Issuu on Google+

Guyancourt magazine www.ville-guyancourt.fr

Toute l’actualité de votre ville_ N° 455_ 11 avril 2013 _ 1 euro

06_Actualités

08_Zoom

15_Zoom

11 NUIT DES ARTS MARTIAUX

GUYANCOURT-COMÉ: LA COOPÉRATION SUIT SON CHEMIN

AUGUSTIN HEURTEBISE UN PAYSAN ANTI-AÉRODROME

E

11 _ Dossier

BUDGET 2013 ÉQUILIBRE ET SOLIDARITÉ


 >

Éditorial

Christian Lauté

02

François Deligné, Maire de Guyancourt Conseiller Général des Yvelines Vice-Président de la C.A. de SQY

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

Au-delà des difficultés, pour vous, un budget municipal fidèle à nos valeurs

Le conseil municipal de Guyancourt a adopté, à l'unanimité des exprimés, mercredi 27 mars, le budget primitif 2013 et les taux des impôts communaux directs. Son élaboration s'est faite dans un contexte particulièrement contraint (notamment du fait de la contribution exigée pour le FSRIF*). Mais l'équipe municipale que j'anime a tenu à assumer pleinement sa volonté de solidarité. n Pour faire face aux difficultés sociales vécues par de nombreux Guyancourtois, la subvention versée au CCAS atteindra 408000 € contre 239000 € inscrits au budget primitif 2012. n Pour ne pas alourdir l'effort fiscal des familles guyancourtoises, le taux communal des impôts locaux restera inchangé. n Pour continuer notre action auprès de vous, l'éducation reste la priorité majeure de la municipalité et nous maintiendrons la qualité de notre service public local. La Ville de Guyancourt s'est dotée des moyens de répondre aux besoins d'aujourd'hui et les réalisations attendues seront réalisées: nouveau groupe scolaire Lurçat-Triolet, extension du local associatif Pierre-Mendès-France, requalification de l'espace Yves-Montand… Notre action sur le long terme nous a doté des atouts qui nous permettent de préparer l'avenir: l'attractivité économique et une gestion financière saine… Ces atouts nous permettront ainsi de continuer à agir pour vous et pour l'intérêt général.

* FSRIF: Fonds de Solidarité des communes de la Région Île-de-France (lire p. 13)

>

Sommaire 06_ACTUALITÉS

08_ZOOM

11_DOSSIER

15_ZOOM

16_L’AGENDA

• 11 Nuit des arts martiaux

• Guyancourt-Comé: la coopération suit son chemin

BUDGET: UN CHALLENGE À RELEVER

• Augustin Heurtebise, paysan anti-aérodrome

• 24 avril: Juan Rozoff + Fred Wesley • 24 avril: 7

e

• Ces services qui font la différence

Responsable de la publication : Yves MACHEBŒUF • Secrétariat de rédaction : David HOUDINET - Jean MEYRAND • Rédaction : David HOUDINET - Sarah FERREIRA • PAO : Céline BOCKELMANN • Photos : Christian LAUTÉ - Siméon LEVAILLANT - Couverture : Christian LAUTÉ • Maquette : CITIZEN PRESS : 01 77 45 86 86 • Réalisation : Direction de la Communication • Impression : Imprimerie Moderne de l’Est • Tirage : 13 000 exemplaires - Hôtel de Ville de Guyancourt - 14, rue Ambroise Croizat - Centre-Ville - BP 32 78 041 Guyancourt - Tél. : 01 30 48 33 33 • N° ISSN : 1274-5804.


Retour en images

<

03

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

© Christian Lauté

© Christian Lauté

Dambé, concert sous casque

Restitution de l’atelier théâtre

L’exposition Jouets de rôles

UN MOIS DE MARS (TRÈS) TEMPS DES FEMMES Spectacles, expositions, débats, projection de film, balade à vélo, concerts… les habitantes et les habitants de Guyancourt ont eu fort à faire, à voir et à discuter pendant le Temps des femmes. Pour sa troisième édition, la manifestation organisée dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes (le 8 mars) est allée encore plus loin dans la variété des rencontres. L’événement est dorénavant un des grands rendez-vous du mois de mars. Merci à toutes et à tous d’y avoir participé, et rendez-vous l’année prochaine.

© Christian Lauté

Table ronde au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines

© Christian Lauté

© Christian Lauté

Cheblan genei et les 7 naines

© Christian Lauté

Les Falbalas lors du vernissage de l’exposition Jouets de rôles.


>

Retour en images Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

UN MINISTRE À GUYANCOURT

© Siméon Levaillant

Manuel Valls était en visite au commissariat, le 16 mars. Accueilli par François Deligné, Maire de Guyancourt et Conseiller Général des Yvelines et par les représentants des forces de l’ordre, le ministre de l’Intérieur s’est entretenu avec la jeune policière blessée au début du mois lors d’une intervention dans l’un des centres commerciaux de Montigny-le-Bretonneux. Il a ensuite pris le temps de discuter avec les agents de la police nationale.

COMMÉMORATION DU 19 MARS

LES GUYANCOURTOIS AIMENT LA DANSE Au mois de mars, les Guyancourtois ne savaient plus où donner des pieds. Il y en avait pour tous les goûts : des danses irlandaises de la Saint Patrick, fêtée à la Maison de quartier Théodore-Monod, au madison et autres parties de hula hoop lors de la soirée « Salut les copains », proposée à la Maison de quartier Auguste-Renoir. Enfin, pour ceux qui n’auraient pas eu leur ration de danse, un bal country était proposé par l’association Let’s dance.

© Christian Lauté

© Siméon Levaillant

© Christian Lauté

Le 19 mars 1962, les accords d’Évian signés par la France et le gouvernement provisoire de la République algérienne mettaient fin à la guerre d’Algérie. Pour le 52e anniversaire de ce cessez-le-feu, les élus, les habitants et les représentants des fédérations des anciens combattants se sont rendus au monument aux morts et ont également déposé une gerbe, rue du 19 mars 1962, aux Garennes.

© Siméon Levaillant

04


Retour en images

<

05

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

BALADE PHOTO POUR L’EXPOSITION REFLEX

© Christian Lauté

© Christian Lauté

© Siméon Levaillant

Les ateliers proposés dans le cadre de l’exposition Reflex se poursuivent. Le dernier était consacré à une balade photo, animée par Christian Lauté, photographe professionnel. La séance a donné lieu à un exercice de style au cours duquel les participants ont su dépasser leurs appréhensions, n’hésitant pas à multiplier les angles de vue sous l’œil de l’intervenant.

VACANCES BIEN REMPLIES POUR LES JEUNES

© Christian Lauté

Comme à chaque période de congés, la Ville avait préparé un programme de choix pour les jeunes restés à Guyancourt. Accueillis dans les Points Jeunes, ils ont pu participer à toutes sortes d’ateliers (couture, fabrication d’éléments de jardin potager en bois…) et de sorties (patinoire, cinéma…). Certains ont pu aussi participer à un cluedo des îles au cours duquel ils ont interrogés de mystérieux pirates et autres personnages des Caraïbes.


