Issuu on Google+


Edito Retour sous les nuages et la pluie. A l’heure où certains

découvrent les joies des études en architecture , d’autres analysent le site de leur dernier projet... On reprend les bonnes habitudes. On change ses lames de cutter, on met à jour ses logiciels, on retrouve les plaisirs simples de la mal-bouffe (maman n’est plus là pour cuisiner nos plats !) et on repart pour une nouvelle année avec le sourire (oui, parce qu’il y en a qui font déjà la gueule, c’est usant). Ici, on aime les mouvements de foule. Il n’y a rien de tel que des corps qui se frôlent avec délicatesse et qui viennent se retrouver à 17h pour boire une bière dans notre si belle K’fet... La soirée d’adhésion s’est très bien déroulée (hormis les quelques problèmes techniques de nos musiciens, on s’en excuse) et nous vous en remercions !!! On a vu des nouvôs en chair et en mèches. Ils sont frais, ils sont «swag», ils ont maintenant rendu leur P11... On aime les enfants. Ils sont à point. C’est aussi la rentrée des associations alors n’hésitez pas à vous y intéresser car c’est aussi grâce à elles que la vie étudiante de l’école bouge autant. Enfin, n’oubliez pas les rendez-vous des élections des médiateurs des ateliers ! Nous invitons d’ailleurs les nouvôs qui voudraient potentiellement y travailler à venir aux présentations des différents ateliers. Les dates vous seront communiquées (si ce n’est pas déjà fait) très prochainement. On vous souhaite bon courage pour cette nouvelle année ! K’FETement vôtre


ILS SONT TOUS NOUVOS TOUS BEAUX...


Les mots des Assos’ LA GRANDE MOUSSE «Ce qui est le meilleur dans le Nouvo est ce qui correspond à un désir ANCIEN… Garde toujours 5 EUROS sur toi à partir de MAINTENANT ! Mieux vaut la VIEILLE VOIE que le NOUVO SENTIER Qui comprend le NOUVO en réchauffant l’Ancien peut DEVENIR UN MAITRE Avec de l’humour et du style, Amicalement votre»

L’ASSAUT VERT Cette association à pour but de diffuser et promouvoir une architecture économe en énergies grises, réversible et à taille humaine. Les actions de l’Assaut Vert se traduisent par l’organisation d’événements tels que des worskhops, conférences, cours, etc... au sein de l’ENSAV, mais aussi à l’extérieur. L’auto construction est l’outil qui permet à l’Assaut Vert d’intégrer la pratique constructive dans la pédagogie de l’école, d’ouvrir l’école à de nouveaux intervenants, et d’encourager les étudiants à réaliser des projets en dehors de cette dernière et avec d’autres milieux professionnels que celui de l’architecture. Le collectif met ainsi en œuvre dans un esprit de convivialité et de solidarité, des projets ou des actions, favorisant l’entraide et l’échange de savoir.


ARCHITEC’TONIC Architec’Tonic à pour but de mettre en pratique les études théoriques par la réalisation de travaux en liaisons avec les agences d’architecture-urbanisme. Nous proposons des contrats étudiants, l’étudiant répondant à une mission précise (durée, travail..), comme un salarié et ce pour le compte de l’agence. Pour encadrer la mission, est établie une convention entre Architec’Tonic et l’étudiant, et une autre entre Architec’Tonic et l’agence. Le but de cette association est de proposer une mission pédagogique, avec une rémunération acceptable (bien au délà de celle d’un stage), tout en lui permettant d’acquérir une expérience professionnelle.

ADN + ADN+ ( Architecture Design et Novation +) est une association, un espace, un outil proposant une approche manuelle de l’architecture. Que ce soit dans le cadre des cours ou pour des projets personnels, par le design ou par l’architecture, la compréhension de la matière est un élément pédagogique fort pour les architectes que nous serons demain. ADN+ vous accompagne dans vos projets, dans un atelier équipé en matériel, et vous entraîne à faire de vos mains ce que vous imaginez...

Le plus important ce ne sont pas les outils, mais ce que vous en faites !


