédagogique avec une classe ou tout autre groupe! En fonction du temps dont vous disposez, de vos objectifs et des attentes du groupe. Bon amusement!

Ce manuel a été réalisé avec l’aide financière de l’Union européenne. Le contenu de ce manuel relève de la seule responsabilité de Handicap International et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant l’avis de l’Union européenne

HANDICAP & SOLIDARITE INTERNATIONALE

Le handicap. Un sujet tabou ? Mal connu ? Qui fait peur ?


Manuel de sensibilisation


REMERCIEMENTS

Coordination Emmanuelle De Caluwé Texte Emmanuelle De Caluwé, Jean-Thomas Paridaens, Aurore Schreiber, Nicolas Vermylen, Séverine Wodon Avec la collaboration de Erika Lambert, Graziella Lippolis, Eric Remacle, Sophie Wyseur, Monique Ferguson, Marc-Andre Peltzer, Stan Brabant, Vincent Slypen, Danielle Tychon, Philippe Harmegnies, Christian Bontinckx, Barbara Bruylands Crédits photographiques et illustrations Layla Aerts, Thierry Agagliate, Joe Athialy, Koen Baetens, Jean-Charles Bétrancourt, Julien Chatelin, Marie Chuberre, Dominique Delvigne, Jérôme Deya, Catherine Dixon, John Driver, Alexis Duclos, Laurent Duvillier, Frédéric Escoffier, Bernard Franck, Paul Franck, Jacques Grison, Alexandre Hippert, Jim Holmes, Z. Johnson, Robert Knoth, Hugues Laurenge, Patrick Le Folcalvez, Rozenn Le Mentec, Les mains pour le dire asbl, Isabelle Lesser, Sean Maynard, Jess Mc Cabe, Ursula Meissner, Fédéric Meunier, Florent Milesi, Nathalie Moindrot, Norfolk coalition of disabled people, PNUD, OMS, Charles O'Rear, Philippe Revelli, John Rodsted, M. Seth, Claude Simonnot, Rronny Smedts, C. Smets / Luna, Bruno Stevens, Dieter Telemans, Gaël Turine, John Vink, UNAPEI, UNHCR, Wikimedia Commons Conception graphique Ta Yang Hsu Editeur responsable © 2009, Handicap International Handicap International Belgique Rue de Spa 67 1000 Bruxelles Tel : +32 2 280 16 01 Fax : +32 2 230 60 30 info@handicap.be www.handicapinternational.be

Fruit de plus d’une année de travail, ce manuel n’aurait pu être réalisé sans l’aide précieuse de toute une série de personnes. Je voudrais avant tout remercier toutes celles que j’ai pu rencontrer via Handicap International, de Belgique ou d’ailleurs, et qui m’ont permis de mieux connaître le « monde du handicap », à la fois complexe, encore tabou à bien des égards et si peu connu… Mais qui nous plonge dans ce vaste champ cultivé de richesses insoupçonnées. Je citerai aussi les stagiaires et bénévoles qui ont collaboré intensément à la rédaction de ce manuel : Séverine, Erika, Jean-Thomas, Aurore et Nicolas. De même, je remercie toutes les personnes extérieures ou internes à Handicap International qui ont bien voulu donner de leur temps pour la relecture de nombreux textes : Graziella, Monique, Vincent, Stan, Sophie, Eric, Philippe, Christian, Danielle, Marc-André et Barbara. Pour toute une partie, ce manuel propose une approche empirique, nourrie de l’expérience concrète d’animation de nombreux ateliers de sensibilisation avec des classes d’écoles, des groupes d’adultes, etc. Chaque atelier aura été pour moi l’occasion d’affiner les activités proposées sur base des réactions et des critiques des publics depuis près de deux ans. Merci à eux aussi. Vous le découvrirez rapidement : ce manuel est illustré de nombreuses photos prises par différents auteurs, professionnels ou non, et qui ont pu montrer le thème du handicap et des personnes handicapées sous un angle humain, juste, parfois décalé et dans le respect de la dignité. Tout en faisant preuve de qualité esthétique au niveau de l’image. Enfin, je terminerai en remerciant Ta Yang, qui a puisé dans son imagination débordante pour trouver la façon idéale de mettre en page et d’illustrer ce manuel. Quel défi ! Bon voyage dans ce manuel du handicap et de la solidarité internationale !

