Issuu on Google+

Cinq terroristes abattus à Ahnif

es forces de l’ANP, qui se sont déployées depuis lundi dans la vaste forêt de Tamellahth, à la recherche d’un groupe terroriste signalé dans la région depuis plusieurs jours, ont réussi, dans la nuit d’avanthier, à mettre hors d’état de nuire cinq terroristes et à récupérer leurs armes de type kalachnikov, a-t-on appris hier de source sécuritaire sûre. D’après notre source, c’est suite à des informations faisant état de la présence d’un groupe terroriste aperçu par des citoyens de la localité Sebkha, située au milieu de la vaste forêt de Tamellahth, dans la commune d’Ahnif à

Edition du Centre - ISSN IIII - 0074

L

40 kilomètres à l’est de Bouira, que les forces de l’ANP se sont aussitôt déployées dans le périmètre compris entre les communes d’Ahnif, Ath-Mansour et El-Adjiba du côté de la wilaya de Bouira et les portes des Bibans du côté de la wilaya de Bordj-Bou-Arréridj. Des sources qui avaient même affirmé que le fameux groupe terroriste serait composé de dix éléments et se serait infiltré depuis la wilaya de Bordj-BouArréridj. Les citoyens qui les auraient aperçus parlent de deux terroristes qui s’étaient approvisionnés auprès d’un commerçant de la localité de Sebkha en gaz butane. Aussi, deux jours après ce déploiement, dans la nuit de

mardi à mercredi, aux environs de 22 heures, le groupe terroriste a été accroché par des éléments de l’ANP qui étaient embusqués dans les parages. L’accrochage, qui a duré, selon nos sources, plus de cinq heures, soit depuis 22 heures jusqu'à 3 heures du matin, se serait soldé par l’élimination de cinq terroristes et la récupération de leurs armes, alors que le reste du groupe a réussi à s’enfuir à la faveur de l’obscurité. Hier, pendant toute la journée, les forces de l’ANP étaient sur les lieux à la recherche du reste de ce groupe terroriste dont l’appartenance n’est pas encore établie. H. M.

À armes inégales l LES PARTIS FACE AUX DÉPENSES DE LA CAMPAGNE ÉLECTORALE

l RENOUVELLEMENT DU BUREAU DU CONSEIL DE LA NATION

Le FLN et le tiers présidentiel en force

l On le considère comme l’un des sujets les plus controversés, tabou, car le plus souvent passé sous silence par les parties concernées : le financement des campagnes électorales est un thème qui fâche y compris les formations politiques peu enclines à fournir les détails voulus. Les voix qui s’expriment ici révèlent que la problématique s’est accentuée dans le contexte particulier où interviennent ces législatives.

PAGE 5

PAGE 4

Un limogeage sur fond de polémique

l Le Centre national du registre de commerce, CNRC, a reporté la conférence de presse prévue hier pour la présentation du bilan statistique de l’année 2016. Dans son communiqué, le CNRC ne précise pas les raisons du report liées en réalité au limogeage du DG de cet organisme, Mohamed Maouche. PAGE 6

L’insouciance des autorités

l CROISSANCE DES INDICATEURS DE VIOLENCE

l La violence au sein de notre société prend les allures d’un véritable phénomène social. Il s’agit d’une violence multiforme et omniprésente, a averti le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et de la recherche scientifique (Forem), Mustapha Khiati.

PAGE 4

JEUDI 16 FÉVRIER 2017 - 19 JOUMADA EL OULA 1438 - N° 8027 - PRIX 20 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58

Photos : DR

l CNRC


P

ERISCOOP

Alger décalée ? DIGOUTAGE Macron Par Arris Touffan

Emmanuel Macron est un phénomène sur la scène politique française. Surgi ex nihilo, ou presque, il caracole à la tête des sondages. Il se permet ce luxe sans même décliner un programme. La gauche le prend pour quelqu’un de droi te, la droite pour quelqu’un de gauche, et lui, il est de droite ou de gauche ou de nulle part selon le temps qu’il fait. Deux avis sur lui. Une de ses fans déclarait : «Il est de gauche pour le social et de droite pour l’économie.» Equilibre instable, forcément. Un de ses adversaires, moins amène : «Jusque-là, les milieux de la finance et des banques dirigeaient le monde en manipulant les politiques, avec Macron, ils y vont euxmêmes.» A. T.  digoutagesoir@yahoo. fr

Soirperiscoop@yahoo.fr

Jeudi 16 février 2017 - Page 2

L’information tombe au plus mauvais moment. En effet, alors qu’Alger préprévoit l’installation de 500 feux tricolores pour fluidifier la circulation automobile, de grandes villes européennes pensent à leur suppression. Après les EtatsUnis, en France, ce sont les villes de Nantes et Bordeaux qui expérimentent la réduction du nombre des feux tricolores. Paris devrait aussi lancer une opération similaire. Alors Alger ne serait-elle pas en retard ?

La DSP de Sétif s’oppose à la force de la loi

Un jour, un sondage

La justice a rendu un verdict définitif sur l’affaire des officines de pharmacie qui ont ouvert dans la wilaya de Sétif en violaviolation de la loi. Pourtant, la DSP (Direction de la santé et de la population) de cette wilaya refuse leur fermeture en foulant aux pieds la décision de justi ce. Qui sont les bénébénéficiaires de ces officines au point de faire peur à la DSP ? Ce lundi, les pharmaciens lésés par cette ouverture anar chique ont orgaorganisé un sit-in devant le siège de la DSP.

Les devis des prestataires

Des organismes publics font appel à des presta taires de services sous la forme de consultation resrestreinte du fait que le montant de la transaction n’est p a s i m p o r t a n t .  C e s o r g a n i s m e s p r o c è d e n t p a r l a confrontation des offres financières des prestataires par un simple devis. Curieusement, c’est le même prestataire qui est souvent retenu. La raison est toute simple : le dépôt des devis ne se fait pas le même jour et sous pli cacheté. Pire, il est soit faxé soit transmis par simple mail. Du coup, «l’ami prestataire» est informé des autres propositions de la concurrence. Il lui reste juste à diminuer d’un dinar sa proposition par rap port aux autres.

Pensez-vous que les candidats indépendants auront une chance d’être élus lors des prochaines législatives ? Pensez-vous que l’assurance-auto coûte trop cher en Algérie ? OUI

OUI : 84,4%

I

NON

Sans opinion

Résultat sondage

NON : 12,6%

S. OPINION : 3%

Elles rassurent quand elles s’y mettent ! S SO OI IT T DI IT T E E N PA S SS SA N NT

l est des jours comme ça où l’on se dit qu’il n’est jamais vain de rendre hommage au courage de la femme en général et à celles qui sont dans la tourmente et se battent contre l’oppression en particulier. Un article paru très récemment dans le quotidien français l’Humanité et signé par mon collègue, confrère et ami Hassane Zerrouky, pour ne pas le nommer, porte sur des combattantes arabes montées au créneau contre l’organisation de l’Etat islamique, rejointes par leurs voisines kurdes rompues, elles, au combat. Enfin ! Et comme il m’est plaisant de rappeler la combativité des femmes lorsqu’elles mettent leur vie au service d’une cause qui exige sacrifices et courage, au

mois de mai dernier, j’avais, à l’occasion d’un festival, découvert comment et avec quelle force les femmes kurdes étaient engagées contre la barbarie faite homme dans une région ravagée par la violence et la pauvreté. Des femmes qui, tout en forçant mon admiration, m’ont fait rappeler que dans mon pays, aussi, nos mères s’étaient vaillamment battues pour notre indépendance, même si ce n’est pas à elles que les honneurs ont été le plus justement rendus. Mais ce n’est pas là l’objet du présent billet. Lors de la rencontre en question, je m’étais interrogée, à l’issue du long métrage, sur l’absence de réaction chez les femmes arabes, pourtant au cœur de la

maltraitance, de l’asservissement et de la mort. Mourir pour mourir, autant quitter ce monde en l’allégeant de quelques- uns des bourreaux qui dévastent leur vie bien plus qu’ailleurs. Je me sens toujours soulagée de savoir que des femmes ne sont pas loin et qu’elles ont, surtout, comme dans ce cas précis, rejoint les Forces démocratiques syriennes pour livrer combat aux méchants califes improvisés. Une alliance arabo-kurde de femmes fermement décidées à en découdre avec l’ennemi aurait, à ce jour, permis d’arracher plus de 200 villages aux rejetons du maudit Al Baghdadi. Comme dans toute société où règnent sans partage les hommes, le patriarcat oublie son archaïsme et perd de

Par Malika Boussouf malikaboussouf@yahoo.fr

sa verve quand il admet que l’asservissement des femmes le prive d’une inestimable force. M. B.


Le FLN et le tiers présidentiel en force

Actualité

France, haine raciale et conflits de classe CE MONDE QUI BOUGE

A propos des révoltes sociales et des violences raciales et religieuses ayant émaillé le 19e siècle aux Etats-Unis, l’historien américain Howard Zinn explique dans son livre «Une histoire populaire des Etats-Unis» (Editions Agone), comment «la haine raciale devint un substitut idéal de la frustration de classe» et comment «la question religieuse» est venue également «se substituer au conflit de classe». Or, ça contiPar Hassane Zerrouky nue aujourd’hui sous Donald Trump comme ce fut le cas sous Barack Obama. A un siècle et demi de distance, la France, pays le plus proche de l’Algérie en raison de l’histoire et d’une forte implantation humaine d’origine algérienne, se trouve-t-elle dans le même cas de figure ? Certes, les contextes et les situations historiques sont différents, mais l’affaire du jeune Théo Luhaka, victime d’une brutalité policière raciste - tabassé, traité de «bamboula» et de «négro» - donne à penser que la France risque de se trouver dans la même configuration socio-raciale que les Etats-Unis. Et ce, surtout que le tabassage du jeune Théo intervient après la mort non élucidée d’Adama Traoré en juillet dernier. Depuis les émeutes qui avaient embrasé les banlieues françaises en 2005, rien n’a vraiment changé : la fracture sociale s’est aggravée. Et la brutalité policière à caractère raciste dont a été victime le jeune Théo tombe en pleine période électorale (la présidentielle d’avril prochain a déjà commencé) qui, comme on le sait, est une période propice aux débordements de toutes sortes. La question des banlieues s’invite ainsi dans le débat politique électoral où la passion, l’émotion, la colère vont laisser peu de place à la raison. Le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a beau accuser ceux qui «ont l'air de souhaiter des émeutes de banlieue pour pouvoir avoir une élection présidentielle qui se déroule sur fond de violence, d'excès de toute sorte» et affirmer à juste titre qu’«il y a une volonté de je ne sais qui de multiplier les provocations», il risque d’être peu entendu. Pour l’extrême-droite et sa chef de file, Marine Le Pen, en tête des sondages pour l’élection présidentielle d’avril prochain, c’est tout bon. L’insécurité des banlieues, «les voyous (…) qui «cherchent chaque excuse possible pour déverser leur haine de la France», l’immigration, le cosmopolitisme et l’islam qui menaceraient une cohésion nationale réduite aux seuls Français dits de souche, sont autant de thèmes dans lesquels elle excelle. Ils lui permettent de souffler sans complexe sur les braises, d’adopter en outre une posture la dispensant de parler des vrais problèmes auxquels sont confrontés les jeunes des banlieues : le chômage, la discrimination à l’embauche, la paupérisation desdites banlieues, qui ont pour cause commune un libéralisme effréné aggravant le fossé entre les riches et les classes populaires. De cela donc, Marine Le Pen n’en parlera pas : dresser une partie de la population contre une autre «non européenne» est pour cette enfant de la bourgeoisie née dans la très riche banlieue de Neuilly-sur-Seine, un excellent substitut au conflit de classe. Viva Mexico. En écho aux puissantes manifestations antiTrump qui ont secoué les Etats-Unis, des dizaines de milliers de Mexicains sont sortis dans la rue de la capitale mexicaine et dans d’autres localités du pays pour crier leur colère contre les «idioties xénophobes, discriminatoires et fascistes» (dixit une manifestante) de Donald Trump mais aussi exiger du Président mexicain Pena Nieto plus de fermeté face à son homologue américain. Lequel persiste à vouloir construire un mur à la frontière séparant les USA et le Mexique, censé freiner l'immigration illégale, et le faire financer par l’Etat mexicain ! Toutefois, il devra compter avec une mobilisation citoyenne qui ne semble pas du tout faiblir. Terminons sur cette information inquiétante concernant l’Algérie évoquée par le journaliste Kadi Ihsane, sur le rebond démographique algérien – 41 millions d’habitants en 2017 – qui va peser sur la sécurité alimentaire mais aussi sociale du pays. En effet, en l’absence d’une vraie politique nationale démographique, la religiosité salafiste relayée par certaines chaînes de télévision privées et sur les réseaux sociaux, qui encourage les femmes à procréer, n’est pas étrangère à ce rebond démographique. Ce dernier est porteur à terme de risques sociopolitiques pour l’Algérie, pays qui n’a pas les moyens financiers pour satisfaire les besoins alimentaires et la demande sociale en matière d’emploi, de logement, d’éducation et de formation d’une population qui atteindra plus de 48 millions d’habitants en 2030, dans 13 ans, c’est-à-dire demain. Et ce, alors que le Maroc et la Tunisie poursuivent leur révolution démographique. Un mot pour souhaiter un prompt rétablissement à Samira Mouaki, gravement blessée par un sniper de Daesh près de Mossoul. H. Z.

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

4

RENOUVELLEMENT DU BUREAU DU CONSEIL DE LA NATION

Le nouveau Bureau du Conseil de la nation est désormais connu. Il est composé de M. Djamel Ould Abbès, de Mme Rafika Kesri du tiers présidentiel, de Zoubir Touafchia et de Bouhafs Houbad du groupe parlementaire du parti du Front de libération nationale (FLN), et d’Abdelkrim Slimani du groupe parlementaire du Rassemblement national démocratique (RND).

Abder Bettache - Alger (Le Soir) - L'adoption de la composante du nouveau bureau a eu lieu hier, lors d’une séance plénière présidée par Abdelkader Bensalah. Cette étape franchie, le président du Conseil de la nation a prononcé une allocution lors de laquelle il a salué les efforts déployés par les anciens membres du Bureau au service du Conseil et de la nation. Il a félicité également les membres du nouveau Bureau pour la confiance dont ils ont été investis.

Djamel Ould Abbès.

Après le plébiscite de la composante du nouveau Bureau, les membres ont procédé à l'installation des nouvelles commissions permanentes, à savoir la Commission de la défense nationale présidée par Noureddine Kortebi, la Commission des affaires économiques et des finances, présidée par Abdelkader

Bensalem, la Commission de l'éducation, de la formation, de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des affaires religieuses présidée par Bachir Chebli. La Commission des affaires étrangères, de la coopération internationale et de la communauté algérienne à l'étranger est présidée par Mohamed Etabib Lassekri, tandis que Meheni Gherifi préside la Commission de la culture, de l'information, de la jeunesse et du tourisme. La Commission de l'agriculture et du développement rural est présidée par Mokhtar Yahi et Mohamed Mani préside la Commission des affaires juridiques, administratives et des droits de l'Homme, tandis que la Commission de la santé, des affaires sociales et de la solidarité nationale est présidée par Mohamed Zakaria et la Commission de l'équipement et du développement local, par Mohamed Bouchelaghem. A. B.

L’insouciance des autorités CROISSANCE DES INDICATEURS DE VIOLENCE

La violence au sein de notre société prend les allures d’un véritable phénomène social. Il s’agit d’une violence multiforme et omniprésente, a averti le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et de la recherche scientifique (Forem), Mustapha Khiati.

Naouel Boukir – Alger (Le Soir) – Ce sont des statistiques qu’il qualifie «d’effarantes» pour ce qui est des indicateurs de violence au sein de la société, à commencer par le domicile et l’école. En effet, l’intervenant à la radio Chaîne 3 a rappelé que l’inspecteur général de l’éducation a communiqué, en 2014, 40 000 cas de violence au niveau des établissements scolaires dont 2 000 agressions faites par des enseignants sur des élèves, 4 500 autres commises par ces derniers à l’encontre de leurs professeurs et 7 000 autres altercations entre élèves. Ces chiffres sont probablement plus importants aujourd’hui puisqu’il a fait état de 7 300 cas de violences contre les femmes signalées, en 2015, un nombre qui est passé, dit-il, à 8 400, l’année d’après. Les enfants et les femmes sont effectivement les plus touchés car étant «les maillons faibles de la société», les premiers par leur crédulité et les dernières du fait des pressions sociales qu’elles subissent, particulièrement dans certaines régions du pays.

Photo : DR

Le Soir d’Algérie

La violence s’est propagée à un rythme incroyable.

A ce propos, le président de la Forem a indiqué que plus de 10 études sur le sujet ont été transmises aux autorités dont le ministère de l’Intérieur. Elles sont malheureusement restées «lettre morte», a-t-il déploré. Parallèlement, un projet d’une école sans violence a été présenté au ministère de l’Education en 2013 et a été relancé en 2015, mais «c’est resté sans écho», a regretté le professeur M. Khiati. Les propositions de la société civile sont très peu prises en considération par les autorités alors que le risque de violence est en croissance exponentielle et va en s’aggravant. L’intervenant explique l’explosion de ce phénomène par une combinaison de facteurs sociopolitiques, dont les séquelles de la décennie noire qui ont été très mal prises en charge, voire pas du tout. Cette négligence fait que le million d’enfants traumatisés ou marqués par cette période sont des «dangers potentiels ou en

action» et réitèrent des comportements agressifs. L’impact de la drogue dans la banalisation du crime n’est évidemment pas à négliger et la prison est souvent associée à une école de crime et non un établissement de redressement. «Nous avons lancé plusieurs appels pour la constitution de groupes de travail avec des experts pour de véritables assises et ainsi conclure sur des recommandations concrètes pour les pouvoirs publics», a confié le président de la Forem, car la gestion de ce problème multidimensionnel est complexe. Et ce, en regrettant l’absence d’une stratégie globale ou de réponse gouvernementale à ce type d’initiatives alors que «la société civile doit être indispensablement écoutée et associée» pour lutter efficacement contre cette montée des violences à travers la formation et la sensibilisation. A commencer par les foyers et les écoles. N. B.


