Issuu on Google+


L’ART CONTEMPORAIN AFRICAIN S’AFFICHE Vous avez jusqu’au 20 novembre pour découvrir le travail d’artistes africains contemporains grâce à « Bas les masques ». Le 6 octobre dernier, le vernissage était ponctué par une magnifique déambulation chorégraphique interprétée par la compagnie Maria Mendy et par les interventions de poètes africains. Cette exposition mérite de s’y attarder et, si vous êtes curieux, une visite guidée vous est proposée le 18 novembre à 12 h 15 (gratuit sur réservation au 01 30 44 50 80).

2

GUYANCOURT MAGAZINE

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1


ÉDITORIAL

|

PAR FRANÇOIS DELIGNÉ

SOMMAIRE DU N° 423

École des Parents de Guyancourt Déjà 10 ans! Chères Guyancourtoises, chers Guyancourtois,

ACTUALITÉS

6

En s’intéressant dès 2001 à la parentalité, la Ville de Guyancourt a été pionnière. Depuis l’École des Parents de Guyancourt a su gagner la confiance des familles guyancourtoises, car nous nous sommes donnés les moyens de répondre à leurs besoins. Ce 10e anniversaire est pour nous l’occasion de mettre en avant la réussite et la qualité d’un service public local de proximité innovant. Au-delà de la Boutique des Parents et de l’attention nécessaire portée aux situations individuelles, les rencontres-débats ou encore les Ateliers Parents-Enfants rassemblent un public large, curieux, qui aime s’informer et échanger. Le mois de novembre sera donc marqué par de nombreux temps forts avec nos partenaires. Je remercie les personnalités et les professionnels qui viennent apporter leur participation à cet anniversaire.

RENCONTRE

10

L’éducation par le sport

11/14

PLEINS FEUX SUR LES 10 ANS DE L’ÉCOLE DES PARENTS L’École des Parents souffle ses 10 bougies

15

EN DIRECT ■

16 18

Programmation culturelle

DE VOUS À NOUS ■

19

La petite boîte qui monte

AVANT-PREMIÈRE ■

Votre Maire, François Deligné Conseiller Général des Yvelines Vice-Président de la C.A. de SQY

Samedi 12 novembre : Battle hip-hop En direct de la rue Croizat

Carnet, brèves

DÉMOCRATIE LOCALE ■

Tribunes d’expression

aire sieur le M Allo Mon 4 55 01 30 64 1 pondra né vous ré mbre g li e D is o Franç di 9 nove le mercre en direct 19 h 30 de 18 h à

Responsable de la publication : Yves MACHEBŒUF ■ Secrétariat de rédaction : Jean magazine MEYRAND - David HOUDINET ■ Rédaction : Benoît BAUDOUIN - Dominique CIARLO - Pascale FRESNAY - David HOUDINET - Hélène MARCHAL ■ PAO : Céline BOCKELMANN ■ Photos : Dominique CIARLO - Christian LAUTÉ ■ Maquette : CITIZEN PRESS : 01 53 00 10 00 ■ Réalisation : Direction de la Communication ■ Impression : Imprimerie Moderne de l’Est ■ Tirage : 13 000 exemplaires - Hôtel de Ville de Guyancourt - 14, rue Ambroise Croizat - Centre-Ville - BP 32 - 78 041 Guyancourt Tél. : 01 30 48 33 33 ■ N° ISSN : 1274-5804. Cet ouvrage a été réalisé avec des encres végétales sur du papier PEFC 100 % issu de forêts gérées durablement et de sources contrôlées chez un imprimeur respectant toutes les normes environnementales.

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1

www.ville-guyancourt.fr

GUYANCOURT MAGAZINE

3


ACTUALITÉS

|

ÇA S’EST PASSÉ À GUYANCOURT

ARRÊT SUR IMAGES Médailles du travail ■ C’est dans la salle du Conseil de l’Hôtel de Ville que François Deligné, Maire de Guyancourt, accueillait les récipiendaires des médailles du travail. L’occasion de saluer de 20 à 40 ans de carrière pour certains, de l’argent au grand or. Leur distinction accrochée et leur diplôme à la main, nos médaillés se sont prêtés au jeu de la photo de groupe avant d’échanger quelques anecdotes avec leurs proches autour du verre de l’amitié.

Une belle semaine des Anciens La 18e édition de la semaine des Anciens s’est terminée le 8 octobre dernier. Nos aînés auront eu un beau programme : visites guidées de la Bergerie nationale et du musée Jacquemart-André, ateliers informatique ou de danse country, une conférence sur le rôle et la place des grands-parents dans la famille contemporaine proposée par l’École des Parents de Guyancourt. C’est bien sûr en musique et en chanson que les seniors ont conclu cette belle semaine. Rendez-vous l’année prochaine ! ■

La première journée Comé-Guyancourt ■ Début octobre, une délégation béninoise nous a rendu visite pour assister aux 3e assises yvelinoises de la coopération décentralisée et de la solidarité internationale, organisées par le Conseil Général des Yvelines. Une bonne occasion pour organiser parallèlement la première journée Comé-Guyancourt. Une conférence a notamment permis de mettre en lumière les liens qui unissent les deux villes à travers l’accord de coopération décentralisée qu’elles ont signé en 2004.

4

GUYANCOURT MAGAZINE

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1


ACTUALITÉS

|

ÇA S’EST PASSÉ À GUYANCOURT

La Nuit de la poésie ■ Le désormais classique marathon poético-nocturne a attiré un large public à La Ferme de Bel Ébat. Cinq heures de poésie, chantée, dite, accompagnée de musique laissant la part belle aussi bien aux amateurs qu’aux artistes de renom. Un vrai beau rendez-vous organisé en partenariat avec la Maison de la Poésie. Cerise sur le gâteau, le repas était, cette année, préparé par les élèves du lycée hôtelier ce qui a permis à l’auditoire de satisfaire ses sens avec des nourritures spirituelles et plus terrestres…

Lilly Wood and the Prick à La Batterie ■ Une chance pour César, groupe local, La Batterie affichait complet pour le concert de Lilly Wood and the Prick dont il assurait la première partie. Quoi de mieux en effet pour une jeune formation que de se frotter à un public pas forcément conquis d’avance. Une fois la scène libérée, le duo accompagné de ses musiciens a délivré un show imparable. Une belle énergie pour ce set pop folk électro qui n’a pas failli à leur victoire de la musique décrochée en 2011 dans la catégorie Révélation du public.

