Issuu on Google+

Guyancourt magazine Toute l’actualité de votre ville_ N° 448_ 22 novembre 2012_ 1 euro

www.ville-guyancourt.fr

06_Actualités

10_Zoom sur

15_Zoom sur

ADIEU LA RUDA, SALUT THE HYENES

LES IMPÔTS LOCAUX À L’HORIZON 2013

LE TÉLÉTHON 2012

11 _Dossier

LA FERME DE BEL ÉBAT


 02

>

Éditorial

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

© Christian Lauté

La difficile équation des finances locales

François Deligné, Maire de Guyancourt Conseiller Général des Yvelines Vice-Président de la C.A. de SQY

La Ville de Guyancourt a toujours connu une bonne gestion financière, qui lui permet d'assurer un niveau de service public local important pour répondre aux besoins des habitants. Le budget 2013 se construit dans des circonstances très contraintes. Celles-ci ne sont pas la conséquence d'un accident économique ou d'une erreur de gestion. Elles découlent de l'évolution de la législation sur les finances locales qui avait été modifiée une nouvelle fois sous le précédent gouvernement en décembre 2011. C'est pourquoi pour la première fois cette année, la municipalité reculera la date de vote du budget municipal: le budget 2013 ne sera pas voté en décembre 2012 mais en mars 2013 comme la loi l'y autorise. Guyancourt est appelée à cotiser pour la première fois au Fonds de Solidarité de l'Île-de-France (FSRIF): la commune a versé 1,35 million d'euros en 2012; elle devrait verser 1,8 million d'euros en 2013. La marche est haute, l'effort demandé brutal. D'autant plus brutal que nous n'imaginons pas réduire la qualité du service public local. L'équipe que je conduis ne dénie pourtant pas la légitimité et l'utilité du FSRIF qui vise à renforcer la solidarité avec des communes qui en Île-de-France subissent une situation extrêmement dégradée sans réelles recettes. L’actualité en a donné récemment des exemples médiatiques frappants. Nous considérons qu'il est juste que Guyancourt participe à cette solidarité au regard de ses ressources économiques. Nous sommes cependant opposés à ce que ce dispositif ne prenne pas en compte la situation sociale des habitants. Nous refusons également une logique qui protège et plafonne encore des communes économiquement plus riches que la nôtre. L'équipe municipale déploie une énergie importante pour faire entendre au législateur des arguments de raison, pour que la solidarité régionale n'affecte pas la solidarité communale. Les communes sont en première ligne pour répondre aux attentes des Français, en première ligne pour faire face à la crise sociale. Nous savons que l’État a engagé un lourd travail de redressement financier, mais cela ne peut se faire en fragilisant les finances des communes. Nous en appelons à un principe de responsabilité; l’État doit aujourd'hui plus que jamais garantir aux communes: - un cadre financier leur permettant d'assumer correctement leurs missions sociales et économiques; - des règles de solidarité entre territoires plus justes.

O AOLNL SIEUR

M E LE MAIR 5 4 14 5 01 30 6

François Deligné, vous répondra en direct le mercredi 5 décembre de 18 h à 19h30

(Lire également pages 8 et 9)

>

Sommaire 06_ACTUALITÉS

08_ZOOM SUR

11_DOSSIER

15_ZOOM SUR

16_L’AGENDA

• Adieu La Ruda, salut The Hyenes

• Les impôts locaux à l’horizon 2013

LA FERME DE BEL ÉBAT, LIEU D’ACTIONS

• Le Téléthon 2012

• Jusqu’au mercredi 19 décembre, exposition Screen / Play • Vendredi 30 novembre à 20h30, jardin secret des enfants: les parents doivent-ils tout savoir?

Responsable de la publication : Yves MACHEBŒUF • Secrétariat de rédaction : David HOUDINET - Jean MEYRAND • Rédaction : David HOUDINET - Sarah FERREIRA • PAO : Céline BOCKELMANN • Photos : Christian LAUTÉ - Siméon LEVAILLANT - Couverture : Christian LAUTÉ • Maquette : CITIZEN PRESS : 01 77 45 86 86 • Réalisation : Direction de la Communication • Impression : Imprimerie Moderne de l’Est • Tirage : 13 000 exemplaires - Hôtel de Ville de Guyancourt - 14, rue Ambroise Croizat - Centre-Ville - BP 32 78 041 Guyancourt - Tél. : 01 30 48 33 33 • N° ISSN : 1274-5804.


Retour en images

<

03

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

COMMÉMORATION DU 11 NOVEMBRE

© Christian Lauté

Dimanche 11 novembre au matin, un vaste cortège précédé par la brigade équestre s’est rendu au monument aux morts afin de commémorer le 94e anniversaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale et rendre hommage aux combattants tombés pour la France lors des différents conflits, passés ou en cours. De nombreux habitants s’étaient joints aux élus et aux représentants des fédérations d’anciens combattants. Cette année, de jeunes pompiers volontaires étaient également présents pour perpétuer le devoir de mémoire des Guyancourtois tombés au front.


04

Retour en images

>

© Siméon Levaillant

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

UN SUPERBE ROI DU BOIS

© Siméon Levaillant

Troublant spectacle que Le roi du bois, mis en scène par Sandrine Anglade. Jacques Bonafé y livre une interprétation magistrale de cet homme qui se souvient de son enfance de pâtre dans l’Italie de la Renaissance. Derrière des voiles de tulle, les lumières venaient créer une ambiance propice à la rêverie sur la musique interprétée par le quatuor à cordes Varèse. À noter aussi la prestation du jeune chanteur du Chœur de Paris. Le comédien poursuivait l’enfant sur scène comme pour rattraper ses propres souvenirs, ou son enfance disparue… Magnifique!

© Siméon Levaillant

ALEXIS HK ET MINA TINDLE À LA BATTERIE C’était une belle affiche que proposait La Batterie, le 24 octobre dernier. Mina Tindle a ouvert la soirée avec sa pop folk remarquable et remarquée. À n’en point douter, la salle de concert guyancourtoise a encore flairé un futur talent: l’artiste vient d’être sélectionnée pour le Fair 2013, un dispositif de soutien aux carrières prometteuses qui a vu passer Dyonisos ou Skip the use. Elle a ensuite laissé place à la tête d'affiche, à savoir Alexis HK, qui a interprété de nombreux morceaux de son dernier album Le dernier présent. Parmi la vingtaine de chansons interprétées, le chanteur a notamment offert aux Guyancourtois une magnifique reprise de Je passe pour une caravane de Bashung.


