Page 1


dĂŠcadence


Meditor «Je vous déclare à présent Mari et Mari». Ou quand les

Hommes commencent à accepter d’être parfois un peu égaux. Heureusement qu’il nous reste la misère de certains pour continuer à rire un peu. Après que les passions se soient déchaînées des mois durant, d’autres ont peur que le retour à la normale soit lassant. C’est pourquoi certains parlent d’un feu d’artifice anticipé, qui arriverait peut-être même d’ici notre fin d’année ! Ils savent faire de l’évènementiel, au Moyen-Orient. Alors que la France se contente tout juste de faire un peu de publicité, à la télé. Mais aussi sur la toile, pour ceux qui ont un regard affuté - risques.gouv saura vous enchanter. C’est d’ailleurs en chantant très fort que Paris s’est vanté d’obtenir enfin une médaille en or. Une bonne raison pour que tout cela se finisse en baston. Footeurs de merde - il fallait la faire. Un grand homme a dit : «Il ne faut pas désepérer des imbéciles. Avec un peu d’entraînement, on peut arriver à en faire des militaires». Pensez à recycler vos dêchets. La vie d’ici est peut-être un peu plus douce, lorsque la Cour des Senteurs se fait une place en bas de chez nous, pour notre plus grand bohneur. Le calme retrouvé, les dernières soirées se sont déroulées dans la joie et la plus grande chasteté. Malgré la petite sonnerie apparue dans la nuit, on ne retiendra d’elle que le bruit. La vie de l’école reprend un peu de mordant grâce à vous, étudiants. Malgré les quelques changements auxquels nous sommes confrontés, il n’y a rien de plus beau que de s’élancer peu à peu vers le chemin de la liberté... Nous vous attendons nombreux pour fêter la fin de l’année. Enfin, gardez toujours un petit euro sur vous, au cas où. Il ne s’agit pas là d’un pourboire, mais il vous sera utile si, sur un fauteuil, vous voudriez vous asseoir. Il vous sera naturellement rendu quand vous aurez tout bu... K’fetement vôtre.


MERCI !


FAITES PARTIE DE LA FAMILLE !

ÉLECTIONS

21, 22 ET 23 MAI PRESENTEZ VOUS DE DEUX À PERSONNES !

SEPT


L’équipe de VOLUME MAGAZINE se remet en marche pour la prochaine revue. Déjà plus de 45 étudiants ont publié et partagent leurs travaux dans toutes les écoles de France et à l’étranger. Début juin, le sera dans vos mains et nous avons besoin dès maintenant de vos travaux créatifs. Toujours dans le même principe : “tout sauf de l’architecture”. Envoyez vos travaux sur volume.contact@gmail.com. Un formulaire précis à remplir vous sera envoyé. Prévenez-nous si vous êtes en train de préparer un projet.

VOLUME est aussi présent dans tous les bibliothèques des Écoles d’Architecture de France, en ligne sur volumemagazine.tumblr.com et sur Facebook : Volume Magazine, rejoignez nous et partagez ! Quelques VOLUME #2 et VOLUME #3 sont encore disponibles. Venez les récupérer au bureau VOLUME ou en commandant sur volume.contact@gmail.com. ON COMPTE SUR VOUS ! L’équipe de Volume.


TOMBER «L’Architecture sans Architecte» : A la rencontre des prostituées indépendantes des Bois de Boulogne Par ELODIE CHRISMENT - architecte mais aussi photographe, que si vous aviez été plus vieux, peut-être bien que vous l’auriez croisée à la K’fet... Cependant regardez autour de vous, elle n’est pas loin. «Architecte de formation, je suis profondément inspirée par les espaces établis, et chéris par les non-architectes à la manière de Bernard Rudovsky. Après avoir longuement travaillé dans les favelas de Rio de Janeiro, je réside aujourd’hui à Paris où je suis au quotidien ces femmes stigmatisées. Chaque jour, de 7h à 15h, excepté le weekend, ces femmes viennent travailler dans les bois de Boulogne, qu’il pleuve ou qu’il vente et ce depuis plus de 25 ans pour certaines d’entre elles. En stop, ou en taxi, elles quittent tranquillement leur espace attitré dans l’après-midi afin de profiter de leur soirée comme des «personnes normales». A leur rencontre, dans leur camionnette, sous leur tente qui n’est autre qu’une toile tendue, j’aime observer les habitudes de ces femmes et travesties dans leur espace de travail. De la structure de leur tente pourvue ou non d’un toit, d’un plancher, abritée de la vue et du vent, à une cinquantaine de mètres de l’allée principale, à l’espace intérieur décoré d’une camionnette, ces femmes ont la parole libre. Elles assument et éprouvent une étonnante affection envers leur emploi et leurs clients.