06

>

Actualités Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

© Christian Lauté

L’ÉVÉNEMENT

11E NUIT DES ARTS MARTIAUX Entre spectacles et performances sportives, gardez les yeux bien ouverts lors de la soirée du 20 avril. Huit associations d’arts martiaux rivaliseront d’adresse au Gymnase des Droits de l’Homme.

A

près le « show » des gymnastes en 2012, c’est au tour des spécialistes des sports de combat de nous en mettre plein la vue. Le rendez-vous est proposé une année sur deux, en alternance avec la Nuit de la Gymnastique, avec un objectif caritatif. La Nuit des Arts Martiaux, qui en est à sa 11e édition, est organisée par la Ville en partenariat avec plusieurs associations guyancourtoises. Arts Martiaux Sheishin Kai, Boxing Art 78, Budo Club de Guyancourt, CKW Dragon Noir, Guyancourt Judo Club, Kannagara Aïkido, TKD 78 et pour la première fois, le club de boxe thaïlandaise, Eclipse 78, présenteront leur savoir-faire au travers de petits spectacles. Ombre et Lumière, Comme un feu d’artifice,

rêve olympique, l’art de la paix… sont les titres de quelques-unes des représentations, parmi d’autres, à découvrir… L’événement attire en moyenne 800 spectateurs, venus pour découvrir des sports dont ils ne soupçonnaient peut-être pas l’existence ou pour se régaler des prouesses techniques affichées par des maîtres du genre. Un coup de pouce pour les jeunes L’intégralité des ventes de billets sera reversée à l’association caritative Passerelles, club de prévention spécialisée auprès des 15-25 ans au travers de projets éducatifs et citoyens, en lien avec les Maisons de quartiers (chantiers éducatifs de rénovation de transformateurs EDF, chantier de

solidarité internationale, travail de rue…). Alors si vous souhaitez plonger dans l’univers de Jet Li tout en faisant un geste pour les jeunes Guyancourtois, c’est le moment ! Sarah Ferreira 11e Nuit des Arts Martiaux Samedi 20 avril à 16 h 30 et à 20 h

Tarifs : 5,70 € (adultes) ; 2,05 € (pour les moins de 16 ans). Les places sont à retirer à partir du 25 mars du lundi au vendredi au service des Sports à l’Hôtel de Ville. Pas de billetterie le samedi matin. Vente de billets sur place à partir de 15 h 30. Renseignements : 01 30 48 34 29. Gymnase des Droits de l’Homme


Actualités

<

07

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

À NOTER

Portes ouvertes à l’École de musique

© Christian Lauté

Du lundi 22 au vendredi 26 avril, la structure vous invite à venir écouter de la musique, essayer un instrument, se renseigner et rencontrer les enseignants. Lors de cette semaine « portes ouvertes », plusieurs concerts sont prévus dans l’auditorium et dans le hall de l’École Municipale de Musique. À vos agendas ! • Lundi 22 avril à 19 h : l’Orchestre Symphonique dirigé par François Feuillette. • Mardi 23 avril à 19 h: les Cuivres (trompettes, trombones et cors) et de 18h30 à 20 h: le Bœuf des Musiques actuelles (guitares électriques, basse, batterie et piano jazz). • Mercredi 24 avril de 18 h à 20 h : présentation des cordes (violon, alto et violoncelle), des flûtes à bec, des guitares et des percussions par les enseignants et leurs élèves. • Vendredi 26 avril à 18 h 30 : rencontre avec les flûtes traversières, les guitares classiques, les hautbois. Retrouvez le programme détaillé sur www.labatteriedeguyancourt.fr. À noter : Les ré-inscriptions pour les anciens élèves (2013-2014) auront lieu du 8 au 26 avril et les nouvelles inscriptions se feront au mois de mai.

Mémoires de quartier au Pont du routoir

4 514 C’est le nombre d’heures que 133 groupes de musique ont passé dans les studios de la Batterie pour des répétitions ou des cours, en 2012.

Venez remonter le temps avec nous pour une rencontre petitdéjeuner. L’archiviste communale, Isabelle Gourmelin, retracera les quarante ans de votre quartier. La chargée de mission, Katy Blondeau, vous présentera les ateliers-témoignages auxquels vous serez invités à participer. Venez nous conter votre quartier! Samedi 13 avril à 9h30 à la salle polyvalente de l’école Georges-Politzer Une première collecte de souvenir aura lieu le 20 avril. Pour plus de renseignements: Katy Blondeau Chargée de mission Mémoires de quartier Maison de quartier Théodore-Monod 11 place Pierre-Bérégovoy 78280 Guyancourt Tél.: 0130445078 memoiresdequartier @ville-guyancourt.fr katy.blondeau.stagiaire @ville-guyancourt.fr

VIE ASSOCIATIVE ET RELATIONS INTERNATIONALES BIENTÔT DE NOUVEAUX HORAIRES À partir du 1er mai 2013, le service Vie Associative et Relations Internationales sera fermé au public le lundi matin de 8 h 30 à 12 h. L’équipe vous accueillera le lundi de 13 h 30 à 17 h, le mardi, mercredi et vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h et le jeudi de 13 h à 20 h.

APPEL À CANDIDATURE

Vous êtes lycéen et vous êtes sensibilisé au Développement Durable et à l’Environnement. La Ville vous propose d’accompagner des jeunes de Comé dans leur découverte des actions liées au Développement Durable et à l’Environnement du 8 au 15 juillet 2013. Vous participerez à des activités portant sur ces thèmes (recyclage des déchets, changement climatique…) ainsi qu’à des échanges culturels (soirées, ateliers danse, théâtre…). Conditions de participation : > être Guyancourtois ; > être lycéen ; > envoyer une lettre de motivation. Attention : seulement 7 places disponibles. Sélection des candidats par un jury. Envoyez votre lettre de motivation, accompagnée d’une autorisation parentale au plus tard le lundi 13 mai à : service Jeunesse, Hôtel de Ville - 14, rue Ambroise-Croizat - BP 32 - 78 041 Guyancourt Cedex.


08

>

Zoom Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

GUYANCOURT-COMÉ: LA COOPÉRATION SUIT SON CHEMIN Depuis plusieurs années, Guyancourt participe à la mise en place de la décentralisation à Comé, au Bénin. Après une première convention triennale, les deux communes s’apprêtent à signer un nouvel accord pour la période 2013-2015. Voici un aperçu du chemin parcouru grâce aux actions de la Ville.