Retour en images

<

05

© Christian Lauté

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

ACTIVITÉS JEUNESSE

© Christian Lauté

© Christian Lauté

© Christian Lauté

La Ville avait préparé un programme de choix pour les vacances d’automne dans les Points Jeunes. Sport, sortie au cinéma, stage de danse hip-hop, préparation de succulentes crêpes ou découverte de la batucada (ensemble de percussions brésiliennes) étaient au menu des activités proposées aux jeunes guyancourtois qui ont passé une quinzaine haute en couleurs.


06

>

Actualités Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

L’ÉVÉNEMENT

LA BATTERIE

ADIEU LA RUDA, SALUT THE HYENES Le 24 novembre, la Batterie accueille un plateau éclectique, composé de musiciens émérites (dont deux anciens Noir Désir reconvertis en Hyenes), et fêtera les adieux de La Ruda, groupe phare du rock alternatif.

A

près presque vingt ans de bons et loyaux services musicaux, les musiciens de la Ruda s’offrent un dernier tour de France. Ils feront étape à Guyancourt, une quinzaine de jours avant la fin de cette belle histoire qui se conclura sur leurs terres angevines. Le groupe de rock alternatif festif est né en 1993. Initialement appelé la Ruda Salska, inspiré d’une ville polonaise et de ses influences (rock, ska, salsa), le combo raccourcit son nom en 2003. Avec ce changement de patronyme vient aussi une relative rupture de style. La Ruda prend un tournant résolument rock tout en gardant cette coloration typique de la section de cuivre. Les huit musiciens joueront sur scène leur dernier album intitulé Odéon 10-14, qui vient compléter une collection de neuf

disques (dont deux live). Voici l’occasion de voir un des monuments du rock alternatif qui affiche 900 concerts au compteur. www.laruda.fr À l'affiche également de cette soirée explosive : les punk rockers de The Hyenes. Derrière ce nom se cache notamment la moitié de, feu Noir Désir, à savoir Denis Barthe le batteur et Jean-Paul Roy le bassiste (passé à la guitare pour ce projet). Le groupe s’est formé en 2005 pour composer des titres de la bande originale du film d’Albert Dupontel Enfermé dehors et viendra jouer des titres de Peace and Loud, sorti en 2012. Autant vous dire qu’ils ne font pas dans la dentelle et que cette soirée s’annonce jubilatoire. www.thehyenes.com

Le troisième artiste à l’affiche de cette soirée très spéciale n’est pas un novice non plus. Il s’agit du bassiste de Luke (et aussi l’un des fondateurs de Eiffel) qui officie sous le nom de Dam Barnum. On lui doit aussi un album de Michel Houellebecq. À force d’écrire ou de jouer pour les autres, cela devait arriver… Son album Des Pieds des Mains est sorti début octobre, il y joue de tous les instruments et a écrit les arrangements. Cette petite perle pop chantée en français est à découvrir à La Batterie. www.dambarnum.com La Ruda + The Hyenes + Dam Barnum Tarifs: 13,50 € / 9 € La Batterie Tél.: 0139304590


Actualités

<

07

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

Opération Tranquillité Vacances

© Christian Lauté

Les congés d’hiver approchent et vous prévoyez de partir ? Avec l’Opération Tranquillité Vacances, la Police Municipale peut assurer une surveillance gratuite de votre appartement ou de votre maison pendant votre absence. Pour profiter de ce service, il vous suffit de passer à l’Hôtel de Ville et de remplir une demande précisant tous les renseignements nécessaires aux policiers municipaux. Vous pouvez également la télécharger sur le site de la Ville : www.ville-guyancourt.fr

Aidez la Prévention Routière

89 968

L’association Prévention Routière, reconnue d’utilité publique, œuvre depuis 1949 pour la sécurité sur les routes de France. Ses bénévoles éduquent les jeunes en milieu scolaire, et interviennent également auprès des étudiants, des seniors, des entreprises et du grand public. Le comité des Yvelines a besoin de votre aide : rejoignez-nous comme bénévole ou simple adhérent et participez à la lutte contre les dangers de la route ! Contactez le comité : 28 boulevard de Lesseps 78 000 Versailles - Tél. : 01 39 50 13 09 Consultez le site internet : www.preventionroutiere.asso.fr Les dons et cotisations sont déductibles de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66 %.

C’est le nombre de courriers reçus à l’Hôtel de Ville en 2011.

Élections des représentants des Très Petites Entreprises et des employés à domicile Salariés d'une entreprise de moins de 11 personnes et employés à domicile: vous êtes plus de 4,5 millions. Pour la première fois, que vous soyez salarié du bâtiment ou de l’artisanat, apprenti ou cadre supérieur, employé à domicile ou salarié d’une association, votez pour le syndicat qui peut vous représenter. Les élections se déroulent du 28 novembre au 12 décembre, vous pouvez voter par courrier ou sur Internet. Plus d'informations sur www.electiontpe.travail.gouv.fr/

SERVICES DE PROXIMITÉ Régulièrement, vous recevez des calendriers et autres publicités dans votre boîte aux lettres, proposant des services de plomberie, électricité, chauffage ou encore serrurerie… Il s’agit parfois de sociétés situées à l’autre bout de Paris. Sachez qu’à Guyancourt et sur le tout le territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines, de nombreux artisans mettent leur savoirfaire à votre disposition. Pensez-y! Liste des professionnels dans la rubrique « les annuaires » sur www.ville-guyancourt.fr

Le Petit Quentin, nouvelle version ! Depuis le mois de novembre, le magazine Le Petit Quentin a changé d’apparence. Dans sa nouvelle formule, le mensuel de la Communauté d’agglomération de SaintQuentin-en-Yvelines fait la part belle aux images et aux témoignages avec, désormais, un compte-rendu régulier des réunions du conseil d’agglomération et la rubrique l’homme et la femme du mois! Ne manquez pas le prochain numéro…


08

>

Zoom sur Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

FINANCES

LES IMPÔTS LOCAUX À L’HORIZON 2013 Malgré un contexte économique difficile et la contribution au Fonds de Solidarité des communes de la Région Ile-de-France (FSRIF) votée par le parlement fin 2011, les taux des impôts sont restés stables cette année. L’avenir est plus incertain.

D

ernièrement, vous avez reçu vos avis d’impôts locaux. Il s’agit de la taxe d’habitation et de la taxe foncière dont le taux est voté chaque année en mars par le Conseil Municipal. Depuis 2008, ce dernier taux équivaut à 11,56 % et n’a pas bougé d’un cil. Une fois de plus, les élus ont souhaité le garder stable afin de ne pas alourdir les charges des Guyancourtois, en période de crise. Reste que la valeur locative des biens, revalorisée chaque année par l’État en fonction de l’évolution du coût de la vie, a, elle, progressé de 1,8 %, d'où l'augmentation automatique des impôts locaux. En ce qui concerne la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (dont vous trouverez le montant sur votre feuille d’imposition de la taxe d’habitation), elle évolue selon la quantité réelle de déchets collectés.


