Page 1

Conception et rédaction : Sophie Jeleff

Direction éditoriale et coordination graphique :

Division de lʼInformation Publique du Conseil de lʼEurope Mise en page : The Big Family

Illlustrations : Frédérique Ligier-Cmolik Réalisé par la Direction de la Communication du Conseil de lʼEurope - octobre 2010


www.coe.int/47countries1europe www.coe.int www.book.coe.int

Visualisez la carte des Etats membres :

La Grande Europe, quʼest-ce que cʼest ? Un vaste territoire, qui sʼétend de lʼIslande au nord-ouest, à lʼAzerbaïdjan au sud-est. Le Conseil de lʼEurope représente ainsi lʼespace de la Grande Europe.

47 pays membres

Fondé le 5 mai 1949 par 10 États (la Belgique, le Danemark, la France, lʼIrlande, lʼItalie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège, la Suède et le Royaume-Uni) rejoints par la Grèce et la Turquie en août 1949, le Conseil de lʼEurope compte aujourdʼhui 47 États membres avec les adhésions de : ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

● ● ●

● ●

lʼAllemagne et lʼIslande (1950), lʼAutriche (1956), Chypre (1961),

la Suisse (1963), Malte (1965),

le Portugal (1976), lʼEspagne (1977),

le Liechtenstein (1978), Saint-Marin (1988),

● ● ● ● ● ● ●

la Pologne (1991),

la Bulgarie (1992),

lʼEstonie, la Lituanie, la Slovénie, la République slovaque, la République tchèque, la Roumanie (1993), lʼAndorre (1994),

la Lettonie, lʼAlbanie, Moldova, lʼ«ex-République yougoslave de Macédoine», lʼUkraine (1995),

la Fédération de Russie, la Croatie (1996), la Géorgie (1999),

lʼArménie, lʼAzerbaïdjan (2001), la Bosnie-Herzégovine (2002), la Serbie (2003), Monaco (2004),

le Monténégro (2007).

la Finlande (1989), la Hongrie (1990),

Ne pas confondre le Conseil de lʼEurope avec lʼUnion européenne, lʼinstitution qui rassemble 27 pays membres.

Le Conseil de lʼEurope porte sa voix au-delà du continent. 5 autres pays disposent du statut dʼobservateur auprès de lʼOrganisation : le Saint-Siège, les États-Unis, le Canada, le Japon et le Mexique.

Deux langues officielles

Le français et lʼanglais sont les deux langues officielles du Conseil de lʼEurope. Lʼallemand, lʼitalien et le russe sont utilisés comme langues de travail.


Un moteur e de recethde’arcctiohns d’idées

is corps au de lʼEurope a pr ue iq lit po et oj Le pr diale. Il visait nde guerre mon co se la de n ai t lendem é à ce continen ix et la prospérit s le à apporter la pa et s guerre déchiré par les trop longtemps atrocités.

e, en 1949, est nseil de lʼEurop La création du Co à lʼédifice de la pierre apportée bien la première ganisation est péenne. Cette Or ro eu n io ct tru cons des institutions plus ancienne véritablement la pe. entales en Euro intergouvernem

age dʼun grand urope est à lʼim lʼE de l ei ns Co Le s de paix, rtagées : valeur pa s ur le va de réseau ocratie et dʼEtat omme, de dém de droits de lʼh eiller auprès de un rôle de cons de droit. Il joue grands thèmes bres sur tous les em m s at Ét 47 s se le débat et un forum pour nt ra off , ité al dʼactu sation de Strasidées. LʼOrgani x les échanges dʼ différents fléau e en outre aux i ns ai bourg sʼattaqu t és, fixan acer nos sociét en m t en uv pe i ns qu s libertés da les droits et le la norme pour lʼespace de la » que constitue lʼimmense « toile . Grande Europe

de lʼEurope ans, le Conseil 60 de us pl is e Depu eur de recherch authentique mot agit comme un ! inent ns pour le cont dʼidées et dʼactio


tions x grandes ques au s se on p ré des ent t périodiquem urope apporte n le lʼE b e d em il ss se ra on Le C ds forums se ur cela, 4 gran dʼactualité. Po re : pour en débatt posé Ministres est com Le Comité des aires étrangères

s des Aff des 47 ministre permanents. représentants ou de leurs présentant de décision re Cʼest lʼinstance des États, gouvernements directement les ation et le et de lʼOrganis qui fixe le budg tivités. programme dʼac

regroupe

arlementaire ux LʼAssemblée p rlements nationa

nts des pa des représenta Européens nom de tous les au er im pr ex sʼ pour ute des sujets LʼAssemblée disc qui les ont élus. commandations is adresse des re de son choix pu que celui-ci Ministres afin s de ité m Co au ns chaque ns proposées da tio ac s le e ut rc répe ope. Conseil de lʼEur pays membre du

x et pouvoirs locau Le Congrès des tants en és pr e assemblée de re régionaux est un s et on gi des ré

pays au niveau élus dans leur du citoyen. s, au plus près ité al ip ic un m s de lien vital des OING est un La Conférence cit et les oyens, sables politiques entre les respon ciété. la voix de la so et fait entendre