Emmanuelle De Caluwé Gestionnaire de projets d'éducation au développement, Handicap International Belgique


SOMMAIRE PREMIERE PARTIE

INTRODUCTION AU MANUEL 1. La thématique 2. L’éducation au développement pour 3. 4. 5. 6.

10

15. Sport et loisirs 16. Famille, sexualité, parentalité 17. Politique

156 164 172

Handicap International

10

18. Urgence

182

Les objectifs pédagogiques A qui s’adresse ce manuel ? Méthodologie proposée Utilisation du manuel

11 11 11 12

19. 20. 21. 22.

190 198 206 216

7. Brise-glace, techniques d’animation et outils d’évaluation 8. Tableau récapitulatif des activités 9. Calendrier annuel du handicap FICHES THEMATIQUES 1. Généralités sur les pays du Sud 2. Généralités sur le handicap 3. Déficience motrice

7

23 24

4. Déficience visuelle 5. 6. 7. 8.

68 78 88 94

Déficience auditive Déficience intellectuelle Droits des personnes handicapées Accessibilité

9. Stéréotypes et préjugés, discrimination 10. Pauvreté

23. Sécurité routière 224 24. Guerres : mines et armes à sous-munitions 230

14 20 21

34 44 56

11. Santé 12. Education

104 112 120 132

13. Travail 14. Genre

140 148

Coopération au développement Culture Pollution Violence

25. Migrations

238

FICHES D’ACTIVITES

245

1. 2. 3. 4.

DEUXIEME PARTIE

La ruée pour la richesse et le pouvoir Un pas en avant ! Ne coupons pas les ponts ! Le roi des droits

246 253 258 264

5. Qui est derrière moi ?

272

6. 7. 8. 9.

Tous enfants, tous des droits ! Photo-langage Médias-débat Défis-sens

277 282 287 291

10. Petit reporter sans frontières 11. Contes

295 298

12. Let’s talk about sex ! 13. Jeu des chaises

308 313

PORTFOLIO PHOTOS - 70 Photos


INTRODUCTION AU MANUEL


Que souhaitent les personnes handicapées ?

R

ien de spécial, rien d'extraordinaire. Nous voulons

simplement être en mesure d'aller à l'école de notre quartier ou secteur; d'accéder à la bibliothèque publique, d'aller au cinéma, de prendre un autobus pour faire nos courses au centre-ville ou pour aller voir des amis ou des parents à l'autre bout de la ville ou du pays. Nous souhaitons également avoir accès au bureau de vote, comme tout le monde, les jours d'élection. Nous voulons pouvoir nous marier, travailler et avoir les moyens d'élever nos enfants. Nous voulons encore des soins médicaux de bonne qualité et financièrement abordables. Nous souhaitons enfin être considérés comme des personnes à part entière, intégrées à la société, et non pas comme des individus à cacher; à prendre en pitié ou demandant la charité.

Adrienne Rubin Barhydt www.disrights.org


INTRO

1. LA THEMATIQUE

3. LES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

Selon les Nations Unies, une personne sur dix dans le monde est handicapée. 80% 1 de la population mondiale des personnes handicapées vivent dans les pays du Sud 2, ce qui représente 500 millions de personnes. Parmi elles, seules 2% 3 ont accès aux soins de santé de base et 98% 4 des enfants handicapés n'ont pas accès à l'éducation. 80% 5 d’entre elles vivent avec moins d'un euro par jour ! Dans les situations d’urgence, jusqu’à 80% des personnes qui restent dans les zones dangereuses sont des personnes handicapées 6. En Belgique, le taux de chômage des personnes handicapées est deux à trois fois 7 plus élevé que la moyenne nationale. Ajoutons à cela le manque d’accessibilité général partout dans le monde pour les personnes en situation de handicap.

L’objectif général de ce manuel repose avant tout sur la mise à disposition pour tout acteur éducatif d’un manuel facile et agréable d’utilisation, flexible en fonction des contraintes de chacun et pertinent pour aborder la question du handicap dans les pays du Sud auprès de son propre public. Via ce manuel, l’idée est de susciter des changements de regards et de comportements pour que ceux-ci soient plus justes et plus respectueux vis-à-vis des personnes handicapées, d’ici et d’ailleurs. Cela passe par la réflexion et la prise de conscience de la situation des personnes handicapées, plus spécifiquement celles vivant dans les pays du Sud.