I

l y a un peu plus de quinze ans, en 1997, un voyage d’étude était mené par Guyancourt au Bénin et au Mali afin de nouer des liens avec une ville d’Afrique de l’Ouest. Comé est alors retenue pour la qualité des échanges, le dynamisme des élus locaux et l’accessibilité de la commune. De premiers dispositifs sont mis en place avec l’envoi de conteneurs de matériel pédagogique, échange de correspondances entre écoles, organisation de chantiersjeunes… C’est en 2004 que les liens de coopération s’officialisent avec la signature d’un Protocole d’Amitié et d’une Convention de coopération décentralisée. Plusieurs conventions opérationnelles seront ensuite signées entre 2007 et 2009. Cette même année (2009), Guyancourt met à disposition de Comé un Volontaire de Solidarité Internationale (VSI) qui va servir d’interface entre la Ville, Comé et les autorités. « Les projets se sont intensifiés et, au vu

é oum C e d s e n t i m PCoomréterstal’une deenst6dcuoMmono. o Novo

Port rtem du dépa kilomètres de Cotonou, 7 e 9 d s. à trouve nin et à 67 km erciale du pay Elle se é m B m u o d c e capitale e et passerell 40 km2 rtuair bitants icie : 2 ville po Superf e : 60 000 ha in ba ents tion ur 2011) Popula (estimation 5 arrondissem : if . t le ministra uartiers de vil ices q age ad rv Découp 38 villages ou icipale : 10 se et l mun ra n é io n t é at g istra Admin et le secrétari d’agents). aine t n ra a u (une q

de l’ampleur du projet, il était important que le Volontaire puisse assurer pleinement un suivi de terrain. Cela a permis de faciliter les échanges et le suivi technique des différents projets », explique Geneviève Sagbohan, adjointe au Maire chargée des Finances et du Jumelage. Pour ce faire, chaque semaine, deux points téléphoniques ont lieu entre la Ville, le Volontaire et les représentants de Comé afin de constater la progression des dossiers. Des adresses et des postes créés au Bénin Le partenariat mis en place par les deux villes est fondé sur quatre axes. Le premier concerne le développement urbain avec la mise en place du Registre Foncier Urbain (RFU), l’une des pierres angulaires de cette coopération décentralisée depuis 2010 (lire encadré). « Après avoir été mis en place dans l’arrondissement central de Comé, le RFU

© Ville de Guyancourt

Avant l’adressage, certains habitants écrivaient leur numéro de téléphone sur leur porte pour être trouvés par leurs visiteurs.

© Ville de Guyancourt

La Ville de Comé a lancé une vaste opération d’adressage fin 2012.


Zoom

<

09

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

En 2011, un groupe de jeunes béninois a été sensibilisé au lombri compostage.

© Christian Lauté

va être étendu aux autres secteurs de la commune, commente Geneviève Sagbohan. L’adressage vient de débuter cette année et la population est vraiment enthousiaste. Cela peut nous sembler anodin en France, mais avoir un nom et un numéro de rue est une petite révolution. Jusqu’ici, certains habitants de Comé écrivaient leur numéro de téléphone sur leur porte pour être trouvés par leurs visiteurs. » Le second axe de la coopération concerne les échanges interculturels avec les chantiersjeunes (appel à candidature p. 7). Grâce à cette initiative, les jeunes Guyancourtois ont pu participer à la construction d’infirmeries ou mettre en place des classes informatiques dans deux collèges-lycées de Comé. En 2011, les jeunes Béninois sont venus dans les Yvelines pour participer à des ateliers autour de l’environnement (lombri compostage avec l’association Ville Verte ou visite des jardins familiaux). Depuis leur retour, ils ont créé des associations dans leur lycée afin de sensibiliser les autres élèves au développement durable et à l’écologie. Le troisième axe porte sur la transmission de savoirs et de compétences aux élus et personnels administratifs de Comé. Chaque année, une délégation béninoise se rend en France afin d’être formée dans différents domaines allant de la gestion des ressources humaines à l’informatique. En parallèle, des employés municipaux de Guyancourt vont apporter soutien et conseil à leurs homologues béninois. En décembre dernier, trois agents de la Ville (Informatique,

services Techniques et Vie Associative et Relations Internationales,) sont allés en mission au Bénin. L’un a assuré la maintenance des ordinateurs et formé six agents à l’utilisation des logiciels de bureautique. Un deuxième a apporté une expertise et des conseils afin de créer une régie technique. La troisième a évalué les actions du programme pluri-annuel 20102012. Cet appui a notamment permis un

© Ville de Guyancourt

Un cours d’informatique dans l’un des collèges-lycées de Comé.

renforcement des services municipaux et la création de deux postes (plombier-électricien et informaticien). Guyancourt continue de cultiver la solidarité grâce à cette coopération. L’action de la Ville est complétée par des initiatives du Comité de Jumelage ou des échanges entre les écoles des deux communes jumelles que vous découvrirez dans notre prochain numéro. David Houdinet

Le RFU qu’est ce que c’est? Le Registre Foncier Urbain est un outil de planification urbaine qui comporte les quatre volets suivants: > Foncier: il sert de base de données foncières. Des enquêteurs vont vérifier sur place s’il y a des habitations ou des commerces sur les parcelles de terrain. C’est une sorte de cadastre simplifié. > Fiscal: les données urbaines recueillies permettent le recouvrement des impôts fonciers. Ainsi, pour la première fois en 2012, le RFU a contribué à la fiscalité locale. Ces ressources financières vont ainsi permettre de renforcer la capacité financière et la maîtrise d’ouvrage locale de Comé. > L’adressage: l’un des autres objectifs du RFU est de permettre de donner des noms de rues et d’attribuer des numéros aux commerces et habitations. L’opération a commencé en 2013 en collaboration avec l’Ambassade de France et l’aide d’un assistant technique du Ministère béninois de la Décentralisation, de la Gourvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire. > Institutionnel: pour gérer cet outil de planification urbaine, un service RFU a été créé à Comé. Le service travaille en collaboration avec la Volontaire de Solidarité Internationale envoyée par Guyancourt.


10

>

Infos travaux Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

© Christian Lauté

LE STATIONNEMENT CHANGE À VILLAROY

les cycles, bus et taxis…). L’entrée se trouvera du côté de la rue Philibert-Delorme. Les automobilistes sont invités à utiliser ce parking dès la mi-mai. > Phase 2 (du 15 au 31 mai) : Fermeture du parking actuel et pose d’une clôture afin de préparer le terrain pour les futurs travaux réalisés en 2014.

> Phase 3 (du 1er juin au 31 juillet) : Réalisation de 56 places de stationnement, avec enrobé et bordure en béton, le long des rues André-Leroi-Gourhan (près du jardin des Gogottes), Philibert-Delorme (en face de la pharmacie) et Nicolas-Ledoux (dans le prolongement de la brasserie). Montant total des travaux : 222 435 €.

© CASQY

L

e projet de la future entrée de quartier de Villaroy comprendra de nouveaux logements, des commerces et un hôtel (à découvrir dans un prochain numéro de votre magazine) et débutera à la rentrée 2014. Dans ce cadre et suite à la prochaine cession des terrains au futur promoteur, la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-enYvelines va entreprendre des travaux de préfiguration du 15 avril à la fin du mois de juillet. L’ancien parking (à proximité du supermarché) sera remplacé par un nouveau situé en face, de l’autre côté de la rue Georges-Hausmann. Le parking souterrain du supermarché reste ouvert. Suite à cette opération, la quantité de places de stationnement actuelle restera la même. Les aménagements se dérouleront selon le programme prévisionnel suivant : > Phase 1 (du 15 avril au 15 mai) : Construction d’un parc de stationnement de 56 places face à la pharmacie. Pose d’un enrobé et matérialisation des places de stationnement. Ce parking est la préfiguration des futurs aménagements publics (espaces verts, emplacements pour

© Christian Lauté

DE NOUVELLES PISTES CYCLABLES La Communauté d’agglomération de Saint-Quentinen-Yvelines aménage des circulations douces sur la route de Saint-Cyr, le rond-point des Saules, l’avenue Claude-Monnet, le rond-point des Sangliers et l’avenue Eugène-Freyssinet. Les travaux consistent à créer une piste cyclable (en enrobé noir) et un trottoir (en enrobé rouge) afin d’assurer la continuité de l’entrée de ville du côté de Saint-Cyr jusqu'à Bouygues Challenger. Afin d’être adaptée aux Personnes à Mobilité Réduite, la piste cyclable sera mise aux normes d’accessibilité (pavé guide, potelet, bande podotactile…). Pendant la durée des travaux, seules des demi-voies de circulation seront neutralisées et une déviation piétonne sera mise en place. Fin des travaux prévue: fin juillet 2013. Coût: 1010000 €.