www.coe.int/cm

www.assembly.coe.int

www.coe.int/Congress www.coe.int/ngo

breux e traite de nom des op ur lʼE de l ei Le Cons En voici s assemblées. sujets dans se nts : exemples réce mes ncontre des fem la violence à lʼe démocratie le respect de la diciaire la corruption ju ion la liberté de relig nancière es de la crise fi les conséquenc ineurs internet et les m les médias sur ue gement climatiq les défis du chan jeu stratégique lʼeau comme en le respect terrorisme dans la lutte contre le omme des droits de lʼh onaux les conflits régi uvelables les énergies reno t en em nn iro et lʼenv

discussions du Conseil de lʼEurope dans les forum

tés n ns, textes adop délibératio traités, conventio adoption de

dation recomman chaque pays à prendre dans de mesures

eil lle pour le Cons Valeur essentie démocratie de lʼEurope, la t de gouvernemen est une forme s le lequel ce sont dʼun pays dans rs cident à trave citoyens qui dé n. ur participatio leur vote et le e lʼEurope effectu Le Conseil de s se gulières dans des missions ré ur sʼassurer que pays membres po e t bien respecté la démocratie es s rès sont réalisé ou que des prog dans ce sens.


droits enfant – a des e, m m fe e, m tant quʼêtre umain – hom n identité en Chaque être h so t n se is in fournit qui déf de lʼEurope en il se fondamentaux on C le s, plus de 60 an humain. Depuis ion. tils de protect ou x au p ci n ri p les

s ation pour plu ig av n e d l ti u o Un de libertés oits de

s dr européenne de La Convention texte créé par instrument, un lʼhomme est un urope, qui : le Conseil de lʼE de penser, de oit à la liberté - protège le dr à la sécurité, le droit à la vie, sʼexprimer, le droit de voter ; er des biens, le droit de posséd inhumains, , les traitements re rtu to la it rd - inte , et lʼexclusion ort, lʼesclavage la peine de m ngers. collective dʼétra lʼEurope ont es du Conseil de br em m s at Ét s Le engagent ainsi nvention. Ils sʼ Co la é gn si us to amentaux de r les droits fond te ec sp re ire fa à ur territoire. lʼhomme sur le cette planète s de paix sur « Il nʼy aura pa seront violés ts de lʼhomme oi dr s le e qu tant que ce soit.» rtie du monde en quelque pa

René Cassin

Côté Cour

er à la Cour oit de sʼadress dr le a n ye to e Tout ci me sʼil considèr s droits de lʼhom é. ol vi européenne de é ét taux a oits fondamen , quʼun de ses dr s dans son pays ur sé tous les reco ui ép r oi av s ur rè Ap ès de la Co . e requête aupr un s or al e ul se il form t en question à e et oblige lʼÉta s le us La Cour délibèr To arrêt). n jugement (son n tio conformer à so en r la Conv ur sʼappuient su arrêts de la Co Les audiences ts de lʼhomme. oi dr s de ne en europé oits de lʼhomme, u au Palais des dr de la Cour ont lie à Strasbourg. it r la Cour ont tra arrêts rendus pa e ré du La plupart des la à e et gement équitabl t es sʼ au droit à un ju ais la Cour e judiciaire, m ur éd oc pr ts la je de nombreux su oncée sur de également pron t, lʼeuthanasie, que lʼavortemen , de société tels ge domestique orelles, lʼesclava s ne les fouilles corp sig le port de s homosexuels, lʼadoption par de tion des sources ec écoles, la prot s le ns da ux ie relig estions touchant et même des qu journalistiques, ent. à lʼenvironnem


www.human-rights-convention.org www.echr.coe.int

www.coe.int/socialcharter

www.coe.int/commissioner www.cpt.coe.int

e ale européenn La Charte soci lʼEurope qui garantit

est les l de ei ns Co du il év lʼout traité pr oit économiques. Ce et x au ci so ts droi de logement, oits en matière dr s de t en m m nota n sociale, ciremploi, protectio n, io at uc éd é, sant scrimination. rsonnes, non-di culation des pe

rope Une Grande Eu ort sans peine de m ussi à imposer lʼabolition

urope a ré Le Conseil de lʼE États membres. le dans tous ses ta pi de la peine ca olie. Nul ne e de mort est ab in pe La – 1 le « Artic exécuté. » une telle peine ni à né am nd co s peut être européenne de à la Convention (Protocole n°13 me). droits de lʼhom

e aux droits Le Commissair uête de lʼhomme enq

la issaire examine ndante, le Comm pe dé in ys ce pa an , st pe In e en Euro oits de lʼhomm ts situation des dr t des instrumen ec sp veiller au re de n afi , ys pa r pa urope. du Conseil de lʼE

ntes dʼenquêtes réce Quelques pistes plus jeunes ? en us

● Les délinquants en

prison de pl

, nes handicapées

● Les droits des pesprsecontés ? toujours bien re

● Les enfants roms et

à leur droit dʼaller

lʼécole

ge des données

● La police et le ficha

ent) é, eau, hébergem

(sant ● Le droit à la vie ch atiques ? angements clim menacé par les

● Les minorités et les par la police

ents contrôles fréqu

euses roristes, respectu

er ● Les mesures antitom me ? des droits de lʼh

ciété Bien-être en sodroits individuels, mais aussi

des s Lʼêtre humain a lations avec le régissent ses re i qu un dʼ e riv des droits ar ʼil rsqu été, au travail, lo autres : en soci la vie active... de e tir re quʼil se autre pays, lors été quand une soci ciale intervient mfe : es La cohésion so br mem tre de tous ses s, ée âg s assure le bien-ê ne on , pers enfants, jeunes , rs eu ill va mes, hommes, tra ers, icapées, étrang personnes hand -emploi. retraités, et sans