Zoom sur

<

09

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

La Fête de la danse se déroulera désormais à La Ferme de Bel Ébat

aGuyancourt en quelques chiffres repères : Budget de fonctionnement :

49 millions d’euros. Recettes fiscales provenant des entreprises :

8,8 millions d’euros. Recettes fiscales provenant des ménages :

8,6 millions d’euros. Dotations de l’État :

6,3 millions d’euros. © Christian Lauté

Les autres recettes proviennent entre autres des dotations de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, de la Caisse des allocations familiales, des recettes des services fournis aux usagers (restauration scolaire, centre de loisirs, crèches, piscine…)

Deux tiers de la taxe foncière bâtie proviennent des entreprises Crèches, restauration scolaire, entretien des rues et des espaces verts… Les impôts servent à faire fonctionner l’ensemble des services municipaux au quotidien. Les familles paient la taxe d’habitation et la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB). Les entreprises versent également la taxe foncière à la Ville et s’acquittent désormais de la CET (Contribution Économique Territoriale) auprès de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-enYvelines. Le tissu économique de Guyancourt, qui fait aussi sa particularité, constitue donc une recette importante pour la commune. Si l'on considère le revenu lié à la taxe foncière de 13 millions d’euros annuel, les entreprises en règlent les deux tiers soit plus de 8 millions d’euros (chiffres 2011). Le Fonds de Solidarité de la Région Îlede-France et ses conséquences futures Du fait de ces recettes économiques importantes, Guyancourt doit s’acquitter du Fonds de Solidarité des communes de la Région Île-de-France (FSRIF). Et ce, même si la richesse des habitants est, elle, nettement inférieure. Les Guyancourtois ont un revenu

moyen de 14 212 € par an, soit 2 488 € en dessous du revenu moyen par habitant en Îlede-France (16 700 €). Jusqu’en 2011, la Ville en était exonérée du fait qu’elle perçoit la Dotation de Solidarité Urbaine (DSU), qui lui est accordée entre autres en raison de ses 52,8 % de logements sociaux et ses besoins dans ce domaine. Depuis la loi de finances de 2012 votée en décembre 2011, percevoir la DSU ne constitue plus un cas d’exonération. La Ville a donc dû s’acquitter de 1,35 million d’euros au titre de l’année 2012. Notifiée tardivement en avril 2012, après le vote des taux, la somme a été réglée et, pour ce faire, il a fallu piocher dans les réserves budgétaires. En prévision du paiement de 1,8 million d’euros pour le FSRIF 2013, il a été demandé à tous les services de la Ville de réduire leur budget de fonctionnement. Le mot d’ordre : faire des économies tout en continuant à assurer un service public de qualité et préserver les actions de solidarité. À titre d’exemple : la Fête de la danse, jusqu’ici organisée au Pavillon Waldeck-Rousseau se déroulera désormais à La Ferme de Bel Ébat, réduisant ainsi les coûts d’aménagement de la salle. Le Guyancourt magazine verra sa périodicité réduite de six numéros ou encore le guide de la Ville, édité tous les ans, sera

publié tous les deux ans. Mais il faudra, par ailleurs, optimiser les recettes d’où l’incertitude concernant les impôts locaux à l’horizon 2013 ou 2014. L’équipe municipale mobilisée pour un dispositif plus juste Face à cette situation financière délicate, l’équipe municipale a choisi de se mobiliser pour faire entendre sa voix. Le Maire, François Deligné, a rendu visite à différents ministères : Décentralisation, Budget, Intérieur… et a adressé de nombreux courriers au Préfet des Yvelines, à l’Association des Maires d’Île-de-France et à un certain nombre d’élus locaux… La Ville s’est affiliée au Syndicat Paris Métropole et s’est associée à trois autres communes qui se trouvent dans la même situation (Saint-Ouen, Chevilly-Larue et Massy). D’autres collectivités devraient les rejoindre prochainement. D’ici là, les élus espèrent trouver un écho favorable à leur demande de révision des critères du FSRIF, afin que Guyancourt retrouve sa sérénité financière et continue d’agir en faveur des habitants… sans avoir notamment à augmenter les impôts locaux. Sarah Ferreira


10

>

Infos travaux Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

UN NOUVEAU MUR À L’ÉCOLE JEAN-COCTEAU

© Christian Lauté

© Christian Lauté

Le mur qui bordait la cour de l’école Jean-Cocteau vient d’être refait. L’ouvrage était d’une conception vétuste et présentait de nombreux signes d’usure. Du 22 octobre au 9 novembre, les ouvriers ont procédé à la démolition puis à la pose de ce nouveau mur brise-vue. Des fondations ont été creusées afin d’assurer à la barrière une longue durabilité. Le mur de 11 mètres de long est aussi équipé d’un grillage. L’ensemble est d’une hauteur de 3,80 m. De quoi retenir les ballons dans la cour de récréation. Coût: 17680 €.

CHAUFFAGE AU CENTRE DE LOISIRS SALVADOR-ALLENDE Une partie du centre de loisirs Salvador-Allende est désormais dotée d’un nouveau système de chauffage. Les vacances d’automne ont été propices à un changement de chaudière. En effet, l’ancien appareillage arrivé en fin de vie a été remplacé par une toute nouvelle chaudière à condensation. Le principe est simple: les vapeurs de combustion, condensées, servent elles aussi à chauffer. L’économie d’énergie ainsi réalisée va permettre d’alléger la facture.

Le Parc

Les Garennes

© Christian Lauté

Europe

GARE DE SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES: DÉBUT DES TRAVAUX PLACE JOËL-LE-THEULE NOUVELLE TOITURE POUR CHARLEMAGNE L’entretien des écoles incombant à la Ville, de nombreux travaux de maintenance ou de réfection sont souvent programmés. Dernièrement, la terrasse de l’école Charlemagne a été changée pour sa première phase, chacune étant réalisée pendant les vacances scolaires. Ce sont 200 m2 de toiture qui viennent d’être refaits. Au programme de cette opération: l’isolation thermique (afin de réaliser des économies d’énergie) et aussi l’étanchéité du toit terrasse. Coût: 45980 €.

La Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines vient de commencer une série de travaux aux abords de la gare, pour une durée de deux ans et demi. Ceux-ci accompagnent les travaux réalisés par la SNCF. Ainsi, des bungalows de chantier et des zones de stockage sont installés sur l’avenue de la gare (derrière La Poste). L’accès à la Poste ne change pas et les circulations piétonnes seront assurées. La circulation en double sens sur l’avenue de la gare sera maintenue de manière temporaire. Depuis début novembre, des déposes-minutes sont implantées sur l’avenue des Prés. Il est conseillé aux personnes à mobilité réduite d’accéder à la gare par la place Choiseul. L’arrêt et le stationnement des véhicules seront totalement supprimés sur la Place Le Theule, afin de sécuriser la zone pour les chantiers en cours y compris pour le chantier de la SNCF de rénovation de la billetterie. L’accès au parking public Le Theule est maintenu. Celui-ci est en ravalement dans le cadre de sa labellisation de parking relais. Découvrez le pôle gare en 3D sur le site de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines: www.agglo-saintquentin.fr


Dossier

<

11

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

© Christian Lauté

Cirque, danse, concerts narratifs… les spectacles sont de tous styles et se prolongent parfois autour d’un débat comme ce fut le cas lors de Comédie Tchétchène (pas toujours très drôle) de Yoann Lavabre, mise en scène par Bruno Lajara.

LA FERME DE BEL ÉBAT, LIEU D'ACTIONS Spectacles, ateliers, stages, projets artistiques… Coup de projecteur sur La Ferme de Bel Ébat, sa programmation et ses actions « hors et dans les murs ».

40 spectacles par an, dont 35 créations contemporaines.

C

ertains soirs, quand le soleil se couche sur Guyancourt, le rideau se lève à La Ferme de Bel Ébat… Le rituel dure depuis 1999, date à laquelle la ferme royale datant du XVIIe siècle devenue grange e à blé au XIX , fut transformée en salle de spectacle accueillant 350 spectateurs. Environ huit fois par mois, en fin d’après-midi ou en début de soirée, La Ferme de Bel Ébat propose des pièces, souvent contemporaines, donne à voir du conte, du théâtre musical, du cirque ou de la danse, suivis parfois par une rencontre-débat.

« Service municipal de la Ville, nous sommes là pour offrir aux gens ce que l’on considère comme étant le meilleur. », introduit Yoann Lavabre, directeur du théâtre depuis fin 2010. Pour décrire sa mission, l’homme aime à reprendre la citation de Jean-Vilar : « Le théâtre est une nourriture aussi indispensable à la vie que le pain et le vin. Le théâtre est donc, au premier chef, un service public. Tout comme le gaz, l'eau, l'électricité. » La programmation est orientée sur la promotion de la création contemporaine et les spectacles jeunes publics (1/3 des spectacles). Elle est


12

>

Dossier

© Christian Lauté

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

aussi intimement liée à la sensibilité de celui qui dirige La Ferme de Bel Ébat, metteur en scène et auteur de pièces de théâtre à ses heures. « Nous essayons de doser entre les textes du répertoire classique et le contemporain », souligne Yoann Lavabre. Autre élément important pour le directeur, l’égalité homme femme sur la scène (voir interview en page 14).

Un lieu de création artistique Régulièrement, le théâtre met à disposition des artistes sa scène et son équipe de techniciens. Ce partenariat permet aux compagnies de concevoir leur spectacle sur place. Une pratique que La Ferme de Bel Ébat entend développer et pour laquelle elle vient d’ailleurs d’obtenir un soutien financier de la Région Île-de-France. De

aTémoignage

© Christian Lauté

KATELYN GUIGUEN / ABONNÉE À LA FERME DE BEL ÉBAT DEPUIS UN AN ET DEMI

« C’est un théâtre de proximité » « Nous avons découvert la programmation de La Ferme de Bel Ébat petit à petit et je me suis rendu compte qu’il y avait plein de choses à voir! Je trouve la programmation très variée et adaptée à différentes tranches d’âges, ce qui est très bien pour une famille. Parfois j’y vais seule ou avec ma fille lorsqu’il y a de la danse. En octobre, pour Cyrano de Bergerac, nous y sommes allés en famille! Avec la carte, aller voir un spectacle ne

coûte pas cher donc nous n’hésitons pas, nous y allons même pour découvrir. Et puis, c’est un théâtre de proximité, c’est à 5 minutes en voiture, c’est très pratique. L’année dernière, mon fils a participé à un atelier théâtre de La Ferme de Bel Ébat avec le metteur en scène Godefroy Ségal. Ils étaient une douzaine et ils ont produit trois représentations du Seigneur des mouches. Mon fils en garde un beau souvenir et nous aussi. »

quatre par an, les résidences artistiques passeraient à six, dont trois pour des spectacles dédiés au jeune public. En décembre, la troupe de La Nouvelle Compagnie investira les lieux durant trois semaines pour préparer une pièce d’envergure internationale, Littlematchseller petite marchande d’allumettes, que le public guyancourtois pourra découvrir les 19 et 22 décembre. « Lorsque nous accueillons de grands spectacles, c’est aussi une manière de faire rayonner La Ferme de Bel Ébat à l’échelle régionale et nationale » explique Yoann Lavabre. Pour les compagnies émergentes, la résidence offre un appui institutionnel nécessaire à l’aboutissement de leur projet. Elle peut aussi susciter chez les artistes, un certain attachement au « lieu de naissance » de leur création. Ateliers et stages encadrés par « des pros » Lieu de spectacles et d’expression artistique, La Ferme de Bel Ébat participe à la vie culturelle de la Ville en allant par-delà ses murs au contact des habitants. « La place du théâtre est à divers endroits. Cela fait aussi partie du service public d’envoyer un comédien dans les Maisons de quartier, les écoles ou encore devant le Monument aux Morts lors des commémorations », souligne le directeur. Depuis trois ans, la structure s’associe au Temps des Femmes, un ensemble de manifestations organisé sur une quinzaine de jours par la Ville, autour du 8 mars, Journée internationale des femmes. L’atelier permet à un public féminin de s’exprimer grâce au théâtre et d’aborder leur situation dans la société. Autre exemple: pour la deuxième année consécutive, un atelier de redy-


Dossier

<

13

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

entrées en 2012 dont 6 000 « scolaires ».