10

INTRO

11

La question du handicap est universelle et inévitablement liée à la condition humaine. Si l’inclusion des personnes handicapées n’est pas encore effective en Belgique, elle pose davantage question dans les pays du Sud : les réalités de vie plus difficiles de manière générale font de la satisfaction des besoins fondamentaux un enjeu capital, spécialement pour les personnes handicapées dont les droits sont particulièrement bafoués. Pour améliorer les conditions de vie des personnes handicapées dans les pays du Sud, des pistes de solutions existent et se développent : insertion socio-économique, éducation pour tous, accès facilité aux soins de santé, développement communautaire, campagnes de sensibilisation pour combattre les stéréotypes, accessibilité, etc.

2. L’EDUCATION AU DEVELOPPEMENT POUR HANDICAP INTERNATIONAL Ce manuel de sensibilisation s’inscrit dans une démarche d’éducation au développement. Pour Handicap International, cela signifie que : « Face aux conditions de vie des personnes handicapées, en particulier dans les pays du Sud, l’éducation au développement est un processus pédagogique de long terme qui vise à susciter, auprès de la population belge, des changements de valeurs et de comportements vis-à-vis des personnes handicapées, pour construire un monde plus inclusif, où leurs droits sont respectés et appliqués ».

1 2

3 4 5 6 7

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Par pays du Sud, on entend les pays situés en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Plus d’infos, voir fiche thématique « 2. Généralités sur les pays du Sud » Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), 2004 Fond des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), 1999 Université d’Helsinki, février 2005 Center for research on the epidemiology of disasters (CRED), 2005 Agence Wallonne pour l’Intégration des Personnes Handicapées (AWIPH), 2005

Pour atteindre cet objectif complexe, nous pensons qu’il est indispensable de le décomposer en trois sous-objectifs successifs et donc en trois temps distincts : Comprendre les enjeux complexes liés au handicap de manière générale Porter un regard critique sur les réalités socio-politiques, économiques et culturelles des pays du Sud Prendre conscience des réalités du handicap spécifiques aux pays du Sud

4. A QUI S’ADRESSE CE MANUEL ? Ce manuel s’adresse à tout acteur éducatif (ou toute autre personne) intéressé de travailler la thématique du handicap, des pays du Sud ou du handicap dans les pays du Sud, avec son propre public (enfants, adolescents, adultes). Les activités proposées mentionnent chacune un niveau. Les trois niveaux proposés sont : à partir de 10 ans : niveau 1 à partir de 14 ans : niveau 2 à partir de 17 ans : niveau 3 Cette distinction constitue une indication. Chaque animateur adaptera le niveau à son propre public.

5. METHODOLOGIE PROPOSEE La méthodologie proposée dans ce manuel de sensibilisation suppose la prise en compte des connaissances et des expériences du public, une approche ludique et participative, visant la construction collective des savoirs. Il ne s’agit pas de transmettre ex cathedra de l’information sur une thématique, sauf de manière ponctuelle dans un cadre précis. Les méthodes privilégiées comprennent entre autres des jeux, des simulations, des débats, des discussions de groupe, des activités de créativité (dessin, écriture, etc.). Cela permet d’évoquer des concepts parfois abstraits et des problèmes qui paraissent lointains en les transformant en préoccupations plus proches et plus personnelles.


INTRO

12

Pour cela, ce manuel de sensibilisation est divisé en deux parties : La première est composée de fiches thématiques illustrées de photos petit format et de fiches d’activités. Les fiches thématiques (thema) et les activités sont en lien les unes avec les autres via des renvois.

3ème séance liée au handicap dans les pays du Sud Séances suivantes : thématiques choisies selon les objectifs pédagogiques (activités liées aux thématiques). Vous pouvez aussi vous baser sur le calendrier annuel du handicap (voir p.21) pour aborder différentes thématiques Suggestion d’activités : voir p.20, tableau récapitulatif des activités

La deuxième partie est un portfolio rassemblant 70 photographies, pouvant être utilisées pour illustrer ou traiter des thématiques liées au handicap. Toutes les photographies renvoient vers une ou plusieurs fiches thématiques, afin de pouvoir directement identifier les thématiques qu’elles suggèrent et s’informer sur celles-ci.