s .. peu ordinaire Visites de sites. pas aux portes

tent omme ne sʼarrê Les droits de lʼh détention. de ux dʼautres lie des prisons ou eil de lʼEurope orture du Cons tit an ité m Co Le juristes, visite médecins et de de sé po m co (CPT), de police, des s commissariats des prisons, de ute lʼEurope. atriques dans to hôpitaux psychi dʼhébergement, nditions de vie, co s le e rifi vé Il , et adresse é dans ces lieux nt sa de et e èn dʼhygi s tiennent États pour quʼil x au s ire ta en ses comm ns. recommandatio compte de ses


de lʼenfant our que la voix p te ili m e p ro concernent : lʼEu cisions qui les Le Conseil de dé s de es is pr tribunal... e sont le quartier, au ns résonne lorsqu da , ge lla vi cole, au à la maison, à lʼé une rs un enfant est La violence enve e. Elle peut être

oits de lʼhomm violation des dr nt obligés de e les enfants so qu rs lo : e bl si vi rsquʼils vivent exploités, ou lo travailler, sont cole : existe aussi à lʼé dans la rue. Elle ions envers élèves, les agress tre en es nc le les vio ls, les insultes, le racket, les vo s, ur se es of pr s de olaires. ns les locaux sc le vandalisme da e et sʼexerce ence est secrèt Souvent, la viol être protégé, lʼenfant devrait où ux lie s de dans de placement. ns les institutions da ou e ill m fa en logique, ses ence est psycho Lorsque la viol mais tout aussi ns perceptibles traces sont moi re indirecte, ce peut aussi êt en ol vi La . es st néfa vidéo, ou dans ns certains jeux par exemple da p agressives. mmerciales tro des pratiques co


www.coe.int/children www.coe.int/childprotection

www.coe.int/corporalpunishment

», contre la fessée n ai m la z ve « Le ir e pour promouvo

ces gard des violen Tolérance 0 à lʼé nts faites aux enfa té la

nseil de lʼEurop campagne du Co e ns violence. Un des enfants sa une éducation », r ncer », « secoue , une gifle, « pi « petite » tape s atteintes aux s » sont déjà de lle ei or s le er tir ou « es s des dommag t, que dire alor droits de lʼenfan ts ! Les châtimen ues et mentaux graves, physiq its interd à physiques – sont ns tio ni pu ou – corporels s à la maison ? alors pourquoi pa , pe ro Eu en le lʼéco

e a adop nseil de lʼEurop En 2007, le Co n des enfants ur la protectio Convention po us sexuels, le tion et les ab ita lo xp lʼe re cont r ational à défini juridique intern e xt te r ie em pr tation sexuelle formes dʼexploi les différentes pénales, y des infractions e m m co s nt fa des en maison ou au s commis à la ce vi sé s le is pr com e. sein de la famill rope, 1 enfant ujourdʼhui en Eu On estime quʼa est victime r 10 au moins su te ul ad e un ou 1 je t être affectées victimes peuven s Le el. xu se us dʼab s e de leur vie. Le es pour le rest par ces épreuv t enfants peuven e sexuel sur les abus à caractèr : lʼinceste (une breuses formes prendre de nom proche), la avec un parent le el xu se n tio rela la pédophilie la prostitution, pornographie, . Ils peuvent être ession, la traite organisée, lʼagr sur internet, ns les médias, da : ut rto pa is comm t majoritairemen te quʼils sont ta ns co on s ai m r lʼentourage de la famille, pa commis au sein proche.


Sur un terrain de sport, ex aequo signifie égalité. Entre les hommes et les femmes ou entre les filles et les garçons, lʼégalité doit être un but commun. Dans les textes officiels, les femmes et les hommes sont égaux en droit, mais dans la vie de tous les jours, trop de femmes et de jeunes filles sont encore les premières victimes de lʼexploitation, de la violence à la maison, du chômage, du viol, de la discrimination.


www.coe.int/equality

Lʼégalité ne sʼoppose pas à la différence. Dans son combat pour lʼégalité des sexes, le Conseil de lʼEurope rappelle que derrière le mot « égalité », il y a :

la visibilité : hommes et femmes doivent pouvoir accéder aux mêmes emplois et aux mêmes carrières professionnelles. Les filles et les garçons devraient accéder aux mêmes parcours scolaires, afin dʼêtre égaux dans le choix de leur future carrière.

lʼautonomie : hommes et femmes doivent avoir le même degré de

liberté ; ils ne doivent pas dépendre lʼun de lʼautre, ni se maltraiter ou être violent verbalement ou physiquement lʼun envers lʼautre.

la reconnaissance : à travail égal, les hommes et les femmes doivent recevoir le même salaire.

la participation : hommes et femmes doivent participer de la même façon à la vie politique et publique, aussi bien que dans le cadre privé et familial. Les différences de sexe nʼinduisent pas des différences de droits.


er, parfois ent de progress ss ce ne e gi lo chno a développé un édecine et la te eil de lʼEurope La science, la m ns Co Le n. ai pagner le de lʼêtre hum censées accom ns io ex au détriment fl ré de e int de rencontr gles morales et bioéthique, le po ensemble de rè la t es Cʼ . es al iences médic progrès des sc de lʼhomme. ine et les droits entre la médec es les contenant tout ADN : molécule réalisation cessaires à la informations né ppements nt. Les dévelo dʼun être viva nouvelles cherche et des rapides de la re s à ADN », mme les « puce technologies, co à réfléchir nseil de lʼEurope conduisent le Co juridiques tions éthiques et es qu s de ur to au génétique. plications de la posées par les ap ien et (du grec eu=b ort douce, : littéralement m thanatos=mort) isation de e. Désigne lʼutil sans souffranc provoquer és à anticiper ou procédés destin extrêmes r les souffrances la mort et abrége curable. dʼun malade in estions et ulève bien des qu so ie as an th eu Lʼ et au sein dans la société des polémiques un crime urope : est-elle du Conseil de lʼE -on aider e de soins ? Peut ou un acte ultim à mourir ?