Tout nu et tout bronzé Fini le farniente et les apéros au bord de l’eau. Après trois mois de pause, de vacances, de travail acharné et pour certain de stage ; retour à la vie ensavienne (qui nous a tant manqué, évidemment). Qui dit rentrée aux écuries, dit rentrée de votre BDE. La nouvelle équipe est fin prête et s’active pour cette nouvelle année. Nous souhaitons la bienvenue aux nouvôs qui ont pu profiter une nouvelle fois des packs rentrée. Nous vous rappelons que la Coopé sera ravi de vous accueillir pour vous vendre vos fournitures adorées avec le supplément de la bonne humeur de nos serveurs (AVIS AUX AMATEURS). Cinq fruits et légumes, ca vous dit quelque chose ? Le BDE renouvelle l’opération et propose l’achat de paniers bio. Dix euros pour trois virgule cinq kilos de vos mets préférés pour vous accompagner pendant vos moments de détente, vos potages et vos charrettes. Un projet sain dans un corps sain ; commandez votre panier du lundi au mercredi entre 12h et 14h et venez le récupérer le vendredi à la Coopé. Le sport reprend du service : toujours plus haut, toujours plus loin, toujours plus fort. Rémi, votre nouveau coach, s’occupera de vous les lundi, mardi et mercredi soirs avec du badminton, volley et football. Une envie d’escapade ? Le BDE vous donnera prochainement les différentes destinations organisées pour l’année et la mise en place d’un nouveau cycle de conférences. Le BDE proposera une série d’évènements autour du patrimoine et de l’histoire. Toutes vos brillantes idées sont attendues au BDE pour avancer. Si vous n’avez pas encore adhéré, foncez à la Coopé. L’équipe du BDE vous souhaite une excellente rentrée.

Big bisous. C au carré, papierdubde.


la Tyrade L

’Arsénik est la troupe des étudiants de l’ÉNSAV. Rejoignez-nous pour faire du théâtre, de l’improvisation théâtrale ou encore de la scénographie !

Jeudi 11 Octobre : séance d’accueil à 19h en salle E226 Atelier théâtre / impro tous les jeudi à 19h

C

ette année, nous allons préparer une nouvelle pièce de théâtre avec plus d’énergie que jamais. Rendez-vous en mars pour un premier aperçu, puis en juin pour les représentations ultimes ! Nous vous concoctons aussi des matchs d’impro magiques, dont le principal aura lieu au mois de mars lors de notre Semaine de l’Art Scénique. Vous en saurez plus bientôt !

R

ejoignez la fanpage de l’Arsénik (facebook.com/ ensavlarsenik) pour être au courant de nos spectacles, matchs, évènements, etc. Toutes les infos sont aussi sur notre blog : Larsenik.tumblr.com

L’ équipe 2012-2013 Président

Adrien Faria Metteurs en scène

Christophe Grange Ariane Chapelet Secrétaire

Camille Poëzévara Trésorière

Victoria Colin Communication

Pauline Zamaron Impro

Nicolas Bouby Scénographie et Costumes

Clara Pineda

l’Arsénik


On a trouve ca... «SCOFFIER LE TYRAN» Par Rudy Ricciotti Oui, vous avez bien lu : ce n’est pas un article de Richard Scoffier sur le dernier bâtiment de Rudy Ricciotti mais bien une critique de Rudy Ricciotti sur une réalisation de l’un des plus célèbres critiques de d’A. Richard Scoffier vient en effet de réaménager entièrement un appartement/cabinet de psychanalyste rue des Jeûneurs à Paris. Il a proposé à l’architecte «réactionnaire» autoproclamé de Bandol d’inverser pour une fois les rôles... (...) Richard Scoffier, (...) toujours professeur à l’école d’architecture de Versailles, membre du laboratoire de recherche de ladite école de Versailles, fondateur de l’université populaire du Pavillon de l’Arsenal, (...) ... Mais cependant commissaire politique et critique tyrannique chez d’a...

Mais dans quelle galère Scoffier le tyran s’est-il embarqué ? A quoi servent les galons, si le métier se réduisait à l’exercice du goupillon, c’est-à-dire à «l’archicool aux oreilles décollées» ? Le risque est entier. L’on ne peut, une vie entière, être cool et asexué au risque d’être convoqué au suicide. La culpabilité appelle un prix à payer, comme au tiercé. Faire un cabinet de psychanalyse, c’est en prendre plein les dents pour pas un rond. Scoffier affirme ni être le patient psychanalysé, ni envisager une psychanalyse par troc d’honoraires avec le docteur C sis 36 rue des Jeûneurs à Paris ! Les jeûneurs, faut le faire ! Une aventure mal engagée, cette «rue des Jeûneurs à Paris !». Déjà l’horizon d’un transfert malheureux entre client et architecte infantiliserait le futur débat sur les honoraires, qui ne peuvent être que l’objet d’un transfert amoureux où l’on ne compte pas. Richard, à la fois ami et amant de la discipline taxidermiste qu’est l’architecture, y va plein pot ! Il y met les mains et les mots. A ce chantier, il se sera l’échine ruinée. Mais «nul n’est bon naturellement», affirme depuis longtemps Porcius Latron. Les architectes le savent. Scoffier non ! Plus le CV est long, davantage l’ombre portée du rime téléporte. Là est toute la question de la verticalité religieuse.