6. UTILISATION DU MANUEL Tout d’abord, dès que c’est possible, nous vous suggérons d’organiser au moins une séance de sensibilisation avec des personnes handicapées qui peuvent venir témoigner de leur quotidien. Renseignez-vous pour savoir quelles sont les associations actives dans la sensibilisation dans votre environnement proche et qui pourraient vous accompagner dans votre projet pédagogique. La structure d’une séance de sensibilisation proposée dans ce manuel se décline de la façon suivante : brise-glace (à choisir dans les brise-glace, voir p. 14) entre 5 et 10 min. activité (à choisir dans les fiches d’activités, voir pp. 245-320) entre 10 et 50 min discussion, débat, conclusion (informations à puiser dans les fiches thématiques, voir pp. 23-243 et dans les techniques d’animation, voir p. 16) entre 30 et 60 min. évaluation (à choisir dans les outils d’évaluation, voir p. 18) entre 10 et 20 min. 1. Choisir son projet pédagogique Selon le nombre de séances de sensibilisation que vous organiserez auprès de votre public, vous atteindrez des objectifs différents. En fonction de votre projet pédagogique, vous choisirez les activités et les thématiques. Si vous avez peu de temps (environ 1h30) En une séance, vous éveillez votre public à la thématique du handicap dans les pays du Sud. Vous le rendez curieux et peut-être désireux d’en savoir plus sur des thématiques plus spécifiques. C’est une première porte d’entrée à la thématique… Suggestion d’activités : voir p.20, tableau récapitulatif des activités. Si vous avez plusieurs séances d’ 1h30 En plusieurs séances, vous travaillez la thématique générale avec votre public, mais également les sous-thématiques. Vous donnez à votre public des outils de compréhension et suscitez l’esprit critique par rapport aux sujets évoqués. Suggestion : partez d’une photo du portfolio qui vous interpelle pour aborder une ou plusieurs thématiques. 1ère séance liée au handicap de manière générale 2ème séance liée aux pays du Sud

Si vous souhaitez mener un projet pédagogique de long terme Avec votre public, vous avez l’intention, après plusieurs séances de sensibilisation, de mener un projet collectif en fin de parcours. Vous pouvez intégrer la mobilisation de votre public qui s’engagera à organiser lui-même ou avec vous des activités. Suggestion d’activités : voir ci-dessus « Si vous avez plusieurs séances d’1h30 ». Pour le projet collectif, il peut s’agir de la participation régulière à des activités (potager, mare, cuisine, etc.) avec des personnes handicapées d’une association ou d’un centre d’accueil, d’un voyage organisé avec des personnes handicapées, d’une exposition de sensibilisation pour les portes ouvertes d’une école, etc. Toutes les idées sont les bienvenues ! 2. Fonctionnement et description des fiches thématiques, des fiches d'activités et du portfolio photos Comme expliqué précédemment, le manuel a été conçu de façon à ce que les fiches thématiques et les fiches d’activités soient inter-reliées. Ainsi, si vous choisissez d’aborder une thématique particulière, il vous suffira de parcourir la fiche thématique pour savoir quelles activités sont proposées. Inversement, si une activité a retenu votre attention, vous savez directement quelles thématiques elle permet d’aborder en lisant la fiche. FICHES THEMATIQUES Avant le début de tout projet pédagogique, nous vous conseillons vivement la lecture de certaines fiches « généralistes » : « 1. Généralités sur les pays du Sud », « 2. Généralités sur le handicap », « 3. Déficience motrice », « 4. Déficience visuelle », « 5. Déficience auditive », « 6. Déficience intellectuelle ». Vous pourrez ensuite lire d’autres fiches en fonction de vos propres objectifs. Les autres fiches thématiques mettent en lien le handicap avec un autre domaine (l’éducation, la santé, la pollution, etc.). Les réalités d’un domaine sont dès lors abordées avec le prisme du handicap. Chaque fiche est structurée de la façon suivante : En quoi la thématique est-elle importante ? est-ce un droit ? un sujet de société ? Et ce en Belgique et dans les pays du Sud, avec quelques chiffres à l’appui. Quelles sont les causes de la situation évoquée, en Belgique et dans les pays du Sud ? Quelles seraient les pistes d’amélioration des réalités de vie des personnes handicapées dans le domaine concerné, en Belgique et dans les pays du Sud ? Suggestion d’activités Date-clé Exemple. La fiche « Education » évoque : l’accès des enfants handicapés à l’éducation, en Belgique et dans les pays du Sud.