Bourse aux vêtements ■ Organisée depuis maintenant plusieurs années, la bourse aux vêtements a attiré beaucoup de monde à la maison de quartier Joseph-Kosma. Ce rendez-vous solidaire préparé de concert avec Guyancourt Accueil, le vestiaire municipal et le Centre Communal d’Action Sociale de Guyancourt permet deux fois par an de récolter des fonds grâce à la vente de vêtements pour adultes et enfants. L’argent ainsi récolté permettra l’achat du linge de maison et d’articles qui manquent aux personnes qui ont recours au vestiaire municipal.

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1


ACTUALITÉS

|

À NOTER

SAMEDI 12 NOVEMBRE

Battle hip-hop Cette année, le Battle de Guyancourt aura lieu le 12 novembre prochain. Il sera précédé d’un atelier de Street art auquel vous pourrez participer, si vous êtes adhérent à l’un des Points jeunes de la Ville. Encadré par Sir et Eva du collectif « No Rules Corp », et réalisé en partenariat avec le Service d’Action culturelle, cet atelier est l’occasion de venir s’initier aux nombreuses techniques du Street art. Du célèbre graffiti au genre musical qu’il représente, en passant par les styles vestimentaires, le collectif proposera aux participants de s’inspirer de ses techniques afin de présenter une nouvelle approche du genre. Deux séances seront consacrées à la création des visuels, les mercredis 2 et 9 novembre de 14 h à 17 h. La restitution publique aura lieu « en live » lors du Battle. La compétition sera animée par Youval et DJ Cleon. Le jury du Battle sera composé des membres des Sérial Stepperz (collectif des meilleurs steppers (danse debout) de la capitale provenant de différents crew et fondé entre autres par des membres des Wanted Posse) qui présenteront un show à partir de 14 h 30. En première partie également : Cellule chorégraphie de la compagnie de Trappes Matière Première, et la troupe des jeunes filles de la Maison de quartier Joseph-Kosma.

POUR EN SAVOIR PLUS Atelier street art (dès 13 ans) Atelier de la Salle d’Expo et Pavillon Waldeck-Rousseau Les 2 et 9 novembre de 14 h à 17 h Battle Hip-Hop Samedi 12 novembre à 14 h Inscriptions: avant le 31 octobre 2011, au 0130434544 ou mq.renoir@ville-guyancourt.fr. À partir de 16 h : Battle Break senior 15 ans et plus Ouvert à 8 équipes de 5 7 rencontres de 5 minutes environ. Prix : 500 € en bons d’achats Pavillon Waldeck-Rousseau Tarif entrée : 3 €

6

GUYANCOURT MAGAZINE

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1


ACTUALITÉS

|

AGENDA

www.ville-guyancourt.fr Jusqu’au 20 novembre

Vendredi 4 novembre à 20 h 30

Bas les masques

Dimanche 6 novembre à 16 h

Les Bêtises d’Agathe

Autoportrait Autofiction Autofilmage

Exposition Salle d’Exposition

Tarifs : 10 €, 7,50 €, 5 € - Avec la carte FBE : 5 €, 2,50 € (lire p. 16) La Ferme de Bel Ébat

Jusqu’au 29 octobre

Addictions/Fictions

Ndidi O + Melissmell

Tarifs : 8 €, 5 €, 4,50 €. Auditorium – La Batterie

Tarifs : 12 €, 8 €, 7,50 €. La Batterie

Jeudi 20 octobre de 16 h à 20 h

Mardi 8 novembre à 20 h 30

Jean-Marie Machado et Jean-Charles Richard

Vendredi 4 novembre à 20 h 30

Exposition Salle d’Exposition

Tarifs : 4,50 € adultes, 3 € enfants. Centre social Louis-Pasteur

Information sur les énergies renouvelables

Mercredi 9 novembre

Allô M. le Maire

Animation proposée par la Ville dans le cadre de la Fête de l’énergie qui a lieu du 15 au 21 octobre. Inscription obligatoire au 01 30 48 33 60 ou sonia.durand@ville-guyancourt.fr Hôtel de Ville

© Jean-Charles Belmont

Vous pouvez personnellement joindre votre Maire, François Deligné au 01 30 64 14 55 de 18 h à 19 h 30

Vendredi 21 octobre à 20 h 30

« Sonen » (le fils) Concert Tarifs : 6 €, 5 €, 4,50 €. Auditorium – La Batterie

Vendredi 11 novembre à 11 h

Commémoration Armistice de la guerre 14-18 Monument aux Morts

Samedi 5 novembre à 13 h 30 Samedi 22 octobre à 18 h

La salle du Jeu de Paume

Le Meunier hurlant

Anim’Europe vous propose de visiter la salle du jeu de Paume à Versailles. Réservations : Valérie Dubois au 06 42 04 13 92 ou Marie-Annick Picard au 01 30 64 77 01

Tarifs : 10 €, 7,50 €, 5 €. La Ferme de Bel Ébat

© Cie Tro-héol – Martial Anton

Samedi 5 novembre de 14 h 30 à 17 h 30

Du 24 au 28 octobre de 9 h 30 à 12 h

L’atelier de la salle d’expo Masques africains Pour les 7/12 ans Tarif : 35 €la semaine. Inscription au 01 30 44 50 80. Salle d’Exposition

Atelier hip-hop Proposé par La Ferme de Bel Ébat Renseignements et réservations au 01 30 48 33 44. (lire p.17) L’Estaminet – Magny-les-Hameaux Samedi 5 novembre à 20 h 30

Caroline Fauchet – Catherine Lebouleux Eaux fortes, récital de piano et poésie. Tarifs : 8 €, 5 €, 4,50 €. Auditorium – La Batterie Dimanche 6 novembre de 11 h à 13 h et de 14 h à 17 h

Master-class hip-hop Du 3 novembre au 3 décembre

Les 10 ans de l’École des Parents de Guyancourt (lire p.11) N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1

Proposé par La Ferme de Bel Ébat Renseignements et réservations au 01 30 48 33 44. (lire p. 17) L’Estaminet – Magny-les-Hameaux

Vendredi 11 novembre à 18 h

Le Parcours du combattant

Tarifs : 10 €, 7,50 €, 5 € - Avec la carte FBE : 5 €, 2,50 € (lire p. 16) La Ferme de Bel Ébat Samedi 12 novembre à 14 h

Battle

Entrée : 3 € (lire ci-contre) Pavillon Pierre-Waldeck Rousseau GUYANCOURT MAGAZINE