Euthanasie :

développremier stade du animal) ou (dans le règne pement de lʼœuf tal). Chez gé ans le règne vé de la graine (d semaine, on r de la huitième lʼhomme, à parti t lʼembryon À quel momen parle de fœtus. aine, quand personne hum e un il ten vi de égé ? doit-il être prot roversées tions très cont Autant de ques n les pays, es diffèrent selo dont les répons s. les philosophie les religions ou it dans sa rd lʼEurope inte Le Conseil de dʼutiliser r la bioéthique Convention su édicale à la dʼassistance m les techniques nner le sexe vue de sélectio procréation en nstitution , ainsi que la co du futur enfant cherches. ains pour des re dʼembryons hum

Embryon :

lʼidentique reproduction à individu à un gène ou dʼun dʼune cellule, dʼ lʼEurope N. Le Conseil de partir de son AD ns ai . ge dʼêtres hum interdit le clona

Clonage :

de lʼâme . » ʼest que ruine n ce n ie sc n co ais, 1532 « Science sans François Rabel


www.coe.int/bioethics/fr

contraction de gne lʼenmosom il dési gène et de chro que lʼon ériel génétique semble du mat recherche ez lʼhomme. La peut retrouver ch e à pas de maine progress en génétique hu ibilités de nouvelles poss géant et offre de . rtaines maladies guérison pour ce ce que les urope veille à Le Conseil de lʼE s ne soient s tests génétique recherches ou le médicales. autres fins que pas utilisés à dʼ

n : Génome humai e,

n dʼorganes :

Transplantatio

tissus sur un organe ou de dʼ t en em èv él pr gane ou de greffe de cet or une personne et . Le Conseil e autre personne ces tissus sur un culier sur lʼaccent en parti de lʼEurope met lisation et non-commercia le principe de la dʼorigine re de substances du don volontai organes. pêcher le trafic dʼ humaine pour em

tation :

Xénotransplan

de tissus dʼorganes ou transplantation humain. Le ale sur un être dʼorigine anim nombreuses ope énonce les Conseil de lʼEur technique, endre avec cette précautions à pr contre les e en particulier mettant en gard veur et à mission, au rece risques de trans ez lʼanimal virus présents ch ses proches, de source.


Ian, 15 ans, publie des articles sur un blog quʼil partage avec quelques amis. Il souhaite en écrire un sur la liberté dʼexpression en Europe et sʼarrange pour décrocher une interview avec un représentant du Conseil de lʼEurope, pour tenter dʼen savoir plus...

Ian : En quoi consiste, pour vous, la liberté dʼexpression ? La liberté dʼexpression fait partie intégrante de la démocratie. Comme le dit lʼarticle 10 de la Convention européenne des droits de lʼhomme du Conseil de lʼEurope, « toute personne a droit à la liberté dʼexpression ».

Ian : Pouvez-vous me citer un exemple ? Lorsque des jeunes sʼattirent des ennuis pour avoir exprimé sur le web des opinions différentes et critiques à lʼégard des activités de leur gouvernement, cʼest une atteinte à leur liberté dʼexpression.

Ian : Quʼen-est-il des médias ? Les médias doivent être indépendants et libres dʼexprimer tout lʼéventail des opinions publiques de leur pays.

Ian : Que se passe-t-il quand tous les médias appartiennent aux mêmes personnes ? La concentration des médias entre les mains de quelques-uns constitue un danger pour la liberté dʼexpression. Lorsque les médias sont accaparés par un petit nombre de groupes multimédias très puissants, la diversité des sources sʼen trouve menacée.

Ian : La Cour européenne des droits de lʼhomme joue-t-elle un rôle dans la protection de la liberté dʼexpression ?

La Cour joue un rôle essentiel partout où la liberté dʼexpression est mise en cause. Au cours des trente dernières années, elle a rendu de nombreuses décisions protégeant ce droit fondamental.

