Page 1

Une publication de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique

Mars 2013

Le mot du Président Des élections ancrées sur les valeurs de l’olympisme !

C

hers lecteurs, chers membres du Mouvement olympique africain,

Les 12 et 13 juillet 2013 se tiendront à Abidjan, la capitale ivoirienne, les assises de la 15ème session de l’Assemblée générale de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique (ACNOA).Une session qui sera par ailleurs élective puisqu’elle va amener les 54 CNO du Continent à choisir les dirigeants de l’Instance faîtière du Mouvement olympique africain pour le quadriennal 2013-2016.

Mais, avant cette échéance, un peu partout en Afrique, à la faveur de ce début d’olympiade, les différents CNO et même les fédérations sportives nationales vont devoir renouveler leurs organes. On va donc assister à des élections. Il va parfois falloir choisir entre plusieurs candidats, ceux qui répondent aux aspirations des membres desdites structures. Plusieurs critères vont ainsi guider les choix des électeurs au cours de ces différentes consultations qui seront organisées dans plusieurs organisations sportives et olympiques au cours de cette année 2013. Certains seront élus, d’autres pas. Mais, au demeurant, qui doit être le vrai vainqueur de ces élections : les hommes ou l’olympisme ? Il me semble à tout point de vue que c’est l’olympisme. C’est lui qui, malgré les divergences de points de vue et de programmes proposés doit remporter ces différents suffrages. Et cela amène bien évidemment à questionner la réalité olympique ; celle-là même que je vous invite à afficher à chaque élection comme étant le vainqueur. L’olympisme n’est ni une organisation, ni un système, c’est une construction mentale, une philosophie, bref un état d’esprit mettant en avant un certain nombre de valeurs. Celles-ci se définissent dans un bi pôle aussi bien au niveau individuel qu’au niveau global. Mais d’avantage, ici, je convoque les valeurs qui se situent au niveau individuel car il s’agit d’élections et celles-ci concernent les hommes. C’est eux qui sont électeurs et candidats. Ces valeurs individuelles de l’olympisme que je recommande au cours des différents scrutins sont : la connaissance qui consiste à découvrir ses possibilités et ses limites ; l’esprit de compétition dont le but est de se mesurer aux autres ; l’excellence qui consiste à donner le meilleur de soi et le fair-play qui exige le respect de ses adversaires. J’invite donc les candidats aux différentes élections qui s’organisent dans des structures sportives et olympiques cette année en Afrique à ne pas cultiver la haine, la division, l’adversité à outrance, mais à s’approprier les valeurs de l’olympisme ; car au fond, le Mouvement sportif et olympique africain n’est pas au service de ses dirigeants, mais à celui de la jeunesse continentale. C’est elle qui doit rester la préoccupation majeur de ces différentes organisations et par là des potentiels candidats. Organisons donc des élections dans un état d’esprit à forte coloration olympique ; car pleins de défis nous attendent au cours de l’olympiade qui commence. BONNE CHANCE A TOUS ! Intendant Général Lassana Palenfo, Président de l’ACNOA


ANOCA Update Mars 2013

La 15ème session de l’Assemblée générale ordinaire de l’ACNOA convoquée les 12 et 13 juillet 2013

C

’est donc officiel, la 15ème session de l’Assemblée générale ordinaire de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique (ACNOA) se tiendra les 12 et 13 juillet 2013 à Abidjan en Côte d’Ivoire. Cette convocation épouse les dispositions de l’article 9.1 des statuts de l’Association et fait suite à la décision prise par l’ensemble des CNO réunis en Assemblée générale à Maputo le 4 septembre 2011. La 15ème session ordinaire de l’Assemblée générale de l’ACNOA qui intervient à l’entame de l’olympiade 2013-2016 sera par ailleurs élective ; ceci en vertu des dispositions de l’article 8.3 des statuts de l’Association. Il s’agira de ce fait de procéder au renouvellement du Comité Exécutif de l’instance faîtière du Mouvement olympique africain pour le quadriennal 2013 – 2016 et de ratifier l’élection des représentants des différentes zones de développement au Comité Exécutif. Par ailleurs, l’ordre du jour provisoire prévoit plusieurs autres points à savoir : l’approbation du procès-verbal de la 14ème session de l’Assemblée générale ordinaire tenue à Maputo le 04 août 2011, le message d’orientation du Président, le rapport du Trésorier général, les rapports d’audits 2011 et 2012 par le Commissaire aux comptes PriceWaterHouse, la ratification des budgets 2013 – 2016, les rapports des commissions de l’ACNOA, les communications des partenaires et des villes organisatrices de certains Jeux, le renouvellement du mandat des Commissaires aux comptes ou la nomination d’un nouveau Commissaire aux comptes… Il est à noter qu’Abidjan abritera également une session du Comité exécutif de l’ACNOA. Celle-ci précèdera ladite Assemblée générale le 10 juillet 2013. ■