INTRO

13


INTRO

14

les causes de la non scolarisation des enfants handicapés dans les pays du Sud et les frontières entre l’enseignement ordinaire et l’enseignement spécialisé les avantages de l’éducation inclusive comme alternative FICHES D’ACTIVITES Chaque fiche d’activité est structurée de la même manière et reprend les éléments suivants : Niveau (1, 2 ou 3) Taille du groupe Durée Objectifs Aperçu Thèmes Matériel Préparation Instructions (variante éventuelle) Débriefing Fiches thématiques à lire Suggestions de suivi Conseils pour l’animateur Chaque fiche renvoie à une ou plusieurs fiches thématiques. L’animateur peut dès lors lire les fiches thématiques avant l’atelier, afin de pouvoir mieux nourrir le débat ou transmettre des informations sur des thématiques spécifiques à la suite d’une activité. PORTFOLIO DE PHOTOS Environ 70 photos composent la 3ème partie de ce manuel: le portfolio. Toutes les photos se trouvent dans les fiches thématiques. Le portfolio sert à illustrer toutes les thématiques abordées dans les fiches, ainsi à nourrir les discussions et débats qui ont lieu lors de chaque activité. Pour deux d’entre elles d’ailleurs, les photos constituent le matériel de base, à savoir « 5. Qui est derrière moi ? » (p. 272) et « 7. Photolangage » (p. 282). Les légendes ne figurent pas sur les photos, afin de laisser l’occasion aux participants de chercher ce qu’elles reprénsentent. Par contre, chaque photo renvoie à une page du manuel et au numéro d’une fiche thématique, permettant de retrouver rapidement la légende de la photo, ainsi que des informations plus complètes sur la thématique qu’elle illustre.

pour objectifs de faire connaissance, apprendre les prénoms, favoriser la cohésion ou la dynamique du groupe, etc. Ils durent dix minutes maximum. Connaissez-vous les autres ? Chaque personne reçoit un papier et un stylo et note une vérité et un mensonge sur elle-même. L’animateur rassemble tous les papiers et les lit à haute voix. Le groupe doit deviner de quelle personne dans le groupe il s’agit et si c’est un mensonge ou une vérité. Le gourmand bavard L’animateur doit se munir de petits bonbons que les participants peuvent prendre en quantité souhaitée. Expliquez-leur qu’au top départ, ils ont le droit d’en prendre autant qu’ils le veulent, mais qu’ils ne peuvent pas encore les manger. Une fois qu’ils se sont servi, l’animateur explique qu’avant de manger un bonbon, ils doivent dire quelque chose sur eux-mêmes. Les plus gourmands se rendent vite compte qu’ils vont devoir se décrire à de très nombreuses reprises. Le remue méninges L’animateur inscrit sur un tableau des dates, des nombres, des mots qui le représentent. Tous les membres du groupe essaient de deviner ce à quoi cela peut correspondre. Ex : Bleu, Egypte, danser, Patrice, 11, épinards, 44, … Le groupe doit deviner que le bleu est la couleur favorite de l’animateur, qu’il a habité en Egypte, qu’il aime danser, que son frère s’appelle Patrice, qu’il habite au numéro 11, qu’il est allergique aux épinards, que sa mère est née en 44… Une fois que tout a été révélé, un autre membre du groupe peut à son tour indiquer tout ce qu’il désire sur lui-même. L’objectif est d’apprendre à mieux se connaitre mais surtout d’instaurer une bonne ambiance. Pour ce faire, laissez les membres du groupe s’exprimer librement, toutes les réponses sont acceptables, qu’elles soient réalistes ou pas, sérieuses ou non. La toile d’araignée Tous les participants forment un cercle. L’animateur explique aux participants que lorsqu’ils recevront la boule de laine, ils devront répondre aux deux questions suivantes: Quel est votre prénom ? Qu’est-ce que vous attendez de cet atelier ? L’animateur commence avec la boule de laine, il se nomme et dit pourquoi il a décidé de s’impliquer dans ce projet. Ensuite, tout en retenant un bout de la ficelle, il lance la pelote de laine à quelqu’un d’autre de façon à ce qu’elle se déroule jusqu’à lui. Chacun fait de même si bien que lorsque tous les participants ont parlé, ils sont tous reliés entre eux. Par la suite, on fait le chemin à l’envers, le dernier à avoir reçu la pelote doit présenter la personne qui la lui a lancée et ainsi de suite. Cela permet de tester l’écoute des participants.

7. BRISE-GLACE, TECHNIQUES D’ANIMATION ET OUTILS D’EVALUATION

Je suis un animal Se présenter par un animal ou un personnage célèbre qui a une « qualité-caractéristique » qu’on a et une qu’on aimerait développer.