Ian : La liberté dʼexpression connaît-elle des limites ? Oui, certaines limites doivent être posées. Il faut notamment combattre les discours racistes et xénophobes, tout comme il ne faut pas porter atteinte à la présomption dʼinnocence dʼune personne dans un reportage. La liberté des médias nʼest pas non plus synonyme de droit dʼingérence dans la vie privée dʼautrui ni de droit de diffusion des informations diffamatoires gratuites et sans fondement. Ian : Existe-t-il des circonstances dans lesquelles la liberté dʼexpression est particulièrement menacée ? Dans une démocratie, la liberté dʼexpression et dʼinformation est essentielle à tout moment, mais elle devient dʼautant plus importante en temps de crise, en période de guerre ou en cas de menace terroriste. Les gouvernements ne doivent pas profiter de ces situations, sous prétexte de garantir la sécurité des personnes, pour limiter la libre circulation des professionnels des médias ou lʼaccès à lʼinformation. Les journalistes doivent également pouvoir conserver leur droit de ne pas révéler leurs sources.


www.twitter.com/councilofeurope

www.facebook.com/pages/council-of-europe/42276542714 www.youtube.com/user/councilofeurope www.coe.int/files/media-freedom/fr

Ian : Et lorsquʼil faut combattre le terrorisme ? La libre circulation des informations et des idées est lʼun des moyens les plus efficaces pour promouvoir la compréhension et la tolérance, et donc pour prévenir et combattre le terrorisme. Ian : Arrive-t-il en Europe que des journalistes soient menacés ? Il arrive dans certains cas que des journalistes soient harcelés par la police, emprisonnés sans motif et parfois même assassinés, simplement pour avoir exercé leur métier. Le Conseil de lʼEurope réagit chaque fois que cela se produit.

Ian : Que fait le Conseil de lʼEurope pour la télédiffusion ? Depuis plus de quinze ans déjà, le Conseil de lʼEurope sʼintéresse à la libre circulation des programmes de télévision entre les États membres, à la liberté de réception des programmes, à la responsabilité des diffuseurs, au contenu de la programmation, à la publicité. Tous ces sujets sont traités dans le cadre de la Convention européenne sur la télévision transfrontière, un texte qui sʼadapte aux dernières évolutions. Ian : Quelle influence exerce internet sur la liberté dʼexpression selon vous ?

Internet a donné un nouvel élan à la liberté dʼexpression et dʼinformation. Pour le Conseil de lʼEurope, lʼaccès à lʼinformation sur internet ne doit être ni contrôlé ni restreint mais sʼautoréguler, et lʼanonymat des utilisateurs doit être préservé. Mais certaines mesures doivent être prises, en particulier pour protéger les enfants.


argent, blanchiment dʼ e, m is or rr te , s tion ssent dans no oitation, corrup éaux qui sévi fl Racisme, expl de nt ta de au l é, drogues... nce du Consei cybercriminalit pper à la vigila ha éc s de pa e t br en m no i ne doiv ose un certain op pr sociétés et qu rg ou sb ra anisation de St lʼEurope. LʼOrg ttre. ées à les comba in st de es ur es m

ins lʼégard de certa lʼintolérance à er ag Le racisme et op t à se pr inorités tenden m ou s pe tio ou gr is sa créa n, ropéenne. Depu eu é ét ci so la dans contre ces ne cesse dʼagir e op ur lʼE de l ne le Consei on européen La Commissi t ba m phénomènes. co ce (Ecri) e et lʼintoléran sm ci ra le , re ns nt io co scriminat violences, de di de es rm fo s le toutes r, la langue, la race, la couleu à s lié és ug éj et les pr ine nationale ou tionalité et lʼorig la religion, la na ethnique.


www.coe.int/ecri

www.coe.int/greco

www.coe.int/trafficking www.coe.int/moneyval

www.coe.int/files/terrorism/fr www.coe.int/pompidou

ent public, un t quand un ag es cʼ n, tio up rr La co médecin ou un ge, un élu, un policier, un ju fo nc tio n po ur pr of ite de sa ar bi tr e sp or tif actions liées à la ontant des trans sʼ en ri chir. Le m es de milliards lʼordre de centain de it ra se n io pt corru oi le Conseil e. Cʼest pourqu né an ue aq ch s dʼeuro dʼÉtats contre vers son Groupe er de lʼEurope, à tra États à réform reco), aide les r tte lu la corruption (G s afin de et leurs pratique ns tio itu st in s leur contre ce fléau.

et le trafic dʼêtres humains

Des milliers dʼhommes, de femmes et dʼenfants sont chaque année victimes en Europe dʼune forme ou dʼune autre dʼexploitatio n. Le Conseil de lʼEurope, à travers sa Convention sur la lutte contre la traite des êtres humains, entend protéger les victimes, affir mer leurs droits et poursuivre les auteurs de tels acte s.

s s dissimule se uant de drogue s de Lorsquʼun trafiq ns da issant en les réinvest nt ge gains illégaux ar chit » son on dit quʼil « blan activités légales, les formes de es favorise tout ue iq at pr tte Ce sale. drogues, le trafic mpris le trafic de criminalité, y co rruption. titution et la co t dʼarmes, la pros re le blanchimen urope lutte cont lʼE de l ei ns s ce Co Le qui traite de à la convention dʼargent grâce questions.

Pas un jour ne passe san s que de nouvelles victimes quelque part dan s le monde meurent dans un attentat terroriste. Après les attentats successifs perpétrés à New York, Washington, Istanbul, Madrid et Londres, le Conseil de lʼEurope a intensifié ses efforts pou r inciter les gouvernements à poursuivre les rés eaux terroristes en justice, mais aussi à recher cher les facteurs sociaux qui poussent certain es personnes à de tels actes extrémistes. Véritable menace pour les droits de lʼhomme et la démocratie, la propagand e diffusée par les réseaux terroristes via interne t constitue un autre grand défi à relever.