ANOCA Update Mars 2013

Elections au sein des CNO africains Comité olympique de Sao Tomé-et-Principe : João Costa Alegre réélu Président Le Président du Comité olympique de Sao Tomé -et- Principe, João Costa Alegre vient d’être reconduit à ses fonctions de Président de ladite institution pour un quatrième mandat consécutif. C’était au cours d’une Assemblée générale élective de ce CNO tenue le 7 février 2013. C’est en 2000 qu’il est élu pour la première fois Président du Comité Olympique de Sao Tomé et Principe. Il occupe par ailleurs d’importants postes de responsabilité dans des structures sportives internationales et au sein du Mouvement olympique africain. A ce titre, il est depuis 2008 Président de la Confédération Africaine de Canoë. Il est aussi Vice-président de la Fédération Internationale de Canoë (ICF). João Costa Alegre est par ailleurs 2ème vice-président de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique. Il aura donc à cœur au cours de ce mandat débutant, non seulement de vulgariser l’olympisme dans son pays, mais aussi d’y booster la pratique du sport. D’ailleurs, à ce sujet, un « Comité technique » a été mis sur pied au cours de cette même Assemblée générale à l’effet de sélectionner des projets sportifs novateurs et susceptibles de bénéficier du financement du Comité olympique de Sao Tomé -et-Principe.

CNO d’Egypte : Counselor Khaled Zein Eldin élu Président Le Secrétaire général de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique (ACNOA), Counselor Khaled Zein Eldin vient d’être élu Président du Comité Olympique Égyptien pour le quadriennal 2013-2016. Le vote qui s’est déroulé le 28 février 2013 au siège de ce CNO au Caire a réuni 27 fédérations sportives nationales. Le nouveau Président du CNO Egyptien est un juriste de formation. Au sein du Mouvement olympique, Counselor Khaled Zein Eldin est membre pour l’Afrique du Conseil exécutif de l’Association des Comités Olympiques (ACNO). Il est par ailleurs, depuis 2009, Secrétaire général de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique (ACNOA), l’instance faîtière du Mouvement olympique africain. Il est à noter que le Comité olympique égyptien a été fondé en 1910. Il a d’ailleurs fêté son centenaire les 11 et 12 décembre 2010. Voici par ailleurs la composition du nouveau Conseil du CNO égyptien : Président: Counselor Khaled Zein El Din Vice-président: Eng. Hesham Hattab Secrétaire general: Dr. Eng. Alaa Gabr Membres: Dr. Alaa Mesheref Mohamed El Masery Eng. Sherif ElArian Dr. Mohamed Abdel Aziz Ghoneim General Mohamed Sameh Mobasher Dr. Aly Hassenein Hassab Allah Mr. Gasser Riad Dr. Mohamed Khaled Hamouda

COC : Amos Mbayo Kitenge réélu à la présidence Les membres du Comité olympique congolais (COC) ont renouvelé leur confiance à Amos Mbayo Kitengue, le Président sortant. C’était à l’issue de l’Assemblée générale extraordinaire élective, tenue le 15 janvier 2013 au Safari Beach, dans la commune de la Nsele. Amos Mbayo qui était seul candidat au poste de Président a obtenu 61 voix pour, contre un bulletin nul sur les 62 votants. Après sa réélection, Amos Mbayo a remercié tous les membres du Mouvement sportif congolais pour la confiance placée en sa personne. Il a par ailleurs placé son nouveau mandat sous le signe de la formation et de la bonne gouvernance. Voici par ailleurs la composition du nouveau Comité exécutif du Comité olympique congolais :