namisation est proposé aux personnes en rupture avec le monde du travail. Son objectif: regagner confiance en soi par l’improvisation et l’écriture. La prochaine session sera dirigée par François Chaffin, auteur et metteur en scène de Comme le Chien. Le fruit de ce partenariat sera restitué sur scène en première partie de son spectacle, le 19 avril prochain. Avis aux intéressés… Et puis, il y a aussi l’atelier d’écriture à la Maison de la poésie ou encore l’atelier de création collective « Être ici », sur le thème de Guyancourt vu par ses habitants. Stages de danse hip-hop, d’initiation au conte et à la commedia dell’arte, (prioritairement réservés aux amateurs inscrits dans des associations de théâtre ou de danse), complètent ce panel d’activités et d’échanges de savoir-faire. Une transmission qui s’effectue aussi auprès des plus jeunes avec des formules d’ateliers où, encadrés par des professionnels, ils se familiarisent avec le jeu théâtral avant de monter sur scène « pour de vrai »! Prochainement, en partenariat avec le Centre social Louis-Pasteur, la metteure en scène Elsa Granat viendra animer des ateliers à destination des 8-10 ans sur la perception de la femme dans les contes traditionnels. Le rôle de la princesse Blanche-Neige y devient celui du prince Cheblan Genei. Une façon ludique de se mettre à la place de l’autre! Les enfants acteurs à part entière du théâtre De la petite section de maternelle à l’adoles-

© Christian Lauté

Une fois par an, La Ferme de Bel Ébat organise un atelier de théâtre pour les demandeurs d’emploi de longue durée. Le prochain se déroulera en avril. Avis aux intéressés !

cence, la jeunesse représente 6 000 entrées par an au théâtre de Guyancourt sur le temps scolaire. Pour tous les spectacles jeunes publics programmés, des séances ont été aménagées de façon à ce que les élèves puissent, sur leurs temps d’école, assister aux représentations. Dans cette optique, la Ville offre à chaque classe un spectacle gratuit par an. Par ailleurs, dans le cadre du festival « les arts à l’école », comédiens, chorégraphes, metteurs en scènes et artistes de cirque interviennent tout au long de l’année auprès des écoliers, collégiens et lycéens des classes dites à projet artistique et culturel (PAC). Ce travail de longue haleine est ensuite présenté sur scène. Le festival de théâtre amateur reconduit et la Fête de la danse accueillie! Dans un esprit de partage, le festival de théâtre amateur qui s’est tenu en juin dernier, accueillant sur scène les associations de théâtre guyancourtoises, sera reconduit du 26 au 30 juin 2013. Les amateurs présenteront le travail accompli durant toute une année. Autre nouveauté très attendue : la Fête de la danse qui se déroulera désormais à La Ferme de Bel Ébat dans le cadre d’un projet culturel défini avec les équipes de la salle de spectacle. Outre une économie, une façon de plus pour le théâtre de Guyancourt de poursuivre sa démarche participative envers les habitants. Sarah Ferreira

© Christian Lauté

16000

a Question à ARMELLE LE BRAS-CHOPARD ADJOINTE AU MAIRE CHARGÉE DE LA CULTURE, DU DÉVELOPPEMENT UNIVERSITAIRE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES

« Une programmation de qualité nonélitiste et une participation des habitants » Avec le Pôle musiques - La Batterie, la Salle d’exposition et le service des Archives, La Ferme de Bel Ébat participe au dynamisme de l’action culturelle. Quelle est plus particulièrement la politique de cet équipement? La politique est axée sur la création grâce à des résidences d’artistes, avec deux objectifs: une programmation de qualité non-élitiste et une participation des habitants au travers d’ateliers dirigés par des professionnels. Je pense par exemple à l’atelier de théâtre pour les demandeurs d’emploi de longue durée. L’autre axe, c’est la synergie entre les équipements ou secteurs de la Ville. Il peut y avoir des coréalisations entre La Batterie et La Ferme de Bel Ébat, ou la Maison de la poésie pour la Nuit de la Poésie et les cabarets poélitiques, ou encore, le secteur de la vie associative, comme c’est le cas avec le festival de théâtre amateur (organisé pour la première fois en juin 2012). Il y a également des partenariats avec les équipements culturels de Saint-Quentinen-Yvelines: l’université, le théâtre scène nationale… avec notamment la pièce Corps de femme prévue pour le 23 mars 2013. Enfin, il y a des partenariats extérieurs, privés ou publics: technocentre Renault, Amnesty International… Et pour certains projets spécifiques, la Ferme de Bel Ébat bénéficie de subventions du Conseil Régional et du CUCS (Contrat urbain de cohésion sociale). L’idée est de créer un équilibre entre la présentation d’artistes reconnus et une diversité de programmation qui puisse convenir à tous. Il faut que les gens aient plaisir à venir, qu’ils s’approprient leur théâtre et le fasse vivre. La culture est quelque chose qui, en temps de crise, devient essentiel pour la solidarité et l’évasion.


14

>

Dossier Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

© Christian Lauté

UNE SAISON PARITAIRE La Ferme de Bel Ébat a fait le choix de proposer une programmation répartie de façon égale entre hommes et femmes. Une initiative qui ravit de nombreuses artistes, dont la metteure en scène Aurélie Van Den Daele.

Guyancourt en action

1

2

Acteur de la vie locale, le théâtre de Guyancourt propose des ateliers de pratique artistique encadrés par des professionnels, dans les Maisons de quartiers, les écoles et les centres de loisirs. Il prend part aux événements tels que La Nuit de la poésie ou le Temps des Femmes, en partenariat avec d’autres équipements de la Ville. Enfin, il organise depuis deux ans le festival de théâtre amateur permettant aux associations guyancourtoises de se produire sur scène dans des conditions idéales et accueillera en 2013 la Fête de la danse.

3

Pour rendre la culture accessible à tous, La Ferme de Bel Ébat a mis en place une carte qui permet de bénéficier de tarifs très avantageux, allant jusqu’à plus de la moitié du prix initial.

© Christian Lauté

À la fois théâtre contemporain et lieu de résidence artistique, La Ferme de Bel Ébat s’adresse à un public de tout âge. La structure réserve un tiers de sa programmation à la jeunesse avec des créations adaptées aux enfants et des séances dédiées aux scolaires. Dans cette optique, la Ville offre chaque année un billet d’entrée à toutes les classes de maternelle et de primaire de Guyancourt.

Après avoir mis en scène : Oh quand les saints ! de Roland Nadaus, programmé au début du mois, Aurélie Van Den Daele (à droite) animera pour la troisième année consécutive, l’atelier « Temps des femmes », à partir du 13 novembre.