Dossier

<

11

© Christian Lauté

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

Habituellement voté en décembre, le budget de la commune a été adopté le 27 mars dernier.

BUDGET: UN CHALLENGE À RELEVER Le budget primitif est voté habituellement en décembre par le Conseil Municipal. Au fil des ans, les contraintes financières qui pèsent sur les collectivités locales rendent l’exercice plus complexe. D’autant que la Ville a tenu à ne pas affecter les impôts communaux et la solidarité en direction des Guyancourtois.

M

algré son attractivité économique restée intacte, Guyancourt n’échappe pas à la crise qui frappe le pays depuis 2008. Les services sociaux en sont les premiers témoins. Leur taux de fréquentation a augmenté de 61 % de 2011 à 2012. Le service Emploi a quant à lui suivi 41,8 % de demandeurs d’emploi en plus, sur la même période. Il faut savoir également que les dotations financières de l’État aux communes ont stagné ces dernières années. La Dotation Globale de Fonctionnement est passée de 5,7 millions

d’euros en 2012 à 5,5 millions en 2013. Mais c’est le poids du Fonds de Solidarité des communes de la Région d’Île-de-France (FSRIF) qui complique l’élaboration du budget. La Ville en était exonérée jusqu’à ce que l’ancienne majorité parlementaire modifie les modes de calculs en décembre 2011. Ainsi en 2012, il aura fallu verser 1,3 million d’euros au titre du FSRIF et 202 000 € au titre du Fonds de Péréquation des ressources Intercommunales et Communales (FPIC). Selon les estimations de la Ville, la contribution communale au FSRIF s’élèverait à 1,8 million d’euros pour 2013. À l’heure où nous bouclons ce dossier, le ministère des Fi-

nances aura peut-être statué sur le montant définitif de la contribution (lire encadré p. 13). Les élus ont donc demandé aux services municipaux de redoubler d’efforts pour permettre l’adoption du budget primitif (voté le 27 mars à l’unanimité des suffrages exprimés) et dégager les marges de manœuvre nécessaires, sans remettre en question les services publics rendus aux habitants, surtout dans une période où les plus démunis en ont besoin. Dépenses et recettes adaptées aux contraintes Le budget 2011 avait dégagé un excédent de


12

>

Dossier Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

1,5 million d’euros, totalement absorbé en 2012 par les contributions au FSRIF et FPIC. Le budget 2013 ne bénéficie pas d’une somme comparable pour ouvrir des perspectives, avec une contrainte supplémentaire de 1,8 million d’euros à débourser de surcroît. Face à cette difficulté, les budgets du Printemps de l’Enfance, de l’École des parents et de la Fête de la Danse seront revus à la baisse. L’optimisation du coût d’entretien des équipements et le changement d’opérateur de téléphonie permettront également de réaliser des économies. D’autre part, la Ville prévoit l’achat de deux véhicules électriques pour les besoins des services. Autre décision liée aux frais de personnel: l’impossibilité de recruter des contrats d’avenir malgré l’attrait de ce dispositif. En parallèle, des rentrées financières sont prévues avec la vente des terrains des anciennes écoles Marc-Chagall (1,3 million d’euros) et Paul-Langevin (1,1 million d’euros) à un promoteur immobilier. Moins conséquentes mais non négligeables, les recettes de la Batterie augmenteront avec le passage du prix du billet de 20 à 25 € lors des concerts des plus grandes vedettes. Dans l’ensemble, les tarifs aux usagers (restauration scolaire, centres de loisirs…) sont réactualisés avec une hausse de 3,8 % due à l’augmentation du coût de la vie.

La Ville a choisi de maintenir les services publics sans augmenter les impôts.

réfection des cours des écoles Charlemagne et Maximilien-Robespierre (200000 €), la réfection des rues Léonard-de-Vinci, Edgar-Degas et Raoul-Dufy (200000 €, 110000 €, 95000 €) et enfin l’enfouissement de plusieurs éco-points (80000 €). Pour mener à bien tous ces projets, la Ville pourrait contracter un emprunt de 8,5 millions d’euros au maximum. Outre la maximisation des recettes d’investissement (énumérées cidessus), l’autre priorité de ce budget 2013 est de continuer à apporter une aide aux Guyancour-

Un effort maintenu pour les projets et la solidarité Toutefois, certains travaux indispensables ne sont pas remis en cause. À commencer par la construction du groupe scolaire Jean-Lurçat / Elsa-Triolet, pour laquelle 11 millions d’euros seront nécessaires. L’école devrait ouvrir ses portes à la rentrée 2014. D’autres investissements sont planifiés: le réaménagement des places de l’église et Thérèse Saint-Martin (600000 €), la

tois en situation précaire. En 2012, la Ville avait augmenté la dotation au Centre Communal d’Action Sociale (239000 €) de plus de 140000 €. Dès le début 2013, la subvention sera d’au moins 408000 € pour un budget total de 600000 €. La Ville compte également accroître le recours aux subventions, comme celle attendue du Conseil Régional dont on espère un premier coup de pouce en 2013 pour la construction du nouveau groupe scolaire. Sarah Ferreira

LE BUDGET 2013 EN BREF POURSUITE DES PROJETS

Les élus ont décidé de réduire certaines dépenses de fonctionnement. L’organisation de la Fête de la danse à La Ferme de Bel Ébat permettra de réaliser des économies.

Malgré les difficultés financières dues à la contribution au FSRIF, la Ville maintient la construction du futur groupe scolaire JeanLurçat / Elsa Triolet sur les terrains Châteauneuf.

© Christian Lauté

ÉCONOMIES

Le Centre Communal d’Action Sociale bénéficiera d’une subvention supplémentaire de la Ville. De 2011 à 2013, son budget aura été augmenté de plus de 65 %.

© Christian Lauté

MAINTIEN DE LA SOLIDARITÉ


Dossier

<

13

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

Un budget comment ça marche ?

Budget 2013 : 48 000 000 € en fonctionnement 24 000 000 € en investissement

Fonctionnement: dépenses relatives à des charges fixes (électricité, gaz, eau…) et à des consommables utilisés pour le fonctionnement des services publics. Investissement: dépenses liées à des biens immobiliers enrichissant le patrimoine de la Ville (construction, rénovation…).

RÉPARTITION PAR SECTEUR DES DÉPENSES RÉELLES :

À quoi sert le FSRIF ?