7


ACTUALITÉS

|

CADRE DE VIE

Avant

Après

En direct de la rue Croizat Après une première phase de travaux, la rue Ambroise-Croizat a fait peau neuve. Coup d’œil au nouveau visage du Centre-Ville. EMBELLISSEMENT DU CŒUR DE VILLE Du restaurateur au boucher, l’avis des commerçants, comme celui des riverains et des passants, est quasiment unanime. Tous, ou presque, déclarent apprécier le nouveau visage de la rue Ambroise-Croizat, du choix des matériaux (pavés en grès en harmonie avec les maisons en meulière) à celui du mobilier urbain (élégant sans être prétentieux). « C’est à la fois beaucoup plus beau et beaucoup plus sûr pour les piétons, souligne Steeve, patron du restaurant « La Petite grange ». Avant, je n’avais même pas de trottoir devant mon restaurant, un vrai danger, notamment pour les femmes avec poussette. Pour l’instant, c’est encore un peu nu mais je crois que la commune va bientôt planter des arbres et installer des jardinières fleuries. Que la rue soit coupée plusieurs mois a, bien sûr, été dommageable au niveau du commerce, mais cette opération est une réussite, même si les problèmes de stationnement en centre-ville ne sont pas tous résolus. » À deux pas de là, Alexandre, le boucher du village, se déclare lui aussi satisfait, tout en pointant du doigt le comportement des automobilistes. « Comme l’ensemble de mes clients, je suis content de ce coup de jeune, qui donne encore plus de cachet au centre-ville et assure une plus-value aux commerces. Le chef de chantier était super, à l’écoute et arrangeant, tout s’est bien passé. Ce que je regrette, c’est l’incivilité des automobilistes, qui roulent beaucoup trop vite et ne respectent pas le sens prioritaire. Je pense que le panneau de limitation à 20 km/h est rare et encore méconnu. Ce que j’attends maintenant, ce sont les bornes pour que mes clients y attachent leur vélo. »

8

GUYANCOURT MAGAZINE

AUTOMOBILISTES, ATTENTION ! Interrogé, Yves Machebœuf, adjoint au Maire chargé des Travaux, confirme que des arbres vont être plantés, des jardinières posées et des bornes pour vélos prochainement installées. « Le courant est bien passé entre la municipalité, les commerçants et les entreprises intervenant sur ce chantier. Travailler en concertation comme nous l’avons fait est le meilleur moyen d’avancer intelligemment, dans l’intérêt de tous. Nous allons passer à la phase de sensibilisation des automobilistes par le biais de radars pédagogiques qui signaleront la vitesse des véhicules. La limitation à 20 km/h n’étant visiblement pas encore dans les mœurs, ce qui ne saurait tarder après le renforcement de la signalisation accompagné d’une campagne d’information qui devrait éviter à la police municipale d’avoir à verbaliser dans les semaines à venir… » Automobilistes, attention également aux bornes déjà mises en place (stationnement gratuit autorisé pour une durée maximale de dix minutes), qui enverront directement un SMS à la police municipale dès ce délai dépassé (le voyant passant alors du vert au rouge).

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1


ACTUALITÉS

L’église en travaux

|

CADRE DE VIE

Les trottoirs ont été élargis pour une meilleure sécurité

DE NOUVELLES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES Suite au diagnostic de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), et à la découverte d’un ancien cimetière paroissial à l’arrière de l’église SaintVictor, la Direction Régionale des Affaires culturelles d’Ile-de-France (Drac) a souhaité poursuivre les fouilles archéologiques dans ce périmètre, ce qui décalera la fin des travaux (initialement prévue en mars 2012) d’un an environ. Après ces nouvelles fouilles, qui se dérouleront d’avril à juin 2012, arrivera la phase terminale du chantier (de septembre à décembre 2012). Cette fois, la rue AmbroiseCroizat ne sera pas coupée. « Cette mise au jour d’une partie de l’histoire de notre ville sera partagée par les Guyancourtois, la Drac ayant donné son accord de principe à la municipalité pour autoriser les habitants et les enfants des écoles à visiter les sites d’exploration sous la direction des archéologues », indique Yves Machebœuf. Bonne nouvelle pour les paroissiens, ces nouvelles fouilles ne retarderont en rien la réouverture de l’Église SaintVictor, dont les importants travaux de restauration intérieure devraient s’achever fin mars.

Les nouvelles fouilles devraient se dérouler d’avril à juin 2012


RENCONTRE

|

ASSOCIATION

L’éducation par le sport Avec 44 % des élèves licenciés, six activités enseignées et trois équipes qualifiées aux championnats de France, l’association sportive du collège Paul-Éluard (UNSS) s’impose comme un outil éducatif essentiel.

B

éatrice Gerber, professeure d’éducation physique et sportive (EPS), vient de faire sa dix-neuvième rentrée dans cet établissement auquel elle est très attachée. Active, c’est pendant sa pause déjeuner qu’elle accepte de parler de l’importance de l’association sportive du collège. Elle associe volontiers ses collègues impliqués au même titre qu’elle: Céline Hergault à la natation et au basketball, Magali Razé au frisbee et à l’ultimate (frisbee par équipe) et Didier Thierry au tennis de table et au badminton. Quant à Béatrice, c’est à la gymnastique et à la gymnastique rythmique qu’elle initie ses élèves un après-midi par semaine au gymnase de l’Aviation. « La Ville met gratuitement cet équipement et le gymnase Maurice-Baquet à notre disposition de 13h30 à 16h30, et les clubs sportifs nous cèdent la place, ce qui est loin d’être le cas dans toutes les communes. » Loisirs et compétition C’est ainsi que 216 collégiens (plus que le nombre d’adhérents de certains clubs), 121 filles et 95 garçons âgés de onze à quinze ans, pratiquent à des conditions avantageuses (25 € par an, assurance et tee-shirt aux couleurs de l’Association sportive compris, 40 € pour deux enfants) un sport qu’ils ont choisi. « La moyenne de l’Union nationale du sport scolaire (UNSS) se situe autour de 20 % de licenciés dans les établissements du second degré, et nous atteignons 44 % à Éluard, avec des élèves particulièrement motivés et assidus qui optent pour le loisir ou la compétition. Compétition qui se traduit par des ren-