Le Soir d’Algérie

Actualité

À armes inégales

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

LES PARTIS FACE AUX DÉPENSES DE LA CAMPAGNE ÉLECTORALE

5

Photos : DR

agi et continuent à agir pour impoOn le considère comme l’un des sujets les plus controversés, ser des lois et des textes qui protètabou, car le plus souvent passé sous silence par les parties gent leurs intérêts. Pour nous, la concernées : le financement des campagnes électorales est un fraude a commencé car il s’agit thème qui fâche y compris les formations politiques peu enclines d’une concurrence déloyale. Les à fournir les détails voulus. Les voix qui s’expriment ici révèlent prochaines élections doivent que la problématique s’est accentuée dans le contexte particulier déterminer si nous allons vers une où interviennent ces législatives. rupture, une décantation ou une Abla Chérif - Alger (Le Soir) Nous n’avons pas d’autres choix, aggravation de la crise avec le Mercredi 15 février. La Radio d’autres issues. Les hommes d’afrisque de chaos qui pourrait en nationale Chaîne 3 rappelle aux faires vont vers les partis où ils découler. Pour l’instant, nous candidats aux législatives l’inter- investissent. Les partis au pouvoir, constatons que les gens sont diction formelle d’utiliser les les autres formations ne les intéaveuglés par leurs intérêts personmoyens de l’Etat dans le cadre de ressent pas.» Là aussi, impossible nels, par des objectifs mercantiles. la campagne électorale. d’obtenir des informations sur le Pour eux, la fin justifie les moyens. montant du budget alloué à un tel L’information diffusée dans les preLe risque est de s’acheminer très miers journaux de la matinée pré- évènement. «Ce ne sont pas des vite vers l’exemple égyptien ce qui cise que les contrevenants à cette présidentielles. Dans ce cas, il y nous mènera droit dans le mur.» interdiction se verront soumis à aurait eu étude du budget à un Le dernier point de vue est celui des sanctions sévères. Les partis niveau national et on aurait été du RND. Considérée comme l’une Le financement des campagnes électorales est un thème qui fâche. fixé. Il s’agit de législatives, tout se politiques, toutes tendances confondues, n’ignorent pas cette déroule à un niveau local. Les mations qui siègent à l’APN ou au «Nous avons des informations qui des grosses pointures du système finances sont gérées au niveau Sénat. Nous nous interrogeons sur attestent que, dans certaines partisan algérien, cette formation règle. Aujourd’hui, ce rappel offre aux des wilayas en fonction des listes. les subventions distribuées aux régions, des candidats versent 2 au pouvoir affirme cependant ne formations politiques le prétexte Les sommes déboursées varient organisations de tous genres, 000 à 4 000 DA pour une signatu- compter que sur les subventions idoine pour revenir sur le «désé- en fonction de plusieurs para- associations… alors que les partis re», déclare Taâzibt du Parti des des candidats dans le financement quilibre flagrant entre les moyens mètres. Sur le plan médiatique, politiques peinent pour financer travailleurs (PT). Explications : de cette campagne. «La subvendes partis» pour affronter une affichage, édition du programme… des élections. Nous voyons aussi «Pour certains politiques, des tion de l’Etat se fait en aval, déclaéchéance que beaucoup considè- les prix varient. Mais il faut débour- et surtout des élus animer des élections de ce genre sont des re Chihab, en expliquant qu’un rent comme primordiale pour conti- ser plus pour la surveillance des meetings qui leur reviennent à 1 occasions d’investir dans les listes, remboursement de 20% s’effectue nuer à exister sur le terrain. «De élections. Les personnes que nous million de DA. Cela nous ne pou- les personnes… et ils attendent le après obtention de 5% sur les quelle manière financez-vous la mobilisons dans les centres de vons pas le faire par exemple. retour de cet investissement. Nous listes. Nous allons évaluer le budcampagne électorale ?» Le sujet vote pour surveiller le processus C’est une manière indirecte avons déjà tiré la sonnette d’alar- get nécessaire et travailler en vaste n’est pas simple à aborder doivent être payées elles aussi, ne d’étrangler les partis et de les me et alerté sur les dangers du conséquence.» A combien s’élève ce budget ? avec les concernés. Certains ten- l’oublions pas, et cela nous pousser à se mettre au service de mélange de l’argent et de la politent cependant d’y répondre en demande beaucoup. Il y a aussi le la chkara. Aujourd’hui plus tique, cela a mené à la ruine de Chihab n’hésite pas à répondre. «Il faudra environ 5 à 6 millions de DA fournissant un maximum d’éclaira- problème du transport, des dépla- qu’avant, ces élections vont enri- certains Etats, de la politique. cements, tout ceci pose parfois chir les grands partis et appauvrir Acheter des voix rend l’acte de pour les dépenses en affiches, ge. vote insignifiant et risque de pro- publicité, édition des programmes, Le RCD n’y va pas par quatre problème sur le plan financier.» et endetter les autres». Mais il y a encore plus grave. duire une Assemblée dominée par distribution. En général, pour la chemins : «Nous puisons dans le Dans les textes, poursuit notre fonds du parti. Nous comptons interlocuteur, M. Laâouar, «il est dit Des partis interrogés dans le cadre l’argent, par des ambitions person- campagne, il faut compter 15 à 20 naturellement sur les cotisations que l’Etat peut aider un parti, mais de cette enquête affirment détenir nelles et non pas par des pro- millions de DA. Pour financer tout des militants et bien sûr les contri- nous ne voyons rien hormis l’allo- des informations sur «la présence grammes ou des idées. Nous cela, c’est la débrouille.» A. C. butions des candidats.» Ici comme cation annuelle délivrée aux for- de l’argent dans ces élections». avons vu comment des lobbies ont ailleurs, on affirme que la campagne se fera à «hauteur des finances» dont dispose le parti tout en respectant le seuil fixé par le texte qui régit l’activité. Combien coûtera cette campagne ? Le RCD affirme être dans l’incapacité de fournir une réponse à cette question pour le moment. La préoccupation est ailleurs. Comme bien d’autres partis interrogés, ce derC’en est, désormais, fini de la plateforme de Mazafran avec nier estime que les candidats à son leitmotiv d’une transition démocratique. Celle du cadre pluces élections partent à armes riel ayant rassemblé, une première dans les annales politique du inégales dans la course. «Nous pays, des partis et des personnalités des divers bords idéoloregrettons en effet que certains utigiques. lisent les biens de l’Etat, il s’agit Mohamed Kebci - Alger (Le FFS et promoteur de l’Union surtout d’élus, des députés qui Soir) - C’était plus que prévisible, démocratique et sociale, parti en s’en vont déjà avec une longueur ce conglomérat trans-partisan ne instance d’agrément, d’atténuer de d’avance puisqu’ils ont à leur disdevait pas survivre aux élections ce constat amer de l’épilogue de position des facilités que nous ne ce qu’il estime être une «expériendétenons pas.» Lesquelles ? «Des législatives du 4 mai prochain. véhicules de l’Assemblée, des Certes, ses membres, maintes fois ce unique en son genre», par le bureaux, des portables par interpellés, par le passé, sur cette fait que «chaque étape exige ses exemple, tout ceci constitue des question, ont beau «botter» en mécanismes», usant du postulat inégalités puisque nous, nous touche, soutenant que la question que c’est la «fonction qui crée l’ordevons puiser de notre propre des élections relevait de la pure gane de lutte». Pour lui, cette budget pour avoir tout cela, et ce prérogative de chacun d’eux, mais expérience positive en appellera ne sont que des exemples. Il faut la réalité a bel et bien fini par les forcément d’autres, n’excluant pas de «nouveaux accords qui seront aussi et surtout prendre en consi- rattraper. La fin de la plateforme de Mazafran. Aux participationnistes au pro- bâtis sur de nouvelles bases». dération la somme qui est allouée tien et sa pérennité par le recours constitue une «abdication», une Intervenant à son tour, le présichain scrutin législatif, quasi majopar l’Etat aux partis qui siègent à ritaires au sein de l’Instance, qui dent de Jil Jadid qualifiera la par- aux trucages électoraux et à la sorte de cadeau offert au pouvoir l’APN et au Sénat. Ils perçoivent 400 000 DA ne cessent de professer que la ticipation aux élections législatives cooptation de fausses représenta- puisque, ironisera-t-il, «au lieu d’aider le pouvoir à partir, ceux qui annuellement et cette somme est participation et le boycott n’ont de déviation et de contradiction tions politiques et sociales. participent l’aident au contraire à y Ce qui dicte logiquement un avec l’esprit et la lettre de la plateaucun impact négatif sur le mot naturellement versée dans la trérester. refus dans la forme et dans le fond forme de Mazafran. «Ce n’est pas d’ordre d’une transition démocrasorerie des partis politiques, cela Le président de Jil Jadid estileur permet d’avoir un fonds déjà tique, les boycotteurs soutiennent nous qui avons tué l’Icso mais des élections législatives qui font mera que «prendre part à ces partie de la propre feuille de ceux qui ont décidé de participer», plus que le contraire. tout prêt pour les élections. Quant «C’est la fin de la plateforme de eux qui, selon lui, ont foulé au pied route», soutiendra Ferrad qui élections, organisées par le pouà nous, nous ne siégeons pas dans ces institutions, nous devons Mazafran en tant que projet poli- les fondamentaux de cette plate- regrettera l’engouement des partis voir dans les conditions actuelles, donc nous débrouiller par nous- tique d’étape», soutenait, hier mer- forme, entre autres, la vacance du de l’Icso à s’y inscrire, signant de est en totale contradiction avec le credi, Karim Tabbou, dans une pouvoir à son sommet, des élec- facto, la «fin de la plateforme de sens et l’esprit de la plateforme de mêmes.» Au MSP, même son de cloche. conférence de presse animée de tions présidentielles anticipées, Mazafran comme projet politique» Mazafran dont les objectifs ne «Pour financer cette campagne, concert avec d’autres de ses pairs une Constitution consensuelle et, car, tiendra-t-il à préciser, le com- peuvent en aucun cas être temponous comptons, comme toujours, de l’Icso, Soufiane Djillali, le prési- enfin une haute Instance indépen- bat pour la démocratie et la raires ou tactiques puisque s’inssur les cotisations des adhérents. dent de Jil Jadid, Mohand-Arezki dante de supervision des élec- deuxième République vient tout crivant dans la continuité et la rigueur et ne peuvent être sujets à Les candidats apportent des Ferrad, Ammar Khababa, Samir tions. Et de ses quatre préalables, juste de franchir une étape. œPour Soufiane Djillali, la parti- marchandage». sommes ou partagent leur salaire, Benarbi et Farid Mokhtari. Et à le pouvoir n’a accédé à aucun, M. K. c’est en fonction de leurs finances. l’ex-premier secrétaire national du s’employant à «assurer son main- cipation à ces élections législatives

«C’est la fin de la plateforme de Mazafran» DES MEMBRES DE L’ICSO LE PROCLAMENT


Le Soir d’Algérie

Actualité

L’équipement et le financement s’allient pour redynamiser le tissu commercial

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

6

Un accord de partenariat entre MLA et CNH Industrial Capital en Algérie a été signé, hier, à l’hôtel El Djazaïr (exSt Georges), dans le but de servir le développement de l’économie algérienne. Mounira Amine-Seka - Alger (Le Soir) - A l’initiative du Groupe Amen et Tunisie Leasing, Maghreb Leasing Algérie a été créé en 2006. Un établissement qui, durant ces dix dernières années, a su se positionner comme l’un des principaux acteurs du leasing en Algérie. Cette société citoyenne qui finance les PME/PMI est un véritable leader sur le marché. Son présidentdirecteur général, M. Nafa Abrous, soulique qu’«au vu du passage de l’Algérie du statut d’importateur à celui d’exportateur et du gel de liquidités bancaires, MLA compte aider le maillage des PME/PMI à accéder au financement, mais également à les accompagner et les conseiller, pour dépasser la sous-capitalisation et le

manque de garantie», ajoutant que «le marché algérien est très solvable au vu du recouvrement qui est à hauteur des 97%. Les financements vont des petites et moyennes entreprises aux grands groupes. La seule année 2016 a été évaluée au chiffre de 45 milliards de dinars, même si le marché a reculé de 18% à cause des restrictions des importations». En dix ans, MLA a mobilisé plus de 63 milliards de dinars. Des financements exclusivement orientés vers les PME/PMI et les professions libérales, effectués à travers ses onze agences sur les wilayas de : Batna, Bordj-Bou-Arréridj, Béjaïa, Oran, Alger, Constantine, Blida, Tizi Ouzou, Tlemcen, Annaba et Sétif, à travers

lesquelles, il a déjà financé plus de 4 000 clients pour 18 000 équipements, dans différents domaines : automobile, transport, bâtiment et travaux publics, médical, équipements et immobilier. Actuellement, LMA est en discussion avec les autorités pour ouvrir le financement et le dynamiser, afin de développer le réseau commercial et rester fidèle à son slogan «Plus proches pour aller plus loin». M. Abrous a souligné également que le partenariat avec ses clients table sur la production nationale, dans le but de la booster. Plus encore, LMA signe avec les producteurs un protocole pour les suivre et les accompagner dans la vente de leurs produits et leur assure une réduction sur les assurances, via ses conventions, un rabais qui peut aller jusqu’à 60%. Son partenaire, CNH Industrial, leader mondial dans le secteur des biens d’équipement,

Photo : DR

MAGHREB LEASING ALGÉRIE SIGNE UN ACCORD AVEC CNH INDUSTRIAL CAPITAL

Nafa Abrous, P-dg de MLA.

dispose d’une expérience industrielle reconnue. Il est fournisseur international des produits et services financiers pour les industries et approvisionne les projets industriels des produits de grandes industries comme, entre autres, Steyr, New Holland, IVECO et Case qui, ce dernier, est en phase de s’installer en Algérie. CNH Industrial Capital, propose à ses clients des

5% des déchets ménagers en Algérie sont recyclés ENVIRONNEMENT

Lyas Hallas - Alger (Le soir) - A eux seuls, les emballages représentent 38 milliards de DA. Et le recyclage des 350 000 tonnes de PET peut générer 7 500 emplois directs. Or,

seulement 5% de ces déchets sont recyclés aujourd’hui. La représente de l’AND, FatimaZohra Barça, a indiqué que les déchets ménagers et assimilés ont

atteint près de 12 millions de tonnes en 2016. 54% sont des déchets organiques et donc putréfiables. Les déchets recyclables en Algérie sont le plastique (17%) et le papier carton (10%). Le reste des déchets n’est pas encore recyclable en Algérie comme le textile (13%) et le verre (1%). L’Algérien produit en moyenne 310 kg de déchets ménagers et assimilés par an, dont 92 kg recyclables.

Le grand barrage de oued Mellegue situé à 11 km de la daïra de Ouenza (wilaya de Tébessa) d’une capacité totale théorique de 155 millions de m3, dont les travaux ont été lancés le lundi 4 octobre 2011, sera mis en service au cours de la semai-

ne prochaine par le Premier ministre Abdelmalek Sellal, a-t-on appris d’une source bien informée. Ce projet phare du secteur de l’hydraulique, fruit d’un investissement colossal de 13 milliards de dinars, permettra de mobiliser, au profit des wilayas de

Tébessa et de Souk Ahras, des ressources en eau potable pour l’irrigation des terres arables. En outre, cet ouvrage contribuera également à assurer l’eau nécessaire au fonctionnement du futur complexe de transformation de phosphate de Oued el

Kebrit dans la wilaya de Souk Ahras. Au pifomètre, 15 millions de m3 des eaux de ce barrage seront dirigés vers ce complexe qui nécessitera, selon des experts des mines, un volume annuel de 40 millions de m3. Barour Yacine

Coïncidant avec la célébration du 15e anniversaire de Djezzy en Algérie, hier son directeur général M. Matthieu Galvani était à Oran où il a inauguré une nouvelle boutique au niveau d’Es Senia. L’occasion d’affirmer qu’avec cette énième enseigne, l’opérateur veut améliorer la proximité avec ses clients. «Cette boutique fait partie des 26 dernières autres identiques à celleci que nous venons d’ouvrir.» Il s’agit là, dira notre interlocuteur, d’un nouveau modèle de vente. Ce sont ainsi les smartphones et l’accès à internet qui sont mis en évidence, présentés au client avant même le service. M. Galvani dira que Djezzy est sur un nouveau mode de formation-vente avec des métiers différents. «Nos agents qui sont dans les boutiques sont surtout des coachs, pour les clients par rapport au bon choix de smartphones et du bon plan tarifaire. Plutôt que des services plus simples que lorsqu’on était qu’un opérateur de la voix. Ce que nous avons fait pour la démocratisation pour l’accès à la téléphonie mobile, maintenant nous voulons faire la même chose pour le digital et l’accès à l’internet».

L’opérateur de téléphonie prévoit un plan massif de recrutement afin de les déployer à travers ses 60 nouvelles boutiques dans un premier temps identiques à celle d’Es Senia, ceci, dira M. Galvani, en plus des 26 que nous avons déjà ouverts, nous voulons aller vers un objectif de 300 boutiques». La couverture de la 4 G est, aujourd’hui, assurée sur près de 20 wilayas, «nous avons énormément

amélioré notre couverture 4 G, aujourd’hui on peut vraiment être fier et dire que nous sommes leader en déploiement du réseau 4 G». Notre interlocuteur dira que Djezzy a fortement investi dans la 4 G «on a été les premiers à arriver à des taux de couverture tels que nous sommes. Nous avons revu notre offre et réorienter vers l’accès à internet avec un positionnement le plus simple pos-

sible. Ainsi, lorsque vous achetez de la Data avec Djezzy nous vous offrons la voix ».Des promotions Djezzy en prévoit mais elles tourneront probablement plus autour de l’internet que de la voix puisque aujourd’hui, l’opérateur propose la voix en illimité. «Nous allons introduire de nouvelles offres de nouveaux produits autour de l’internet», annonce-t-il. Amel Bentolba

Selon les projections faites par l’Agence nationale des déchets (AND) et présentées hier lors d’une journée d’étude sur la gestion des déchets organisée en marge du Salon international des équipements des technologies et des services de l’eau et de l’environnement (SIEE Pollutec), la récupération des déchets recyclables est un marché de 56 milliards de DA.

L’impact de la gestion irrationnelle de ces déchets représente 0,32% du PIB (0,19% du PIB grevés sur le budget de la santé). Il y a environ 3 000 décharges sauvages à travers le territoire national cumulant 150 000 hectares. Les capacités installées pour la gestion de ces déchets (92 centres d’enfouissement technique et 80 grandes décharges contrôlées) sont de l’ordre de 53 millions mètres cubes. Lyas Hallas

Inauguration prochaine du barrage de Oued Mellegue LE PREMIER MINISTRE PRÉSIDERA LA CÉRÉMONIE OFFICIELLE

«Nous allons vers la démocratisation du digital et l’accès à l’internet» LE DG DE DJEZZY À ORAN :

Djezzy fête son 15e anniversaire CONSTANTINE

A l’instar d’autres hauts responsables de Djezzy qui étaient présents à Alger et Oran, hier, pour célébrer le 15e anniversaire de l’opérateur de téléphonie mobile, le directeur exécutif, M. Vincenzo Nesci, a, pour sa part, officié les solennités prévues à Constantine, symboliquement à l’agence sise au quartier Sidi-Mabrouk. Pour la circonstance, le directeur exécutif de Djezzy soulignera la présence, également, des actionnaires du Fonds national d’investissement sur les trois sites retenus pour cette célébration car, a-t-il précisé, «l’ouverture dans le nouveau Djezzy n’est pas une vaine notion. Nous sommes un produit de la règle 51/49, convaincus que cette dernière permet aux pouvoirs publics autant qu’aux investisseurs privés d’unifier leurs efforts et d’avoir de larges

possibilités de développement que d’autres groupes de sociétés n’ont pas. De même, elle offre d’importants avantages aux investisseurs étrangers en dépit de certaines critiques occultant l’exemple parfait de réussite incarné par notre société. Nous voulons aussi démontrer qu’une EPE peut constituer un modèle extrêmement positif de management, de développement d'un écosystème profitable à l’économie algérienne et au service des plans du gouvernement. Nous pensons notamment au e-paiement, au ecommerce et autres procédés contribuant à mettre la technologie au service du citoyen. C’est ce que nous voulons réaliser avec le soutien de nos deux actionnaires, le FMI et Vimpelcom.» K. G.

offres de financement attractives qui s’adressent notamment aux véhicules utilitaires et matériels d’équipement que ce soit dans le domaine du BTP ou de l’agronomie, commercialisés par ses soins. Ce partenariat, au vu de tous les avantages qu’il offre, augure un bon rétablissement à l’économie algérienne. M. A.-S.

CENTRE NATIONAL DU REGISTRE DE COMMERCE (CNRC)

Un limogeage sur fond de polémique

Le Centre national du registre de commerce, CNRC, a reporté la conférence de presse prévue hier pour la présentation du bilan statistique de l’année 2016. Dans son communiqué, le CNRC ne précise pas les raisons du report liées en réalité au limogeage du DG de cet organisme, Mohamed Maouche. Celui-ci serait remplacé par un revenant, en l’occurrence Mohamed Slimani qui a occupé le même poste du temps de l’ancien ministre du Commerce, Amara Benyounès. La raison du limogeage du DG du CNRC est liée au fait qu’il a contredit le ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune, à propos de la date de généralisation du registre de commerce électronique (RCE). Le 7 février dernier, lors d’une rencontre avec les cadres du secteur au siège de l’Algex, le ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé que la généralisation de ce registre sera bouclée durant le premier semestre 2017 et qu’il n’y aura plus, d’ici juin prochain, aucun registre ancien qui ne serait pas numérisé. Quelques jours plus tard, soit dimanche 12 février, Mohamed Maouche a fait une déclaration qui contredit le ministre intérimaire du Commerce en affirmant que moins de 30% des opérateurs sont inscrits au registre de commerce électronique. Dans un entretien avec l’APS, Mohamed Maouche a indiqué que «jusqu’à fin 2016, le nombre global des opérateurs détenteurs du RCE électronique s’est établi à 530 895 composés de 456 533 personnes physiques et de 74 362 personnes morales». «Rapportée au nombre global des opérateurs économiques qui est de près de 1,9 million de commerçants, la proportion des détenteurs du RCE représente 28%». Le registre de commerce électronique est opérationnel depuis le 16 mars 2014. Y. D.


