Issuu on Google+

Bulletin du GUTIB GEBOV Blad

Belgique-België P.P.-P.B. 1090 Bruxelles-Brussel 9 1/4435

Groupement des Usagers des Transports publics à Bruxelles a.s.b.l. Gebruikers van het Brussels Openbaar Vervoer v.z.w. Périodique trimestriel du GUTIB - Driemaandelijks tijdschrift van GEBOV P302364 2011 / trim.3 N° 119

2,50 EUR

Matongé (Porte de Namur). Camionnette sur arrêt bus ; le 54 ne peut s’arrêter le long du trottoir. Gênant pour les voyageurs. Quid des personnes à mobilité réduite ? Matonge: Bestelwagen stopt op bushalte; belet bus 54 tegen het voetpad te stoppen. Storend voor de gewone reizigers. Moeilijk voor de gehandicapten. Editeur responsable – Verantwoordelijke uitg. : R. de Crombrugghe, av. Churchill laan, 137/3 – 1180 Bruxelles-Brussel


Le GUTIB, fondé en 1984, est une association indépendante et apolitique gérée bénévolement par ses membres actifs. Le but du GUTIB est d'assurer la défense et la promotion d'un transport public de qualité en zone urbaine et suburbaine. Il est à l'écoute des doléances et propositions de ses membres, qu'il informe. Le GUTIB fait valoir ses exigences auprès des autorités fédérales, régionales et communales, ainsi que des diverses sociétés exploitantes (STIB, SNCB, De Lijn, TEC, etc.). Il entretient des contacts avec la presse, au travers de communiqués et d'interviews. Des membres participent activement à des comités officiels : la Commission régionale de la mobilité, les Comités consultatif auprès de la STIB et de la SNCB, le Comité pour la normalisation des services de la STIB. L'association publie trimestriellement un bulletin diffusé auprès des membres et de ceux qui jouent un rôle dans la gestion et la circulation des transports publics. GEBOV, opgericht in 1984, is een zelfstandige, niet politieke vereniging, die vrijwillig door haar actieve leden beheerd wordt. GEBOV beoogt de verdediging en de bevordering van kwaliteitsvervoer in stad en rand. Zij luistert naar de klachten en voorstellen van haar leden, en levert hun informatie. GEBOV bekrachtigt haar eisen bij de federale, gewestelijke en gemeentelijke overheden, en bij de exploitatiemaatschappijen (MIVB, NMBS, De Lijn, TEC, enz.). Zij onderhoudt contacten met de pers d.m.v. persberichten en interviews. Leden nemen actief deel aan officiële comités: de Gewestelijke Mobiliteitscommissie, de adviescomités bij de MIVB en de NMBS, het Comité voor normalisatie van de diensten van de MIVB. De vereniging publiceert een 3-maandelijks blad. Dit wordt naar de leden en degenen verspreid, die een rol spelen in het beheer en het verkeer van het O.V. Le Bulletin est bilingue. Les articles paraissent dans la langue de leur auteur. Het GEBOVblad is tweetalig. De artikels verschijnen in de taal van de schrijver. GUTIB rue Medaets 43 1150 Bruxelles Tel. 02 771 92 68 Internet : www.gutib.be

GEBOV Medaetsstraat 43 1150 Brussel E-mail : contact@gutib.be COTISATIONS 2011 – LIDGELD 2011

Membre bienfaiteur/ Weldoener Membre protecteur/ Beschermer Membre adhérent / Aangesloten lid

30 € 20 € 12,30 € (*)

(*) Prix d’une carte JUMP de 10 voyages – Prijs van een JUMP 10 rittenkaart Compte / rekening 000-1492958-31 GUTIB-GEBOV Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.2