10

GUYANCOURT MAGAZINE

contres avec d’autres collèges du secteur, du département, puis des championnats d’académie et de France auxquels les jeunes sportifs du collège ont brillamment participé en 2010 en ultimate, gym et danse. » Ou comment mettre le sport au service de l’éducation en aidant les élèves à se sentir mieux dans leur tête et dans leur corps. « Et de faire parler positivement d’un collège trop souvent dénigré à tort », souligne Béatrice, également déléguée de district UNSS (secteur Chevreuse, Guyancourt, Magny, Montigny et Voisins). L’esprit citoyen Forts de leur expérience, de leurs compétences et de la confiance des collégiens et des parents, les professeurs d’EPS qui encadrent les activités de l’Association sportive transmettent aux élèves des valeurs éducatives et une éthique sportive qui renforcent leur sens des responsabilités. « Nous les formons à être juge, arbitre et à parti-

ciper à l’organisation de compétitions et de sorties ponctuelles dans un esprit basé sur le respect mutuel, au sens citoyen du terme. » Traditionnel temps fort, le spectacle gratuit de fin d’année de l’Association sportive (deux représentations l’après-midi pour les collégiens et les CM2, une le soir pour les parents) a réuni en juin dernier quelque 800 spectateurs enthousiastes. « Voir ainsi les jeunes montrer leur talent en gym, danse, ultimate et basket a été, pour tous, une fierté, un moment de bonheur partagé. » La sonnerie annonce la reprise des cours, Béatrice ne posera pas pour la photo. ■ O

DOMINIQUE CIARLO

Au premier rang, la section danse, au deuxième rang,la section gym et au troisième rang, la section ultimate de l’UNSS.

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1


PLEINS FEUX SUR LES 10 ANS DE L’ÉCOLE DES PARENTS

L’École des Parents souffle ses dix bougies Pour fêter son dixième anniversaire, l’École des Parents de Guyancourt proposera de nombreux temps forts. Partenaire privilégié des familles, ce service municipal répond réellement à leurs attentes et à leurs interrogations. Dès sa conception, l’École des Parents de Guyancourt (EPG) a misé sur l’humain et la proximité. Résultat, cette structure originale a très vite trouvé sa vitesse de croisière et, surtout, acquis la confiance de nombreux parents. Certains viennent pour un éclairage, un conseil ou encore pour un entretien individuel avec Katy Bonnard (graN ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1

tuit, sur rendez-vous uniquement), psychologue de cette structure d’accompagnement sur mesure. D’autres viennent aux rencontres-débats ou participent aux différents ateliers proposés. Sans faire de bruit et en s’appuyant sur de solides intervenants (pédiatres, pédopsychiatres, psychologues…),

l’EPG a progressivement tissé une relation de confiance avec des parents de profils différents, de tous styles, de toutes catégories sociales et de tous horizons. Tous ont pour point commun de vouloir assumer au mieux leur rôle d’éducateurs. Comme le pédiatre Aldo Naouri le souligne (voir page 13), la société actuelle n’arranGUYANCOURT MAGAZINE

11


L’œuf et la poule

ge rien à l’affaire, avec la perte de repères et l’éclatement de la cellule familiale traditionnelle. Dans ces conditions, constater par des partages d’expériences que l’on n’est pas seul(e) à rencontrer des problèmes bénins ou graves permet de relativiser, de reprendre confiance. Ce qui explique la réussite des rencontresdébat, groupes de parents et ateliers parents-enfants où la parole se libère. Efficace et discrète, l’équipe qui anime l’École des Parents se tient à votre disposition dans sa « boutique », lieu convivial d’information, de documentation et d’orientation qui a pour points forts son professionnalisme et sa qualité d’écoute. La Boutique des parents 2 bis, rue du Moulin à Guyancourt Le mercredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h le jeudi de 13 h à 20 h et le samedi de 9 h à 12 h Tél. : 01 30 48 33 90

Cadeaux d’anniversaire… Pour fêter ses dix ans d’existence, l’École des parents de Guyancourt vous invite à différents temps forts. Exposition

Un instant en famille. Portrait intime d’une vingtaine de familles guyancourtoises saisies au détour de leur vie quotidienne par la photographe Stéphanie Lacombe, lauréate du prestigieux prix Niépce en 2009 pour sa création Les français à table. Du 2 au 24 novembre 2011 > Mezzanine de l’Hôtel de Ville, exposition présentée en partenariat avec le service Action culturelle de la Ville.

12

GUYANCOURT MAGAZINE

© Delphine Beaumont

© Bruno Lajara / François Saint Rémy

P’tite mère

Conférence

Animée par le pédiatre Aldo Naouri, auteur de nombreux ouvrages de référence parmi lesquels Éduquer ses enfants, l’urgence d’aujourd’hui et le très médiatique Les belles-mères, les beaux-pères, leurs brus et leurs gendres, récemment publié chez Odile Jacob. Mardi 15 novembre 2011 à 20 h 30 > Auditorium de l’école de musique (La Batterie) Gratuit (inscription obligatoire) Réservation au 01 30 48 33 90 Théâtre

P’tite mère, pièce de Dominique Sampiero (à partir de 9 ans). Spectacle suivi d’un débat animé par le psychologue Harry Ifergan, auteur du livre Mieux comprendre votre enfant de 6 à 12 ans. En présence de l’auteur. Samedi 26 novembre 2011 à 18h30 > Ferme de Bel Ébat (tarifs famille) Réservation au 01 30 48 33 44 Atelier d’écriture

Dominique Sampiero, écrivain, poète, scénariste et auteur de P’tite mère, animera par ailleurs un atelier d’écriture autour de la résurgence de l’enfance. Samedi 19 et dimanche 20 novembre 2011 de 10 h à 12h30 et de 14 h à 16 h 30 > Maison de la poésie Renseignement et inscription au 01 30 48 33 44 Théâtre jeune public

L’œuf et la poule, pièce (à partir de 4 ans) présentée par la compagnie Le bel après minuit.

Samedi 3 décembre 2011 à 16 h > Ferme de Bel Ébat (tarifs famille) Réservation au 01 30 48 33 44 Atelier d’écriture parents-enfants

Atelier d’écriture parents-enfants (dès 5 ans) proposé dans le cadre de ce spectacle, animé par Catherine Verlaguet (auteure de L’œuf et la poule et de l’adaptation de Oh boy !) et Bénédicte Guichardon (metteur en scène de L’œuf et la poule). Un moment de partage créatif à vivre en famille à travers une initiation ludique à l’écriture et au théâtre. Samedi 3 décembre 2011 de 9 h 30 à 12 h 30 > Ferme de Bel Ébat (tarif famille) Renseignement et inscription au 01 30 48 33 44 Atelier parents-enfants

Créer son blason Ou comment créer en s’amusant (groupe de huit personnes), les armoiries, symbole de l’identité familiale, à travers des souvenirs et des expériences mises en commun avec complicité. Une activité originale encadrée par Sygrid Guillemot, Art thérapeute. Les samedis 19, 26 novembre et 3 décembre de 9 h 30 à 12 h 30 >Maison de quartier Théodore-Monod Tarif : 30 €par famille pour les trois séances Inscription au 01 30 44 50 80 (service Action culturelle) Jeux en famille

Bonne idée que de transformer le Pavillon Pierre Waldeck-Rousseau en salle de jeux géante où petits et >> Suite de l’article en page 14 N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1


LES 10 ANS DE L’ÉCOLE DES PARENTS

PLEINS FEUX SUR

« Des parents en quête de repères »

® drfp/odilejacob

Aldo Naouri, pédiatre spécialiste des relations intra familiales, animera le 15 novembre prochain à Guyancourt une conférence sur le thème Être parents aujourd’hui. Un événement à ne pas manquer.

fants et par le souci qu’ils cultivent de leur faire plaisir en toutes choses.