La question posée du docteur C est celle de savoir qui «reçoit», qui est «l’ami» ? Voyage initiatique il y a, et concrétion d’une vitalité urbaine i ly a aussi. L’espace privé contient et sert l’espace public adossé à la lumière naturelle. Mais l’espace public reçoit le psychanalysé s’installant dans le meilleur de l’appartement, là où est la plus belle lumière. «Le public», territoire disponible au client, réquisitionne six fenêtres. L’espace privé, une seule. L’idée de sacrifice est installé, le client a toujours raison. Le docteur s’efface ; se plaque aux murs de la part ombrée de l’appartement, y compris jusqu’à la baignoire ovale encastrée dans le sol d’un bois précieux, voyeuriste pour un bain à partouze après une séance construite sur les produits hallucinogènes inscrits au tableau des substances prohibées, achevant la défonce par un banquet d’omelette au champignon de l’ergot de seigle, transportant jusqu’à une scène du peintre Matthias Grunewald : le docteur transformé en tortue de 500 kg retournée coquille contre terre mais sur lui assis et le tabassant à coups de gourdin à pointes, un jeune prêtre sénégalais HQE en soutane noire. Ton sur ton, la messe est dite. Détails savants, matériaux sophistiqués, perspectives espiègles, bibliothèque superbe, à elle seule édifice architectural ; tous complotent et développent un récit où docteur et architecte sont victimes. A trop en faire pour le client, l’on souffre. A trop donner, l’on s’épuise. Il est vrai que l’élégance est la bienveillance à l’égard des autres et la vulgarité, le cauchemar minimaliste augmenté de la culpabilisation de l’autre. Scoffier aura pris tous les risques en adossant toutes les fonctions privées aux murs opaques sans gêner le client et son client est sans marge de manoeuvre. Mais ils nous emmerdent à la fin, les clients ! Imaginons que le docteur C déjante et exécute le client dans le canapé en vidant le chargeur sur un publiciste en baskets du canal SaintMartin, cycliste, végétarien, non-fumeur et militant vert flou. Un truc pareil, à la fin, ça rend nerveux ! Les consultations finies, le docteur C éteignant la TV de la névrose pourra reprendre une activité normale en prenant la place du client et oublier son architecte. Une question demeure : Richard Scoffier, à force de pneumopraxie et thanatopompe, déplacera-t-il l’architecture du rang de névrose à celui de psychose ? Si tel sera le cas, seule le sauvera la charia. Michel Audirad avait pourtant prévenu : «Bienheureux sont les fêlés car eux seuls laissent passer la lumière.»

Source : revue d’Architectures, extrait de l’article «Scoffier le tyran» écrit par Rudy Ricciotti, photographies Nicolas Borel, n°210 - juillet 2012.


Regard sur...

«THE WE AND THE I»

Un film de MICHEL GONDRY

«C’est la fin de l’année. Les élèves d’un lycée du Bronx grimpent dans le même bus pour un dernier trajet ensemble avant l’été. Le groupe d’adolescents bruyants et exubérants, avec ses bizuteurs, ses victimes, ses amoureux… évolue et se transforme au fur et à mesure que le bus se vide. Les relations deviennent alors plus intimes et nous révèlent les facettes cachées de leur personnalité…» source : Allociné Des histoires qui se croisent, s’entrechoquent parfois, avec des adultes en devenir. Un huit clos animé pas des personnages «vrais» (bien loins des clichés ou autres canons hollywoodiens), singuliers, simples, spontanés, profondément humains. La présence et l’absence de chacun dans ce bus donnent finalement sens à l’ensemble du film dont les thèmes abordés peuvent sembler être anecdotiques ou superficiels au premier abord. La caméra se déplace dans le bus comme une passagère, les plans placent le spectateur presque comme un voyeur de l’action qui s’y déroule. Le sentiment de vivre en temps réel tout ce qu’il se passe durant 1h45, le temps d’un voyage... Une expérience à vivre.