LA CHEMISE Cette tendresse qu’elles appellent «l’Amour des autres», se traduit par quelques attentions pour ces hommes, souvent des habitués: un tronçon d’arbre ou un matelas pour une assise qui se veut confortable, un radiateur, un terminal CB, des miroirs, des fourrures, bougies, encens, ainsi que des sex toys et autres jouets de plaisir. Ces espaces confinés et décorés qui matérialisent leur «bureau», sont le reflet de leur féminité et du respect de leur métier pour lequel elles se battent au quotidien. Cette appropriation d’un espace résiduel qui se veut être un cadre structuré n’est autre que la matérialisation de cet affect.» (...)

Source : Le Journal de la Photographie, article écrit par Elodie Chrisment, photographies Elodie Chrisment, mars 2013.


Regard sur...

«FESTEN»

Un film de Thomas VINTERBEG

«Tout le monde a été invité pour les soixante ans du chef de famille. La famille, les amis se retrouvent dans le manoir d’Helge Klingenfelt. Christian, le fils aîné de Helge, est chargé par son père de dire quelques mots au cours du dîner, sur sa soeur jumelle, Linda, morte un an plus tôt. Tandis qu’au sous-sol tout se prépare avec pour chef d’orchestre Kim, le chef cuisinier, ami d’enfance de Christian, le maître de cérémonie convie les invités à passer à table. Personne ne se doute de rien, quand Christian se lève pour faire son discours et révéler de terribles secrets.» source : Allociné «Festen» est un des premiers films labellisé Dogme95 - mouvement cinématographique soumis à certaines règles établies par Thomas Vinterberg et Lars von Trier (format de pellicule 35mm, caméra à l’épaule, éclairage naturel, aucun maquillage, etc.). C’est notamment cette manière d’aborder l’image, un peu comme dans un film de vacances, qui vous plongera entièrement dans le repas de famille qui se déroule... Pour le meilleur mais surtout pour le pire. On se retrouve en tant qu’invité à la charmante festoirie, mais peu à peu, la situation se dégrade et on aimerait bien s’en aller. Le propos se fait de plus en plus lourd et cru, jusqu’à nous mettre réellement mal à l’aise. On ne comprend pas toujours les plans qui se font parfois expérimentaux, mais peu importe, la vie s’anime autour de nous. Le film vous mettra peut-être une claque, ne vous laissera sans doute pas de marbre dans tous les cas. On se sent troublé, voire oppressé par l’ambiance qui se fait très pesante, mais aussi par les réactions de certains convives qui font comme si rien ne se passait devant eux. On veut autant se libérer que le protagoniste qui déballe une vérité difficile à entendre. On parle inceste, on parle pédophilie, le sujet est très acide. Le réalisateur prend un plaisir malsain à nous faire nous asseoir à une table qui nous coupera bel et bien l’appétit. A VOIR


«DYNAMO» L’exposition Dynamo s’attaque à vos sens en retraçant un siècle de lumière et de mouvement au travers de plus de 200 œuvres. En s’articulant autour de deux thématiques : l’espace et la vision, Dynamo met à l’honneur le visiteur en lui infligeant une expérience aussi folle qu’intense. La scénographie est stricte, presque froide et laisse toute la place aux œuvres présentées. Dates : 10.04.13 > 22.07.13

«SOUS INFLUENCES» L’exposition est un ensemble d’œuvres, de documents, de films sur le thème des rapports entre les arts plastiques et les produits psychotropes. Les artistes, toujours à la recherche d’accès à la création, de passages, de déclencheurs, de transgressions, de stimulations, de routes vers des imaginaires transmissibles, ne pouvaient guère éviter de tenter les effets de substances psychoactives... Dates : 15.02.13 > 19.05.13 LA MAISON ROUGE 10 boulevard de la Bastille 75012 Paris / METRO Bastille Ouvert DU MERCREDI AU DIMANCHE de 11h à 19h / Plein tarif 8 euros - Tarif réduit 5,50 euros