D

e nombreux comités régionaux se sont créés pour promouvoir des spectacles plus féminisés et mettre en œuvre des saisons égalitaires en 2013-2014. La Ferme de Bel Ébat s’inscrit dans cette démarche et s’est engagée auprès de l’association « H/F île de France ». Dès cette année, 57 % des spectacles présentés au théâtre de Guyancourt seront écrits, mis en scène ou chorégraphiés par des femmes. Remarquée pour son talent, Aurélie Van Den Daele, a déjà eu l’occasion de travailler avec la salle de spectacle dans le cadre d’un partenariat. « J’ai tout d’abord commencé par animer les ateliers théâtre liés au Temps des Femmes il y a trois ans » explique la jeune metteure en scène. Marque de confiance Sa troupe, la Compagnie Bricole, travaille sur les clichés autour de la femme et de sa place dans le monde du travail ou la cellule familiale. « La compagnie est mixte et nous sommes plus engagés que militants. Nous cherchons à ouvrir des espaces de discussion autour de

ces thèmes. Le fait qu’une salle de spectacle s’implique, propose une saison égalitaire et nous soutienne est une chance. » En 2011, Guyancourt accueillait son spectacle Top girls. Puis, Aurélie Van Den Daele a engagé un travail avec une troupe d’amateurs chevronnés de 24 à 60 ans, autour du spectacle Oh quand les saints ! présenté début novembre. Une marque de confiance selon la metteure en scène. « Nous avons pu travailler pendant plusieurs mois et avons terminé de créer le spectacle dans des conditions optimales. Il y a eu un vrai dialogue avec l’équipe. Ce n’est pas le cas dans les salles parisiennes où vous pouvez tout juste arriver la veille. » Aurélie Van Den Daele ne manque pas de projets à Guyancourt : elle va poursuivre son travail avec une classe à projet artistique et culturel (PAC) de l’école PaulLangevin et lance un nouvel atelier théâtre pour le Temps des femmes. La parité à La Ferme de Bel Ébat dépasse de loin le simple fait d’avoir une saison égalitaire. C’est une démarche qui s’inscrit autant sur le territoire que sur la durée. David Houdinet


Zoom sur

<

15

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

LE TÉLÉTHON 2012 Les associations de Guyancourt et leurs partenaires vous donnent rendez-vous du 7 au 9 décembre à l'occasion du Téléthon parrainé par l’équipe Fitness Academy du Raid Arbre Vert.

À

© Christian Lauté

Guyancourt, le Téléthon est coordonné, en partenariat avec la Ville, par l'association G2MG (Guyancourt Manifestations pour les Maladies Génétiques) qui a de nouveau élaboré un programme de choix pour la prochaine édition (voir le programme ci-contre). Ce rendez-vous nécessite un travail de longue haleine, qui débute dès septembre au moment d’Associations en fête. Car le Téléthon mobilise une soixantaine de bénévoles, qui donnent de leur temps pendant ces quelques jours. Pensez donc à réserver rapidement votre repas pour la soirée du 8 décembre. Pour un coût modique, vous passerez à coup sûr un bon moment tout en agissant pour la bonne cause. L'argent récolté sera transmis à

l’Association Française contre les Myopathies (AFM). Vente d'objets au profit du Téléthon Outre les dons que vous pouvez faire pendant les trois jours, des objets de la boutique Téléthon sont vendus durant le week-end et les semaines précédant l’événement. Il s'agit de crayons, de porteclés, de peluches, ou d’écharpes. Le bénéfice réalisé lors de la vente de ces objets est reversé à l’Association Française contre les Myopathies. Un coup de pouce important pour le Téléthon. Il arrive même que des associations achètent ces objets et reversent l’intégralité de la vente. À chacun de participer à cette grande soirée dans la mesure de ses moyens. Et, si vous voulez rejoindre l’aventure, n’hésitez pas à contacter G2MG. http://www.g2mg.net Tél. : 06 15 33 05 43 ou contact@g2mg.net

PROGRAMME Vendredi 7 décembre > Soirée loto À 20 h À la Maison de quartier ThéodoreMonod. 1 € le carton ; 1 carton gratuit pour l’achat de 5 cartons. Réservation indispensable au 01 30 44 38 54. > Concert classique À 20 h 30 À l’église Saint-Victor. Avec les chorales et l'École Municipale de Musique. > Concerts BEN MAZUÉ + VOLO + SOMA À 20 h 30 À La Batterie Tarifs : 6,50 € ; 5,50 €. Samedi 8 décembre > Journée « Zen en famille » De 10 h à 18 h Au Pavillon Waldeck-Rousseau Animations pour enfants (parcours de motricité, sports, contes, travaux manuels, jeux…), réflexologie (massage), conteurs, espaces restauration rapide (buvette, snack, crêpes, barbe à papa…). > Spectacle de cirque pour toute la famille avec la troupe l’OTR CIRK À partir de 16 h 30 > Repas du téléthon À 19 h Au Pavillon Waldeck-Rousseau Tarif 11 € - Réservation vivement conseillée 06 15 33 05 43 ou repas@g2mg.net > Spectacle des associations À 20 h 30 Au Pavillon Waldeck-Rousseau > Prise de tension De 9 h à 19 h Au Super U Avec les étudiants en médecine de l’association POEMES. > Collation et recettes reversées De 9 h à 18 h À la Station de lavage auto Happy Wash 50 % des recettes de lavage seront reversées au Téléthon. Collation sur place. Dimanche 9 décembre > Petit-déjeuner De 10 h à 13 h À la Médiathèque Jean-Rousselot > Bal folk De 14 h à 18 h À la Maison de quartier Auguste-Renoir (Les Saules)


16

>

L’agenda Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

EXPOSITION

JUSQU’AU MERCREDI 19 DÉCEMBRE

Screen / Play à la Salle d’exposition

© Christian Marclay

Quelles sont les relations entre l’art contemporain et le cinéma américain, symbolisé par Hollywood ? Cinéastes, dessinateurs, photographes et vidéastes, utilisant ou s’appropriant le langage, les codes et les imageries cinématographiques, nous délivrent des éléments de réponse avec l’exposition collective Screen / Play. Ces artistes dont certains ont fait le déplacement depuis l’Angleterre ou les États-Unis nous font partager leur démarche artistique au travers d’une sélection d’œuvres. La frontière entre l’art et le cinéma serait-elle plus floue qu’on ne le pense… Rendez-vous à la Salle d’Exposition pour en savoir plus ! Visite guidée gratuite : vendredi 14 décembre à 12 h 15 (sur réservation). En parallèle : l’exposition « Hors champs » de Julie Domont - bibliothèque universitaire, 45, boulevard Vauban. Jusqu’au 19 décembre.