GEBOV-Blad


LA TÉLÉCOMMANDE DES FEUX ROUTIERS PAR LES TRAMS ET BUS AFSTANDSBEDIENING VAN VERKEERSLICHTEN DOOR TRAM EN BUS Korte inhoud: De afstandsbediening van verkeerslichten door de tram en de bus moet de commerciële snelheid ten goede komen. Daar wordt al lang over gesproken en in de tijd gepland, doch er gebeurt in feite maar weinig. Waarom? Gebrek aan kaderpersoneel bij Mobiel Brussel, lobbywerk van de autosector, het bestaan van gemeentelijke wegen. Wij eisen meer middelen. Cette télécommande est une espèce de monstre du Loch Ness. Il s’agit de créer pour les transports en commun de surface une « onde verte », de sorte que les véhicules ne font arrêt que pour la descente et la montée des clients. Cela se fait couramment à l’étranger, mais aussi à Bruxelles le long de l’avenue Louise, entre la place Stéphanie et le virage vers le boulevard de la Cambre à hauteur de l’avenue Legrand. La télécommande fait partie d’un programme ambitieux qui répond au doux nom de VICOM (vitesse commerciale). Il vise à améliorer les performances, telles que la régularité, la vitesse moyenne des parcours, soit la vitesse commerciale. L’aménagement de sites propres ou de sites plus ou moins protégés est un autre aspect capital du programme, que nous ne traiterons pas ici. Le principe de la télécommande veut que les véhicules, en passant sur une balise située à 400m avant le carrefour, enclenchent la procédure de passage au feu vert. Durant le parcours du véhicule jusqu’au carrefour, le système installé audit carrefour dispose du temps nécessaire pour faire passer les feux au rouge dans les autres directions, tandis que les autres usagers peuvent dégager les lieux. Idéalement, les arrêts devraient être implantés au-delà des carrefours. Dans le cas contraire, le système devrait évaluer le temps qui sera nécessaire à la descente et à la montée des clients, ainsi qu’à la perception. Impossible car dépendant de l’affluence. Ces dernières années les transferts d’arrêts au-delà de carrefours ont été multipliés. Le contrat de gestion de 2008 entre la Région et la STIB prévoyait la mise en œuvre d'un système unique de télécommande sur l'ensemble des véhicules de la STIB (à charge de la STIB) et sur l'ensemble des carrefours franchis par les transports publics (à charge de la Région), avec un équipement, pour avril 2008, de 150 carrefours sur les axes prioritaires ainsi qu’à bord du matériel roulant desservant ces axes. 300 carrefours supplémentaires devaient être équipés en 2011. Cette ambition a été récemment ramenée à 147 carrefours en 2014. Quel profil bas ! Il est clair que, quoi qu’on dise, la priorité accordée aux TC aura une incidence sur la fluidité du trafic routier autre. La promotion du transfert de l’auto vers le TC est à ce prix. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Mais hélas en Belgique le lobby automobile est particulièrement puissant, si bien que nos autorités ont renoncé à donner aux transports publics la priorité absolue, comme elle est pratiquée en France. Chez nous, cette priorité doit être « acceptable » en vue d’assurer l’équilibre entre modes de transport ! Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.3

GEBOV-Blad


Les communes ont leur mot à dire sur leurs routes propres, encore nombreuses chez nous. La Région leur propose des conventions de reprise de responsabilité dans ces voiries par Bruxelles Mobilité (ex-AED). On ne peut pas dire que l’enthousiasme est grand. Seule Anderlecht a signé, et les procédures sont en cours avec Evere, Ixelles et Watermael-Boitsfort. En pratique, des comptages sont effectués à chaque carrefour. Un bureau d’études compare les besoins des utilisateurs des voiries, et fait des propositions de phases des feux, qui seront soumises à la STIB et aux gestionnaires de voirie. De longues négociations, et des études coûteuses, là où on aurait pu faire simple. On retrouve dans le domaine des transports quelque chose qui ressemble à nos problèmes communautaires paralysants. Actuellement, le personnel de cadre en charge de l’ensemble des projets à Bruxelles Mobilité est limité à une personne. C’est largement insuffisant. Nous osons parler de coulage. Pour couronner le tout, cette ingénieure est en congé de maternité, et son remplaçant ne s’occupe que de travaux routiers. Dans le Bulletin du GUTIB n°107 du troisième trimestre de 2008, nous écrivions que les mises en service sont prévues dans l'ordre suivant : Ligne 23 (7) 63 49 71

Mise en service décembre 2008 avril 2009 décembre 2009 mai 2010

Ligne 25 4 94

Mise en service janvier 2009 septembre 2009 décembre 2009

Selon nos renseignements, à l’heure actuelle seuls 65 carrefours sont équipés d’une télécommande par les transports en commun, et ce notamment sur les lignes suivantes : tram 7, ancien 23 : 21 carrefours ; tram 3 : 8 ; tram 4 : 8 ; tram 25 : 8 ; tram 94 : 2 ; bus 71 : 15 ; bus 63 : 9 ; bus 49 : 30 carrefours en préparation). Fort bien, mais seul ce qui fonctionne intéresse la clientèle. Très peu, en fait, malgré ce qu’on nous dit. Sur l’avenue Louise, cela fonctionne bien pour la ligne 94. Avenue de Tervueren, sur les lignes 39 et 44, on a mis en service pendant quelques heures, après quoi tout a été déconnecté car cela gênait des automobilistes influents de Woluwe-Saint-Pierre. Boulevard Lambermont, sur la 7, c’est à peu près OK à certains carrefours, mais entre Boileau et Vanderkindere, rien n’a changé pour le 7, malgré des affirmations répétées de la STIB. Pourtant, les carrefours sont équipés, tout comme les véhicules de la ligne. Ce projet est une contribution capitale à une meilleure régularité et vitesse des trams et bus. Grâce à cela, la rotation du matériel sera améliorée, ce qui permettra, à coûts constants d’augmenter les fréquences sur les lignes. Apparemment, les autorités n’ont pas tout à fait intégré cette dimension-là. Le GUTIB exige que la Région mette les bouchées triples ou davantage, à commencer par l’attribution de personnel suffisant à Bruxelles Mobilité. Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.4