FSRIF 2,67 %

Le Fonds de Solidarité des communes de la Région Ile-de-France (FSRIF) a été créé en 1991 pour assurer la solidarité entre villes riches et pauvres, dans une région où les inégalités de territoires sont très fortes. Les communes cotisent selon de nombreux critères. À l’origine, en étaient exonérées celles qui comme Guyancourt recevaient une Dotation de Solidarité Urbaine pour contribuer à améliorer les conditions de vie des habitants les plus en difficulté (339000 € en 2011 et 2012). Mais la loi de finances de 2012 (votée par les parlementaires fin décembre 2011) en a décidé autrement. Aujourd’hui, les villes à fort potentiel fiscal, quelle que soit la situation sociale de leurs habitants, doivent s’acquitter d’une certaine somme, amenée à évoluer chaque année. En 2012, la Ville a dû verser 1,3 million d’euros au titre du FSRIF. Le Maire, François Deligné, a engagé avec plusieurs collègues de communes franciliennes un travail pour proposer aux pouvoirs publics une correction des effets pervers du dispositif. Le gouvernement, les parlementaires et le syndicat « Paris Métropole » ont pu étudier des propositions pour prendre en compte dans les critères du FSRIF la réalité sociale (plus de 50 % de logements sociaux, des revenus nettement inférieurs au revenu moyen par habitant en Ile-de-France, lire Guyancourt Magazine n° 448) et accroître les contributions des communes aux populations plus favorisées. Une évolution en ce sens est espérée pour 2014…

DETTE COMMUNALE

SERVICE PUBLIC ANIMATION (culture, sport, jeunesse, vie associative)

(état-civil, administration générale, informatique)

19,39 %

19,33 % COMMUNICATION 1,26 %

SOCIAL (petite enfance, aide sociale, emploi, solidarité)

ENFANCE (école, centre de loisirs, centre de vacances, restauration scolaire)

11,62 %

21,98 %

CADRE DE VIE (sécurité, urbanisme, entretien et aménagement des voiries et espaces verts)

12,71 %

GROUPE SCOLAIRE LURÇAT-TRIOLET 11,04 %

PAS D’AUGMENTATION D’IMPÔTS

RÉACTUALISATION DES TARIFS

Les taux des impôts locaux (11,56 % pour la taxe d’habitation et 17,97 % pour la taxe foncière) resteront identiques pour 2013. La taxe d’enlèvement des ordures ménagères, elle, varie en fonction de la quantité réelle de déchets collectés, et du nombre de logements.

Pour s’adapter à l’augmentation du coût de la vie (prestataires, fournitures…), les tarifs municipaux ont été réévalués.

© Dominique Ciarlo

© Christian Lauté

0%

En 2013, Guyancourt devra verser 1,8 million d’euros au titre du FSRIF, ce qui représente: 10 % d’augmentation des impôts OU le salaire de 60 agents municipaux à temps plein OU 3 fois le budget du Centre Communal d’Action Sociale OU 1,5 fois le marché alimentation de la restauration scolaire.


14

>

Dossier Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

CES SERVICES QUI FONT LA DIFFÉRENCE Le saviez-vous ? Nombre de services remplis par la Ville sont facultatifs. Mais ils font sa richesse et participent à la qualité de vie des habitants.

Un soutien multiple à l’éducation La Ville participe à l’éducation des petits Guyancourtois. Les classes de découverte permettent à plus de 300 écoliers par an d’expérimenter la vie en collectivité en découvrant des activités sportives et culturelles, des régions méconnues avec leurs traditions et leurs métiers. À chaque rentrée, les élèves de CP reçoivent un livre-CD et les 6es, un dictionnaire. Pour la 25e année, le Printemps de l’Enfance invite les classes (maternelles et élémentaires) à prendre part à des ateliers pédagogiques. Huit centres de loisirs accueillent environ 750 enfants le mercredi et les crèches offrent 450 places. Pour toutes ces prestations (y compris la restauration scolaire), aucune famille ne paie le co��t réel du service, une partie est prise en charge par la commune. D’autre part, l’École des Parents de Guyancourt organise régulièrement des conférences et des ateliers sur des thèmes liés à l’éducation des enfants. Jeunesse, sports, vie de quartiers et soutien aux associations La Boutique Info Jeunes (BIJ) permet aux 16-25 ans d’obtenir des conseils sur leur orientation et leurs projets de vie. Un lieu complété par les Points Jeunes et leurs activités à la fois ludiques et éducatives à destination des 11-17 ans. Tous les Guyancourtois, quel que soit leur âge, peuvent pousser la porte des quatre Maisons de quartier et des deux Espaces Publics Numériques (EPN). Même dynamique pour le sport avec un taux d’équipement élevé qui profite aux associations. La Ville les soutient par ailleurs avec une aide à la formation et une aide à la gestion des fiches de paie de leurs salariés, par l’intermédiaire de

l’association « Profession Sports 78 ». Des stages de perfectionnement à une discipline sportive peuvent être également pris en charge en fonction du quotient familial et la Ville participe aux frais engagés par les clubs lors des compétitions nationales. Solidarité pour les plus démunis Financé par la Ville à 64 %, le Centre Communal d’Action Sociale joue un rôle clé dans la solidarité de proximité. Outre les aides obligatoires (domiciliation, plan canicule…), le CCAS offre des services facultatifs comme la prime pour les enfants des demandeurs d’emploi. En trois ans, le nombre de primes a augmenté de 117 %. Le soutien aux familles passe aussi par une dotation annuelle aux trois collèges de

la Ville (6 532 € pour 2013), et par les pass’sports & loisirs favorisant l’accès à des activités pour les enfants issus de foyers aux revenus modestes. Le nombre de bénéficiaires a augmenté de 70 % en 2012. Et parce que la précarité concerne tout autant nos aînés, Guyancourt propose une allocation de consommation d’énergie (dédiée aux plus de 65 ans non-imposables), un service de télé-assistance et des visites de convivialité. Le CCAS a également mis en place des chèques course, une aide de secours d’urgence et un vestiaire municipal. Enfin, la structure subventionne une quinzaine d’associations caritatives dont Bouche et Cœur et BALISQY. Sarah Ferreira

Les activités périscolaires ne font pas partie des missions obligatoires d’une commune.

© Christian Lauté

C

ontrairement à ce que l’on pourrait penser, les missions obligatoires d’une mairie se comptent sur les doigts de la main. Elle se doit d’assurer l’état civil, la sécurité et la salubrité publique, d’entretenir les écoles et de leur fournir le mobilier et le matériel pédagogique. Partant de là, libre à elle de proposer d’autres prestations. La Ville s’est dotée de plusieurs compétences et emploie aujourd’hui 770 agents permanents. Ses efforts sont orientés sur l’enfance et la jeunesse, la solidarité et l’animation.


Zoom

15

<

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

© Archives communales de Guyancourt, fonds Bailly-Collard

AUGUSTIN HEURTEBISE, PAYSAN ANTI-AÉRODROME

Si vous vous promenez du côté du hameau de Villaroy, vous remarquerez sans doute des peupliers. Ces arbres symbolisent le combat mené par Augustin Heurtebise contre les débuts de l’aviation.