7

Sit-in des enseignants devant le rectorat Régions

Le Soir d’Algérie

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

UNIVERSITÉ DE M’SILA

Les protestataires pointent du doigt le rectorat d'avoir donné l'ordre aux agents de fermer les locaux,ce qui a suscité la colère des enseignants qui sont allés manifester leur courroux la semaine passée devant le siège de la wilaya, demandant l'intervention du responsable de l'exécutif pour mettre un terme à ces dépassements. Il est à signaler que ce jour-là, les protestataires ont décidé d'organiser mardi passé un sit-in devant le siège du rectorat, chose qui a été faite comme prévu, apprend-on du premier coordinateur local représentant de l'aile du bureau national dirigée par Abdelmalek Azzi que les syndicalistes lui réclament à travers leurs recommandations une reconnaissance totale de la part des responsables de l'université de M'sila qu'il est le seul coordinateur national du Cnes et non celui désigné lors du congrès tenu à Constantine, comme on doit admettre la coordination de l'université Mohamed-Boudiaf de M'sila à M. Mohamed Dhiab, l'un

des premiers points réclamés puis demander l'ouverture de la porte de débat avec les représentants du Cnes légitime à M'sila, et on dénonce cette attitude de marginalisation et de hogra, dit-il. Il est à signaler que le Conseil national des enseignants de l'enseignement supérieur (Cnes) de l'université Mohamed-Boudiaf de M'sila est représenté par deux bureaux du même syndicat puisque Le Soir d'Algérie vient de recevoir deux communiqués de presse signés et portant le même caché du bureau du Cnes, ce qui laisse imaginer le bras de fer entre ces deux formations de syndicalistes voulant chacune représenter le Cnes vis-à-vis des responsables du campus : le premier coordinateur national élu par une assemblée générale lors du 5e congrès, il s'agit de M. Azzi Abdelmalek qui a nommé M. Dhiab Mohamed le seul représentant à M'sila. Quant à la seconde aile, elle est dirigée au niveau national par M. Milat Abdelhafid désigné par le dernier congrès tenu dans la ville

de Constantine, ce bureau national a désigné à son tour le Dr Djamel Boss responsable du Cnes à l'université MohamedBoudiaf ; celui-ci appelle à l'organisation d'une assemblée générale élective pour mieux représenter les enseignants et soulever leurs préoccupations et leurs attentes d'une manière légale selon le présent communiqué, voulant assainir l'université Mohamed-Boudiaf des personnes ayant l'intention d'exploiter ce syndicat à des fins personnelles et réclame la révision de vacation de trois jours en vue de permettre aux enseignants d'entamer le travail de recherche, comme on soulève le problème de sécurité à l’intérieur du campus pour les étudiants et les fonctionnaires. Par ailleurs, le

conseil de l'aile Milat réclame auprès de l'administration le virement de la paie à temps et il en est de même pour les primes de rendement et des arriérés non encore versés. Aussi à permettre aux enseignants de bénéficier tôt des changes de devises afin de pouvoir s'acquitter des stages de formation assurés à l'étranger à l'instar de toutes les universités algériennes,comme on demande d'offrir les moyens didactiques et pédagogiques notamment pour les labos pour assurer une bonne prise en charge des étudiants dans le cadre de leur formation, sommant l'administration universitaire de répondre dans un bref délai à ces recommandations qui offriront un climat idéal pour le travail.

L'appel des familles de l'immeuble menaçant ruine RELIZANE

Les cris de détresse des familles occupant des immeubles menaçant ruine affluent de partout. C'est le cas des 10 familles résidant dans l'immeuble à la rue Mohamed-Khemisti.

Cet immeuble, composé d'un rez-de-chaussée et trois étages, occupé par ces familles depuis plus de 60 ans, représente un danger imminent pour la vie des locataires. Des murs lézardés, des plafonds qui risquent de tomber à tout moment, alors que les escaliers sont complètement effrités, sans parler des infiltra-

tions des eaux de pluie durant cette saison hivernale. «On a peur pour nos enfants, toute la structure risque de s'effondrer à n'importe quel moment, même les piliers sont fissurés. La situation a empiré suite au dernier séisme qui a touché la région d'Oran et, depuis, plusieurs effondrements partiels se sont produits dans la bâtis-

se. Certains occupants ont pris l'initiative et ont restauré leurs appartements, mais les fissures ont vite réapparu», dira un locataire, avant d'ajouter: «Nous occupons cette immeuble, bien de l'Etat depuis 60 ans, et on a formulé plusieurs demandes de relogement qui sont restées vaines à ce jour.» En attendant leur relogement, toutes ces familles retiennent chaque jour leur souffle et lancent un appel aux services concernés pour inter-

venir. Afin d'éviter le pire et avant qu'il n'y ait mort d'homme. Malgré les efforts des autorités publiques pour lutter contre ce phénomène, Relizane continue de perdre une à une ses anciennes bâtisses à un rythme inquiétant et le spectre des victimes plane au-dessus des vieilles bâtisses dans les vieux quartiers de la ville. Il ne se passe pas un jour sans qu'on entende parler d'un effondrement ou d'un effondrement partiel. A. Rahmane

Campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole

Une campagne de vaccination contre la rubéole et la rougeole en milieu scolaire va être lancée à partir du 6 mars prochain. 53 000 élèves du primaire et du moyen seront ciblés. Il est à noter que pratiquement tous les écoliers âgés de 6 à 14 ans seront touchés

SOUK AHRAS

par ce nouveau calendrier national. Cette opération lancée sur recommandation de l’Organisation mondiale de la santé, OMS, a comme visée de prémunir les élèves contre diverses épidémies et de consolider, par là même, l’immunité collective de la population en général contre tout risque éventuel en la

matière. Dans ce cadre, une réunion s’est tenue hier au niveau de la Direction de la santé entre les représentants de la santé et ceux de l’éducation, et ce, à l’effet de peaufiner les préparatifs de cette campagne de vaccination. Barour Yacine

En attendant la régularisation juridique de cette situation et l’arrêt de ce bras de fer entre ces deux formations du Cnes ; le rectorat de l'université continue de fermer les salles de réunion devant les enseignants affiliés à l'aile Azzi selon le porte-parole du rectorat et ne peut intervenir dans les affaires internes des syndicats,notamment en présence de deux bureaux activant en parallèle au profit du même syndicat, selon le communiqué. Cependant, cette aile de M. Mohamed Dhiab veut montrer sa légitimité en haussant le ton et en organisant des mouvements de protestation et rassembler à chaque fois plus de 200 enseignants devant le siège du rectorat. Abdelhamid Laïdi

ORAN

Le DG du CHUO relevé de ses fonctions

Depuis hier, c’est le secrétaire général qui assure l’intérim à la tête du CHU d’Oran, une information que nous avons pu confirmer de sources sûres, qui affirment que dans le cadre d’un vaste mouvement, le directeur général a été relevé de ses fonctions. Souvent décrié par les syndicats sans être inquiété, l’ancien directeur du CHUO a été évincé par le ministre de la Santé, qui semblait jusque-là «l’apprécier» et même le défendre à maintes reprises lorsque des journalistes d’Oran l’interpellaient à chacune de ses visites sur la gestion du CHUO, à l’exemple des pénuries d’oxygène, d’équipements achetés pas aux normes… Force est de constater qu’apparemment, les commissions d'enquête dépêchées par le ministère et qui sillonnent les différents établissements hospitaliers, souvent «incognito» nous dit-on, ont eu raison de l’ancien DG. Amel Bentolba

Photo : DR

Une centaine d'enseignants de l'université MohamedBoudiaf de M'sila affiliés au syndicat du Conseil national de l'enseignement supérieur Cnes, ont organisé dans la journée du mardi un mouvement de protestation devant le rectorat en vue de dénoncer le dénigrement et la pression utilisés par le premier responsable de l'université envers le bureau du Cnes dirigé par le coordinateur Mohamed Dhiab qui a déclaré à ce propos, que son bureau a reçu le refus catégorique du rectorat après avoir déposé une demande pour obtenir l'usage d'une salle en vue de tenir une assemblée générale où les enseignants pourront débattre de leurs préoccupations.


Régions

Le Soir d’Algérie

Vers la création de 10 nouvelles zones d’activités

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

BOUIRA

Parallèlement à cette extension, le foncier industriel est constitué actuellement d’une zone industrielle de Sidi Khaled d’une superficie de 225 hectares, totalement affectée et une extension de 190 hectares en cours d’aménagement et une mégazone industrielle de Dirah d’une superficie de 795 hectares dont 250 sont en cours d’aménagement et enfin 15 zones d’activités déjà existantes mais qui sont presque saturées. Par ailleurs et pour mettre fin à

certains blocages dus essentiellement aux instruments d’urbanisme existants, le wali a annoncé le lancement prochain de la révision des POS au niveau des cinq daïras-mères que sont Bouira, Lakhdaria, Sour-El-Ghozlane, Aïn Bessem et M’chedallah. Toutes ces actions, ajoutées à la décision du wali d’installer un cadre au niveau du cabinet dénommé Monsieur Investissement qui est chargé de recevoir toutes les

Installation de la permanence locale de la HIISE MILA

En présence du DAL et du Drag de la wilaya de Mila, M. Maâlem Hacène, membre de la commission permanente de la Haute Instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), a procédé, en début de semaine, à l’installation de la permanence locale de ladite instance. Domiciliée au Centre culturel islamique en plein centre-ville, cette commission, coordonnée et présidée par le docteur Mohamed Medoukali, une personnalité locale, médecin de formation et ancien directeur d’établissement hospitalier dans la même ville, comprend 3 personnalités civiles et 3 magistrats, en l’occurrence, Belhadj Djelloul Salim, Zahia Hanane, Messaghem Zahia, Oulahcène Bélaïd et Yessaâdi Sabrina. Cette instance a pour mission la lourde charge de veiller à la transparence et au bon déroulement de cette opération, afin d’asseoir une certaine crédibilité à cette joute électorale du 4 mai prochain, d’importance capitale pour l’avenir du pays.

SIDI-BEL-ABBÈS

A. M’haïmoud

Une EPIC pour la gestion urbaine de toute la wilaya

Dans la matinée d’hier une idée tout à fait louable du nouveau wali de Sidi-Bel-Abbès a été proposée et approuvée lors de la session ordinaire de l’Assemblée populaire de wilaya. Il s’agit de la création d’une EPIC (Entreprise publique à caractère industriel et commercial) pour la gestion urbaine de la ville de Sidi-Bel-Abbès et des communes de la wilaya. Cette EPIC aura en charge la gestion, la réhabilitation, l’entretien de l’éclairage public, des espaces verts, des chaussées, des espaces de détente, du lac Sidi-Mohamed-Benali, des barrages Sarno et Tabia, des stades de proximité, la plantation des arbres le long des chaussées, l’abattage des animaux errants et les opérations de désinsectisation. Elle prendra aussi en charge la gestion des vespasiennes du jardin public, des poumons verts, des bancs publics, des feux tricolores, des cimetières, etc. Ces nombreuses gestions généreront à coup sûr de l’emploi, une lueur d’espoir pour les chômeurs en quête d’un job même temporaire. Cette entreprise aura aussi ses annexes dans d’autres communes de la wilaya. Cette initiative est très prometteuse en matière de cadre de vie pour les citoyens et d’emploi pour les chômeurs pour peu qu’elle puisse aboutir dans les meilleurs délais. A. M.

doléances pour les transmettre quotidiennement au wali, permettront aux investisseurs

d'avancer dans leurs projets et d’en finir avec les éternels retards dans la concrétisation

Photos : DR

Le wali de Bouira, Mouloud Cherifi, a indiqué, hier lors d’une rencontre avec les investisseurs autour du foncier industriel, que la wilaya de Bouira va lancer incessamment 10 nouvelles zones d’activités d’un total de 50 hectares dédiées à la petite et moyenne industrie.

8

des projets. Enfin , dans le cadre de la relance du tourisme, des réunions en présence de tous les acteurs concernés ont permis de débloquer la situation au niveau de Tikjda située au niveau du parc national du Djurdjura, notamment avec la relance des remontée mécaniques et certaines zones à aménager pour la création de placettes et autres endroits près des deux localités d’où partiront les remontées mécaniques, à savoir Tighzert et l’ Akouker pour les barbecues et autres pique-niques ainsi que des chapiteaux pour la promotion de l’artisanat et sa vente aux touristes. Y. Y.

Distribution de plus de 15 000 quintaux d'engrais azotés à Hammam-Bou-Hadjar

La Coopérative des céréales et légumes secs CCLS de la commune de Hammam-Bou-Hadjar a enregistré la distribution d'environ 15 000 quintaux d'engrais, durant cette saison, au profit des exploitations agricoles des plaines de Mléta, qui est considérée comme la plaine qui réalise la plus grande production de céréales dans la wilaya de Aïn-Témouchent et dans la commune de Hammam-Bou-Hadjar également. Selon M. Boubasla Abdeslam, cadre à la Coopérative, la perturbation qu'a connue l'opération de distribution au début de l'année est due aux nouvelles mesures administratives émanant du ministère, qui exige d’avoir une autorisation à partir du 22 janvier. L'opération de distribution, jusqu'à hier, a atteint les 8 000 quintaux en attendant l'arrivée d’une quantité supplémentaire les prochains jours. L'inquiétude des fellahs est compréhensible, selon notre interlocuteur, du fait que les céréales ensemencées ont la couleur jaune et ont un besoin pressant de l'azote, le même responsable ajoute que la vente de l'azote nécessite une autorisation ministérielle qui est renouvelable chaque année. Cependant cette année, le ministère de l'Energie a exigé une autre autorisation délivrée par un bureau d'étude avec les services de l'écologie, cette opération a duré deux ou trois mois, la Coopérative a réussi à déposer les dossiers qui ont été réceptionnés par le ministère en temps opportun, à savoir entre le 23 et le 31 décembre. On a réussi à avoir les nouvelles autorisations et à partir de cette date, on a livré aux paysans environ 8 000 quintaux d’engrais et on prévoit

AÏN-TÉMOUCHENT

que la quantité atteindra 15 000 quintaux dans peu de temps. Pour rappel, l'année précédente, la quantité distribuée n'a

pas atteint les 9 000 quintaux en raison des conditions climatiques et de la faible pluviométrie. S. B.

Installation du secrétaire général des commerçants et artisans de la wilaya

Le secrétariat national de l'Union générale des commerçants et artisans algériens a procédé, hier matin, à l'installation du bureau de wilaya sous la présidence de M. Farid Amine. Cette installation a pour objectif de donner un nouveau souffle et une dynamique à la section de wilaya pour satisfaire les préoccupations des commerçants et artisans de la wilaya de Aïn-Témouchent. L'opération d'installation s'est déroulée en présence de M. Benchohra Hazzeb, chargé des finances du secrétariat national des commerçants et artisans, qui dira que sa visite entre dans le cadre de la mission qui lui est dévolue par M. Salah Souileh, secrétaire national de l'Union nationale des commerçants et artisans relative à l'installation du bureau de wilaya. S. B.

Colloque régional sur les animateurs agricoles

L'Institut moyen agricole ITMA de Aïn-Témouchent a abrité, hier, un colloque régional des animateurs de radios dans le domaine agricole, colloque qui dure deux journées et qui a vu la présence de 24 wilayas à travers le pays. Ce colloque vise la nouvelle stratégie de la vulgarisation agricole ainsi que la mise en place des mécanismes d'information et la communication modernes. Ce système permet de lancer des informations agricoles à temps et à sécuriser le service public au profit des fellahs avec les techniciens, et par conséquent, la vulgarisation agricole qui permet aux paysans d'être à jour avec toutes les nouveautés que connaît leur secteur. S. B.


Nette diminution de la criminalité en 2016 en zones urbaines Faits divers

Le Soir d’Algérie

Jeudi 16 février 2017 - PAge

AÏN DEFLA

Lors d’une rencontre organisée par la Direction de la Sûreté de wilaya de Aïn Defla au début de la semaine en cours, l’institution chargée d’assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens a exposé à la presse locale les résultats comparatifs de ses activités durant les années 2015 et 2016. S’agissant de la sécurité routière selon les chiffres indiqués, on constate un infléchissement avec une nette diminution du chiffre des infractions, qui est passé de 2 245 en 2015 à 1 170 en 2016 soit une diminution de 1 015 cas, celui des infractions au code de la réglementation a lui aussi enregistré une diminution estimée à 10%, passant de 270 en 2015 à 140 en 2016. Parallèlement, le nombre d’immobilisations des véhicules a lui aussi baissé passant de 638 en 2015 à 524 en 2016 soit une regression de 114 cas. Durant l’année 2016, la police

de la route a dressé moins de P-V que durant l’année 2015, puisque de 17 831 P-V en 2015, durant l’année écoulée, ce chiffre est passé à 14 479 soit une diminution de 3 352. Conséquemment, il a été constaté que le nombre d’amendes non payées a lui aussi diminué considérablement puisqu’il est passé de 5 437 en 2015 à seulement 3 429 en 2016 soit une diminution des impayés de 2008 amendes. Par contre, le nombre de retraits immédiats de permis de conduire a, lui, augmenté en 2016. Si en 2015 le nombre de retraits a été de 2086, en 2016,

il a atteint les 2 208 soit une augmentation de 122 cas. On note que ces 122 retraits immédiats ont été suivis de la transmission de 122 dossiers à la commission de Wilaya. Paradoxalement, le chiffre des constatations de dépassement de la vitesse autorisée reste élevé n’enregistrant qu’une très faible diminution. Pour les cas d’infractions à la réglementation de la vitesse en 2015, il a été constaté dans ce cadre 3 269 et qui n’a enregistré qu’une diminution de 17 cas en 2016. Le plus frappant dans le domaine de l’urbanisme, c’est le nombre considérable des habitants qui continuent à construire sans permis et les chiffres sont éloquents ; le nombre de cas constatés par la police de l’urbanisme a été en 2015 de 502, un chiffre qui n’a enregistré qu’une diminution

minime puisqu’en 2016, il y a eu 469 constructions illicites soit un recul de 44 cas seulement, ce qui signifie que l’on continue à faire fi de la réglementation, et ce, malgré le nombre impressionnant de dossiers transmis à la justice, 556 en 2015 et 525 en 2016 et malgré les 1 111 constats dressés et transmis à l’APC en 2015 contre 995 en 2016 soit 116 de moins. Cependant, malgré les mesures répressives, les contrôles radars, les retraits de permis de conduire, la courbe du nombre d’accidents en zones urbaines n’infléchit pas puisqu’on enregistre plus d’accidents, plus de blessés et plus de morts sur les routes. En effet, selon le bilan présenté par les cadres de la Sûreté de wilaya avec à leur

comprimés de Pregabaline et du Lyrica, des psychotropes puissants. Le suspect a été interpellé et son domicile perquisitionné sur la base d’un mandat délivré par le procureur de la République de Koléa. La police, qui a procédé aux investigations et aux recherches, a immédiatement appréhendé le suspect, le dénommé M.A., âgé de 41 ans

et résidant à Douaouda qui a vite fait d’avouer ses méfaits. Lors de l’arrestation du suspect, plusieurs pastilles psychotropes destinées à la revente ont été retrouvées lors de la perquisition de son domicile. Le délinquant appréhendé a été présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Tipasa, qui a transmis le dossier au magistrat instructeur. Houari Larbi

Un dealer hors d’état de nuire TIPASA

La cellule de communication de la police de Tipasa a rendu public récemment un communiqué dans lequel il est fait état de l’arrestation d’un dealer âgé de 41 ans, demeurant à Douaouda et spécialisé dans le commerce et la revente de psychotropes à domicile. En effet, la cellule de communication de la police de Tipasa, qui a rendu public ce communiqué, précise que ce fut à la suite d’une information reçue par la police et révélée par les services de la brigade de Fouka qu’il a

été mis en place une souricière pour appréhender le délinquant, après l’avoir intercepté circulant à Fouka sur une moto, et à la suite d’une fouille corporelle, il a été trouvé en sa possession, et en son domicile plus de 281

Plus de 890 bottes de foin ravagées par les flammes RELIZANE

Plus de 890 bottes de foin et une dizaine de ruches d’abeilles ont été les proies de flammes dans un incendie qui s’est déclaré dans une ferme située au douar Nouabel, une région reculée relevant de la commune d’El Guettar, située à l’est, à une soixantaine de kilomètres du chef-lieu de Relizane,

selon un bulletin rendu public par le chargé de la cellule de communication de la direction de la Protection civile de la wilaya de Relizane. C’est grâce à sa vigilance et sa perspicacité que le propriétaire a pu sauver son troupeau en attendant l’arrivée des soldats

du feu. Ces derniers ont pu maîtriser la situation. Une enquête a été aussitôt ouverte par la Gendarmerie nationale d’El Guettar pour déterminer les causes et circonstances exactes de ce drame. A. Rahmane

28 morts et 848 blessés en moins d'une semaine ACCIDENTS DE LA CIRCULATION

Vingt-huit personnes sont décédées et 848 autres blessées dans des accidents de la circulation au niveau national durant la période du 5 au 9 février 2017, ont indiqué hier les services de la Protection civile, dans un communiqué. Durant la période du 5 au 9 février 2017, les unités d’intervention de la Protection civile ont effectué 13 649 interventions suite à 770 accidents de

la circulation ayant causé le décès de 28 personnes et 848 blessés, traités et évacués vers les structures hospitalières, précise la même source.

Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Médéa avec 5 personnes décédées et 66 autres blessées, ayant été évacuées vers les structures hospitalières. En outre, les mêmes secours ont effectué 1 039 interventions pour procéder à

l'extinction de 654 incendies urbains, industriels et autres. Aussi, 6 477 interventions ont été effectuées durant la même période pour l’exécution de 5 341 opérations d’assistance aux personnes en danger et opérations diverses, conclut la même source. (APS)

9

tête le directeur, si en 2015 on a enregistré 262 accidents, ce chiffre a atteint les 268 l’année dernière soit 6 de plus, tout comme le nombre de blessés qui a grimpé à 364 en 2016 alors qu’il était de 335 en 2015. Même le nombre de morts s’est accru de 3 décès passant de 12 en 2015 à 15 en 2016. Sur le plan de la couverture, on indique que 5 nouvelles structures (siège de Sûreté de daïra et Unités BMPJ) 2 ont été mises en service en 2015, 3 en 2016 et 2 Sûretés urbaines en voie de réalisation qui seront mises en service durant le semestre en cours à Khemis Miliana, l’une dans le quartier Souffay et l’autre à Hay Essalem. Pour ce qui est des violences subies par les femmes, le nombre de victimes enregistré en 2015 et 2016 est resté le même, 167 pour chacune des deux années, 114 cas de violences corporelles, 46 cas de mauvais comportement, 32 de la part du mari, 17 par le frère, 19 par d’autres membres de la famille 3 par des prétendants, 77 par des tiers étrangers à la famille, 101 cas de femmes violentées dans les foyers, 64 dans la rue et 2 sur le lieu de travail. Karim O.

Crime crapuleux à la cité MoulayMustapha

AÏN TEMOUCHENT

La population du quartier populaire Moulay-Mustrapha de Aïn-Témouchent a été secouée par un drame survenu hier aux premières heures, et qui a coûté la vie à H. M., un jeune homme âgé d'une trentaine d'années. Ce dernier a reçu un coup donné avec un objet contondant, utilisé dans l'agriculture traditionnelle, à l'abdomen par des voisins lors d'une dispute. Le coup était mortel, du fait que le malheureux, qui a été transporté aux urgences médicales, a rendu l’âme dans l'enceinte hospitalière. Il faut noter que la victime, un nouveau marié, travaillait au complexe touristique Doriane-Beach. Une enquête a été ouverte par la police pour déterminer les circonstances exactes de ce drame. S. B.


Culture

LE COUP DE BILL’ART DU SOIR

Carré noir sur fond noir Par Kader Bakou

En décembre 1915 à Petrograd, Casimir Malevitch exposa un tableau titré Carré noir sur fond blanc. C’etait une révolution artistique qui précéda la Révolution socialiste d’Octobre 1917 qui allait interdire l’art abstrait. Comme son nom l’indique, le tableau représente un carré noir placé au centre d'une toile blanche. À travers ce simple carré noir sur fond blanc, Malevitch veut se libérer de la peinture qui fait référence, qui signifie ou qui représente. Cette œuvre n'est pas porteuse de sens, «elle est» et elle existe tout simplement. Malevitch venait de créer une nouvelle forme de peinture, vide de sens, abstraite et au-delà de toute signification connue jusqu'alors. En 1918, Casimir Malevitch va peindre encore le tableau Carré blanc sur fond blanc (en somme, deux espaces blancs) et fonder le suprématisme. Malevitch a créé ce mouvement pour ne représenter que l'essentiel. Cela passe par trois éléments : la forme, les couleurs et l’espace. Le suprématisme privilégie trois formes : le cercle, la croix et le carré. Malevitch préfère le carré car c'est une forme basique et universelle. Les couleurs, elles, sont primaires et répondent à des exigences : le blanc pour le fond car il fait rappeler l'infini, le noir pour le carré et le rouge pour les autres formes. Concernant l'espace, les suprématistes sont à la recherche d'une quatrième dimension. Cette dimension est créée grâce aux couches de peinture superposées. Mais le suprématisme laisse au spectateur la liberté de la découvrir lui-même. Voilà comment un simple tableau a créé une philosophie et une révolution des idées. Carré noir sur fond blanc a survécu à la Révolution d’Octobre. K. B. bakoukader@yahoo.fr

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

10

Le film Zeus projeté à Alger et Béjaïa APRÈS L’AVANT-PREMIÈRE MONDIALE AU PORTUGAL

L’écrivain et ancien président de la République portugaise Manuel Teixeira Gomes embarqua en quasi-clandestin sur le Zeus. Il n’emporta avec lui aucun papier qui puisse le rattacher à son passé. «J’ouvre dans ma vie une page totalement blanche», dira-t-il. Cette «page, totalement blanche» sera écrite entièrement en Algérie. L’avant-première officielle en Algérie du long métrage Zeus, de Paulo Filipe Monteiro, une coproduction luso-algérienne, a été programmée pour la soirée d’hier, mercredi 15 février 2017, à 19h, à l'opéra d'Alger Boualem-Bessaïh, en présence du réalisateur, des producteurs algériens et portugais ainsi que de l'équipe artistique et technique. Le film Zeus est l’histoire atypique de l’écrivain et président de la République du Portugal, Manuel Teixeira Gomes, né le 27 mai 1862 à Portimão, au Portugal, et mort le 18 octobre 1941 à Bougie (Béjaïa), en Algérie. Ce grand homme politique a été président du Portugal entre le 5 octobre 1923 et le 11 décembre 1925. Dans le domaine littéraire, il est considéré comme l'un des meilleurs écrivains portugais dans le style naturaliste. Il est l’auteur d’œuvres comme Cartas sem Moral Nenhuma (1904), Cartas a Columbano (1932) ou Maria Adelaide (1938). En tant qu'indépendant républicain pour l'élection présidentielle de 1923, il avait battu l'ancien président Bernardino Machado. Mais il dut

démissionner deux ans plus tard en raison de la forte campagne de diffamation que le Premier ministre António Maria da Silva dirigeait contre lui. Il a ensuite déménagé à Bougie où il a vécu le reste de sa vie, sans jamais repartir au Portugal, restant toujours opposé au régime fasciste de l'Estado Novo. Déjà à l’époque, il faisait souvent l’éloge de la culture arabo-islamique. Le film commence durant les années agitées, marquées par la montée du fascisme. Malgré les révoltes fomentées par les militaires et la crise bancaire, le président Gomes réussit à former des gouvernements réformistes. Mais, las des attaques et des intrigues dont il faisait l’objet, il

décida de démissionner et de quitter le Portugal à bord du premier bateau en partance de Lisbonne. Ce fut le bateau de marchandise hollandais Zeus qui leva l’ancre pour l’Afrique du Nord. Manuel Teixeira Gomes embraqua en quasiclandestin. Il n’emporta avec lui aucun papier qui puisse le rattacher à son passé. «J’ouvre dans ma vie une page totalement blanche», dira-t-il. Cette «page, totalement blanche» sera écrite entièrement en Algérie. «Le film se construit autour d’un triptyque alternant, à la manière d’un puzzle, la vie à Lisbonne en tant que Président, la vie en Algérie, comme un rêve que nous découvrons à la fin être une réalité, et la fiction de Maria Adelaid», lit-on dans le synopsis du film. Les personnages principaux sont joués par l’acteur portugais Sinde Filipe dans le rôle de Manuel Teixeira Gomes et l’acteur algérien Idir Benaïbouche dans celui d’Amokrane. L’avant-première portugaise du long métrage Zeus a eu lieu le 5 janvier 2017 à la cinémathèque de Lisbonne en présence du président de la République du Portugal, M. Macelo Rebelo de Sousa. L’avant-première algérienne est placée sous l’égide du ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, et organisée par le Centre algérien de développement du cinéma (CADC), Moussa Haddad Prod, en collaboration avec l’opéra d’Alger BoualemBessaïh et la Cinémathèque algérienne. Le film, grâce à la collaboration avec la Cinémathèque algérienne, sera aussi projeté en avant-première à la Cinémathèque de Béjaïa (ville qui a abrité le tournage de ce long métrage de fiction) le vendredi 17 février 2017 à 18h. La projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur et l’équipe du film. Kader B.

11e Festival du conte en mars prochain

e onzième Festival du conte se tiendra du 13 au 18 mars prochain à Oran, sous le slogan «Si le goual m’était conté», a-t-on appris des organisateurs. Cette édition, qui verra la participation de 25 conteurs, revêtira un caractère maghrébin. Aux côtés de conteurs algériens, deux de Tunisie, un du Maroc et un autre de Mauritanie prendront part, pour la première fois, à ce festival, pour mettre en exergue le patrimoine populaire du

L

Photo : DR

Le Soir d’Algérie

ORAN

Maghreb arabe, a souligné la présidente de l’association de promotion de la lecture Le Petit lecteur. Ce rendez-vous culturel entrant dans le cadre du projet visant à valoriser et protéger le patrimoine immatériel, financé par le ministère de la Culture et l’Union européenne (UE), accueillera une pléiade de conteurs du Liban, de Syrie, de France, d'Espagne, des Etats-Unis d’Amérique et du Congo, a indiqué la conteuse Djamila Hamitou.

Des artistes de différentes wilayas du pays présenteront un cocktail de contes populaires algériens en langues arabe et amazighe, pour mieux faire connaître le patrimoine national que recèle chaque région. La nouveauté dans cette édition est la participation de dix jeunes conteurs sélectionnés parmi 24 amateurs à une formation en conte populaire, qui se tiendra du 7 au 12 mars prochain au complexe touris-

tique Les Andalouses, sous la direction de deux conteurs français professionnels, permettant aux jeunes de présenter des spectacles en groupe et en individuel lors de cette manifestation. Les organisateurs ont prévu des cercles de conte populaire aux établissements scolaires, au parc d’attractions Ibn Badis, aux bibliothèques, aux centres culturels d’Oran, de Sidi-Bel-Abbès, de Mostaganem et de Tlemcen.

«L'Algérie prête à apporter son soutien à l'Union des hommes de lettres et écrivains arabes» LE MINISTÈRE DE LA CULTURE DANS UN COMMUNIQUÉ :

Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a exprimé, mardi à Alger, la disposition de l'Algérie à apporter son soutien à l'Union des hommes de lettres et écrivains arabes, indique un communiqué de ce département. «Les Arabes ont conscience du rôle important de l'Algérie, de son apport à la scène culturelle arabe et que les Algériens ont consenti de lourds sacrifices pour que la culture continue de rayon-

ner», a affirmé M. Mihoubi au secrétaire général de l'Union, le poète émirati Habib Youssef Essayegh, qu'il a reçu au siège du ministère de la Culture. La réunion d'Alger s'inscrit dans le cadre d'une démarche «visant à faire de l'Union une passerelle et une force culturelle véritable et efficiente», a estimé M. Mihoubi, ajoutant que la rencontre débattra de questions sensibles en recherchant les moyens de relancer les méca-

nismes favorisant l'accès de nouveaux membres, à l'instar de l'Arabie Saoudite, selon le même communiqué. Dans ce contexte, M. Habib Essayegh a fait état de l'adhésion du royaume d'Arabie Saoudite à l'Union, en attendant le parachèvement des procédures d’intégration des Qataris et le règlement du problème des deux ligues libyennes en raison du conflit que connaît ce pays. A une question sur les unions de la

Syrie, de la Libye et autres dont la possible suspension a été évoquée par certains médias, M. Mihoubi a répondu qu'un appel est lancé aux pays qui connaissent des situations exceptionnelles pour parachever les conditions de leur présence au sein de l'Union arabe. Abondant dans le même sens, le secrétaire général de l'Union des hommes de lettres et écrivains arabes a réfuté ces rumeurs, assu-

rant que l'Union aspire à créer un espace rassemblant les parties non arabes et qui s'intéressent à la culture arabe. Concernant l'importance des réunions tenues par l'Union des hommes de lettres et écrivains arabes, M. Habib Essayegh a estimé que l'existence de l'Union est tributaire de ces rencontres, estimant que la réunion d'Alger sera «l'une des plus importantes dans l'histoire de cette organisation».

SALLE IBN-ZEYDOUN DE RIADH EL-FETH (EL-MADANIA, ALGER) Samedi 18 février à 19h : Lamia Maâdini en concert, avec de la musique andalouse au menu, mais aussi du chaâbi. Entrée: 500 DA CENTRE DES ACTIVITÉS CULTURELLES ABANE (12, RUE ABANE-RAMDANE, ALGER) Jeudi 16 février : A l’occasion de la Journée nationale du martyr, conférence sous le thème : «Abane Ramdane… et la révolution algérienne», présentée par le professeur et écrivain Belaid Abane. Jusqu’au 21 février : Exposition de tableaux et de livres autour du thème des martyrs.

COUPOLE DU COMPLEXE OLYMPIQUE D’ALGER : Vendredi 17 février à 20h30 : Well Sound organise une soirée artistique animée par Nawal Zoghbi et Wael Jasser. Prix : 2 000 et 3 000 DA selon les rangs. Billets en vente chaque jour au Centre commercial de Bab Ezzouar, aux restaurants Seven Times de Dély Ibrahim, Opéra, Parenthèse de Chéraga, Paradise de Aïn Allah, shop Sunset d’AlgerCentre et Sensation de Sidi-Yahia. PALAIS DES RAÏS, BASTION 23 (BAB EL-OUED, ALGER) Du 16 février au 16 mars : Exposition de peinture de l’artiste Karim Beladjila. Vernissage le jeudi 16 février à partir de 14h. GALERIE D’ART EL-YASMINE (DÉLY IBRAHIM, ALGER)

Jusqu’au 25 février : Exposition «Errance» de Abderrahmane Aïdoud. GALERIE D’ART SIRIUS (139, BD KRIM-BELKACEM, TÉLEMLY, ALGER) Jusqu’au 29 février : Exposition «Rétroplastie» de l’artiste Valentina Ghanem Pavlovskaya. INSTITUT FRANÇAIS D’ALGER (ALGER-CENTRE) Jeudi 16 février à 19h30 : Pièce théâtrale La servitude volontaire avec François Clavier qui jouera seul, dans une mise en scène de Stéphane Verrue. Le Discours de la servitude volontaire, texte que La Boëtie a écrit à 17 ans est sidérant de clarté politique. Réservez vos places à l'adresse : theatrelaservitudevolontaire2017.alge

r@if-algerie.com MAISON DE LA CULTURE AHMEDAROUA (KOLÉA, TIPASA) Du 16 au 19 février à 19h30 : 3es Journées nationales de la chanson chaâbie. Jeudi 16 février : Concerts de Boualem Talhi et de Kamel Bourdib. Hommage à l’artiste de Koléa Abdelwahab Louda. Vendredi 17 février : Concerts de Mehdi Abderrahmane (Hadjout), Cherif Saoudi (Koléa) et Djamel Chaïb (Alger). Samedi 18 février : Concerts de Mohamed Raoui (Boumerdes), Madani Daoudi (Bou Ismaïl) et de Mehdi Tamache. Dimanche 19 février : Hommage à Aïssou Mohamed (Cherchell). Concerts de Riadh Benrejdal (Koléa)

et de Chaou Abdelkader. GRANDE SALLE DES SPECTACLES AHMED-BEY (CONSTANTINE) Samedi 18 février à 17h : A l’occasion de la Journée nationale du chahid, opérette Rihlat houb. GALERIE DES ATELIERS BOUFFÉE D’ART (RÉSIDENCE SAHRAOUI, LES DEUX BASSINS, BEN-AKNOUN, ALGER) Jusqu’au 18 février 2017 : Exposition-vente de l’artiste photographe Mizo. MUSÉE NATIONAL D’ART MODERNE ET CONTEMPORAIN D’ALGER (ALGER-CENTRE) Mardi 31 mars : Exposition de mangas à l’occasion du 10e anniversaire de la maison d’édition algérienne Z-Link.


Le Soir d’Algérie

Un réseau social algérien qui fait ses petits pas N°19

Jeudi 16 février 2017

Arrêt sur image

4G ET DATA MOBILE EN ALGÉRIE

l Aujourd’hui, dans le monde, on ne parle d’écosystème de la data mobile que si les utilisateurs peuvent consommer tout type de contenu sans le moindre coût supplémentaire lié au lieu d’hébergement des données. PAGE 12

11

«3AFSA.COM»

l «3afsa.com» est une plateforme web à vocation réseau social, avec son magasin virtuel, des points et des cadeaux à gagner. Après plus d’un mois de son lancement, «3afsa.com» compte 3 200 utilisateurs inscrits et 2 500 visites quotidiennes. Un bon début quand on sait que le site n’est pas ouvert à tout le monde pour le moment, et que l’accès se fait sur invitation (parrainage) d’un membre. PAGE 13

Près de 3 millions de demandes de brevet enregistrées en 2015 INNOVATION

PAGE 12

Le «e-citoyen» est une réalité

Par Farid Farah

Aujourd’hui, il serait facile pour les observateurs de se focaliser sur la 4G++, l’explosion du marché des smartphones et les communications unifiées. La réalité est beaucoup plus profonde. Les villes intelligentes se généralisent partout dans le monde. Singapour, Barcelone, Dubaï, ou la ville portuaire sudcoréenne Pusan, sont des exemples à travers lesquels l’efficacité de l’informatique embarquée dans la création de systèmes d’information multidimensionnels dotés d’une connectivité intelligente n’est plus à démontrer. Cependant, ces «Smart Cities» sont aujourd’hui tributaires de la réussite ou non de la numérisation du dernier élément de la chaîne. Le citoyen/usager. Grâce à la numérisation de la totalité des gestes qui cor-

respondent à ses occupations quotidiennes, le citoyen deviendra intelligent et aura son profil «e-citoyen» dans les plateformes des villes intelligentes. Autrement dit, les activités matérialisées qu’il a l’habitude de faire tout au long de la journée, il les fera, en temps réel et en mode dématérialisé, via un échange de données entre son terminal et une interface hardware connectée à un réseau mobile. En d’autres termes, dans les villes intelligentes, le document papier cédera son statut de trait d’union, entre le citoyen et le gouvernement, à la data qui englobe les informations utiles. L’utilisation des applications mobiles par les citoyens intelligents crée cette data. Certains gouvernements réfléchissent sérieusement à créer une application qui permet de faire interagir plusieurs structures gouvernementales avec

les terminaux mobiles via des réseaux sans fil publics et gratuits. Ainsi, le vote, la demande d’audience, la plainte de police, le retrait de documents de l’état civil, etc. peuvent être ainsi programmés et opérés à distance via un smartphone, une tablette ou même une smart TV. Ces interactions sont centralisées par un serveur dans le Cloud qui sera placé sous la responsabilité de la justice numérique. La démocratisation des terminaux mobiles a donc favorisé l’apparition des profils intelligents de millions de citoyens dans le monde. Le positionnement GPS, l’appareil photo, la reconnaissance faciale, et l’adresse IP du réseau de l’opérateur seront nécessaires pour créer des citoyens engagés dans une ville intelligente. L’information électronique devient le nœud de la «Smart City». F. F.


Arrêt sur image Le Soir d’Algérie Jeudi 16 février 2017

N°19

12

4G ET DATA MOBILE EN ALGÉRIE

l Aujourd’hui, dans le monde, on ne parle d’écosystème de la data mobile que si les utilisateurs peuvent consommer tout type de contenu sans le moindre coût supplémentaire lié au lieu d’hébergement des données.