Comment le rôle des parents a-til évolué ? Aldo Naouri : Mal, comme en atteste la multiplication des consultations de guidance et la profusion des métiers de rééducateurs, orthophonistes, psychologues, psychomotriciens… Les parents ont perdu les repères qui leur permettaient d’occuper leur place et de remplir, sans se laisser décourager, leur fonction réputée impossible. Il y a de multiples raisons à cela, et le rôle de l’environnement social n’est pas innocent. Quelle est la place du père de nos jours ? Aldo Naouri : Incertaine. Plus impossible qu’elle ne l’a jamais été. Si son intervention de géniteur dans la naissance de l’enfant lui est reconnue, sa fonction, jadis soutenue par l’environnement social, a été effacée au bénéfice d’un rôle qui lui a été imparti et qui le met dans une stricte équivalence à celui de la mère. Il est co-parent, et la société n’a pas pris acte que, ce faisant, elle le défavorisait, puisque la mère de l’enfant, auteure de la gestation, a tissé avec cet enfant des liens que lui ne peut tisser. Pourquoi les parents se plaignentils de ne pas avoir assez d’autorité ? Aldo Naouri : Parce qu’ils n’en ont pas et ne peuvent en avoir. Outre l’explication que je viens de donner, ils sont réduits à l’impuissance par leur désir d’être aimés de leurs enN ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1

Pourquoi les relations parents-enfants sont-elles si complexes ? Aldo Naouri : Elles l’ont toujours été et le sont devenues encore plus. Les parents rencontrent chez leurs enfants des humains programmés pour réagir comme ils étaient programmés depuis huit millions d’années. Autrement dit, des êtres pétris dans leur registre pulsionnel naturel. L’environnement humain a changé et les pulsions, utiles du temps du chaos environnant, deviennent aujourd’hui inutiles et gênantes. Le travail des parents consiste à aider l’enfant à réprimer et refouler ces pulsions qui risquent de parasiter l’individu sa vie durant. Ce travail de répression n’est jamais bien vécu par les enfants, auxquels on demande de cesser de se préoccuper seulement d’eux-mêmes et d’admettre que les autres existent. Pas facile. Ils résistent, ils protestent et, s’ils rentrent dans le moule, gardent une solide dent contre leurs parents. La conscience de cette dent leur revient quand ils deviennent à leur tour parents et, pour éviter de voir leurs enfants en développer une contre eux, ils vont chercher à le séduire. Ils ne réprimeront pas son registre pulsionnel, ils tenteront de le convaincre d’y renoncer, sans tenir compte qu’ils pensent pouvoir arrêter une vague déferlante avec un tissu de soie ! Comment rester un couple quand on devient parent ? Aldo Naouri : Très difficile, mais absolument indispensable. Le mot

d’ordre de nos sociétés a été, depuis plus d’un demi-siècle, « l’enfant d’abord ! », avec sa mère et ses éventuels substituts - père compris - à son service. Ce qui a suffi, en peu de temps, à abattre le patriarcat au bénéfice du matriarcat, lequel n’implique pas les seules femmes. Il intéresse autant les hommes que les enfants, et se définit par le privilège accordé en tout premier lieu à la relation mère-enfant-mère et le désir que chacun voie ses besoins satisfaits en tous points. La tendance naturelle des mères est de s’inscrire dans le véritable gouffre de cette relation au détriment de la culture de la féminité. Il appartient au père de l’enfant de restaurer la féminité de cette mère en véritable danger, il faudrait remplacer le toxique mot d’ordre l’enfant d’abord par le couple d’abord, condition indispensable au bon devenir de chacun, enfant compris. Mais cela fleure le patriarcat dont on ne veut plus entendre parler. Or, le matriarcat et le patriarcat ont toujours existé en s’opposant l’un à l’autre dans un conflit structurant. Abattre le patriarcat, c’est laisser le matriarcat sans opposition, et donc sans point d’appui. Il ne peut dès lors que s’écrouler à son tour, comme en atteste la crise que nous vivons, qui en est un indubitable indice. Où, quand, comment ? Conférence Être parents aujourd’hui Mardi 15 novembre 2011 à 20 h 30 Auditorium de l’École de musique (La Batterie) Gratuit, inscription obligatoire Réservation au 01 30 48 33 90 GUYANCOURT MAGAZINE

13


Nathalie Hatton-Asensi, adjointe au Maire chargée de la Petite enfance et de l’École des parents.

À PROPOS DE L’ÉCOLE DES PARENTS

>> Suite de l’article en page 12 grands pourront tester en famille leurs capacités d’observation, de mémorisation, de logique et de réflexion au fil des stands proposés par la compagnie Maxi-jeux. Un parcours complet qui vous mènera des jeux d’éveil aux consoles vidéo hight tech, en passant par une cascade de dominos, le Sudoku, les défis, devinettes, dés, cartes, labyrinthe et casse-tête chinois. De quoi ravir les amateurs de Jungle speed, Abalone, Wii, Kakuzu, Loch ness, Bluff party, Marrakech, Pickomino, Times’up, Regatta, Royal dur et autre Candy et Quoridor. En clôture, même jour, même lieu, le partage du gâteau d’anniversaire des 10 ans de l’École des parents devrait, lui aussi, faire bien des heureux. Samedi 26 novembre de 14 h à 18 h > Pavillon Pierre Waldeck-Rousseau Entrée libre et gratuite Rencontre-débat

« La place des parents dans la littérature jeunesse » Quelles images la littérature de jeunesse renvoie-t-elle aux parents ? Sont-ils ces êtres tout puissants qui écrasent de leur pouvoir des petits lilliputiens ? Sont-ils des héros défendant leur progéniture de la toute puissance des ogres ? Sont-ils dépassés par l’autonomie de plus en plus vite gagnée par leurs enfants diablement aventureux ? Réponses à ces questions avec Yvanne Chenouf, spécialiste de la littérature jeunesse. Mercredi 9 novembre de 9 h 30 à 12 h >Maison de quartier Théodore-Monod