I

l faut remonter à l’ère des pionniers de l’aviation pour comprendre l’histoire d’Augustin Heurtebise. Avant la Première Guerre mondiale, le fermier guyancourtois a mené une bataille juridique contre les aérodromes avoisinant afin de savoir à qui appartient l’air, ce que l’on appelle aujourd’hui l’espace aérien. Le plateau de Saclay était un lieu prisé des débuts de l'aviation, les grands noms de l’histoire y ont fait bâtir leurs écoles de pilotage : les frères Farman à Toussus-leNoble, Borel à Chateaufort et Esnault-Pelterie au Trou salé, à Buc. Chaque jour, des dizaines d’apprentis pilotes prennent l’air, quadrillent le secteur et survolent, souvent à basse altitude les terres agricoles d’Augustin Heurtebise. L’homme est le fils d’un agriculteur installé à Jouars-Pontchartrain. Il a reçu une solide éducation au lycée Chaptal à Paris et voulait devenir chimiste. Heurtebise gardera un intérêt certain pour les techniques modernes mais finira par vivre de la terre. Il prend possession de la ferme de Villaroy en 1890. Homme de volonté au caractère bien trempé, le fermier arrive à survivre à la crise agricole

malgré l’absence de gare à proximité. Au fil du temps, l’exploitation devient colossale. Elle s’étend sur 160 hectares. Le hameau a des allures de village et emploie de nombreux ouvriers agricoles dont de nombreux bretons. En 1912, quand Augustin Heurtebise achète la maison à M. Récamier, médecin à Paris, il s’est déjà attiré les foudres des écoles d’aviation. Désormais, c’est une guerre ouverte entre le ciel et la terre. Des niagaras contre la grêle Rien ne va plus dans l’exploitation agricole car les élèves pilotes ont tendance à venir se poser, parfois en catastrophe, dans les champs de Villaroy. Les récoltes sont saccagées et les animaux de labour effrayés par les vols à basse altitude. Certains ouvriers pris de panique demandent leur compte et vont chercher du travail ailleurs. Le gibier qu’on trouvait jusqu’ici à profusion est en diminution, les lièvres ont choisi de creuser leur terrier ailleurs. Un médecin diagnostique même chez l’épouse du fermier, Lucie Heurtebise, des insomnies et une « maladie des nerfs ». Son époux accumule les preuves et les constats d’huissier pour compter le passage des avions.

Certaines journées, on dénombre jusqu’à 56 vols par heure. L’exploitant fait dresser des mâts paragrêles appelés niagaras sur ses terres et plante des peupliers dont la hauteur, espère-t-il, dissuadera les aviateurs. Ceux-ci le prennent à partie, jugeant les installations dangereuses pour leurs élèves. La célèbre revue L’aéro s’en prend directement à Augustin Heurtebise, qui doit se justifier. Il est même provoqué en duel par un certain Chemet, pilote des établissements Borel. L’agriculteur obtient plusieurs réparations civiles devant les tribunaux pour préjudices causés à ses récoltes. Grâce à l’agriculteur, la justice se prononce sur la question qui est posée en ce début de siècle : l’air est-il libre ? Le tribunal civil de la Seine tranchera le 10 juin 1914 en déclarant que « si l’atmosphère doit être considérée comme libre, ouverte sans entrave à la circulation aérienne, ce n’est qu’à partir d’une certaine hauteur », donnant de facto raison à Augustin Heurtebise… quelques semaines à peine avant le déclenchement du premier conflit mondial. David Houdinet


16

>

L’agenda Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

CONCERT

MERCREDI 24 AVRIL À 20 H 30

Juan Rozoff + Fred Wesley à La Batterie

Considéré comme celui qui a imposé un funk énergique et original en France au début des années 1990, Juan Rozoff ou le « petit Prince hexagonal » a trois albums à son actif (Jam Session, Abalorladakor et Maison Rozoff). Son goût pour l’expérimentation et la découverte et son refus d’une musique pré-formatée font toute sa particularité. Le tromboniste Fred Wesley, connu mondialement pour avoir travaillé aux côtés de James Brown, notamment avec Maceo Parker partagera la scène de La Batterie. À (re)découvrir sans plus attendre… Tarifs: 20 €; 16 €. Tél.: 0139304590. Fred Wesley

EXPOSITION

ANIMATION

ANIMATION

SPORT

JUSQU’AU 18 AVRIL

VENDREDI 12 AVRIL

SAMEDI 13 AVRIL

SAMEDI 13 AVRIL

Hôtel de Ville

Jouets de rôles

De 19 h à 21 h Espace Public Numérique Auguste-Renoir

De 13h30 à 18h30 Gymnase des Droits de l’Homme

EXPOSITION

Les vendredis de l’EPN

À 11 h - Maison de quartier Auguste-Renoir MERCREDI 17 AVRIL À 10 h - Maison de quartier Théodore-Monod DIMANCHE 21 AVRIL À 11 h - Maison de quartier Joseph-Kosma

Salle d’Exposition

Let’s talk again (about) painting Visite guidée le samedi 20 avril de 10 h à 11h30. Gratuit sur réservation au 0130445080.

VIE MUNICIPALE

MERCREDI 10 AVRIL De 18 h à 19h30

Allô M. Le Maire

Création d’une carte de visite numérique. Gratuit mais inscriptions indispensables au 0130439684.

ANIMATION

LES VENDREDIS 12 ET 26 AVRIL À partir de 19h30 Maison de quartier AugusteRenoir - La Malle à jeux

À 15 h - Maison de quartier Auguste-Renoir MERCREDI 17 AVRIL À 14 h - Maison de quartier Théodore-Monod DIMANCHE 21 AVRIL À 15 h - Maison de quartier Joseph-Kosma

À 9h30 Salle polyvalente de l’école Georges-Politzer

Les Amours vulnérables de Desdémone et Othello À partir de 14 ans. Tarifs: 20 €; 15 €; 10 €. Avec la carte: 7, 50 €; 5 €; 2, 50 €. Tél.: 0130483344.

CONCERT

VENDREDI 12 AVRIL

ANIMATION

SAMEDI 13 AVRIL

THÉÂTRE À 20h30 La Ferme de Bel Ébat

Conte et musique à partir de 2 ans. Tarifs: 5 € - Avec la carte de la Ferme de Bel Ébat: 2,50 €. Tél.: 0130483344.

Gratuit.

VIE LOCALE

VENDREDI 12 AVRIL

Tutti Tutti

Soirée jeux

Vous pouvez personnellement joindre votre Maire, François Deligné, au 0130641455.

SAMEDI 13 AVRIL

Rencontre petitdéjeuner Mémoires de quartier, 40 ans du Pont du Routoir (Lire p. 7).

ANIMATION

Contes, kora et chants. À partir de 6 ans. Tarifs: 5 € - Avec la carte de la Ferme de Bel Ébat: 2,50 €. Tél.: 0130483344.

SPORT

SAMEDI 13 AVRIL

12 ans)

De 14 h à 22 h Centre sportif Les Trois Mousquetaires

Les Tambours du Bronx

Ateliers scientifiques

Doublette de pétanque

Percussions Tarifs: 20 €; 16 €. Informations et réservations au 0139304590.