« Par Nature», l’exposition collective Cette exposition est un parcours d’oeuvres monumentales, organiques et conceptuelles. Un intérêt commun à tous les intervenants : le désir de retrouver la nature et ses diverses interprétations... Nous vous invitions également à visiter les locaux qui ont été réhabilités récemment et qui valent le détour. Dates : 22.09.12 > 17.03.13

«Through an open window» - Art contemporain de la Rabo Art Collection Vous découvrirez ici l’une des plus importantes collections d’art contemporain des Pays-Bas, présentée pour la première fois en France. Une collection qui met l’accent sur l’art conceptuel, l’engagement et la condition humaine. Différents pays et courants artistiques s’y rencontrent. Dates : 13.09.12 > 04.11.12 INSTITUT NEERLANDAIS 121 rue de Lille 75007 Paris / METRO Assemblée Nationale Ouvert TOUS LES JOURS (sauf le lundi) de 13h à 19h / Plein tarif 5euros - Tarif réduit 3euros

«Chacun sa maison», Paul Chemetov Cette exposition présente les 16 projets de maisons et ateliers conçus par Paul Chemetov de 1962 à 2011. Une histoire architecturale rythmée par les documents graphiques, photographiques et les maquettes. NB : d’autres expositions temporaires sont à découvrir. Dates : 13.09.12 > 12.11.12 CITE DE L’ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE 1 place du Trocadéro 75016 Paris / METRO Trocadéro / Ouvert TOUS LES JOURS (sauf le mardi) de 11h à 19h / Entrée Libre

Sortez de chez vous.

LE CENTQUATRE (104) 5 rue Curial 75019 Paris / METRO Riquet MARDI, MERCREDI, SAMEDI, DIMANCHE de 15h à 19h / Plein tarif 7euros - Tarif réduit 4euros


L’espace detente


RAPPEL

Une boîte aux lettres est mise à votre disposition dans la K’fet.

Vous pouvez y glisser toutes les propositions d’articles, vos idées, vos envies, ou même vos critiques qui pourraient améliorer notre mensuel. A vos stylos ! Sinon, vous pouvez aussi envoyer vos propositions par mail, en format PDF, à : gzet.ensav@yahoo.fr


CONCOURS

«REPEINS LES MURS» Vous l’aurez compris, il s’agit de redonner une nouvelle vie au mur de la K’fet.

Pour cela, nous lançons dès à présent un CONCOURS permettant à VOUS, élèves, d’exprimer vos idées et de les présenter prochainement devant un jury... Et non, ça ne rigole pas. Armez-vous sur le champ de tous les outils et médiums que vous voulez pour nous faire rapidement part de votre projet !

Notez tout de même qu’il vous faudra :

> Prévoir un espace dédié à l’accrochage d’affiches. Taille : 2 A0, soit environ soit 1m x 1m60 > Prendre en considération la lucarne qui donne sur l’arrière cuisine et les prises électriques > Ne pas utiliser de bois, liège, ou tout autre matériau inflammable > Pouvoir réaliser votre projet en un week-end, auquel vous serez présent pour aider à la réalisation NB : Le mur est «délimité» à gauche par le début de la peinture orange et à droite par la monture gauche de la grande porte. Budget du projet : 300 euros

DOCUMENTS A RENDRE : affiche de taille A1, lisible pour la délibération du jury, contenant une élévation, deux photomontages, un petit texte et l’estimation du budget. N’hésitez pas à ajouter tout autre document que vous jugez bon de présenter !

Date limite de rendu : 7 janvier 2013 >> Cadeau : un meuble de designer <<


EN BREF...

They did it ! Le Paris-Londres à vélo pour «Vaincre la mucovisidose» est réussi. Retrouvez la projection filmée de leur épopée le 18 octobre prochain dès 18h45 à Les Caractères. http://www.facebook.com/breaklessparislondon


REMERCIEMENTS La participation de certains nouvôs, malgré eux, Mais aussi Alexandre, Aude, Baptiste, Benjamin, Christophe, Christopher, Clément, Joseph, Léonor C., Léonor M., Manon et Maud


“ETE POURRI PEINTURE FRAICHE”, Malaval, 1972.

NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE


G'ZET OCTOBRE 2012