GEBOV-Blad


SUR NOS LIGNES BRUXELLOISES – OP ONZE BRUSSELSE LIJNEN Tram Sur la ligne 7, rien ne change à Churchill. Les trams, dont le terminus est à Vanderkindere, attendent toujours environ 7 minutes avant de poursuivre leur trajet. Bien sûr, c’est dû aux aménagements trop sommaires au vrai terminus, mais qu’est-ce qui empêche le conducteur – ou le dispatching – d’informer le client ? Même problème dans l’autre sens. Samedi 10 septembre, notre observatrice voulait aller de Saint-Job à la place royale voir la fête de la BD. Elle se renseigne sur www.stib et constate qu’il n’y a pas de 92. D’où des trajets impossibles pour arriver enfin loin de sa destination. Au centre de renseignement (appel surtaxé : pousser 1 etc.) on répond qu’il n'y a aucun problème avec le 92 en ville, pour arriver place Royale. A Saint-Job, il faut d’abord à 12h50 attendre la navette du 92, suite aux travaux avenue de Wolvendael. Prise du tram au square des Héros. A Louise, le conducteur dit « Terminus ». Interrogé, le conducteur dit « bof le centre de renseignements, il y a 3 semaines que c'est comme ça le weekend ». Il conseille de prendre le métro et de voir. Ainsi fait. A Trône un conducteur du bus dit qu'il y a des jours où il vaut mieux rester chez soi et dépose notre observatrice … à Louise. Après 2h40, toujours loin de la destination. Train Ce lundi 19 septembre vers 16h à l’aéroport, à la voie 1, il y avait un train à double étage vers Bruxelles. Inaccessible, tant les voyageurs bloquaient les plates-formes, notamment par leurs nombreux bagages. Il a fallu renoncer, et attendre le train suivant. A l’arrivée de ce dernier, il était difficile de laisser descendre les clients arrivant à destination. Toujours ces bagages, qui occupaient même des sièges. Les clients exprimaient bruyamment leur mécontentement. La fréquence est décidément insuffisante, et le matériel n’est pas équipé pour la desserte d’un aéroport. Metro De toegangspoortjes aan de metrostations beletten het zwartrijden niet. Mensen passeren gemakkelijk met 2 of zelfs 3, met maar eenmaal te ontwaarden. Preventieagenten mogen niet reageren, vertelden ons twee heel jonge agenten. Preventie van wat dan ? Wij weten het niet, en zij ook niet. Laat ons die mensen dan vervangen door opgeleide controleurs, met echte interventiemogelijkheden. NOUVEAUTÉS – NIEUWIGHEDEN Une nouvelle ligne de tram – Een nieuwe tramlijn La nouvelle ligne de tram 62 a été inaugurée en septembre. Elle relie la place des Bienfaiteurs, sur l’avenue Rogier, à la gare SNCB Bordet en passant par la place Meiser et le boulevard Léopold III.

Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.5

GEBOV-Blad


Place Flagey : Devant le "paquebot" de la place Flagey, ce très bel abri rationnel. Flageyplein: ruim bushokje waar de reizigers goed beschermd zijn. CHANGEMENTS EN VUE – VERANDERINGEN OP KOMST Le programme de mise en site protégé avance bien. Voici les réalisations en chantier : • square Marlow • avenue de Wolvendael • place Simonis : bande spéciale et dédoublement des quais bus • avenue Charles-Quint : bande bus à sens réversible, une nouveauté à Bruxelles • avenue des Cerisiers : bande bus vers le centre-ville. CHANGEMENTS À TERME – VERANDERINGEN OP TERMIJN Autour de la gare du Midi – Rond het Zuidstation Il y a un projet de rationaliser la desserte de la gare du midi par le métro et le tram. C’est une nécessité, car il est difficile pour le voyageur occasionnel de s’y retrouver dans le méli-mélo actuel : - en souterrain, on accède, à la salle des pas perdus de la gare SNCB, au métro lignes 2 et 6, affichant un terminus « Simonis » dans les deux sens (Simonis Elisabeth et Simonis Leopold II), et un terminus Roi Baudouin ; il y a aussi deux lignes de tram, 3 et 4, sans complication pour ce qui est des terminus. Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.6

GEBOV-Blad


-

en surface, sous le viaduc du chemin de fer – rue Couverte – on trouve les trams 51, 81, 82, 83.

