Issuu on Google+


Comme le temps passe… Ça fait déjà plus d’un an que Virtual Fanzine existe et ce quatrième numéro s’est fait attendre, ça tombe bien cet opus est consacré au Temps et plus précisement aux voyages temporels. Préparez vous à lire des réflexions profondes sur le temps, sa complexité, ses paradoxes (Science & Vie n’a qu’à bien se tenir), à jouer, à rire (ou a être consternés on ne garantit rien), à voyager entre les époques, bref à vous plier en quatre avec comme toujours des gags, des jeux, des séries à suivre, des objets non identifiés, etc. Du degré zéro au 36ème tout y passe ! Et même si au sein de cette équipe d’élite on laisse parfois passer quelques erreurs, ne nous jetez pas la pierre, on apprend avec l’âge... Voici Vost, notre nouvelle mascotte. Il a été dessiné par la nouvelle recrue Neiko et vous escortera un peu partout. Avec lui pas moyen d’y aller par quatre chemins, son impassibilité et son goùt pour l’ordre font de Vost un allié indispensable. Vous allez voir il paye pas de mine comme ça mais il est sympa comme tout. À l’heure où j’écris ces lignes un numéro interactif de votre fanzine préféré est en préparation et se nommera «Virtual Fanzine +». On pourrait le considérer comme un hors série mais ça ne serait pas tout à fait exact puisque les pages à l’intérieur seront sensiblement les mêmes que dans ce numéro 4… Mais alors pourquoi me direz vous ? Parce que ce nouveau format permettra une lecture plus ludique, l’intégration de vidéos, d’animations, de vrais jeux, ... Une nouvelle version donc qui exploitera pleinement toutes les possibilités offertes par les technologies informatiques d’aujourd’hui (ou presque). Allez à un de ces quatres ! La rédaction. Ce fanzine est gratuit et ne peut être vendu. Chaque auteur n’est responsable que du contenu de ses propres planches. Fumer tue. Voyager dans le temps peut avoir des conséquences désastreuses sur l’équilibre de l’univers. L’alcool est dangereux pour la santé. À jeter sur les voies publiques d’internet. Envie de publier dans ce fanzine ? Contactez nous. Ne lisez pas trop près de votre écran. Toute faute d’orthographe ou de grammaire est totalement fortuite. «L’Invité de Marque™» n’est pas une marque déposée...


Déjà en page 4 et toujours pas de sommaire ? Il est temps de remédier à ça. Vous allez voir cette fois on s’est vraiment mis en quatre....

En fait vous pouvez toujours chercher, y’a pas de numéro sur les pages. Ce sommaire donne juste une idée de l’emplacement approximatif dans le fanzine (si vous avez une bonne mémoire et êtes bon en calcul mental). Oui en effet c’est absurde mais comme dit Charles...


Tout d’abord une annonce…

Dans Virtual Fanzine + retrouvez le «Virtual GameBoy» avec une adaptation rétro de la BD «Tom le caillou» de Kastor par Neiko.

Hal

Puis : Blanche page et l’armée des 7 singes … Chasse aux anachronismes ! Relie (n’écris

pas sur ton écran essaie de le faire dans ta tête) chaque face de singe (et sa coiffe) à l’arme qui correspond à son époque.

Et enfin le jeu de différences.

ComedD

«On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve»... Ces deux images se passent au même moment, et pourtant elles appartiennent à des réalités temporelles différentes. Sauras-tu retrouver les neuf différences qui les opposent ?


Sylvestre Michel Ce n’est pas pour jeter la pierre à Jean Pierre Pernaut mais à Virtual Fanzine aussi on est proche du terroir, c’est pourquoi aujourd’hui nous vous proposons de découvrir un artisan bien de chez nous... Voici Sylvestre Michel, qui a accepté de répondre à nos questions. Il est retraité et est épris d’une passion bien particulière, en effet Michel fabrique de petites pinces à linges en bois. Amoureux du travail bien fait, il y met tout son cœur et méprise les pinces modernes en plastique. Et à VF

on en pince tous pour Sylvestre !