14

GUYANCOURT MAGAZINE

L’École des Parents fête ses dix ans. Quel est votre sentiment d’élue sur le chemin parcouru ? Nathalie Hatton-Asensi : Un sentiment de satisfaction, en soulignant toutefois que rien de tout cela n’aurait été possible sans mon prédécesseur, Christian Prout, le Réseau d’Ecoute, d’Appui et d’Accompagnement des Parents des Yvelines (REAAPY) notre réseau de partenaires, notamment les fédérations de parents d’élèves, les structures de la Ville ainsi que les parents euxmêmes. Si l’EPG a atteint ses objectifs au point d’être devenue une référence au plan régional, voire national, c’est à partir des questionnements de ces derniers et grâce à leur participation active à ce projet, à leur soutien sans faille. Quelles sont les attentes des Guyancourtois ? Nathalie Hatton-Asensi: Les mêmes que partout ailleurs, notamment en ce qui concerne l’autorité parentale, souvent mise à mal par une société en pleine mutation. En organisant avec l’aide de nos partenaires des conférences, des rencontres-débat, des groupes de parents et des ateliers, nous leur offrons des pistes, des clés et surtout de l’entraide. Mais c’est à eux, premiers des éducateurs, qu’il

revient ensuite d’ouvrir des portes. Comme l’a si bien dit Philippe Jeammet, psychanalyste, professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université Paris V, lorsqu’il a pris la présidence de l’École des parents d’Île-de-France : « L’éducation est un chantier permanent. » Nous avons donc encore beaucoup de travail à réaliser ensemble. Quels sont les projets en cours ? Nathalie Hatton-Asensi : Le bilan globalement très positif de ces dix années de travail en équipe nous conduit, bien entendu, à mener une large réflexion sur l’avenir de cette structure de proximité, à laquelle les Guyancourtois peuvent s’adresser à tout moment en toute confidentialité. En concertation avec nos partenaires médico-sociaux, sociaux et scolaires et les familles, nous continuerons à répondre aux attentes et aux besoins des parents. Les idées et suggestions des lecteurs seront les bienvenues, qu’ils n’hésitent pas à les déposer à la Boutique des parents.

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1


EN DIRECT

|

ÉCONOMIE

La petite boîte qui monte Créée en décembre 2010, la société Sirène d’eau joue la carte du professionnalisme et de la protection de l’environnement dans le secteur de l’assainissement.

À

la fois technicien spécialisé et gérant, Serge Perrière est au four et au moulin, de bureau en chantiers. « C’est encore un peu tôt pour embaucher, mais cela ne devrait pas tarder », prévient ce spécialiste du traitement de l’air et de l’eau, qui a monté Sirène d’eau, son entreprise, en décembre dernier. « J’ai passé un BEP en électrotechnique avant de travailler dans l’électronique d’équipement, puis dans l’hydraulique et enfin dans l’aéraulique. » Un parcours très technique, qui a permis à ce quadra dynamique de parfaire ses connaissances en intervenant notamment dans les domaines du traitement de l’air et de l’eau. Croquis à l’appui, il parle de surpression, de pose de pompes de relevage, de mise en place et d’entretien de réseaux de ventilation mécanique contrôlée (VMC) et de fontainerie, sa passion. Chef de chantier chez GTH (Generic de Travaux Hydrauliques), il a conçu et installé de nombreuses fontaines d’ornement commandées par les communes. « Au bureau d’études, je formais les personnes qui intervenaient sur le système et celles chargées du service après-vente, l’idée m’est tout naturellement venue de monter ma société. »

au départ. Fort de son expérience, il décide de continuer à œuvrer pour l’environnement, mais en s’intéressant cette fois aux eaux usées (fosses, bacs à graisse, canalisations…) et postes de surpression (coffrets électriques, pompes…). Rapidement, PME et particuliers font appel à lui. « Les clients préfèrent avoir affaire à une structure à taille humaine très spécialisée qu’aux géants du secteur de l’assainissement. » Histoires d’eau Confiance identique lorsque Serge ajoute à sa gamme d’interventions le nettoyage, le dégraissage et la remise en état de réseaux d’extraction de hottes de cuisine professionnelles (restaurants, collectivités…) et les équipements VMC. « La demande est très forte dans ce domaine, avec un

bouche-à-oreille plus sûr que les nombreux prospectus que je distribue », plaisante celui qui rêve toujours d’histoires d’eau. « Les spécialistes assurent que la première année sert à analyser l’activité et la seconde à fidéliser la clientèle. On verra. Mais je n’ai pas dit mon dernier mot quant au fait d’installer et d’entretenir, par la suite, de belles fontaines aux quatre coins des Yvelines. » C’est tout le mal que l’on souhaite à ce sympathique entrepreneur, lauréat 2011 du Concours de la création et du développement de la jeune entreprise de Saint-Quentin-en-Yvelines. ■ O DOMINIQUE CIARLO Sirène d’eau Route de Villaroy à Guyancourt Tél. : 01 77 04 50 09 et/ou 06 46 24 13 49 www.sirenedeau.com

Préserver l’environnement Pour réaliser son étude de marché et élaborer un « business plan », Serge se fait aider par l’école des dirigeants et créateurs d’entreprise, qui charge cinq de ses étudiants de cette mission. Restait à trouver un local. « Passionné d’aviation et habitué à rentrer chez moi en longeant l’aérodrome de Toussus-le-Noble, je me suis arrêté un soir, à tout hasard, à la Ferme de Villaroy. Le responsable de la boîte d’informatique auquel je me suis adressé quittait les lieux un mois après. » Dès le lancement de sa petite entreprise, Serge comprend qu’il va devoir diversifier son offre et ne pas se consacrer uniquement à l’art des fontaines, comme il le pensait N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1

GUYANCOURT MAGAZINE

15


AVANT-PREMIÈRE

|

PROGRAMMATION CULTURELLE

THÉÂTRE

Autoportrait Autofiction Autofilmage ■ Un acteur tente son autofiction scénique. Il entraîne une jeune comédienne dans ce spectacle en train de se faire. Élément clé du décor: une boule à facette qui vient contrebalancer le côté introspectif de ce spectacle. Un régal qui a séduit au festival d’Avignon…

DR

POUR EN SAVOIR PLUS Autoportrait Autofiction Autofilmage Vendredi 4 novembre à 20 h 30 Tarif B : 10 €, 7,50 €, 5 € La Ferme de Bel Ébat Tél. : 01 30 48 33 44

MUSIQUE CLASSIQUE

CIRQUE, DÈS 8 ANS

Take a Bow !