Autres projets d’aménagements – Andere aanlegprojecten Il s’agit de projets approuvés à réaliser « prochainement » : • chaussée de Waterloo : bande bus entre les carrefours Churchill et Prince d’Orange • chaussée de Waterloo, entre Bascule et Churchill : site protégé tram vers faubourgs, et site mixte vers ville • rue de Stalle : prolongation du site propre jusqu’à la chaussée de Neerstalle et audelà • quartier Jourdan : bandes bus, et bus en contresens des voitures. SUGGESTIONS ET DEMANDES – VOORSTELLEN EN VRAGEN Het Synchro-systeem – Système synchro Naar aanleiding van de slechte ervaring van de Heer J.L. (zie « Men schrijft ons »), vragen wij, dat de handleiding van SYNCHRO aangepast wordt. De eerste vier of 5 letters zouden moeten ingebracht worden, i.p.v. drie. Sécurité-incendie dans les rames de métro – Brandveiligheid in de metrostellen Notre commentaire, suite à l’expérience de Mme M.M. (voir rubrique « Nos lecteurs réagissent ») : il est inadmissible que les rames ne soient plus équipées du matériel de base bien visible pour lutter contre l’incendie. Attend-on un incident grave où les voyageurs seraient faits comme des rats, dans une voiture enfumée ou dans laquelle un incendie s’est déclaré ? En cédant devant les malfrats voleurs et destructeurs, la STIB a pris une très grande responsabilité. Nous exigeons que marteaux et extincteurs reviennent, quel qu’en soit le coût d’entretien. Les caméras omniprésentes devraient aider à identifier les coupables de déprédations. Portillons dans la station Herrmann-Debroux – Toegangspoortjes in het station Herrmann-Debroux Une de nos membres a demandé que la disposition des portillons à HerrmannDebroux, station terminus qui ne comprend qu’un seul quai d’arrivée et un seul de départ, soit inversée, de sorte que les flux de voyageurs arrivants et partants ne se croisent plus. Le service Relations Clientèle a répondu que dans un premier temps, les portillons sont réglés dans une direction prédéterminée, indiquée par une flèche verte. Il est prévu à terme de pouvoir modifier le sens des portillons automatiquement en fonction de l'heure et de la date. Les flux de voyageurs aux heures de pointe du matin et du soir pourront ainsi être pris en compte. La suggestion de notre membre est transmise au gestionnaire adéquat. Nous remercions pour l’explication, mais demandons que la permutation soit faite sans attendre. Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.7

GEBOV-Blad


Tervueren-Station : L’arrêt après un virage est trop loin de l’abribus. De l’abri on ne voit pas le bus arriver ; parfois on le rate. A déplacer. Tervuren station - De halte, na een bocht, ligt ver van het bushokje. Als je schuilt, zie je de bus te laat aankomen. Hokje te verplaatsen. NOS TAXIS BRUXELLOIS – ONZE BRUSSELSE TAXI’S Lors des travaux dans le bas de l’avenue Brugmann (voir ci-après dans « Faits et Opinions »), on était en droit de s’attendre à ce que les taxis, en pareil contexte, prennent le relais et s’organisent pour satisfaire au mieux les desiderata d’une clientèle en souffrance. Un préalable était fatalement de rigueur : que les conducteurs de taxi tolèrent qu’on les appelle pour des courses courtes, leur intervention se limitant à un trajet de tram ou de bus dans la commune. À deux reprises, un chauffeur de taxi s’est mis à maugréer parce que la course ne s’élevait qu’à 6 ou 7 euros. Exemple : « Je viens du centre-ville pour vous conduire sur 2 km. » ou « Je viens de la place St-Denis pour vous prendre rue du Bourdon alors que ce n’est pas mon secteur. » En quoi le client est-il concerné par des considérations d’ordre interne ? Si la commune d’Uccle octroie à certaines personnes des chèques-taxi en coupures de 5 euros, c’est bien la preuve qu’on est en droit de se limiter à une course de 5 euros. Certains chauffeurs font même grise mine en présence de chèques-taxi parce que, soidisant, ces derniers ne seraient honorés que 2 mois plus tard. Aux dires de la Centrale d’Appel des Taxis Verts, ces chauffeurs n’ont pas le droit de se montrer réticents à l’annonce d’une course sur courte distance, car un même client peut aussi les appeler occasionnellement pour un trajet plus important. On nous parle de plus en plus d’intermodalité, mais nous sommes loin de compte. Les taxis ont un grand rôle social à jouer et, à l’expérience, ne font rien pour améliorer leur image de marque. Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.8

GEBOV-Blad


En cas de défection des transports en commun, les compagnies de taxis devraient pouvoir concentrer leurs efforts sur le maillon faible de la ville, en sachant bien qu’un nombre plus élevé de courses compenserait le déficit éventuel d’appels pour de longues distances. On remarque tout de même que, là où il y a d’importantes aires de stationnement de taxis (ex. Place Flagey, Place du Luxembourg, Porte de Tervueren), le problème ne se pose pas car les chauffeurs savent qu’ils ne sont jamais fort éloignés d’un point d’attache où la rotation est maximale. FAITS ET OPINIONS – FEITEN EN MENINGEN 2007 – 2011 : Suivi du contrat de gestion – Opvolging van het Beheerscontact Ci-après quelques informations intéressantes, parmi une foule d’autres, que l’on trouve dans le rapport d’évaluation de 2010, en ce qui concerne ce contrat conclu en 2007 entre la Région et la STIB. • Le nombre de voyages de clients a atteint 312 M (millions), en croissance de 21 M par rapport à 2009. Ceux-ci se répartissent en + 17 M pour le métro, + 5 M pour le tram et -1 M pour le bus. Même si 7 M du métro résultent des portillons qui diminuent la fraude dans plusieurs stations, ces chiffres constituent un plébiscite pour le métro. • Les 4 lignes de métro, les 20 lignes de tram et 47 lignes de bus (sur 50) sont certifiées AFNOR. Les bus 43, 49 et 84 ne sont pas certifiés pour cause de manque de ponctualité et de régularité. • Baromètre clientèle : la satisfaction est en baisse ; cote moyenne 5,4/10, contre 5,9 en 2006. Le métro remonte, mais le bus descend. Sont bien perçus : Noctis, Collecto, réorganisation de pôles de correspondance (Stockel, Beekkant, Heembeek, Saint Guidon), rechargements MOBIB mensuels via GO et Kiosk, information Internet et applications pour GSM, afficheurs de temps d’attente moyenne ceinture. Les portillons d’accès sont bien perçus, mais il y a eu trop de ratés liés à MOBIB. Au plan de l’amélioration de la circulation des trams et bus, le contrat prévoyait : • 40% du réseau bus en site protégé ou équivalent via d'autres mesures, soit 139,5 km d'axe ; fin 2010, on n’en était qu’à 17,1% • 90% du réseau tram en site protégé ou équivalent via d'autres mesures, soit 115,5 km d'axe ; réalisé : 70,6% • les axes prioritaires de tram mis en site propre ou avec une protection de bout en bout, avec une forte priorité aux feux de signalisation et la fixation d'un temps de parcours identique tout au long de la journée ; réalisé à 83% • la vitesse commerciale globale de plus de 20km/h pour les lignes prioritaires, et de plus de 18km/h pour les autres lignes ; réalisé : successivement 16,8km/h et 17,2km/h • les voiries régionales où sont présents les transports publics acquièrent le statut de voirie prioritaire au sens du code de la route ; 50% réalisés. Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.9