Virtual Fanzine : À l’époque, en 1965, vous travailliez dans une usine de confection d’allumettes, aujourd’hui vous avez arrêté pour vivre de votre art. Pourquoi ce changement radical ? Sylvestre Michel : Ah non ! Les allumettes c’est comme Capri, c’est fini ! J’avais 25 ans quand toute ma famille a péri dans un incendie provoqué par une allumette qui s’était glissée dans ma poche en revenant de l’usine. Comprenez que je ne touche plus à ces choses là.

VF : Ah je suis désolé... Mais c’est un peu con non ? SM : Ma maman elle disait toujours que je suis con...sanguin, elle disait aussi que ce qui fait ma force c’est ma différence, mais les autres gens ils se moquent de moi, quand même... VF : (raclements de gorge) Racontez nous comment vous est venue cette passion... SM : Alors, j’étais tout seul et comme ma maison était toute cassée j’ai récupéré les bouts de bois de la charpente pour reconstruire un abri. Je me suis entouré de fil barbelé et pour pas me piquer j’ai eu l’idée d’emmêler le bois avec le méchant fil de fer qui pique. Mais je me suis coincé, et puis les échardes ça pique aussi... Alors, Jean de la Timbale, mon copain qui passait par là, il a pris sa grosse pince et il m’a libéré. Après il est parti en se moquant de moi. Comme j’étais resté longtemps coincé je m’étais fait pipi dessus. Il fallait faire sécher ma salopette alors je l’ai posé sur un fil, j’ai ramassé les petits bouts de fer et de bois, et en les pliant comme il faut, ma salopette tenait sur le fil. Et paf ça a fait des pinces à linge !


VF : À en juger par votre récit on croirait que vous êtes à l’origine de cette trouvaille. Ôtez moi d’un doute : Vous n’êtes pas sans savoir que la pince à linge a été inventée bien avant votre naissance, n’est ce pas ? SM : Hein ? Ôter quoi ? Vous trouvez mon histoire tordue ? Vous n’avez pas vu les fils de fer... Les voisins curieux me félicitaient pour mon invention, puis il ne fallut que quelques heures pour que tout le village de 35 habitants soit au courant. Tous me demandaient des pinces à linges pour ne pas avoir à faire sécher ses lessives par terre ou sur des meubles. VF : Malgré ce succès soudain vous avez su garder la tête sur les épaules, mais devant le nombre croissant de commandes pourquoi ne pas avoir voulu embaucher de la main d’œuvre ? SM : Au début je n’étais pas sûr de pouvoir reproduire mon exploit et puis avec les années je suis devenu plus doué, certains jours j’arrivais à fabriquer jusqu’à 15 pinces à linge ! À l’automne 1978 un méchant marchand est venu s’installer dans le village. Il vendait des paquets entiers de fichues pinces à linges en plastiques. Petit à petit les gens ont déserté mon atelier, c’était la fin de la plus belle période de ma vie... VF: Vous n’avez pas tenté de rebondir en diversifiant vos activités ? Des crayons en charpente brulée par exemple... (rires) SM : Non, c’était impossible j’aurais été ruiné par l’arrivée du plastique une deuxième fois, je ne l’aurais pas supporté ! J’ai continué à faire des pinces à linge encore et encore et encore ... Et encore. VF: Cette interview touche à sa fin, avez-vous un petit mot pour nos lecteurs ? SM: Euh...Oui...euh... Qui qu’on soit on peut toujours faire quelque chose !


En votant pour la suite en Avril


http://0z.fr/Ly26H


virtual-fanzine.over-blog.com

http://

Mangouste http://mangousteetsoncrayon.over-blog.com Hal http://halbd.over-blog.com Nicolas Cal’s http://www.dailymotion.com/Cals Etienne http://photon-bd.over-blog.com Kastor http://tomlecaillou.canalblog.com Neiko http://agitd.over-blog.com Nasser http://nasserayad.blogspot.com Mandy http://ladyfreak.over-blog.com ComedD http://kweh.over-blog.com/


http://virtual-fanzine.over-blog.com

http://spiraleteam.over-blog.com

http://0z.fr/LwBdr

http://frenchnerd.com


http://www.crbrleblog.com


Virtual Fanzine #04