ANOCA Update Mars 2013

Elections au sein des CNO africains President : 1er vice-president : 2e vice- president : 3e vice-président : 4e vice-president : Secrétaire général : Secrétaire général Adjoint: Trésorier général : Trésorier général adjoint :

Amos Mbayo (61) Mado Ekene-wa-Maluka (61) Pitshou Bolenge (60) Corneille Muluba (28) René Ngiebe Mubiala (60) Alain Badiashile (61) Honoré Mazombo Aenge (60) Bobo Bondembe (60) Kenzo Tshimanga (59)

Les membres du COC - Chargés des disciplines olympiques individuelles: - Chargées des disciplines olympiques collectives: - Chargé des disciplines non olympiques : - Chargé des groupements sportifs :

José Bonenge, Tshimanga Mazamba et Bienvenu Matenda Adèle Mpidi et Marie-Josée Tshifutshi Desire Bonina Ferdinand Alombi Mamadhi et Catherine Biata Kamwanya

CNOSB : Jean Yaméogo élu Président Le Comité olympique national des sports burkinabè (CNOSB) a, depuis le 2 février 2013, un nouveau bureau. Présidé par Jean Yaméogo par ailleurs vice-président de l’équipe sortante, le bureau a été élu au cours d’une assemblée générale ordinaire à Koudougou par les différentes fédérations affiliées. Jean Yaméogo remplace donc Jean Pascal Kinda qui a dirigé le comité olympique national des sports burkinabè pendant huit années. Le nouveau président et son équipe ont obtenu 19 voix sur 19. L’élection s’est faite sur la base d’un scrutin de liste. Au sujet de cette élection, Jean Yaméogo a précisé que : « Le président sortant m’a désigné pour prendre les rênes du CNOSB. Ne trouvant pas d’inconvénient, j’ai fait le tour des différentes fédérations affiliées pour leur demander ce qu’elles pensent de ma désignation. Après ce tour, j’ai fait le constat qu’aucune fédération n’a fait objection. C’est ainsi que j’ai constitué la liste des membres qui vient d’être validée par l’Assemblée. ». Liste des membres du nouveau bureau du CNOSB Président : Jean Yaméogo Vices-présidents : Zongo Christian, Sita Sangaré, Nanéma Dénis, Ouédraogo Salif, Sidibé Frédéric, Pakodogo Richard Secrétaire général : Sédogo Jean Louis Secrétaire général adjoint : Ouédraogo Abdoulaye Trésorier général : Zongo Thimbo Trésorier adjoint : Poda Watil Secrétaire Chargé à la communication : Kini Daba Secrétaire chargé à la communication adjoint : Jérémie Nion Secrétaire chargé aux relations extérieures : Kabré David Secrétaire Adjoint aux relations extérieures: Zoungrana Mahamoudou Secrétaire chargé du marketing : Paré Alain Secrétaire Adjoint au marketing: Zakaria Traoré Secrétaire chargé à l’organisation : Sawadogo Harouna Adjoints au chargé à l’organisation: Sawadogo Kasimir, Koné Alice, Toé Sylvestre, Sanwidi Olivier, Nadonké Salif, Sanou Farina, Palm Athanase, Konsièbo Jean Par ailleurs, Alassane D. Ouagraoua et Valentin Ouédraogo ont été élus commissaires aux comptes.


ANOCA Update Mars 2013

Les nouvelles des CNO africains CNOSS: Une commission ad hoc installée pour mettre fin aux conflits sportifs

L

e Comité national olympique et sportif sénégalais (CNOSS) a officiellement installé récemment une commission ad hoc qui se penchera en premier sur les différends dans les fédérations de karaté, de judo et de taekwondo, avant de s’intéresser aux conflits existant dans les autres disciplines, a annoncé le secrétaire général du CNOSS, Santhi Sène Hagne. Selon lui : « C’est une structure prévue dans nos textes depuis la réforme de 2008 et elle cherchera à trouver des solutions au judo, au karaté et au taekwondo. ». Le Secrétaire général du CNOSS a, en outre indiqué que : « Vu le parcours et les fonctions qu’ont eu à occuper ces personnalités, nous sommes certains qu’elles ont les compétences pour faire de la conciliation entre les différents acteurs du sport national. ». Dirigée par Abdoulaye Sèye Moreau, ancien président du CNOSS et de la Fédération internationale de basket (FIBA), la Commission ad hoc compte en son sein les présidents Tony Ndoye (sports travaillistes), Dialo Kane Zator (sports automobiles) et Joseph Potin (tir et chasse). Alain Monteiro, administratif au CNOSS, sera chargé quant à lui du secrétariat de l’instance. Abdoulaye Sèye Moreau a, pour sa part précisé que le ministère des Sports a donné sa bénédiction pour la mise en place de cette commission qui a été créée pour apporter des solutions aux différends pouvant intervenir au sein des instances dirigeantes du sport national. Au sujet de cette structure, l’ancien président de la FIBA relève qu’elle n’a pas le droit de sanction. De plus, en cas de blocage, le Comité olympique, puis le ministère des Sports seraient saisis, a-t-il expliqué.