seulement ogues est non dr de n io at m i La consom duel mais auss mal-être indivi e un révélatrice dʼun ée ogue cr sociétal. La dr dʼun mal-être consomme. i lʼindividu qu en ez ch ce an nd dé pe en parler ivent pouvoir do s nt re pa et au Enfants it exister tant le dialogue do ouvertement et l. ternationa quʼau niveau in niveau national ble 35 États dou, qui rassem pi m Po pe ou Le Gr si que la de lʼEurope (ain l ei ns Co du t membres urage le déba ropéenne), enco le r su Commission eu s et experts nnels, politique entre professio leur combat les pays dans nt ie ut so et n, terrai de drogues. contre le trafic


Plus dʼun milliard dʼutilisateurs dans le monde... Si internet a un impact énorme sur la société, il en est malheureusement de même pour la criminalité par internet - ou cybercriminalité. Le Conseil de lʼEurope est la première organisation à avoir rédigé une Convention sur la cybercriminalité au niveau international. Les cybercriminels ne connaissent pas de frontières et peuvent opérer à partir de nʼimporte quel pays !


www.coe.int/cybercrime

www.coe.int/internet-literacy/fr www.wildwebwoods.org

les malwares ou codes et programmes malveillants, qui peuvent être des virus, des vers, des chevaux de Troie, des logiciels espions, des bots ou des botnets les entreprises criminelles qui utilisent des outils comme les botnets, sortes de programmes robots le spam, publicité envoyée massivement aux internautes, qui constitue non seulement une nuisance mais qui est aussi vecteur de logiciels malveillants la pornographie pédophile et la progression de lʼexploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales sur internet

la diffusion de tracts haineux et fanatiques au moyen de sites web ou de spams le terrorisme sur internet (attaques contre des infrastructures névralgiques, recrutement, financement, propagande) le piratage, le vol dʼidentité, la fraude ou le blanchiment dʼargent, dans le but de réaliser des profits illicites la criminalité économique par des attaques visant spécifiquement certains utilisateurs, groupes, organisations ou industries la criminalité liée au développement du commerce électronique, des sites communautaires et du « cloud computing » (lʼinformatique « dans les nuages », ou lʼutilisation de mémoires et de système de calcul en réseau).

Lʼutilisation dʼinternet devrait être encouragée, tant quʼelle a lieu en toute sécurité.

Le Conseil de lʼEurope sʼemploie à réduire le risque pour les jeunes de se retrouver sur des sites web inappropriés ou dʼentrer en contact avec des personnes mal intentionnées.

Trois « W » comme Wild Web Woods : jeu mis en ligne par le Conseil de lʼEurope pour permettre aux jeunes dʼapprendre les règles basiques de sécurité et bien naviguer sur internet.


i. Lʼidentité est bien celle-c en pé ro eu et proj onnes, me le mieux le versité des pers su di ré : i ité qu rs ie ve ph di de la La philoso x autres pour que le produit es les unes au ent nʼest autre né in nt on ti co di e tr ad , no de des cultures s histoires et des origines, de rope ! ʼon appelle Eu qu ut to un er form

lées en ngues sont par Plus de 200 la cielles de nt les langues offi ue cl in s le El e. multitude Europ mais aussi une

embre, chaque État m Ces langues et minoritaires. s ale on gi ré es de langu e et risquent de forme écrit rs ou uj to s pa nʼont qui sʼéteint Chaque langue . tre aî ar sp di donc de e culture, disparition dʼun la le el ec av e entraîn . dʼun patrimoine dʼune tradition, linguistique, le r cette richesse e Pour sauvegarde e charte, signé ope a élaboré un er lit ci fa Conseil de lʼEur à ys pa i encourage les par 24 États, qu ales et minoon gi ré s ue s lang s la pratique de lʼécole, dans le vie publique, à ritaires dans la s. ia ou dans les méd cours de justice


www.coe.int/minlang www.dosta.org

www.coe.int/holocauste

www.coe.int/youthcentres

www.youth-partnership.net

orités Majorité – Min

s s continents, le me sur les autre de rs ho En Europe, com stallent déplacent, sʼin ir populations se ller, pour réun ai av tr ine pour e vi de s leur pays dʼorig on conditi pour fuir des la famille ou pays dʼorigine. difficiles dans le européens sont lations des pays ys Ainsi les popu iginaires du pa s personnes or ce an en ov constituées de pr ns en et des populatio (les majorités) s minorités). dʼautres pays (le à États membres urope incite ses ts oi dr s Le Conseil de lʼE de s tueuse politiques respec développer des des personnes et és gi des réfu e des minorités, t à sʼassurer qu erche égalemen s de le ib déplacées ; il ch ss po stion t la meilleure ge és gr té in tous les pays on nt nts so et que les migra flux migratoires ys. pa ts en ér ff les di avec succès dans

ire Raconter lʼhisto re, alors raconter lʼhistoi

du voyage Roms et Gens du Voyage sont

s manières de Il y a différente on lʼenseigner ? été comment doitdʼhistoire ont , les manuels ys pa ue réaq rp te ch in Dans fausses us erronés et de en nt s co de de t s en gé char s décrivai rement lorsquʼil liè cu rti pa , ns tatio isins. uant les pays vo ux incidents impliq et la fin des de rli mur de Be n du e é ut ag ch ur la co s Aprè urope a en le Conseil de lʼE , pe ro aEu uc éd en e s bloc x élèves un es à fournir au ase ses États membr chés, plus en ph cli s rrassée de ba dé n ue iq tio or sa st ili hi tion et à la civ liées à la culture ns tio es qu s le avec us vivante. européennes, pl