«KEITH HARING» The political line Une rétrospective consacrée à l’artiste américain Keith Haring. Elle permettra d’appréhender l’importance de son œuvre et plus particulièrement la nature profondément « politique » de sa démarche, tout au long de sa carrière. Avec près de 250 œuvres réalisées sur toile, sur bâche ou dans le métro, - dont une quinzaine de grands formats seront exposés au CENTQUATRE, cette exposition est l’une des plus importantes jamais réalisées sur cet artiste. Dates : 19.04.13 > 18.08.13 MUSEE D’ART MODERNE 11 avenue du Président Wilson 75016 Paris / METRO Alma-Marceau Ouvert TOUS LES JOURS (sauf le Mardi) de 10h à 18h / Plein tarif 11 euros - Demi-tarif 5,50 euros

Sortez de chez vous.

GRAND PALAIS 21 avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris / METRO Franklin D. Roosevelt Ouvert TOUS LES JOURS (sauf le Mardi) de 10h à 20h / Plein tarif 13 euros - Tarif réduit 9 euros


Enfantillages

On te dit hétérosexuelle, Mais je vais te faire changer de bord, Lis donc ces quelques vers sensuels Et bientôt tu m’en redemanderas encore.

Spotted mielleux

Ton regard de gazelle, Quand le soir je m’endors, Vient troubler mes rêves charnels D’images plutôt hardcore.

Nous partageons tous les jours des moments forts, Mais tu ne sais pas qu’au fond de mon être frêle Se cachent des sentiments qui me dévorent, Me surprennent et m’interpellent

Bien que tu sois une jeune nouvelle, Du moins a l’ENSAV au premier abord, Ton corps n’a rien de celui d’une jouvencelle, Et j’aimerais l’exploiter un peu encore.

Ton prénom rappelle la flore Et celui d’une reine éternelle, Tu ne lui portes aucun tort, Tellement tu es belle

Ne pense pas que je ne rêve que d’un corps a corps, Car mon amour pour toi est passionnel, Et c’est avec ton être que j’aimerais construire un couple fort, Toi, la personne qui m’ensorcelle.

Je t’en prie ne sois pas cruelle, Ne jette pas ces mots à la poubelle, Pense à cette déclaration ou je te mords, Car vraiment je t’M. fort.

Toi, le dernier-né, Toi, le grand cadet, Laisse moi t’expliquer, Et tu vas t’étonner Je suis ton chemin Comme un petit gamin, Je suis ton parfum Si frais que le jasmin Tes yeux verts, Ton corps de rêve, Tes cheveux clairs, Je deviens fou, Qu’est ce que je vais faire si tu t’en fous ?