Par Farid Farah n Algérie, la dernière année technologique a été marquée par le renforcement de l’infrastructure réseau des opérateurs de la téléphonie mobile. 2016 demeurera l’année de la mise an activité historique des premiers réseaux mobiles intelligents. La migration vers le LTE (4G) est un sujet qui continue à faire partie intégrante de la politique de communication des opérateurs mobiles. A notre avis, le basculement des usages de la data mobile de la 3G vers la 4G pousse les opérateurs à changer de stratégie et de s’appuyer sur le concept «expérience client», autrement dit, la possibilité de remonter aux opérateurs des informations issues de leurs réseaux afin qu’ils affinent leurs services destinés aux clients. Si la 3G a vu l’émergence de plusieurs stations de base dans plusieurs villes du pays, la 4G est loin d’avoir généré un champ électromagnétique dense. L’essor d’une telle technologie dépendra d’un nouveau modèle de déploiement

E

de l’infrastructure radio du réseau et surtout de la réussite de la démocratisation de l’usage des smartphones dans le pays. Cependant, aujourd’hui, plusieurs facteurs freinent le décollage de la data mobile en Algérie. Côté vitesse, vu que la quasi-totalité des données consommées par les mobinautes proviennent des serveurs localisés à l’étranger, une bande passante internationale non dégroupée nuit beaucoup aux performances de la 4G en matière de débit. En effet, le maintien du monopole d’Algérie Télécom sur cette bande réduit le confort des usagers d’une connexion 4G dont la puissance du débit est 40 fois plus rapide que celle d’une connexion ADSL de base. Au lendemain du lancement commercial de la 4G, les utilisateurs se sont focalisés sur le tarif du megaoctet et les volumes de données mensuels proposés par les opérateurs. Il faudra alors attendre la publication des statistiques de l’ARPT pour confirmer ou non l’engouement des mobinautes envers la data mobile issue des réseaux 3G et 4G. Sur le plan de la qualité de service, les facteurs du succès de l’internet mobile en Algérie dépendent des performances technologiques, des stratégies d’usage et du modèle économique. Autrement dit, la vitesse d’une connexion 4G ne constitue pas le seul critère pour évaluer la QoS du flux des données

consommé par les usagers. Le LTE a été lancé en Algérie dans le but de devenir une porte d’entrée vers un nouveau univers, celui de la data mobile ultra-rapide. Avec cette technologie, le temps de réponse d’une connexion sera réduit ouvrant ainsi un nouveau type d’usage d’internet qui a besoin d’un écosystème spécifique. Environnement local de stockage des données C’est en se regroupant au travers de structures favorisant une concurrence loyale, la création de la valeur, l'accès au marché, et l’innovation technologique, que l’écosystème de la data mobile en Algérie verra le jour. Créer un écosystème pour la data mobile fera éviter à la 4G de devenir «antiéconomique» pour le pays. Pour cela, il est nécessaire de relever deux grands défis pour

lesquels le gouvernement a un rôle-clé à jouer. Premièrement, l’instauration d’une réflexion sur la création de nouveaux profils d’entreprises activant dans la chaîne de gestion du flux de la data. Ces entreprises devraient par exemple intégrer les technologies de virtualisation pour créer un environnement local de stockage des données. Le stockage local est l’ADN de l’écosystème de la data mobile puisqu’il contribuera grandement à la baisse des tarifs de consommation. En effet, la création des entreprises spécialisées dans la fourniture des services de stockage des données fera baisser davantage le prix du mégaoctet consommé par le mobinaute. L’infrastructure réseaux, hébergeant la vie numérique des Algériens, ainsi constituée, sera plus adaptative aux architectures de demain comme le Cloud. Aujourd’hui, dans le monde, on ne

parle d’écosystème de la data mobile que si les utilisateurs peuvent consommer tout type de contenu sans le moindre coût supplémentaire lié au lieu d’hébergement des données. De plus, la multiplicité des technologies de transmission des données dans les réseaux cellulaires tels que la 3G ou la 4G incite à tenir compte de l’impact économique. Par exemple, les fournisseurs de contenus seront amenés à développer des applications en relation avec la montée des débits et les besoins des clients. La croissance explosive des données générées par les usagers placera la performance technologique du réseau de l’opérateur comme vecteur de croissance du marché de la data mobile. Dans ce contexte, l’opérateur est positionné comme transporteur des métadonnées entre les datacenters et les utilisateurs. F. F.

Près de 3 millions de demandes de brevet enregistrées en 2015 INNOVATION

l L’année 2015 a enregistré un record dans le nombre de demandes de brevet, selon un récent rapport de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). La Chine devient le premier pays à atteindre un million de demandes de brevet en une seule année. On retrouve trois équipementiers télécoms, Huawei, ZTE et Ericsson, parmi les entreprises ayant déposé le plus de demandes de brevet.

Par Abdelkader Zahar Organisation mondiale de la propriété intellectuelle a enregistré près de 2,9 millions de demandes de brevet dans le monde en 2015, note le dernier rapport de l’organisation, publié fin novembre 2016. L’activité de l’innovation dans le monde a marqué une hausse de 7,8% en 2015 par rapport au nombre de demandes enregistrées un an plus tôt. La Chine est le premier pays à atteindre un million de demandes de brevet en une seule année. Selon l’OMPI, le nombre de demandes d’enregistrement de marques a atteint environ 6 millions en 2015, soit une augmentation de 15,3%, alors que le nombre de demandes d’enregistrement de dessins et modèles industriels s’est établi à 872 800 demandes, soit une hausse de 2,3%.Sur les 2,9 millions de demandes de brevet, les deux tiers sont introduites par des résidents des pays concernés. La Chine, les Etats-Unis, le Japon, la République de Corée et les pays de l’UE représentent environ 80% de l’ensemble

L’

des demandes. Avec plus de 1 million de demandes de brevet, la Chine arrive en tête avec 38,1% du total des demandes (+18,7% par rapport à 2014). Les Etats-Unis (589 410 demandes) représentent 20,4% des demandes mondiales de brevet et une modeste hausse de 1,8% au niveau national. En troisième position, le Japon réalise 318 721 demandes, soit une part mondiale de 11% de l’activité d’innovation en matière de brevet, et une baisse de 2,2% par rapport à 2014. La République de Corée cumule 213 694 demandes de brevet pour une quatrième place, soit 7,4% du total mondial, et une baisse de 1,6% au niveau national. L’Union européenne a enregistré 160 028 demandes de brevet, soit 5,5% de parts dans les 2,9 millions de demandes enregistrées au niveau mondial. L’Allemagne est n°1 en Europe avec près de 67 000 demandes de brevet. L’Inde totalise plus de 45 658 demandes, suivie de la Russie avec 45 517, le Canada (36 964), et le Brésil avec environ 30 200 demandes.

Les USA leaders dans le digital Dans les détails fournis par le rapport de l’OMPI, par type de secteur pour lequel est introduite une demande de brevet, deux domaines représentent au total plus de 60% de l’ensemble des requêtes introduites. Il s’agit de l’informatique et des machines électriques et d’énergie. Les Etats-Unis sont leaders dans les demandes liées au secteur de l’informatique avec 14,8% des demandes mondiales de brevet, technologie médicale (6,6%) et communication digitale (6,4%). Les «machines électriques et d’énergie» représentent le secteur numéro 1 des

de Corée dépasse tout le monde avec un ratio de dépôt rapporté au PIB qui est de 1,8 fois celui de la Chine et plus de cinq fois celui des Etats-Unis», ajoute le rapport de l’Organisation. Le nombre de demandes pour chaque pays par rapport à son PIB donne le classement suivant : la République de Corée, le Japon, la Chine, l’Allemagne, la Suisse, les Etats-Unis, la Finlande, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas.

demandes de brevet introduites par quatre pays (Chine, Japon, Corée et EU). La République de Corée est quasiment le seul pays à avoir introduit des demandes de brevet dans le secteur des semi-conducteurs. Rapportés au PIB, les chiffres de l’innovation ont une tout autre signification. Ainsi, explique l’OMPI, «les différences dans l'activité des brevets reflètent à la fois la taille de chaque économie et son niveau de développement. Le nombre de demandes (de brevet) par pays par rapport à son PIB nous donne une perspective alternative, aidant à comparer l'activité de classement entre pays à économie de tailles très différentes». «Si la Chine est en tête du classement mondial en ce qui concerne le nombre de demandes déposées par ses résidents, la République

Huawei et Qualcomm La liste des 10 premiers déposants de demandes comprend les entreprises qui opèrent dans le domaine de la communication numérique, les télécommunications et l'électronique, note le rapport de l’OMPI. «C’est dans le domaine de l’informatique (7,9% du total) que le plus grand nombre de demandes ont été publiées dans le monde, puis dans ceux des machines électriques (7,3%) et des communications numériques (4,9%)», précise le document. Le secteur des télécoms reste leader en terme de demandes de brevet. Pour la deuxième année consécutive, l’équipementier chinois Huawei Technologies se classe à la première place avec 3 898 demandes publiées. La deuxième place revient cette année à l’américain Qualcomm avec 2 442 demandes de brevet. Les 3e, 4e et 5e places reviennent respectivement au chinois ZTE (2 155 demandes), au sud-coréen Samsung (1 683) et au japonais Mitsubishi Electric (1 593). Le bas du top 10 revient à : Ericsson (1 481 demandes de brevet), LG Electronics (1 457), Sony (1 381), Philips (1 378) et HP (1 310). A. Z.


Le Soir d’Algérie Jeudi 16 février 2017

Le Royaume-Uni offre aux jeunes des classes de cyber-sécurité La Grande-Bretagne prévoit de donner une formation en cyber-sécurité après les heures d’école à des milliers d'adolescents dans le but de protéger le pays des attaques en ligne. Le gouvernement affirme qu'il a affecté 20 millions de livres (25 millions de dollars) à un programme de cyber-écoles, qui doit commencer en septembre. Le département de la culture, des médias et des sports a déclaré samedi dernier qu'il espérait que près de 6 000 étudiants âgés de 14 à 18 ans termineront le cours parascolaire d'ici 2021 et que beaucoup d'entre eux poursuivront des carrières en cyber-sécurité. Le ministre de la Culture, Matt Hancock, a déclaré que «ces clubs parascolaires aideront à identifier et à inspirer les futurs talents». Le Comité des comptes publics du Parlement a déclaré la semaine dernière que l'agence britannique d'espionnage électronique, GCHQ, a traité 200 cyber-attaques par mois en 2015, soit le double du nombre en 2014. Le comité a indiqué que les pénuries de compétences compromettaient la capacité de la Grande-Bretagne à bloquer les cyberattaques.

Huit ans de prison aux Etats-Unis pour un hacker turc

Un hacker turc a été condamné à huit ans dans une prison aux États-Unis pour son rôle dans trois cyber-attaques ayant permis de dérober 55 millions de dollars dans des guichets automatiques au niveau mondial. Ercan Findikoglu, surnommé «Segate», «Predator» et «Oreon», a été condamné après avoir plaidé coupable de complot informatique et d'autres accusations. Findikoglu, âgé de 35 ans, devrait recevoir un crédit pour le temps qu'il a passé en détention depuis son arrestation en Allemagne en 2013. Les procureurs ont déclaré que Findikoglu était un chef de file dans une série de cyber-attaques, ce qui a permis le retrait simultané de plusieurs millions de dollars après l'infiltration d’autres pirates informatiques dans les entreprises de traitement de cartes de crédit et de débit. Findikoglu et d'autres ont ensuite distribué les données aux équipes de ��cashers» dans le monde entier qui ont codé les données sur des cartes à bande magnétique pour mener des milliers de retraits ATM frauduleux, selon les procureurs. La plus grosse opération, où 40 millions de dollars ont été retirés, a ciblé les cartes émises par la banque Muscat à Oman et a impliqué des voleurs dans 24 pays en 2013, exécutant 36 000 transactions.

Ford va investir 1 milliard $ dans la firme Argo AI

Ford Motor Co. prévoit d'investir 1 milliard de dollars au cours des cinq prochaines années dans la startup technologique Argo AI spécialisée dans la voiture autonome, pour aider le constructeur automobile de Detroit à atteindre son objectif de produire un véhicule autonome destiné à la commercialisation d'ici 2021. L'investissement dans Argo AI, basée à Pittsburg, fondée par d'anciens responsables des projets de véhicules autonomes chez Google et Uber, permettra à Ford de devenir le principal actionnaire de la société. Argo AI, qui se concentre sur l'intelligence artificielle et la robotique, aidera à construire ce que Ford appelle son «système de conducteur virtuel» au cœur de la voiture entièrement autonome. «Avec l'agilité d'Argo AI et l'échelle de Ford, nous combinons les avantages d'un démarrage technologique avec l'expérience et la discipline que nous avons chez Ford», affirme un responsable du constructeur automobile.

N°19

13

Un réseau social algérien qui fait ses petits pas «3AFSA.COM»

l «3afsa.com» est une plateforme web à vocation réseau social, avec son magasin virtuel, des points et des cadeaux à gagner. Après plus d’un mois de son lancement, «3afsa.com» compte 3 200 utilisateurs inscrits et 2 500 visites quotidiennes. Un bon début quand on sait que le site n’est pas ouvert à tout le monde pour le moment, et que l’accès se fait sur invitation (parrainage) d’un membre. Par Lynda Abbou «3afsa.com» est édité par la boîte de communication Green Light dont le gérant et fondateur est Harkat Mohamed-Amir. Après avoir passé trois ans d’études en Algérie, ce jeune entrepreneur s’est envolé en Allemagne et exactement à l’Université de Haw Hambourg où il a obtenu un diplôme d’ingénieur en informatique, option programmation. «3afsa.com» n’a pas pour ambition de ressembler aux réseaux sociaux comme Facebook, encore moins d’avoir 17 millions d’utilisateurs. Pour le moment, l’inscription est désactivée par l’administration du site. Pour qu’un nouvel utilisateur puisse rejoindre le réseau, il doit impérativement être invité par une personne qui possède déjà un compte, explique Amir, précisant aussi que «c’est une stratégie de la société afin de valoriser le site sur la toile, car il est souhaité que les personnes qui le visitent aient déjà connaissance de son fonctionnement, afin d’éviter l’abandon de comptes». Mohamed Amir a mis en place un système de «récompenses avec cadeaux» après avoir accumulé un certain nombre de points. Dès

que l’étape de l’inscription est effectuée, le système de rémunération par points est automatiquement activé. L’utilisateur reçoit alors 10 AFS (points) comme cadeau de bienvenue. «Une fois l’internaute est dans le site, il trouvera trois rubriques principales, à savoir : réseaux, TV et blog». «C’est la partie réseaux qui est consacrée à l’échange et au partage entre les utilisateurs», explique le gérant du site. Et afin d’inciter les gens à s’y connecter régulièrement, le système de cumul de points joue son rôle. «Pour chaque connexion, chaque visualisation de vidéo, ou l’invitation d’une personne, l’utilisateur reçoit un point supplémentaire», précise Mohamed Amir. «Hanout» Cette technique semble avoir porté ses fruits, puisque, selon les chiffres mis à notre disposition, «3 100 utilisateurs sont déjà inscrits sur cette plateforme, avec 2 500 visites quotidiennes et une moyenne de 21 minutes par visite». Si le site connaît déjà «un certain succès» avec la version bêta, la version définitive, qui sera lancée le 15 mars prochain,

Pour le patron d'Apple, les fausses nouvelles «tuent les esprits»

Le CEO d'Apple, Tim Cook, dit que les fausses nouvelles sur internet et les réseaux sociaux sont en rain de «tuer les esprits», et invite les gouvernements et les entreprises de technologie à agir pour arrêter ce phénomène. Cook a déclaré au Daily Telegraph que les mensonges sont diffusés par des gens qui veulent «obtenir le plus de clics, et non pas de dire le plus de vérité. Cela tue les esprits d'une certaine manière». Les entreprises de technologie ont été critiquées pour faire trop peu pour éliminer les fausses nouvelles. Cook affirme que les entreprises ont le devoir de «créer des outils qui aident à diminuer le volume de nouvelles fausses», sans freiner la liberté d'expression. Dans une interview publiée samedi dernier, il appelle à une campagne «massive» pour sensibiliser les gens à des histoires d'information non fiables. Selon Cook, l’ensemble des acteurs de l’internet, des sociétés technologiques, ont besoin de lancer une campagne de service public pour sensibiliser à cela. «Cela peut se faire rapidement s'il y a une volonté», a-t-il dit.

promet d’être plus captivante. Afin de convertir les points en cadeau, il faut attendre l’ouverture du «Hanout» (magasin virtuel). Ce dernier s’ouvre une fois par mois pour le moment. Les horaires et la durée d’ouverture du magasin ne sont pas annoncés à l’avance. Les utilisateurs doivent surveiller tout le temps l’ouverture du magasin pour espérer échanger leurs points cumulés contre les quelques cadeaux offerts. Chaque cadeau correspond à une valeur minimum en points. Ici aussi la règle n’est pas en faveur de ceux qui cumulent le plus de points, car le premier arrivé est le premier servi. Le «store» ferme ses portes une fois que le stock de cadeaux est épuisé. «Pour le moment, c’est nous qui fournissons tous les cadeaux en attendant de trouver des financements ou des partenaires. Une fois la version définitive sera lancée, nous essayerons d’ouvrir le magasin deux à trois fois par mois afin de permettre aux utilisateurs qui ont cumulé le plus de points de les échanger contre des cadeaux», s’engage Harkat, créateur du site. Projet d’une e-boutique Une section de sondage est en cours de développement sur le site. Cet outil, en test actuellement, permettra, selon ses déve-

loppeurs, «aux entreprises de réaliser des sondages détaillés avec le nombre de questions souhaité avec nos utilisateurs qui seront nombreux à répondre car une fois de plus, ils seront rémunérés par le systèmes d’AFS (points)». Le site contient aussi une rubrique «blog» alimentée par des articles sur les nouvelles technologies. Selon Yasmine Bouchène, gérante de l’agence digitale Workbees, experte en digital et en réseaux sociaux, «le business modèle n'est pas unique ou récent. Des sites du genre, il en existe des milliers sur la toile. Mais il est moins évident de conquérir un public algérien, non habitué à ce principe. Il faudra de la vulgarisation et beaucoup de communication. Ce n’est pas pour autant que ce projet ne puisse pas aboutir». Composée de 8 personnes, la société Green Light Algérie ne compte pas arrêter son innovation à ce stade. Plusieurs projets sont déjà inscrits à long terme, d’autres sont en cours de réalisation. «Nous allons mettre en place une e-boutique, une plateforme de vente en ligne digne de ce nom, comme la grande firme Amazon. Techniquement, nous sommes prêts et c’est le paiement en ligne qui retarde la réalisation de ce projet», nous révèle Harkat Mohamed-Amir. L. A.

Nokia veut acheter la firme finlandaise de logiciels Comptel

Le fabricant finlandais d'équipements de télécommunications Nokia a annoncé qu'il cherchait à acheter la société locale Comptel pour 347 millions d'euros (370 millions de dollars), car les opérateurs mobiles s'appuient de plus en plus sur les logiciels pour rendre leurs réseaux plus intelligents. Nokia et ses rivaux, le suédois Ericsson et le chinois Huawei, fournisseurs traditionnels de matériel de réseau mobile, font face à des défis posés par les nouveaux produits de virtualisation qui s'appuient plutôt sur des logiciels pour fournir un nombre croissant de fonctions de communication. Comptel a réalisé 100 millions d'euros de ventes l'année dernière avec un logiciel qui aide les opérateurs de télécommunications à gérer et contrôler leurs services et leurs réseaux. «L'acquisition prévue fait partie de la stratégie de Nokia de construire une entreprise de logiciel autonome à l'échelle en élargissant et en renforçant son portefeuille de logiciels et ses capacités de commercialisation avec une capacité de vente supplémentaire et un réseau de partenaires stratégiques», a déclaré le communiqué. Un analyste a estimé que Nokia veut acheter une menace potentielle à sa propre entreprise, car Comptel a récemment lancé un produit de virtualisation qui rend certains équipements matériels de réseau obsolètes.