EXPOSITION

ANIMATION

ANIMATION

ANIMATION

DU MARDI 20 NOVEMBRE AU JEUDI 13 DÉCEMBRE

VENDREDI 23 NOVEMBRE

SAMEDI 24 NOVEMBRE

VENDREDI 30 NOVEMBRE

De 19 h à 21 h Espace Public Numérique Auguste-Renoir

Maison de quartier Théodore-Monod

De 19 h à 21 h Espace Public Numérique Auguste-Renoir

Hôtel de Ville

Salon des Automnales Vernissage ouvert à tous le jeudi 29 novembre à partir de 18 h 30.

MUSIQUE

VENDREDI 23 NOVEMBRE À 20 h 30 Auditorium de La Batterie

Antoine Hervé - Leçon de Jazz n° 2 – « Bill Evans, le romantisme & la passion ». Tarifs : 6, 50 € ; 5, 50 €. Informations et réservations : 01 39 30 45 90.

Les vendredis de l’EPN Soirée sur le thème du jeu Trackmania. Gratuit mais inscriptions indispensables au 01 30 43 96 84.

ANIMATION

VENDREDI 23 NOVEMBRE À partir de 19 h 30 Malle à jeux - Maison de quartier Auguste-Renoir

Soirée jeux

Découvrir Madagascar, l’île rouge aux multiples facettes Au menu : atelier culinaire de 9 h à 12 h et soirée karaoké à 20 h. Réservations indispensables au 01 30 44 88 54. Tarifs : atelier cuisine : 8 €. Entrée soirée : 3 € enfants ; 4,50 € adultes. Restauration : 5 € enfants ; 8 € adultes.

Les vendredis de l’EPN Au programme : Facebook. Gratuit mais inscriptions indispensables au 01 30 43 96 84.

ANIMATION

VENDREDI 30 NOVEMBRE à partir de 19 h 30 Malle à Jeux – Maison de quartier Auguste-Renoir

Soirée jeux THÉÂTRE

Gratuit – Renseignements au 01 30 43 45 44.

MERCREDI 28 NOVEMBRE

Gratuit – Renseignements au 01 30 43 45 44.

À 20 h 30 La Ferme de Bel Ébat

MUSIQUE

MUSIQUE

On ne paie pas ! On ne paie pas !

SAMEDI 24 NOVEMBRE À 20 h 30 La Batterie

La Ruda, The Hyenes et Dan Barnum (1re partie) (Lire p. 6) Tarifs : 13,50 € / 9 €. Informations et réservations : 01 39 30 45 90.

Une course poursuite haletante entre gendarmes, policiers et ménagères. À partir de 14 ans Tarifs : 10 € ; 7,50 € ; 5 € Avec la carte : 5 € ; 2,50 € Réservations : 01 30 48 33 44.

VENDREDI 30 NOVEMBRE À 20 h 30 Auditorium de La Batterie

Antoine Hervé - Leçon de jazz n° 3 - avec Carlo Rizzo « le tambourin polytimbral » Tarifs : 6, 50 € ; 5, 50 €. Informations et réservations : 01 39 30 45 90.


L’agenda

<

17

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

CONFÉRENCE

MUSIQUE

VENDREDI 7 DÉCEMBRE

VENDREDI 7 DÉCEMBRE

À 14 h

À 20 h 30 La Batterie

Maison des anciens

© Christian Lauté

Au carrefour de la soie : l’Ouzbékistan Partez à la découverte des légendaires cités de la route de la soie aux noms magiques, de leurs monuments exceptionnels et de leur histoire bi-millénaire. Entrée libre.

La scène française est à l’honneur pour cette soirée proposée dans le cadre du Téléthon. Tarifs : 6,50 € ; 5,50 €. Informations et réservations : 01 39 30 45 90.

ANIMATION

THÉÂTRE

VENDREDI 7 DÉCEMBRE

VENDREDI 7 DÉCEMBRE

De 19 h à 21 h Espace Public Numérique Auguste-Renoir

À 20 h 30 Maison de la poésie

Les vendredis de l’EPN

Heiner Müller revisite les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos dans une langue crue, vibrante et incandescente. Tarifs : 10 € ; 7,50 € ; 5 € Avec la carte : 5 € ; 2,50 €. À partir de 16 ans Réservations : 01 30 48 33 44.

SPORT

SPORT

SAMEDI 1ER DÉCEMBRE

DIMANCHE 2 DÉCEMBRE

Au programme : création d’un blog. Gratuit mais inscriptions indispensables au 01 30 43 96 84.

De 14 h à 18 h Gymnase de l’Aviation

De 8 h à 17 h Gymnase Maurice-Baquet

ANIMATION

Tournoi de handball

Compétition Horizon 2016 minime

Coproduit avec l’association Guyancourt Handball.

Coproduit avec le Cercle d’Escrime de Guyancourt.

SAMEDI 1ER DÉCEMBRE

VIE MUNICIPALE

À 20 h 30 La Batterie

MERCREDI 5 DÉCEMBRE De 18 h à 19 h 30

T.A.N.K - Supertanker Khaorah (1re partie)

Allô M. le Maire

Une soirée 100 % métal ! Tarifs : 6,50 € ; 5,50 € Informations et réservations : 01 39 30 45 90.

VENDREDI 7 DÉCEMBRE À 20 h Maison de quartier ThéodoreMonod

Soirée loto

MUSIQUE

Vous pouvez personnellement joindre votre Maire, François Deligné au 01 30 64 14 55.

Ben Mazué - Volo - Soma

Convivialité, jovialité et nombreux lots à gagner au cours de cette soirée, dont les recettes seront reversées au Téléthon. Réservation indispensable au 01 30 44 38 54 – 1 € le carton, 1 carton gratuit pour l’achat de 5 cartons.

Quartett

ANIMATION

DU 7 AU 9 DÉCEMBRE Téléthon (Lire p.15) En coproduction avec G2MG.

VENDREDI 30 NOVEMBRE À 20 H 30

Jardin secret des enfants : les parents doivent-ils tout savoir ?

© Phovoir

à la Maison de quartier Théodore-Monod

Les enfants ne disent pas tout, ils se taisent, racontent des histoires ou bien mentent… Cette rencontre-débat nous aide à distinguer les différents types de mensonges et nous montre l’importance et l’intérêt d’un jardin secret à tout âge. Animée par Dana Castro, psychologue, directrice de l’École des psychologues praticiens et auteure du livre « Petits silences, petits mensonges : le jardin secret de l’enfant » paru chez Albin Michel, la conférence vous est proposée par l’École des Parents de Guyancourt. Gratuit sur réservation au 01 30 48 33 90.