GEBOV-Blad


Circuler ou stationner sur les sites propres de la STIB : nombreuses amendes – Op de eigen banen van de MIVB rijden of parkeren : talrijke boetes A fin octobre, 14.000 PV avaient déjà été établis par des agents assermentés de la STIB à charge de conducteurs circulant sur un site propre tram ou bus, ou y stationnant. L’amende est de 60 €. En outre, 114 véhicules avaient été emmenés à la fourrière. Ces chiffres pour toute l’année 2010 avaient été de 20.000 PV et 267 enlèvements. On ne peut que se réjouir de la sévérité dont fait preuve la STIB, car ces infractions diminuent la vitesse commerciale des transports en commun.

Chaussée d'Ixelles à Flagey, à double sens pour le bus Camion dans le chemin, et on laisse faire Elsensesteenweg bij Flageyplein, waar bussen in beide richtingen mogen rijden. Een vrachtwagen staat in de weg, en men laat doen. Grèves sauvages à la STIB : suite, et hélas pas fin – Wilde stakingen bij de MIVB Les grèves sauvages à la STIB ont été largement traitées dans nos bulletins 115 et 118. Le sujet est important, car il empoisonne périodiquement la vie des Bruxellois qui n’y peuvent rien et sont pris en otages. Quatre nouvelles grèves sauvages ont eu lieu depuis notre dernier bulletin : 1) Le 5 septembre dès 5h30 du matin, au dépôt « Brel » d’Anderlecht, suite à un jet de pierre ou une balle d’un carabine à plomb qui a brisé 3 vitres d’un autobus 84. Seize lignes, soit 117 bus, n’ont pas été desservies pendant toute la matinée ; la situation n’est redevenue normale que vers 16 h. La Direction de la STIB dénonce à juste titre une grève disproportionnée et condamne le procédé employé par les syndicats pour paralyser tout un dépôt, sans concertation préalable. Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.10

GEBOV-Blad


2) Le 24 octobre, le même dépôt remet çà. Pourquoi pas, puisqu’il y a impunité suite à la convention collective de travail pour ces cas d’agressions, qu’elles soient graves ou bénignes ? Cette fois, il y a eu une altercation entre un chauffeur et un passager, apparemment ivre, sur la ligne 49 ; un coup semble avoir été porté, mais par qui, se demande « La Libre Belgique » ? Résultat : 19 lignes de bus paralysées pendant toute la matinée, soit un cinquième du réseau bruxellois. 3) Le 12 novembre, à partir de 18 h, les conducteurs des lignes de métro 1, 2, 5 et 6 se mettent sauvagement en grève suite à l’agression d’une conductrice de métro à la station Eddy Merckx (Anderlecht) par un père de famille dont la poussette avait été coincée sans conséquences dommageables entre les portes du métro. La conductrice a été légèrement blessée et était en état de choc. L’agresseur a été interpellé par la police fédérale des chemins de fer. 4) Le 5 décembre, aucun tram ne circulait, à part ceux du dépôt de Woluwe (lignes 7, 39 et 44), et quelques 92 et 94. Idem pour les chauffeurs de bus (selon les dépôts, 50 à 90 % ont pris la route). Cause : le samedi 3, une vitre d’un tram 55 atteinte par un projectile d’une carabine à plomb ou par une bille à Schaerbeek. Puis le lundi 5 matin un chauffeur de bus 58 violemment agressé, également à Schaerbeek, par une bande de jeunes ; il a dû être hospitalisé. Ajoutez à cela la journée de protestation du vendredi 2 décembre, pour laquelle le délai de préavis avait été respecté, et où seules quelques lignes circulaient, et vous constaterez que le client a le droit d’être profondément insatisfait. Un fait nouveau et réconfortant (tout est relatif) dans le deuxième cas : les syndicats chrétien CSC, libéral CGSLB et socialiste CGSP n’ont pas reconnu le mouvement de ces travailleurs. Tout comme la STIB, qui dénonce l’illégalité de cette action. Par ailleurs, notre administrateur représentant le GUTIB auprès de la CRM (Commission Régionale de la Mobilité) avait porté la question des grèves devant cette Commission. Le débat a été l’occasion de mettre les représentants syndicaux devant leurs responsabilités, ce qui ne leur plaisait guère (voir bulletin 118). Notre administrateur a montré que les agressions ne sont pas une justification pour des grèves sauvages ; il y a d’autres moyens pour les conducteurs de faire connaître leur mécontentement bien compréhensible, sans pénaliser les usagers innocents. Le document qui en a résulté, un avis de la CRM vers Madame la Ministre de la Mobilité, a été connu dans sa forme définitive à mi-octobre ; il est décevant et insipide ; il reflète à peine le point de vue des usagers, mais fait la part belle à celui des syndicats. Pourquoi toujours avoir peur de ceux-ci ? Notre administrateur n’a pas manqué de manifester fermement sa désapprobation. Bilan d’incidence des chantiers d’Uccle - Effectenbalans van de werven van Ukkel De l’avis de tous les usagers locaux, la gestion de crise par la STIB fut lamentable. L’impression générale donne à penser que cette période fut synonyme de cauchemar. Le seul bon point à relever : les stewards étaient mandatés au Square des Héros pour canaliser les passagers désorientés par les multiples ruptures de charge mais, en dehors de cela, Uccle a souffert sur toute la partie Sud d’itinéraires improvisés au petit bonheur la chance. Il est manifeste que les grands panneaux placés aux divers arrêts concernés étaient Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.11