Sur un air electro Une fois par an, Lyon se transforme en capitale européenne de la musique électronique à l’occasion des NUITS SONORES. L’opportunité pour nous de vous faire un petit topo “festoche” à l’arrivée des beaux jours... Pour la 11ème édition, les Nuits se sont déroulées dans les anciennes Usines Brossettes - de gigantesques bâtiments tous désaffectés, histoire de réveiller notre petit côté “undergraound”. L’après-midi, ce sont sets privés en appartement, shows aux Subsistances (ancien couvent) ou encore apéros sonores en extérieur qui ont animé la ville. Mais comme à la K’fet on n’est pas non plus richissimes, on vous parlera seulement de ce que qu’on a vu des Nuits et des apéros gratuits ! La journée commence à 14h, quelque part en ville, avec des “boom boom” et une bière à la main, histoire de se mettre dans le bain. Les Nuits Sonores, c’est un festival résolument urbain. Chaque après-midi, c’est un nouveau quartier qui se transforme en véritable place de concert. Peu à peu, la ville devient notre terrain de jeu, à nous et à nos 3000 copains. Le soir, changement de lieu. Du lourd. Les Usines Brossettes accueillent des installations impressionnantes : une scénographie et des éclairages largement à la hauteur d’un festival de cette ampleur. Même le logo des toilettes était stylé. Et puis vient le son. Des têtes d’affiches comme SBTRKT, Busy P, Jamie XX, Fritz Kalkbrenner, etc. et la musique qu’on leur connaît, on passe à de bien belles découvertes musicales. La chorégraphie est parfaite. A part ça, c’est quand même le seul festoche de la terre où le mec qui a des dreads, un peu ghetto, doit se sentir vraiment tout seul ; ils étaient peu nombreux, les dreadeux. Non, les N.S., m’voyez, c’est quand même assez hype, on n’est pas chez les sauvages quoi. Même si certains diront que la hype, c’est “vraiment trop mainstream, tu vois”. Gros débat dans le milieu. Pas beaucoup d’ecclectisme donc, entre les bobos à chapeau, les hipsters à casquette, et les drogués sous MD qui dansent sur la tête (oui, parce que la coke, c’est pour les has-been qui font de la com, et le LSD, pour les hippies qui écoutent du Steve Hillage). Cela dit, ce fut une bien belle mise en bouche pour tous les festivals qui approchent et auxquels on vous conseille grandement d’aller, parce que ça reste quand même des moments passés dans une très bonne ambiance que l’on partage avec les artistes, et bien entendu les festivaliers... Ce sont des journées et des nuits à danser et à boire des bières comme si notre vie en dépendait. Finalement, les Lyonnais vous diront : “Les Nuits ? C’était cher bien, ouais.”. PLAYLIST : Shinjin Hawke “Love is on your side” / Nosaj Thing “Aquarium” / HYPHEN HYPHEN “Wild patterns” / Vaghe Stelle “Emiciclo 5” / Rone “Parade”


PAGE ATELIERS COMPTE-RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE DES ETUDIANTS - 25 AVRIL 2013 CETTE A.G. A ETE MISE EN PLACE SUITE A L’EVOLUTION DE LA SITUATION DES ATELIERS. La commission devait revenir pour donner un avis favorable aux ateliers qui sont actuellement remis aux normes (mobilier pour carton, coins “détente” prêts, plus de cigarette,etc.), donc tout aurait dû revenir à la normale. Cependant, LES POMPIERS ONT DURCI LEUR POSITION... et ce qui avait été promis avant par la précédent responsable - revenir voir l’atelier pour lui donner un avis favorable en le dissociant de l’encloisonnement des escaliers de chaque atelier - n’est plus d’actualité. Cela veut dire que la commission ne reviendra que UNE FOIS LES TRAVAUX TERMINES, c’est-à-dire d’ici décembre “normalement”, car les travaux sont sûrs maintenant de commencer en septembre. UNE BONNE CHOSE dans tous les cas (si on peut le dire comme ça) est que l’école est ok pour REOUVRIR LES ATELIERS LA NUIT à partir du LUNDI 13 MAI, mais par contre, en système d’ASTREINTES ETUDIANTES la nuit (système déjà mis en place à une époque). Cela signifie que de 00H A 7H30, si on souhaite travailler à l’atelier, il faut que 2 ETUDIANTS MINIMUM soient RESPONSABLES de l’atelier ! Mais si il n’y a personne, ce n’est pas grave, l’atelier ferme à minuit pour une question de sécurité. Il n’y avait que très peu de personnes présentes à cette A.G., nous pensons en organiser une autre à la rentrée quand tous les étudiants seront revenus de vancances et de P45. Parmi les présents, beaucoup sont motivés pour MONTER UN GROUPE DE DISCUSSION afin de trouver des manières diplomatiques de peut-être débloquer la situation, en accord avec l’école, avec pourquoi pas des lettres envoyées à la mairie quant à notre situation et aux difficultés auxquelles nous sommes confrontés. Si vous avez des QUESTIONS, des SUGGESTIONS, n’hésitez pas ! En tous cas, nous faisons le maximum pour ramener la commission au plus tôt. Les médiateurs.


REMERCIEMENTS Adrien, Benjamin, Christopher, Clément, Guillaume, Joseph, Niels JE VOUS VEUX DANS UN HAREM


G'ZET AVRIL/MAI 2013  

Il fait chaud sous mon k'way

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you