1. Quelques idées de brise-glace

Le jeu Domino Trouver deux caractéristiques communes avec son voisin de gauche et de droite, l’une visible, l’autre pas.

Les brise -glace permettent en quelques instants d’installer une dynamique de groupe. Ils sont utiles pour des groupes qui ne se connaissent pas au préalable ou pour des groupes peu dynamiques. Ils ouvrent la séance de sensibilisation et ont

Le jeu Domino sans parler Trouver cinq caractéristiques communes avec les autres membres du groupe sans l’usage de la parole.

INTRO

15


INTRO

16

Les symboles « smileys » L’animateur dessine un tableau reprenant 3 catégories ou plus selon le nombre d’activités : prénom, symbole, activité 1 (activité 2, etc.). Prénom

Symbole

Activité 1

Activité 2

Chacun vient se présenter, choisit un symbole qui le représente, il l’explique ou le dessine et vient poser un « smiley » illustrant comment il se sent au début de l’atelier. A la place du symbole, l’animateur peut aussi amener des images (photo-langage), chacun en choisit une qui l’inspire. Au terme de l’activité, l’animateur demande à chacun comment il a ressenti l’exercice. Ce brise-glace est pratique en ce sens qu’il permet également l’évaluation. Présenter l’autre L’animateur demande aux participants de se mettre par deux et de se présenter l’un à l’autre pendant 2 minutes. Ensuite, en groupe, chacun présente son partenaire aux autres. Prénoms croisés Sur une grande feuille, chacun vient à son tour écrire son prénom et explique l’origine ou la signification de celui-ci. Chaque personne utilise les lettres des autres prénoms pour écrire le sien. 2. Quelques techniques d’animation Concrètement, plusieurs techniques d’animation peuvent servir à mener une discussion, à prendre une décision collective, à trouver un consensus, à visualiser spatialement les avis, à synthétiser, etc. Elles peuvent être utilisées après un jeu, un film, etc., pour en sortir les éléments essentiels et atteindre les objectifs pédagogiques d’une séance. En fonction des objectifs poursuivis par l’animateur, certaines techniques seront choisies plutôt que d’autres. Parfois aussi, les techniques d’animation décrites ci-dessous sont plus adaptées à certains groupes qu’à d’autres. Le bâton de parole Pour éviter que tout le monde ne parle en même temps ou pour travailler avec un groupe qui a des difficultés d’écoute, celui qui veut exprimer son point de vue ne peut le faire que quand il a le bâton de parole en main. Il le passe ensuite à quelqu’un d’autre quand il a terminé. Le travail en petit groupe Pour faciliter l’échange d’idées et permettre à chacun de s’exprimer, il est parfois utile de diviser un groupe en plusieurs petits groupes de 3 à 6 personnes, avant de présenter une synthèse en séance plénière. Une personne de chaque petit groupe est porte-parole pour faire rapport en séance plénière. Une autre peut être secrétaire s’il est nécessaire d’écrire. Les 2 cercles Pour échanger des idées en quelques minutes, partager le groupe en 2. Le 1er sous-groupe forme le cercle intérieur et chacun se tourne vers l’extérieur. Le 2ème forme le cercle extérieur et chacun