GEBOV-Blad


bien conçus mais auraient dû être renforcés par un accompagnement vocal sur les bus et trams mêmes. Tout le monde n’a pas la science infuse et n’est pas doué d’un sens inné de l’interprétation. Plus d’un usager connaissant le quartier sur le bout des doigts s’est fourvoyé. Ce qui a furieusement manqué sur toute la période, c’est une guidance opérationnelle. Nous entendons par là une présence physique sur chaque bus et sur chaque tram pour aider les voyageurs en détresse sur le territoire d’Uccle. Comme ce grand branle-bas coïncidait avec les grandes vacances, n’aurait-on pas pu engager, à titre transitoire, des étudiants pour remplir le rôle de stewards mobiles ? Les conducteurs eux-mêmes étaient dépassés par les événements. Ils ne pouvaient pas être tenus au courant au jour le jour des déplacements des arrêts des lignes tangentes et sécantes. C.Q.F.D. : des accompagnateurs, à la rigueur bénévoles, auraient été les bienvenus. Sans doute, la STIB ayant planifié ses travaux de longue date, aurait-elle pu s’entendre avec la Commune d’Uccle pour éviter aux usagers un tel marasme NOUS AGISSONS – WIJ VOEREN ACTIE … et nous avons obtenu - … en wij hebben verkregen Lors de la dernière réunion du Comité tripartite de normalisation de la qualité bus, la STIB a accédé à une déjà ancienne demande de notre délégué, de barrer le numéro de ligne en cas de trajet partiel, à l’arrière du bus, comme à l’avant et latéralement. La réalisation a suivi rapidement. Nos remerciements à ce Comité. Abords de la station de métro Hankar – Omgeving van het metrostation Hankar

Hankar : La Région veut supprimer les dégagements latéraux pour bus. Aberrant ! Hankar: Het Gewest wil de zijstopplaatsen voor bussen afschaffen. Absurd! Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.12

GEBOV-Blad


L’enquête publique lancée par la commune d’Auderghem pour un projet de la Région prévoit, à Hankar, dans chaque sens, la suppression des deux emplacements latéraux hors voirie permettant aux bus de charger les passagers sans bloquer la circulation générale. Les bus s’arrêteraient en voirie, bloquant le trafic qui les suit. Ceci est inadmissible ! Aux heures de pointe, il y a un bus toutes les 4 minutes dans chaque sens (STIB + De Lijn + TEC) ; l’arrêt peut prendre un temps assez long, parfois 2 à 3 minutes, car il y a beaucoup de passagers montants et descendants, en correspondance avec le métro. De plus, c’est un point de changement des chauffeurs, et aussi une possibilité d’attente en cas d’avance sur horaire. Il y a plusieurs autres défauts au projet, qui ralentiront le trafic (y compris les autobus) dans la chaussée de Wavre, trafic qui se fait déjà pare-chocs contre pare-chocs à l’heure de pointe. Un de nos administrateurs a réagi par écrit, et était présent à la réunion de la commission de concertation le 10 novembre. Suite à ses remarques, la Commission a reporté son avis pour permettre une analyse détaillée et disposer d’informations complémentaires.