Sports

ESS-USMBA pour le leadership, NAHD-USMH pour la relance

Le Soir d’Algérie

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

14

LIGUE 1 MOBILIS (20e JOURNÉE)

l La 20e journée du championnat de Ligue 1 Mobilis de football prévue ce week-end, sera dominée par l'affiche entre l'ES Sétif (3e, 32 pts) et l'USM BelAbbès (2e, 33 pts), alors que le derby algérois entre le NA Hussein-Dey et l'USM Harrach s'annonce indécis. L'Entente, invaincue depuis l'arrivée à la barre technique de l'entraîneur Kheireddine Madoui, abordera cette rencontre avec la ferme intention de l'emporter, et du coup s'emparer de la tête du classement. Un match à «six points» pour les Sétifiens, qui veulent mettre plus de pression sur le leader actuel le MC Alger (1er, 34 pts), dont le match face au MC Oran est reporté en raison de son engagement en Coupe de la Confédération africaine (CAF). L'USMBA, auteur de quatre victoires de rang depuis le début de la phase retour aspire à enchaîner un cinquième succès au stade du 8-Mai1945, d'autant que les hommes de l'entraîneur Si Tahar Chérif ElOuazzani, complètement déchaînés, sont plus que jamais décidés à rester sur cette dynamique. Le NAHD (9e, 25 pts) sera au rendez-vous avec le derby algérois face au voisin l'USM Harrach (8e, 26 pts) dans une rencontre indécise et ouverte à tous les pronostics. Les deux équipes qui occupent le ventre mou du classement aspirent à se relancer et se racheter des matchs nuls concédés lors de la précédente journée. En bas du tableau, le DRB Tadjenanet (14e, 17 pts), battu à Relizane par le RCR (3-1) n'aura plus droit à l'erreur à domicile face au CS Constantine (10e, 21 pts) s'il veut rester dans la course pour le maintien. L'entraîneur du «Difâa» Lyamine Bougherara est appelé à trouver la bonne formule pour s'imposer face au CSC, plus solide depuis la prise en mains de l'entraîneur Abdelkader Amrani. Un faux pas du DRBT pourrait précipiter le départ de Bougherara, en poste

Boussaâda succède à Henkouche à la barre technique MO BÉJAÏA

Après le départ confirmé de Mohamed Henkouche de la barre technique du MO Béjaïa, le président du club Farid Hassissen a aussitôt trouvé son successeur en désignant Abdelouahab Boussaâda comme nouvel entraîneur des Crabes. Le néo-driver du MOB a pris ses fonctions lundi à l’occasion de la mise à jour du calendrier qui a mis aux prises le MOB à l’USMA au stade de l’Unité maghrébine. Même si Boussaâda n’a pas réussi sa première sortie à la tête de la barre technique des Crabes, qui a été accrochée à domicile (0-0), il aura comme mission de redresser la barre et d’éviter la relégation à l’équipe. Une mission qui s’avère périlleuse pour la lanterne rouge du championnat de la Ligue 1. Boussaâda est le quatrième entraîneur du MOB cette saison, après Sandjak, Bouzidi et Henkouche. Boussaâda a travaillé avec Youcef Bouzidi qui avait remplacé Sandjak. L’équipe devrait par ailleurs préparer sa prochaine sortie à domicile face à l’O Médéa, samedi, pour le compte de la 20e journée de la Ligue 1. Une rencontre qui pourrait se dérouler à huis clos suite aux incidents qui ont émaillé la fin de la rencontre face à l’USMA lundi. Ah. A.

depuis quatre saisons déjà. La lanterne rouge du championnat le MO Béjaïa (16e, 13 pts) qui s'est contenté d'un nul (0-0) face à l'USM Alger en mise à jour de la 16e journée, poursui-

vra sa mission de sauvetage en accueillant l'Olympique Médéa (5e, 29 pts). Cette journée sera tronquée de trois rencontres : MC Oran-MC Alger, JS Saoura-RC Relizane et CA Batna-

JS Kabylie, en raison de la participation du MCA, JSS et la JSK aux compétitions africaines. Le derby algérois entre l'USM Alger et le CR Belouizdad a été décalé au lundi 20 février au

stade du 5-Juillet (18h) en raison de la programmation, samedi prochain du match «retour» de la coupe de la CAF entre le MCA et Bechem (Ghana) sur le terrain du temple olympique.


Sports

Le Soir d’Algérie

DE LA RENCONTRE

Une trentaine de policiers blessés et de nombreuses arrestations MOB-USMA À BÉJAÏA

Près de trente blessés dans les rangs des forces de l’ordre ont été enregistrés lors des incidents ayant émaillé la fin du match qui a opposé le MOB à l’USM Alger avant-hier au stade de l’Opow de Béjaïa. Des supporters en furie après le septième faux pas à domicile de leur équipe fétiche ont envahi le terrain au coup de sifflet final de la partie pour s’en prendre violemment aux forces de l’ordre et aux dirigeants du club. Armés de chaises arrachées des gradins et de barres de fer après avoir détruit la clôture du stade et le salon d’honneur, les insurgés ont déversé leur colère sur les forces de l’ordre qui sont intervenues pour ramener le calme. Un élément de la Protection civile a été violemment agressé avec un couteau à la jambe en tentant de porter secours à un policier gravement blessé. Les blessés sont restés allongés sur le terrain et dans les ambulances plus d’une heure suite à la fermeture de tous les accès menant à l’hôpital Khelil-Amrane se trouvant à moins de 500 m du stade. Les joueurs des deux équipes sont restés cloîtrés plus de deux heures dans les vestiaires avant leur évacuation sous une forte escorte policière. De violents affrontements entre des supporters déchaînés et la police qui est intervenue pour disperser les jeunes révoltés ont été observés aux abords du stade. Il a fallu plus d’une heure aux forces de l’ordre pour disperser la foule et ramener le calme. Certaines sources parlent de plusieurs arrestations parmi les manifestants mobistes. Dans la journée d’hier, 3 policiers gravement blessés étaient toujours maintenus en observation à l’hôpital Khelil-Amrane, selon une source hospitalière. Le MOB, qui se trouve déjà dans une situation très critique de relégable, risque encore de compliquer son cas après ces regrettables incidents. La formation la plus populaire de la vallée de la Soummam qui a énormément besoin de ses fans dans ces moments difficiles pour sortir la tête de l’eau risque d’aggraver sa situation en évoluant sans la présence de son public dans le cas d’une lourde sanction des instances du football. A. K.

15

Badou Zaki métamorphose le Chabab FOOTBALL

CR BELOUIZDAD

l Le CR Belouizdad poursuit sa résurrection enclenchée depuis l'arrivée à sa barre technique de l'entraîneur marocain Badou Zaki fin novembre dernier, puisque sous ses ordres le club n'a concédé qu'une seule défaite en 10 matchs officiels dont trois en Coupe d'Algérie.

Le club de la capitale a signé sa deuxième victoire de rang mardi sur le terrain du MC Oran qui postule pourtant pour le titre (2-0). Une victoire ayant permis aux protégés de l'ex-sélectionneur du Maroc de continuer leur «remontada» classement après avoir flirté avec la relégation lors de la première partie de saison. Avec encore un match en moins à livrer à domicile face à l'ES Sétif, le CRB s'est hissé à la 10e place au classement (23 pts). Si l'équipe poursuit sur ce rythme, c'est l'ancien portier des «Lions de l'Atlas» qui gagnera à coup sûr son pari. Le successeur du Français Alain Michel avait déclaré, à son arrivée en Algérie, qu'il ambitionnait de sortir sa nouvelle formation de la zone rouge et terminer

la saison parmi les six premiers au classement. Battu une seule fois depuis qu'il a entamé son aventure algérienne (1-0 sur le terrain de la JS Kabylie le 24 décembre dernier), le coach belouizdadi a gagné désormais l'estime de la galerie des gars de «Laâqiba» qui voit en lui l'entraîneur providentiel sur lequel les espoirs sont désormais placés pour faire renaître les Rouge et Blanc de leurs cendres.

Hamia, le nouveau Slimani Le CRB peut également compter sur son nouveau buteur, Mohamed-Amine Hamia. Recruté de l'O Médéa cet hiver, l'avantcentre de 28 ans en est déjà à deux doublés en deux titularisations. Hamia porte aussi à 10 son total de buts depuis le début de cet exercice (il en a marqué 6 à l'OM), s'emparant seul des commandes du classement des buteurs de l'élite, lui qui avait ter-

Photo : DR

GRAVES INCIDENTS À LA FIN

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

miné meilleur goleador de la Ligue 2 la saison passée sous les couleurs de la JSM Skikda puis de Médéa. Au Chabab, l'on se réjouit déjà d'avoir mis enfin la main sur le successeur d'Islam Slimani, le buteur qui a marqué son passage au CRB avant de partir en 2013 au Portugal pour devenir la gâchette du Sporting Lisbonne. Ce dernier le céda l'été passé à Leicester City, le champion d'Angleterre en titre. «Avec Slimani, j'ai beaucoup de points communs. Avant d'atterrir au CRB, il avait longtemps monnayé son talent dans les divisions inférieures. C'est le même parcours que j'ai effectué avant de rejoindre mon club actuel. J'espère l'imiter aussi dans sa carrière professionnelle, explique le néo-buteur des Rouge et Blanc. Hamia aura encore à gagner en popularité dans les fiefs du CRB s'il parvient à mener son équipe à une nouvelle victoire lundi prochain face à l'USM Alger, une équipe que les Belouizdadis n'ont plus battue depuis 12 ans au stade du 5-Juillet, l'enceinte qui accueillera ce derby comptant pour la 20e journée du championnat.

El-Hamri victime de sa «muraille» MC ORAN

l Co-meilleure défense de la Ligue 1 algérienne de football avec le MC Alger à l'issue de la phase aller avec 9 buts encaissés en 15 matchs, le MC Oran retombe dans ses travers après que sa cage ait été violée à 7 reprises en quatre journées de la phase retour. Face au CR Belouizdad, mardi en match comptant pour la mise à jour du championnat, les «Hamraoua», qui essuyaient leur troisième défaite en quatre rencontres, ont encaissé deux buts pour le troisième match de rang. Dans le club phare de la capitale de l'Ouest, l'on a cru pourtant que les problèmes défensifs de la saison passée, lorsque l'équipe avait pris 35 buts en 30 matchs, étaient résolus. Le parcours du Mouloudia d'Oran lors de la phase aller a conforté ces avis. Les protégés du revenant Omar Belatoui ont

Qui remplacera Bira ? CA BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

Abdelkrim Bira, l'entraîneur du CA Bordj Bou-Arréridj, se retire officiellement de la barre technique de l’équipe en déclarant, «ma décision cette fois-ci est irrévocable». C’est la quatrième démission cette saison de Bira, qui revient à chaque fois sur sa décision. Il explique sa décision «à effet immédiat» par les conditions qui prévalent autour du club et en rapport avec le comportement de certains supporters qui l’ont insulté après la défaite concédée à domicile devant l’ASM Oran, en affirmant qu’il il ne peut pas continuer à travailler dans ces conditions. «Je crois qu'à l'étape actuelle, il est bienséant de constater que les choses sont restées inchangées, et les mêmes éléments perturbateurs demeurent encore au sein de l'équipe, malgré ma demande de les écarter», a-t-il indiqué à l’APS. Et en attendant la nomination d'un nouvel entraîneur, c'est l’entraineur-adjoint Slimani qui assure l'intérim. Dans les milieux des Criquets jaunes, on annonce le nom de Hadj Mansour qui serait le mieux placé pour prendre en main la barre technique. Après 20 journées du championnat de Ligue 2 Mobilis, le CABBA occupe la 7e place au classement avec 28 points soit à 15 longueurs du leader, le Paradou AC, et à 5 points du dauphin, l’US Biskra. Pour leur prochaine sortie, les Bordjiens accueilleront l’AS Khroub vendredi pour le compte de la 21e journée de la L2 avec comme objectif de renouer avec la victoire à domicile pour se relancer dans la course à l’accession. Ah. A.

d'ailleurs enchaîné les bons résultats au point de postuler au titre de champion. La preuve, le MCO était la seule équipe à n'avoir concédé qu'une seule défaite tout au long de la première partie du championnat. Même le champion d'hiver, le MCA, n'a pas fait mieux.

Belatoui sur le départ Mais la roue a tourné depuis le début de la deuxième manche de la compétition. En quatre sorties, les coéquipiers de Mourad Delhoum n'ont pris qu'un seul petit point grâce au nul à domicile arraché au forceps face au RC Relizane, une équipe qui lutte

pour son maintien et qui a failli rentrer à la maison avec les trois points de la victoire (elle menait au score 2-0), sans que personne ne Òcrie au scandale. Cette baisse de régime inquiétante des Oranais leur a valu d'être distancés dans la course au titre de champion, seul challenge qui leur reste cette saison après leur élimination dès les 32 es de finale de la Coupe d'Algérie. Les Rouge et Blanc reculent à la cinquième place, et s'ils ne parviennent pas à stopper l'hémorragie, ils risquent de dégringoler davantage au classement. La situation est appelée à se compli-

quer davantage si l'entraineur Belatoui venait de mettre ses menaces de partir à exécution. Le jeune technicien, à qui tout avait souri lors de la phase aller, avait informé ses protégés avant le match de mardi qu'il comptait rendre le tablier s'ils ne battaient pas le CRB. Le MCO, l'USM El Harrach, le RC Relizane, l'USM Bel-Abbès, l'O Médéa, et le DRB Tadjenanet, sont les seuls clubs de l'élite à n'avoir pas changé d'entraineur cette saison. Mais cette stabilité est sérieusement menacée dans la maison d'«ElHamri» à présent que leur équipe est plongée dans le doute.

Put songe-t-il à abandonner le navire usmiste ? USM ALGER

l Le résultat nul obtenu par les Rouge et Noir en terre béjaouie ne semble pas avoir été du goût des fans de l’équipe de Soustara. Déjà en colère contre leur team suite à la série de contreperformances enregistrées ces dernières semaines, les supporters usmistes semblent définitivement aspirés par la déception de voir leurs favoris rater complètement leur saison. Et leur colère va en grandissant, eux qui, la semaine dernière, après la défaite essuyée face au CSC à Constantine, s’étaient déplacés au stade OmarHamadi, lors de la reprise des entraînements, pour faire entendre leur colère aux joueurs

et aux membres du staff technique. Une «descente» qui avait effrayé le technicien belge, à nouveau apeuré par le «siège» connu par la délégation unioniste à l’issue du match, mardi, à Béjaïa. Deux heures durant, joueurs et accompagnateurs de l’USMA s’étaient cloîtrés à l’intérieur des vestiaires dans l’espoir de voir la «révolte» des Crabes s’atténuer et pouvoir, ainsi, quitter le stade de l’UMA. Des moments pénibles et insoutenables pour le coach belge qui a confié à ses adjoints son intention d’aller voir les responsables du club en vue de rediscuter les termes de son contrat. Plus directement, Paul

Put, qui est encore en lice pour prendre en main les destinées des Amavubi du Rwanda (il fait encore partie d’une liste restreinte composée de 8 entraîneurs dont son compatriote Georges Leekens), souhaiterait rompre sa relation de travail, laquelle s’étale jusqu’en juin 2018, avec la direction du club. Une séparation pour laquelle Rebbouh Haddad ne semble pas consentant même si des sources proches de l’USMA confient que le patron du club de Soustara a déjà pris ses devants en prenant langue avec quelques techniciens étrangers, des entraîneurs français en particulier. M. B.


Sports

Le Soir d’Algérie

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

FOOTBALL

Le PSG fait du bruit, Emery fait taire le Barça et les critiques

BASKET-BALL : À PROPOS DE LA TENUE DE L’AGO

La précision de M. Boufenik

LIGUE DES CHAMPIONS D’EUROPE

FOOTBALL

Ligue 1 Mobilis (20e journée) Jeudi 16 février (17h) NA Hussein-Dey-USM El Harrach Vendredi 17 février (15h) DRBT-CS Constantine Samedi 18 février (16h) MOB-Olympique Médéa ESS- USM Bel-Abbès Lundi 20 février (18h) USMA-CR Belouizdad *MC Oran-MC Alger, JS Saoura-RC Relizane et CA Batna-JS Kabylie sont reportés à une date ultérieure. Ligue 2 Mobilis (21e journée) Vendredi 17 février (15h) MCS-ASO Chlef (à huis clos) Paradou AC-GC Mascara MCEE-US Biskra CRBAF-WA Boufarik (à huis clos) JSMS-ASM Oran (16h) : JSMB-Amel Bou-Saâda (16h) : CABBA-AS Khroub Samedi 18 février (15h) USMB-RC Arbaâ Championnat amateur (19e journée) Groupe Ouest Samedi 18 février (14h) CRB Sendjas-US Remchi

DE LA FABB

M. Mohamed Boufenik, membre du BF sortant, ancien arbitre international et responsable des compétitions à la Fédération algérienne de basket-ball (FABB), s’est rapproché de notre rédaction pour apporter des précisions par rapport à ses déclarations à notre journal à l’issue de l’assemblée générale ordinaire (AGO) de la FABB qui s’est tenue samedi dernier. «Je vous informe que votre article du 12/02/2017 relatif à la tenue de l'AG ordinaire de la FA basket-ball m'a porté préjudice tant au niveau du MJS que de la famille du basket. A cet effet, je vous demande de bien vouloir faire un démenti sur votre journal dans la mesure où je ne vous fais aucune déclaration relative à cette assemblée».

Photo : DR

l Il subit depuis son arrivée d'incessantes critiques sur ses qualités d'entraîneur et sa propension à transcender ses joueurs : Unai Emery a fait taire pour un moment ses détracteurs en pilotant un PSG en mode supersonique contre Barcelone (4-0) en 8es de finale aller de Ligue des champions. Un succès retentissant sur la planète foot. Bien vite après l'époustouflant match des Parisiens face à une équipe de Barcelone éteinte par le pressing et l'activité des hommes d'Emery, des petits malins ont commencé à republier sur Twitter les avis définitifs émis, il y a quelques mois, par certains commentateurs sur un coach pas au niveau, selon eux, pour le PSG. Il était ainsi accusé de «fragiliser» le club par son management, de ne pas traiter avec assez d'égards la recrue Hatem Ben Arfa, d'être arrivé sans «références» (malgré un statut de triple tenant du titre avec Séville en Europa League), et même de semer le doute chez ses gardiens... «L'Emery-bashing, ça existe en France, comme on l'a eu avec Bielsa (ex-entraîneur argentin de Marseille), avec Jardim (coach portugais de Monaco), même avec Ancelotti (technicien italien passé au

PSG)», expose à l'AFP Romain Molina, auteur d'une biographie de l'entraîneur basque publiée début février aux éditions Hugo Sport. «Il y a eu un acharnement à un moment donné». «Les entraîneurs français, et le monde du foot en général en France, ont beaucoup de confiance en eux, et regardent toujours les nouveaux arrivants avec scepticisme», expliquait déjà en octobre dernier à l'AFP Jan Van Winckel, adjoint belge de Bielsa à Marseille. Consécration internationale pour Emery Les sceptiques ont pris un gros coup sur la tête mardi soir: jamais depuis qu'il est passé sous pavillon qatari, en 2011, le PSG n'avait réussi une performance collective aussi aboutie en Ligue des champions, qui plus est face à un très grand d'Europe. Résultat, le monde du football est unanime mercredi matin : «Chefd'œuvre tactique d'Emery», salue la Gazzetta dello sport. «Emery brise le Barça», abonde Marca. «Emery, digne des plus grands, un récital tactique. Le mérite lui en revient», s'enflamme même l'ailier algérien de West Ham Sofiane Feghouli, qui a évolué sous les ordres du Basque à Valence. «On

avait vraiment travaillé, le staff avait fait un boulot exceptionnel, ils ont énormément préparé ce match», a expliqué après cette démonstration collective le milieu et capitaine d'un soir Blaise Matuidi. «On a beaucoup travaillé tactiquement, essayé d'appliquer ce que le staff nous a demandé et ça a porté ses fruits.» Car si le PSG a déjà signé quelques exploits depuis qu'il vise, sous la houlette de son président Nasser Al-Khelaïfi, une victoire en Ligue des champions, il n'avait jamais maîtrisé à ce point son sujet. Sans oublier que le PSG était privé de deux cadres incontournables comme Thiago Motta (suspendu) et Thiago Silva (blessé). Reste encore le match retour à ne pas louper – «il faut garder la tête froide, ne pas s'enflammer» a immédiatement déclaré Matuidi — le 8 mars dans un Camp Nou qui reste malgré tout une forteresse européenne. Mais d'ores et déjà, la performance de mardi a marqué durablement les esprits. Meneur d'hommes et vidéos Et le PSG dit merci Emery. «Le coach connaissait le Barça très, très bien, il a bien regardé comment le Barça jouait» à l'aide de vidéos, a d'ailleurs insisté

Nasser Al-Khelaïfi. Le Basque n'est pas qu'un tacticien. Lui qui n'avait auparavant battu le Barça qu'une fois en 23 confrontations, demeure un redoutable meneur d'hommes. Passionné de psychologie, il avait métamorphosé son équipe de Séville en mai dernier, à la mi-temps de la finale de l'Europa League. Dans un stade de Bâle totalement acquis à la cause de son adversaire Liverpool, après une première période écrasée par les Reds de Jürgen Klopp, son équipe avait retourné la finale en deuxième période (3-1). Cité dans le livre de Romain Molina, le défenseur de l'équipe de France Adil Rami, qui a évolué sous les ordres d'Emery à Valence puis Séville, expliquait : «Je devais bien respirer car son discours était tellement beau que j'avais envie d'enc**** l'attaquant (adverse, ndlr) en sortant du vestiaire». Le chemin est encore long pour que le PSG, 2e du championnat à 13 journées de la fin, pas encore qualifié pour les quarts de finale de Ligue des champions (son plafond de verre depuis quatre saisons) atteigne ses objectifs. Mais l'exploit de mardi est un premier gros coup de boutoir sur la scène européenne pour le PSG version Emery.