18

>

L’agenda Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

CONTE ET MUSIQUE

SPORT

SPORT

SAMEDI 8 DÉCEMBRE

SAMEDI 8 ET DIMANCHE 9 DÉCEMBRE

SAMEDI 8 DÉCEMBRE

À 20 h 30 La Ferme du Mousseau à Élancourt

Panel de contes urbains québécois d’une magie bouleversante. Réservé aux détenteurs de la carte de La Ferme de Bel Ébat mais les personnes ne souhaitant pas souscrire à la carte peuvent acheter leur place dans la salle concernée. Tarifs : 10 € ; 7,50 € ; 5 €. À partir de 16 ans Réservations : 01 30 48 33 44.

Concours qualificatif Championnat de France – Tir à l’arc En coproduction avec les Archers de Guyancourt.

2e tour du critérium fédéral de tennis de table

ATELIER

SAMEDI 8 ET DIMANCHE 9 DÉCEMBRE

Coproduit avec le Tennis de table de Guyancourt.

De 10 h à 17 h Maison de la poésie

© Christian Lauté

Noëls noirs par tous les temps

>

de 13 h à 22 h DIMANCHE 9 DÉCEMBRE de 8 h à 18 h Gymnase des Droits de l’Homme

De 9 h à 22 h Gymnase de l’Aviation

Atelier d’écriture – Littlematchseller

NATURE

Atelier gratuit impliquant l'achat d'une place pour le spectacle Littlematchseller - petite marchande d'allumettes. Renseignements et inscriptions à la Maison de la Poésie au 01 39 30 08 90 ou sur maison.poesie @agglo-sqy.fr

De 9 h à 12 h Parc des Sources de la Bièvre

DIMANCHE 9 DÉCEMBRE Sortie découverte des oiseaux Réservation et renseignements complémentaires auprès de la LPO – Île-de-France au 01 53 58 58 38.

Infos pratiques

HÔTEL DE VILLE

PHARMACIES DE GARDE

URGENCES

14, rue Ambroise-Croizat Centre-Ville BP 32 78 041 Guyancourt Tél. : 01 30 48 33 33 > lundi, mardi, mercredi et vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h > jeudi de 13 h à 20 h > samedi de 9 h à 12 h (services État civil et Régie de recettes)

Dimanche 25 novembre JASSERAND – SAVILLE CC Champfleury 78 960 VOISINS LE BRETONNEUX Tél. : 01 30 43 73 20

COMMISSARIAT DE POLICE : • 1, rue de la Division Leclerc Tél. : 01 30 48 26 70

Dimanche 2 décembre PONS 8, rue Paul Langevin 78190 TRAPPES Tél. : 01 30 62 94 06

POLICE MUNICIPALE : • 1, place Max-Pol-Fouchet n° vert : 0 800 004 178 AMBULANCES / MÉDECINS : 15 POLICE SECOURS : 17 POMPIERS : 18

Mémo collecte Les briques alimentaires, les cartons et les cartonnettes vont dans le bac jaune. Les cartons, pliés et ficelés, sont déposés à côté du bac jaune, le jour de la collecte.

Retrouvez toute l’actualité sur internet :

www.ville-guyancourt.fr

www.facebook.com/ Guyancourt


Tribune

<

19

Guyancourt magazine N° 448 _ 22 NOVEMBRE 2012

LISTE GUYANCOURT POUR TOUS (LISTE DE GAUCHE, MAJORITÉ MUNICIPALE) Faire vivre la laïcité dans les symboles et le quotidien L'an passé, le Sénat a adopté la date du 9 décembre comme journée nationale de la Laïcité. Cette décision symbolique est importante dans une période où les citoyens peuvent s'interroger sur le risque d'atteinte à ce principe essentiel. La Laïcité est en effet notre bien commun à tous : elle garantit à chacun la liberté de ne pas croire ou de croire et donc de pouvoir librement pratiquer sa religion ; elle permet

de faire respecter la loi, de protéger l'action publique et les droits des citoyens de toute intrusion des croyances religieuses ; enfin, surtout elle nous fait vivre ensemble dans le respect de nos différences. Notre république serait incomplète sans elle. Au moment où monte les intégrismes, au moment où certains sont stigmatisés en fonction de leurs croyances religieuses supposées, nous devons nous engager plus que jamais pour l'égalité et contre les discriminations.

C'est pourquoi les élus de la majorité ont souhaité que la commune participe à cette démarche du 9 décembre en inscrivant la Laïcité parmi les noms de lieux de Guyancourt. C'est une volonté cohérente avec l'exigence laïque portée dans tous les services publics communaux, en mairie, dans les écoles, dans les centres de loisirs, notamment. Les 31 élus de la liste Guyancourt pour Tous

LISTE ENSEMBLE POUR GUYANCOURT (UMP) La liste Ensemble pour Guyancourt n’a pas été en mesure de fournir son texte.

LISTE GUYANCOURT GÉNÉRATIONS CITOYENNES (LISTE SOUTENUE PAR LE MODEM) Économie sociale et solidaire La troisième semaine du mois de Novembre, du 17 au 25 cette année, est traditionnellement consacrée à l'Économie Sociale et Solidaire (ESS). L'ESS est une autre façon de concevoir l'économie ; c'est tenter de concilier des objectifs d'intérêt collectif et des activités économiques en intégrant dans leur fonctionnement des

critères de démocratie, d'innovation et de développement durable (source : la charte de l'économie sociale et solidaire). Ce n'est certes pas facile, mais cette semaine peut déjà être le moyen de nous renseigner et de nous sensibiliser à ces notions. Elle peut aussi être un moment d'échanges avec tous ceux qui cherchent comment agir à travers leurs gestes quotidiens pour rendre

notre monde un peu plus solidaire. Notre blog vous a déjà informé de l'ouverture du mois de l'ESS ; il vous informe aussi des manifestations qui se déroulent à Guyancourt et les autres communes de Saint-Quentin-en-Yvelines à l'occasion de cette semaine de l'ESS. www.guyancourt-en-mouvement.eu Julien Oechsli, Conseiller municipal

Conformément à l’article 9-1 de la loi n° 2002-276 dite « Démocratie de proximité » repris à l’article L2121-27-1 du CGCT, les listes siégeant au Conseil municipal et établies en Préfecture, ont le droit de s’exprimer dans le bulletin d’information municipal. » Le Directeur de la Publication rappelle que la responsabilité des auteurs est engagée par leur tribune et qu’ils doivent veiller à la véracité de leurs écrits.


Réalisation : Ville de Guyancourt - Photo © C. Lauté


Guyancourt Magazine 448