ns de Roms ou Ge 8 à 10 millions s États membres de é lit quasi-tota nt répartis dans la populations fo lʼEurope. Ces rt pa la de du Conseil de ension dʼune incompréh ot m du souvent lʼobjet nt m provie tants. Le mot Ro ». des autres habi i « être humain an m ro en langue nt te ofi pr Dom qui signifie ns roms e les populatio s Ainsi, pour qu en tant quʼêtre ts oi dr tous leurs ou ce an pleinement de lʼintolér lutter contre humains, pour urope sʼengage lʼE de l le Consei us lʼantitsiganisme, ms ne soient pl populations ro pour que ces traitées. exclues ou mal

oire Devoir de mémlancé en 2001 un projet pour

urope a r les élèves à Le Conseil de lʼE », destiné à aide re oi ém m la r « Enseigne de lʼhistoire de s événements le r de en éh pr oah durant mieux ap particulier la Sh en , de on m du lʼEurope et s génocides et diale, et tous le on m re er gu e la second s au XXe siècle. umanité perpétré crimes contre lʼh

mobile La jeunesse EST dialos jeunes à venir

urope invite le aux droits de Le Conseil de lʼE me lʼéducation m co ts je su s de s. Les jeunes guer sur entre les culture ue og al di le et ent dans les lʼhomme pays se retrouv ts en ér ff di s de leaders sbourg (France) jeunesse de Stra la de s en pé ro Centres eu programmes de grie) pour des on (H st pe da et de Bu et leurs expéent leurs idées ng ha éc Ils n. formatio st la diversité. prendre ce quʼe m co ux ie m ur riences po

ssant par soi à soi en pa de r le al t le es cʼ Voyager, erbe touareg, le dit ce prov e m m Co ». En les autres des cultures. mpréhension

age la co ins de voyage encour nale des chem nion internatio lʼU ec av és à n io ris at vo associ unes défa ope aide des je ur lʼE de l ei ns fer, le Co des rencontres ur participer à po ils ra s le r se mettre su internationales.


Diversité culturelle et biodiversité sont étroitement connectées et devraient être célébrées dans toutes les sociétés. Le Conseil de lʼEurope considère la culture comme

« lʼâme de la démocratie » et développe des politiques culturelles pour :

promouvoir les droits de lʼhomme faire participer les citoyens rassembler les individus

dépasser les frontières par des projets communs affirmer la diversité des cultures et des identités partager le passé

empêcher les conflits.

La Convention culturelle européenne, adoptée en 1954, est le support de la coopération européenne dans les domaines de la culture, de lʼéducation, de la jeunesse et du sport. Le programme des Cités interculturelles est une initiative coordonnée par le Conseil de lʼEurope. Il incite les villes à utiliser leur multiculturalisme pour gérer positivement les conflits et la violence qui pourraient survenir en raison de la diversité de leurs communautés. Toutes les initiatives sont encouragées : ateliers de réflexion sur les cultures, festivals de musique du monde, médiateurs dans les hôpitaux, tournois de football...

En fond dʼécran

Eurimages soutient les films européens qui reflètent au mieux la diversité du continent. Plus de 1 200 longs-métrages et documentaires ont ainsi bénéficié de ce fonds mis en place par le Conseil de lʼEurope, et certains ont reçu des récompenses dans les plus prestigieux festivals.


www.coe.int/itineraires

www.coe.int/eurimages

www.coe.int/BernConvention

www.coe.int/EuropeanLandscapeConvention

Marcher sur leurs traces

Nous pouvons retracer les activités de nos ancêtres grâce à leurs empreintes archéologiques.

Le programme Itinéraires culturels du Conseil de

lʼEurope met en scène ces témoignages à travers des

visites guidées qui suivent les chemins empruntés par des générations de voyageurs à travers les siècles.

Le Conseil de lʼEurope a élaboré 25 itinéraires dans de nombreux pays comme autant de célébrations

de notre patrimoine culturel commun : les Routes de lʼolivier, des Vikings, la Route de Don Quichotte,

lʼItinéraire Mozart, et les Chemins de Saint-Jacquesde-Compostelle...

Patrimoine en accès libre

Une fois par an, les musées, bâtiments historiques et autres sites culturels ouvrent leurs portes aux citoyens issus de 49 pays. Ce sont les Journées européennes du patrimoine, une initiative lancée par le Conseil de lʼEurope en 1991. Environnement bâti, vestiges archéologiques, biens mobiliers, paysage ou savoir-faire local, le patrimoine culturel constitue par nature un élément important de nos vies et de notre environnement. Depuis la rédaction de la Convention-cadre sur la valeur du patrimoine culturel pour la société, le Conseil de lʼEurope milite pour que le patrimoine permette le progrès humain, en préservant : une grande diversité culturelle et paysagère

un dialogue entre les citoyens issus de différentes cultures, actifs ensemble pour faire vivre au quotidien leur patrimoine un épanouissement durable du patrimoine, pour que les générations futures puissent en bénéficier également.

Espaces/espèces protégé(e)s

La Grande Europe, cʼest aussi le territoire de bien des formes de vie sauvage et de leur habitat naturel. Le Conseil de lʼEurope a mis en place, voilà trente ans, la Convention de Berne qui vise à assurer la conservation des habitats naturels, de la flore et de la faune sauvages et vulnérables, des invertébrés jusquʼaux grands carnivores, y compris les espèces migratrices.