Votre week-end sportif

USMM Hadjout-WA Mostaganem ES Mostaganem-CRB Ben Badis WA Tlemcen-MB Hassasna SKAF Khemis-ESM Koléa OM Arzew-IRB Maghnia (à huis clos) ASB Maghnia-SA Mohammadia RCB Oued Rhiou-SCM Oran Groupe Centre Vendredi 17 février (15h) US Béni Douala-US Oued Amizour Samedi 18 février (14h) CR Béni Thour-MC Mekhadma (à huis clos) IB Lakhdaria-RC Boumerdès USM Chéraga-MB Rouissat IBK El Khechna-WR M'sila JSD Jijel-RC Kouba (à huis clos) JS Haï El Djabal-CRB Dar El Beïda Exempt : NARB Réghaïa Groupe Est Vendredi 17 février (15h) MO Constantine-US Tébessa Hamra Annaba-HB Chelghoum Laïd AB Chelghoum Laïd-AS Aïn M'lila USM Khenchela-AB Merouana ES Guelma-USM Annaba E. Collo-US Chaouia USM Aïn Beïda-NRB Touggourt NC Magra-CR Village Moussa Inter-régions (18e journée) Groupe Ouest

Vendredi 17 février (15h) JRB Sidi Brahim-CC Sig JS Sig-HB El Bordj IRB El Kerma-SC Mécheria USM Oran-CR Témouchent JS Emir Abdelkader-EBK Tindouf CRB Hennaya-CRB Sfisef ZSA Témouchent-JSM Tiaret MB Sidi Chahmi-IS Tighennif Groupe Centre-Est Vendredi 17 février (15h) CRB Aïn Djasser-AS Bordj Ghedir CA Kouba-IRB Berhoum MB Hassi Messaoud-Hydra AC OM Ruisseau-IRB Aïn Lahdjer USM Sétif-ES Ben Aknoun JS Azazga-CRB Ouled Djellal FC Bir El Arch-ES Berrouaghia Samedi 18 février (14h) NRB Achir-WA Rouiba Groupe Est Vendredi 17 février (15h) ASC Ouled Zouai-NRC Boudjelbana (à huis clos) WM Tébessa-WAR Djamel IRB El Hadjar-MSP Batna ESB Besbès-NRB Grarem NRB Teleghma-IRB Robbah CRB Kaïs-AB Barika ES Bouakeul-NASR El Fedjoudj OS Ouenza-NT Souf Groupe Centre-Ouest

Les clarifications du Soir d’Algérie Le Soir d’Algérie tient à préciser, de son côté, que M. Boufenik s’est entretenu au téléphone avec son journaliste immédiatement après la fin des travaux de l’AGO. C’est lors de cette conversation que M. Boufenik l’a informé sur la teneur des questions abordées lors de cette assemblée affichant, notamment, ses regrets à propos du rejet du bilan moral de la FABB. En aucun cas, M. Boufenik, qui fait partie des «sources» de notre collaborateur, n’a recommandé à ce que son nom soit cité ou que ses déclarations ne soient pas publiées. R. S.

L’AG élective de la FALA le 28 février à Souidania LUTTE

La Fédération algérienne des luttes associées (FALA) tiendra son assemblée générale élective (AGE) le 28 février (9h) au Centre de regroupement et de préparation des équipes nationales à Souidania (Alger). Pour l'assemblée générale ordinaire (AGO), elle aura lieu aujourd’hui (9h) au Centre de regroupement et de préparation des équipes nationales à Souidania (Alger). L'ordre du jour de cette AGO portera sur l'examen et l'adoption des bilans moral, financier et technique de l'exercice 2016 ainsi que le bilan du mandat olympique 2013-2016. Il est également attendu des membres de l'AGO d'examiner le rapport du commissaire aux comptes et la désignation des membres de la commission de candidatures et de recours.

Vendredi 17 février (15h) JSM Chéraga-FCB Frenda ORB Oued Fodda-IRB Boumedfâa (à huis clos) USB Tissemsilt-ESB Dahmouni ARB Ghriss-CRB Froha DRB Baraki-CRB Aïn Oussera MCB Oued Sly-IRB Aflou CRB Boukadir-IRB Laghouat SC Aïn Defla-WAB Tissemsilt

BASKET-BALL

16

Superdivision B (2e phase, 3e journée) Poule pour l'accession Vendredi 17 février (15h) USM Alger-MS Cherchell OS Bordj Bou-Arréridj-ASPTT Oran Samedi 18 février (11h) ESB Ouargla-MC Saïda Poule pour le maintien Samedi 18 février (15h) US Biskra-MOO Ouargla JSB M'sila-CRB Témouchent Exempt : Rouiba CB Division nationale A seniors-dames (9e journée) Vendredi 17 février (15h) Hussein-Dey Marine-GS Pétroliers OC Alger-USA Batna JF Kouba-MC Saïda MT Sétif-RC Bordj Bou-Arréridj (16h30)

HANDBALL

Division Excellence seniors-messieurs (2 e journée de la 2e phase) Play-off Vendredi 17 février (15h) ES Aïn Touta-CRB Mila C Chelghoum Laïd-JSE Skikda CR Bordj Bou-Arréridj-IC Ouargla CRB Baraki-GS Pétroliers Play-down Vendredi 17 février (15h) CR El Harrouch-HBC El Biar MB Tadjenanet-O. El Oued MC Oran-MC Saïda Division Excellence seniors-dames (11e journée) Vendredi 17 février (15h) CHB Bachdjarah-GS Pétroliers Samedi 18 février (11h) JS Awzellaguen-OJS Constantine HC Mila-HBC El Biar HHB Saïda-FS Constantine NRF Constantine-HBCF Arzew

VOLLEY-BALL

Division nationale une seniors-messieurs (2e phase, mise à jour) Poule F Vendredi 17 février (16h) EF Aïn Azal-WO Rouiba


Le Soir

Les vertus de la gymnastique faciale

magfemme03@yahoo.fr

d’Algérie

Jeudi 16 février 2017 - PAGE 17

Irrésistible moelleux orange et chocolat

Pour le gâteau (à faire la veille) : 250 g de farine, 250 g de sucre, 250 g de beurre mou (+ 10 g pour le moule), 1 sachet de levure chimique, 4 œufs, 150 g de chocolat noir rapé, 2 orange et demi.

Le

magazine de la femme BEAUTÉ

Page animée par Hayet Ben

Le vieillissement cutané Au fur et à mesure que le temps passe, la peau perd en tonicité. Un vieillissement cutané est dû à la fois à la chute d’hormones et à notre hygiène de vie (tabac, stress, pollution, manque de sommeil).

La gymnastique faciale contre le relâchement La gymnastique faciale agit de plusieurs manières. D’abord, elle augmente la production d’oxygène des tissus en contact avec l’hypoderme et le derme. Les vaisseaux sanguins sont ainsi stimulés, ce qui accroît leur débit et procure une meilleure hydratation de la peau. Ensuite, elle stimule les fibres d’élastine qui sont responsables de la production de collagène.

Pour le glaçage : - 100 g de sucre glace - le jus de 2 oranges et demi. Préparation de la recette : Dans une terrine travaillez le beurre ramolli avec le sucre jusqu'à ce que le mélange soit crémeux. Ajoutez alors les œufs un à un, puis la farine avec la levure, le zeste râpé des oranges et le jus d'une orange et demi. Beurrez et farinez un moule à manqué. Garnissez le fond du moule de pâte. Saupoudrez de la moitié de chocolat râpé. Ajoutez une deuxième couche de pâte. Saupoudrez du reste de chocolat. Terminez par la pâte restante. Faites cuire 45 min à thermostat 180°C. Dans une casserole, mélangez le sucre glace avec le jus de deux oranges et demi. Faites chauffer jusqu'à ébullition. Aussitôt cuit, démoulez le gâteau et arrosez-le de sirop chaud. Laissez-le s'imbiber (Ne soyez pas impressionné par le volume de sirop: c'est normal!). Dégustez froid.

La fréquence à laquelle la pratiquer : Il faut s’entraîner quotidiennement et faire ses exercices par séries de 10. Pour obtenir des résultats, il convient d’être extrêmement rigoureuse à ce niveau. L’accompagner des bons gestes : Afin de maximiser les effets, on prendra également soin de bien appliquer son soin anti-âge.

INFO

Exercices pratiques contre les poches sous les yeux : 1) Ouvrir puis fermer vos paupières. 2) Serrer les paupières doucement, puis de plus en plus fort. Vous ressentirez une nette tension au coin externe de l'œil. Pour redessiner l’ovale du visage : 1) Mettre votre poing sous le menton en prenant appui sur votre coude, puis ouvrez la bouche de

Vrai: Les cheveux d'une chevelure saine se renouvellent sans cesse. Lorsqu'un cheveu arrive en fin de cycle de vie, il est remplacé par un autre et la racine du nouveau venu pousse la précédente dehors : il est donc normal qu'un cheveu tombe avec sa racine.

plus en plus fort. 2) Relâcher puis répéter ce mouvement (10 fois). Vous ressentirez une forte crispation dans l’ovale de votre visage. Pour lisser le front : Détendre vos épaules et lever votre regard vers le haut comme si vous souhaitiez voir la racine de vos cheveux. Vous ressentirez que vous faites bouger vos muscles du front et du

Tisane détente

Un cheveu qui tombe avec sa racine ne repousse pas

Le citron : excellent pour digérer

Ne criez pas au miracle, le citron ne vous fera pas maigrir. Toutefois, il aide l’organisme à mieux digérer et à se détoxifier. Le matin, consommer le citron active la sécrétion de la bile et prépare le foie à bien digérer ce qu’on va consommer pendant la journée. Quant à l’acide citrique qu’il contient, il aide à mieux dégrader les graisses et les protéines. Le citron est donc un allié de choix grâce à ses vertus digestives et détoxifiantes pour l’organisme.

Photos : DR

Comment la pratiquer : Le bon âge pour commencer à pratiquer la gymnastique faciale est dès 30-35 ans, en prévention.

Les feuilles de l’olivier sont fébrifuges, hypotensives et diurétiques. L’huile d’olive augmente les sécrétions biliaires. Recette : 60 g de feuilles d’olives, 30 g de fleurs de bourrache (harcha), de feuilles d’ortie (horeïque) et de sauge (souak ennebi). Pour une cuillérée à soupe du mélange par tasse, faire bouillir 2 minutes, laisser infuser 10 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour.

cuir chevelu, ainsi que ceux de vos oreilles. Pour les pommettes : Sourire en remontant au maximum les coins externes des lèvres.

Œufs mollets aux câpres

6 œufs, 500 g de petites pommes de terre, 1 c. à s. de câpres égouttées, 1 c. à s. de persil ciselé, 3 c. à s. de yaourt nature velouté, 5 c. à s. de mayonnaise, 1 c. à c. de moutarde, sel, poivre du moulin

EN CAS DE PETITE FAIM DANS L'APRÈS-MIDI

GOÛTEZ !

Lorsqu'il est pris régulièrement et motivé par une faim physiologique, le goûter est un vrai minirepas, contrairement au grignotage (ingestions alimentaires répétées) qui répond à l'ennui ou simplement à la gourmandise. Le grignotage entraîne une sécrétion excessive d'insuline, qui favorise la mise en réserve de l'énergie, un phénomène impliqué dans la prise de poids. Si vous optez pour le goûter, sachez qu'il vous permet de mieux répartir les apports caloriques dans la journée, de mieux résister

aux grignotages et de dîner plus léger. A condition, bien sûr, que le goûter soit équilibré, par exemple

composé d'un produit céréalier, d'un produit laitier, d'un fruit et d'une boisson. Vivement 16 h !

Pelez les pommes de terre. Dans une casserole d’eau froide salée, déposez les pommes de terre et portez à ébullition. Laissez cuire pendant 20 minutes. Dans une autre casserole d’eau froide, mettez les œufs et portez à ébullition. A partir du premier frémissement, comptez 5 minutes de cuisson. Enlevez les œufs et passez-les sous l’eau froide puis écalez-les. Dans un bol, mélangez le yaourt, la moutarde, le persil, les câpres hachées, du sel et du poivre du moulin. Ajoutez la mayonnaise. Sur une assiette, versez la sauce puis faites un lit de pommes de terre en coupant celles-ci en rondelles puis coupez les œufs mollets en deux. Servez tiède.


MOTS FLÉCHÉS

Détente

Le Soir d’Algérie

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

Par Tayeb Bouamar

Son nom ---------------Son prénom

Lança ---------------Univers

Eclats ---------------Goutte Néon ---------------Ferment ---------------Fuite

Auberge ---------------Voie ferrée Etain (inv) ---------------Possessif ---------------Polonium

Erbium ---------------Dépôt

Cycle ---------------Pronom ---------------Groupe

Tournoi ---------------Drame ---------------Désert

Pronom ---------------Blêmes

Flatteur ---------------Passerelles

Possèdes ---------------Fondée ---------------Grasse

Vent ---------------Feuilleton

Forme d’être ---------------Strontium Tellure ---------------Ego ---------------Ciblas

Son club formateur Clos ---------------Traité

Négation ---------------Election

Avant ---------------Géante

Religieuse ---------------Méchant

Lac ---------------Joua au RCK

Molybdène ---------------Lithium

Idiote ---------------Dans le vent

Pays ---------------Semblable Cube ---------------Inspire ---------------Bulletin

Détériorer ---------------Chaîne TV

Livides ---------------Etain ---------------Fatigué

Cri de douleur ---------------Journal ---------------Version Argent ---------------Vieux do

ENUMÉRATION

Quelconque ---------------Décodés ---------------Ile

Os ---------------Adverbe ---------------Concept (ph)

Griffe ---------------Espèce

Son poste

Extrait ---------------Sage ---------------Ereinté

Son club

L ET T R E S D E : Negro (l’île)

Ces colonnes abritent les noms de treize villes de l’empire romain. Une lettre ne peut être cochée qu’une seule fois. Définition du mot restant = «Empereur»

N E G R O S

1 2 3 4 5

R O M E C A R T H I

1- ROME 2- CARTHAGE 3- HIPPONE 4- GENES 5- POMPEI

M A R I U S S E A T H E B E R A S E A C E L P O N N S T A N T I O D A G M I T C P A L M Y R 6- CONSTANTINOPLE 7- CAESAREA 8- THEBES MOT RESTANT = MARIUS

N O P P I H E G A E

Son pays

Rang ---------------Larges ---------------Jeté

Argon ---------------Roche

E G E N E S P O M P

18

I S B Y Z A N C E E

L I B U L O V P Y T

9- BYSANCE 10- TIMGAD 11- PALMYRE 12- VOLUBILIS 13- TYR

6

1- VOLCAN

2- CULTURE

3- PEUPLE

7

4- CULTURE 8 9

5- VILLE

10 11

6- ARCHIPEL

12

S OLUTIONS …S OLUTIONS …S OLUTIONS … MOTS FLÉCHÉS GÉANTS

MARCHANDISES-VER AVAL-VOILER-RATE DIT-SA-MET-FA-AS AS-PINCES-CODENT G-ARE-ES-PARI-GA ABSENCE-TESTER-U SO-T-A-TER-ER-PR CITES-SANTOS-LIA ASIE-JUNTES-SERT RER-SECTES-POSAI -S-NET-OR-POT-TO B-TIRAIT-BAR--EN LIBERIA-FORCAISAS-CET-MOULINS-H DOSES-SOUDAN-OSA ALES-LE-LES-RL-M RET-SERIES-BUE-B BE-SEVICE-GOBE-U

I-FIN-EE-TARIS-R -ARETES-MOINS-SG BRESIL-SAINE-NUE IMITE-HALLS-JAIR RENE-BULLE-PUITS TES-PERLE-MOINEOS-NULLE-VAIN-SS U-CI-BE-TELL-L-I TENERE-SALI-PERD AINTAYA-MONROVIA MOTS FLÉCHÉS

-SALL-PRESIDENTMAGE-SAUTE-ABORD ALI-PAIES-AME-AA CE-COINS-DONNE-K K-MOINS-VIREE-FA YAOURT----TS-MER -MITE-----E-LOTSETS-D-----DOUES

ERE-VOMIR-VITE-O NE-RITES-LIME-PU E-MISER-CALE-MAT GUIDER-ROSE-FINI ANNEE-DATE-MINER LIESSE-TERMINALE LETTRES DE NAGASAKI -DECHINE----------JAPON-------NAGASAKI-------ATOMIQUE ---KYUSHU---------NAVALS-----URAKAMI---MITSUBISHI----


MOTS FLÉCHÉS GÉANTS Détente

Le Soir d’Algérie

Jeudi 16 février 2017 - PAGE

19

Par Tayeb Bouamar

Chien ---------------Via

Pélerinage ---------------Décombres Sodium ---------------Dépôt ---------------Frisas

Parlai ---------------Figure Baryum ---------------Eliminer ---------------Pays

Pouffé ---------------Abris ---------------Suites Chaîne TV (inv) ---------------Détalé ---------------Préposition

Colère ---------------Note (inv) ---------------Praséodyme

Rivière suisse ---------------Cartouches

Alliés ---------------Altesse

Cobalt ---------------Nazis ---------------Piège (ph) Ouverte ---------------Fin de soirée

Dévêtues ---------------Possessif

Avant ---------------Fruits

Rossée ---------------Réajusté ---------------Cacher

Gâteaux ---------------Calme

Démonstratif ---------------Sudiste ---------------Outil

Dans la nuit ---------------Professeur

Malle ---------------Scandium Début de soirée ---------------Sudiste ---------------Aperçus

Manger ---------------Envies

Démonstratif ---------------Dans la peine

Cycles ---------------Forme de devoir ---------------Renie

Mouche ---------------Edité ---------------Joyaux

Tamis ---------------Retirés ---------------Flamands Retirés ---------------Wilaya

Calculer ---------------Lave Préposition ---------------Voyelle double

Diplôme ---------------Moteur

Fin de verbe (inv) ---------------Démonstratif

Cérium ---------------Chapeau Obligent ---------------Mot magique

Fonceras ---------------Braver Introduire ---------------Pronom

Isolées ---------------Culture Brisés ---------------Mâchoires ---------------Molybdène

Pouces ---------------Gonflement Voyelle double ---------------Fin de nuit

Habits ---------------Aime

Huile ---------------Leçons Dinar ---------------Mesure ---------------Institut

Membre ---------------Epluchure

Fond ---------------Comparatif

Fin de soirées ---------------Palaces

Réorganisation

Eculé ---------------Duo

Dans la laisse ---------------Fut apte

Ego ---------------Doté

Doute ---------------Actes

Possessif ---------------Corps de sécurité

Agir ---------------Inscrire

Néodyme

Pousse ---------------Nabots Brome ---------------Durée ---------------Baudet

Briller

Fins de jours ---------------Estimatif

Creuse

Nivelé ---------------Peuple

A payer ---------------Célébré

Restrictif ---------------Diriger Néon ---------------Epopée

Torrent

Francium

Identiques ---------------Piétina Cour ---------------Plus qu’assez

Gâter ---------------Loupa Sélénium ---------------Tabloïde londonien

Géniteur ---------------Succombé

Joint ---------------Américium

Palpe ---------------Attacha

Plantée ---------------Robes ---------------Chaîne TV

Journal ---------------Dans l’œil

Article ---------------Astate

Appréciée ---------------Liaison

Trouble ---------------Surface Aéroport à Sétif ---------------Entrée

Près de Tizi-Ouzou ---------------Roche


Publicité

Le Soir d’Algérie

LE SOIR DE L’IMMOBILIER appartements

–––––––––––––––––––– Ag. vend appt F3, 1er ét., Baba-Ali, facil. paiement. - 0541 963 484 F143233 –––––––––––––––––––– Promotion immobilière vd des logements en cours de réalisation à Boumerdès-Ville avec facilité de paiement, 0 % d’intérêts. Tél.: 0560 16 95 67 F107083/B13

NECROLOGIE DÉCÈS

–––––––––––––––––––– La famille Saâda d’Ihasnawen, parents et alliés ont la douleur de faire part du décès de leur chère et regrettée Chabane Tassadit épouse Saâda Iddir rappelée à Dieu à l’âge de 88 ans. L’enterrement a eu lieu hier mercredi 15 février 2017 à 12 h au village AïtHessane, commune de Tizi-Ouzou. Que Dieu Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. ––––––––––––––––––––

––––––––––––––––––––

–––––––––––––––––––– Part. vd, à Chenoua-Plage, pied dans l’eau, villa 2 niveaux, vue sur mer, dans résidence gardée H24 et clôturée. Tél.: 0551 76 19 03 F143243

––––––––––––––––––––

F056

––––––––––––––––––––

lOcatiOns

–––––––––––––––––––– Cherche à louer local commercial sur Alger et ses environs, rue principale, endroit commercial, loyer raisonnable. Tél.: 0665 70 30 79 NS

anniversaire En ce jour le 14/02/2017, notre chère et adorable Hadjer BOuzekri vient de souffler sa première bougie. En cet heureux événement, son papa, sa maman ainsi que ses proches lui souhaitent un joyeux anniversaire et une longue vie pleine de bonheur et de réussite. A tes 100 ans inch’Allah. Gros bisous.

sOs sOs

safaâ, handicapée moteur à 100 %, âgée de 14 ans, demande à toute âme charitable de l’aider en lui procurant des couches adultes medium (moyennes) + sonde n° 08 - merci. allah vous le rendra. tél.: 0552 57 05 26

F143240

villas

société de promotion immobilière met en vente des appartements de haut standing dans une résidence gardée à chéraga. tél.: 0559 122 101 - 0550 939 241

enfant, 16 ans, handicapé 100 %, cherche des couches 3e âge et adultes. Tél.: 0792 99 33 98

Réparation climatiseurs, machines à laver, frigidaires, à domicile. - Tél.: 0770 22 06 28 - 0662 63 19 23 NS –––––––––––––––– vous voulez réussir la tessdira de votre fille ? vous voulez que ce jour soit le plus beau jour de sa vie ? Faites appel à une professionnelle au : 0554 92 23 08 NS –––––––––––––––– Tous travaux d’étanchéité. - 0550 532 729 F143238 –––––––––––––––– Tous travaux d’étanchéité, pax. - 0550 103 428

––––––––––––––––––––

AVIS F143212

––––––––––––––––

perDu-trOuvé

–––––––––––––––– Perdu cachet rectangulaire portant la mention : Remouche Saïd - Pâtisserie-Viennoiserie — 04-bis, frères Boukhari, El-Madania, Alger. — Décline toute responsabilité quant à son utilisation frauduleuse. F107149/B13 ––––––––––––––––

SOIR

DE

–––––––––––––––––––– Ag. vend local 96 m2, dans promo., BabaAli, 1 100 u. - 0541 963 484 F143233

––––––––––––––––––––

Anniversaire

Né le 17/02/2016, à l’occasion de l’anniversaire, le premier de notre prince

Hocine

tous nos vœux de bonheur et de réussite. Tes parents Boudoumi et Bouyahia.