ANOCA Update Mars 2013

Le sport africain

Volley-ball : Le Président de la FIVB visite l’Algérie

L

e Dr Ary Graça, Président de la FIVB, a effectué en décembre 2012 une visite de quatre jours en Algérie. Au cours de son séjour, il a rencontré le président de la Fédération algérienne, Mustapha Lemouchi, et d’autres hauts responsables sportifs de ce pays. Le Président a également eu des discussions avec des officiels des instances sportives algériennes, parmi lesquels le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Tahmi. Sa visite coïncidait avec un match de volleyball féminin opposant GS Petrolier et NR Chlef dans la ville de Tipaza le vendredi 7 décembre et un tournoi de mini-volley organisé le lendemain dans la salle de sports de l’école de Blida. Le tournoi de mini-volley a réuni environ 1500 jeunes joueurs de différentes provinces du pays, qui sont chacun rentrés chez eux avec un ballon et un maillot. Les participants ont presté sous le regard du Président de la FIVB ainsi que de la championne olympique Jaqueline Carvalho. Le séjour en terre algérienne du Dr Ary Graça s’est achevé par une conférence de presse donnée au Club équestre de Blida. Au cours de cette rencontre avec les professionnels des médias, le Président de la FIVB a promis de faire de son mieux pour aider le volleyball local à croître et pour populariser le mini-volley. Il a par ailleurs affirmé son appui à l’idée de donner à la Fédération algérienne les moyens d’aider au développement du volleyball, de soutenir la formation des entraîneurs et des arbitres et de relever le niveau de la discipline dans le pays. Selon lui : «Un plan de développement financé par la FIVB pour la pratique de la discipline dans les pays d’Afrique du Nord, notamment en Algérie, sera mis en œuvre prochainement et du matériel spécifique tel que des filets et des ballons sera mis à disposition des Fédérations nationales».


ANOCA Update Mars 2013

Le sport africain

Football : Le Nigéria sur le toit de l’Afrique

L

’équipe nationale de football du Nigéria, les Super Eagles, a remporté l’édition 2013 de la Coupe d’Afrique des nations de football le 10 février après sa victoire en finale contre le Burkina Faso sur le score d’un but contre 0. Les Nigérians succèdent à la Zambie et décrochent la troisième Coupe d’Afrique des nations de leur histoire après celles de 1980 et 1994. La troisième place de ce tournoi est revenue au Mali après sa victoire (3-1) face au Ghana. Avec ce sacre, le Nigéria se qualifie ainsi pour la Coupe des Confédérations, qui se déroulera du 16 au 30 juin au Brésil. Le 12 février 2013, des centaines de supporters ont accueilli à l’aéroport de la capitale du Nigeria, Abuja, les Super Eagles qui se sont ensuite rendus au National Stadium pour célébrer leur victoire. A leur arrivée au stade, les joueurs, le sélectionneur Stephen Keshi et d’autres officiels ont été reçus pour une courte cérémonie qui a duré moins de dix minutes. Les champions d’Afrique ont ensuite serré les mains des fans venus nombreux, avant de repartir vers leur hôtel. Plus tard, ils ont été reçus par Goodluck Jonathan, le Président nigérian qui a annoncé que Keshi toucherait une prime de 64.000 dollars (47.500 euros) et que ses joueurs seraient récompensés chacun de 32.000 dollars (23.700 euros) et d’une parcelle de terrain dans la capitale. Il a ensuite évoqué 4,2 millions de dollars (3,1 millions d’euros) de récompense, promise aux joueurs et à l’encadrement par de riches Nigérians.