se tourne vers l’intérieur. Chacun est donc en face d’un partenaire. Au moment du départ, une première question est posée et la discussion commence alors entre les 2 partenaires placés l’un en face de l’autre. Après 1 ou 2 minutes, le cercle extérieur tourne vers la droite. En fonction du niveau des discussions, la même question est reposée ou l’animateur en pose une autre. A la fin des discussions par paire, l’animateur demande ce qu’il en est ressorti et fait une synthèse. Cette technique est idéale pour faire parler des personnes plutôt timides et briser le « politiquement correct ». Il est utilisé en Amérique latine dans le cadre des processus d’éducation populaire. La ligne au sol Afin de visualiser les avis de chacun, coller une bande de papier collant de couleur ou dessiner une ligne avec une craie sur le sol. Une extrémité de la ligne représente l’accord, l’autre le désaccord. Une phrase est lancée et chacun se place sur la ligne selon son avis par rapport à la phrase. Les personnes qui sont ‘mitigées’ se placent entre les 2 extrémités de la ligne, où elles le souhaitent. La pluie d’idées Pour récolter un maximum d’idées sur une action à mener, le groupe se place en cercle. Chacun formule le plus d’idées possible. Une personne se charge de les écrire toutes sur une grande feuille posée au sol au centre du cercle. Le groupe peut alors décider des idées retenues et de celles qui sont abandonnées. Les 3 chaises Pour organiser une discussion longue ou un débat, en profondeur, former un cercle de personnes : le cercle du silence où il est interdit de parler. Au milieu du cercle, placer 3 chaises, dos aux personnes du cercle du silence. Les 3 chaises forment le cercle de la parole. 3 volontaires peuvent s’y installer pour commencer la discussion. Quand quelqu’un souhaite s’exprimer, il va au centre du cercle, tapote sur l’épaule d’une personne de son choix qui se trouve sur l’une des chaises. La personne se lève et se replace dans le cercle du silence et l’autre prend sa place sur la chaise. Elle peut alors commencer à parler avec les 2 autres personnes assises en face. Les allumettes Pour faciliter la prise de décision par rapport à des propositions écrites sur une feuille et posée au sol, donner à chacun 3 allumettes pour voter. Il est possible de placer 3 allumettes sur une seule proposition ou de les disperser sur 3 propositions différentes. Quand tout le monde a placé ses allumettes sur les propositions choisies, compter le nombre d’allumettes pour chaque proposition. Le vote va à la proposition qui a récolté le plus grand nombre d’allumettes.

INTRO

17


INTRO

18

Le consensus Quand toutes les idées sont importantes à prendre en considération, la prise de décision par consensus est la plus adaptée. Former des paires qui doivent se mettre d’accord ensemble sur une proposition. Quand chaque paire est parvenue à un consensus, placer 2 paires ensemble et recommencer l’exercice à 4, où les paires partagent leurs décisions. Quand les groupes de 4 ont trouvé chacun un consensus, on forme des groupes de 8, et ainsi de suite jusqu’à ce que le groupe entier ait trouvé un consensus. 3. Quelques outils d’évaluation Etape essentielle dans le processus d’éducation au développement, l’évaluation n’est pas pour autant aisée : mesurer l’impact de séances de sensibilisation implique de prendre en compte des critères subjectifs de qualité, à observer tout au long du projet pédagogique. Un questionnaire écrit anonyme, en fin de processus, peut être utilisé pour procéder à l’évaluation et peut intégrer des questions comme celles-ci : « Qu’as-tu appris ? », « Qu’as-tu retenu ? », « Qu’est-ce qui t’a le plus intéressé ? », « Ce projet te sera-t-il utile dans la vie quotidienne ? », etc. Une autre possibilité d’évaluer l’impact en fin de processus est d’organiser des interviews individuelles ou par petits groupes. Les productions collectives (dessins, reportages, articles, expositions, etc.) réalisées tout au long du projet pédagogique représentent aussi une mine d’or d’informations servant à mesurer l’impact du projet. Aussi, nous proposons ci-dessous plusieurs outils plus ludiques qui peuvent ponctuellement donner quelques indices intéressants sur l’effet plus direct de chaque séance de sensibilisation auprès de votre public. Les 5 doigts Dessiner une main où chaque doigt est un thème d’analyse - Le pouce : un élément positif - L’index : un élément à pointer, un questionnement - Le majeur : un élément négatif - L’annulaire : un engagement personnel ou collectif - L’auriculaire : un petit truc en plus qu’on a envie de dire Les cibles Sur de grandes feuilles, dessiner des cibles identiques à celles des jeux de fléchette : une dizaine de cercles concentriques. Une cible correspond à un objectif pédagogique. Chaque participant est invité à se positionner sur la cible en écrivant son prénom ou en dessinant un signe. Plus il se positionne près du centre, plus il est satisfait. Le sac à dos A la fin de l’atelier, les participants doivent faire un dessin d’eux-mêmes, avec un sac à dos, sur le chemin du retour. L’idée est que chacun dessine les divers éléments qu’il a acquis durant l’atelier et ce qu’il souhaite préserver : nouvelle vision du monde, nouvelles idées, valeurs acquises, sentiments, etc. Les participants peuvent également dessiner les éléments abandonnés, c'est-à-dire ce qu’ils veulent laisser derrière eux : préjugés, comportements discriminatoires, mauvaises habitudes, intolérance, etc.