Biodiversité et changement climatique

Le Conseil de lʼEurope se mobilise pour atténuer lʼimpact du changement climatique sur la diversité biologique en donnant des avis et des orientations aux États pour quʼils adoptent des politiques environnementales adaptées.

Format paysage

Points de rencontre entre culture et nature, les paysages évoluent au fil du temps sous lʼeffet conjugué des forces naturelles et de lʼactivité humaine. Le Conseil de lʼEurope fournit des pistes aux États pour faire en sorte que les paysages évoluent harmonieusement tout en reflétant la diversité européenne.

Le paysage, cʼest aussi :

- notre environnement quotidien - le monde urbain ou rural

- lʼespace terrestre ou aquatique qui nous entoure


t! ... pour le dépar

la cause du lʼEurope défend de l ei ns Co Le trine pour e excellente vi un t es cʼ r ca t spor améliore non aines. Le sport les valeurs hum mais contrindition physique seulement la co compétences veloppement de bue aussi au dé er en équipe, : savoir travaill é ét ci so en s utile ueurs, ou avoir ec les autres jo être fair-play av ctoire ou de e en cas de vi la bonne attitud défaite. nt lʼâge, le , quels que soie us to à rt ve ou t Il es culture ou les , la religion, la sexe, la langue part. aptitudes de dé

Soyons sport !

rester à tout , pour gagner ou Certains athlètes omment des mpétition, cons co la ns da ix pr iorer leurs lʼespoir dʼamél ns da es nc ta subs i ont recours Les sportifs qu performances. ent leur propre ent non seulem au dopage ruin ort en général. ent aussi au sp santé, mais nuis Conseil de re le dopage du nt co n tio en nv La Co seul texte juen 1989, est le lʼEurope, signée . Son objectif dans ce domaine ridique existant dopants par sage de produits est de réduire lʼu de prévention pistages et plus dé s ur lle ei m de es sportifs. auprès des jeun


www.coe.int/sport

www.coe.int/files/doping www.coe.in/EPAS

Temps mort

ion pour les uche est l’occas to en r tte bo y, Au rugb e bien méritée. prendre une paus deux équipes de entre les cités déclarait la trêve on , ité iqu nt l’A Dans O ly m pi qu es . om en t de s je ux gr ec qu es au m souvent prétexte le sport est trop i, ’hu rd jou au , Mais insultes, menaces t de violences : et au déclenchemen s propos raciste es, attitudes et violences physiqu xénophobes. ent la violence e combat activem op ur l’E de eil ns lle Le Co en particulier ce dans les stades, des spectateurs football. nt des matchs de s qui a cours dura el en 1985 où de au stade du Heys ins Après le drame ad la vie sur les gr orters ont perdu dizaines de supp nseil de l’Europe ent blessés, le Co ou ont été gravem n européenne née la Conventio an e êm m la té a adop ens, énonçant un des spectateur sur la violence en vront pr dre que les États de es ur es m de ble sem s débordements. pour empêcher ce


... sur le reste du monde Le Centre Nord-Sud de Lisbonne (Portugal) diffuse les idées du Conseil de lʼEurope au-delà de notre continent et aborde les thèmes liés à la solidarité et à la mondialisation. La jeunesse est placée au cœur de ses activités. www.nscentre.org

... sur la scène internationale

Le Conseil de lʼEurope coopère avec dʼautres organisations dans les domaines des droits de lʼhomme, de la démocratie et de lʼEtat de droit.

lʼUnion européenne (UE) qui rassemble 27 États membres et a une longue tradition de coopération avec le Conseil de lʼEurope. Sʼappuyant sur des valeurs communes, ces deux organisations bénéficient lʼune comme lʼautre de leur force et de leur expertise respectives. www.europa.eu

● lʼOrganisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) travaille sur des sujets comme la lutte contre le terrorisme, la protection des minorités nationales et la lutte contre la traite des êtres humains www.osce.org

lʼOrganisation des Nations Unies (ONU) travaille quant à elle en faveur de la promotion et la protection des droits de lʼenfant, la lutte contre la violence envers les femmes ou la prévention de la torture. www.un.org


www.coe.int/hymne

Écoute lʼarrangement de lʼhymne européen en version hip-hop, enregistré en 2004.

12 étoiles d’or

sur un fond bleu azur : le drapeau européen a été adopté par le Conseil de lʼEurope en 1955. Les institutions de lʼUnion européenne utilisent quant à elles ce drapeau depuis 1986. Le nombre « 12 » évoque la perfection, les mois de lʼannée, les apôtres ou encore les mythologiques travaux dʼHercule. Les étoiles forment un cercle en signe dʼunion.

Lʼhymne

officiel européen est un extrait du prélude de « LʼOde à la e joie » de la 9 Symphonie de Beethoven, dʼaprès un arrangement de Herbert von Karajan. Il a été choisi par le Conseil de lʼEurope en 1972, puis, plus tard, par lʼUnion européenne. Dʼautres arrangements ont été enregistrés par la suite, notamment pour orchestre symphonique, pour orgue, pour piano (classique et jazz), guitare rock, violon jazz, techno et trance.

Le Conseil de lʼEurope a son siège à Strasbourg depuis 1949. Le dénommé « Quartier de lʼEurope » abrite également dʼautres institutions, comme le Parlement européen (UE).

conseil de l'Europe - connexion illimités  

Fondé le 5 mai 1949 par 10 États (la Belgique, le Danemark, la France, l'Irlande, lʼItalie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège, la Suèd...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you