Page 144

ICELANDIC 146

F

La Suisse n’est pas en reste en matière de manifestations électro. C’est par cette affirmation bien chauvine que j’avais envie de commencer cet article, même si on n’y parlera pas de la Suisse du tout. Vous allez comprendre. Electron, Électrosanne, Mapping, Love Parade et j’en passe: ce n’est pas comme si on ne savait pas comment faire. Reste que de l’autre côté de la frontière, ils ne sont pas mal non plus. Qui n’a jamais entendu parler du Sonar, du I Love Techno et autre Outlook. Décidément, même les plus ethnocentristes seront forcés de constater que c’est l’Europe toute entière qui semble s’être mise à l’heure de l’électro – ce qui est plutôt cool, me direzvous. Alors si la Boum Boum République avait une capitale, laquelle serait-ce? Londres, trop underground? Paris, trop hype? Berlin, trop berlinois? Et pourquoi pas Amsterdam? Lorsque vous verrez ce qui s’y trame chaque année depuis quinze ans, ce choix ne vous paraîtra plus si absurde. Amsterdam Dance Event. Sous cette appellation qui sonne un peu comme un rendez-vous de guinguette contemporaine se cache en fait le plus grand événement électro au monde. On va l’appeler événement car depuis quelques temps, un festoche qui se respecte ne saurait être qu’une suite de concerts avec des inconnus locaux au début et les mêmes têtes d’affiche internationales à la fin. Non, ça c’est so 2000. Maintenant, il faut que ça devienne une plateforme de communication, un laboratoire de recherche, une communion entre l’artiste et son public. Bref, ça doit répondre à tout une armada de nouveaux concepts qui, plus

que de créer un nouvel idiome à usage des responsables de comm’ (du moins on l’espère), tâche d’évoquer le caractère interactif du festival sauce 2011. Maître mondial des événements électro, l’ADE ne déroge pas à cette nouvelle règle et propose, en plus d’une foire au gros set électro qui tue, divers ateliers et conférences à propos du genre auquel il se dédie. Seizième édition de l’ADE qui a eu le temps de passer d’une manifestation strictement Dance music (ben ouais, 2011 – 16 = 1995) à un événement où tout ce qui s’apparente de près ou de loin à de l’électro est convié. En tout, on compte plus de 700 artistes – pointures internationales comme jeune talents – qui se partageront la vedette des nuits amstellodamoises 4 jours durant dans pas moins de 44 clubs! Oui, vous lisez bien: 700 et 44. Ca en fait du monde. Et ça en fait des clubs… Autant dire que niveau boum boum, il y aura largement de quoi faire. Pas de noms déjà disponibles pour cette année malheureusement. Le premier teaser est rendu public le premier juillet et comme dit le proverbe: difficile de soudoyer un hollandais, même une tulipe à la main. Seizième édition du ADE qui en outre, avec le temps, est devenu une véritable plaque tournante de la musique électro au sens non seulement artistique mais également économique du terme. Ainsi votre gueule de bois, plutôt que de la subir dans le caniveau, vous pourrez la passer dans un des centres de conférences squattés par l’événement et dans lesquels près de 1500 intervenants

(artistes, producteurs, labels, etc.) tailleront une bavette à propos de divers sujets touchant à l’électro. L’influence de ce qui s’y trame est telle au niveau mondial qu’en extrapolant à peine, on pourrait dire que l’ADE 2011 est l’indicateur de ce que sera l’électro en 2012. On pourrait encore vous parler des ateliers où vous pourrez apprendre à faire de la jungle avec des londoniens ou vous faire une mèche avec des djs parisiens (allez, on rigole). On pourrait vanter l’ambiance fantastique développée dans les rues d’une des villes les plus chouettes d’Europe tout au long de l’événement. On pourrait sans doute trouver encore plein d’autres raisons de vous faire aimer l’ADE et de vous donner envie d’y aller, ne serait-ce que pour pouvoir dire à vos potes que comme 112’000 autres chanceux, vous y étiez. Alors, l’ADE est une excellente raison de dresser Amsterdam comme capitale électro européenne, n’est-ce pas?

www.amsterdam-dance-event.nl

Gustav Mag No20 / FR  

Gustav Mag No20 / FR

Gustav Mag No20 / FR  

Gustav Mag No20 / FR

Advertisement