Le SMS Chacun écrit sur un papier un message qu’il pourrait envoyer comme SMS à un proche, résumant la séance de sensibilisation. L’animateur récolte ensuite tous les papiers. Le contenu peut aller de l’appréciation subjective aux éléments appris, en passant par l’envie d’un suivi, etc. L’absence volontaire de consignes précises sur le contenu du message permet à l’animateur de recueillir une grande variété de commentaires sur la séance de sensibilisation. Les 3 chaises Les consignes de cet outil sont décrites au point « Quelques outils d’animation », p.17. « Les 3 chaises » peut aussi être utilisé comme outil d’évaluation. En effet, après avoir identifié des questions liées à ce qui doit être évalué, l’animateur propose que ces questions soient discutées au sein du cercle de la parole, précisant que les personnes donnant leur avis ont toute liberté d’exprimer ce qu’elles souhaitent, qu’il n’y a aucun tabou ni jugement à la clé. Le saut Chaque participant se place debout. A chaque question posée, chacun prend une position la plus basse possible, accroupi, ou la plus haute possible, en sautant. Le plus bas représente l’insatisfaction, le plus haut une grande satisfaction.

INTRO

19


INTRO

8. TABLEAU RECAPITULATIF DES ACTIVITES

INTRO

9. CALENDRIER ANNUEL DU HANDICAP

21

JANVIER

FEVRIER

4 janvier : Journée mondiale du Braille THEMA 4

6 février : Journée mondiale contre les mutilations génitales féminines THEMA 14, 22

AC T

IV

IT

ES

20

17 février : Journée mondiale de l’exercice physique THEMA 15

Niveau

1-2 2-3 1-2 3 1-2 1-2 1-2-3 2-3 1-2-3 2-3 1-2

Sujet

H-S H-S H H-S H-S H-S H-S H-S H H-S H-S H

THEMATIQUES 1. Généralités sur les pays du Sud 2. Généralités sur le handicap 3. Déficience motrice 4. Déficience visuelle 5. Déficience auditive 6. Déficience intellectuelle 7. Droits des personnes handicapées 8. Accessibilité

MARS 8 Mars : Journée internationale de la femme THEMA 14 24 mars : Journée Mondiale de lutte contre la tuberculose THEMA 3, 11

3 1-2-3 S

AVRIL 2 avril : Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme THEMA 6 4 avril : Journée internationale des Nations Unies pour la sensibilisation aux mines et l’assistance à la lutte contre les mines THEMA 24

MAI 1ier mai : Fête du Travail THEMA 13

JUIN 5 juin : Journée mondiale de l’environnement THEMA 21

15 mai : Journée internationale des familles THEMA 16 21 mai : Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement THEMA 20

7 avril : Journée mondiale de la santé THEMA 11

9. Stéréotypes & préjugés, discrimination 10. Pauvreté

JUILLET

AOUT

11. Santé

SEPTEMBRE 8 septembre : Journée internationale de l’alphabétisation THEMA 12

12. Education

21 septembre : Journée internationale de la paix THEMA 24

13. Travail 14. Genre

4ème samedi de septembre : Journée mondiale des sourds THEMA 5

15. Sport et loisirs 16. Famille, sexualité, parentalité 17. Politique 18. Urgence 19. Coopération au développement 20. Culture 21. Pollution 22. Violence 23. Sécurité routière 24. Guerres : mines et armes à sous munitions 25. Migrations H : activités liées à la thématique du handicap de manière générale S : activités liées aux relations Nord-Sud de manière générale H-S : activités liées aux spécificités du handicap dans les pays du Sud.

OCTOBRE

NOVEMBRE

DECEMBRE

9 octobre : Journée mondiale de la vue THEMA 4

20 novembre : Journée mondiale de l’enfance THEMA 7, 12

1er décembre : Journée mondiale de lutte contre le SIDA THEMA 11

15 octobre : Journée internationale de la canne blanche THEMA 4

3ème dimanche de novembre : Journée mondiale du Souvenir des victimes de la route THEMA 23

3 décembre : Journée internationale des personnes handicapées THEMA 2

17 octobre : Journée internationale de l’éradication de la pauvreté THEMA 10 24 octobre : Journée mondiale d’information sur le développement THEMA 19

21 novembre : Journée mondiale de la trisomie 21 THEMA 6 25 Novembre : Journée internationale pour l’élimination de la violence envers les femmes THEMA 22

10 décembre : Journée internationale des droits de l’Homme THEMA 7 18 décembre : Journée internationale des migrants THEMA 25

Introduction  

Introduction au manuel de sensibilisation

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you