Tarif: 3,80 €. Réservations indispensables. Tél.: 0130443854.

À 20h30 La Batterie

CONCERT

SAMEDI 13 AVRIL À 20h30 La Batterie

Slow Joe - Terakaft - Ibeyi Blues Tarifs: 13,50 €; 9 €. Tél.: 0139304590.

Sage comme un orage

SAMEDI 13 AVRIL Maison de quartier Théodore-Monod De 9 h à 10 h (pour les 5-7 ans) De 10h30 à 12h30 (pour les 8-

Tennis de table

© Christian Lauté

JUSQU’AU DIMANCHE 19 MAI

Tournoi des écoliers

ANIMATION

SAMEDI 13 ET DIMANCHE 14 AVRIL Maison de quartier Joseph-Kosma

Cabaret Ethni’zil VIII À l’occasion du 45e anniversaire de l’Indépendance de l’Île Maurice, l’Association Culturelle des Mauriciens de Guyancourt (ACMG) vous invite à découvrir l’histoire de l’île à travers deux temps forts.

SAMEDI 13 AVRIL À partir de 18 h

45 ans déjà! Comédie musicale, repas aux couleurs de l’île (entrée, plat, dessert pour 8 €) et soirée dansante.


L’agenda

<

17

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

À 14 h

Spectacle de danse tout en couleurs Danses des îles avec la participation des associations Métis’, Fati Danse… Sur les deux jours: exposition, vente de spécialités mauriciennes (épices, piments…) et buvette payante. Renseignements et réservations: 0627351185.

SPORT

DIMANCHE 14 AVRIL De 9h30 à 17 h Gymnase des Droits de l’Homme

Compétition interclubs de Nihon Budo SPORT

DIMANCHE 14 AVRIL De 13 h à 16 h Piscine Andrée-Pierre-Vienot

Swim, Bike and Run

Tarifs: 10 €; 7,50 €; 5 €. Avec la carte: 5 €; 2, 50 €. Tél.: 0130483344.

CONCERT

VENDREDI 19 AVRIL À 20h30 Auditorium de La Batterie

Trio di Bassetto / Classique

À 20h30 La Ferme de Bel Ébat

Comme le chien À partir de 14 ans. À 19h30 restitution de l’atelier de redynamisation.

Classique Entrée libre. Tél.: 0139304590.

ANIMATION

11e Nuit des Arts Martiaux

De 14 h à 16 h Jardins Familiaux Rue Moulin-Renard

VENDREDI 19 AVRIL

(Lire p. 6).

SAMEDI 27 AVRIL

De 19 h à 21 h Espace Public Numérique Auguste-Renoir

THÉÂTRE

Les vendredis de l’EPN

SAMEDI 20 AVRIL

Avec les jardiniers de France et les Jardins Familiaux.

Thème: les services en ligne (Ameli.fr, CAF…). Gratuit mais inscriptions indispensables au 0130439684.

À 20h30 - Maison de quartier Auguste-Renoir

VIE MUNICIPALE

ANIMATION De 14 h à 17 h Centre social Louis-Pasteur

Tarif: 17,94 € Réservations indispensables. Tél.: 0130430035.

ANIMATION

VENDREDI 19 AVRIL

Une rencontre avec W.A. Mozart

VIE LOCALE

Atelier création d’instruments

THÉÂTRE

À 20h30 La Batterie

À 16h30 et à 20 h Gymnase des Droits de l’Homme

SPORT

2e plot départemental de natathlon benjamin

SAMEDI 20 AVRIL

SAMEDI 20 AVRIL

SAMEDI 20 AVRIL

De 14 h à 19 h Piscine Andrée-Pierre-Vienot

SPORT

CONCERT

Tarifs: 6,50 €; 5,50 €. Tél.: 0139304590.

Renseignements: 0661771838.

DIMANCHE 14 AVRIL

Entrée gratuite, mais des dons seront collectés au profit de l’association d’aide alimentaire Bouche et Cœur. Renseignements au 0683538213 ou calibeurdaine.folk@free.fr

SAMEDI 20 AVRIL À partir de 14 h - Maison de quartier Théodore-Monod

Danse folk Stage d’initiation de 14 h à 18 h Bal folk à 20 h animé par des groupes de musiciens et chanteurs La Cascade, Folk O’tech et Calibeurdaine.

Troc de plantes

Match d’improvisation théâtrale Tarif: 3 € Renseignements auprès de l’association A PAS DE GÉANT.

DIMANCHE 28 AVRIL À 11h30 Monument aux morts

Journée nationale de la déportation

MUSIQUE

DU LUNDI 22 AU VENDREDI 26 Portes ouvertes à l’École Municipale de Musique (Lire p. 7).

EXPOSITION

DU JEUDI 25 AVRIL AU JEUDI 23 MAI Hôtel de Ville Reflex Événement dédié à la pratique amateur de la photographie et de la création numérique. En partenariat avec Négatif + et Le Cube. Vernissage ouvert à tous le jeudi 25 à partir de 18h30.

MERCREDI 24 AVRIL À 20 H 30

7 Conte (à partir de 12 ans)

© Virginie Meigné

à La Ferme de Bel Ébat

Le comédien français Pépito Mateo, chef de file de la nouvelle génération des conteurs avec Yannick Jaulin et Abbi Patrix, nous emmène dans l’univers singulier de sept personnages, où s’entremêlent la solitude, la misère, la guerre, le mysticisme, la mort et l’humour. Sept metteurs en scène et sept partis-pris d’écriture sont les ingrédients de cette pièce qui sera jouée à La Ferme de Bel Ébat. Tarifs: 10 €; 7,50 €; 5 €. Avec la carte: 5 €; 2,50 €. Tél.: 0130483344.