ANOCA Update Mars 2013

Le sport africain

Ibrahim Ben Ali, président du COSIC : “Mon objectif est placé sur les Jeux des îles de 2019” Ibrahim Ben Ali est à la tête du Comité olympique et sportif des Comores (Cosic) depuis près de deux mois. Dans cette interview exclusive accordée à Al-watwan, il parle de ses objectifs en tant que président de cette institution, fonction qu’il retrouve huit ans après l’avoir cédé à celui qu’il vient de succéder à son tour. “Je place mon objectif sur l’organisation et la réussite des Jeux des îles 2019“, déclare-t-il.

Après votre élection depuis plus de deux mois, comment se portent vos relations avec les dix huit fédérations nationales des sports qui fondent la famille olympique comorienne? Nos relations sont plutôt bonnes. Nous avons, au cours d’une première réunion, proposé à chaque fédération d’établir son topo de programme et leurs doléances qu’elles souhaitent être supportées par le Cosic. Nous attendons tous ces éléments afin de nous employer pour soutenir ces fédérations. Vous retrouvez ce poste de président du Cosic huit années après l’avoir quitté. Que pensez-vous pouvoir apporter de plus par rapport à vos deux premiers mandats ? Je suis élu de nouveau à la tête du Comité national olympique depuis le 9 décembre et je m’emploie avec ma nouvelle équipe à essayer d’organiser le travail. Cela passe par la recherche d’un siège où les symboles, les sigles, et tout ce qui est censé représenter les valeurs olympiques doivent y être exposés. On a des drapeaux et des emblèmes, il faut que nous ayons un endroit suffisamment aéré pour rendre visible ces éléments. Nous y travaillons depuis deux mois. J’ai été à la tête du Cosic et je connais ses problèmes. Nous nous devons d’être crédibles auprès des instances régionales notamment. Je veux parler d’abord des Jeux des îles. Nous sommes dans ces Jeux depuis 1979. Nous sommes l’un des pays promoteurs. Mais nous n’avons jamais pu les organiser. On a reçu le drapeau à deux reprises, mais malheureusement il n’y a pas eu d’accompagnement. Justement, les Comores ont encore une fois affiché leur intention d’abriter les dixièmes Jeux des îles de l’Océan indien. Où en est ce dossier et que faites-vous pour que cela aboutisse cette fois ? Les choses ont changé. Les autorités gouvernementales, notamment le président de la République, affichent une réelle volonté pour l’organisation de ces jeux. L’organisation des jeux de la Cjsoi l’été dernier a été un succès… C’était difficile mais l’Etat s’y était impliqué. Aujourd’hui, nous nous sommes prononcés pour les jeux de 2019, je place mon objectif sur cette échéance. Je suis heureux que l’Etat se soit engagé. Le terrain de Maluzini a été alloué pour le compte des sportifs comoriens. C’est un bon signe! J’espère pourvoir rencontrer bientôt le chef de l’Etat et le ministre de la Jeunesse et des sports pour parler des préparatifs de la prochaine réunion du Cij qui va avoir lieu en avril prochain à Moroni afin de défendre toutes nos chances. Nous pouvons monter un dossier crédible qui peut se défendre. Je mise sur cet environnement favorable qui s’est créé mais aussi l’harmonie entre le comité olympique et les autorités gouvernementales. Et par rapport aux moyens pour élaborer ce dossier ?