Le Parcours du combattant

■ Venez applaudir quelques élèves violonistes de l’École Municipale de Musique, qui participent à un concert exceptionnel du London Symphony Orchestra à la salle Pleyel. Ils ont été sélectionnés par la Cité de la musique pour travailler toute l’année auprès de ces professionnels.

■ Cette performance associe technique du fil, vidéo et composition musicale jouée en direct. Le circassien Jean-Charles Gaume incarne la figure du soldat de la guerre de 14-18. Cette invitation à « regarder les hommes tomber » pousse au questionnement quand ce Don Quichotte mal assuré oscille entre le déséquilibre et l’espoir illusoire que les champs de bataille puissent se consumer dans les fêtes foraines. Un atelier d’initiation au fil est proposé dans le cadre de ce spectacle.

POUR EN SAVOIR PLUS Take a Bow ! Dimanche 13 novembre à 16 h Salle Pleyel (Paris) Tarif : 8 € Réservation Pleyel : 01 42 56 13 13

DR

POUR EN SAVOIR PLUS Le Parcours du combattant Vendredi 11 novembre à 18 h Tarif B : 10 €, 7,50 €, 5 € La Ferme de Bel Ébat Tél. : 01 30 48 33 44

16

GUYANCOURT MAGAZINE

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1


AVANT-PREMIÈRE

|

PROGRAMMATION CULTURELLE

Stages et ateliers Initiation au fil ■ Atelier d’initiation au fil pour les enfants, à partir de 9 ans, durant les vacances d’automne. Deux stages d’initiation au fil seront menés durant l’année, l’un par Jean-Charles Gaume, fildefériste et auteur du Parcours du combattant, durant les vacances d’automne, du 24 au 26 octobre ; l’autre par Marion Collé, conceptrice du spectacle Blue, durant les vacances de février, le jeudi 23 février 2012. De 9 à 14 ans. Renseignements et inscription au 01 30 48 33 44.

Initiation à la danse hip-hop Niveau intermédiaire, animé par un danseur de la Cie Wanted Posse. Partenariat L’Estaminet/La Ferme de Bel Ébat. Samedi 5 novembre de 14 h à 17 h à l’Estaminet - Magny-les-Hameaux. À partir de 15 ans. Entrée Libre. Renseignements et inscription au 01 30 48 33 44. ■

Master class de danse hip-hop

EXPOSITION

Un instant en famille Portraits de Guyancourtois ■ À l’occasion des dix ans de l’École des Parents, la Ville a invité Stéphanie Lacombe à réaliser des portraits de familles guyancourtoises. L’artiste a laissé le choix à chacune des familles de se faire photographier dans le lieu qu’elle souhaitait, lors d’un moment partagé. La réflexion personnelle de la photographe repose sur l’intimité dans son espace de vie privée. www.myop.fr/fr/series/stephanie-lacombe

■ Pour danseurs confirmés (mixe sol et debout), animée par un danseur de la Cie Wanted Posse, à Magny les Hameaux. Partenariat L’Estaminet/La Ferme de Bel Ébat. Dimanche 6 novembre de 11 h à 13 h et de 14 h à 17 h à l’Estaminet - Magny-les-Hameaux. Entrée libre. Renseignements et inscription au 01 30 48 33 44.

POUR EN SAVOIR PLUS Un instant en famille - Portraits de Guyancourtois du 2 au 24 novembre

L’atelier de la Salle d’Expo

GUITARE

Atelier animé par l’artiste plasticienne Sygrid Guillemot. Le blason est un symbole de l’identité familiale, individuelle ou collective. À travers le croquis, le dessin, la peinture… il s’agira de réaliser un blason et de choisir ensemble les souvenirs, les expériences à représenter. Adapté aussi bien aux jeunes enfants qu’aux parents, cet atelier est l’occasion d’un échange familial. www.myspace.com/sygridbaudelaire

Bireli Lagrene & Sylvain Luc

POUR EN SAVOIR PLUS « Créer son blason » Atelier parents enfants (dès 6 ans) Les 19 et 26 novembre et 3 décembre de 9 h 30 à 12 h 30 30 € pour deux personnes. Salle d’Exposition

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1

le jeudi 3 novembre à 18 h 30 Mezzanine de l’Hôtel de Ville

■ À l’image du célèbre trio John Mc Laughlin, Paco De lucia et Al Di Meola, Bireli Lagrene et Sylvain Luc vous présentent un duo étourdissant. Ces deux virtuoses de la six cordes piochent allègrement dans les répertoires du jazz ou de la pop pour improviser avec classe. Un concert à ne manquer sous aucun prétexte pour les amoureux de guitare.

POUR EN SAVOIR PLUS Bireli Lagrene & Sylvain Luc Jeudi 17 novembre à 20 h 30 Tarifs : 18 €, 14 €, 15 € La Batterie (Auditorium) Tél. : 01 39 30 45 90

17


DE VOUS À NOUS

|

CARNET, BRÈVE

INFOS PRATIQUES

Carnet ■ Naissances ABDALLAHI MANEL, le 21/08 BASTIDE--PONSAR SACHA, le 06/08 BELLATO MAS LAURA, le 15/08 BOIXEL NOA, le 02/08 BOUBEKEUR ILYAS, le 16/08 BOUIKENE BAHI AMAR MAROUAN, le 12/08 BOURAOUD ASMA, le 15/08 CHAGHI SAMI, le 25/08 CHAUMONT AXEL, le 02/08 COSTA--MORAGNY CHARLINE, le 15/08 COUET ALICE, le 17/08 DESPERT MARGOT, le 28/08 DIJOUX RAPHAËL, le 05/08 DIOUM FATIMATA, le 23/08 DURSUN ILAYDA, le 11/08 FICHOT CLAIRE, le 02/08

FLAUD TRISTAN, le 27/08 FOUBERT--GUILLERM AMÉLIE, le 27/08 GABILLARD AILINA, le 04/08 GERMAIN NOÉ, le 05/08 GUEYE FATY-ISSEU, le 19/08 GUITTON DEAN, le 23/08 LAZEWSKI LENNY, le 25/08 LY MOUHAMED, le 30/08 MARCHAL THÉO, le 09/08 MARTIN INNA, le 08/08 MENARD MANON, le 13/08 MILIENNE HANAELLE, le 15/08 MILORD MEIHA, le 14/08 MOINELET ABY, le 03/08 MORAIS LUNA, le 24/08 TIYANE AYOUB, le 25/08 TOUVET CHARLIE, le 26/08