Joyeux anniversaire prince.

F 143 219/B1

DIVERS

–––––––––––––––– Réparation TV, plasma, LCD, LED, à domicile. Tél.: 0542 82 63 21 - 0540 180 182

réparation tv à domicile, toutes marques. tél.: 0772 89 17 22 0776 33 88 56

lOcaux cOmmerciaux

NS

LA

Jeudi 16 février 2017 - paGe

21

DemanDes D’emplOi

–––––––––––––––––––––– Comptable agréé cherche emploi. Tél.: 0696 527 805 F143239 –––––––––––––––––––––– JH, 43 ans, études supérieures en gestion d’administration générale + DES en comptabilité, finance et audit, plus de 14 ans d’exp., cherche emploi. Tél.: 0550 31 23 65

–––––––––––––––––––––– Père de famille sérieux et de famille cherche gardiennage d’une villa ou d’un appartement à Mostaganem ou env. Tél.: 0556 05 03 10 - 0773 96 84 35 –––––––––––––––––––––– JH, père de famille, sérieux, cherche emploi comme responsable parc roulant, 10 ans d’expérience, apte à se déplacer sur tout le territoire national. Tél.: 0559 80 74 04 F143218

–––––––––––––––––––––– Agent commercial, 27 ans, 3 ans d’exp., cherche emploi à Alger ou env. Tél.: 0550 211 305 –––––––––––––––––––––– NS

Avis de cessation d’activités et de dissolution Réunis le 11 décembre 2016 en assemblée générale, les associés de la SARL LGE (RC n° 97 B 2534) ont décidé d’un commun accord (P-V de délibération du 11/12/2016) : la cessation d’activités et la dissolution de la SARL Laboratoire de Géotechnique et de l’Environnement (SARL LGE) sise au 50 B Haï Saïdi-Ahmed à Bordj El Kiffan. Dissolution concrétisée par acte notarié n° 1 285/2016 du 19/12/2016 et par publication Le gérant au BOAL le 21/12/2016. F 143 241/B1

SOIR AUTO

Vends Kia Sorento, année 2015, toutes options, peu roulé, état neuf. Tél.: 0555 96 06 89 NS

CYLKA - Soins à domicile • Ambulance 24h/24 • A votre disposition et assurés par une équipe médicale et paramédicale qualifiée

• Consultation médicale • Kiné • Soins infirmiers, post-opératoires • Prélèvements, analyses et résultats • Conseil, orientation, accompagnement aux hôpitaux d’Alger • Garde-malades.

Appelez-nous au : 0550 40 14 14

OFFRES D’EMPLOI

Restaurant à Alger cherche : – Chef cuisinier – Cuisinier – 0657 49 65 69 - 0552 13 84 11 NS –––––––––––––––– Restaurant à Alger cherche serveurs,

serveuses. Tél.: 0794 44 18 54 NS –––––––––––––––– Cherche conducteur d’offset, TP36 et Rolland, Favorit de couleurs. - Salaire intéressant. Tél.: 0770 48 90 4

FORMATION

smatecH (school of management & technology), école agréée par l’Etat, spécialisée en HSE, et en partenariat avec OsHa academy des USA, assure la formation en : • Hse (Hygiène, Sécurité et Environnement) pour : manager - superviseur - inspecteur. • agent de sécurité et de prévention. — Les attestations HSE sont délivrées par OsHa academy des usa. — Qualité et coût de la formation intéressants. — Formateurs de haut niveau. — Pour plus de renseignements et inscriptions, veuillez nous contacter aux : 026 200 506 - 0550 906 950 et 0550 906 951 — Adresse : rue des frères Oudahmane (axe Nouveau-Lycée, Abane-Ramdane), Tizi-Ouzou — E-mail : ecolesmatech@yahoo.com — Visitez notre site web : www.smatech-tiziouzou.com F107061/B13 tizi-Ouzou - ist lance, le 19 février 2017, formation en scanner autOmOBile (théorie + pratique) : Systèmes injec. E/D ; antidémar., ABS et clim. – Durée : 6 jours avec possibilité d’hébergement. – adresse : IST Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid, Tizi-Ouzou. – tél./Fax : 026 12 89 08 - mob.: 0550 59 46 18 F107137/B13 tizi-Ouzou - ist lance formations qualifiantes : Gestion : assist. GRH ; gest. stocks ; magasinier ; agent comptable. - médical : délégué médical ; vend. pharmacie ; secrétaire médicale ; assistante maternelle. - Hôtellerie : ag. de voyages ; ag. d’escale ; billetterie et tarification ; intendant (base de vie). – adresse : IST Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid, Tizi-Ouzou. – tél./Fax : 026 12 89 08 - mob.: 0550 59 46 18 - mail : contact@ist-dz.com F107137/B13 tizi-Ouzou - ist lance formations diplomantes : Bt topographie ; CP inst. sanit. et gaz ; CAP électr. ind. ; CAP électr. bât. ; CAP inst. panneaux solaires. — Formations qualifiantes : Bâtiment : arch. d’intérieur ; chef de projet bât. ; électr. bât. ; topographie ; chauffagiste ; plaquiste BA13 ; Epoxy 3D ; inst. sanit. et gaz — technique : électr. ind. ; instal. panneaux solaires ; télésurveillance ; automates progr. – adresse : IST Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid, Tizi-Ouzou. – tél./Fax : 026 12 89 08 - mob.: 0550 59 46 18 - mail : contact@ist-dz.com F107137/B13 écOle supérieure internatiOnale D’Hôtellerie et tOurisme esiHt, sise à Tizi-Ouzou, en partenariat avec Greta lorraine France, lance dans l’immédiat de nouvelles promotions en hôtellerie et tourisme. — cuisinier / pâtissier / chef de rang, durée de la formation 06 mois dont 03 mois de stage pratique assuré, niveau d’accès 4e AM ou 9e AF et plus. — chef de partie, durée de la formation 06 mois dont 03 mois de stage pratique assuré, niveau d’accès 3e AS et plus. — réceptionniste, durée de la formation 06 mois dont 03 mois de stage pratique assuré, niveau d’accès 3e AS et plus. — intendant, durée de la formation 06 mois dont 03 mois de stage pratique assuré, niveau d’accès bac+3 et plus. — Ces formations sont assurées par des spécialistes de haut niveau. Le stage pratique est garanti dans des hôtels de chaînes internationales et dans des sociétés de catering du Sud algérien, le taux de recrutement est de plus de 90 % — Régime des études : internat, externat. — Informations et inscriptions : esiHt/esiG - Route de l’université Hasnaoua (I), Tizi-Ouzou — Tél.: 026 11 16 16 - 026 11 18 18 - Mob.: 0550 16 83 74 - 0661 29 29 30 F107098/B13 Groupe esiG, précurseur de la formation Hse en alGérie, Ecole supérieure internationale, en partenariat avec alsace synergie consulting, Organisme de formation européen basé à strasbourg, France, spécialisé en management de transition et démarche QHse, lance en février 2017 la 17e promotion Hse : 1– superviseur en Hse Hygiène, sécurité et environnement) : • Niveau d’accès : BTS, DEUA ou bac+3 et plus. • Durée de la formation, 15 semaines plus trois (03) mois de stage pratique assuré. — 2– inspecteur en Hse (Hygiène, sécurité et environnement) : • Niveau d’accès : bac ou 3e AS et plus. • Durée de la formation 12 semaines plus deux (02) mois de stage pratique assuré. — 3– agent de sécurité en Hse (Hygiène, sécurité et environnement) : • Niveau d’accès : 9e AF ou 4e AM et plus. • Durée de la formation 08 semaines plus un (01) mois de stage pratique assuré. — ces formations sont assurées et encadrées par des experts consultants formateurs avec sorties d’études durant le cycle de la formation. — en fin de formation, les titres obtenus sont cosignés par le partenaire français a.s.c strasbourg France et valables à l’étranger. — le marché de l’emploi est particulièrement porteur pour les spécialistes en QHse et sollicité par les entreprises pour anticiper les risques et faire respecter la réglementation Hse. — régime des études : internat/externat. — informations/inscriptions : se présenter à esiG/Département Hse, route de l’université Hasnaoua, tizi-Ouzou. - tél.: 026 11 16 16 - mobile 0550 16 83 74 - 0661 29 29 30 F107133/B13


Et le tram sifflera trois fois... LES CHOSES DE LA VIE

PANORAMA

chaque fois que j'aborde le problème des importations massives, anarchiques, souvent superflues et fortement préjudiciables à l'économie nationale, il s'en trouve qui me répondent : «Mais nous ne pouvons pas empêcher les marchandises de rentrer. Nous sommes liés par des accords ; nous devons ouvrir davantage nos frontières pour pouvoir adhérer à l'OMC» et j'en passe... Pourtant, lorsque l'Europe et les Etats-Unis se sont sentis «menacés» par l'importation généralisée du textile chinois, des mesures protectionnistes ont été prises sans que personne crie au scandale ! D'autres pays émergents, comme l'Inde, interdisent parfois l'entrée de marchandises qui mettent leur propre production en danger ! Tout récemment, la plus grande démocratie du monde et la puissance la plus libérale a encouragé le protectionnisme, taxant lourdement les produits importés. L'objectif est de réindustrialiser le pays et de lutter contre le chômage. Pourquoi pas nous ? - Non, ce n'est pas pour nous. L'industrie, c'est du gâchis et le bon choix serait de s'occuper exclusivement d'agriculture, de tourisme et de PME... Ah, l'agriculture et le tourisme ! Franchement, n'est-ce pas revenir à l'époque coloniale ? L'Algérie était un pays agricole qui exportait une variété de produits de bonne qualité vers la métropole. Le tourisme n'existait pas encore sous forme d'industrie moderne mais des Français venaient visiter les «colonies». Quant aux matières premières dont regorge notre sous-sol, elles étaient également acheminées vers les grands centres de l'industrie française. On nous proposait, ni plus, ni moins, de revenir à cette conception dépassée et contraire aux intérêts nationaux. Il n'y a pas que les néocoloniaux qui nous conseillent d'abandonner la voie industrielle ; beaucoup de théoriciens algériens recommandent de privilégier l'agriculture et de laisser tomber l'activité secondaire en s'appuyant sur les supposés déboires de l'expérience algérienne des années 70 !

A

POUSSE AVEC EUX ! Par Hakim Laâlam

hlaalam@gmail.com @laalamhakimus

Pourtant, c'est cette expérience unique en Afrique, cette courte parenthèse où le génie algérien a pu briller et exceller dans divers domaines, qui fait encore notre fierté. Oui, l'industrie industrialisante n'était pas une fantaisie, un caprice révolutionnaire ruineux, comme l'affirment certains. Avec très peu de moyens comparativement à la situation financière présente, l'Algérie a pu développer des industries sidérurgiques, mécaniques, pétrochimiques, chimiques, textiles, agroalimentaires, du cuir, etc. qui ont permis de répondre aux besoins des secteurs-clés et d'offrir des centaines de milliers de postes de travail, tout en propulsant la société algérienne dans la modernité. Il y a quelques années, lors de l'inauguration d'une usine - qui existait déjà et qui produit désormais des tracteurs Massey Ferguson -, personne, ni dans la grande presse, ni dans les discours officiels, n'a rappelé que cette unité était le pur produit de l'industrie de Boumediène - Abdesselam et qu'elle a fabriqué, durant plus de trente années, ces beaux «Cirta», tracteurs très demandés par nos agriculteurs et ceux des pays voisins ! Rares ont été ceux qui avaient signalé que les moteurs destinés aux nouveaux tracteurs sont de pure fabrication algérienne - sous licence allemande - et que leur production date de la même époque. Un exemple parmi d'autres, qui devrait inciter les responsables actuels à revenir à la conception des années 70 et à privilégier cette industrie industrialisante qui est exactement le contraire de l'industrie d'assemblage dite du «tournevis». Un autre exemple de la mauvaise planification dans l'industrie est cette usine Cital qui assemble des rames de tramway. Nous avons dénoncé la supercherie lors de son inauguration. Nous avions prévu sa fermeture aussitôt le dernier tram livré en Algérie ! Elle n'est d'aucune utilité car elle n'emploie pas beaucoup de monde, ne peut pas avoir dans l'immédiat un taux d'intégration appréciable et ne répond qu'à des besoins conjoncturels. Il a suffi d'ailleurs que le carnet

de commandes se désemplisse pour que les responsables de l'usine crient à la crise et au risque de fermeture ! Le tramway - très coûteux et inadapté à des centres-villes aux artères très étroites - est un mauvais choix. A la limite, il ne serait à sa place que dans les nouveaux centres urbains qui côtoient nos grandes villes. Il suffisait de garder tout cet argent pour des projets plus utiles et développer le transport par autobus, tout en dotant deux ou trois métropoles de métro dans les règles de l'art. Par ailleurs, et puisque le projet a été installé à Annaba, on aurait pu feuilleter l'histoire locale qui nous dit qu'il y avait, dans cette ville, une grande usine de fabrication de wagons de chemins de fer tombée en ruine depuis les «privatisations» ciblées qu ont assassiné l'industrie algérienne ! Les chemins de fer ! Voilà un secteur essentiel, rentable et d'avenir car il faudra bien mettre des trains sur ces milliers de nouvelles lignes ferroviaires. Il faut y penser dès maintenant et, pourquoi pas, spécialiser Cital dans la production de wagons de marchandises, miniers et de voyageurs en lui joignant l'ancienne usine de Ferrovial (ex-SN Métal). Tant que nous n'aurons pas mis en place un plan audacieux de remise en marche de ce formidable potentiel industriel, tant que nous n'aurons pas compris que la terre ne déménagera pas et que son tour viendra quand nous aurons bien assis une bonne organisation foncière et mis la production planifiée à la tête de nos préoccupations, tant que nous n'aurons pas compris que le tourisme ne peut être une primauté dans un pays du Tiers-Monde sérieux (où en sont l'Egypte et la Tunisie ?), l'importation aura de beaux jours devant elle. Pourtant, quelques signaux verts sont émis de temps à autre. La nouvelle usine sidérurgique de Bellara ou le complexe phosphatier d'Oued Kéberit (dont les travaux tardent à démarrer), nous montrent que le retour aux options fondamentales de l'industrie industrialisante est la voie de la sécurité économique que nous aurions dû continuer à emprunter.

Par Maâmar Farah farahmadaure@gmail.com Rien ne nous empêche de reprendre ce chemin pour une politique massive, hardie, d'industrialisation sans laquelle il n'y aura pas d'économie prospère en Algérie. Nous avons les premières matières en quantité et en qualité : l'uranium, l'or, la bauxite, le manganèse, le zinc, le plomb, le cuivre, le fer, le phosphate, le molybdène, la magnétite, la barytine, le wolfram, l'étain... Toutes ces richesses sont livrées à des sociétés privées qui n'ont aucune politique de transformation in situ et qui les exportent vers les industries étrangères ! Nous avons une main-d'œuvre qui peut être formée en peu de temps. Nous avons une énergie parmi les moins coûteuses au monde. Alors, vient à l'esprit cette question qui nous taraude : qui a intérêt à importer davantage de produits manufacturés, souvent du bric-à-brac de qualité douteuse provenant d'Asie ? M. F.

Le syndrome gaulois !

Syrie ! Plus de 70 morts dans des affrontements entre deux groupes «djihadistes».

Sivouplé, que personne n’intervienne pour séparer ces Frères ! Décidément, 132 ans auront laissé plus que des traces. Plus qu’une histoire. Un lien psychotique ! Inversons un peu les choses, et tentons de retourner le scénario : quelques mois avant 2019, un des candidats à la présidentielle algérienne, si elle se tient en 2019, bien sûr, si elle compte plusieurs candidats, bien sûr débarque à Roissy-Charles-de-Gaulle. Il est accueilli au bas de la passerelle par la crème de la crème des autorités françaises, le Premier ministre en tête. Il est conduit au salon d’honneur où les p’titsfours et le champagne hallal lui sont servis, une forêt de micros et un mur de caméras l’entourant soudaintout-à-coup, le tout éclairé comme un 14 Juillet par les flashs des centaines de photographes de presse présents. Ensuite, le candidat algérien à la présidentielle testera ses mocassins sur tous les tapis de velours rouge que la République française rose de confusion énamourée lui déroulera. Notre candidat sera invité – que dis-je ? – supplié de rallumer la flamme du soldat

Le Soir sur Internet : http:www.lesoirdalgerie.com E-mail : info@lesoirdalgerie.com

inconnu. On l’implorera de venir prononcer quelques mots devant des étudiants de Science-Po bavant devant sa beauté irradiante. Le moindre de ses déplacements bloquera toutes les artères de Paris ville lumière. D’ailleurs, à propos de lumières, la tour Eiffel sera, comme de bien entendu, illuminée aux couleurs de Leicester, le club préféré des Algériens (Oui, je sais, plus pour longtemps ! ). Le candidat à la présidentielle algérienne ira ensuite dans la réserve poussiéreuse du Musée de l’Homme pour y lire la Fatiha par-dessus les crânes de nos ancêtres encore détenus là-bas. A peine sorti du musée, il réunira illico presto, autour d’une bonne table parisienne, tout le MEDEF au garde-à-vous et donnera dans le détail, pour les cinq prochaines années, la tendance lourde, moyenne et légère des rapports économiques et sentimentaux entre les deux capitales. Il se pourrait même qu’il aille jusqu’à promettre une forme light de repentir algérien des exactions commises par l’ALN et le FLN contre les valeureux soldats français durant la «rébellion» de 54 à 62. Ensuite, et seulement ensuite, les Français, à contrecœur, le laisseront revenir en Algérie. Où il pourra à loisir fumer du thé et rester éveillé à notre cauchemar qui continue. H. L.


Le soir d'algérie du jeudi 16 février 2017