La chaussée de Wavre est toujours encombrée de véhicules arrêtés en double file ou dans la circulation. Raison de plus pour faire s’arrêter les bus en-dehors celle-ci. De steenweg op Waver is voortdurend gehinderd door voertuigen geparkeerd in dubbele file of in het verkeer. Reden te meer voor busstopplaatsen buiten het verkeer. (Le camion de cette photo n’est pas un camion itinérant de ramassage de sacs poubelles, mais un camion qui s’est arrêté plusieurs minutes à cet endroit) Interview à La tribune de Bruxelles – Interview door « La tribune de Bruxelles » La même personne du GUTIB a été interrogée par La Tribune de Bruxelles au sujet de l’augmentation des tarifs de la STIB. Nous pouvons admettre une augmentation en fonction de l’évolution de l’indice des prix à la consommation, sans plus. Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.13

GEBOV-Blad


Interviews à La Dernière Heure - Interviews door « La Dernière Heure » Sous le titre « Le lobbyiste de la STIB », ce journal a présenté le vice-président et porte-parole du GUTIB, avec son penchant pour des transports en commun efficaces. Il y a été question du palmarès du GUTIB, c’est-à-dire de ce que notre association a obtenu au cours de ses 24 années d’existence, comme par exemple un métro toute les dix minutes jusque 23 h. Une seconde interview avec la même journaliste a porté, sous le titre « Vitesse vraiment améliorée ? » sur la télécommande des feux routiers par les trams et bus. Commission Régionale de la Mobilité (CRM) – Gewestelijke Mobiliteitscommissie Les 3 points ci-après entre autres ont été débattus récemment. Etude de l’accessibilité des commerces Studie over de bereikbaarheid van de handelszaken Deze studie werd voor de tweede maal uitgevoerd (eerste keer 1999), en tracht o. m. te weten hoe de klanten de winkels voor hun aankopen bereiken. Het percentage per openbaar vervoer stijgt. De studie toont ook aan dat de winkeliers het aantal klanten per openbaar vervoer ruim onderschatten, en per privé wagen overschatten. Onze vertegenwoordiger heeft voor een adequate informatie naar hen toe gepleit, opdat ze niet telkens tegenstanders zouden zijn van projecten die het openbaar vervoer of de voetgangers bevoordelen. Projets de réaménagement de la chaussée d’Ixelles à court et moyen termes Heraanlegprojecten van de Elsensesteenweg op korte en middellange termijn Comme déjà annoncé dans notre bulletin 118, un projet de la Région prévoit la mise à sens unique (vers faubourgs) de la chaussée d’Ixelles entre la chaussée de Wavre et la rue de la Paix. Le trafic vers le centre serait détourné par la rue de la Paix et la chaussée de Wavre. Un tronçon de la chaussée de Wavre serait également mis à sens unique. Les commerçants sont généralement favorables, mais la commune d’Ixelles s’oppose aux sens uniques. La Région tient bon, et a demandé un permis d’urbanisme pour la réfection des trottoirs et les sens uniques. Note : un accord est finalement intervenu ; le permis pour les trottoirs sera délivré. Les sens uniques ne seront pas établis dans un premier temps, mais une période d’observation avec contrôle renforcé du stationnement pendant 6 mois sera instaurée, suivie d’un bilan ; en cas de fonctionnement anormal, la Région établira les sens uniques contestés. Notre délégué a demandé que ce bilan soit renouvelé à intervalles réguliers. A moyen terme, il est prévu de transformer le bus 71, surchargé et à la limite de ses capacités, en ligne de tram. Grèves sauvages à la STIB – Wilde stakingen bij de MIVB Voir rubrique « Faits et opinions ».

Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.14

GEBOV-Blad


LU DANS LA PRESSE – IN DE PERS GELEZEN « La ligne 6 maudite » écrit Le Vif-L’express sur son site Internet. Dans l’article, il est question de la méconduite de clients sur le tronçon Simonis – Roi Baudouin. Il s’agit souvent de jeunes, qui ne supportent pas les symboles de l’autorité que constituent les uniformes du personnel. Certains lecteurs réagissent violemment, en prétendant que c’est exceptionnel et que les journalistes exagèrent. Selon un spécialiste, la société n'échappe pas aux problèmes des grands centres urbains. Les lignes les plus problématiques sont celles où se concentrent les cités difficiles, là où le prix de l'immobilier est le plus bas et le taux de chômage le plus élevé, comme à Laeken. Cela reflète ce qui se passe dans la société dans son ensemble. Sur les lieux traversés par la ligne 6, on a constaté que les jeunes qui traînent sont très souvent en décrochage scolaire. Un criminologue constate lui aussi que ce qui se passe dans les métros est le reflet de la réalité extérieure. Le métro est un huis clos qui peut engendrer des situations particulières. Il exacerbe certains comportements dans la mesure où les voyageurs sont contraints de vivre les uns avec les autres. Il est l'endroit dans lequel on prévoit plus tôt les grandes mutations de la société. NOS LECTEURS REAGISSENT – ONZE LEZERS REAGEREN M. P.G. trouve qu’on a dépensé beaucoup d'argent pour améliorer le passage des trams 82, mais que le réglage des feux au carrefour avec brigade Piron est très mauvais pour les trams. Le vendredi 8 juillet à 11h43, M. J.L. de 1150 Bruxelles attend au terminus Héros le bus 41 en direction de Herrmann-Debroux. Le prochain passage est prévu à 11h45. Ne le voyant pas arriver à 11h55, le client décide d’utiliser le système SYNCHRO. Il envoie donc le message « 41 Her » (numéro de la ligne, espace, 3 premières lettres du nom de l’arrêt) au numéro de GSM 3993. La réponse vient instantanément : « Héros 01 – Héros 14 temps théorique, à l’arrêt H.-Debroux ». Ce que le client attendait, ce sont les temps d’attente à l’arrêt Héros, pas à Herrmann-Debroux. Pourtant, il a noté les 3 premières lettres du nom de l’arrêt, comme demandé dans le mode d’emploi. Mais Herrmann-Debroux et Héros ont les mêmes 3 premières lettres (les accents ne comptent pas). Il a fallu recommencer en donnant le nom complet, pour apprendre que le bus de 11h45 ne s’est pas présenté. Dont coût pour le client de 2 fois 50 centimes. Mardi 6 septembre, Mme M. M. de 1160 Bruxelles se trouve dans la 4ème voiture du métro ligne 5 quittant Herrmann-Debroux à 15h52. Après plusieurs stations, une odeur plus âcre que du caoutchouc brûlé se fait sentir. A De Brouckère, elle s’amplifie et devient telle que la majeure partie des voyageurs sort précipitamment de la voiture. Notre correspondante, presque arrivée à destination, reste. Dès le démarrage de la rame, l’odeur devient nettement plus forte ; les voyageurs ouvrent toutes les vitres. Arrivés à Sainte Catherine, ils essaient d’ouvrir les portes : impossible, toutes sont bloquées. Pour le cas où cela s’aggraverait, notre membre cherche du regard extincteurs et marteaux servant à briser une vitre : il n’y en a pas. Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.15

GEBOV-Blad


Après un certain temps, le conducteur de la rame apparaît sur le quai, et ouvre une des portes de l’extérieur avec une clé spéciale. Il va vers une armoire interne de la voiture et débloque les portes. Après redémarrage de la rame, l’odeur s’estompe. Notre membre n’a pas reçu de réponse à son e-mail du 9 septembre au service Relations clientèle de la STIB à ce sujet. La loi du silence ? Mme F.A. de 1160 Bruxelles doit se rendre quotidiennement de Herrmann-Debroux à Gulledelle, par le tram 94, le bus 42 puis le 45. Elle s’est déjà plainte (bulletin 118) du manque de synchronisation au Musée du Tram entre le 94 et le 42, tous deux à leur terminus, alors qu’il y avait continuité auparavant ; également du fait que certains conducteurs démarrent au moment où un véhicule de l’autre ligne arrive. Elle a adressé une réclamation supplémentaire concernant le transit entre bus 42 et 45 à Roodebeek car, en 10 jours, il est arrivé 4 fois que le bus 45 démarre exactement au moment où le bus 42 arrive. Ceci, bien qu’elle coure vers le 45 et frappe à la porte du bus ou fait signe : le chauffeur démarre imperturbablement. La STIB a présenté ses excuses à notre membre pour ces comportements apparemment volontaires, et constate qu’ « Il n'est pas imaginable que des chauffeurs refusent ainsi cyniquement des correspondances que nous avions préparées de manière précise en installant les dispositifs adéquats aux endroits stratégiques. » Son service Relations Clientèle en fait part au service concerné. Une autre plainte de Mme F.A. de 1160 Bruxelles : elle a eu la désagréable surprise, après validation de son abonnement MOBIB à la station Stockel, de sentir le portillon d’accès se refermer trop rapidement, écrasant son bras et son sac à provisions. Elle s’est retrouvée du mauvais côté du portillon, tandis qu’une partie de ses provisions gisaient à terre de l’autre côté. Le service Relations Clientèle a répondu à sa plainte en signalant que les portillons restent normalement ouverts quelques secondes après la validation d'un titre de transport et sont réglés afin de permettre à une personne de passer (dans le but d'éviter la fraude). Ce service transmet la plainte au service concerné afin qu'il vérifie le réglage des portillons en question. TABLE DES MATIÈRES – INHOUD Télécommande des feux routiers par les trams et les bus …………………………… Afstandsbediening van verkeerslichten door trams en bus …………………………….. Sur nos lignes bruxelloises – Op onze Brusselse lijnen ……………………………... Nouveautés – Nieuwigheden …………………............................................................ Changements en vue – Veranderingen op komst.......................................................... Changements envisagés à terme – Veranderingen op termijn ..................................... Suggestions et demandes – Voorstellen en vragen ...................................................... Nos taxis Bruxellois – Onze Brusselse taxi’s ……………………………………………. Faits et opinions – Feiten en meningen ………........................................................... Nous agissons – Wij voeren actie ................................................................................ Lu dans la presse – In de pers gelezen......................................................................... Nos lecteurs réagissent – Onze lezers reageren……………………........................... Bulletin du GUTIB

Trim 3/2011 – n° 119 – p.16

GEBOV-Blad

3 3 5 5 6 6 7 8 9 12 15 15


Bu119