© Christian Lauté

DIMANCHE 14 AVRIL


18

Le carnet

>

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

NAISSANCES

GUERLET MOREL Raphaël, le 11/02

MARIAGES

Gala au profit d’Alzheimer

HAMMOUCH Naïm, le 15/02 BARBIER Nolhann, le 08/02

HASSAINE Dounia, le 21/02

Le 23/02

BARROS Julie, le 06/02

HESNARD Arthur, le 22/02

ABDEDDAIM Hassan et TAOUIH Mina

BAÏGAR Inès, le 19/02

JAILLET-MARSIGNY Mathéo, le 08/02

BELKHEIR Sophia, le 12/02

JAMAC ALI Radia, le 05/02

BENZAÏD Anas, le 10/02

LAVILLONNIÈRE Théo, le 05/02

BOUDJARANE Bilqis, le 05/02

LAW-HANG Lucas, le 11/02

BOUZOUITA Dina, le 28/02

LAYET Chloé, le 15/02

CHEVIN Myriam, le 30/01

CARPENTIER BOURSERONDE Lucas,

LEFEBVRE Illéna, le 16/02

JANVIER Bernard, le 09/02

le 27/02

MOCELLIN Caroline, le 06/02

LANGRENÉ Cathia, le 21/02

COUVELARD PEREIRA Nathéo, le 21/02

MOCELLIN Mélanie, le 06/02

MALNUIT Michel, le 19/02

DEKIOUK Assia, le 10/02

MOLLE Sienna, le 25/02

MARY Marcelle, le 04/02

DEMANGE SAÏD Ambre, le 26/02

MOUILLAC Valentine, le 07/02

MONTEIL Nicole, le 13/02

DEMANGE SAÏD Anaïs, le 26/02

MOUKOURY FINI Mayron, le 19/02

PEDEL André, le 03/02

DIRAND Léa, le 16/02

PANCHERET Yann, le 12/02

THIOYE Arame, le 22/02

DRAMÉ Fatoumata, le 07/02

PEREIRA DOBBELAERE Léonor, le

EL OUAÏD Dîna, le 01/02

21/02

ELMOSTEFA Lilya, le 15/02

POP Alicia, le 06/02

FAWAZ Adam, le 26/02

ROUSSE Liam, le 04/02

GALICHET Noé, le 01/02

TARDIEU CHARRIER Inaya, le 10/02

GARNIER Samuel, le 06/02

VALERY Matéo, le 15/02

GRATADEIX Raphaël, le 19/02

YOUNSI Inès, le 23/02

>

DÉCÈS

L’antenne Saint-Quentinoise de l’association France Alzheimer Yvelines organise un grand gala au profit de la recherche pour la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées. L’événement se déroulera samedi 13 avril à 14 h 30 à la salle de spectacle Le Prisme située à Élancourt (quartier des 7 mares). Tarifs : à partir de 10 € (adultes) / 6 € (jeunes). Gratuit pour les – de 6 ans. Réservations (effective à réception du règlement à l’ordre de France Alzheimer Yvelines) : 01 30 60 03 63 / jacquelinelouette@sfr.fr / cauver.manu2@orange.fr

Infos pratiques

HÔTEL DE VILLE

PHARMACIES DE GARDE

URGENCES

14, rue Ambroise-Croizat Centre-Ville BP 32 78 041 Guyancourt Tél. : 01 30 48 33 33 > lundi, mardi, mercredi et vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h > jeudi de 13 h à 20 h > samedi de 9 h à 12 h (services État civil et Régie de recettes)

Dimanche 14 avril CAO 3, rue Jean Zay - Quartier J. Macé 78 190 TRAPPES Tél. : 01 30 50 20 14

COMMISSARIAT DE POLICE : • 1, rue de la Division Leclerc Tél. : 01 30 48 26 70 POLICE MUNICIPALE : • 1, place Max-Pol-Fouchet n° vert : 0 800 004 178 AMBULANCES / MÉDECINS : 15 POLICE SECOURS : 17 POMPIERS : 18

Mardi 1er mai CAVAILLE – COLL 60, rue Eugène Viollet Leduc 78 280 GUYANCOURT Tél. : 01 30 43 71 18

Appel à famille d’accueil Le Comité de Jumelage s’apprête à recevoir du 7 au 9 mai ses amis allemands, venus de Pegnitz, dans le cadre de ses échanges annuels. L’association recherche des familles d’accueil qui souhaiteraient héberger une ou deux personnes et partager avec ses hôtes des moments inoubliables durant ce week-end de l’Ascension ! Pour tous renseignements et précisions, contacter : Gilles Thirouin (vice-président) au 01 30 57 00 13, gilles.thirouin@gmail.com ou Georges Swietlik (président) au 01 30 44 08 39, georges.swietlik@jumelage-guyancourt.com

Retrouvez dans votre boîte aux lettres le prochain Guyancourt magazine, le 21 mars. Retrouvez toute l’actualité sur internet :

www.ville-guyancourt.fr

www.facebook.com/ Guyancourt


Tribune

<

19

Guyancourt magazine N° 455 _ 11 AVRIL 2013

LISTE GUYANCOURT POUR TOUS (LISTE DE GAUCHE, MAJORITÉ MUNICIPALE) Le foyer ADOMA a débuté sa transformation en résidence sociale Les travaux de restructuration du Foyer de travailleurs migrants ADOMA, anciennement appelé SONACOTRA, ont enfin commencé. C'est l'aboutissement de nombreuses années de travail, en concertation avec la Préfecture. Nous avons dû nous mobiliser en permanence vis-à-vis des directions successives d'ADOMA pour que ce projet devienne enfin une réalité.

La requalification du foyer, au-delà de la nécessaire restructuration des bâtiments, doit aboutir à sa transformation en Résidence Sociale. Elle complétera l'offre de logements spécifiques de notre commune et prendra en compte la situation particulière des anciens travailleurs migrants : les conditions d'accueil qui leurs seront offertes respecteront pleinement la dignité des personnes. Nous serons particulièrement vigilants pour que cette résidence sociale présente

toutes les conditions d’une gestion humaine et administrative exemplaire. Nous resterons attentifs pour nous assurer que le relogement des occupants actuels se fasse dans les meilleures conditions, d'une part, et que le chantier respecte le quartier environnant. Les 31 élus de Guyancourt pour Tous

LISTE ENSEMBLE POUR GUYANCOURT (UMP) La liste Ensemble pour Guyancourt n’a pas été en mesure de fournir son texte.

LISTE GUYANCOURT GÉNÉRATIONS CITOYENNES (LISTE SOUTENUE PAR LE MODEM) Horizon 2014 Dans un an, nous connaitrons la nouvelle équipe municipale. Les élections de 2014 permettront bien entendu d’élire les élus guyancourtois et pour la première fois, d’avoir une visibilité des élus communaux qui siègeront à la communauté d’agglomération. Je souhaite que ce nouveau mode de scrutin oblige enfin les listes à porter un projet qui dépassera leur « clocher », en particulier dans un contexte de crise qui nécessitera encore plus de jouer la carte de la mutualisation

des dépenses et des projets. Je vois également dans cette perspective un progrès, même si j’aurais préféré qu’il aille plus loin en permettant notamment que le choix des futurs élus communautaires se fasse par un système de « fléchage » direct par les électeurs. Cette méthode aurait eu l’intérêt de permettre aux citoyens d’indiquer librement les personnes qui doivent, selon eux, être élus au conseil communautaire. Vous pourrez compter sur mon engagement en faveur d’un débat qui dépassera de loin les

frontières de Guyancourt : un engagement de progrès et dépolitisé du contexte ambiant bien trop clivant à mon goût. Je reviendrai vers vous dans les prochaines semaines pour vous faire part de mes intentions concernant ces futures échéances électorales de 2014. www.guyancourt-en-mouvement.eu. Julien Oechsli, conseiller municipal

Conformément à l’article 9-1 de la loi n° 2002-276 dite « Démocratie de proximité » repris à l’article L2121-27-1 du CGCT, les listes siégeant au Conseil municipal et établies en Préfecture, ont le droit de s’exprimer dans le bulletin d’information municipal. » Le Directeur de la Publication rappelle que la responsabilité des auteurs est engagée par leur tribune et qu’ils doivent veiller à la véracité de leurs écrits.


samedi 20 avril 2013 à 16 h 30 et 20 h

gymnase des droits de l’homme Renseignements et billetterie : 01 30 48 34 29 Nombre de places limité L’ensemble des recettes sera versé à l’association PASSERELLES.

www.ville-guyancourt.fr


Guyancourt Magazine 455