ANOCA Update Mars 2013

Le sport africain En matière d’infrastructures, l’Etat a pris des engagements. Mais il n’y a pas que cela puisque le village des jeux est un grand projet qui nécessite de gros moyens. Dans le cadre de nos relations avec le Comité international olympique (Cio) et les fédérations internationales, nous allons mettre en place dès maintenant des produits de formations pour qu’avec les fonds que nous allons devoir engager, nous puissions disposer des officiels, des techniciens et des administrateurs de sports. Nous devons respecter le cahier des décharges, en matière d’infrastructures comme pour ressources humaines. La formation doit démarrer dès maintenant, car 2019 c’est dans six ans mais il faut déjà s’y mettre. C’est d’ailleurs dans cette perspective que je vais participer bientôt à Dakar, au Sénégal, à la réunion quadriennale pour aller afficher nos intentions et demander le concours du Cio dans le soutien de nos fédérations avec des programmes de formations. Selon les échéances, qu’est-ce qui se fait pour confirmer notre candidature ? Notre politique est de rassurer les fédérations nationales pour qu’elles comprennent que notre engagement, c’est aussi notre capacité à pouvoir proposer des projets, les préparer et avoir l’assurance et la conviction de les réaliser. Et là aussi, chaque fédération doit proposer des programmes pour nous accompagner. Il est clair que ce n’est pas le Comité olympique qui administre ces fédérations. Nous sommes le fédérateur mais chaque fédération a son rôle et sa préparation spécifique. Il y a les Jeux de 2019 mais il y aussi ceux de 2015 à La Réunion lesquels doivent constituer un tremplin pour que nous puissions commencer à montrer que nous sommes crédibles parce que, quand on organise les jeux, c’est pour les gagner. Il s’agit d’un engagement national dans lequel se joue la crédibilité du sport comorien mais, plus encore, celle de tout le pays. Qu’attendez-vous des uns et des autres ? Je fais confiance à l’Etat. En tenant compte des engagements récents, notamment, et sur le fait que les autorités nous ont demandés de réaliser une étude. Je dois souligner que pendant longtemps, le budget comorien ne prenait pas en compte le sport, c’est une donnée non négligeable. Tout le monde comprend la nécessité d’accorder de l’importance au sport. Nous espérons avoir en l’Etat un grand partenaire. Que le sport soit pris dans sa véritable dimension et que nous puissions voir comment mobiliser les ressources financières pour répondre aux défis maintenant mais surtout demain. Je suis en train de réfléchir par rapport aux canaux qui peuvent engendrer des ressources régulières pour financer le sport comme le carburant, le tabac, etc. C’est sur tout ça que j’espère obtenir du gouvernement qu’on considère le sport comme une activité qui mérite tout le soutien de l’Etat comorien et celui de toutes les autorités. Certains dans le milieu sportif reprochent le Cosic d’être une institution plutôt fermée et discrète. Que répondez par rapport à cette critique ? C’est peut être un sentiment que les gens ont! Mais je vais travailler dans la transparence et cultiver une bonne relation avec toutes les fédérations, la presse et tout le monde. Notre disponibilité sera à tout moment. On ouvre nos portes à tout le monde. Je suis prêt à discuter avec la presse, notamment sur les choix que nous aurons à faire sur les disciplines que nous représenteront à l’extérieur. Nous travaillons avec Hassane Mmadi Aboudou, comme principal administrateur du Comité national olympique. Ali Mohamed Papa occupe la fonction de chargé des relations avec les fédérations. Par là, nous allons travailler en étroite collaboration avec nos fédérations afin d’améliorer les conditions de travail de notre institution. Je souhaite que nous soyons disponibles envers tout le monde. Car, ensemble, nous allons réussir pour faire de cet engagement de 2019, notre affaire. Ce n’est pas seulement l’engament du président du Cosic, ni celui de l’Etat, mais l’engagement de tous les Comoriens. Nous devons avoir confiance aux capacités du pays afin de faire de cet engagement une réalité parce que ce projet va à l’honneur de notre pays.


ANOCA Update Mars 2013

Le sport africain

La 7ème édition de la CISA aura lieu à Dakar

L

a 7ème édition de la Convention Internationale du Sport en Afrique (CISA) se tiendra finalement à Dakar, au Sénégal, du 3 au 5 mai 2013. Initialement prévue dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, cette manifestation a été délocalisée par la société JAPPO SA, organisatrice de cet événement sportif.

La raison évoquée est le peu de progrès réalisés depuis que Ouagadougou a été désignée pour abriter ladite manifestation. La CISA est une initiative de JAPPO SA, une société de gestion d’événements et de Management en sport basée dans la capitale sénégalaise. Cet événement offre une opportunité aux dirigeants et aux organisations sportives de se rencontrer et de discuter du développement du sport africain. Lancée en 2007 à Dakar, la CISA a déjà été organisée dans plusieurs grandes villes d’Afrique : Abuja (Nigéria) en 2008, Alexandrie (Egypte) en 2009, Johannesburg (Afrique du Sud) en 2010, Marrakech (Maroc) en 2011 et Bamako (Mali) en 2012.


Anoca update mars 2013 francais  
Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you