■ Mariages Le 6/08 DJEDJEMEL FABRICE et DIBLEU MARINA Le 27/08 COLIN YVES et BOMPAS PATRICIA PELTIER VINCENT et VARON VALÉRIE

■ Décès BELLELI CATHERINE, le 07/08 BOUDIN MARCELLE, le 16/08 CAMBRAY MICHEL, le 12/08 LECOQ JOCELYNE, le 07/08 OBERLÉ ANDRÉE, le 06/08 SEBAOUN JULIETTE, le 25/08 TAVIER MARC, le 24/08

EN BREF Collecte des ordures ménagères et encombrants :

■ Secteur 1 : Les Garennes, Le Parc, Les Saules, Europe. Mardi et vendredi Ordures ménagères Bac Gris. Mercredi Emballages Bac Jaunes. 1er jeudi du mois : Objets encombrants. ■ Secteur 2 : Villaroy, Centre-Ville, Bouviers La Minière, Pont-du-Routoir. Lundi et jeudi Ordures ménagères Bac Gris. Mercredi Emballages Bac Jaunes. 1er mercredi du mois : Objets encombrants.

Les déchets verts : Les déchets végétaux doivent être déposés à la déchetterie. Cependant, ils sont ramassés exceptionnellement en très faible quantité avec les ordures ménagères. Les objets encombrants : Ils sont ramassés en porte-à-porte tous les 1er mercredis du mois ou les 1er jeudis du mois selon les

18

GUYANCOURT MAGAZINE

secteurs de collecte des déchets. Les objets encombrants sont sortis après 19 h, la veille du jour de collecte. En dehors des jours de ramassage, il est recommandé de les déposer à la déchetterie.

Déchetterie Elle est ouverte gratuitement à tous les Guyancourtois et aux Vicinois sur présentation d’une pièce justificative de domicile et d’une carte d’identité. Les entreprises industrielles n’y ont pas accès. Les artisans et les commerçants peuvent néanmoins y déposer leurs déchets pour une participation de 36 € par m3. Rue Jacqueline Auriol - quartier de l’Europe. Ouverture : • Du 15 mars au 15 octobre Lundi, mercredi, jeudi, vendredi 10 h-12 h et 14 h-18 h Samedi, dimanche 10 h-18 h • Du 16 octobre au 14 mars Lundi, mercredi, jeudi, vendredi 10 h-12 h et 14 h-17 h Samedi, Dimanche 10 h-19 h.

Sont interdits : Les ordures ménagères, les déchets putrescibles (sauf les déchets verts), les déchets présentant des risques importants en raison de leur inflammabilité, de leur toxicité, de leur caractère explosif ne peuvent être déposés à la déchetterie.

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1


DÉMOCRATIE LOCALE

|

TRIBUNES D’EXPRESSION

LISTE GUYANCOURT POUR TOUS Pour un aménagement durable du territoire En juillet, l’État et l’Établissement public Paris-Saclay (EPPS) ont proposé une zone de protection des espaces agricoles insuffisante pour Guyancourt. La commune veut sauvegarder l’essentiel des surfaces agricoles à l’est de la RD91, et notamment les terrains situés le long de la voie. La majorité de nos voisins partagent notre point de vue et se prononceront dans ce sens. La loi du Grand Paris et le Schéma Directeur de la Région indiquent par ailleurs que 200 hectares au nord-ouest de Toussus seront réservés pour l’agriculture. Il y a d’autres conséquences à la proposition de l’État : Le Préfet des Yvelines a diffusé un projet d’Arrêté de Zo-

ne d’Aménagement Différé (ZAD) qui couvre les territoires non protégés à la Minière. Une fois intégrés dans une ZAD, ces hectares risquent donc d’être urbanisés. Ce n’est pas notre conception. L’accueil d’activités économiques et de logements peut se réaliser à l’échelle de l’agglomération de Saint-Quentin sans étalement urbain et grignotage de terrains cultivés. Nous avons déjà obtenu la suppression de l’A126 et la protection de la ceinture verte. Répondre à nos attentes est possible. Nous continuons de défendre le projet de Ville. Nous comptons sur votre soutien pour faire modifier ces projets. Les 31 élus de Guyancourt pour Tous

LISTE ENSEMBLE POUR GUYANCOURT La liste Ensemble pour Guyancourt n’a pas été en mesure de fournir son texte.

« Conformément à l’article 9-1 de la loi n° 2002-276 dite « Démocratie de proximité » repris à l’article L2121-27-1 du CGCT, les listes siégeant au Conseil municipal et établies en Préfecture, ont le droit de s’exprimer dans le bulletin d’information municipal. » Le Directeur de la Publication rappelle que la responsabilité des auteurs est engagée par leur tribune et qu’ils doivent veiller à la véracité de leurs écrits.

LISTE GUYANCOURT GÉNÉRATIONS CITOYENNES L’impact du tracé du « Grand Paris » sur Saint-Quentin-en-Yvelines et Guyancourt : soyons vigilants ! Le décret portant approbation du schéma d’ensemble du tracé du « Grand Paris », des lignes et de l’implantation des gares a été publié. Concernant notre territoire, une ligne ferroviaire reliant Orly, Versailles Chantiers, puis Rueil-Malmaison et Nanterre est prévue et desservira le plateau de Saclay, ainsi que les grands bassins d’habitat et d’emplois de SaintQuentin. À cet effet, le tracé prévoit l’implantation d’une gare « Saint-Quentin Est » près du technocentre Renault. Deux variantes sont évoquées pour rejoindre Versailles Chantiers à partir de « Saint-Quentin Est ». Le tracé de référence partirait en viaduc vers l’ouest avec une gare

N ° 4 2 3 - 2 0 O C TO B R E 2 0 1 1

supplémentaire « Saint-Quentin Est », pour gagner ensuite Satory et Versailles Chantiers. Bien que rallongeant le parcours, cette solution aurait l’avantage de contourner les étangs de la minière et de desservir de nombreux sièges d’entreprises. Une seconde option gagnerait la gare de Satory, sans gare intermédiaire, puis Versailles Chantiers, mais poserait le problème du franchissement des étangs de la minière. Compte-tenu de mon attachement à ce site protégé, je reste vigilant dans le cadre du suivi de ce dossier. Julien Oechsli www.guyancourt-en-mouvement.eu

GUYANCOURT MAGAZINE

19


Réalisation : Ville de Guyancourt - © Christian Lauté


Guyancourt Magazine 423